Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Un ancien officier SS recruté par les services secrets israéliens

Otto Skorzeny a-t-il travaillé pour le Mossad ?

Le journal israélien Haaretz et la revue américaine Forward viennent de publier un article surprenant sur un proche d’Hitler, l’Obersturmbannführer SS Otto Skorzeny, qui a rejoint le Mossad – les services secrets israéliens – après la Seconde Guerre mondiale pour y remplir des missions de très haute importance.

 

JPEG - 77.9 ko
le Hauptsturmführer Otto Skorzeny (2e à partir de la droite) pendant le règne nazi.

 

Son histoire est conservée dans les archives des renseignements israéliens, précisent les auteurs de l’article Dan Raviv et Yossi Melman.

Son parcours ressemble au scénario d’un thriller. Le 11 septembre 1962, le chercheur allemand Heinz Krug, expert en construction de missiles, disparaissait à Munich. Il avait travaillé pendant la Seconde Guerre mondiale au centre de recherche militaire de Peenemünde, au bord de la mer Baltique. Après la guerre, Krug devait partir travailler aux USA mais avait choisi une autre voie pour finalement coopérer avec le gouvernement égyptien, qui développait son propre programme secret de missiles. C’est comme ça que Krug a été remarqué par le Mossad : il était au sommet de la liste des cibles de l’agence car Israël pensait que le chercheur voyait dans la coopération avec l’Égypte une opportunité pour poursuivre l’élimination des Juifs.

On sait qu’habituellement, les chercheurs allemands qui travaillaient pour le gouvernement égyptien recevaient par téléphone des menaces de mort et même des lettres contenant des explosifs. Krug n’a pas fait exception. Effrayé, il a demandé l’aide d’un officier allemand loyal et résolu : Otto Skorzeny.

 

JPEG - 52.5 ko
Le 12 septembre 1943, Skorzeny et son commandé posent avec Benito Mussolini, fraîchement libéré

 

De son vivant encore, Otto Skorzeny était déjà entré dans la légende. C’était le « nazi modèle », le « super agent de diversion » prêt à tout pour remplir sa mission, l’homme « le plus dangereux d’Europe » selon les renseignements américains et britanniques. Pour ses qualités il n’était pas simplement apprécié par Adolf Hitler : Skorzeny a été personnellement choisi par le führer comme chef de l’opération pour libérer son ami le dictateur italien Benito Mussolini, en 1943. Par la suite Skorzeny deviendra l’un des chefs de la SS : il dirigera la mission pour assassiner Staline, Roosevelt et Churchill pendant la conférence de Téhéran (opération « Grand Saut » — échec), participera à la répression de la mutinerie des généraux de la Wehrmacht après l’attentat contre Hitler le 20 juillet 1944, organisera l’enlèvement du fils du régent de Hongrie Miklos Horthy et prendra part à d’autres opérations célèbres.

Quand Krug a contacté Skorzeny, ce dernier vivait alors en Espagne avec un passeport délivré, dit-on, par Francisco Franco en personne. Le « super agent » a accepté d’aider le chercheur et les deux hommes se sont rencontrés à Munich. Le 11 septembre 1962, Krug s’est assis dans la Mercedes blanche de Skorzeny et s’est vu proposer de parler de l’organisation de sa protection dans un endroit sûr au nord de la ville. Plus personne ne l’a revu. Selon les informations déclassifiées du Mossad, le constructeur de missiles a été abattu et son corps aspergé d’acide. Ses restes ont été enterrés et sa tombe recouverte de chaux pour que les chiens ne puissent pas le découvrir. D’après Raviv et Melman, le chef des opérations spéciales du Mossad Yitzhak Shamir, futur premier ministre israélien, et Peter Malkin, connu pour avoir capturé Adolf Eichmann en Argentine, faisaient partie des agents qui ont coordonné cette exécution. L’homme qui a pressé la détente, enfin, était Skorzeny — l’ancien nazi, à qui Hitler faisait confiance et qu’il respectait, travaillait désormais pour le Mossad.

Les services secrets israéliens ne lésinaient pas sur les moyens d’atteindre leurs objectifs et, si besoin, faisait appel à des individus en tout genre, y compris des ennemis jurés. Mais pourquoi le « nazi modèle » Skorzeny a-t-il accepté de travailler pour Israël ?
La biographie de cet homme sous-entend qu’il croyait sincèrement à l’idée nazie et était loyal au führer personnellement : en 1931, à l’âge de 23 ans, il avait adhéré à l’aile autrichienne du Parti national-socialiste des travailleurs allemands (NSDAP), rejoint les rangs de la SA et participé à la nuit de Cristal. Après le début de la Seconde Guerre mondiale, il quitta même son travail pour se porter volontaire au service militaire dans la division blindée d’élite SS créée sur la base de la garde personnelle d’Hitler. Après la libération réussie de Mussolini, Skorzeny a reçu l’ordre du IIIe Reich — la croix de chevalier — ainsi que plusieurs heures de discussion en tête-à-tête avec le führer, qui lui était reconnaissant.

Lire la suite du récit sur fr.sputniknews.com

Le renseignement mondial, marigot de tous les possibles, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

18 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • encore 1 que les Klarsfeld ont oublié de traquer !!!


  • Effectivement, avait-il le choix in-fine ? Alors que son pays et son idéologie ont été vaincus, faut-il mourir inutilement ou vivre avec honte. Et quoiqu’on en dise vivre avec honte est supportable. Surtout quand vous constatez que vous faites face à l’inéluctabilité d’un système qui est contre vous.


  • Quant on analyse les idées sionistes ,ce n’est pas étonnant ,je dirais même ça va avec.

     

    • En effet, ce sont les mêmes.


    • tu m’étonnes , y a pas de raison -
      le " Contrat de Transfert " n’est pas un dossier secret - Hitler a co-fondé Israël dès 1933 avec les Juifs sionistes -
      Edwin Black : Ecrivain, Journaliste d’investigation, Juif américain.
      l’Etat National-Socialiste allemand, à peine arrivé au pouvoir en Janvier 1933, juste après le boycott international dicté et dirigé contre l’économie allemande en Mars 33, décide dès Avril 33 de faire un pacte avec les Juifs sionistes d’Allemagne et du monde entier pour contrecarrer le boycott ainsi que de se débarrasser des Juifs pour toujours en les faisant transiter eux et leurs biens matériels et financiers vers la Palestine alors possession britannique. Les Juifs sionistes et les Nazis sont même allés jusqu’à faire un montage financier complexe pour arriver à contourner les frontières des devises afin de faire passer les capitaux juifs et les aider à faire leur Aliyah définitivement.


  • Ces articles devraient obtenir un "bobard d’or" lors de la prochaine prestigieuse remise de trophées...frappant de voir que cette "information" sort au moment ou l’Allemagne risque de disparaître, un travail de démolition est mené en parallèle pour ridiculiser les héros de son histoire militaire.


  • George Soros reste egalement un mystere. Que font les Klarsfelds ?


  • Le 24 février 1975, cinq mois avant sa mort, Otto Skorzeny fut cravaché à sa sortie de la télé française, où il venait de présenter son dernier livre, par un petit voyou sioniste qui se réclamait de la "Résistance" . Héroïsme "français" à 100%...


  • "que le "chasseur de nazis" Simon Wiesenthal le raie de la liste des criminels de guerre les plus recherchés"...Sauf que l’ami Otto n’était pas,ou plus considéré comme un criminel de guerre.Les charges retenues contre lui pour l’opération Greif et l’utilisation d’uniformes us par la panzerbrigade 150 dans les Ardennes fin 45 furent abondonnées grace au témoignage à son procès de"Lapin blanc"alias le fameux Wing commander Forrest Yeo Thomas du SOE qui temoigna en sa faveur,arguant qu’il avait utilisé les mêmes méthodes.
    Notez que l’ami Forrest avait été capturé,torturé et déporté a Buchenwald,entre autre,par conséquent,si Otto avait été la salope dépeinte dans cette article ou un quelconque tortionnaire,il se le serait volontiers payé.
    A part cet épisode,rien,ballepeau,walou,pas le moindre rapport avec un pyjama thierry mugler,même pas un petit pogrom à se mettre sous la dent,sinon,pensez bien qu’une pointure de son calibre qui leur a filé des maux de tête pendant quatre ans,ils auraient bien aimé le voir se balancer au bout d’une corde...
    "Les recruteurs ont donné leur promesse et les hommes ont conclu l’affaire d’une poignée de main."
    Donc,après cette soirée bien arrosée mi réconciliation,mi partouze avec le couple maussade,ils conclurent un accord avec une poignée de main et,pourquoi pas ?le célèbre "fais moi confiance"qui cloture toute transaction avec un goy au sentier,que l’on peut traduire par"nikemouk"....
    J’aime bien spoutnik,mais je les vois pas faire l’éloge d’un Officier Nazi,c’est de bonne guerre.J’ai toute confiance dans les archives maussades également bien sur,mais la,pour le moment,j’achete pas....


  • Face à leurs opposants, la méthode utilisée par ces gens là (le Mossad et ses copains) est toujours la même :
    1- ils tuent le corps
    2- ils tuent la mémoire (en salissant les héros et en redorant le blason les traitres).

    Ces gens là sont à la vérité historique, ce que BHL est à la philosophie.


  • Tiens, c’est interessant, ce genre d’information.
    Je pense que c’est comme ça que le gros mensonge peut être écorné.
    Des contradictions qui frappent l’esprit.
    Si un nazi travaille pour israel, alors ça ne va pas du tout.
    Ça casse le story-telling à la noix.


  • Je commence à comprendre pourquoi le révisionnisme est interdit,vive la lois Gayssot /Fabius


  • Mouais, assez peu convaincu par ce fait, qui n’a jamais été soulevé auparavant.
    Skorzeny n’est pas une découverte récente des medias, historiens et autres... Il a pas mal bourlingué (je conseille à tous de lire ses "aventures" pendant la guerre, commando et james bond à la fois !), été l’amant d’Evita Peron et a travaillé pour les pays arabes... il a été instructeur militaire (comme d’anciens militaires nazis qui avaient trouvé de nouveaux débouchés) et instructeur commando. On lui a mis sur le dos les attentats de Munich, il aurait instruit le commando qui a assassiné les sportifs... alors que le Mossad le missionne pour une action aussi anecdotique... Il n’est pas impossible que Skorzeny se soit débarrassé de Krug pour x raisons, mais le Mossad...


  • Il s’agit tout simplement de déshonorer (post mortem !) un extraordinaire héros de l’armée allemande, SS de surcroît... Que surtout les derniers Aryens survivants ne le prennent pas pour modèle !



  • Son histoire est conservée dans les archives des renseignements israéliens, précisent les auteurs de l’article Dan Raviv et Yossi Melman.



    Bon c’est bon on a compris...si vous cherchez la vérité c’est pas là qu’il faut chercher et puis c’est connu..les morts ne peuvent plus témoigner ni contredire


  • Quand le mossad et ses copains sortent du bois pour faire des révélations historiques, il y a anguille sous roche...
    L’objectif est de salir la mémoire des héros allemands de la dernière guerre mondiale.
    La méthode utilisée par ces gens là est toujours la même : 1- ils tuent, 2- ils salissent.


  • Possible qu’il ait travaillé pour le Mossad....
    Mais ne pas oublier que cet homme était un adepte du double voir triple jeux....
    Tout le monde voulait l’avoir à son service
    Donc je ne pense pas qu’il avait dans son coeur Israel, d’ailleurs, parmi les nombreux passeports qu’il avait, dont un Palestinien, il n’y avait aucun Israélien...


  • Qu’un ancien nazi travaille pour les nouveaux nazis, quoi d’étonnant finalement, puisqu’ils partagent la même idéologie fondée sur la race supérieure et la conquête de l’espace vital.


Commentaires suivants