Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Théologie politique et mondialisme – Entretien avec maître Damien Viguier

Entretien mené et réalisé par Pierre-Antoine, journaliste indépendant, fondateur et animateur du site les-non-alignes.fr.

 

I – Crime contre l’humanité et terrorisme

Libre discussion avec Maître Damien Viguier, avocat pénaliste, autour des concepts de crime contre l’humanité et de terrorisme. Deux concepts axiologiques du nouvel ordre juridique international qui s’impose par étapes depuis 1945.

 

 

II – Les notions de théologie politique et de « Katechon »

 

 

Étudier l’évolution du droit et des sociétés
avec Maître Viguier et Maurice Bardèche, chez Kontre Kulture

Damien Viguier sur E&R :

 
 






Alerter

8 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • Tout pays du camps du Bien ( OTAN ) ne peut enfreindre les droits de l ’ homme attendu qu ’il est le Bien et fait donc la guerre en toute humanité ; tout pays de l ’ Axe du Mal commet par nature des Crimes contre l ’ Humanité justifiant la guerre inhumaine "juste" . C est le Droit de l ’homme le plus fort , le plus riche ,le mieux armé .

     

    Répondre à ce message

  • Cet entretien avec Maître Viguier a été une nourriture intellectuelle et spirituelle fort appréciable ...
    Dieu que ça fait du bien ...
    Mo’Truckin’.

     

    Répondre à ce message

  • Oui, mais le fond reste le même, un état du tiers-monde ne peut vaincre que pour se soumettre à une puissance différente... ca ne change rien, fondamentalement.

    Je ne suis pas pour la guerre moderne, ni l’idée du droit qui l’accompagne, mais bon.
    Il y a quand même une hypocrisie, même si un état lutte contre l’impérialisme, il sera acculé à rejoindre les "non alignés " (justement) , l’indépendance reste inaccessible dans la plupart des cas.

    C’est pour ça , la résistance, la non ingérence, ça a ses limites.
    Après tout, est ce qu’un Etat ne tolère pas le terrorisme que dans les seuls cas où ca l’arrange, depuis toujours ?

     

    Répondre à ce message

  • #1548530

    La culture du journaliste est vraiment impressionnante, on a pas l’habitude.

     

    Répondre à ce message

  • #1548859

    finalement, on retrouve Viguier là où on aurait pu attendre Hillard.

    Le katechon pourrait donc être une perspective féconde, une inspiration utile au combat dialectique qui doit être mené.

    Bien plus utile et porteuse d’espérance que la posture fataliste consistant à attendre un miracle, l’intervention du Saint Esprit, une autre Jeanne d’Arc, ou je ne sais qu’elle autre artifice excusant l’inaction.

     

    Répondre à ce message

  • #1549250

    Ce qui vient à l’esprit, c’est que le terrorisme est une atteinte à l’intégrité d’une entité politique reconnue par le droit international, au nom d’une entité politique non reconnue par le droit international, alors que le crime contre l’humanité est une atteinte au droit international humanitaire mais cette fois, perpétrée sciemment par un État.

    Bien sûr, on sait que ces notions sont très malléables et que malheureusement pour la population occupée, le conflit (qui ne dit pas son nom) israélo-palestinien fait cas d’école quant à cette malléabilité, tant pour le concept de terrorisme que pour celui de crime contre l’humanité.

    Mais ce qui est également intéressant, c’est le statut de civil.

    Après les attentats du 11 septembre, pour répondre à ceux qui se demandaient quel pouvait bien être l’intérêt pour de supposés terroristes de s’attaquer massivement à la population civile, les médias ont expliqué que pour les "barbares", nous civils sommes tenus pour responsables des actions de nos gouvernements élus car nous sommes citoyens votants dans une démocratie.

    Certains ont ensuite pensé "ben ils auraient quand même pu diriger les avions sur la Maison Blanche ou encore sur Hollywood, non ?"
    Mais bon, c’est un tout autre débat...

    Pour en revenir au statut de civil, c’est encore un peu tordu quand on se rend compte que ce civil souvent ne peut exprimer ses doutes sur la légitimité de l’autorité gouvernementale car ces doutes pourraient justement être considérés comme apologie du terrorisme ou encore comme apologie de crimes contre l’humanité !

    À priori le bonhomme il ne fait que parler, il n’a même pas besoin d’être un pousse-au-crime. Il vaut d’ailleurs mieux pour le civil promouvoir le trafic de drogue ou le vol à la tire plutôt que de parler des dimensions des chambres à gaz à Auschwitz !

    Il faudra que quelqu’un est la gentillesse d’expliquer ça au Professeur Faurisson, mais bon, c’est vrai qu’il est un peu âgé pour s’adonner au vol de sac à main et au crack...

    En conclusion, le civil se trouve dans une situation paradoxale : l’État et son supposé ennemi juré -le terroriste- peuvent le prendre pour cible, selon les besoins du script !

    C’est à se demander si le civil, pris en sandwich entre ces deux tranches de pain, n’a pas affaire au même animal...

     

    Répondre à ce message