Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Troisième anniversaire de la mort d’Hugo Chavez

Et sortie officielle du documentaire et des ouvrages de Vincent Lapierre

En ce 5 mars 2016, il est un homme qui manque cruellement à son pays, c’est Hugo Chavez. En effet, depuis sa mort, il y a trois ans, la situation au Venezuela n’a cessé de s’aggraver. Sur le plan géopolitique d’abord, le pays caribéen est pris au piège d’une stratégie de division fomentée par les États-Unis, lesquels cherchent par tous les moyens à reprendre le contrôle de la première réserve de pétrole au monde.

 

Pour cela, leur tactique est de briser l’alliance-clé en Amérique du Sud : le couple Cuba-Venezuela, qui incarne le berceau idéologique des révolutions nationales latino-américaines. Mais cette attaque se porte également sur le plan économique, avec une évolution du prix du baril extrêmement défavorable au Venezuela, passant de plus de 100 dollars sous la présidence d’Hugo Chavez, à environ 30 dollars le baril aujourd’hui. Les répercussions de cette chute sont dramatiques pour la stabilité du gouvernement de Nicolas Maduro, dont tous les programmes sociaux dépendent des revenus pétroliers. Les prêts chinois ne suffisent plus : pris à la gorge, le Venezuela est désormais obligé de négocier auprès des banques européennes l’or qu’avait fait rapatrier Hugo Chavez en décembre 2011.

Les pénuries, l’insécurité, l’inflation, la crise institutionnelle, les alliés qui tombent un à un, comme Cristina Kirchner, par exemple, non reconduite à la tête de l’Argentine, demain Evo Morales ; incontestablement, le Venezuela se trouve dans une situation critique. L’Empire, par ses attaques sur plusieurs fronts, est en train de parvenir à renverser la vapeur en Amérique du Sud et mettre fin subtilement au virage anti-impérialiste sud-américain.

Mais par le biais de ce continent, c’est bien sûr la Russie et la Chine qui sont attaquées et plus largement, le monde multipolaire qu’Hugo Chavez appelait de ses vœux. Pour les États-Unis, il fallait impérativement briser toute velléité d’indépendance et de remise en cause de leur influence dans leur « pré-carré ». L’assassinat d’Hugo Chavez constituait la première étape de ce plan de reconquête. Et la crise profonde qu’endure aujourd’hui le Venezuela nous montre avec quel acharnement l’Empire punit ceux qui osent se dresser contre lui. Désormais, malheureusement, la seule question qui se pose est : sans Hugo Chavez, combien de temps les Vénézuéliens vont-ils encore tenir ?

En ce jour anniversaire de la mort d’Hugo Chavez, nous adressons tout notre soutien au peuple vénézuélien, dont la première phrase de son hymne national, si souvent chanté par Hugo Chavez, résume notre pensée :

« Gloire au peuple courageux, qui du joug s’est libéré »

- Vincent Lapierre pour E&R-

 

Le 1er août 2012, le président Hugo Chavez explique les raisons du retrait de son pays de la « néfaste, pourrie et dégénérée » CIDH, la Commission interaméricaine des droits de l’homme.
Gardien jaloux de l’indépendance de son pays en particulier et des peuples en général, interrogé sur la Syrie, l’Europe et la France, Chavez montre qu’il avait raison, quatre ans plus tôt...

 

 


 

Sortie officielle du documentaire et des deux ouvrages
de Vincent Lapierre !

 

Ce troisième anniversaire est aussi le jour de la sortie officielle du documentaire réalisé en partie sur place lors des obsèques d’Hugo Chavez, ainsi que deux ouvrages écrits par Vincent Lapierre : une anthologie de discours ainsi qu’une biographie, très probablement la seule et la plus complète biographie d’Hugo Chavez en langue française.

 

Les souscripteurs qui ont, avec patience, soutenu la réalisation du documentaire, recevront prochainement par voie postale le DVD et le livre des discours qui sont en cours d’impression.

Il est à noter que le documentaire, se voulant aussi complet que le livre dont il est issu, durera plus de 3 heures ! Sa réalisation en est d’autant plus longue, mais c’est le prix à payer pour offrir un véritable document exhaustif sur l’histoire du Venezuela, la naissance, la jeunesse et la formation d’Hugo Chávez, sa prise de pouvoir, sa présidence puis sa mort.

Dès lors, le boitier DVD qui sera livré avec l’anthologie des discours ne comportera pour le moment que la première partie (histoire du Venezuela et l’ensemble de la vie d’Hugo Chávez jusqu’à son accès à la présidence). Bien entendu, dès que la 2ème partie (la présidence, la mort, les funérailles et l’héritage) du documentaire sera terminée, celle-ci sera envoyée gracieusement aux souscripteurs qui pourront ranger le deuxième DVD dans le boitier, à côté du premier.

La mise en vente se fera prochainement sur notre site partenaire Kontre Kulture. Un article sur le site Égalité & Réconciliation préviendra nos lecteurs.

Le difficile processus d’indépendance des États sud-américains vis-à-vis de l’Empire, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

27 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1411959

    Donc, rien à voir avec sa politique...

    Les gars une bonne politique est une politique qui prépare l’avenir… Désolé mais Chavez a foiré sur toute la ligne. Il a coulé le Vénézuela...

     

    • #1412023

      Oui c’est ça, il a foiré sur toute la ligne parce qu’il a résisté et d’ailleur il en est mort assassiné. Avec des raisonnement pareil, on a plus qu’à se dire que la France a ce qu’elle mérite et si on fait autrement (une politique anti-impérialiste par exemple), on coulera le pays. Je dis bravo, avec vous on est rendu. Préparons l’avenir : fermons E&R et votons umps, tout ira bien dans le Meilleur des mondes...


    • #1412024

      ? ?????????????? J ai deja lu des commentaires stupides sur ER, mais celui là depasse tout ce que je pouvais imaginer....


    • le venezuela été deja une poubelle avant Chavez....


    • #1412144

      Cher Monsieur,
      Vous vouliez que Hugo Chavez baisse son pantalon devant les usa ?

      Vous avez une piètre vision des choses. H. Chavez à choisi le combat frontal contre l’oligarchie sans scrupule américaine, afin de tenter d’apporter un certain niveau de vie à son peuple. C’était un combat hors norme, mais il a eut le courage de le tenter. N’oubliez pas qu’il était officier parachutiste, ce qui dénote une certaine force de caractère, ce que vous ignorez sans doute.
      Actuellement l’oligarchie américaine est la plus forte, et si on suit votre raisonnement, il faut que tous les peuples disent amen à l’oncle Sam. La chute de l’Empire, ne pourra venir que par le refus des peuples à se laisser dominer par une caste de voyous sans la moindre considération pour l’humanité, mais qui donne des leçons au monde entier au nom "des droits de l’homme".

      Merci à Vincent Lapierre pour le formidable travail qu’il a accomplit.


    • Heureusement Granada arrive, lui qui ne foire rien. A part peut-être ses commentaires.


    • #1412353

      Granada offensive..qui fait pschittt


    • #1412525

      Pour me faire l’avocat du Diable il est vrai que la politique monétaire à été un fiasco. Le Venezuela connait des niveaux d’inflation délirant. C’est ce qui le plombe aujourd’hui. Cela n’enléve rien aux bénéfices du Chavisme pour les classes populaires et pour l’indépendance du pays. Y’aurait un vrai débat à mener sur l’hériatge du chavisme. Ça pourrait étre riche d’enseignement pour les patriotes que nous sommes.


    • #1412624

      Pardon, mais ce commentaire n’a rien de stupide. Je sais bien que beaucoup de membres ER aiment Chavez, mais on peut avoir le droit de le critiquer sans être un ayatollah ou un caniche à la solde des USA.
      Je ne suis pas un spécialiste concernant ce pays, mais tout ne peut être entièrement noir ou blanc.
      Toute politique a ses avantages et ses inconvénients, qu’on peut juger à l’instant t ; mais c’est quand même sur du long terme qu’on peut juger une politique. On peut accuser l’impérialisme américain sur ce qui ne va pas, mais ça me parait facile de ne voir que cet aspect là : d’autres pays ont eux aussi du pétrole et ont eux aussi choisi de s’affranchir du joug américain.


    • #1412666
      le 06/03/2016 par Vincent Lapierre
      Troisième anniversaire de la mort d’Hugo Chavez

      Bonjour à vous,

      Il est vrai que lorsque l’on se rend à Caracas, la première impression que l’on a c’est : "Qu’est-ce que c’est que ce bordel ?" : pays dangereux, bureaucratie incroyablement lourde, services publics saturés, inflation, etc. Et donc, perdu dans ce marasme, l’européen est tenté de se dire : "Chavez a fait du mauvais boulot".

      C’est là qu’intervient le travail d’analyse, qui permet de comprendre les causes invisibles de ce que l’on observe : en voulant s’émanciper de la tutelle des États-Unis, Chavez a exposé le Venezuela aux mesures de rétorsion de l’Empire, à la fois sur le plan de la violence (infiltration de paramilitaires colombiens, coup d’État de 2002, etc.), de la guerre économique (résistance passive des grands groupes industriels, accaparement de marchandises pour créer la pénurie et donc l’inflation, non livraison de pièces de rechange pour les marques américaines, etc.), de la haute finance (attaques sur le bolivar pour déstabiliser la politique de change, fuite de capitaux, spéculation sur le marché parallèle du dollar, résistance pour le rapatriement de l’or, etc.) de la géopolitique pour tenter d’isoler le Venezuela, de la guerre médiatique (diabolisation permanente de Chavez dans le monde entier), etc. Sans parler du fait que le Venezuela était déjà un pays sous-développé avant que Chavez n’arrive au pouvoir : la violence était un problème endémique, l’inflation culminait à 115%, la pauvreté était généralisée ainsi que l’analphabétisme, les soins de santé inaccessibles à la majorité, etc.

      Donc, si Chavez n’est pas parvenu à résoudre tous les problèmes des Vénézuéliens (qui y serait parvenu en 14 ans de pouvoir ?) ce qu’il a fait, et c’est déjà beaucoup, c’est mettre la manne pétrolière au service de politiques sociales ambitieuses, lesquelles ont obtenues des résultats exceptionnels : division par deux de la pauvreté, anéantissement de l’analphabétisme, construction de logements, etc.

      Donc, si on est logique et juste, ce n’est pas Chavez qu’il faut critiquer en premier pour la plupart des problèmes rencontrés au Venezuela, mais bien ceux qui usent de méthodes de mafieux pour punir et faire tomber les gouvernements insoumis ! Si demain, une révolution nationale éclatait en France, il se passerait exactement la même chose : pénuries, inflation, foyer de violence, etc. Et il y aurait des gens pour dire : "Le gouvernement a fait couler la France". Cela s’appelle confondre les causes et les conséquences.


  • #1411965

    " L’assassinat d’Hugo Chavez constituait la première étape "... Des preuves concrètes d’un quelconque assassinat ? J’en sui moi-même convaincu, mais le démontrer est autre chose.

     

    • #1412300
      le 05/03/2016 par The Shoavengers
      Troisième anniversaire de la mort d’Hugo Chavez

      C’est très facile, il suffit d’écrire au Bureau des Preuves Concrètes, 15 rue cognac-Jay, 75001 Paris.
      Sinon, des présidents de pays qui meurent d’un cancer, ou d’une mort parfaitement naturelle, vous en connaissez beaucoup dans l’histoire moderne ?


    • Induction de cancer.
      Intéressez-vous à cet armement d’un nouveau genre.


  • #1411984

    Merci Vincent pour ce travail dédié à la mémoire et à la dignité des peuples latino-américains. Ce sera un témoignage pour la vérité au cas où même le souvenir des actes du Comandante serait entaché, distorsionné voire effacé par les manipulations des requins gringos.
    Pour le reste, je n’ai pas beaucoup d’espoirs.Sans Chavez, c’est non seulement le peuple vénézuelien mais tous les peuples sud-américains qui vont souffrir (plus).
    Le Comandante était un rempart à l’impérialisme...il lui a passé sur le corps et maintenant plus rien ne l’arrêtera.
    Après Cristina ce sera le tour d’Evo a prendre la porte. On ne peut pas compter sur Santos le traitre et le Peru ne fera rien pour arrêter la vague déferlante des parasites capitalistes.
    L’envol latino-américain de ces quinze dernières années a malheureusement pris fin, le rêve est fini. Retour a la case départ (ou pire). Pauvreté, abus policiers, génocide des indiens, assassinats, corruption, troubles sociaux, narcotraffic, saccage du milieu naturel et vol des matières premières vont reprendre de plus belle.
    ¡Qué pena me da !


  • ENFIN !!! Le projet va enfin voir le jour !! superbe ! grandiose.

     

  • #1412160
    le 05/03/2016 par révi-sioniste
    Troisième anniversaire de la mort d’Hugo Chavez

    Tout ceci nous démontre avec brio qu’une démocratie parlementaire ne détient absolument pas les armes nécessaires pour se protéger face a l’impérialisme de l’empire.Comment résister quand il suffit de mener la vie dure au régime en l’asphyxiant économiquement et d’attendre tranquillement les prochaines élections pour remettre ses pions en place et annuler ainsi des années de dur labeur ? Seule une dictature pourra résister,a l’image de celles qui le font déjà.


  • 3 ans déjà j’ai l’impression que c’était hier, ça passe trop vite... Et la situation change tellement.


  • #1412332
    le 05/03/2016 par l’Omnivore Sobriquet
    Troisième anniversaire de la mort d’Hugo Chavez

    Chavez à gauche, Poutine à droite, Le Pen au milieu !

    C’était mon slogan perso pour les Présidentielles (françaises) de 2007.
    Bon ça n’était pas vraiment compatible 100% électorat mais moi ça me plaisait bien.
    Et puis la campagne JMLP de 2007, sa proposition politique, était carrément très bonne. Pas de flagornerie de ma part (et oui AS était dans le coup), malgré le flop la proposition était excellente on s’en souvient.

    Une France Le Pen ’au centre" de la carte avec Chavez ’à gauche’ et Poutine ’à droite’... et le monde aujourd’hui serait bien meilleur...
    Même avec une Washingtonia encore puissante.


  • #1412359

    Bravo Chavez ! Que dieu est ton âme.

     

  • D’abord je veux féliciter Vincent Lapierre du travail de journalisme qu’il réalise...un travail dont la qualité n’a pas d’égal. Il faut dire que dans le milieu poser une question qui dérange ça ne se fait pas. Aussi, il est bon de dire que M. Lapierre a une voix qui se prête à la perfection à la radio.

    Sur son travail d’écriture, j’ai hâte de découvrir ses recherches sachant que Hugo Chavez a été de loin le premier à rentrer en conflit frontal avec l’impérialisme ricain et à toutes ses dérives. Cette confrontation place ce Héros comme l’initiateur des changements bénéfiques vers lesquels nous nous dirigeons. l’Histoire des Justes le placera à cette place là.


  • #1412522

    Bravo pour ce gros travail. Quoi qu’on en dise Chavez est une figure incontournable du nationalisme. Il était impératif qu’E&R soit leader et referent sur la question. Un grand coup de chapeau à Pierre !


  • #1413294

    En ce qui concerne le Vénézuela je serais curieux de savoir où en sont les chiffres de la délinquance depuis que Maduro a interdit les armes aux civils en 2013...


  • #1413302

    Et encore bravo pour le travail de Vincent Lapierre. J’espère que en tant que journaliste indépendant il montrera l’exemple et restera objectif.
    Il est certain que Chavez restera dans l’histoire, probablement deviendra-t-il une légende. Mais il n’est pas resté assez longtemps au pouvoir pour réaliser des miracles.


  • #1414296

    La situation économique désastreuse du Vénézuela confirme par l’exemple l’insanité de la doctrine marxiste.
    Tous les peuples qui en ont subi le joug l’ont ainsi souffert et l’UE, gouvernée par les pires des marxistes puisqu’ils appliquent la même idéologie à la culture (marxisme culturel, école de Frankfort).
    Certes, Chavez était anti-sioniste, mais son échec devrait d’exemple servir à tous ceux qui, envers et contre toute lucidité, persistent dans leur aveuglement marxiste.

     

  • Commentaires suivants