Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Transhumanisme, la fin de l’espèce humaine – Conférence du Dr. Dickès à Lille

L’équipe d’E&R Lille accueillera Jean-Pierre Dickès le vendredi 25 novembre 2016 à 19h30 à Lille pour une conférence intitulée « Transhumanisme, la fin de l’espèce humaine ».

 

Réservations : reservation.erlille@outlook.fr

Entrée : 5 euros.

 

La bande-annonce de l’événement :

 

 

Bien préparer la conférence avec Kontre Kulture :

En lien, sur E&R :

Pour soutenir les sections régionales d’Égalité & Réconciliation :

 






Alerter

8 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • L’avancée technologique incroyable qui vient encore, part de la nécessité de sauver des vies (organes artificiels), d’aider au handicap (prothèses), de jouer et de s’instruire (jeux vidéos, internet), du sexe (recherche de la texture de la peau)...
    Toute cette science qui progresse converge-t-elle vers un but précis qui est de remplacer l’homme par des machines ? Serions-nous par nos défauts et nos envies nos propres détracteurs ou les créateurs d’un tout, d’un être sans faille qui peut jouir de tout indéfiniment ?

     

    Répondre à ce message

  • Le transhumanisme moderne, afin de changer la nature des hommes, n’est peut-être qu’une volonté pour certains de renouer avec d’anciens mythes mésopotamiens.

    Mythe où l’on retrouve ce personnage, dont parle Pierre Jovanovi, dans son livre : « le mensonge universel » qui porte le nom de « Enki ».

    Le mythe raconte qu’à l’origine l’homme serait issu d’une transformation génétique, destinée à en faire un esclave, mais que la manipulation n’aurait pas eu l’effet escompté.
    Un conflit entre « Enki » et son père « Anu » créateur du monde, sur le sort fait aux hommes aurait alors eu lieu.

    « An (en sumérien), Anu (en akkadien), était considéré dans la mythologie mésopotamienne comme le dieu du ciel, de la végétation ainsi que de la pluie ; il était le père de tous les dieux. Il habitait un royaume dans les cieux ; on disait de lui qu’il avait le pouvoir de juger tous les criminels. Il était notamment le père d’Enlil et d’Enki. »

    https://fr.wikipedia.org/wiki/An_%2...
    http://www.jovanovic.com/mensonge.htm

     

    Répondre à ce message

    • #1598777
      Le 11 novembre à 13:18 par Baygon vert et Raygon jaune
      Transhumanisme, la fin de l’espèce humaine – Conférence du Dr. Dickès à (...)

      Quand la conscience prend possession d’elle-même elle est semblable à la mite, cette bestiole consciencieuse qui bouffe le lainage et rend les fringues importables.

      C’est pour cela qu’en cas de mythe, il convient de porter des vêtements de piètre qualité... Dont on se dépossèdera sans effort, ni remords ; sachant que le mythe n’est qu’imagé et qu’imager n’est pas ce qui est, juste ce qui est du passé. Quelle stupidité de s’intéresser aux mythes, s’intéresser à eux, c’est s’assurer de se faire bouffer par des mites. Rappelons que la mite ne sait que bouffer la lhaine sur le dos.

      Pour préserver les beaux lainages, ceux de qualité, ne pas hésiter à écraser la mite à vue.

      Une mite n’est rien d’autre qu’un parasite teigneux. Le teigneux sans raison objective se satisfait dans le fait de rabaisser l’autre pour l’humilier et le mettre dans la position de s’exclure du rejet, vu que le parasite n’a pas la force de rejeter lui-même celui qu’il exclut.

      Dans l’exclusion le parasite croît qu’il en restera plus pour lui sans partage.

       
    • @ Raygon

      « Quelle stupidité de s’intéresser aux mythes, s’intéresser à eux, c’est s’assurer de se faire bouffer par des mites »

      C’est la question que je me suis posée à propos des « Kabbalistes », des « francs-maçons » et autres « Illuminés », dont les millions de membres, occupent pour la plupart, de hautes fonctions au sein du pouvoir.

      Pourquoi ces gens « très intelligents » font-ils tant d’effort depuis des siècles pour se transmettre de génération en génération de vieux mythes (surtout depuis le 18e siècle) au travers de rituels, signes et autres symboles, souvent désuets ?
      Pourquoi Rockefeller a-t-il fait appel au Mythe en faisant construire une statue de Baphomet à Détroit en 2015 ?

      Enfin, pourquoi depuis quelques années « de la spiritualité » satanique « adulescente » (dite « Illuminatis ») est-elle injectée à forte dose dans les populations, par le biais des médias, des artistes et des hommes politiques, à destination d’une population « déjà livrée au libéralisme à outrance » et qui n’en a plus besoin ?
      C’est probablement pour une question de libre arbitre.
      En fait en matière de conscience, il y a toujours l’antithèse de cette conscience.

      Pour les « illuminés » du 18e. Après avoir « privatisé » l’histoire et le savoir humain « authentique » et orienté l’homme vers le mal, il fallait retirer à celui-ci son libre arbitre.
      C’est là qu’intervient probablement l’idée du transhumanisme.

       
    • @Baygon vert et Raygon jaune

      Savoir faire des jeux de mots et écrire sans faute ne garantit pas des arguments imparables.
      Les mythes sont ce qui nous reste de sociétés mortes tentant d’interpréter le monde ; ils ont lentement façonné, par passages de témoin successifs, notre propre vision du monde et resteront un patrimoine imprescriptible de la pensée humaine - car toutes les sociétés ont créé des récits que nous nommons "mythes".

      Vous faites probablement allusion aux mythes gréco-latins, scandinaves, juifs, et mésopotamiens, ceux qui nous sont les plus familiers ; mais vous trouverez des mythes dans n’importe laquelle des sociétés traditionnelles des 5 continents, même dans les plus isolées et minuscules.

      Ils sont à la fois des cosmogonies (histoire de la naissance du monde visible - ou de l’univers global) et des récits fantastiques se voulant "historiques".

      Ils expriment autant sur les sociétés qui les ont produits (relisons Dumézil, par exemple) que leur contenu en eux-mêmes.

      À moins de vouloir faire du passé une absurde tabula rasa, les sociétés humaines devront toujours composer avec les mythes des sociétés qui les ont précédées, mythes vivants ou agonisants, dont elles se souviennent plus ou moins bien ; et ça ne se joue pas au niveau d’un individu (qui écrit bien, ceci dit ;-).

      Le transhumanisme est à côté des mythes, il est en dehors d’eux. Je pense que c’est une fausse lecture, une facilité de journaliste intellectuellement fauché.
      Il n’est que l’énième expression de cette tendance très pénible parfois qu’a notre espèce de vouloir concrétiser toute chose dès qu’elle est matériellement faisable, atteignable, accessible, réalisable - pas seulement mais surtout s’il y a du profit à la clé.

      Cette étrange discipline qu’est l’alpinisme (même si elle ressort aussi du goût de l’exploit physique individuel et du fait de se mesurer seul à la nature et aux éléments) en est un exemple parmi mille.
      La conception de la bombe atomique, pour d’autres motifs connexes, également.
      Etc.

      Je ne suis pas très cultivé, mais je suis bien certain que l’on a dû philosopher à ce sujet dans le passé et que l’on doit encore penser là-dessus de nos jours.

      Je sens venir une vague inévitable, selon la loi de Murphy aussi ; mais tout sera réservé aux plus riches pendant une première phase plus ou moins longue. Et les rapports sociaux vont considérablement se complexifier.

       
    • #1606251
      Le 21 novembre à 00:01 par Baygon vert et Raygon jaune
      Transhumanisme, la fin de l’espèce humaine – Conférence du Dr. Dickès à (...)

      @ Lecorduroy

      Je vous l’accorde « composons ».

       
  • En "augmentant" j ai bien peur qu on amplifie la connerie aussi ............

     

    Répondre à ce message

    • D’autant plus que d’après moi mais je ne suis pas le seul , dans ce domaine on a une marge infinie mdr plus sérieusement en définitive tout cela part d’un postulat disant que la machine et le savoir est supérieur à tout. mais hier soir, tombant sur une vidéo sur you tube parlant de darwin , quel ne fut pas mon étonnement en voyant que par rapport à la nature on est loin derrière. Par exemple concernant le stockage des données la molécule d’ADN est infiniment plus performante que le der nier de nos ordis et etc.. ;etc