Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Syrie : le processus de Genève sombre dans la confusion, la guerre fait rage sur le terrain

Les discussions de Genève sur la Syrie ont pris l’eau de toutes parts mardi, le régime affirmant ne pas avoir de partenaire pour négocier, tandis que l’opposition exigeait des mesures immédiates en faveur des civils et accusait la communauté internationale d’être « aveugle » face à la tragédie.

 

Alors que l’envoyé spécial de l’ONU Staffan de Mistura avait déclaré officiellement lancé les discussions, la journée de mardi a offert une image de confusion totale, illustrant l’extrême difficulté de réunir les belligérants ainsi que le fossé entre diplomatie et réalité sur le terrain.

La délégation du régime de Damas s’est entretenue plus de deux heures avec M. de Mistura, qui avait rencontré la veille l’opposition. Mais à la sortie de l’entretien, l’ambassadeur syrien à l’ONU Bachar al-Jaafari, chef de la délégation, a douché les espoirs d’une entrée rapide dans la négociation.

« Nous sommes encore dans la phase préparatoire (...) Nous attendons toujours de savoir avec qui nous allons négocier et sur quel ordre du jour », a-t-il déclaré, répétant que la partie adverse n’était « pas sérieuse » et « ne traitait pas les questions comme des politiciens professionnels ».

La délégation du Haut comité des négociations (HCN), qui comprend des politiques et des représentants de groupes armés, est fustigée par Damas et ses alliés, qui considèrent comme « terroristes » certains de ses membres.

Le régime joue à Genève une partie plus confortable que l’opposition, écartelée entre sa volonté de ne pas apparaître comme celle qui ferait dérailler un processus de paix et son refus d’entrer dans une négociation sans amélioration concrète sur le terrain. Un dilemme dont elle peine à sortir, alors que les bombardements se poursuivent sans relâche et que la situation humanitaire s’aggrave.

Les représentants du HCN ont d’ailleurs boudé la deuxième réunion prévue mardi avec M. de Mistura. « Nous avons présenté nos exigences (humanitaires). Il n’y a aucune raison de répéter la même chose », a déclaré une porte-parole, Farah Atassi.

Mais selon le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Guennadi Gatilov, cette rencontre devrait avoir lieu mercredi ou jeudi et l’opposition pourra alors « expliquer leur position et annoncer la composition de leur délégation aux pourparlers ».

Lire la suite de l’article sur fr.news.yahoo.com

Comment négocier pendant les massacres, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

8 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • il n’y a pas d’opposition avec qui dialoguer , les occidentaux le savent , les syriens le savent , fabius et sa clique sont dans une impasse qu’ils se sont creer eux meme , ils ne veulent pas d’un vote car bashar serait elu a la majorité des voix , leurs seule alternative est de laisser pourrir le conflit ,mais bashar,les russes , l’iran,le hezbollah,les kurdes, vont se charger du probléme tres rapidement,en laissant toutes les chances a geneve de s’empetrer dans l’incoherence,dont l’issue a terme sera la destruction de daesh.


  • Sur le terrain la situation a changé depuis l’intervention russe. Et pas que dans les airs. Du matériel conséquent est sur zone (Chars T90 équipés de plots IR pour contrer les missiles Tow, lance missiles TOS, etc). La Russie fournit également un encadrement d’officiers supérieurs ; La tactique opérationnelle des chaudrons utilisée par les forces syriennes est de leur fait. Progression tactique au Nord et au Nord Ouest d’Alep avec comme objectif la fermeture du chaudron du vieil Alep, progression nette dans le nord syrien du côté de Lattaquié, progression au sud dans le secteur de Daraa. L’armée syrienne est à l’offensive clairement. Et en face ça saigne. Ça gesticule encore mais plus pour très longtemps. La question kurde reste entière. Celle du Hezb est réglée puisque les transferts technologiques sont opérationnels (Missiles Tochka, généralisation des drones,...) Mais surtout le changement opérationnel. D’une stratégie défensive, le Hezb intègre à présent une stratégie offensive opérationnelle à combinaison multiple (coordination avec les moyens aériens, artillerie, ...). Israël doit faire la gueule car ce n’est plus une milice qu’elle devra affronter mais une armée moderne. Changement de paradigme...


  • « Nous sommes encore dans la phase préparatoire (...) Nous attendons toujours de savoir avec qui nous allons négocier et sur quel ordre du jour », a-t-il déclaré, répétant que la partie adverse n’était « pas sérieuse » et « ne traitait pas les questions comme des politiciens professionnels »

    La partie adverse c’est : Netanyaoudia, Hollondia, Fabuisia, Obamia, Merklya, Qataria, Saudaya, Turquya...pourquoi allez chercher plus loin ?


  • En gros l opposition sois disant modérée veux un cesser le feu soit disant humanitaire histoire d exfiltrer ses leaders coincés ... par leurs complices estaunisiens mais le grand Poutine pas fou à dit ni et on achevé le travail !!!!!!Ave POutine et vive la Syrie libre et son président .

     

    • Heureusement que Poutine a décidé de mettre un terme à tout ce processus qui a commencé en Afghanistan et qui va peut être s’arrêter en Syrie , malgré le désastre causée surtout par nos politiques, impliqués à fond pour détruire cet Etat souverain - à moins de choisir une option qui n’a pas l’air d’effayer le maître de Kremlin -
      à priori, l’ opposition sois disant modérée n’est ni courageuse , encore moins téméraire sur cette affaire -
      Ave Poutine et vive la Syrie libre et son président
      espérons qu’après le moyen - Orient , il va remettre de l’Ordre en Europe parce que si on attend après nos larbins et nos parasites , on est mal barré -
      Marine pour diriger la France et Poutine pour diriger l’Europe , voilà la solution -


  • « expliquer leur position et annoncer la composition de leur délégation aux pourparlers ».

    délégation AQ, AN, EI, DAESH... ? :o))))
    pourquoi ne pas en profiter pour les arrêter... ?


  • Ma solidarité au peuple Syrien et à son Président.