Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Tchernobyl, 26 avril 1986 : la plus grande catastrophe nucléaire de l’Histoire

Le 26 avril 1986, une explosion se produit à la centrale de nucléaire de Tchernobyl (Ukraine), et cause la plus grande catastrophe du nucléaire civil. Le combustible nucléaire brûle pendant plus de dix jours et rejette des radioéléments qui se déplacent, y compris en France.

 

Le 26 avril 1986 dans la centrale Lénine proche de Tchernobyl, le quatrième réacteur explose au cours d’un test. Pendant des jours, il dégage des quantités énormes de produits radioactifs dans l’atmosphère. Cet accident, dont la cause est un défaut de conception du réacteur, est le plus grave accident nucléaire jamais répertorié.

 

Une ville morte

Il s’agit du premier accident classé au niveau 7 sur l’échelle internationale des événements nucléaires (INES), il n’en existe à ce jour qu’un autre qui est la catastrophe de Fukushima au Japon en 2011.

À Tchernobyl ce n’est que le 14 mai que la fusion sera enfin arrêtée, après avoir déversé sur le réacteur des milliers de tonnes de plomb et de sable. Entre-temps, 116 000 habitants sont évacués de la ville de Pripiat qui devient une ville morte. Ils n’y retourneront jamais. Après la fusion, un sarcophage est construit pour isoler le réacteur.

 

 

Mais la contamination de l’environnement a été gigantesque. Au total, 5 millions de personnes vivent dans une zone contaminée de 200 000 km² à cheval sur la Biélorussie, la Russie et l’Ukraine. Et le nuage de Tchernobyl touche d’autres pays, dont la France.

 

Un bilan qui divise toujours

Combien de personnes ont été victimes des conséquences sanitaires de Tchernobyl ? Aucun bilan ne met tout le monde d’accord, et cette question est l’objet de vifs débats notamment entre pros et anti-nucléaire. Pour l’ONU, 4 000 personnes ont été tuées par les radiations.

Lire la suite de l’article sur francebleu.fr

 

Chronologie des événements :

Des accidents statistiquement programmés, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

38 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Fukushima c’est 10 Tchernobyl mais on nous ment comme en 1986 !!!

     

    • C’est ce que je pensais ! Fukushima est largement sous-estimé ! Mais bon c’est la magie des médias ! Quand ces derniers ne parlent plus d’un problème c’est qu’il n’existe plus...


    • Effectivement !

      La censure Japonaise fonctionne à plein régime sur la plus grande catastrophe nucléaire de tous les temps ( celle de Fukushima, qui n’est pas terminée. Ce n’est pas seulement du césium qui a été balancé par la nature au Japon. C’est surtout du plutonium ) pour que les cons-ommateurs continuent à acheter des produits Japonais ( dont des Sushis ) et du poisson du Pacifique ( alors que de nombreuses études scientifiques ont trouvé des particules radioactives dans le poisson péché en Californie, en Alaska,... ).

      Je constate que le nuage radioactif de Tchernobyl a épargné Lourdes.


    • @effectivement : du plutonium gentillement entreposé dans la centrale par les usa quelques mois avant la catastrophe tiens tiens...


  • - tchernobyl : 1 coeur nucleaire foundu, restant neanmoins confine dans le batiment reacteur. pas de contact avec le "sol geologique" a l’exterieur. (en anglais "meltdown")

    - fukushima : 3 coeurs nucleaire fondus, passant a travers toutes les enceintes de confinement et arrivant a meme le sol geologique, et les nappes phreatiques. (en anglais : meltthrough)

    le melt-through, est pire que le melt-down.
    dans le cas du melt-through, le coeur en fusion, passe a travers la dalle de beton finale qui est le dernier rampart avant d’atteindre le sol naturel et de commencer a creuser un trou dans la roche elle meme.

    les coeurs fondus de fukushima sont en contact avec les nappes phreatiques, l’eau est pollue et s’ecoule dans la mer (entre autre).
    a ce jour 5 ans apres, la catastrophe de fukushima continue a polluer activement l’environement. la catastrophe est loin d’etre solutionne, et la vie marine continue d’etre empoisonee, heure apres heure.
    il sera extremement difficile d’aller trouver et recuperer les coeurs fondus ayant creuse des trous a meme le sol ou ils se sont enfouis.

    je pense que fukushima d’ici quelque annees de pollution active continue sera considere bien pire que tchernobyl. il n’y a aucun moyen d’aller creer un sarcophage autour des coeurs fondus, personne ne sait jusqu’a quel point les coeurs ont-ils creuse profondement dans les sols.

    fukushima est la version marine de tchernobyl. en 3 fois pire.


  • La vidéo de la chronologie des événements accompagnant cet article est un conte pour enfants. La physique est têtue : un réacteur nucléaire n’explose pas, jamais. Tout au plus il surchauffe et fond (ce qui peut entraîner de gros problèmes quand même !). Ce qui peut exploser dans une centrale c’est un mélange détonant hydrogène-oxygène, comme ce fut le cas à Fukushima où il n’y a pas de mystère sur l’enchaînement des événements. Dire que plusieurs petites explosions endommagent le réacteur, et qu’ensuite celui-ci voit sa puissance centuplée en quelques secondes pour finalement produire une explosion gigantesque soulevant la dalle, est une histoire à dormir debout.

    La vérité est que nous ne savons pas réellement ce qui s’est passé à Tchernobyl. Mais qu’un sabotage de grande ampleur, partie d’un programme visant à couler l’URSS (avec entre autres la baisse du prix du pétrole) et s’appuyant sur quelques traîtres soudoyés par l’Occident, n’est pas à exclure.

     

    • si, ça explose... comme une cocotte-minute : à cause de l’eau utiliséee pour refroidir le réacteur.
      le core en fusion génère une telle chaleur que dès la circulation d’eau interrompue elle se change en vapeur. ca explose un batiment très facilement.
      certes il ne s’agit ni d’une explosion nucléaire, ni d’une explosion avec combustion mais simplement d’une explosion due à la pression. mais explosion quand-même.

      apres, le combustible nucléaire n’ayant pas besoin d’oxygène pour bruler, il peut bruler sous l’eau sans problème, il la vaporise et en situation extrême il peut effectivement en faire le craquage en dioxygène + dihydrogène... qui eux explosent par combustion stoechiométrique.


    • @ ajax : j’ai en effet utilisé une formulation un peu rapide car par définition tout ce qui est sous pression peut "exploser", et un réacteur nucléaire l’est (c’est en effet une grosse cocotte minute), je pensais bien sûr à l’explosion nucléaire, vu l’extraordinaire puissance de l’explosion de Tchernobyl.

      Mais je maintiens que cette explosion n’avait rien de "normal", même pour un accident nucléaire, où ce qui peut se passer de pire est la très grosse explosion chimique du mélange hydrogène/oxygène comme à Fukushima. Mais ce n’est pas forcément cette explosion qui a été la plus grave en termes de contamination...


  • #1452472

    8 mois après la catastrophe, les hommes qui étaient en charge de nettoyer les lieux, les "liquidateurs" comme ils les appelaient, ont commencé à avoir une tension artérielle anormalement forte et un goût de métal dans leur bouche. Quand on sent un truc pareil dans le fond de sa gorge, ça veut dire qu’il est déjà trop tard. Pauvres hommes.

    Aujourd’hui, des agents de voyage organisent carrément des voyages touristiques à Tchernobyl , le Selfie devant le réacteur numéro 4 est d’ailleurs très en vogue...J’ai envie de vomir .


  • "rejette des radioéléments qui se déplacent, y compris en France."

    Je croyais qu’ils s’étaient arrêtés près de la frontière...

     

  • dommage qu’on ait pas fourni des combinaisons d’astronautes aux nettoyeurs. Elles ont protégés les astronautes des ceintures de Van Allen ( pas Van Halen ).
    Cit : Un cosmonaute exposé, sans protection, aux radiations des ceintures de Van Allen subirait plusieurs millions de rads par heure (or 500 rads sont généralement mortels).
    AH BON ! y avait pas leurs tailles ... mdrrrrrrrrr
    Ré-écouter aussi les propos de Didier Van Cauwelaert chez Pradel sur RTL à propos de cette catastrophe ( surréaliste et flippant : histoire d’ET qui ont sauvé la planète ce jour-là )


  • et on continue de nous "vendre" le nucléaire comme quelque chose de très très sain...t
    par contre, pour en revenir à un autre post : le cannabis c’pas bien...ça envoi direct à l’hosto selon certain(e)s...(contrairement à l’alcool qui serait, lui, très bon pour la santé...:o))))))

    * perso je trouve la plante très belle...je ne la fume pas pour autant...


  • #1452519

    Un accident est un événement soudain qui ne peut être raisonnablement prévu, Tchernobyl était non seulement prévu mais voulu car il s’agissait d’une expérimentation... tout comme Fukushima 11/03 d’ailleurs !
    La question est : pour quoi faire ?
    ... et la réponse se situe dans le résultat de ces expériences désastreuses pour l’Empire et son projet mortifère multiséculaire, un sursis pour l’humanité donc.
    Mais au fait, les bombes sur Hiroshima et Nagasaki étaient-elles une opération stratégique pour mettre fin à la guerre (et accessoirement déplaire à ceux qui en vivent) ou un test "in vivo" ?
    Les mougeons accorderont leur suffrage à la première hypothèse...

     

    • Encore d’accord avec toi, camarade !

      L’astuce suprême (pour Tchernobyl) étant de camoufler un sabotage délibéré en accident en organisant, grâce à quelques complices prêts à vendre père et mère pour de l’argent, des tests de sécurité à l’instant précis où l’on a décidé de tout faire péter...

      C’est encore pire que l’attentat perçu comme tel, car l’image de l’industrie nucléaire soviétique en prend alors un sacré coup, et plus personne ne veut de ses centrales...


    • Cela fait des éons que je suis les messages, intéressants autant qu’hermétiques, d’Heureux qui, comme Ulysse...J’avoue même avoir entrepris il y a quelque jour de les noter dans un fichier suite à votre dernier échange (qui n’avait pas grand-sens sens immédiat, mais pour lequel je crois avoir réussi -après m’être échiné pendant des heures- à recoller avec des fragments de conversation entre un certain JPP et un autre auteur concernant un ’froid’ sujet sur son blog).

      Daigneriez-vous peut-être jeter un os à un petit chien crevard ? Une piste, un départ ? Où chercher, où ne pas chercher ?

      En tous cas c’est toujours un plaisir de vous lire.


    • #1453984

      @ fawef

      La réponse à votre question se situe dans les grandeurs physiques, j’essaie seulement de retirer toutes les barrières (psychologiques aussi, l’orgueil étant notre pire ennemi) entre le réel et ceux qui doutent honnêtement.
      Aucune médiation n’est permise à celui qui veut comprendre, pas même la mienne ! Vous pouvez (ou non) suivre les pistes que je tente de vous fournir, l’important est de se rebâtir un raisonnement profond sans l’interférence de tiers (argument d’autorité, leur connaissance prétendument certaine etc.).
      Ensuite, les mots ont aussi leur importance, si j’ambitionne de les choisir précis c’est parce que nous avons le privilège de posséder une langue qui le permet... encore faut-il faire l’effort de l’apprendre.
      Dans le cas présent, vous devez définir avec exactitude la nature de l’événement relaté avant d’en tirer les conclusions qui seraient trop hâtives sinon.
      Les plus grandes illusions naissent d’une méconnaissance du réel, c’est son avance dans son explication qui donne à l’ennemi (le peu) son avantage concurrentiel sur le nombre (nous) et rien d’autre, l’argent étant seulement un moyen d’y parvenir pour lui. Imaginez l’effet produit sur la foule de combattants si François 1er avait débarqué en hélicoptère à Marignan ! Imaginez ensuite l’effet produit, sur une communauté humaine crédule, par les images d’avions percutant des buildings à New-York...
      Ne pas se tromper donc, à partir d’un certain seuil proche du sommet (appelons-le Sanctum Sanctorum), la pensée matérialiste est absente chez nos zélus.
      Ceux qui tentent de raisonner au travers de ce prisme unique sont voués à l’échec.


  • On a fait un pacte avec le diable en adoptant le nucléaire , le cancer est là .J’attends la suite..


  • Pourquoi ces sites dits de réinformation bloquent-ils les liens qui renvoient vers :
    point zero canopus ?

    - la négation de l’Histoire de la France ?
    - la honte d’être Français ?
    - prendre tout de l’Histoire de la France sauf ce qui dérange ?


  • Voir le documentaire sur youtube "la bataille de Tchernobyl" Il résume bien également cette catastrophe.


  • 30 ans après la région de Tchernobyl est devenue une réserve naturelle !

    http://www.30millionsdamis.fr/actua...

     

  • spécialiste de cet "accident", je relève pas mal de bêtises dans ce texte :
    "accident du à un défaut de conception du réacteur"

    Faux, Nul, Zero ! accident du au non-respect du protocole de test (coupure trop brutale de la puissance du réacteur : phénomene dit de "core poisoning").
    le réacteur 4 de Tchernobyl est un RBMK, il y en a des dizaines en France !
    tous conçus de la même facon !
    c’est vrai qu’ils ont un gros point faible : le circuit de refroidissement est horizontale, en cas de surchauffe des bulles de vapeur d’eau se forment et bloque la circulation, ce qui intensifie encore la surchauffe...

    le problème du feu nucléaire c’est qu’il n’a pas besoin d’oxygène pour bruler... le combustible chauffe jusqu’à fondre et jusqu’à fondre tout ce qui se trouve autour, au point de fondre la roche, l’acier et le béton... tout s’enfonce dans le sol.

    Le bilan sanitaire provisoire réel est de 200.000 a 500.000 morts et il n’est pas fermé.
    mais l’AIEA a fait pression pour que seule la vingtaine de pompiers étant intervenus immédiatement soient officiellement reconnus (AIEA et OMS sont 2 organisations de l’ONU).
    c’est toujours le cas.

    l’article oublie avantageusement de parler des choses qui fachent :
    - l’explosion thermonucléaire qui se serait produite si le combustible en fusion avait atteint la nappe phréatique.
    - le composé majoritairement émis, le césium 137 ayant une demi-durée de vie de 125 ans, les populations exposées à la pollution radioactive vont l’être pendant encore 220 ans ! s’il est simple d’observer les conséquences d’une irradiation massive (mort en quelques heures), la science ignore les conséquences d’une irradiation faible et continue sur de longues périodes.
    Voir les travaux des professeurs Vassili Nesterenko (pectines de pomme) et Youri Bandajevski (irradiations faibles) sur ces sujets.
    Bandajevski a été emprisonné en Biélorussie pour ses recherches... jugées illégales suite aux manipulations de l’AIEA.

    Il reste environ 200 tonnes de combustible radioactif sous le sarcophage actuel que la radioactivité a complètement corrodé. l’eau de pluie s’infiltre, menaçant à chaque fois de relancer la réaction...

     


    • le réacteur 4 de Tchernobyl est un RBMK, il y en a des dizaines en France !
      tous conçus de la même facon !



      Absolument n’importe quoi ! Les réacteurs français sont des REP (ou PWR en anglais) et ça n’a strictement rien à voir.

      https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%...
      https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%...

      Et vous êtes "spécialiste de cet accident" ? Eh bien moi je suis la reine d’Angleterre, je fais de la danse classique en tutu rose et je suis prix Nobel de médecine.


    • Toujours pas compris cette histoire de bombe thermo-nucléaire.
      Pour rappel, le principe de la bombe étant de faire percuter le plus rapidement possible deux masses de quelques kilos extrêmement bien calibrées pour atteindre une criticité instantanée.
      Ca me parait loin d’une masse informe de quelques tonnes disparates dans une grotte avec de l’eau, quand bien même ça ressemblerait à une cocotte minute...

      Dans le documentaire "la bataille de Tchernobyl", un général ajoute même que ça à été calculé à 5 méga tonnes de TNT et que ça rayerait une ville de la carte à ... 350 km de là, ben voyons !!!


    • @ Pascal : vous n’avez pas compris parce qu’il n’y a rien à comprendre... en effet, une bombe thermonucléaire ne se fabrique pas aussi facilement ! Une explosion de vapeur, par contre, oui.


    • Pour un spécialiste vous dites pas mal d’énormité :

      - le RMBK est un réacteur eau bouillante, comme Fukushima : c’est à dire qu’il n’y a que 2 circuits de refroidissement, le premier qui est relié à la cuve du réacteur et aux turbine à gaz et où l’eau de refroidissement qui est hautement radioactive et à pression ordinaire passe successivement de l’état liquide à l’état gazeux et le second est ouvert, en prise direct avec l’environnement et sert à évacuer les calories thermiques pour liquéfier l’eau à la sortie des turbines.
      Hors réacteur de recherche, la France n’a aucun réacteur de ce type. Tous ses réacteurs industriels sont des REP, ils disposent de 3 circuits de refroidissement : l’eau de la cuve du réacteur est pressurisé de sorte de pouvoir monter à 300 ou 400 degrés sans bouillir et en fonctionnement cette cuve ne comporte pas d’air, ce qui diminue le risque d’hydrolyse de l’eau, le second circuit entre dans la cuve par des tuyaux, évacue les calories thermiques et ressort bouillante pour aller faire tourner les turbines, puis elle est refroidi à son tour par l’eau du circuit externe.

      - les 2 isotopes du césium les plus commun produit par la fission, le Cs 137 a une demi-vie de 30 ans et le Cs 134 une durée de 2 ans. On considère par contre qu’il faut 4 cycle pour réduire de façon significative sa présence dans l’environnement : 30 ans = 50%, 60 ans = 25%, 90 ans = 12%, 120 ans 6% (de la quantité relâchée au départ). Le Cs137 se désintègre en Baryum 137 toxique mais stable.

      - une bombe thermo-nucléaire, bombe H ou bombe à fusion, est comme son nom l’indique une bombe qui provoque la fusion d’une faible quantité de deutérium ou de tritium pur (isotopes de l’hydrogène) en la soumettant à une très forte température et une très forte pression, de l’ordre de plusieurs millions, voir dizaines ou centaines de millions de degrés en fonction des éléments qui participent à la réaction.
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Bombe_H
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Fusio...
      Si un corium devait systématiquement produire une fusion nucléaire en touchant l’eau de la nappe phréatique, pourquoi donc ne le ferait-il pas en touchant l’eau de la cuve du réacteur ? C’est de la mauvaise propagande des anti-nucléaires qui est devenu une légende urbaine !


    • - l’eau ne permet pas de déclencher la fission d’un matériel fissible, ça aussi une légende urbaine qui a acquis sa vie propre : la réaction de fission se déclenche par excitation du noyau en le comprimant fortement (bombe nucléaire), en le bombardant de neutron (réacteur nucléaire) ou éventuellement en provoquant une réaction de criticité en mettant en contact un nombre suffisant de noyaux fissibles de même nature (10 kilos pour le plutonium 239, une cinquantaine pour l’uranium 235 pur).
      La criticité est la raison pour laquelle le plutonium produit à la Hague est stocké dans des emballages en aluminium individuel par barre de 3 kilos. Pour éviter un accident.



      le problème du feu nucléaire c’est qu’il n’a pas besoin d’oxygène pour bruler... le combustible chauffe jusqu’à fondre tout ce qui se trouve autour, au point de fondre la roche, l’acier et le béton... tout s’enfonce dans le sol.




      Oui ça aussi une légende urbaine exposé par le fameux film anti-nucléaire le syndrome chinois.
      Par définition un élément nucléaire instable produit naturellement de la chaleur par ses désintégrations radioactives qui sont exothermiques. La chaleur produite dépend de la nature des désintégrations et de leur fréquences (la radioactivité de l’élément), elle varie beaucoup d’un élément à l’autre. Une réaction de fission dégage encore plus de chaleur.
      Les verres ont une température de fusion allant de 800 à 1400°
      Les bétons fondent à partir de 1200°
      Un corium qui n’atteint pas des températures supérieures à ça ne peut pas percer ces membranes en les faisant fondre.
      D’autre part, si il est suffisamment chaud pour faire fondre ces matériaux, alors il se mélange à eux et au fur et mesure que sa masse en matériel non-radioactif augmente, la probabilité qu’une réaction en chaine puisse s’auto-entretenir diminue drastiquement et la chaleur produite par les autres désintégrations radioactives est diluée par la masse non-radioactive qui ne produit pas de chaleur.
      Il y a donc peu de chance pour que le corium reste suffisamment chaud pour continuer à s’enfoncer naturellement. Surtout comme quand à Fukushima il y a quelqu’un pour verser de l’eau dessus régulièrement pour forcer les calories thermiques à s’échapper par le dessus !

      Je précise le terme réaction en chaine au cas où : un atome radioactif fissible capture un neutron, il fission en 2 nouveaux éléments radioactifs et libère x neutrons qui provoqueront aussi des fissions si ils rencontrent des atomes fissibles.


    • @ jojo l’affreux : merci de remettre un peu les choses d’équerre, c’est fou ce qu’on peut lire comme âneries sur le nucléaire !


    • Merci pour vos dernières infos.
      Effectivement c’est assez ironique qu’à Tchernobyl l’eau va créer une bombe alors qu’au Japon on arrose copieusement...

      Pour illustration, visionnez des images de magma volcanique qui rentre dans la mer, résultat à peine quelques bulles parce que ce forme une croute isolante qui maintient séparées les différences de températures. Pas d’effet mécanique et encore moins d’explosion !


  • On ne va pas hélas échapper aux commentaires débiles des anti-nucléaires avec cet anniversaire....

    Perso j’ai une pensée à tous ces liquidateurs ukrainiens, russes ,etc qui ont risqué leur vie pour éteindre cet "incendie". Ce sont des héros qui méritent largement notre estime.

     

  • Tchernobyl est autant un accident que AZF et probablement Fukushima. D’après Dimitri Khalezov nous avons encore à faire à un attentat toujours par les mêmes forces anti-nucléaires et plus largement pro-pétroles anglo-américaines qui ont financé à l’époque les Grünens et ujourd’hui Green Peace and Co. (à voir les questions de sécurité des sites nucléaires qui n’ont en vérité que comme danger réel des actes de saboterie).
    De plus contrairement aux croyances volontairement répandues, une centrale nucléaire n’explose pas comme cela (ce ’est pas de l’uranium enrichi).
    Quant à la contamination par les radiations, il y a là encore beaucoup de désinformation. Galen Winsor qui a nagé dans des piscines de refroidissement ainsi qu’ingurgiter des déchets nucléaires devant un public explique que la raison de tout cela est avant tout des questions liées au contrôle des populations face à une possibilité d’indépendance énergétique. D’ailleurs on sait depuis longtemps qu’on peut utiliser du thorium à la place de l’uranium qui a un attrait largement supérieur sauf qu’à l’époque le complexe militaro-industriel avait tout intérêt à l’usage militaire d’uranium appauvri.
    A comprendre aussi le traumatisme qui vient de l’invention de la bombe nucléaire, le passage à un paradigme où l’humanité est capable de s’auto-détruire, d’où la croyance de ne pas dispenser de telles technologies à la populace perçue comme menaçante, trop stupide (bien qu’on sache réellement que les états sont bien davantage derrière le terrorisme que des individus isolés, les loup solitaires étant en vérité quasi-inexistant, ce qui peut être aussi plus ou moins rassurant sur la nature humaine).
    Merci de ne pas censurer mon commentaire.


  • Les "stalkers" l’ont été malgré eux. Ces gens ont été sacrifiés dès lors qu’on les a envoyé sur le site de Tchernobyl tout de suite après la catastrophe. La radioactivité est une des pires choses qui soit. Et franchement cet événement m’a toujours fasciné, c’est très intéressant.


Commentaires suivants