Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Trump et l’intelligentsia libérale : accusé de racisme et de fascisme par d’hypocrites élites meurtrières

L’essayiste belge Jean Bricmont analyse la campagne électorale du candidat à la présidentielle américaine Donald Trump.

Un nouveau spectre hante les élites américaines : la candidature de Donald Trump à l’élection présidentielle et son succès dans la course à l’investiture du côté républicain. Même l’establishment républicain souhaite bloquer son ascension, bien qu’il attire des foules considérables vers son parti. Du côté démocrate, on espère que son aspect répulsif permettra de faire élire Hillary Clinton.

 

« Trump est grossier, insultant, démagogue, dit une chose et son contraire et est un peu mégalomaniaque »

Commençons par admettre ce qui paraît évident : Trump est grossier, insultant, démagogue, dit une chose et son contraire et est un peu mégalomaniaque.

Mais au-delà de cela, il y a dans la rhétorique anti-Trump pas mal d’aspects révélateurs de la mentalité des élites.

D’abord, on y trouve un de leurs arc-réflexes favoris : les accusations de « fascisme » et d’être un « nouvel Hitler ». Depuis que Nasser fut le « Hitler sur le Nil » lors de la nationalisation du canal de Suez, les « nouveaux Hitler » poussent dans l’imaginaire occidental comme les champignons dans les bois en automne : Milosevic, Le Pen, Poutine, Khadhafi, Saddam Hussein, Assad ont tous eu droit à ce genre de comparaisons.

Mais un président des États-Unis n’est pas un dictateur et il n’y a aucun mouvement insurrectionnel derrière Trump. Si Trump s’attaquait sérieusement aux droits ou aux privilèges des élites, il serait rapidement remis à sa place. Après tout, Nixon a remporté une victoire électorale éclatante en 1972 et a dû démissionner peu après parce que, au lieu de s’attaquer brutalement aux marginaux, aux révolutionnaires ou aux peuples d’Indochine, comme il avait l’habitude de le faire, il était impliqué dans une tentative d’espionnage du parti démocrate – le Watergate.

En fait, si Trump tentait d’appliquer les aspects protectionnistes de son programme ou ceux contre l’immigration illégale, il aurait face à lui toute la force du patronat transnational, et le plus gros de la presse et du Congrès. S’il tentait d’être réellement neutre dans le conflit israélo-palestinien, comme il prétend vouloir l’être, le lobby pro-israélien lui ferait vite comprendre que ce ne sont pas des choses qui se font aux États-Unis.

« Loin d’être une “menace fasciste”, le danger de Trump président serait qu’il ne fasse rien de ce qu’il promet à ses électeurs »

Au moins, le candidat démocrate Sanders, qui est aussi un peu « hors norme », a averti ses électeurs qu’il ne pourrait rien faire, comme président, sans un mouvement populaire derrière lui (ce qui est exact). Mais la même chose est vraie pour Trump, sauf que Trump pense incarner l’homme providentiel qui va tout régler lui-même. Loin d’être une « menace fasciste », le danger de Trump président serait qu’il ne fasse rien de ce qu’il promet à ses électeurs et qu’il poursuive les politiques traditionnelles avec plus de vigueur.

Un autre aspect amusant des campagnes anti-Trump dans la bien-pensance de gauche, c’est qu’on le présente comme totalement hors-norme, inacceptable, à cause de son « racisme ». Tout d’abord, comparé à quoi une présidence Trump serait-elle pire ? À la guerre du Vietnam, au bombardement du Cambodge et du Laos, à toutes les guerres au Moyen-Orient, au soutien à l’apartheid en Afrique du Sud à l’Indonésie de Suharto et à Israël lors de chacune de ses guerres, aux massacres de masse en Amérique centrale, aux coups d’État en Amérique Latine ou en Iran, aux multiples embargos contre Cuba, l’Iran, l’Irak, à la politique des sanctions, à la course aux armements infligée aux pays qui déplaisent aux États-Unis et qui doivent se défendre ?

« Comme nous vivons dans une culture où les paroles sont plus importantes que les actes, et que Clinton est parfaitement politiquement correcte dans sa façon de s’exprimer, son racisme est invisible »

Lire la suite de l’article sur francais.rt.com

Les dernières interventions de Jean Bricmont, voir sur E&R :

 

Sur l’émergence de Trump, voir sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

15 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • On reconnaît de suite une certaine marque d’orgueil dans cette accusation pré-électorale : le type est accusé et jugé alors qu’il n’a encore rien fait !
    Du reste, je ne vais pas soutenir Trump qui a un discours d’impérialiste américain, ce qui est là aussi très hypocrite de la part de ses détracteurs qui ne le sont pas moins que lui !
    Bref bouffez-vous entre vous, et restez bien éloignés, de l’autre côté de l’océan.

     

    • Il a pas un discours impérialiste, c’est n’importe quoi de dire ça ; sur le plan international son discours est « chacun chez soi et les vaches sont bien gardées »… Il s’oppose au mode d’action habituelle de déclencher des guerres sur de faux prétextes, il veut coopérer avec Poutine et les autres, il s’oppose aux accords de libre échange tels que TPP ou TAFTA, bref, je vois pas trop en quoi son discours est impérialiste. Il veut que son pays redevienne grand de l’intérieur, il a un discours nationaliste, ça, je vois pas comment on pourrait lui reprocher.


  • Derrière Trump il y a vraiment un mouvement populaire composé de l’Amérique productive.
    Trump me plait de plus en plus ! Certes entre ce qu’il dit et ce qu’il fera et pourra faire s’il devait être élu il y aura probablement une grande marge mais il subsiste un espoir car de toute évidence il fait peur à l’establishment et cette peur n’est pas feinte ! Trump est la voix non seulement de l’Amérique productive mais aussi d’un réseau de ce qu’il reste de l’élite patriote.


  • Je vais faire court car voir de longs messages impitoyablement censurés est lassant, mais de nombreuses personnes se fourvoient sur Donald Trump.
    Ce dernier est totalement un homme du système, ce que l’on appelle une opposition contrôlée. Plus précisément, il est l’homme du Likhud, qui réalise à travers lui une OPA sur le "good old party", le Parti Républicain.
    Une OPA similaire à celle faite par la "nouvelle" gauche trotsko-sioniste sur les Démocrates sous le mandat de Clinton.
    Quelques faits établis et aisément vérifiables pour étayer mes dires :
    - Trump est un grand pote de Bibi, il lui a apporté son soutien lors de ses campagnes électorales.
    - Sa fille, mariée à un élu, s’est convertie au judaïsme.
    - Son chef de campagne depuis le début de celle-ci, est un dénommé Michael Glassner, anciennement Directeur régionnal de l’AIPAC.

    Je tiens à votre disposition toute une série d’infos fiables si vous désirez vous forger sur Donald Trump un point de vue plus conforme à la réalité que l’idée communémment admise par les milieux dissidents Européens.

     

  • " lui permettra d’abord d’achever de vaincre Sanders et, avec l’appui de celui-ci, de vaincre Trump en novembre. "

    Impossible car le camp sanders émet un rejet profond et presque epidermique de Hillary Clinton.
    J’ai déjà croisé de nombreux supporter signifiant que si Hillary passe il ne voteront pas pour elle.

    La campagne de Sanders se fait également ( par ses supporter ) contre Hillary, mettant en avance tous ses défaut et dysfonctionnement en tant que personne.


  • Trump est soutenu par JMLP, par Poutine, par David Duke, et il y en a encore qui font la fine bouche...


  • On ne sait ce qui se passera par la suite ,mais Trump vaut mieux que HC ,c’est certainement moins dangereux. Mais ce qui ne plait pas chez les gauchos bobos mondialistes c’est que Trump a un projet pro américain patriote et pas mondialiste,c’est ce qui ressort de ces discours. Alors bien sur c’est un fasciste,tout ce qui ne va pas dans leur sens est fasciste.

     

  • Trump est pour la reprise des relations avec la Russie,pour le désengagement de l’OTAN en Europe,il n’a fait aucune promesse à un certain lobby très puissant aux USA qui compte des millions d’electeurs.
    c’est surtout ça qui dérange les journalistes soumis carpettes des sionistes et du lobby militaro-industriel américain.
    alors on l’accuse de racisme et de fachisme,quant on veut tuer son chien on dit qu’il a la rage...


  • " Racisme invisible" , tellement vrai. Politiquement correct en surface. Le reste ne compte pas dans ce monde des apparences et du bien-penser sur mesure.
    Et puis quand tu es dans le "bon camps", tu peux y aller à fond, de toute façon, personne ne te dira rien.


  • TRUMP parle à l’AIPAC ce soir, pour ceux qui veulent regarder en direct, direction youtube sur right side broadcasting.

    Ca permettra d’y voir un peu plus clair sur son courage face à notre lobby bien-aimé.