Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

TAFTA et Brexit : Obama veut "ramener à la raison" l’UE

Le vendredi 22 avril, parlant à Londres, le Président des États-Unis, M. Barack Obama, a lancé un vibrant appel aux électeurs du Royaume-Uni pour qu’ils rejettent la sortie de l’Union européenne, ce que l’on appelle le « Brexit », au référendum qui doit se tenir au mois de juin. Il a assorti son appel de menaces à peine voilées au cas où les électeurs britanniques choisiraient l’option de la sortie.

 

Cette intervention est étonnante, mais elle est aussi extrêmement révélatrice. On ne peut en effet être qu’étonné du fait qu’un Président des États-Unis vole ainsi au secours des institutions européennes. Notons, en passant, que cela dément à l’évidence toutes les fariboles et les niaiseries que l’on a pu entendre sur le fait que la constitution de l’UE permettrait de faire naître un rival global aux États-Unis. Mais, cette intervention est aussi très révélatrice. Elle montre de manière spectaculaire que les États-Unis ont un intérêt évident et majeur dans l’existence de l’UE, et ce pour une bonne raison : l’UE est leur créature.

Non seulement l’UE, mais aussi dans une large mesure la construction européennes dans son ensemble, résulte des pressions et des initiatives des États-Unis, mais elle joue aujourd’hui un rôle essentiel dans la politique étrangère de ce pays assurant dans le même temps la garantie d’une domination sur le continent européen au moindre coût, car depuis maintenant plusieurs décennies l’UE joue le rôle de relais de cette politique ET la garantie que les européens ne pourront agir de manière indépendante ou s’organiser d’eux-mêmes et créer ce qui est le pire cauchemar pour la politique européenne : la « forteresse Europe ».

Cette domination de fait de l’UE par les États-Unis, domination que l’on retrouve à la fois dans les ordres du jour de la Commission, dans la politique étrangère européenne « commune » comme dans le cas de la crise ukrainienne, ou dans les projets de traités asservissant les pays européens aux conceptions des États-Unis comme le TAFTA (ou TTIP) est mise à nue par le discours d’Obama. Cette situation de fait est l’une des causes du désenchantement, désormais massif, des peuples européens pour la construction européenne. Il constitue la pire menace pour cette dernière.

 

Les États-Unis et les origines de la construction européenne

Il est souvent affirmé que la construction européenne résulterait du double traumatisme de la Première et de la Deuxième guerre mondiale. Que ces événements tragiques, et surtout la guerre de 1914-1918, aient fait prendre aux contemporains conscience de la nécessité d’organiser la coopération entre les États européens est une évidence. Mais d’une part l’idée de la construction européenne était antérieure à 1914, dès 1870 Victor Hugo et d’autres intellectuels faisaient campagne pour ce qu’ils appelaient les « États-Unis d’Europe » et d’autre part rien n’impliquait, dans cette prise de conscience, la construction d’institutions telles que celles qui furent construites dans le cadre de la Communauté Économique Européenne (le « marché commun ») puis dans le cadre de l’Union européenne.

En fait, ceux que l’on considère comme les « pères fondateurs » du projet européen, et en particulier Jean Monnet professaient une vision très pessimiste de l’avenir des États. Ils étaient, que l’on pardonne cet anachronisme, des « déclinistes » avant l’heure. Ainsi Jean Monnet écrivait dans ses mémoires : « Les nations souveraines du passé ne peuvent plus résoudre les problèmes du présent : elles sont incapables d’organiser leur propre développement ou de contrôler leur propre futur. ET la Communauté elle-même n’est qu’une étape sur la route de l’organisation qui prévaudra pour le monde de demain ». Mais un autre de ces « pères fondateurs », certes moins connu mais non moins important, l’intellectuel et antifasciste italien Altiero Spinelli écrivait aussi depuis sa prison : « Le problème qui doit être résolu est l’abolition finale de la division de l’Europe en États nations souverains. Si cette condition n’est pas remplie, toute apparence de progrès demeurera illusoire ».

Cette méfiance profonde envers les États, et pour certains (et Monnet en particulier) envers la démocratie allait imprégner la construction européenne. Mais, celle-ci n’aurait sans doute pas pu se mettre en marche sans l’aide décisive que lui apportèrent les États-Unis à partir de 1946-1947. Pour ce dernier pays, la question essentielle était celle de l’hégémonie mondiale et de son rapport avec l’URSS. Dans ce cadre, il fallait trouver une solution qui lui permette à la fois d’être rassuré quant à l’avenir du continent européen, mais qui assure aussi l’ouverture de ce continent, ou du moins d’une large partie de ce dernier, aux produits de son industrie et de son agriculture.

L’intérêt des États-Unis provint initialement de la crainte de la prise de contrôle par les communistes de l’Italie et de la France. Dans ces deux pays les communistes étaient devenus brièvement le parti le plus puissant. Ce risque provenait de la dislocation économique causée par l’hiver inhabituellement rigoureux de 1946-1947, un hiver qui sapa l’optimisme initial d’Après-Guerre quant au potentiel de remise en état des économiques d’Europe de l’Ouest. Le Secrétaire d’État américain George Marshall organisa au début de l’année 1947 une équipe de hauts fonctionnaires, dirigée par l’un de ses conseillers les plus chevronnés, George Kennan (qui avait été en poste à Moscou pendant la Guerre et avait été l’auteur – sous pseudonyme – d’un article important prenant acte du début de la guerre froide en 1946 dans le revue Foreign Affairs). Son but était de concevoir une nouvelle stratégie pour soutenir l’économie européenne. Les trois des figures clefs qui y travaillèrent étaient Dean Acheson, Will Clayton et George Kennan.

Clayton et Kennan eurent notamment des consultations extrêmement poussées avec Jean Monnet. Le Plan de Renaissance Européenne naquit de leurs efforts combinés, même s’il rentra dans la postérité sous le nom de « Plan Marshall » et fut annoncé par Marshall le 5 juin 1947, lors d’un discours à l’université d’Harvard resté fameux. Le Plan Marshall est généralement considéré comme un acte altruiste des États-Unis afin d’aider ses alliés occidentaux appauvris au moment où ils en avaient le plus besoin. Néanmoins des intérêts commerciaux puissants le sous-tendaient. L’Europe représentait pour l’Amérique un « marché énorme de plusieurs centaines de millions de personnes » que les États-Unis ne pouvaient se permettre de perdre ». En réponse au discours de Marshall, 16 nations européennes se mirent d’accord pour participer à une conférence à Paris le 12 juillet 1947 afin de constituer ce qui est connu sous le nom de Comité Européen pour la Coopération Économique (CECE). Mais, l’instrument principal retenu par Washington pour promouvoir la politique d’intégration européenne fut une nouvelle organisation, fondée le 16 avril 1948, pour gérer la distribution des fonds du plan Marshall. Il s’agissait de l’Organisation Européenne de Coopération Économique (OECE), ancêtre de l’OCDE. Le gouvernement français, fortement influencé par Monnet, poussa afin que cette nouvelle institution soit dotée d’un conseil exécutif disposant de pouvoirs supranationaux et d’un secrétariat permanent. L’intégrationniste fervent Paul-Henri Spaak, qui était à nouveau le Premier Ministre de la Belgique en fut nommé le directeur général.

Dans le même temps, une nouvelle organisation fut mise en place, Le Comité Américain pour l’Europe Unie (ACUE) résultant des contacts entre des politiciens européens partisan de l’intégration et de deux figures clefs du renseignement américain, William J. « Wild Bill » Donovan, ancien responsable de l’OSS durant la guerre et l’un des fondateurs en 1947 de la CIA et son collègue Allen Dulles qui devait devenir plus tard le chef de la CIA sous le président Eisenhower. A partir de ce moment, comme les recherches universitaires récentes l’ont prouvé, l’ACUE fut utilisée comme couverture pour transférer des fonds de la CIA, qui étaient augmentées par les contributions de fondations privées telles la fondation Ford ou l’institut Rockefeller afin de promouvoir l’obsession du Département d’État d’en arriver à une Europe unie, ce qu’un historien devait appeler la « conspiration libérale ».

Dans le même temps fut signé à Washington le 4 avril 1949 du Traité de l’Atlantique Nord, engageant les États-Unis, le Canada, l’Angleterre, la France, l’Italie, les pays du Benelux et quatre autre nations européennes occidentales (la Norvège, le Danemark, le Portugal et l’Islande) à mettre en place une organisation militaire intégrée pour la défense de l’Europe non-communiste. La construction de l’intégration économique, politique et militaire de l’Europe a donc toujours été un projet intégré, et un projet largement soutenu, et même souvent inspiré, par les États-Unis en relation avec les « déclinistes » européens.

 

La politique étrangère des États-Unis entre agression et colonialisme humanitaire

Les États-Unis, qu’ils en soient conscients ou non, sont en train de gérer leur déclin. Ils ne sont plus l’hyperpuissance qu’ils étaient à la fin des années 1980 et dans les années 1990. Cela permet de comprendre la virulence de l’engagement de Barack Obama pour le maintien du Royaume-Uni dans l’UE. Il faut donc ici revenir sur l’évolution de la politique étrangère des États-Unis.

Lire la suite de l’article sur russeurope.hypotheses.org

En lien, sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

19 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1453404

    C’est dingue, mais de quoi se mêle-t-il ?! Tu as un pays à gérer, fais-le !

     

  • #1453418

    Monnet et Schuman étaient directement défrayés par les Etats Unis, sans parler de Aron... Alors l’Europe c’est plutôt une idée d’importation. L’acte de naissance de cette "idée" c’est la signature du traité de l’OTAN en 1949. Sous entendu "l’Europe des nations c’est la guerre", donc on crée de toute pièce un dispositif militaire paralysant, dirigé non pas vers l’URSS, mais vers les nations membres elles-mêmes, afin que l’Amérique reste seule face à l’URSS. Puis on ajoute au dispositif un vernis droit de l’hommiste et on saupoudre de "marché libre et unique" (CECA, CEE et CEDH) et le tour est joué !

    D’ailleurs, lorsque l’URSS a disparu le pacte de Varsovie s’est dissout de lui-même, tandis que l’OTAN a continué son bonhomme de chemin, suivant ou précédent l’entrée de certain pays de l’est dans l’UE. A tout les coups Washington gagne ! Objectif, créer une zone atlantique-pacifique centré autour de l’Amérique afin d’endiguer Eurasie (Russie et Chine). Seul bémol, le libre-échangisme ça ne marche pas et la Russie à un vrai chef d’état à sa tête...

    Allez Barack encore un effort, tu finiras bien par entrer dans les livres d’histoire avec ton TAFTA !

     

    • MONNET était en outre un binational franco -US , il fut conseiller deROOSEVELT . A juste titre, de GAULLE s’en méfiait et ne pouvait pas le souffrir .C’est un traitre qui a toujours travaillé pour les US et traversé deux guerres mondiales sans entendre siffler autre chose que des balles de tennis


    • Mr Obama pourra faire son marché parce des traites lui auront permis de le faire ,avec l’aval de certain Français encore naïfs .


  • L’europe est une entité très pratique pour les zétazunis ; qui leur permet de mettre 28 pays en difficulté d’un coup, afin d’assurer leur hégémonie sur deux continents en permanence, tout en mettant la pression sur un 3°...Avec de tels ’alliés’ pas besoin d’ennemis. C’est simple, on en est au point où ce qui est bon pour les zétazuni est forcément néfaste pour les autres nations.


  • je ne comprend pas pourquoi il s’obstine à essayer de nous vendre un traité dont les peuples européens ne veulent pas,je ne parle pas des dirigeants tels que Hollande,Merkel ou Cameron qui sont presque tous à la botte de l’Amérique.
    au final si le TAFTA sera adopté il fera le bonheur des banques et des multinationales américaines.
    pour prendre un exemple plus concret les européens devront renoncer aux lois qui protègent le consommateur si celles-ci n’arrangent pas Apple ou Microsoft pour leurs positions dominantes sur le marché.


  • #1453484

    Y a bon l’Europe où les multinationales US ne paient pas d’impôts, grâce à un traitre-vendu qui n’est autre que Juncker, qui a organisé leur optimisation fiscale quand il présidait aux destinées du Luxembourg . C’est pour le remercier que les US l’ont bombardé Président de la Commission, ou plutôt de "la grosse commission" .


  • " Vous n’allez tout de même pas empêcher vos amis américains de continuer à frauder tous les fisc des pays de l’UE ? Pour nous Y a bon l’Europe ".


  • Barack n’a pas encore compris que les européens n’en veulent plus de son UE créée par et pour le profit des USA ?

    Comment peut-il être aussi naïf ?

    US GO HOME !


  • Facile pour Obama, l’UE, il n’est pas dedans et c’est un instrument pratique pour que les US puissent dicter leur loi a toutes les nations européennes d’une seule voix.
    Et puis les anglais, il s’en tamponne, la city fera moins de concurrence à wallstreet !


  • Ce qui prouve que l’UE est une colonie US c’est que les multinationales US n’y paient pas d’impôt ! Chaque année ce sont les con-tribuables européens qui paient leurs impôts : 100 milliards d’euros par an ! Et personne ne tique !


  • #1453762

    Les peuples européens ouvrent de plus en plus les yeux et constatent que la prospérité, l’emploi, et toutes les promesses tant vantées ne sont pas au rendez-vous du tout !
    Les merdias font leur sale boulot de désinformation histoire de nous enfumer.
    Les menaces à peine voilée d’Obama envers les électeurs britanniques devraient tous nous faire prendre conscience, sans parler du reste (...), que tout ceci ne peut plus durer. Toutes les puissances de jadis sont sur le déclin. France, Espagne, Portugal, Italie, Grèce, etc ...
    Mais j’ai bien peur que le mal soit fait, on a été trop loin.
    La réalité est que les USA sont en perte de vitesse, leur économie va mal, et ils ont besoin de se refaire une santé sur nous, les européens.
    Autant dire qu’on a pas fini de jongler. Ils seront sans pitié, tout est dans les cartons ...
    Le tout avec la complicité des politiques sensés nous représenter et défendre nos intérêts ... Leur niveau de traitrise est incroyable.
    Le brexit n’aura pas lieu de toute façon, le "patron" a fait le déplacement histoire de s’assurer que tout sera appliqué à la lettre ...

    Demain la gouvernance mondiale ou la révolte des nations ? ...
    Quand on voit le choix "proposé" lors des élections et le niveau d’abrutissement des "masses", j’ai comme ma petite idée :’(


  • #1453846

    Quel cinéma ces chiquenaudes !


  • #1453955
    le 28/04/2016 par Francois Desvignes
    TAFTA et Brexit : Obama veut "ramener à la raison" l’UE

    Un système qui ne survit que par la menace et non sur l’adhésion n’a aucun avenir

    En fait c’est encourageant :

    - La république et les États sont inclus dans la Commission europeenne

    - La Commission européenne est une création de l’Uncle Sam, plus que sa fille, son obligée.

    - Contester Washington, Bruxelles ou Paris revient à contester la même chose

    - Toute contestation de l’une affaiblit les deux autres, toute éloge de l’un profite aux deux autres.

    - Si on veut lutter contre le TAFTA , il suffit d’exiger le referendum d’initiative populaire à Paris

    - S’il en est ainsi, l’effort d’Obama est vain : il ne peut pas menacer tout le monde , tout le temps, partout. Et même si les Britanniques se laissaient intimider ce ne serait que pour un temps et que les Britanniques : à Paris on continuerait d’exiger le referendum d’initiative populaire

    - En fait, la tentative d’Obama n’est pas vaine elle est contre productive : en politique, la menace est plus qu’un aveu d’impuissance, elle est la reconnaissance implicite de l’injustice du propos

    - Il suit de ce qui précède que nous mesurerons la libération des européens à la fois de leur pays légal, de l’UE et de l’US, accessoirement du TAFTA, au nombre de "oui" au Brexit

    - Et ce ne sera pas zéro.

     

    • Nous sommes déjà en post-démocratie. Cela veut dire que les référendums ne font plus peur à nos politiciens : même si le peuple montre par là qu’il n’est pas en accord avec leurs idées, ils n’en tiendront pas compte et ça n’aura aucune conséquence pour eux. C’est même très certainement devenu un outils : ça ne change rien au fond et ça laisse croire au peuple que c’est encore lui qui décide.

      Raison pour laquelle le "Brexit", s’il est décidé par les citoyens britanniques, ne se fera pas. On arguera que dans les faits, c’est difficile, qu’il y a trop de choses à mettre en oeuvre pour y arriver et on laissera pourrir la situation.

      Le fait de l’écrire est aussi peut-être une prophétie autoréalisatrice dans la mesure où il ne fait pas de doute que nos chers adversaires lisent certainement ces lignes. Dans le même temps j’ai la faiblesse de penser qu’il y auront malheureusement pensé d’eux-mêmes ....


  • "Jean Monnet était un agent américain, payé pour détruire les États européens".
    http://www.egaliteetreconciliation....


  • Ne perdons pas espoir :

    L’éveil des peuples aura lieu, une grande nation ne meure pas en silence.
    Les états unis vont fatalement imploser ; ils auront bientôt (10 ans grand max) d’immenses problèmes structurels à gérer. Ils n’auront plus la force d’imposer cette UE à l’Europe.
    Trump est révélateur d’une demande de changement radicale mais par la voix légaliste. Etatisme contre fédéralisme mondialiste. Le TAFTA déplait encore plus au peuple américain qu’européen. Sinon ce sera par la violence et les conséquences seraient incalculables au sein de ce pays.

    l’UE sans des USA fort politiquement ce sera la fin. Peut être que le Brexit est un calcul d’une partie des élites Britanniques qui ne croient plus à la globalisation transatlantique et se recentre sur le Commonwealth. Négocier en douceur une sortie avant le choc.
    Ce scénario n’est pas fou n’oubliez pas que l’URSS s’est totalement disloquée en moins de 5 ans.

    Le peuple de France aura tout intérêt à détruire cette Vème république lorsque l’UE s’affaissera.


Commentaires suivants