Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Un bilan personnel après un an sans viande

Propagande végétalienne ou pistes pour une meilleure santé ?

J’ai arrêté de manger de la viande autour de mars 2015. À ce moment-là, je mangeais encore du poisson occasionnellement et j’ai continué ainsi jusqu’à environ septembre-octobre où j’ai arrêté d’un même coup le poisson et les produits animaux. Je suis donc végétalienne depuis un peu plus de six mois.

 

L’évolution des motivations…

Au début ma motivation principale était ma santé. Mais au fil du temps et en me renseignant, je me suis intéressée au bien-être animal qui est aujourd’hui la raison pour laquelle je ne veux plus manger de produits animaux.

Au début je refusais d’ingurgiter un animal qui a été maltraité et nourrit avec des antibiotiques car il allait donc être mauvais pour mon corps, et je ne voulais pas me nourrir de quelque chose qui justement ne nourrirait pas bien mon corps.

Évidemment, tous les animaux ne sont pas maltraités et nourris aux antibiotiques. Je me disais simplement que je ne voulais pas tuer un animal pour m’en nourrir si mon corps n’en avait pas besoin, pire, si mon corps se portait mieux sans.

 

JPEG - 39.9 ko
Une corne dans la mâchoire pour le torero Julio Aparicio

 

Aujourd’hui quand on me demande pourquoi j’ai arrêté la viande, j’explique que pour moi, manger de la viande revient à aller à une corrida. Je n’en ai pas besoin, donc je le fais pour le plaisir. Donc je tue un animal pour mon plaisir. Et j’estime seulement que je ne veux pas le faire. C’est de cette façon que je me sens le plus en accord avec moi-même. De la même façon que je ne mange pas d’œufs ou de lait. Si la torture de l’animal est inutile (parce que croyez-moi, elle a lieu), je ne vois pas pourquoi je paierai quelqu’un pour la perpétrer (le fait de payer quelqu’un pour passer sa journée à tuer est d’ailleurs aussi quelque chose qui me gène vraiment).

(Pour ce qui est de ma non consommation de produits laitiers et d’œufs, je vous ferais deux articles expliquant un peu mieux, parce que je sais que c’est flou pour certains d’entre vous, mais ce n’est pas vraiment l’objet de ce papier où je tiens à rester sur mon parcours personnel.)

On pourrait résumer ça comme ça : je ne veux pas nourrir mon corps avec de la cruauté.

 

…Et de l’engagement

Entre septembre et octobre, pour vous rédiger un article sur les documentaires sur le végétarisme, j’ai entrepris de regarder les films les plus connus ou qu’on m’a le plus conseillé sur ce sujet. Je ne mangeais déjà plus de viande mais consommait encore du poisson et des sous-produits animaux. J’ai donc, en une semaine, visionné tous ces documentaires alors que je n’avais vu que quelques émissions auparavant et me suis rendu compte que j’ignorais encore jusque là énormément de choses, et, m’efforçant de ne plus manger de viande pour ne pas financer la cruauté animale, j’avais alors loupé tout un pan de celle-ci en continuant à mettre dans mon caddie poissons (bon, là je me doutais un peu qu’on les tuait, j’avoue), oeufs et produits laitiers en tout genre. A la fin de le semaine, j’étais incapable de continuer de manger des sous-produits animaux, et je n’ai presque plus fait d’écart depuis.

 

JPEG - 28.4 ko
Le blobfish, dit "poisson triste"

[...]

La difficulté ? Le manque ? Les carences ?

Pour ce qui est du manque et de la difficulté d’arrêter, c’est le fromage qui a été le plus difficile à arrêter pour moi. Pour le reste, rien d’insurmontable, ça s’est fait naturellement et à mon rythme. Inutile de se forcer ou de se faire du mal. Au niveau des carences, j’avais tendance à manquer de fer et de vitamine D avant d’arrêter de consommer de la viande. En arrêtant j’ai fait particulièrement attention à mon niveau de fer, qui est ce qui manque parfois aux végés, et mes dernières prises de sang sont positives, je n’en manque plus ! En revanche pour la vitamine D, pas de miracle, j’en manque toujours un peu, rien d’alarmant. Mes prises de sang sont tout à fait normales, voire, donc, meilleures qu’avant.

 

L’évolution dans mon corps ? Les sensations ?

J’ai toujours été très mince. Pour moi, prendre 500 grammes aurait été un miracle il y a un an. En étant végétarienne j’ai eu l’envie et l’énergie pour me remettre au sport ce qui m’a permis de prendre plusieurs kilos de muscle. Depuis, mon poids s’est stabilisé, il est toujours trop bas pour ma taille mais grâce au sport et à la cuisine, j’ai appris à accepter, voire à aimer mon corps même s’il n’est pas parfait. Au niveau des sensations, je me sens plus légère parce que ma digestion est meilleure, je me sens plus énergique. C’est à peu près tout ce que je peux dire sur mon corps.

Psychologiquement, j’ai pris un engagement suite à une conviction, et il n’y a pas de meilleure sensation que celle que l’on ressent quand on est en accord avec soi-même, qu’on s’écoute. Je suis fière de ce chemin et je pense que c’est l’une des meilleures choses que j’aie fait de ma vie.

Lire l’article dans son intégralité sur venivediveggie.com

 

La recette du steak végétalien :

 

Pour les (derniers) amateurs de viande, en choisissant bien son origine, la recette de la côte de bœuf poêlée aux échalotes fondantes :

Manger moins, manger mieux, avec ou sans viande, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

268 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1470547

    On trouve même des Veggies capables de prendre du muscle sans consommer de protéines animales.

    Comme quoi, tous les miracles sont dans la Nature.

     

    • #1470570

      La spiruline est la source la plus importante de protéines, devant la viande (60% de protéines), c’est donc tout à fait logique ;)
      Les graines de chanvre aussi ont un apport énorme de protéines.


    • #1470585

      Tu es au courant que dans les légume il y a des protéines ?
      Quinoa autant de protéines et aide aminéessentiel que la viande... Etccc
      Sans parler du fructose des fruit.. Carburant de notre corps pour faire du miscle


    • #1470644

      oui forcément ya autant de protéines dans les végétaux que animal !
      l’homme étant à la base carnivore à ces débuts et survie... ainsi s’acquière le feu et les fruits/légume.

      faut savoir que chaque individus est différents sur le plan digestion et assimilation de son propre métabolisme ! ya à intérêt selon son groupe sanguin ! à prendre en considération.
      La viande la bonne vrai viande bien traité pendant son élevage..son environnant en mangeant quelque fois temps à autres sans en abusé cela est bénéfique !! rien est égales ... de ce fait oui ils existent des gens parfaitement équilibré et en bonne santé voir meilleurs ! tout en étant végan quoi... que ? cela est pas automatique, parfois certain sont en déficits et carence sur le long terme.
      pour moi végan= extrémiste militantisme absolue... moi je suis omnivore je mange de tous ! mais surtout l’authentique et non breveté d’OGM etc... détritus d’un mode de vie surconsommation modifier.
      Je remarque que la poêle et anti-adhérant < hors il est composé de colle et divers choses cancérigène ! c’est ballot, faut le savoir, allez sur le bon sens ;)


    • #1470776

      @Fred

      Il n’y a plus rien dans les légumes européens à part la flotte. Et si je parle de protéines animales, c’est peut-être pour les distinguer des protéines végétales ?

      Il y a des protéines dans les légumes ?
      Oui, à peu près 3 grammes pour 100 grammes + les fibres qui ne sont plus digérées si absorbées en grande quantité.

      Tu fais comment pour prendre ton équivalent protidique avec des légumes ? De 1 g de protéine par kg de corps à 3 g en phase de musculation. Pour un adulte de 80 kg et sur une base de 2g par kg de corps, ça fait 160 g de protéines par jour soit 5/6 kg de légumes par jour.

      C’est ballot hein ?

      Et dans la viande / poisson ?
      25/30 grammes pour 100 grammes, soit 10 fois plus. Ah ben tiens ! La Nature est bizarrement bien faite.

      Les Veggans sont des mous du slip qui ne bougent pas de la journée, à part les 2 ou 3 exceptions génétiques qui naviguent à 45 cm de tour de bras et 7% de masse graisseuse. Les autres pèsent 50 kg ce qui expliquent qu’ils tiennent à 1,5 kg de légumes par jour. Le corps compensent en se nourrissant de ses propres muscles et les problèmes mettront 10 ans à arriver, tout va bien...

      A chacun son alimentation en fonction de sa génétique et de ses envies, mais le délire du tout légumes est bien le reflet d’une société de pédales qui a peur de tuer pour se nourrir. Infecte hypocrisie de faibles qui n’ont rien compris au cycle de la vie. Allez donc vous transformer en pandas qui bouffent des roseaux alors qu’ils ne sont pas fait pour, sans même savoir que vous pouvez dérégler votre système hormonal à force de vous priver, ce qui demande des mois à rattraper.

      Les autres continueront à manger intelligemment, en mettant un accent particulier sur les fruits et légumes et en prenant de la viande blanche et du poisson en quantité adaptée.


    • #1470796
      le 21/05/2016 par paixetamour
      Un bilan personnel après un an sans viande

      Ton corps n’est pas fait pour manger de la viande, donc le problème est réglé. Si tu manges autre chose, tu rajoutes à ton corps du travail, car il va devoir éliminer tout ce qu’il ne peut pas conserver ( Pour t’éviter de mourir par exemple, un cancer ce n’est qu’une accumulation de mauvaises choses ). Donc non, en manger de temps en temps n’aura absolument rien de bénéfique, car ton corps n’en veut pas, ton cerveau à la rigueur, mais ça s’appelle donc une addiction ... Pour ce qui est du passage sur les "survivants" ... Tu y étais ? Qui te dit qu’ils mangeaient de la viande ? Tu l’as vu en photo sur un des best seller de Fernand Nathan je suppose.


    • #1470808

      @Grz

      Tu as déjà vu la musculature d’un gorille ? Pourtant il ne mange que des végétaux...

      En réalité, on a des besoins protéiques très faibles. Le lait maternel, qui est l’aliment exclusif du nourrisson et qui lui permet de se développer ne contient que 1 % de protéines ! C’est pourtant la période de la vie la plus exigeante en besoins alimentaires et en protéines en particulier puisqu’il faut construire tout le corps et prendre de la masse.

      Moralité : on n’a physiologiquement pas besoin de trouver plus de 1 % de protéines dans notre alimentation.


    • #1471032

      @ Titus

      Je suis chacune de tes interventions avec attention.
      Ce que tu dis là m’interpelle.
      Aurais-tu quoi que ce soit pour appuyer tes dires ("scientifique" ou non, je m’en fiche du moment qu’il y a un développement argumenté), que je me renseigne ?

      Merci.

      @paixetamour

      "Fernand Nathan" n’est pas un argument mais une invective comme "nazi" ou "fasciste". L’attitude péremptoire n’est pas un argument non plus.
      Merci de respecter le niveau d’E&R en nous épargnant ces basses techniques rhétoriques.


    • #1471213

      @Grz

      Tu tapes "lait maternel" dans Google et tu auras la composition du lait maternel humain :

      Valeur pour
      100 grammes

      Lipides 4,4 g
      Acides gras saturés 2 g
      Acides gras poly-insaturés 0,5 g
      Acides gras mono-insaturés 1,7 g
      Cholestérol 14 mg
      Sodium 17 mg
      Potassium 51 mg
      Glucides 7 g
      Fibres alimentaires 0 g
      Sucres 7 g
      Protéines 1 g
      Vitamine A 212 IU
      Vitamine C 5 mg
      Calcium 32 mg
      Fer 0 mg
      Vitamine D 3 IU
      Vitamine B6 0 mg
      Vitamine B12 0,1 µg
      Magnésium 3 mg


    • #1471363

      @ Titus

      C’est ce que j’ai immédiatement fait.

      Cependant, comparaison n’est pas raison, surtout quand on parle des premiers mois de développement du corps humain après la naissance.

      Ainsi, l’enfant fonctionne sur le système immunitaire de sa mère pendant un temps après la naissance. Pourtant, qui irait prétendre que le seul système immunitaire maternel sera suffisant pour l’enfant tout au long de sa vie ?

      Voilà pourquoi se contenter de dire "le lait maternel contient 1% de protéines donc l’homme n’a besoin que de 1% de protéines pour vivre" me paraît plus qu’excessif.


    • #1471393

      Cependant, comparaison n’est pas raison, surtout quand on parle des premiers mois de développement du corps humain après la naissance.




      Justement, pendant cette période, le corps a des besoins protéiques supérieurs, en pourcentage, à ceux d’un adulte pour se construire et grandir. C’est la même chose pour le veau qui prend 100 kg en deux mois avec le seul lait maternel faiblement protéiné pour aliment.


  • #1470549
    le 21/05/2016 par magnafera
    Un bilan personnel après un an sans viande

    Les deux recettes en vidéo montrent bien que E&R tiens la ligne de la réconciliation même au sujet de l’alimentation ! Moi même je tente une expérience végétarienne depuis deux mois, en me disant que je ferais le point au bout d’un an pour voir ce que ça donne. Pour l’instant je ne perçois pas de changement.

     

    • #1470717
      le 21/05/2016 par Louiscroivébaton
      Un bilan personnel après un an sans viande

      Il ne suffit pas de supprimer la viande pour voir sa santé s’amélioré, mais d’ajouter a son alimentation des montagnes de fruits et de légumes frais.
      Les céréales, les produits laitier, le sucre sont un poison pour nos corps !


    • #1470886

      Que d’inepties....

      Les sucres oui, mais quel sucres aussi ? ceux présent naturellement sont bénéfiques, encore une fois nous ne sommes pas tous égaux là ou un européen aura tendance a bien réguler le sucre un afro-descendant aura tendance à voir le diabète pointer son nez pour un rien.
      Les céréales c’est pareil tout dépends de vos origines, certains peuples les digères parfaitement d’autres c’est totalement contre indiqué, le lait idem même si il est reconnu que le lait ne doit pas être ingérer en excès.

      Il faut arrêter avec ces modes de "sans gluten", "véganisme" et j’en passe tout dépend de ce que vous êtes, ça commence par se connaitre.
      La symbiose et dans la nuance et non dans l’emballement émotionnel.


    • #1471649
      le 23/05/2016 par Louiscroivébaton
      Un bilan personnel après un an sans viande

      Je parle bien évidement de glucides raffinés, aka le sucre blanc.
      Le sucre des fruits est tellement différent....
      Pour les céréales, si vous voulez continuer a mettre de la colle dans vos intestins libre a vous, mais il ne faut pas appeler ça de la nutrition !


  • #1470550

    Attali : dans un siècle tout le monde sera végétarien.

    En Angleterre, une personne sur 4 est végétarienne, je soupçonne ce mouvement de venir des anglo-saxon, comme le féminisme et le communautarisme.

    Le problème ce n’est pas la viande, c’est la surconsommation.

     

    • #1470567

      En tout cas que cela vienne d’Angleterre où pas, sur ce coup là, les animaux nous diront merci !. J’ai été végétarienne plusieurs fois dans ma vie, sincèrement physiquement je me sens beaucoup mieux quand je ne mange pas de viande. Le problème, c’est de trouver de bons produits sains de bonne qualité et pas trop chers en hiver. Et puis, il faut apprendre à être ferme face à des gens qui n’ont pas envie de respecter vos choix. Rien que ça, je trouve que c’est motivant.


    • #1470605

      1 sur 4, j’en doute, j’habite en Angleterre, je suis vegan et on me prend pour un extra terrestre.


    • #1470633
      le 21/05/2016 par Jean d’ Artois
      Un bilan personnel après un an sans viande

      Comme pas mal de choses qui nous entourent ! ... Mais c’est tout une " philosophie " ou un art de vivre qui périclita au debut des années soixante plus rapidement en milieu urbain d’ailleurs .


    • #1470640

      je soupçonne ce mouvement de venir des anglo-saxon



      Tout à fait ! D’ailleurs le mot "vegan" remplace le mot "végétarien" de plus en plus.


    • #1470641

      Certes le souci c’est la sur-consommation, mais il ne faut pas nier que l’homme à la base est frugivore ni qu’il y a un marché de la consommation de viandes.
      Ce qui fait que le rejet partielle voire total de la viande, outre l’acte de résistance individuel, est bénéfique pour la santé.


    • #1470645

      Ce mouvement vient de l’inde. C’est une culture depuis de milliers d’années la bas.
      Ahimsa paramo dharma : la non violence est la base de la religion.


    • #1470654
      le 21/05/2016 par Flying Zone
      Un bilan personnel après un an sans viande

      Dans un siècle on ne mangera même plus, on perdra nos dents de lait qui ne seront pas remplacées naturellement, et on se nourrira de nutriment en géllule d’amidon de riz, puis 20 ans plus tard de nutriment solubles injectées par des nanorobots pululant dans le sang qui analiseront nos carances .... on ingurgitera des nutriments de synthèses ... ce que font déjà les sportifs VEGAN de haut niveau mais chutttttt


    • #1470744

      Attila voit de grandes exploitation céréalières ultra rentables...

      Parle a Attila de jardin familiaux et de légumes maraîchers...il te rira au nez...

      Pour une raison qui m’échappe la viande est moins rentable,il y a pourtant plus de secteurs d’activités en action donc on brasse plus d’argent(fourrage donc céréales, vétérinaire, antibios..)
      peu être un manque de perrainité ; les animaux tiennent moins le coup que les végétaux en environnement de surexploitation, maladies, problèmes génétique, entraînant des problème sanitaire qui tuent le rapport bénéfice risque...


    • #1470929

      Ca fait évidemment parti du tout féminisme/vegan/lgbt et c’est bardé de cliché comme ce commentaire qui te dit que l’homme est à la base végétalien...parce qu’il était là au début de l’humanité...

      Bien évidemment le problème viens de la surconsommation et du type de viande ingurgité.


    • #1471651
      le 23/05/2016 par Louiscroivébaton
      Un bilan personnel après un an sans viande

      « L’homme vint avant la hache et le feu, il ne pouvait donc pas être omnivore. » (Thomas Henry Huxley)


    • #1472358

      « L’homme vint avant la hache et le feu, il ne pouvait donc pas être omnivore. » (Thomas Henry Huxley)




      Encore des spéculations... Ce qu’il y a de plus vraisemblablement c’est qu’on a toujours été insectivores (entomophage).. Très tôt on a utiliser les insectes par exemple les abeilles pour récolter le miel.


  • #1470555

    Le régime des groupes sanguins a été inventé par le Dr Peter Adamo. Il stipule que chaque groupe sanguin humain est la conséquence d’une évolution et que chaque groupe sanguin est adapté à une alimentation spécifique. Le fait de suivre une alimentation adaptée à notre groupe sanguin permettrait d’être en meilleure santé.
    J’ai connu des personnes qui voulaient absolument suivre la tendance végétarienne avec pour conséquence une grave maladie.
    Le mieux est toujours de tester ce qui convient le mieux C’est au niveau des familles que cela se complique quand les besoins alimentaires sont à l’opposé, surtout pour les enfants.

     

    • #1470827

      En Inde il y a plus de 600 millions de végétariens qui n’ont jamais mangé de viande de leur vie.
      Et ce depuis avant même notre propre civilisation.
      On peut attraper plein de maladie pour plein d’autres raisons. Une corrélation temporaire n’est pas une relation de cause à effet.


  • #1470556

    Quelle confusion !

    On nous annonce un an sans viande, puis cela se transforme en 6 mois, et puis en fait ce n’est plus seulement la viande que cette femme arrête mais progressivement toute forme de produits animaux et donc d’apport de protéine animale. Bref les titre et sous-titre sont trompeurs.

    Il faut savoir que l’une des carences les plus graves est celle en vitamine B12 qui n’intervient que 3 à 5 ans après l’arrêt des produits animaux. Si le corps possède de telles réserves de cette vitamine, c’est précisément parce qu’elle est essentielle au bon fonctionnement de l’organisme et en particulier du système nerveux.

    Bref attention à la propagande végane, toujours légère sur la précision et bien lourde sur la culpabilisation. La vie se nourrit de la vie, à tous les niveaux.

    Ces délires nutritionnels et moraux sont une preuve de plus de la féminisation de la société.

     

    • #1471365
      le 23/05/2016 par demitrius
      Un bilan personnel après un an sans viande

      "Ces délires nutritionnels et moraux sont une preuve de plus de la féminisation de la société." Tiens donc !!!! la connerie humaine et la violence qui la caractérise sont bien une preuve de la masculinisation de la société !


    • #1472270

      @demitrius

      La connerie humaine et la violence ne sont pas le Némésis de la masculinité puisque la notion de respect de l’un envers l’autre est née du rapport de force entre le fort et le faible, symbole par excellence de la masculinité. Par contre l’hystérie...


  • #1470559

    Il est temps que l’humanité,soit un peu moins bestiale,
    et que les animaux soit un peu plus...dans l’humanité !


  • #1470563
    le 21/05/2016 par Pépé le Moko
    Un bilan personnel après un an sans viande

    " Quand un imbécile veut remédier à un problème , il tombe dans l’excès inverse " !!! ( Proverbe Chinois )

    Ici en Occident , les gens aiment les extrêmes , alors ou ils massacrent et torturent des millions de pauvres bêtes innocentes , voir sacrées ( comme les bovins ) , soit on a même plus droit à un morceau de beurre , de fromage , ou à du yaourt , crème fraiche , caramel , etc ... ( en admettant que les animaux laitiers soient traités correctement )

    Mais le corps humain à besoin de produits laitier , comme le beurre clarifié etc ... , parce que nous ne sommes pas des lapins !!!

     

    • #1470693
      le 21/05/2016 par la viande oui, la surconsommation non
      Un bilan personnel après un an sans viande

      laitier ? en quoi ? tu pique le lait du veau à l’occurence ne l’oubliez pas ! passant à un stade croissant très rapide de leurs transition développement .
      à en faire anti viandar révèle la bêtise ambiante, chaque individu est spécifique > dont différent.
      Thierry casasnovas et bien d’autre en parle et font tombé les dogmes les uns après les autres.


    • #1470724
      le 21/05/2016 par Pépé le Moko
      Un bilan personnel après un an sans viande

      Une vache heureuse et bien nourrie donne trop de lait à son veau , qui se choppe une diarrhée s’il boit tout ... et la vache ne te vois comme qu’un de ses veaux qui vient lui piquer du lait , et tant qu’elle est bien nourrie , elle s’en tape ( c’est une des 7 mères universelle ) !!!

      On peut aussi , comme je l’ai fait , laisser le veau avec sa mère la nuit par example ,
      les séparer le jour , et traire la vache le soir ( ou l’inverse !!! ) , comme ça le veau reçoit sa nutrition préférée , et l’humain aussi !!!

      Vous prendrez bien une crème glacée avec chantilly !?!


    • #1471370
      le 23/05/2016 par demitrius
      Un bilan personnel après un an sans viande

      le corps humain n’a pas besoin de produits laitiers, c’est juste du business pour le lobby du lait. Et en admettant que certains en veuillent quand même, quand on sait comment il est recueilli, et ce qui se passe pour ces pauvres bêtes, le tout bourré de produits chimiques, si ça n’est pas pire, le mieux est de s’en passer car totalement inutile pour les besoins humains.


  • #1470564

    Je ne mange plus de viande depuis 20 ans, ni poisson( trop pollué). Raisons santé, respect de l’animal ;LA VIANDE VENDUE EN MASSE amène O.G.M ( nourriture des animaux) , antibiotiques ( nous risquons une crise sanitaire très grave à cause de ceci. Les bactéries s’habituent de plus en plus aux antibiotiques grâce à leur emploi énorme dans l’élevage productif.
    Pas de fromage de vache ( pollué et très allergique, son calcium ne se fixe pas et encrasse les corps. Mais des oeufs ( poules nourris au grain, important l’oeuf ( acides aminés).
    Ne plus manger de viande est un acte hautement révolutionnaire. Secteur de slobbys très puissants. Peur de manquer de fer, prenez de la spiruline !
    J’ai plus de 60 ans et suis en bonne santé


  • #1470573
    le 21/05/2016 par CrocJaune
    Un bilan personnel après un an sans viande

    Pas de papier alu sur les aliments surtout s’il est chauffé !!!

     

    • #1470716
      le 21/05/2016 par Rémi Pierre
      Un bilan personnel après un an sans viande

      Mais pourquoi donc ?


    • #1470870

      rémi pierre :

      car le papier alu = aluminium

      Il est omniprésent, un peu partout, entoure nos aliments, nos papillotes et bien d’autres ! Mais, quels sont les risques pour la santé ?
      Saviez-vous que si vous faites bouillir 1 litre de soupe dans une casserole en alu pendant 15 minutes, vous allez ingérer plus de 10 mg d’aluminium, alors que la dose admise par notre corps est de 0.2 mg /litre. Incroyable mais exact : ne le faites plus, désormais.
      Et saviez-vous que si l’aluminium est utilisée avec un produit acide (citron, rhubarbe... PH < 7), l’acidité provoquera l’absorption de 2 fois plus de mg d’aluminium : …
      Imaginez : votre poisson diététique en papillote et son jus de citron....
      L’aluminium chauffé dégage des sels d’aluminium qui sont neurotoxiques
      Il est donc conseillé d’utiliser d’autres produits pour la cuisson de vos plats ou leur conservation.
      Solutions à l’ancienne : le nouet, l’étamine, le torchon, le boyau naturel de cochon, la crépine, la corde à rôti naturelle, bien sûr.


    • #1470883
      le 21/05/2016 par Gloria Lasso
      Un bilan personnel après un an sans viande

      Ils n’en savent rien, c’est une connerie à la mode, comme , à son temps le teflon ou l’acide citrique...
      Il y a de l’alu dans l’argile.. ils se fond des bains chauds avec et ils bouffent (chaud) dans de la porcelaine... ils l’ignorent sans doute...
      Faut pas confondre l’alu contenu (additif actif) dans nos aliments et l’alu du papier (inactif) qui entoure nos aliments.


  • #1470579

    J’ai arrêter aussi de manger de la viande depuis 1 ans, mais je mange toujours des oeufs (tu tue personne avec les œuf, c’est des ovules non fécondé) et une fois par semaine du poisson (du hareng comme tout bourge qui s’assume) .

    Le meilleur de cette année fut
    moi : " je mange pas de viande"
    elle : "mais non c’est pas de la viande c’est du poulet"

    pas plus en forme qu’avant mais pas moins ... par contre jamais malade de l’année rien pas un rhume pas une angine

     

    • #1470686

      "tu tue personne avec les œuf, c’est des ovules non fécondé"

      Malheureusement si, la production d’œufs tuent aussi.
      Dans tous les élevages industriels (même de poules en plein air), il y a une sélection à la naissance des poussins : les femelles sont gardées pour faire des poules pondeuses à leur tour tandis que les mâles sont gazés, broyés ou le pire : jetés dans une poubelle géante où on les laisse mourir asphyxiés !! (vous pouvez vous renseigner sur internet à ce sujet)
      L’ELEVAGE BIO EST SOUVENT UNE ARNAQUE CONCERNANT LES OEUFS. Les pratiques sont les mêmes, les poules sont également entassées mais sortent peut-être 1h à la journée. Cependant, c’est toujours mieux que les œufs bas de gamme des poules en batterie.

      Pour les œufs aussi, il faut privilégier l’achat direct chez le producteur.
      Mon père est éleveur et il a des poules en totale liberté (tellement en liberté qu’elles se font régulièrement prendre par les renards des environs !!). A chaque fois que j’y vais je me ramène une boîte d’œufs. Ils sont d’une qualité incroyable du au fait que les poules vivent en liberté donc peuvent exprimer leur comportement naturel (aucun stress..) et qu’elles ont une alimentation naturelle et très saine.
      Il n’y a pas photo lorsque l’on compare la couleur du jaune d’œuf avec celui d’un œuf venant des élevages industriels de poules "plein air".

      Je conseille à tous ceux qui ont un peu de terrain d’adopter une poule et de consommer ses propres œufs c’est le plus sain et le moins meurtrier que l’on puisse faire. En plus, les poules sont des animaux très sympas et qui peuvent être particulièrement amicales (oui oui =P) si vous les traitez avec respect, bien entendu... Et laissez la mourir de sa belle mort ... ;)


    • #1470868

      La faire mourir de sa belle mort, c’est de la cuisiner avec amour au four et de l’offrir à un pauvre.. je vais cependant passer pour un alien à vos yeux...


    • #1470911
      le 21/05/2016 par mik ezdanitoff
      Un bilan personnel après un an sans viande

      @ Bulmaa
      Ha zut, le renard lui n’est pas végétarien... voilà pourquoi les campagnards les haïssent autant et veulent tous les exterminer. Du reste sur les poules, c’est vrai que c’est adorable. Les nègres soies en particulier, et les barbues d’Anvers, deux races de poules naines très douces et dociles.


  • #1470580

    Le poisson reste à mon avis indispensable au moins 1 fois par semaine pour l’organisme, surtout pour les enfants cela procure un meilleur développement neurologique. Les bienfaits du poissons sont essentiellement du à l’acide docosahexaénoïque (DHA), à l’acide eicosapentaénoïque (EPA) et des acides gras oméga-3 à longue chaîne.

     

    • #1470697
      le 21/05/2016 par Louiscroivébaton
      Un bilan personnel après un an sans viande

      Non, le poisson n’est pas indispensable pour l’humain, sinon on serait équipé a la naissance pour les manger.
      De plus bon courage pour trouver un poisson sain de nos jours...


    • #1470768

      Les petits poissons restent relativement sains.
      Plus le poisson est petit, plus il est bas dans la chaîne alimentaire, moins il joue le rôle de filtre à pollution, plus il est sain.

      - > Sardines, maquereaux...


    • #1470778

      Non les poissons peuvent être mangé cru, renseignez vous avant de dire n’importe quoi et on est équipé de dents à la naissance ce n’est pas pour faire jolie. Je suppose que tu es végétarien donc réponds moi à cette question toute bête pourquoi ne mangez-vous pas de poissons alors qu’eux même se bouffent entre eux ?


    • #1470952
      le 21/05/2016 par laurent71
      Un bilan personnel après un an sans viande

      @Bulmaa, si tu te fies à la couleur du jaune pour certifier la qualité d’un œuf, t’es mal barré, il y a longtemps que les fournisseurs d’aliments pour poules pondeuses se déplacent avec un nuancier, quel jaune tu veux ?


    • #1471377
      le 23/05/2016 par demitrius
      Un bilan personnel après un an sans viande

      Régence : pourquoi ils se mangent entre eux ? Tout simplement parce que la nature les a programmés ça, tous les animaux sont là pour que l’homme puisse vivre sur la terre, sans eux, elle serait invivable, ils sont les nettoyeurs, les polinisateurs, les cultivateurs, etc....donc respectons-les, ne les mangeons pas, on a besoin d’eux, pas l’inverse.


    • #1471656
      le 23/05/2016 par Louiscroivébaton
      Un bilan personnel après un an sans viande

      Parce que je ne suis pas un poisson, que leur système digestif est bien différent du mien !


  • #1470584

    "J’ai donc, en une semaine, visionné tous ces documentaires alors que je n’avais vu que quelques émissions auparavant et me suis rendu compte que j’ignorais encore jusque là énormément de choses"

    Cette radicalisation est parallèle à une autre...

    Il est évident que manger 4 steak haché par jours produit on ne sait où n’est pas saint.

    Il faut maitriser son alimentation et savoir d’où viennent les produits pour manger mieux.
    Consommer local , c’est ça être écolo.


  • #1470591

    Mouais, je sors de table et d’un bon steak.
    Sinon elle ressemble à quoi cette bonne femme ? Elle va avoir du mal à me convaincre de manquer que du vert si elle a 1m60 pour 45kg et ne fait rien de ses journées.

     

    • #1470669

      Quel cliché ! Allez voir les entraînements de moines bouddhistes de Shaolin ou des prêtres taoïstes de Wudang et de leurs élèves et vous verrez si des végétariens (sans produits laitiers non plus) ne peuvent se permettre de l’être qu’au prix d’une vie de sédentaire.
      Il y a par ailleurs, dans le monde du sport, des végétaliens connus.
      Je précise par ailleurs que je ne prêche pas pour ma paroisse, étant d’aucune et mangeant des produits animaux (rarement de la viande, plutôt des produits de la mer).


    • #1470702
      le 21/05/2016 par Louiscroivébaton
      Un bilan personnel après un an sans viande

      Mdr les poncifs sur les végé on la vie dure.

      Il faut savoir tout de même que les gens qui choisissent de changer leur alimentation le font souvent par rapport a leur santé, et que bcp de végé remplacent la viande par des céréales, très acidifiante et avec un gros facteur d’inhibition de l’assimilation.

      Je vais pas mettre de lien ici, mais cherche un peu, tu trouveras des champions sportifs végétarien et même vegan.


    • #1470711

      Je fais 80 Kg pour 1.77m, je cours 20 a 30km par semaine et je ne mange aucun produit animal.
      J’etais aussi croupier pendant plusieurs années et c’est assez physique et demandeur.
      Et ca va très bien merci.
      En fait ca va beaucoup mieux que quand j’en mangeais. Fini les douleurs articulaires et les rhumes.


    • #1470747
      le 21/05/2016 par Philippe
      Un bilan personnel après un an sans viande

      Les moines cisterciens étaient végétariens, tu as l’impression que ça les a empêché de bâtir des cathédrales ? ... je suis maintenant végétarien, fils de boucher ... j’ai mangé de la viande plus qu’à mon tour ... l’idée de manque de force sans viande est une fausse idée, il y a un temps d’adaptation ... il faut réduire petit à petit ... et on se sent de mieux en mieux ... je ne suis plus jamais malade en tout cas, 46 ans, ventre plat ... maintenant si tu aimes la viande, mange en, mais ne véhicule pas de lieus communs qui sont simplement faux. Pour la santé, pour le budget, pour l’environnement surtout (la production de viande est de très loin la chose qui a le plus grand impact sur l’environnement) ... ne plus manger de viande, ou moins en manger, c’est tout bénef ! Amitiés à tous.


    • #1470834

      Les animaux les plus forts et les plus musclés sont tous végétariens (herbivores).


    • #1471546

      Ceux qui ont eu un changement de vie et qui y trouve des bénéfices c’est surtout dû au changement de vie..

      D’ici là à croire que le végétarianisme serais la source du bien être (suppression totale de la viande).. Une personne qui use et abuse son corps se sentirait beaucoup mieux en mangeant moitié moins de viande et deux fois plus de légumes et de fruits..

      Il est évident que les gens de petits gabarit n’ont pas les mêmes besoins et n’arrivent pas à produire les mêmes efforts physique que les gens de fort gabarit.. et quand il y arrivent ça n’est pas avec la meme facilité concernant les efforts consentis... La viande donne de la force.

      J’ai travaillé en Angletterre avec des végétariens qui regrettaient de ne pas avoir des petits déjeuners consistants le matin.. et un steak le midi pour recharger les batteries.. Un coupe faim très efficace par ailleurs.. et en mangeant léger la digestion ne perturbe pas non plus.. Sans oublier qu’ils appréciaient tous le goût de la viande.


    • #1472385
      le 24/05/2016 par Louiscroivébaton
      Un bilan personnel après un an sans viande

      La viande donne de la force ? !

      Vous empruntez la force de l’animal, question d’hormones et de neurotransmetteur que votre corps est supposer produire en quantité suffisante.

      Si vous vous sentez faible sans la viande il y a un problème, et c’est pas dans la consommation de plus de viande que vous trouverez un remède.


    • #1472452

      Il n’est pas question de consommer plus.. Je vous dit d’allez voir les pays pauvres, et demandez leur si un repas de viande ne leur donnent pas de la force.. Un apport énergétique efficace et rapide. Ne jouez pas au plus malin.


  • #1470592

    Des siècles que l’Homme préleve une juste mesure (c’est du boulot et puis y a pas de frigo) de viande animal.. Il suffit que l’époque moderne coupe l’Homme de la réalité du sacrifice de la viande pour qu’il s’imagine qu’il n’a pas besoin de ce dont il n’a jamais fait l’expérience..

    Pareil pour les morts avant on les voyaient régulièrement à l’intérieur des foyers ou en passant devant le cimetière, ou quand un corbillard passait devant toi.. Aujourd’hui on euthnasie car la mort semble être une galère qui arrive toujours aux autres et qui semble être un poids (pas un devoir ?) pour l’entourage quand elle tarde à venir... On laisse nos vieux dans des mourroir car on ne les connais pas (et ça n’arrive qu’aux autres).

    Et les naissances ça a l’air d’être un truc mystérieux, invisible, jamais vu... la femme a le ventre gonflée... puis elle disparaît à l’hôpital.. et resort avec paraît-il un bébé dans une poussette.. On a vu les poussettes et même si on crois les voisines sur parole jamais les bébés dedans !! C’est quasiment quand ils sont déjà grand et qu’ils marchent qu’on a une preuve tangible et irréfutable qu’ils existent.. Normale qu’il y ai autant d’avortement quand on sais plus et que l’on ne vois plus les nouveaux nées ?..

    Pareil pour les mariages on en voit plus ; qui aurait l’idée de perpétuer une pratique qu’il n’a jamais vu ? Réfléchissez à nos ancêtres vivant-collectivement dans des villages au sein de clans familiaux et familles étendues..

    Je pourrais poursuivre indéfiniment sur la société « moderne », le fait qu’on ne sait pas où l’on va car on ne sait pas d’où l’on vient..

    Voila pourquoi les traditions sont diabolisées car elles reposent sur des choses qui ont ete à l’épreuve du temps.. une protection.

     

    • #1470690

      Mon "dieu" c’est tellement vrai ce que vous dites... Nous vivons dans une bulle .... Ce que vous dite est terriblement pertinent, la grossesse, les enfants, c’est tellement vrai. Regardez comme les adultes d’aujourd’hui ne tolèrent plus les enfants. Rien que l’idée de voir un enfant leur parait étrange, dérangeante... Ils ne savent plus s’occuper d’un bébé et la grossesse n’en parlont pas, c’est un désastre.... Les gens s’en font une idée terrible, et l’accouchement une épreuve insurmontable dont on ne peut réchapper uniquement grace au médecins... Ils ne savent plus, ne conaissent plus les plus élémentaires élements de la vie humaine !


  • #1470595

    Je vais être catégorique, suite à mon expérience personnelle.
    J’ai toujours eu des problèmes de santé, et j’ai un corps douloureux.
    Les médicaments ne m’ont jamais guéri, au mieux, soulagé.
    Puis, suite à de nombreuses recherches, je suis tombé sur une vidéo, d’un type qui semblait complètement à l’ouest, que nombreux connaissent ici.
    Alors j’ai regardé une, puis deux puis des dizaines de ces vidéos. Et croyez le ou non, mais ça a raisonné en moi.
    Alors avant de juger, j’ai tenté l’expérience. Jus de légumes, fruits, à volonté.
    Résultat : je vais mieux. Non, en fait, je vais très bien.
    Finis le psoriasis, les problèmes osseux, les insomnies, le surpoids, les baisses de morales et autres problèmes plus graves encore.
    Je ne sais comment lui exprimer toute ma gratitude.
    Je n’ai pas supprimé tous les aliments, je mange encore de la viande, mais j’avoue, très rarement, du fromage, plus souvent, (et je le regrette chaque fois car reviennent aussitôt les problèmes de sinusites,de nez congestionné ou douleurs osseuses), et je mange toujours des œufs, car eux, ne m’ont jamais posé aucun problème, ils sont naturels, et il n’y a aucune souffrance animale à les consommer, vu qu’ils ne sont pas fécondés.
    Bien entendu je mange bio, et je fais des économies phénoménales en ayant supprimer ou presque tout ce qui coûte cher : viandes, fromages etc.
    En gros, depuis plus de deux ans maintenant, je me sens en super forme, j’ai fait pas mal d’économie, et si j’ai pris 2 ou 3 dolipranes, c’est bien le bout du monde, et c’est du à mes écarts. Mais à aucun moment je n’ai eu le sentiment de me priver, car la nature est bien faite. Plus vous mangez des légumes et des fruits, plus vous en avez envie. Je ne bave plus devant une entrecôte, mais devant des carottes râpées, je n’ai plus envie de chocolat, mais d’ananas et de pommes.
    Et dans ma copropriété, cette année, j’ai eu l’autorisation de faire un potager. Et depuis quelques jours, je regarde mes tomates encore vertes qui poussent, les salades, les fleurs de courgettes à peine en formation... et je pourrai en distribuer à tous mes voisins.
    Enfin, une chose qui fait son chemin en moi, et qui finira par me faire cesser toute viande, c’est que je suis intimement persuadé que l’on ne doit manger que ce qu’on est capable de tuer soi-même.
    Et vous ? Comment allez-vous ?

     

    • #1470678
      le 21/05/2016 par Leo Nidas
      Un bilan personnel après un an sans viande

      C est un tout. Si a côté tu bois du cafe, rien que ca peut t enlever ta forme.


    • #1470692
      le 21/05/2016 par herrcaptaine
      Un bilan personnel après un an sans viande

      Salut, merci pour votre témoignage sympathique, qui m’a beaucoup parlé, pour ma part j’ai 18 ans et je suis parti du foyer familial il y a un an pour les études, mes repas durant 17 années se sont résumés à du surgelé et à des saloperies toutes plus mauvaises les unes que les autres : pizza surgelés, céréales industrielles, hot dog surgelés, et j’en passe.

      Une fois que j’ai déménagé dans mon propre appartement, j’ai changé radicalement mon alimentation : légumes frais, viande de qualité, oeufs de poules élevées en plein air, produits sains et frais un maximum, en 4 mois avec une pratique régulière de sport, j’ai perdu 18 kilos de gras, perdu mon psoriasis aussi, ainsi que des douleurs parfois soudaines au cœur qui je pense étaient liées à mon surpoids, je me sens plus frais au réveil et j’ai la pêche plus longtemps.

      Sinon, par curiosité, quel individu vous a inspiré pour mener votre régime a base de jus de légumes etc ? Je suis très intéréssé. Merci d’avance


    • #1470705

      Lui exprimer toute votre gratitude ? Déjà peut-être en commençant par écrire son nom, plutôt que de le taire comme s’il s’agissait d’un tabou ^^

      Voilà qui me fait en tous cas penser à Thierry, et à son site Regenere.org


    • #1470811

      @ herrcaptain... Aymeric donne la juste réponse, c’est bien de Thierry dont je parle... Va visiter son site, cela changera probablement ta vie.
      @ Aymeric... je pensais être censuré en citant le nom et le site, mais apparemment non.
      Heureusement, vous êtes là pour rétablir les choses.
      Cependant, me concernant, la gratitude s’exprime par un autre biais. Et le citer simplement me paraît faible par rapport à ce qu’il m’a apporté. Mais chacun voit midi à sa porte.
      Et comme je l’ai dit, nombreux sont ceux qui le connaissent. D’ailleurs, quand des personnes tombent "par hasard" sur son site et visionnent ses vidéos, c’est qu’ils sont prêts à entendre ce qu’il dit. Et surtout, à le comprendre.


    • #1472459

      tu nous expliqueras comment tu as arrivé à faire des économies en ne mangeant que BIO, même si ce n’est que des fruits et légumes ???!!! vu les quantités qu’il faut pour se caller le ventre ???!!! parce que le mec en question dont tu regardes les vidéos lui vend des extracteurs de jus à 1300 euros pièce donc je m’inquiète pas pour lui, lui il a les moyens d’acheter tout en bio c’est sure tant qu’il y aura des cons pour les lui acheter !


    • #1473163
      le 25/05/2016 par demitrius
      Un bilan personnel après un an sans viande

      Tito : le but n’est pas de se caler le ventre mais de se nourrir, si vous voulez vous caler vous mangez macDO ! Quant à vendre les produits, oui et alors ? il fait comme tous les commerciaux qui bossent dans une boite, rien de plus, rien de moins. Quant à ce qu’il dit, écoutez-le un peu plus !


  • #1470603
    le 21/05/2016 par lecteur soralien
    Un bilan personnel après un an sans viande

    il existe des labels qui indiquent que l’animal a été elevé dans des conditions saines (à l’exterieur..etc), on ne peut pas se passer de viandes et de protéines, à moins de passer sa vie dans la cuisine. il faut manger énormement et très varié pour avoir le meme apport en acide aminés que ce qui se trouve dans la viande rouge (qui les contient tous). Là on nous parle meme d’arreter de manger des oeufs, fromages, lait.. l’etre humain est omnivore, pas herbivore.
    les animaux herbivores peuvent etre impressionants au niveau de la musculature, mais ils passent leur vie à manger.

     

    • #1472487
      le 24/05/2016 par caroline
      Un bilan personnel après un an sans viande

      je suis d’accord avec toi "lecteur soralien" ceux qui sont végétariens et sont hyper musclés ne doivent pas bosser beaucoup, vu le nombre de repas et les quantités d’aliments à manger dans la journée ! encore un mensonge de plus qu’on nous vend pour nous faire croire qu’on peut tous ressembler à des "musclés" sans viande ! quand tu bosses c’est impossible ! regardes T. Casasnovas épais comme un fil et qui nous montre des vidéos de sportifs hyper musclés (qui ne font que cela et ne bossent pas) pour justifier ses dires, il nous prend pour des cons !


  • #1470637

    J’y joins mon témoignage : je suis végétarienne depuis maintenant 3 ans et demi et tout va bien pour moi également. J’aimerai devenir végétalienne à terme mais j’ai encore un péché mignon.. le chocolat au lait ! Depuis que j’ai changé d’alimentation, j’ai réappris à cuisiner avec beaucoup de légumes, céréales, épices. Je fais même des pâtisseries végétaliennes. La viande ne manque pas car on se réhabitue à manger autrement.

    Je l’ai fait également pour des raisons éthiques à la base, puis pour ma santé. Je me suis toujours senti proche des animaux et dès toute petite je ressentais de la compassion pour ces braves bêtes magnifiques que sont les vaches et qui étaient élevées dans le seul but d’être abattues. Aujourd’hui, je peux regarder une vache dans les yeux et ne plus culpabiliser. Enfin.. si encore un peu car je consomme encore du lait qui est le résultat d’un processus cruel : la vache est inséminée tous les 9 mois pour avoir un veau qu’on lui vole à la naissance, celui-ci sera enfermé à son tour soit - selon son sexe - pour produire de la viande ou devenir une vache laitière à son tour. Pour y avoir assisté plusieurs fois, je peux vous jurer qu’il n’y a rien de plus déchirant que de retirer un veau à sa mère. Toutes les mères, animales comme humaines, ressentent l’instinct maternel et souffrent de la séparation d’avec leurs bébés. Le veau en souffre énormément également, il est souvent malade et faible par la suite, peureux et traumatisé. Et le soir quand les vaches viennent pour la traite, il est déchirant d’entendre tous ces meuglements à l’unisson, vaches et veaux s’appelant et se répondant sans pouvoir être ensemble ni même se voir. Croyez-moi, la vie d’une vache laitière même élevée en pré n’est pas une vie heureuse pour autant. C’est pourquoi j’envisage à terme d’arrêter les produits laitiers également.

    Concernant les élevages intensifs, je crois qu’il n’est pas nécessaire de se justifier, c’est une insulte à l’espèce humaine d’avoir créer de telles usines de la mort, allant si loin dans la cruauté et le reniement de la sensibilité des animaux. Et cela pourquoi ? Pour pouvoir manger des steak, des saucisses ou du jambon à 2€ plusieurs fois par jour ? Croyez moi ces produits là sont du poison dans nos corps : l’alimentation anti-naturelle qu’ils ont (farines animales, déchets, soja OGM), les antibiotiques du fait des conditions atroces dans lesquelles les animaux sont maintenus, les toxines et maladies développées à cause du stress.

     

    • #1470722

      J’ai été moi même végétarien quand j’étais adolescent... À vrai dire si c’était possible le recours à l’émotionnel ça devrait être interdit (avant d’être un adulte tatoué et vacciné (par big pharma)).. LOL...



      Je me suis toujours senti proche des animaux et dès toute petite je ressentais de la compassion pour ces braves bêtes magnifiques que sont les vaches et qui étaient élevées dans le seul but d’être abattues.




      Ça devrais vous rassurer de penser que si elles n’étaient pas élever pour les « bienfaits » qu’elles apportent, elles finiraient bien par disparaître... vous conteriez alors sur les bouffeurs de fromage pour embellir nos belles prairies de leur présence ?..

      Un monde qui change c’est triste... ceux qui poussent à ces changements sont encore plus triste.. Pourquoi toujours prendre les excès (intolérables) pour tout détruire ? Après ça n’est que mon avis...


    • #1470851

      J’ai été moi même végétarien quand j’étais adolescent... À vrai dire si c’était possible le recours à l’émotionnel ça devrait être interdit (avant d’être un adulte tatoué et vacciné (par big pharma)).. LOL...



      Je me suis toujours senti proche des animaux et dès toute petite je ressentais de la compassion pour ces braves bêtes magnifiques que sont les vaches et qui étaient élevées dans le seul but d’être abattues.




      Ça devrais vous rassurer de penser que si elles n’étaient pas élever pour les « bienfaits » qu’elles apportent, elles finiraient bien par disparaître... Il faudra alors compter sur les bouffeurs de fromages pour embellir nos belles prairies de leur présence ?.. Ah non, même dans les prairies ils souffrent ?..

      Un monde qui change c’est triste... ceux qui poussent à ces changements sont encore plus triste.. Pourquoi toujours prendre les excès (intolérables) pour tout détruire ? Jeter le bébé, l’eau du bain et casser la baignoire... Ce que vous voudriez ça n’est pas la suppression des dérives du capitalisme mais un Homme/Femme nouveau/nouvelle.. Ce que vous voudriez ça n’est pas uniquement l’arrêt immédiat de l’élevage intensif (radical mais jusque là rien d’anormal) mais aussi la suppression d’un modèle millénaire pour la poursuite d’une utopie..

      Un jour on risquera la peine de mort pour avoir écraser un hérisson ou pêcher un poisson ?... Moi, vous me faites peur.. Même si demain on arrivait à se nourrir d’insectes (ça en ressouderait des problèmes) je souhaiterais qu’on perpétue nos traditions un minimum.. De toute façon vous seriez toujours à nous dires que les sauterelles ça souffre en faisant des projections anthropomorphiques...


  • #1470648

    Et pour ceux qui seraient tentés par le végétarisme, je conseille ce tableau et ce site qui propose pas mal de conseils :

    http://www.lasantedanslassiette.com...


  • #1470657

    Je peux comprendre que des gens acceptent de devenir végétariens, par conviction ou par contrainte financière (faut pas se cacher : la vraie bonne viande blanche ou rouge est chère).
    Mais le végétarisme ou vegan, ca par contre c’est autre chose.... Et ca me dérange, parce que ces gens ont tendance à emm.... les autres avec ce que je considère comme des états d’âme d’occidentaux.


  • #1470663

    le végétarisme conserve, protège et rajeunie. à bon entendeur.


  • #1470664

    Sachez que l’aliment le plus riche en protéine n’est pas animal, mais d’origine phycologique, qui vient de l’algues .... il est donc possible de consommer des protéines de qualités sans pour autant tuer des espèces vivantes à sang chaud.
    Le travail de nos institutions, ou plutôt la déconstruction a bien fonctionné ...
    Moins de viandes , plus de végétaux si possible bio ...


  • #1470676

    Manger de la viande est hypocrite
    Si le pauvre animal parlait et implorait qu’on ne le tue pas,on oserait pas le tuer !
    Vegétarien depuis 30 ans,en pleine forme

    Imparable !

     

    • #1470779

      C’est vous qui êtes hypocrite.

      Ce qui est imparable pour vous l’est peut-être beaucoup moins pour votre prochain.

      Vous n’êtes pas tout le monde.

      Quant au fait que vous ayez trouvé un régime alimentaire qui vous convienne, eh bien sachez que cela me remplie de joie pour vous.


    • #1470807
      le 21/05/2016 par inference.deductive
      Un bilan personnel après un an sans viande

      En quoi manger de la viande est-il hypocrite ?

      Avec des "si" on refait le monde...
      Je vous oppose donc vos "arguments" :

      Si les plantes, les fruits, les légumes parlaient et imploraient qu’on ne les tuent pas, on oserait pas les tuer !
      Omnivore depuis presque 30 ans, en pleine forme !

      Quand aux animaux d’élevage, si l’homme ne s’en nourrissait pas, ils disparaitraient petit à petit à la manière des animaux en voix de disparition.

      Entre respecter la vie dans son ensemble et devenir un Yati Svetambara, il y a quand même un delta.


    • #1470864

      Les fruits, les graines, les feuilles, les tiges et le lait etc.. ne tuent pas la plante. Il n’y a que les racines qui la tue.
      Donc un végétarien est beaucoup plus proche de la nonviolence qu’un mangeur de viande. C’est tellement évident que je me demande pour quoi on en parle.

      Quand aux animaux d’élevage s’ils disparaissent naturellement tant mieux, ils sont tous artificiel.


    • #1471188

      Bonjour Jay,

      Pour augmenter la production des arbres fruitiers on doit mettre en stress la plante de façon à ce qu’elle démultiplie la quantité de fruits qu’elle produira. Et sur ce point précis nous sommes des experts. Technique de pinçage des bourgeons, trognage, tailles diverses.
      Cela n’a rien à envier à l’élevage.


    • #1471663
      le 23/05/2016 par Louiscroivébaton
      Un bilan personnel après un an sans viande

      Vous comparez la violence qui pars de la naissance a abattage d’animaux sensible a celle faites au bourgeons d’un arbre ? c’est ça vos arguments sérieusement ?
      Aucun humain n’est insensible a la détresse d’un mammifère !


    • #1472244

      @Louiscroivébaton

      Je vous l’accorde, aucun humain n’est insensible à la détresse d’un mammifère.
      Une des principales différences entres les végétaux et les animaux est l’approche du temps et du mouvement.
      Concrètement, les végétaux sont statiques mais virtuellement immortels (On trouve des arbres vieux de plusieurs milliers d’années). On sait par exemple que le fait de pincer des bourgeons, couper des branches tue parfois aussi simultanément une partie du réseau racinaire de cet arbre. L’arbre en tant que tel, pour pouvoir se reproduire appréhende le mouvement en s’aidant des êtres dotés de dynamique : insectes, animaux, [...]. De ce fait, il génère des fruits, pollen, nectar pour les attirer ; fruits qui une fois consommés sont censés participer à la reproduction de l’arbre. Le fait de détruire une partie de l’arbre active en général son mécanisme de survie. Celui-ci génèrera alors plus de fruits par la suite car il supposera qu’il pourrait ne pas survivre à l’année qui va suivre.

      Prenons un exemple concret. Une vigne est censée pouvoir atteindre plus de 350 ans. Pourtant, on sait que dans les cépages si les vignes dépassent les 50 ans nous les considérons déjà comme étant anciennes. L’agriculture, à l’image de l’élevage, prive la plante de son mode de reproduction naturelle et de sa capacité à vivre longtemps comme on prive l’animal de sa dynamique. Au final, le règne végétal est au moins, si ce n’est voir plus complexe que le règne animal.
      Son appréhension est difficile car il ne se base pas sur le même paradigme. Paradigme qui correspond à l’approche du temps et de l’espace tout simplement.

      Le problème n’est pas tant la consommation de viande. La révolution par l’assiette ne sert que ceux qui l’instrumentalisme. Le problème est le modèle de consommation moderne et la déconnexion du réel qui y est liée. Pour comprendre la problématique prenons un peu de recul. La plus grande communauté végétarienne au monde est l’Indienne. Pourquoi ? Parce que c’est le seul moyen pour eux de nourrir toute leur population (coût de revient de la viande > plante). Quand Attali passe à la télé et nous annonce que nous serons tous végétariens dans le futur, on comprend en sous-ligne que nous aurons des problèmes de surpopulation et que pour pouvoir gérer le problème il vont, à l’image des révolutions depuis 1789, simplement adapter leur système car la surpopulation est un très bon moyen de contrôle des masses en plus de décupler la force de travail.


    • #1472245

      Au final, la viande de qualité sera réservée à ceux qui en ont les moyens. Maintenant que la technologie permet de se passer de travailler avec les animaux, ceux-ci deviennent moins utiles et peuvent être supprimés de l’équation au profit de la main d’œuvre Humaine, main d’œuvre qui sera à terme supprimée à son tour une fois que ça force de travail aura parachevé l’avènement du tout automatisé. C’est le principe des révolutions perpétuelles et les mouvements végans ne font pas exceptions à la règle.

      Maintenant, comment voir qu’il y a un problème avec les mouvements végétaliens et végans ? C’est l’approche du problème. Celui-ci se base sur le fait que les animaux ont des "sentiments". Cela personne ne le nierait. Toutefois on sait que l’approche sentimentale et victimaire, exemple avec l’association L214, sont des processus explicites de piratage du cerveau à destination des masses (Triangle de Karpman). De plus, on constate que les mouvements végans s’inscrivent dans une idéologie qui a sa propre Morale et philosophie (cf définition véganisme) qui empiète aussi sur le terrain des religions. Une autre méthode très efficace souvent utilisée par ce genre de mouvement est celui-ci du témoignage personnel tel que décrit dans cet article. Le principe simple consiste en un témoignage unilatéral montrant les bienfaits du dit système, ici le végétalisme. Or en ingénierie sociale ce type de procédé est souvent utilisé. L’objectif est de générer chez la personne à conditionné le même comportement que les groupes placébos des expériences pharmaceutiques. Ce concept se retrouve aussi dans : pensez positif pour attirer le positif. Et cela fonctionne parfaitement avec aussi une certaine persistance cognitive dans le temps alors que dans le réel il convient à chacun de trouver son propre régime alimentaire qui lui est propre et qui lui convient. Régime alimentaire qui doit avoir pour règle simple de limiter au strict minimum les aliments transformés et de se baser sur une production locale.

      Pour conclure, c’est un modèle de pensée pour les masses, à destination des masses, qui pérennise la surpopulation, rompt la tradition et la culture tout en créant une nouvelle ligne de clivage utile pour occuper les masses.


  • #1470699

    Bonnes motivations mais bon : à chacun ses choix.
    J’ai compris de mon côté, en dominant mon penchant pour la cigarette, qu’il était inutile et contre-productif (sauf en cas d’urgence médicale), de se forcer (s’habituer, se conditionner, etc...) à arrêter definitivement quelque chose, surtout pour une question de principe.
    Pour la clope : un jour, n’ayant plus de thunes, j’ai décidé de faire quelque chose pour moins raquer (fumais un paquet/j a l’époque ou ça ne coutait "que" 5 Euros).
    J’ai commencé par repousser la première de la journée apres le déjeuner. En quelques semaines j’avais pris le pli de ne commencer à fumer que le soir. En quelques mois, je ne fumais plus que 5 clopes par jour. Maintenant, il se passe des journées ou je m’en grille une juste pour me rappeler que je fume et il m’arrive encore de tuer un paquet enune soirée. Ah oui : la fumée des autres ne m’indispose pas non plus. Je pense que cette philosophie serait plus constructive appliquée aux habitudes alimentaires.


  • #1470704
    le 21/05/2016 par poulet_rôti
    Un bilan personnel après un an sans viande

    Hormis l’effet de mode évident qu’est devenu le véganisme dans nos sociétés occidentales, spécialement chez les jeunes et sur les réseaux sociaux,
    je ne peux m’empêcher d’y voir quelque chose de plus dérangeant, notamment chez les plus radicaux, les "anti-spécistes", qui, à l’instar des féministes, souhaiteraient l’égalité non seulement hommes-femmes, mais aussi animaux-humains, le tout dans un anthropomorphisme douteux...

    Une vache, un homme, ou une salade, ne sont pas à la même place sur l’échelle de prédation, et le fait de vivre et de se nourrir implique de tuer d’autres organismes, animal ou végétal, c’est l’évidence même !

    Il me semble en fait ici plus y voir un déni freudien de sa propre animalité, comme si le fait de penser et d’avoir un confort technologique pouvait remplacer, ou pallier à ce besoin certe primitif, que nous avons de se nourrir de chair et de sang.
    Les végétaux étant trop éloignés biologiquement de nous pour que l’on puisse s’identifier à eux, et donc culpabiliser sur notre ô bien cruelle condition humaine.

    Une sorte de nouveau super droit-de-l’hommisme animalier en quelque sorte !

     

    • #1470777

      En effet, le transhumanisme est déjà bien en place dans la tête de certains : rêve illusoire d’être déconnecté du Cycle naturel, peut-être pour vivre plus longtemps une illusion d’éternité en forme de rempart contre leur propre vacuité.

      Ils oublient qu’à leur mort, ils seront bouffés par quantité de bactéries avant d’être réinjectés dans la vache du pré d’à côté.

      La Nature n’admet pas qu’on soit Neutre : les physiciens quantiques vous le confirmeront.


    • #1470817

      L’expension du veganisme n’est pas dû à un effet de mode mais à l’accès à l’éducation, l’instruction et l’information de plus en plus de gens.

      De quelle espece sommes nous le plus proche ? De l’animal ou du vegetal ? De l’animal bien entendu. Donc c’est plutot vous qui refusez d’accepter votre animalité en mettant des barrières ou des différences fondamentales entre l’animal humain et l’animal non humain. Si découper une salade revient à découper une vache ou un chien, c’est plutot votre morale que vous devriez remettre en question et non celle des végans. L’évidence est la sentience. Ne pas faire souffrir des êtres qui ont une conscience, et jusqu’à preuve du contraire, un animal en a et un vegetal pas.

      Si vous voulez vous accrocher à vos plus bas instincts primitifs et continuer à vous abreuver de souffrance et de sang, fermez donc les tribunaux et les prisons, abolissez les lois contre les atteintes physiques les plus graves sur les etres puisqu’il faut donc d’apres vous déculpabiliser de nos instincts primitifs ... Votre discourt n’est pas cohérent, mais on vous en veut pas, vous n’avez pas étudié le sujet.


    • #1470838
      le 21/05/2016 par poulet_rôti
      Un bilan personnel après un an sans viande

      Je ne vois pas trop le rapport avec la physique quantique,
      par contre en effet, je pense aussi que ce genre de courants vont de pairs avec le transhumanisme, la gestation par autrui, une vie de plus en plus urbaine, virtuelle et détachée de notre identité physique et de notre rapport ancestral avec la nature.

      Comme le féminisme, l’anti-racisme, et l’anti-fachisme précédemment, ils se développent toujours sous un couvers contestataire, libertaire et moralisateur.

      La nourriture est hautement culturelle, surtout chez nous !
      La remettre en cause c’est accepter d’abandonner une partie de son héritage culturel, certainement au bénéfice de plus de globalisation et d’uniformisation des peuples et cultures...

      On appelle bien les Anglais les Rosbifs,
      eux nous appelle les Frogs,
      quand aux allemands les bouffeurs de patates etc etc...


    • #1470862
      le 21/05/2016 par poulet_rôti
      Un bilan personnel après un an sans viande

      @vegan

      Je reconnais, ce sujet bien que m’ayant effleuré l’esprit, n’est pas devenu une obsession pour moi, a contrario de bons nombres de vegans, avec qui j’ai eu le plaisir d’en discuter...

      Cependant vous conviendrez que pour pouvoir se nourrir, chaque être tue.
      Pour pouvoir vivre, chaque être tue.
      C’est comme ca, nous avons par exemple des milliards de bactéries vivants dans notre corps qui meurent a chaque inspiration, enfin soit !

      La question n’est donc pas de savoir s’il est bon de tuer ou pas, mais qui est-il bon ou pas de tuer, ou plus précisément moral...

      Et c’est la que nos avis divergent, vous pensez qu’une vache est plus morale qu’une salade, je prétend que la morale n’a rien à voir la dedans, et que mise a part mon espèce l’être humain, toutes les autres espèces se valent, et créer une hiérarchie (plus que bancale d’ailleurs) entre les espèces d’après des critères humains modernes occidentaux,
      n’est en effet au mieux qu’une mode, au pire un dogme hystérique et contre-nature.


    • #1471292

      Dans le Qur’an l’alcool est interdit pour les musulmans, pourtant très peu de gens le savent il y est aussi affirmé qu’il y a quelque chose de bon dans l’alcool. Mais ce qui est mauvais est supérieur à ce qui est bon : en conséquence on devrait s’abstenir..

      Les savants musulmans en ont déduits une règle : il faut toujours voir si les bénéfices que cela apporte sont supérieur aux préjudices car comme bien des choses sur terre il y a souvent une contrepartie négative.. Vaquer à ses occupations en marchant suffit pour détruire involontairement des insectes. Doit-on ne plus rien faire ? C’est comme un feu en forêt, Dieu y a mis au-delà de toute apparence une force régénératrice qui maintiendra la forêt en bonne santé.

      Souvenez vous du sacrifice d’Abraham : Dieu lui donne la leçon qu’IL n’a que faire des sacrifices fait par les hommes et par Amour pour l’Homme il lui est présenté un bouc comme sacrifice.. C’est Dieu au contraire qui autorise (exceptionnellement) qu’on hôte la vie à une créature afin de nourrir les siens et les nécessiteux, afin de raffermir les liens entre les gens..

      Les gens disent que l’alcool est un lubrifiant sociale, mais ils oublient que c’est aussi la fonction de la nourriture partagée et des repas !!.. Personne ne pourras nier que l’Homme apprécie grandement une repas surtout quand de la viande est partagée..
      Partout où la viande est consommée.. c’est elle qui est l’aliment préféré mais aussi bien souvent l’aliment le plus nourrissant..

      Être végétarien peut être spirituellement une chose très louable d’un certains sens.. mais ça ne peut être un plan d’ensemble pour l’humanité.. car l’apport de la viande en bienfaits (valeurs socialisantes de partage et de plaisirs induits) excède la nuisance faite à l’espèce animale.
      Tout comme un homme vulnérable servant de casse-croûte à un lion peut servir « positivement » l’espèce animal mais pas l’espèce humaine. Il faut se tenir à sa place.. comme le lion sait le faire..

      Et surtout car Dieu nous y a autorisé, car c’est un recours nécessaire ; comme les gros poissons qui mangent le petit poisson qui lui-même à mangé un plus petit poisson.. C’est pourquoi un lion n’est pas cruel.. il vaque sans excès à ses occupations ; c’est ça la vie sur terre..

      Ps : l’alcool est certes un lubrifiant social, mais il crée aussi l’inimité entre les gens à l’intérieur de l’espèce humaine.. alors qu’un bon repas (sans excès) n’a que des bénéfices pour l’espèce humaine..


    • #1471668
      le 23/05/2016 par Louiscroivébaton
      Un bilan personnel après un an sans viande

      "car l’apport de la viande en bienfaits (valeurs socialisantes de partage et de plaisirs induits) excède la nuisance faite à l’espèce animale. "

      Donc on continue la boucherie pour que robert et jean-jean puissent trouver une once de plaisir en discutant autour d’un rosbiff ?

      Et mon cul sur la commode ?


    • #1471842

      @louis,
      ne vous faites pas moins intelligent que vous ne l’êtes ? On ne continu pas l’élevage intensif mais on continu de manger de la viande sans excès comme on l’a fait depuis des siècles, des millénaires... Maintenant, vous pouvez rester sur la commode ou redescendre sur terre et déployer des arguments tangibles au lieu d’avoir recours une énième fois à votre pathos.. Je sais un lion c’est cruel..

      Bambi, Jumbo et toute la ménagerie seront d’accord avec vous, pas de doute !... Mais c’est pas eux qu’il faut convaincre !!


    • #1472399
      le 24/05/2016 par Louiscroivébaton
      Un bilan personnel après un an sans viande

      Le lion n’est pas cruel et il est parfaitement a sa place sur la chaîne alimentaire, mettre a mort ne lui arrache pas la moindre émotion.
      Nous ne sommes pas carnivore, et encore moins charognard, seul notre cerveau nous a permis d’accéder a la viande, mais notre cerveau et notre belle science nous a toujours jouer des tours, ça date pas d’hier !

      Il suffit de voir comment son corps ce met a fonctionner sur un régime frugivore !

      Met dans le berceau d’un enfant un lapin vivant et une pomme, si l’enfant joue avec la pomme et mange le lapin je me fait moine !


    • #1472605

      Met dans le berceau d’un enfant un lapin vivant et une pomme, si l’enfant joue avec la pomme et mange le lapin je me fait moine !




      Je ne reconnais pas ton pseudo, mais celle-là tu nous l’a déjà sortie.. je l’avait trouvée stupide la première fois et ça n’a pas changé...
      Mais ça prouve réelement que vos concepts sont vides... Premièrement l’enfant serait le premier à martyriser un animal.. et il croquerait dans une balle comme dans une pomme... Dans la première situation il s’étoufferait avec du plastic dans la gorge.. dans la deuxième situation il s’ettouferait aussi...

      Votre argumentation tourne autour des bienfaits médicaux de ne pas consommer de la viande... mais vous prenez la situation actuelle de surconsommation pour tirer vos conclusions.. clairement c’est que vous n’avez rien (d’autre que cette démarche tordue) pour vous appuyer...

      Deuxièmement : la sympathie pour les animaux.. Mais une gazelle se faisant bouffer par un lion ne vous pose dorénavant pas de problème ? Ou est donc le problème ?

      L’homme comme bien d’autres espèces est un prédateur.. vous avez juste du mal à argumenter contre... Le lion est un prédateur tout comme l’homme.. le dossier est clos.. Le lion n’est pas cruel puisqu’il se nourrie de ses proies, tout comme l’homme lorsque le but est de se nourrir.

      Tout ce qui reste c’est l’habilité de l’homme à le faire dans les meilleurs conditions et uniquement selon ses besoins.

      Et jusqu’à preuve du contraire l’homme sur terre a parfois du mal à se nourrir.. Alors vos conneries d’homme occidental ayant embrayé le pilote automatique, se croyant supérieur aux gens sur terre, ça va vous demander encore un peu d’instrospection avant de prendre conscience de cette arrogance toute naturelle chez certains..


  • #1470731

    Bonjour,

    Regardez un taureau, tout muscle, il ne mange pas de viande !

     

  • #1470733
    le 21/05/2016 par R ou L c’est pas pareil
    Un bilan personnel après un an sans viande

    Dans les commentaires, beaucoup témoignent des bienfaits de leur végétaRisme, or l’article rend compte de quelqu’un qui est passé au végétaLisme.... c’est quand même très différent : le végétarisme n’en est pas un, puisqu’il consiste en un omnivorisme avec cependant une faible consommation de produits animaux (généralement oeufs, poisson, laitages).
    La science tend à prouver que le végétaLisme n’est pas le régime approprié à l’Homme, l’Homme est omnivore, avec une flexibilité étonnante, qui permet plusieurs "omnivorismes" (dont le végétarisme fait partie)... Quitte à parler d’aliments dont l’humain n’a pas besoin, la bonne foi voudrait qu’on pointe du doigt plutôt les céréales, les légumineuses, et les laitages (à plus forte raison laitages faits avec le lait d’autres espèces).
    Être omnivore, ce n’est pas forcément être carnivore et s’enfiler 1 kilo de viande par jour, on peut être omnivore, et se contenter de viande 2 fois par semaine, ce qui est suffisant pour combler les besoins essentiels en nutriments exclusivement disponibles dans les produits animaux...
    Le problème de la condition animale est un problème en soi qui n’a pas à être validé par un mythe scientifique selon lequel l’Homme serait végan par nature, ce qui est archi faux et démontrable... Après, que des personnes aient noté une nette amélioration de leur état de santé après être passés au végéta-R-L-isme, c’est un fait, mais l’honnêteté voudrait qu’on se pose la question des produits transformés qu’on a abandonnés en changeant de régime, et aussi des saloperies présentes dans les produits animaux, dues aux conditions d’élevage des animaux et pas dues à la nature de la viande en elle même... Il faut voire les 2 côté, en considérant par exemple le témoignage de Lierre Keith, qui s’est ruinée la santé après plusieurs années de végétaLisme, ou encore au Dr Natasha Campbell (russe) qui soigne l’autisme, et aussi le diabète de type 1 (!) entre autres grâce notamment à une alimentation particulière ; allez donc lui demander ce qu’elle pense des produits animaux et végétaux, vous seriez surpris... Quant à T. Casanova, dont il est parfois question, l’honnêteté veut encore une fois qu’on admette que ce qui l’a sauvé lorsqu’il était au plus mal, c’était... les produits animaux... lui même a fini par le révéler...

     

    • #1470844

      Selon la tradition :
      Végétarien : pas de viande, poison, œuf.
      Végétalien : idem plus pas de produit laitier et miel.
      Après on a un mixte moderne avec végétarien pas de viande mais poisson et œuf. Cela n’a pas de sens.
      Le terme omnivore est un non sens, créé de toute piéce pour justifier la viande. Il n’a aucune réalité physiologique. Mais là faut un peu étudier la physiologie de la digestion pour comprendre.


    • #1471153
      le 23/05/2016 par laurent71
      Un bilan personnel après un an sans viande

      @Maxime, juste après le vêlage, la vache mange le placenta...


  • #1470735

    Je suis moi même dans une optique de changement alimentaire mais il faut être honnête et reconnaître ce qui est rarement dit :

    les gens qui ont arrêté la viande se sentent mieux car il ont arrêté de mangé de la viande au 21eme siècle, c’est a dire de la viande aux antibiotique, aux hormones, et avec la concentration des pesticides des tonnes de fourrages qu’ils on mangés.

    Une fois que l’on a dit cela on comprends mieux, que même en mangeant des fruits et légumes de l’agriculture conventionnel on se sente mieux en arrêtant la viande, surtout que dans cette démarche beaucoup passent au bio...

    plus personnellement je pense que la grosse erreur est de manger de la viande non bio et des céréales dans une même journée, et de dire du riz c’est des légumes, ou encore de faire bouillir ou cuire tous ses légumes et ce demander pourquoi on a des carences, pourquoi notre glycémie fait des problèmes...

    je mange comme la plupart des communautés du paléolithique, un régime paleo mais plus lite en viande, entre 20 et 30% de mon alimentation est de la viande BIO et pourtant j’ai les même effet positifs que n’importe quel végétarien ce n’est donc pas forcement la viande le problème...je mange 20% légumes crus 10% légumes cuits puis 30% fruits 5% céréales pas de gluten ni lait n produits industriel ou transformés..

    La plupart des gens sont plutôt en 30%viande 30% céréales 20% légumes cuits 10% légume crus 10% fruits sans compter les laitages et produits industriels plein de chimie...et tout ça non bio en plus...

    Nous avons le problème de quasiment tous les omnivores, nous descendons de frugivore mais nous nous somme adaptés a la viande pour survivre...Donc consommé de la viande n’est pas idéale pour nous, mais manger que des fruits non plus, en plus selon qu’on est plutôt configuré génétiquement comme un inuits(mange 100% viande) ou guayaki des foret tropicale (beaucoup de fruits et racine et un peu d’animaux) on aura une réaction différente donc aucun régime n’est universellement applicable...

    Le ressentir profond est donc le plus important au delà de toute les mystifications et effets de mode névrotiques induites par le capital...

     

  • #1470742
    le 21/05/2016 par pleinouest35
    Un bilan personnel après un an sans viande

    He bien moi cela fait 42 ans maintenant que je le suis, et je ne suis pas maigre !


  • #1470750
    le 21/05/2016 par Bananonyme
    Un bilan personnel après un an sans viande

    L’aliénation végétarienne est une mode de nécessité du Capital, ce n’est pas une révolution ou une manière "plus naturelle" de manger. Toute l’industrie agro-alimentaire a changé les mets de la Nature en poison, que ce soit les fruits, les légumes, les viandes ou les poissons. Un retour à la terre et à la naturalité des écosystèmes nous oblige à reconnaître que l’animal à une grande part dans la fertilisation des sols et l’équilibre naturel, et que manger un animal ce n’est pas plus que manger tout autre organisme. Vouloir faire du végétarisme un lieu de calcul et de quantification calorifique c’est déjà tomber dans le jeu du Capital, qui préfère nous faire bouffer des végétaux plus rentables que de la viande ; en témoigne l’importance incroyable du lobby du sucre sur les recommandations alimentaires internationales (voir Books 71 sur le sujet : http://www.books.fr/produit/le-lobb...).
    Ce genre de comportement ferait sourire les indiens d’Amérique, dont toute la vie matérielle repose sur le bison : nourriture, vêtements, habitat, etc. Mais comme dit précédemment, chez les sociétés développées, c’est une nécessité du (c’est-à-dire selon le) Capital, ce qui implique que continuer à vivre en ville s’accompagne forcément tôt ou tard d’une sorte de végétarisme, pour gagner du "pouvoir d’achat" ou pour consommer moins de produits toxiques (plus faciles de trouver des végétaux bio que de la viande bio, il me semble).

     

    • #1470799
      le 21/05/2016 par poulet_rôti
      Un bilan personnel après un an sans viande

      Très bonne analyse, très pertinente !
      Je serais curieux de savoir ce que pense Francis Cousin sur le sujet.


    • #1470853

      Les Indiens d’Amérique ne sont pas l’exemple d’une grande civilisation.
      Les Indiens d’Inde par contre oui. Avec leurs écrits, leur architecture, leurs arts, leurs sciences, leur grammaire, leur astronomie, leur médecine, leur sagesse, leurs philosophies etc....Et leur base alimentaire a toujours été le : Végétarisme.
      Le Capital n’a rien à voir dedans. Il cherche simplement à gagner sur tous les tableaux.


    • #1471029
      le 22/05/2016 par poulet_rôti
      Un bilan personnel après un an sans viande

      @Jay

      En effet, les Indiens d’Inde, très grande culture, ils sont quasi les seuls à avoir imposé l’eugénisme radical, avec une société de caste, où une vache sacrée est quasi plus importante qu’un pécain né sous le mauvais pedigree...
      C’est peut-être ce que vous souhaitez finalement les végans !

      Arrêtons l’angélisme new age, vous pouvez aller en Inde ou à Katmandu, vous resterez toujours un Français avec 10000 ans de barbaque derrière lui.


    • #1471343

      poulet roti

      Vous ne connaissez de la culture védique que ce que les anglais missionnaires et colonisateurs on fait croire au Occidentaux ( et même aux Indien eux même par une éducation fourvoyée).

      J’ai vécu en Inde et cette civilisation est la plus raffinée qui existe sur cette planète.
      Les déviations culturelles viennent des influences externes, par les musulmans puis les anglais puis les communistes et socialistes.
      il faut lire les livres de François Gautier qui explique bien la chose en Français.


    • #1471483

      Mais bien-sûr les castes et toutes les injustices, c’est les musulmans la cause.. sans eux il y aurait toujours les intouchables mais qu’es-ce qu’ils serait bien plus heureux !!.. Et pas le moindre début de preuve..

      Tu m’étonnes que les israéliens ont un intérêt toujours plus grandissant pour l’Inde..

      Ps : j’ai pas encore entendus que la corrida en Espagne serait à cause de 800 ans de présence islamique.. mais je suis prèt à parier un demi kilo de loukoum à la rose (bio et sans sucre) que ça ne serais tardé !!
      Ce genre de truc très porteur est déclinable à l’infini..


    • #1472411

      - Où j’ai dit que les musulmans étaient responsables des castes et injustices ? Curieux d’être aussi tatillon dès qu’on prononce le mot musulman, cela me rappelle une certaine communauté aussi très tatillonne.

      - Ces castes existent aussi ici par l’argent et par la naissance et sont encore plus violentes. Il n’y a jamais eu d’esclave en Inde.
      - Le mot caste a été donné par les étrangers colonisateurs dont le but était de diviser pour mieux régner.
      - Les Dalits (intouchables) sont une invention récente (1950) dans le but de détruire la société traditionnelle par l’intérieur. Ils ont réussi.
      - Nulle part dans l’immensité des écritures védiques on trouve mentionner ces intouchables.
      - Les "castes" n’avaient pas pour but la compétition sociale ou l’exploitation, mais la coopération dans le service de Dieu.
      - Les armées arabes et turques ont mis 540 ans (636-1206) pour s’introduire dans le coeur de l’Inde. La résistance de l’Inde devant ces hordes de barbares ( musulman désolé) est unique vu que les autres contrées sont tombées en quelques années à peine.


    • #1472439

      " que l’animal à une grande part dans la fertilisation des sols et l’équilibre naturel "

      Être végétarien / végétalien ne signifie pas que l’on souhaite l’extermination des animaux, au contraire ...

      Une alimentation uniquement végétale réduirait considérablement les surfaces agricoles et offrirait ainsi plus de surfaces naturelles, dans lesquelles les animaux feraient bien ce qu’ils veulent...

      Aussi, la terre a été couverte de végétaux pendant des millions d’années avant même l’apparition de faune terrestre. Donc la fertilisation des sols, bof bof ... Une forêt sans animaux est à mon avis aussi viable que sans... (et je répète qu’être végétarien ce n’est en rien vouloir la fin des animaux)

      " et que manger un animal ce n’est pas plus que manger tout autre organisme. "

      Je suppose qu’il manque un mot "cruel" ?

      Je t’invite à venir tuer le cochon à la ferme, dans mon village d’enfance. On verra si ça te fait la même chose qu’arracher un radis...

      D’autant que la consommation de fruits n’entraîne pas (forcément) la mort du plant dont il est issu.


    • #1473066

      Voilà un début d’argument..



      Les armées arabes et turques ont mis 540 ans (636-1206) pour s’introduire dans le coeur de l’Inde. La résistance de l’Inde devant ces hordes de barbares ( musulman désolé) est unique vu que les autres contrées sont tombées en quelques années à peine.




      Tu dit ça parce que t’es un hindous.. Mais un musulman indien dirait le contraire..

      En verité l’Islam a été accepté bien plus que dans d’autres contrées puisqu’une large partie de la population est musulmane.. C’est sure que d’un point de vue hindou avec une tradition multi-millénaire derrière soi.. une présence musulmane d’un peu plus qu’un petit millier d’années ça fait pâle figure.. Il y a aussi l’adoption de l’islam en Indonésie et Malaisie sans la présence d’armée ce qui prouve bien le dynamisme des confréries musulmanes dans l’adoption de l’islam par les populations.. Surtout que l’Islam indien a produit de grandes figures religieuses..

      Ensuite, la remarque comme quoi les musulmans réagiraient au quart de tour comme les juifs.. c’est encore une de vos vues de l’esprit.. Dans les faits vous accusiez les musulmans sans avancer la moindre preuve, si maintenant on peux dire toutes les conneries qu’on veux et qu’il faut les passer sous silence.. Un conseil : commencez par arrêter d’avancer des conneries et vous l’obtiendrez à coup sûr ce silence..


  • #1470774

    Il faut manger un peu de tout. C est pas plus compliqué !

     

    • #1470960

      Un peu de tout ce qui est bon oui, pas un peu de tout ça veut strictement rien dire, dans ce cas là tu peux bouffé notre merde aussi pour la vitamine B12.. enfin voila on c’est compris !

      et puis de tout oui mais sans causer de souffrance et de nuisance à autrui.. c’est la base !!
      si on comprends pas ça c’est inutile..


  • #1470781

    Super témoignage, ravis qu’il y ait une prise de conscience sur ce sujet.


  • #1470783

    L’alimentation végétarienne est sûrement bonne pour la santé, mais entre la côte de bœuf poêlée aux échalotes fondantes et le steak végétalien, je choisis quand même la côte de bœuf !


  • #1470789
    le 21/05/2016 par réGénération
    Un bilan personnel après un an sans viande

    Des fruits et des légumes verts (frais) - çà peut donner des recettes sucré-salé intéressantes - c’est très simple. Mais dans ce monde complexe, la simplicité fait peur, on croit qu’il y a d’autres choses à comprendre : non !
    Juste, fais-le !


  • #1470826

    Moi j’ai le droit de tout manger mais pas d’avaler !

     

  • #1470861
    le 21/05/2016 par droledepays
    Un bilan personnel après un an sans viande

    A vrai dire les réactions des lecteurs de ER me rassure sur cette idéologie pour le moins nébuleuse. Le raisonnement du végan est totalement fallacieux... Posez-vous la question suivante : Que devient le végan lorsque les théoriciens scientifiques démontreront par A+B que la souffrance végétale est bien une réalité ? Votre réponse vous fait rire, c’est normal : "les végans aux oubliettes". In fine, cette idéologie, par nature extrémiste, est basée sur un raisonnement anthropomorphique de l’animal et une phobie du concept de mort. Ce concept "végan" cache tout de même un altruisme, certes immature, via un rejet authentique de l’ultra-libéralisme tendant à chosifier la nature.
    Bref, un vrai sujet très intéressant à développer.

     

    • #1470967

      Il se trouve que cette ideologie ne date pas d’hier mais remonte à très loin dans l’antiquité et a été développée jusqu’à nos jours par des penseurs et scientifiques célèbres. A contrario, personne n’a jamais pu démontrer ni la conscience ni la souffrance des végétaux. Et quand bien même un végétal souffrirait, il faudrait etre d’une mauvaise foi sans borne pour oser comparer sa souffrance à celle des etres sentients. Si vous osez la comparaison, c’est votre ideologie qui est dangeureuse au plus haut point, car cela reviendrait à metre les etres au même rang que les vegetaux et je ne donne plus chère de notre peau ni de la votre. Au final si je n’étais pas si serieuse sur le sujet, c’est plutot votre raisonnement qui prete à rire. Quand à l’extrémisme, lequel du vegan ou du carniste baigne dedans ? Celui qui a pris conscience de l’inutilité de la souffrance animale pour vivre et qui choisi de protéger et d’épargner ceux qui ne peuvent se défendre, ou celui qui s’en accomode et la justifie pour satisfaire ses plaisirs culinaires, vestimentaires ou de loisirs ? Le plus immature des deux n’est surement pas celui que vous croyez.


    • #1471298

      @Vegan,

      Bonjour Vegan, je viens ici apporter quelques éléments de discussion.

      Ce n’est pas parce que l’on a pas démontré ou que l’on a pas connaissance de démonstrations de la souffrance des végétaux qu’elle n’existe pas. Les techniques visant à mettre en état de stress les arbres fruitiers, ainsi que les techniques de taille pour forcer un arbre à produire plus sont légions. Le problème soulevé par droledepays est que si une telle étude venait à être réalisée elle détruirait l’existence et les fondements même de l’idéologie vegan.

      Reprenons la définition du végan :
      Le véganisme est un mode de vie consistant à ne consommer aucun produit issu des animaux ou de leur exploitation. Le véganisme découle notamment d’une conception morale et philosophique des relations entre espèces animales, l’antispécisme ;

      Et la définition de spécisme :
      On appelle spécisme la discrimination arbitraire fondée sur le critère d’espèce. Le spécisme conduit à accorder moins d’importance aux intérêts des animaux non humains par rapport à ceux des humains.

      Voyez-vous, c’est très intéressant comme approche, car comme le véganisme est une conception MORALE et philosophique, elle vient de fait ce placer à côté des religions avec ses propres dogmes et philosophies. Un parallèle intéressant est à faire avec la religion de la nature prônée par la franc maçonnerie et leur définition de "l’Homme Nouveau". Homme qui à terme, pour le bien être du monde acceptera sans doute, (petite digression lyrique) de se faire modifier à l’image des bactéries que l’on a modifié afin qu’elles produisent la B12 si chère à ses besoins. D’ailleurs, la fresque "paix et harmonie" de léo Tanguma résume parfaitement l’idée : Apologies des OGMs, du clônage, de l’hybridation Hommes-animaux, du métissage, le tout autour sous-poudré d’une religion de la nature bref, une synthèse.

      Revenons au réel. Je me méfie aussi et surtout de toute la palette d’aliments modifiés mise à disposition du néo-végan. Du seitan(gluten), au tofu en passant par le soja. Quelques recherches me font me pauser beaucoup de questions sur ces aliments.

      Dans les faits, la meilleure approche à avoir est une approche raisonnée (en opposition à l’approche sentimentale) basée sur la compréhension du réel, de la morale (catholique par exemple) et de la tradition et qui vont de facto réellement à l’encontre du système : Penser global, agir local.


    • #1472471

      Les scientifiques ont déjà démontré par A+B que les végétaux n’étaient pas pourvu de système nerveux (encore moins de cerveau) et sont donc insensibles à la douleur ...
      Un arbre peut être plus en vie que jamais après s’être fait tronçonner de toute part. Je vous invite à essayer sur des animaux pour voir le résultat. La douleur tue sans même que soient atteintes les fonctions vitales.

      De plus, il existe aussi des concepts, de "moindre mal" ou d’anthropomorphisme comme vous dites (et ce n’est pas forcément péjoratif), faisant que même si une salade ressentait la douleur, on peut supposer qu’elle soit plus tolérable à nos yeux que celle d’un gorille agonisant devant nous...

      Oui d’une certaine manière je suis anthropomorphique. J’ai l’outrecuidance de penser qu’un animal n’a pas envie d’être tué (ni même une plante). C’est l’instinct premier de tous les organismes vivants : vouloir le rester... Car oui j’assume, j’ai une certaine phobie de la mort ...

      Donc, par altruisme comme vous dîtes, j’évite autant se faire que peut de manger de la viande. C’est selon moi moins immature que de penser à son simple plaisir gustatif ...


    • #1473167

      Donc, par altruisme comme vous dîtes, j’évite autant se faire que peut de manger de la viande. C’est selon moi moins immature que de penser à son simple plaisir gustatif ...




      Que vous soyez enclin à ne pas consommer de viande animale de façon personnelle peux se comprendre. Ce qu’on a du mal à saisir c’est cette idée que l’Homme comme le Lion (roi des animaux) consommateur de steak de gazelle seraient cruels dans les faits..

      Quand à votre appréciation concernant votre maturité (et celle d’autres végétaliens) par rapport à l’espèce humaine çà s’entends comme la théorie d’un trans-genre se croyant un troisième siècle ou l’ultime sexe, persuadé d’être arrivé à maturation de l’évolution humaine.. Tout ça parce que les ancêtres depuis des millénaires pensaient différemment..
      Croyez moi il y a des gens qui avance, perduadez de progresser alors qu’ils sont dans une récession totale.. Ce paradigme du progrès à partir d’une rupture avec le passé est tout de même particulier.. Une patate suspendue hors-sol sans racine finie toujours par pourrir.. Tout les progrès moderne semble être des régressions comment pouvez vous vous accrocher à ces idées toutes faites ?


  • #1470908

    Pourquoi toujours des excès. Il suffit de manger de façon raisonnable, c’est le bon sens.
    Je mange de tout, je varie mes repas (j’aime bien cuisiner), j’ai un boulot sédentaire et je ne fait pas de sport (juste des travaux de jardin et bricolage) et je me porte bien. Cela fait 3 ans que je ne suis pas allé chez le docteur.

    Alors plutôt que de passer de l’entrecôte tous les jours à ne manger que des produit végétaux (on parle de végétalien ici) , régulez vous.

    Pour moi l’homme à toujours mangé de la viande, toute les théories végétaliennes/végétariennes sont du pipeau.

     

    • #1471676
      le 23/05/2016 par Louiscroivébaton
      Un bilan personnel après un an sans viande

      Mince, c’est pas ce que nous dis notre anatomie, on a pas les dents d’un carnivore, ni même d’un réel omnivore : l’ours.

      On a pas les gros reins d’un carnivore, ni leur intestins cours.

      Par contre on a tout du frugivore, c’est biologique et pas une construction mentale !


    • #1473705

      Par contre on a tout du frugivore, c’est biologique epas une construction mentale !



      Vou êtes tout de même incroyable. L’homme mange de la viande, de la barback il est connus pour être un omnivore millénaire avec son système digestif il ne pourrait pas être un nécrophage par contre il mange de la viande et ça lui va bien.

      Il suffit d’allez au fin fond de l’Amazonie.. en papoasie nouvelle Guinée, ou chez les indiens d’Amérique pour constater que partout où l’homme a été heureux il a consommer de la viande. Il n’y a qu’un homme occidental à l’esprit perverti par la modernité pour penser que l’humanité aurait besoin d’autre chose..

      La seule audience réelle (spontanée) que vous pouvez avoir c’est concernant les abus incontestables autour de la consommation de viande et l’élevage des bêtes.. et c’est indigne de vous servir de ça pour faire de la propagande pour l’utopie vegan..

      Revenez à quelque chose de plus raisonnable.. combattre les abus des industriels de l’agro-alimentaire concernant la maltraitance des animaux est honorable.. Arrêtez de vous battre pour une utopie ; le but est de nous unir et de nous réconcilier autour des combats qui nous tiennent à cœur.. combattez pour ce qui réalisable, tous ensemble pas ce qui divise..
      Vous pouvez être végétariens ça n’est pas un problème, mais ça n’a pas de sens de militer pour ça (minoritaire).

      J’ai toujours trouvé ettonant que dans les pays anglo-saxons comme en France ceux qui amenaient au public l’information dans la rue concernant la maltraitance animal étaient souvent de végétariens radicaux, ce qui n’a rien à voire avec le sujet..

      Quand une végétarienne (super mignonne) m’a parlé une fois de la souffrance des poissons j’ai tout de suite pensé que ce genre de gogos servaient de repoussoir.. Quand 99% des gens seraient sensibles aux arguments concernant les abus de l’industrie, ça fini toujours par un spasmophile t’indiquant que t’a plus le droit de manger : steak, poulet, poisson, yaourt et fromage. Du diviser pour régner ces conneries.. les industriels sont tranquilles.. comme toujours les sujets sérieux sont high-jacké par des gens aux opinions minoritaires (difficultés d’adhésion et d’identification) quand le bon sens voudrait qu’on soit tous d’accord.

      J’vous préviens des stands de végétariens/cause animal j’en ai vu en Angleterre toutes les semaines sur les marchés, kermesses et autres.. Du pur sabotage et j’avais presque vu à travers déjà à l’époque..


    • #1473964

      Quand je dis Homme « occidentale » c’est homme « moderne ».. il est évident que toutes les élites à travers la planète sont englobées dans ce terme.. Ça décrit la société moderne athéiste en rupture avec ses traditions..

      Cette societe persuadée d’être dans le vrai (le doute n’est pas permis), persuadée que le monde doit se réformer selon ses critères..

      Entre nous l’oriental n’est pas mieux, ni diffèrents d’ailleurs.. Mais il faut avouer que le leadership politique vient de l’ouest (otanesque).. que la mondialisation c’est dans une grande mesure aussi une occidentalisation-démocratisation..


  • #1470924

    ce n’est jamais évident de passer à une transition alimentaire car nos habitudes alimentaires sont souvent ancrées depuis l’enfance, il faut une bonne dose de connaissances et de courage pour passer le pas ! Moi j’ai commencé par arrêter la viande ( j’avais toujours l’impression de me manger moi-même depuis l’enfance, la viande me répugnait) ensuite j’ai zappé le gluten, ensuite les produits laitiers. J’ai constaté une nette amélioration de ma santé mais mes articulations craquées alors j’ai réintégré un peu de fromage de chèvre et depuis ça va mieux. J’ai gardé les œufs parce qu’ils contiennent une molécule importante pour le corps (désolée je sais plus son nom) et un petit peu de poisson (je suis chrétienne). Je pense Mr Soral que le régime végétarien est plus approprié pour le corps que le régime végétalien parce que les légumineuses sont bourrées de purines qui sont un poison. Merci pour votre courage et votre combat, DIEU vous bénisse.


  • #1470935
    le 21/05/2016 par Claude33
    Un bilan personnel après un an sans viande

    Pour ne pas perdre de vue l’essentiel : (Matthieu 15.17-20) " Ne comprenez-vous pas que tout ce qui pénètre dans la bouche passe dans le ventre, puis s’évacue aux lieux d’aisance, tandis que ce qui sort de la bouche procède du coeur, et c’est cela qui souille l’homme ? Du coeur en effet procèdent mauvais desseins, meurtres, adultères, débauches, vols, faux témoignages, diffamations. Voilà les choses qui souillent l’homme ; mais manger sans s’être lavé les mains, cela ne souille pas l’homme ".
    Le rapport de l’ individu à l’alimentation repose à mon sens sur deux critères : l’animal est-il nourri dans les meilleures conditions et tué dans les meilleures conditions ? Si la réponse est affirmative dans les deux cas, ce qui est rarement le cas à notre époque, alors l’individu entretient un autre rapport à l’animal. Le combat que se livre à ce sujet spécistes contre anti-spécistes repose sur une fausse représentation de l’homme et des règnes naturels. Tout cela conduit à des absurdités telles que l’ indifférenciation entre un insecte et un mammifère doué d’un système nerveux, donc d’émotions. Mais l’homme en tant que régent des règnes naturels devrait se montrer plus exemplaire à l’ encontre du règne animal. On devient végétarien lorsqu’on se sent prêt à l’assumer, et sans tomber dans le végétalisme absolu, c’est mon avis !

     

    • #1471454

      Que les gens deviennent végétarien n’est pas un problème, c’est plutôt la fausse philosophie qui soit disant devrait tous nous inciter à le faire..

      Lorsque j’ai évoqué la possibilité de la disparition des espèces d’élevage, si on en venait à ne plus les élever, certains (hors de mon message) s’en sont réjouis en prétextant que ça serais l’aboutissement d’une chose naturelle.. L’éradication d’une espèce ne leur pose pas de problème..
      What’s Next ?!..
      Le plus évident sous cette pseudo philosophie, c’est que le lion comme roi des animaux n’a pas une bonne pratique alimentaire.. qu’il faudrait lui arracher les dents et les griffes (bien-sûr l’anesthésier au préalable) et le forcer à plus de compassions envers les gazelles et l’habituer à manger plus d’herbe ou du foin à vache (normal)..

      Ne rigolez pas, si l’Homme n’a pas le droit de manger une gazelle.. il n’y a aucune raison que le lion y soit autorisé.. Et ne me dite pas que le lion n’a pas le système digestif adapté.. car ils trouveraient une solution pour y remédier.. C’est comme des espèces de poissons mangeant d’autres poissons : ils leur ont appris à manger des végétaux dans certaines piscicultures..

      Alors un lion (pas cruel) avec un régime sans viande c’est possible, la science leur apportera la solution qui les rendra libre (de ne plus infliger cette souffrance à un être vivant).. ..


  • #1470937

    Merci d’avoir illustré cette page avec une photo d’embrochage de tortionnaire par sa victime. Car la victime sera toujours la bête qui n’a rien demandé et qui 99,9% du temps se fait embrocher par des dégénérés. Car il faut être sacrément dégénéré pour apprécier et applaudir ce genre de spectacle dont la violence et laideur n’ont d’égal que la dégénérescence culturelle que les afficionados appelle tradition. Ce genre de tradition tortionnaire et criminelle ne sera jamais celle des gens civilisés et compationnels.


  • #1470953

    Ca me fait marrer ceux qui ne veulent plus manger de produits laitiers soit disant bourrés d’antibiotique ou de je ne sais quoi et qui du coup préfère le lait de soja. Ce sont ils au moins intéresses à la culture du soja et à son impact sur l’environnement ?

    C’est toujours pareil les donneurs de leçon végétariens ou végétaliens peut importe n’ont souvent qu’une image très caricaturale et très éloignée de la réalité de l’agriculture d’aujourd’hui EN FRANCE.

    Que celui qui ne veut plus manger de viande n’en mange plus mais qu’il foute la paix à ceux qui veulent !

     

    • #1471162
      le 23/05/2016 par laurent71
      Un bilan personnel après un an sans viande

      @Alex, d’autant plus que le soja est assez chargé en phyto œstrogène, ce qui pourrait expliquer certains commentaires hystériques(du Latin hystericus : relatif à l’utérus...).


    • #1472014
      le 23/05/2016 par Antipocrite
      Un bilan personnel après un an sans viande

      Dans ton cas c’est plutôt l’inverse, tu viens commenter le point de vue d’un individu sur sa manière de se nourrir. Si ça t’intéresse pas, pourquoi tu ne passes pas ton chemin ? Personne ne t’as rien imposé ici il me semble ?
      Je suis végan, juste pour info (t’en fais ce que tu veux) je me passe de tout produit laitier et de lait de soja aussi (je trouve ça simplement dégueulasse) et je m’en porte encore mieux effectivement. Ne prends pas des vessies pour des lanternes.


  • #1470954

    C’est pas propagande végétalienne qu’il fallait marquer mais propagande vegan, car le premier n’est qu’un régime alimentaire alors que le deuxième est une idéologie gauchiste aussi dangereuse que la théorie du genre car anti humaine.
    Le premier paragraphe montre clairement que ce choix est irrationnel car il est la conséquence d’un sentiment. Le sentiment qu’il ne faut pas faire de mal aux animaux.
    (Je rappel les synonymes de irrationnel qu’on trouve dans le dictionnaire : illogique, instinctif, bête, faux, anormal, gratuit, fou, insensé absurde.)
    Or le régime alimentaire d’une espèce (et donc de tous ses individus) n’est pas déterminé par ce qui arrive aux choses avant qu’elles soient mangée, mais par la nature. C’est la nature qui a fait que telle espèce a tel système digestif donc tel régime alimentaire et pas un autre.
    On notera au passage que les fruits et légumes eux aussi sont très mal traités, donc dans la logique (ou plutôt le sentiment) vegan on devrait aussi arrêter de manger des végétaux, et ainsi rapidement mourir de faim. C’est complètement débile.

    Alors quel est donc le régime alimentaire de l’être humain ? et bien je pense que ce n’est aucun autre que celui de la naturopathie, fondée en france par Marchesseau.
    J’ai acheté tous ses livrets et j’ai été très convaincu, à mon sens la naturopathie est la seule médecine occidentale à avoir compris comment fonctionnait la santé, et donc la maladie, alors que l’allopathie et les diététiciens n’ont rien compris du tout.

    Et en quoi consiste ce régime miraculeux ? (attention il diffère selon les écoles) Une majorité de fruits, des légumes aqueux (càd qu’on n’a pas besoin de faire cuire, donc bybye les patates et les légumes secs et les céréales - c’est la grande différence avec tous les autres régimes), des sous produits animaux (œufs et laitiers) et des oléagineux (des fruits gras). Et tout ça doit être mangé cru. Aucun autre animal ne fait cuire sa nouriture.
    Exceptionnellement, c’est à dire pas régulièrement on peut manger (si on vit dans un pays froid) des viandes blanches maigres (le poisson est une viande), du riz, des patates au four et les biscottes (il faut casses l’amidon). L’alcool le thé le café et même le chocolat sont interdits.

    Si vous voulez comprendre pourquoi manger comme ça et comment guérir d’à peu près tout, voyez un naturopathe ou lisez Marchesseau :-)
    Bonne santé à tous.

     

    • #1472191
      le 24/05/2016 par laurent71
      Un bilan personnel après un an sans viande

      @antipocrite, si tu reprends les commentaires que j’ai laissé sur cet article, ils sont plutôt légers et ironiques, comme le sujet. Je ne comprends pas toutes les subtilités, ayant du mal à discerner les profondes différences entre les végétariens(lait, œufs, poisson ?), les végétaliens(fruits tombés de l’arbre ?) et la végan(au foin toute l’année)... A part quelques commentaires où des camarades ont pris leur vie en main et sont devenus producteur de leur nourriture et là ça devient intéressant, pour le reste, au mieux des témoignages de consommateurs qui nous promettent longévité, fertilité et érection plus vigoureuse en changeant d’habitude de consommation, au pire des âneries de militants anti shoanimale qui ont du mal à cacher leur misanthropie derrière l’égalité animale... A défaut de prendre les vessies pour des lanternes je ne confonds pas changer de vie et changer de menu. Si tu veux continuer ce débat, tu peux me rejoindre sur le forum, à moins que tu ne sois qu’un consommateur de dissidence...


    • #1472779
      le 24/05/2016 par Antipocrite
      Un bilan personnel après un an sans viande

      Je ne m’adressais pas à toi particulièrement Laurent mais à Alex précisément que je trouve bien moins respectueux. Tu ne réponds pas à la bonne personne en postant ici. Peu importe.

      J’ai aussi cerné le ton ironique que tu emplois, rassures toi et même sans ironie, je pense possible que quelques personnes ici puissent subir les effets d’hystérie ou autres du soja.

      Mais sans rire, ce qui est gênant c’est de vouloir catégoriser inutilement les gens dans des concepts tiroirs (vegan, végétalien,...) par flemmardise intellectuelle.
      Pour la plupart, de ceux que j’observe ici, en tout cas, il s’agit d’expériences personnelles et nouvelles partagées sans dogme. Ça arrive aussi, pour tout le monde, de se tromper. Surtout quand on fait l’effort de changer son quotidien. Et même entre "vegan" on a des régimes différents....
      Peu importe comment certain étiquette ça, puisqu’il s’agit avant tout d’une démarche personnelle d’amélioration d’hygiène de vie, pas d’un simple vulgaire effet de mode. Difficile à nommer ; et ce qui me semble aller tout à fait dans le sens de ta dernière réflexion au final.

      Quoiqu’il en soit, bonne continuation à toi dans tes démarches actives et dissidentes. Pour ma part, je deviens maraîcher bio après 3 années passées sur Paris. J’investis la campagne.


  • #1470975
    le 21/05/2016 par lclarisse
    Un bilan personnel après un an sans viande

    j’aimerai juste rétablir une vérité car je lis dans les commentaires que le gorille ne se nourrit que de légumes et de fruits, et bien c’est faux entièrement faux les amis !!! le gorille mange aussi des insectes, des amphibiens et des petits rongeurs sachez le !

     

    • #1470978

      Eh bien tu vas pouvoir compléter la fiche wikipedia du régime alimentaire du gorille. Mais il vaut mieux que tu trouves des sources avant d’écrire des âneries.


    • #1471176

      wikipédia étant une bouse participative je te conseille d’aller dans une bibliothèque ou de chercher par toi même avec les mots de recherche adéquats. Ant, monkey, gorilla....


    • #1471200

      Après vérification, il s’avère que la fiche wikipédia est incomplète. Le gorille mange parfois des fourmis. Mais mange-t-il aussi des amphibiens et des rongeurs ? Son alimentation principale est à très large dominante végétale. C’est pas trois fourmis qui lui donnent sa musculature impressionnante, ce sont les végétaux !


    • #1471385

      Gorille, chimpanzé et tout les autres primates anthropoïdes se nourrissent opportunément d’oeufs, de miel, d’insectes et plus rarement de la chair de petits rongeurs ou même de celle d’autres primates. Cela n’en fait pas pour autant des carnivores, toute leur anatomie prouve qu’ils sont frugivores. Il en va de même pour l’homme, qui, s’il doit pour être en santé respecter sa nature et se nourrir essentiellement de fruits, de noix et de graines, n’a aucune raison d’exclure de façon idéologique au nom de telle ou telle morale tout produit animal ou même toute chair animale.


  • #1470981
    le 21/05/2016 par Requiem for a Dream
    Un bilan personnel après un an sans viande

    Pourquoi supprimer les fromages ? Nous sommes français et nous devons respecter l’identité culinaire de notre pays qui a fait ce que nous sommes : les meilleurs au monde en matière de cuisine. Supprimer les fromages démontre le caractère excessif des végétariens , mais c’est surtout un choix irrespectueux pour nos paysans et totalement anti-nationaliste. Supprimer les fromages , c’est trahir la France, sa culture et son héritage gastronomique.

     

    • #1471010
      le 22/05/2016 par paixetamour
      Un bilan personnel après un an sans viande

      Et bien je préfère trahir la gastronomie Française que de crever à 60 ans d’un cancer ou d’une diarrhée. Il y a encore, en 2016, des gens qui n’ont pas compris que les cancers et autres maladies proviennent justement de ces produits là ? Si un jour ce pays se veut tranquille et que j’ai une famille, je veux en profiter le plus possible. Depuis que certains ont appris le mot "lobby" ils le mettent à toutes les sauces. En quoi vouloir préserver la vie humaine est néfaste ? C’est être lobbyiste que de vouloir être en bonne santé ? Puis, de plus, qui t’empêche de manger de la viande, du fromage etc ? Personne. C’est aussi ça la liberté, tu as le droit de t’empoisonner toi et ta famille, mais tu n’as pas le droit d’interdire ou de décrédibiliser ceux qui veulent prendre soin des leurs.


    • #1471043

      Si la culture des hommes est une chose, sa nature en est une autre. On ne peut malheureusement ménager la chèvre et le choux, et respecter sa culture lorsqu’elle commande de se nourrir d’aliments qui ne respectent pas la nature de l’homme. S’il en coûte à un français de se rendre à l’évidence de la biologie, il n’en reste pas moins qu’il n’est pas dans la nature de l’homme, français ou non, de se nourrir de lait à l’âge adulte, et encore moins de celui d’une autre espèce, pas plus que de chair, sans quoi nous aurions vous et moi, au lieu des attributs physiques que nous avons en commun avec les autres primates anthropoïdes frugivores, ceux des espèces carnassières : vision périphérique développée, fin odorat, griffes pointues et rétractiles, mâchoires puissantes, canines acérées, molaires broyeuses d’os, sucs gastriques surpuissants, canal intestinal court, etc. La froide dissection du véhicule terrestre qui nous a été donné est formelle...


    • #1471082
      le 23/05/2016 par Requiem for a Dream
      Un bilan personnel après un an sans viande

      Et bien je préfère trahir la gastronomie Française que de crever à 60 ans d’un cancer ou d’une diarrhée



      C’est évidemment une trahison et une atteinte à l’identité culturelle française. La France est pluri-millénaires et nos ancêtres les Francs n’ont jamais mangé des hamburgers au Tofu ( plein d’OGM aussi) !

      La France a plus d’un millier de fromages différents . Le Général De Gaulle s’était trompé quand il parlait du pays des 300 fromages. Vous crèverez d’un cancer à 60 ans si vous mangez des Vache Qui Rit et des Babybels mais c’est pas ce que j’appelle du fromage ! Quand je dis " Fromage", je veux dire :

      un Abbaye de Belloc, un Troyen Cendré, un Bleu de Thiezac, un Paillou de Bourgogne, un Montsegur, un Cathare du Languedoc,, un Tignatd de Savoie, un Couhé Verac, une Faisselle du Poitou, un Mamirolais, une Fourme d’Asco, une Ovalie Corrézienne, un Pélardon d’Anduze, un Lossaba, une Rouelle du Tarn, un Racotin, un Moulis, un Oustet, une Figuette du Tarn, ainsi que le Trou du Cru de Bourgogne....

      C’est ça la France !


    • #1471085
      le 23/05/2016 par Requiem for a Dream
      Un bilan personnel après un an sans viande

      Supprimer les fromages est non seulement une offense à notre héritage français, mais cela revient aussi à cracher sur Dieu qui nous a offert le Lait. Les animaux nous font don de ce généreux cadeau. Tout cela a un sens qu’on se doit de respecter. C’est la nature ! Seules les idéologies progressistes réfutent la nature.


    • #1471194

      La nature ( ou Dieu si vous préférez, c’est égal ) vous a offert le lait de votre mère, spécialement composé pour un petit être humain, comme le lait de la vache offert au veau a été spécialement composé pour lui. Et Dieu a bien fait les choses, il vous a permis de le digérer pendant les deux ou trois premières années de votre vie grâce à la présence miraculeuse d’une enzyme nommée lactase, permettant la dissociation du lactose en glucose. Et Dieu a fait en sorte que passé cette période de vulnérabilité cette enzyme ne soit plus produite.


    • #1471233
      le 23/05/2016 par Requiem for a Dream
      Un bilan personnel après un an sans viande

      Le lait des animaux est sacré puisqu’il est cité plusieurs fois dans la Bible ainsi que dans tous les livres saints monothéistes. J’ai bien dit monothéiste. C’est renier l’héritage du livre que de refuser cette offrande généreuse pourvue par nos animaux. Que fait-on des vaches laitières dans votre système ? On les renie ? On les supprime ?


    • #1471324

      A titre personnel, je ne crois pas avoir de "système" de pensée. J’essaye de ne pas penser en terme de morale totalitaire, comme le font les idéologues "végan" qui ont sacralisé l’absence de toute souffrance de toute créature souffrante, ou comme ceux qui comme vous visiblement ont sacralisé tel ou tel écrits de tel ou tel livre. Je ne faisais que corriger la distinction entre ce qui relève de la nature de la créature humaine et qui s’inscrit dans son anatomie, et ce qui relève de sa culture. Le fait d’élever des animaux, de traire leur lait et d’en faire mille fromages relève de la culture, je crois que c’est assez évident. Si des données objectives sont là pour prouver que le corps humain, création divine ou naturelle selon les croyances de chacun, n’a pas été crée pour se nourrir de lait quel qu’il soit, que cette culture et la civilisation qui en découle donne naissance à des "maladies de civilisation", alors il y a tout lieu de penser que la culture en question n’est pas en accord, en harmonie, avec cette création. Jugez l’arbre à ses fruits bon sang, vous qui mettez votre bible en avant !


    • #1471607
      le 23/05/2016 par Requiem for a Dream
      Un bilan personnel après un an sans viande

      Toto,

      Je ne brandis pas la Bible et ne voyez pas en moi une dévote. Je montre juste que les témoignages écrits attestent que l’homme consomme des produits laitiers depuis la nuit des temps.


    • #1471684
      le 23/05/2016 par Louiscroivébaton
      Un bilan personnel après un an sans viande

      Haa la culture, ce fardeau de plusieurs tonnes.....

      " les meilleurs au monde en matière de cuisine."

      Je pouffe, j’aime la France mais pas au point d’être aveugle !

      Pour faire de la purée avec autant de beurre que de pomme de terre on est balèze certes.

      Sortir des plats avec 4/5 de viande et une pointe de légumes pour la deco !

      J’ai récemment fait un trajet de voiture avec une psychologue, qui a vu sa vie sauvé par un voyage au vietnam et sa cuisine sans gluten et sans lait.

      Elle a pourtant des medecins dans sa famille....

      Non en France on mange mal, le problème c’est qu’on est persuadé du contraire.

      Bien manger signifie être en forme, physiquement et émotionnellement , les 2 sont liées, et on est les champions des anxyolitiques !!


    • #1471934
      le 23/05/2016 par Requiem for a Dream
      Un bilan personnel après un an sans viande

      en France on mange mal



      C’est cela oui, mais bien sûr ! La cuisine française c’est de la merde. Encore un qui a raté Jeanne d’arc sur la page d’accueil du site. Quand vous aurez fini de détester votre pays et de sacraliser les autres, faites moi signe.


  • #1470984
    le 21/05/2016 par Requiem for a Dream
    Un bilan personnel après un an sans viande

    Les végétariens détruisent le dernier patrimoine de France : sa gastronomie. Attali s’en frotte les mains et nos paysans qui s’usent sur le terreau anciennement fertile de la France sont en train crever comme des chiens à cause d’une mode Hippie.

     

    • #1471057

      Les gens ne vont tout de même pas s’intoxiquer sous prétexte que d’autres gens produisent ces produits toxiques et qu’il faut les écouler, tout le monde n’a pas la vocation de bouche d’égout, voyez-vous ? Au lieu de produire de la merde les paysans pourraient produire des beaux fruits et des beaux légumes pour garder les gens en santé, non ? Et ils en profiteraient pour ne pas s’empoisonner eux-mêmes au passage avec leur chimie, non ? Je suis petit-fils, petit-neveu, cousin de paysans, je les ai tous vu crever avant l’âge à cause des produits "phyto-sanitaires". Moi j’ai de la chatte, non seulement je suis vivant mais je ne suis même pas stérile


    • #1471223
      le 23/05/2016 par Requiem for a Dream
      Un bilan personnel après un an sans viande

      Toto,

      Le Tofu aux OGM c’est mieux ?


    • #1471259
      le 23/05/2016 par Requiem for a Dream
      Un bilan personnel après un an sans viande

      "Moi j’ai de la chatte, non seulement je suis vivant mais je ne suis même pas stérile"

      Parce que les fromages rendent stériles ? Première nouvelle. Ça viendrait pas plutôt de l’eau que nous buvons les problèmes de stérilité ? En Belgique on a découvert que les moules devenaient stériles à cause des évacuations d’eau domestique. Les traces de pilules contraceptives se trouvant dans les urines des femmes, la pilule à contaminé la faune des mers et des océans. C’est une affaire qui fait grand bruit, et cela n’a que peu à voir avec les fromages. Je suis étonnée par votre réflexion qui révèle une désinformation totale et un caractère excessif, voire mensonger.

      Le plateau de fromage est une longue parenthèse quotidienne dans chacun de mes repas (je fais un repas par jour). J’ai un fils et il se porte très bien.


    • #1471331
      le 23/05/2016 par Requiem for a Dream
      Un bilan personnel après un an sans viande

      Je travaille directement avec des paysans et tous les paysans que je connais ont des enfants. Ceux des vaches laitières comme tous les autres : une ribambelle d’enfants.


    • #1471345
      le 23/05/2016 par demitrius
      Un bilan personnel après un an sans viande

      La gastronomie ne passe pas que par la viande en France et heureusement. Nos paysans sont les premiers à se détruire, ils viennent pour certains de le comprendre. Et être végétarien n’est pas une mode hippie, mais plus que millénaire, la consommation de viande régulière n’est que très récente, lobby oblige.


    • #1471364

      @toto,
      vous avez tout à fait raison.. les gens ne doivent pas s’intoxiqués.. Mais les choses produites à l’anciennes (dans les règles de l’art) ont subit l’épreuve du temps ; une sélection minutieuse de bonnes pratiques.. il y a toute une expérience cumulée qui fait que les choses étaient faites d’une certaine façon et pas d’une autre..

      Le but est de revenir à ces bonnes pratiques et donc de maintenir autant que possible ces héritages..

      L’idée est de travailler des produits sains et bénéfiques.. si ils sont toxiques : il faut s’abstenir car on n’est pas dans la tradition.. La gastronomie bien pensée pousse automatiquement au respect de la tradition et donc à l’adoption de produit sains..

      Il y a des réacs qui font (attention jeu de mot intentionel) tout un plat au sujet de sandwich comme l’Hambourg-er (prononcer à l’Allemande) ou le kebab.. Ces plats en eux-mêmes ne sont pas blâmables, c’est l’utilisation (par les industriels de la malbouffe) de produits peu nobles pour les confectionner qui est problématique...

      De nos jours dans une bonne brasserie parisienne, l’Hamburger fait maison (si c’est avec des bons produits) peut être le plat le plus équilibré de la carte (et le moins risqué gustativement parlant).. La qualité est une bonne contrepartie quand il y a ni génie, ni tradition..

      Le principe du Kebab qui est de faire rôtir une viande tournante est tout bonnement excellent, si ça n’était une viande sec (dinde) de l’avant veille, remplis de gras (pour compenser) nageant dans de la mayonnaise et accompagnée des frites industrielles extras grasses. Le tiercé gagnant..

      La tradition ça ne veux pas dire : regarder dans le retro-viseur.. La gastronomie est une chose vivante, elle change, se réinvente mais ne se trahis jamais ; elle doit deumeurer fidèle à elle-même, à ses principes...

      Malheuresement, les gens ne sont pas dans l’émulation des prédécesseurs, ils sont dans la copie aveugle (peu réfléchis) de ce qui a fait du succès (ou qui a fait tradition).. résultats la plupart des restautos parisiens servant soit-disant une cuisine traditionnelle, servent des choses immangeables.. en s’appuyant sur « une marque-générique ».. De l’usurpation..

      L’exemple le plus flagrant, c’est bien Saint Michel ou l’attrape nigaud à touristes (souvent américains) est la règle.. Ce qui est servis aux touristes est souvent bien moins bon que la cantine de nos enfants.. une façon de dire que c’est pleinement dégeulasse..


    • #1471588
      le 23/05/2016 par Requiem for a Dream
      Un bilan personnel après un an sans viande

      Demitrius,

      C’est le légume qui a été introduit tardivement sur nos tables. Guillaume de Tyrel, dit Taillevent, a laissé des écrits au Moyen Âge exceptionnels qui racontent l’histoire de notre gastronomie . Nos ancêtres mangeaient exclusivement de la viande.

      C’est d’ailleurs aux Romains que l’on prête l’invention du chapon. Comme la loi Faunia interdisait en 162 avant JC la consommation des poules grasses afin d’économiser le grain, les éleveurs prirent cette loi somptuaire au pied de la lettre. Ils castrèrent de jeunes coqs qui devinrent ainsi 2 fois plus gros, subissant le même sort des eunuques. Une poularde est donc une poulette castrée ! Et ce, depuis des millénaires.

      La littérature gastronomique d’avant le moyen Âge connaît déjà les poulardes et les chapons. L’abbé Delille en parle d’ailleurs très bien. C’est aux Romains qu’on attribue aussi le couvoir. Ils faisaient éclore les œufs dans des étuves chauffées par de la vapeur bouillante. Le Vegan est bien une idéologie moderne et progressiste qui ne respecte absolument plus nos traditions et notre identité culinaire. Même les Égyptiens avaient des fours à poulet et faisaient cuire des œufs sur les pierres des pyramides. Je l’ai lu dans le manuscrit Thresor de la bibliothèque Mazarine pour mon mémoire de fin d’année. Les chinois ont domestiqué le canard il y’a plus de 5000 ans, c’est le fleuron de leur gastronomie. Il n’y pas d’exemples de végétariens dans les grandes civilisations. La domestication de l’Oie en France remonte aussi à celle du canard. Déjà l’élevage en batterie confinée s’employait pour les pigeonneaux. Tout cela est dit dans l’Eloge de la frugalité du poète Horace : " si un soir un hôte vient te surprendre, pour éviter que ton oie ne soit dure à son palais, plonge la dans un vin de Falerne" .

      Les écrits restent et témoignent de l’erreur historique des Vegans.


    • #1471612
      le 23/05/2016 par Requiem for a Dream
      Un bilan personnel après un an sans viande

      Et maintenant d’autres nous expliquent que le kebab et le hamburger sont délicieux et sains. Lol ! Parfois je me demande ce que fait Jeanne d’Arc en première page du site. Il serait de bon ton de rappeler que le Nationalisme c’est avant tout la résistance au mondialisme et que seuls les produits de nos terroirs français seront l’arme véritable dans ce combat.

      Au fait, notre Jeanne nationale mangeait de la viande, de nombreux témoignages écrits en attestent. Mais pas du kebab ! Et encore moins des hamburgers !


    • #1471671
      le 23/05/2016 par Requiem for a Dream
      Un bilan personnel après un an sans viande

      La tradition ça ne veux pas dire : regarder dans le retro-viseur.. La gastronomie est une chose vivante, elle change, se réinvente mais ne se trahis jamais ; elle doit deumeurer fidèle à elle-même, à ses principes...



      Propos fallacieux et idées reçues. Les grandes civilisations culinaires comme la France et l’Italie n’ont justement que très peu évolué. C’est pas contre vous mais je crois que les gens ne mesurent pas leur ignorance en matière historique de la gastronomie. C’est pas parce qu’un profane manipule des ingrédients tous les jours dans sa petite cuisine qu’il connait l’ampleur de l’histoire culinaire qui imprègne nos gestes quotidiens en cuisine. S’il est un pays au monde ou gastronomie, histoire et culture sont indissociables, c’est bien la France. Et les recettes que vous mangez tous les jours sans vous en rendre compte proviennent de la nuit des temps. C’est dans cette France que la géographie et l’histoire ont dicté les plats, comme elle a tenu la plume de nos écrivains. Les terroirs sont des entités historiques, géographiques et culturelle. La gastronomie n’est pas une chose vivante et changeante. Seules les 30 derniers années ont vu des changements majeurs dans la cuisine française.30 ans, au niveau d’un pays, c’est rien !

      Les facteurs déterminants de ces changements incombent évidemment aux invasions multiples que nous subissons (américanisation et islamisation). Sinon, la tradition est charnelle et historique et par définition, elle regarde dans le rétroviseur. La cuisine française c’est l’éloge de la transmission a travers les siècles.

      Une réac fier de l’être.


    • #1472221

      Et maintenant d’autres nous expliquent que le kebab et le hamburger sont délicieux et sains. Lol !



      Le problème c’est qu’en plus de ne pas être bien disposé à échanger vous comprenez tout de travers... Ou vous jouez au troll, ce qui relèverais de la perversion à ce niveau (quand on ne veux pas discuter ?)..

      J’ai juste expliqué que les plats prétendument traditionnel français sont le plus souvent immangeable (dans les bistrots) et qu’au lieu d’être déçu par une promesse non tenue il devient préférable (d’où le paradoxe) de consommer une salade, une viande grillée entre deux morceaux de pains si l’endroit sert des produits frais de bonne qualité.. Ça s’appelle effectivement un Hamburger.

      Ça n’a rien à voir avec un plat cuisiné (c’est le but) mais au moins ce qu’il y a sur la carte ne sera pas hystériquement différent de ce qu’on retrouve dans son assiette.. Effectivement, pas très excitant : mais pas de déception non plus..

      Je mange régulièrement à Paris mais pas forcément le budget pour faire un restaurant gastronomique à + 100 euros..

      J’ai la prétention de bien cuisiné (et c’est pas à temps partiel) à moins d’y mettre le prix je mange 100 fois mieux chez moi ou avec la famille ou des amis.. Dehors (par habitude), je ne mange jamais des choses cuisinés... un steak, un magret, un poisson, une salade, basta.. Ça limite les risques et au pire, ils foirent juste la cuisson..

      C’est une technique comme une autre pour ne pas trop réfléchir à toutes les arnaques qui ont lieux dans les restaurants... WYSIWYG !! (What you see, is what you get).. Je gagne un temps fou et je n’aime pas me faire entuber.. Soupe du jour, plat du jour, beignets en mixture de poissons invendus et autres conneries pour gogos..

      PS : concernant le kebab j’ai mis en avant sa toxicité.. mais j’ai cru utile de parler de l’avantage (pas du tout exploité) de ce genre de cuissons..
      PS : Ça devient pénible de vous expliquer ce que vous prétendez ne pas comprendre la première fois.. C’est un peu comme l’Islam, religion « exotique » que vous comprenez systématiquement de travers ?.. Beaucoup de mauvaise foi chez vous, personnellement je trouverai ça désagréable de m’abaisser à une chose pareil pour une conversation sans grande importance sur un forum..


    • #1472321
      le 24/05/2016 par Requiem for a Dream
      Un bilan personnel après un an sans viande

      Tant mieux si vous cuisinez mais n’ayez surtout pas la prétention de croire que vous avez du talent. Il y’a très peu de virtuoses en France, à peine 5 méritent le nom de "Chef" selon moi. Le problème c’est que tout le monde croit cuisiner. Vous avez bien dit que le Hamburger est souvent le plat le plus équilibré de la carte. J’ai donc relevé cette aberration, et je serai en guerre toute ma vie contre cette bouffe anglo-saxonne qui relève d’´une invasion qui ne dit pas son nom.

      Les peuples qui sont des consommateurs de hamburger sont obèses. Se goinfrer de mauvaises graisses ne fait pas partie de la culture française. Le peuple français est mince. Même un historien comme Suetone a écrit dans son histoire des " Douze Césars " que nos ancêtres les Gaulois étaient plus minces et plus élégants que tous les autres peuples d’Europe. Nous devons sauvegarder cette image et c’est certes pas en mangeant des hamburgers que nous trouveront notre salut. Si mes commentaires sont aussi stupides que vous le dites, je vous invite à ne plus perdre votre temps à y répondre. Ce serait plus logique.


    • #1472371

      Vous avez bien dit que le Hamburger est souvent le plat le plus équilibré de la carte. J’ai donc relevé cette aberration, et je serai en guerre toute ma vie contre cette bouffe anglo-saxonne qui relève d’´une invasion qui ne dit pas son nom.




      Vous avez vraiment un (sérieux) problème.. J’ai bien dit qu’au vu de la merde servie dans les bistrots le parie le moins risqué était souvent le Hamburger maison (viande de qualité, salade et pain : pas bien difficile).. Toujours sans sauce.. je mets la moutarde moi-même.

      D’ailleurs la plupart (bistrots ET restaurants) ne servent en réalité que des plats industrielles réchauffés au micro-onde.. L’aberration, c’est que vous ne comprenez que ce que vous souhaitez comprendre..

      Ps : adolescent pendant les vacances d’été j’ai travaillé à plusieurs reprise comme commis/plongeur dans un Hôtel restaurant étoilé dans le village d’à côté...
      En plus d’avoir eu la chance de grandir dans une famille traditionnelle. Je pretends effectivement cuisiner, pas aussi bien que ma mère, mais suffisement bien pour trouver la bouffe qu’on nous sert une arnaque.
      À la rigueur, si il y a un problème avec le steak c’est de la faute du boucher..


    • #1472377

      Et les recettes que vous mangez tous les jours sans vous en rendre compte proviennent de la nuit des temps.



      Ça me fatigue de discuter avec une personne qui ne connaît pas son sujet.. Si il est vrai que de nombreux plats n’ont pas en apparence changés à travers l’histoire.. il y a d’un autre côté de nombreux plats anciens qui susciteraient l’étonnement.. Et au vu des épices utilisées on croirait plutôt être dans un restaurant fusion indienne..

      Mise à part, par exemple, le fait qu’ils avaient un goût particulier pour l’acidité des aliments... ils utilisaient énormément, énormément, énormément d’épices.. comme tout le monde le sait ne pousse pas dans le fond d’un jardin en Normandie.. Alors votre topo sur l’invasion culinaire prouve encore une fois une grille de lecture pré-établis qui prouve que vous ne réfléchissez pas beaucoup..

      La moindre des choses à l’accusation d’être réacs (terme péjoratif) c’est au minimum de faire semblant de ne pas entendre.. mais comme d’habitudes vous validez involontairement ou volontairement les pires clichés qui puissent exister... Et vous en êtes fier.. Vous servez surtout de repoussoir aux idées de nation et souverainisme..

      Mon propos initial visait surtout notre ignorance des proportions des ingrédients et le fait que les légumes par exemple ont énormément changés dans leur goût.. Sans compter les accessoires, les cuissons ; des détails pour les ignorants.

      Cette conversation n’a pas de sens.. La mediteranée par exemple était un centre de commerce tous les rois y mangeaient les meilleurs produits qui puissent exister.. Les cuisines sont très semblables et très différentes à la fois.. Votre délire sur l’islamisation de nos assiettes (mise à part la graine de couscous LOL.. et encore c’est ignorer notre gastronomie..) est stupide au plus haut point..

      Les maghrébins mangent des produits méditerranéens qu’ils cuisinent le plus souvent comme les autres pays mediteranéens.. encore une preuve de votre ignorance.. ou de votre vue étriquée de la gastronomie... qui se résume on suppose à la cochonnaille introuvable chez eux..

      Même en France en Europe on constate d’énorme variations et de goûts... On pourrait prendre la carte d’un restaurant marocain la reproduire sur un parchemin et faire passer ça pour un grand banquet d’un roi de France.. au moins 99% en tout cas.. Si vous ne le savez pas c’est que vous êtes une ignorante qui s’ignore... Encore une de vos usurpations..


    • #1472443
      le 24/05/2016 par Requiem for a Dream
      Un bilan personnel après un an sans viande

      Je pretends effectivement cuisiner



      Je demande à voir. On fait un concours ? Peu de gens mesurent leur ignorance en matière de gastronomie. Sur ce , je dois aller bosser. Et pas à la plonge.


    • #1472982
      le 25/05/2016 par Requiem for a Dream
      Un bilan personnel après un an sans viande

      Ça me fatigue de discuter avec une personne qui ne connaît pas son sujet.



      Alors pourquoi me parlez-vous ? La différence entre vous et moi, c’est que j’ai des sources, des références, des diplômes, et un Curriculum en la matière. Quand je vous dis que la cuisine française n’a que très peu évolué, c’est un fait.

      Quelles sont vos sources ? Avez-vous au moins lu Jean Anthelme Brillat-Savarin pour faire de telles affirmations ? Sûr de vous certes, mais qu’elles sont vos sources historiques en matière de gastronomie française ? Avez-vous reproduit une fois dans votre vie les classiques de notre gastronomie qui ont forgé notre identité culinaire ? Combiens de classiques connaissez-vous ? Une cinquantaine ? Il y en a au moins 1000 ! Et j’ai passé ma vie à les reproduire et à les fignoler. Vous croyez tout connaître et tout dominer, un peu de modestie en cuisine serait la moindre des choses quand a pas de références.

      A bon entendeur.


    • #1473159

      Comme d’habitude vous ne repondez jamais pertinemment à ce qui est avancé.. on a toujours l’impression d’avoir une conversation avec une sourde.. tous les éléments avancés sont systèmatiquement ignorés..

      Premièrement j’ai demontré que l’utilisation importante d’épices au moyen âge faisait tomber à l’eau votre théorie d’invasion culinaire.. Les fruits et légumes qui ne sont pas des espèces endémiques de France parfois pas du continent.. parfois de continent inconnus à l’épique.. La folle illusion qu’il y aurait des similarités entre la cuisine de nord de la France et celle du sud mediteranéen et aucunes similarités entre le rivage nord et sud de la mediteranée..

      Deuxièmement, j’affirme que la quantité des ingrédients est largement inconnue (!) pour le moyen age par exemple RIEN QUE POUR LES ÉPICES et le goût des légumes n’est pas stable, leur cultivation ayant largement changé durant les siècles : les milieux, les espèces... Sans compter, les méthodes de cuissons qu’on ne peux reproduire avec certitude..

      Tout ces éléments ont déjà été évoqué dans le message preçedent.. N’importe quel chef comprendrait de quoi il est question.. Ils travaillent EUX les choses avec finesse, ce dont manque vos réponses, vous l’avouerez...

      Comme d’habitude c’est peine perdue avec vous.. vous voulez toujours avoir raison.. on se demande pourquoi vous êtes si peu sûre de vous ?.. Et c’est pas faire le fanfaron qui nous convaincra du contraire.. Je le répète la cuisine française est fine et vous ne connaissez pas le sujet.. ou vous l’approcher à votre façon (d’où l’handicap ?).


    • #1473251
      le 25/05/2016 par Requiem for a Dream
      Un bilan personnel après un an sans viande

      Les fondements même de notre cuisine n’ont que peu évolué, comme dans toutes les grandes civilisations culinaires , ce qui ne signifie pas qu’ils n’ont pas évolué du tout. Nous cuisinons la volaille, le poisson, le gibier des préparations au lait et au miel depuis la Gaule. Il y a eu évidemment des ajouts, je dirai que l’ex 3 grands ajouts majeurs sont :

      - la dinde ( découverte de l’Amerique)
      - le chocolat
      - la pomme de terre.

      Pour la dinde ça ne changeât absolument rien puisque nous élevions déjà poulardes et chapons. Tout ça n’a pas évolué Le chocolat et la pomme de terre ont changé bien des choses mais nos FONDEMENTS culinaire. Ce qui a beaucoup évolué c’est l’Art de la Table, ce qui est différent d la cuisine même. En Chiné aussi, la cuisine n’a que très peu évolué en 4000 ans. Le canard reste son fleuron.


    • #1473299
      le 25/05/2016 par Requiem for a Dream
      Un bilan personnel après un an sans viande

      Bon ! J’avais écrit avec ma tablette car suis pressée. Mais en gros, je dis que les fondements de la cuisine n’ont pas évolué. Puisque vous savez cuisiner, vous connaissez certainement des chefs étoilés, demandez leur et ils vous répondront exactement ce que je vous ai répondu. Ce sera un plaisir pour eux.

      Par contre, vous ne m’avez toujours pas répondu, quels sont vos sources quels sont les chefs que vous connaissez et qui vous inspirent ?

      Ben..sur ce je dois aller bosser.


  • #1471012

    Avant d’être végétalien, déjà éduquer les enfants, les jeunes, à éviter les fast-food, la bouffe industrielle. Personne n’est obligé de manger tous les jours des steaks hachés ou des nuggets surgelés. C’est ça qui fait des ravages actuellement.

    Pour les adultes, consommer moins de viande, quitte à ce qu’elle soit un peu plus chère, en choisissant un artisan boucher qui fait son métier consciencieusement.

     

    • #1471084
      le 23/05/2016 par Requiem for a Dream
      Un bilan personnel après un an sans viande

      Bien d’accord avec vous. Et pour éduquer les enfants il faut déjà éviter le Hamburger sous toutes ses formes, même au Tofu. Cette intrusion Anglophone-Saxonne dans notre culture culinaire est irrecevable, inacceptable et intolérable. Surtout quand on admire Jeanne d’Arc, comme nous tous ici. C’est une affaire Nationale !

      Je mets un point d’honneur à traiter le légume comme un chef- d’œuvre. Le légume apporte l’harmonie esthétique et nutritionnelle dans l’assiette. Les recettes se conjuguent à l’infini. Il faut au moins apprendre aux enfants à faire des terrines de légumes en damier, c’est facile, c’est beau, et ça les épatera. En outre, ils apprendront les valeurs des esthètes français en jouant avec les couleurs et les saveurs acidulées des légumes. Les végétariens doivent développer leur imagination et sortir du hamburger.


    • #1471332
      le 23/05/2016 par laurent71
      Un bilan personnel après un an sans viande

      @Toto, attention tu es dans l’amalgame, les paysans ne sont pas tous des empoisonneurs, c’est comme si je disais que tous les Toto sont des cons...


  • #1471017
    le 22/05/2016 par Requiem for a Dream
    Un bilan personnel après un an sans viande

    Et en plus la recette c’est un Hamburger... Non mais je rêve ! C’est une trahison contre notre patrie. Le Hamburger est la nourriture de tous les fossoyeurs de la France qui participent activement à la destruction culturelle de la nation.

    Le nationalisme commence dans l’assiette.

     

    • #1471053
      le 22/05/2016 par Ronald Mac Donald
      Un bilan personnel après un an sans viande

      Le hambourgeois vient comme son nom l’indique de Hambourg, ville de l’Empire français appartenant au département des Bouches-de-l’Elbe. Servi avec des french fries c’est encore meilleur.


    • #1471222
      le 23/05/2016 par Requiem for a Dream
      Un bilan personnel après un an sans viande

      Je sais, comme tout le monde que le hamburger vient de Hamburg, et vous savez très bien qu’il est devenu le symbole même de la culture américaine. Le Hamburger est la nourriture de toutes les enseignes mondialistes. C’est vraiment pathétique de voir ainsi la culture française abjurée par des végétaliens.


  • #1471102
    le 23/05/2016 par CUPIDONNET
    Un bilan personnel après un an sans viande

    Bonjour
    Depuis 35 ans j’ai arrêté de manger des bouts de cadavres d’animaux ayant commencé leur putréfaction naturelle...
    Puis la spiritualité indépendante est arrivé.
    L’un entraînant l’autre.
    Le végétarisme ne doit pas être un but mais un moyen de changer sa vie avec sa conscience.
    Nobles pensées vers vous.


  • #1471114
    le 23/05/2016 par coyoterevolte
    Un bilan personnel après un an sans viande

    La recette avec la côte de bœuf a gagné. Bien le bonjour à ceux qui ne mangent que des graines.

    Il parait que certains groupes sanguins auraient plus besoin de viande que les autres : groupe "O". Qu’en est il réellement ?

    Le problème des aliments est qu’ils subissent un traitement industriel pour le conditionnement, en plus du traitement chimique pour la croissance des êtres vivants. Et qui sont ces industriels, sinon des gens qui sont prêts à nous faire bouffer de la merde pour se faire de la tune ?

    Viande aux stéroïdes vs graines aux ogm : mauvaise question. Bonne question : parmi les bons aliments sains à ma disposition (regarder la date de péremption : bientôt soleil vert pour tout le monde), de quoi mon corps a besoin aujourd’hui ? Lesquels me donnent faim ?

     

    • #1471177

      "ne mangent que des graines"...
      Quelle stupidité !


    • #1471360
      le 23/05/2016 par demitrius
      Un bilan personnel après un an sans viande

      les végétariens ne mangent pas que des graines, ils mangent exactement comme vous, sauf tout ce qui provient d’un animal ! Il faut arrêter le cliché plus que stupide véhiculé par les carnivores de tous bords, business oblige.


  • #1471133

    Personnellement, je ne pense pas qu’un animal tel que l’homme qui a pris l’habitude de mettre de la viande dans son régime alimentaire depuis des milliers d’années puisse ne plus en manger du jour au lendemain.

     

  • #1471204
    le 23/05/2016 par Libertédepenser
    Un bilan personnel après un an sans viande

    Mes enfants et moi-même sommes aussi presque végétaliens depuis trois ans (avec l’exception des oeufs de nos 6 poules avec qui nous écangeons leurs oeufs contre les meilleures soins et une vie paisible dans notre jardin jusqu’à la fin de leur vie (aussi bien sûr pour les mamies qui ne pondent plus :) )
    Pour les protéines nous mangeons pas mal de légumineux combinés avec des céréales et en apport 5gr de spiruline en paillettes par jour. Et bien sûr beaucoup de fruits et légumes bios.
    Je confirme un grand coup de boost à notre santé confirmé par les performances sportives de mes enfants et une absence de rhumes, grippes, gastros, etc ; à de très très rares exceptions près.
    Peu importe les commentaires, nous sommes de plus en plus nombreux et je trouve cela très positif pour notre santé, pour la planète et bien sûr pour les animaux.

     

    • #1471389
      le 23/05/2016 par fafa05600
      Un bilan personnel après un an sans viande

      Et comment faire comme vous et votre Famille, quand on est célibataire avec un appartement sans balcon par exemple ? (C’est mon cas ahaha)


    • #1472116
      le 24/05/2016 par Destonian
      Un bilan personnel après un an sans viande

      @fafa
      C’est pas toujours évident. Il existe des alternatives même dans votre cas. Commencer par intégrer un peu plus de fruits et légumes crus de préférence bio à vos repas, si vous n’avez pas l’habitude c’est déjà un grand pas pour vous même. Vous pourriez commencer à constater plus facilement ce qui est inutile ou non à votre bien être.
      Il ne s’agit pas d’un régime dogmatique. Chacun progresse à son rythme suivant ses prédispositions. Personnellement j’ai mis un certain temps à me passer de viande (poulet).
      Après 2 ans d’ajustements en fonction de mon état de santé et de mon bien être, je suis "crudivore" de manière définitive. Je ne pense même pu à la viande ou des pizzas. On m’aurait dit cela 3 avant, je ne l’aurais jamais cru.
      Chacun mène un parcours différent suivant ses traditions, ses habitudes, son patrimoine génétique avec ses symptômes. Quand on est en quête d’une véritable remise en forme physique beaucoup trouvent ces solutions homéopathiques (basiques mais fondamentales). Et simplement de plus en plus de gens le constate par leur propre expérience.
      Il s’agit aussi d’une logique de soustraction progressive au surplus de consommation de produits inutiles de la consommation courante. Sans compter la viande, les produits laitiers, les oeufs, le gluten et des tas de produits d’entretiens qu’on peut remplacer facilement par des astuces de grand mères pas chères... Pour ma part, mes courses me reviennent 20% moins chères.


  • #1471246
    le 23/05/2016 par Requiem for a Dream
    Un bilan personnel après un an sans viande

    "Nous serons tous végétariens "

    Jacques Attali, 26 Novembre 2015.

    Les enjeux des mondialistes sont éminemment visibles dans l’essor du vegetarianisme, il y va de l’anéantissement de notre identité culturelle et gastronomique. Supprimer tous les repères, tous les fondements biologiques et culturels de nos ancêtres sera évidemment un enjeu de taille pour nos élites.

     

    • #1471432

      Que la consommation de chair animale soit un des fondements culturels de notre civilisation, personne ne le nie. Mais vous entretenez, message après message, la même confusion entre ce qui relève justement de la culture, et ce qui relève distinctement de la nature et de la biologie. C’est très malhonnête intellectuellement. Vous seriez d’ailleurs bien incapables de citer un seul "fondement biologique" de la consommation de produits animaux ou de chair animale chez nos ancêtres, car il n’y en a aucun.


    • #1471920
      le 23/05/2016 par Requiem for a Dream
      Un bilan personnel après un an sans viande

      Je ne suis pas malhonnête. Si je l’étais je répondrai par des fantaisies d’ordre scientifiques sorties de wikipedia pour défendre ma position, or, je m’en abstiens (preuve de ma bonne foi). N’ayant pas de diplômes scientifiques, je ne vais pas m’improviser scientifique en deux minutes.

      Les découvertes archeologiques attestent de la consommation de viandes et de lait depuis au moins 20 siècles. Cela en dit long sur notre ADN et notre structure de tissus, c’est tout ce que je peux dire. Et si l’on en croit Charles Maurras, le passé contient toute la semence de l’avenir.


    • #1472091
      le 24/05/2016 par Antipocrite
      Un bilan personnel après un an sans viande

      Si Jacques à dit de ne pas te jeter sous un pont alors tu te jetteras sous un pont ?

      "Je ne vais pas m’improviser scientifique en deux minutes."
      Dans ce cas ne t’improvise pas scientifique.
      "Les découvertes archéologiques attestent de la consommation de viandes et de lait depuis au moins 20 siècles"

      Et pour conclure ça ?
      " Cela en dit long sur notre ADN et notre structure de tissus, c’est tout ce que je peux dire. Et si l’on en croit Charles Maurras, le passé contient toute la semence de l’avenir."

      Cela en dit long... dans ton imagination. Concrètement tu n’explique rien. Sauf si tu résumes l’échelle d’évolution de l’homme sur 2 000 ans ? Maurras a probablement raison, mais 2 000 ans c’est une goutte d’eau dans l’échelle de l’évolution de l’homme.
      Si tu veux sincèrement retrouver des fondements, prends un peu plus de recul sur le sujet au lieu d’improviser.


    • #1472092

      Vingt siècles, c’est une centaine de générations. C’est très peu. Vous pouvez même remonter à la haute antiquité si vous le voulez, cela ne sera toujours pas réellement significatif à l’échelle de l’histoire des hommes. Ayez à l’esprit que la révolution néolithique, marquant l’entrée dans la période appelée proto-historique, caractérisée par les débuts de l’élevage, de l’agriculture, de la sédentarisation, en un mot de la civilisation, tout cela était hier, littéralement.
      La période précédente, appelée pré-histoire, pendant laquelle nos ancêtres ont essentiellement mangé des fruits, des noix et des feuilles, a elle duré des millions d’années. Des centaines et des centaines de milliers de générations d’hommes. Pensez à cela quand vous évoquerez la tradition


    • #1472218
      le 24/05/2016 par Requiem for a Dream
      Un bilan personnel après un an sans viande

      Mea Culpa, c’est beaucoup plus que 20 siècles. C’est au moins le triple. C’est comme les traces des premiers fromages qui datent selon ma Bible Gastronomique d’il y’a 45 siècles.


    • #1472227
      le 24/05/2016 par Requiem for a Dream
      Un bilan personnel après un an sans viande

      C’est bon Antipocrite, rangez votre méchanceté dans votre mouchoir. Je me suis trompée dans le chiffre que j’ai écrit sur mon iPad hier, c’est beaucoup plus que 20 siècles, bien évidemment puisque je parlais des Egyptiens et de toutes les civilisations d’avant le Christ ! On va pas en faire tout un fromage ! A la base, je parlais de la récupération des Vegan par les représentants du mondialisme et c’est silence radio. Antipocrite ou hypocrite ?

      Quelqu’un aura-t’il le courage de parler des enjeux mondialistes du Vegan ?

      Bonne journée.


    • #1472251
      le 24/05/2016 par Requiem for a Dream
      Un bilan personnel après un an sans viande

      J’ai l’impression que ce qu’a dit Attali dérange les vegans du site qui ne veulent pas voir les faits et les enjeux du mondialisme. C’est dommage et j’y vois surtout une hypocrisie intellectuelle. Le Vegan est en train évidemment de suivre les grands chemins de l’idéologie mondialiste anglo-saxonne et mon commentaire sur ce point reste sans réponse. Pour les coups bas ça va mais pour le sujet c’est Courage Fuyons. C’est pourtant de ça que je parlais


    • #1472831
      le 24/05/2016 par Antipocrite
      Un bilan personnel après un an sans viande

      Je te pardonnes pour cette erreur Requiem. T’en fais pas, je suis pas un obsédé de la perfection chronologique. Simplement évites d’improviser, tu as le temps de relire tes commentaires au lieu de spéculer sans fondement.

      Attali, je te rassure, je l’ai à l’oeil sur bien des sujets comme beaucoup ici. Mon point de vue, si tu veux, tu en fais ce que tu veux et ça n’engage que moi :

      Ce que Attali désire plus que tout c’est une société de consommateurs passifs. Son raisonnement est de consommer dans des Bio Coop à l’instar des supermarchés et au détriment du marché local par exemple. Le tout, parmi une communauté "Végan" dogmatique et inactive. Ce dont tu fais allègrement l’amalgame avec les gens ici.

      Ma vision personnelle en tant que maraicher fraichement converti en est bien différente. Ce qui doit être normal est de ne plus avoir à écrire sur les emballages le terme "bio" pour désigner des produit qui doivent être accessible à tous. Et au contraire indiquer les aliments produis de manières chimiques.

      De ce que j’observe aussi, c’est que pour la plupart des "végans", végétaliens" ou "végétariens", il est question pour la plupart d’expériences personnelles et simplement partagées. Et chacun peut faire des erreurs quand il s’agit de changer un quotidien néfaste et pour retrouver une santé correcte.
      Même parmi les "végans" il y a des régimes différents, et peu importe comment on étiquette ça, sauf quelques cas extrême, il s’agit surtout sur E&R d’adapter une hygiène de vie à une situation bien personnelle bien souvent par rapport à des problèmes de santé qu’on peut avoir en commun.

      A bon entendeur.


    • #1472975
      le 25/05/2016 par Requiem for a Dream
      Un bilan personnel après un an sans viande

      Personnellement j’y vois une suite logique du processus marchand qui anéanti notre héritage, notre savoir-faire et notre faire-savoir puisque la cuisine française est l’éloge de la transmission à travers les siècles.

      La cible à abattre est évidemment le terroir français. Mettre à la poubelle de l’histoire plus de 6000 ans de savoir-faire dans le domaine du fromage (voir les découvertes archéologiques de poterie trouées pour les faisselles) suit évidemment un processus logique de destruction de notre culture.

      Les vegans d’aujourd’hui seront sans doute les Antifas de demain et ils n’hésiteront pas à utiliser des formes de violence contre ceux qui mangent la chair animale, tel que prescrit dans la Bible. Je ne suis pas dévote, mais c’est prescrit dans la Bible. J’y vois un lien avec la destruction du christianisme.

      Je vous pardonne aussi, mais pas certaine que Dieu nous pardonnera cette fois-ci.


    • #1473079
      le 25/05/2016 par Antipocrite
      Un bilan personnel après un an sans viande

      "Les vegans d’aujourd’hui seront sans doute les Antifas de demain et ils n’hésiteront pas à utiliser des formes de violence contre ceux qui mangent la chair animale, tel que prescrit dans la Bible."

      Peut être, faudrait développer un minimum tu crois pas ? Parcequ’il faut penser quoi des conservateurs de la gastronomie française, ils deviendront quoi eux dans ton raisonnement, les gentils sauveurs du bien ?
      On s’en fout en fait, personne n’oblige personne à ce que je sache. C’est pas ton avis sur le fromage qui va sauver son avenir. Et si un jour ça se vend pu, ça sera un fait, pas une interdiction.

      Puis conclure que les vegans seront les Antifas violents de demain, je sais pas quoi te dire, spécule autant que tu veux si ça peut rassurer ton business.


  • #1471262

    @ Requiem for a Dream

    "Supprimer les fromages , c’est trahir la France, sa culture et son héritage gastronomique".

    Je me demande si tu n’es pas un cas psychiatrique toi. D’abord tu utilises le mot trahir hors que toi-même tu as quitté la France en raison de son état de déliquescence dans laquelle elle se trouve et maintenant tu réduis son histoire plurimillénaire à du fromage ! Surtout n’hésite pas à nous tenir informé quand tu postes un com, qu’on se marre un peu. L’hystérie féminine est tjs garant d’un peu d’ambiance et de grotesque.

     

    • #1471304
      le 23/05/2016 par Requiem for a Dream
      Un bilan personnel après un an sans viande

      Je vais répondre à ce commentaire proprement insultant ( ce sont des insultes, je suis étonnée de voir ça ici contre une cuisto française qui gagne sa vie honnêtement). Je suis Expatriée car je travaille avec la meilleure brigade française à l’étranger. La France a inventé la diplomatie et l’expatriation est intrinsèque au rayonnement de la culture française. Révise donc ton histoire des Rois de France.


    • #1471367

      LOL.. c’est justement tout le côté diplomatie qu’on préfère !!


    • #1471499

      En bon français on dit UN cuistot et non pas UNE (cuistotte, pendant que vous y êtes ?)..

      Si vous avez un problème avec ça, appelez vous « cuisinière » ça aura au moins le prestige attaché à toutes ces femmes anonymes qui ont su faire vivre la tradition.

      LOL..


  • #1471356
    le 23/05/2016 par demitrius
    Un bilan personnel après un an sans viande

    la viande n’est pas une nourriture, mais un plaisir gustatif et rien d’autre. Donc, pour se nourrir, les fruits et les légumes sont les seuls utiles. Quant aux éternelles protéines, fer de lance des lobbies de la viande ou des médecins qui ne savent strictement rien sur le sujet, il y en a ailleurs et de meilleure qualité. D’autant plus que la protéine que les animaux aurait, n’est pas naturelle, on leur donne dans leur alimentation !!! Notre corps peut manger de tout, il y en a même qui mange des avions, comme quoi !!! mais cela ne veut pas dire que c’est bon pour sa santé, car il n’est pas prévu pour, ce qui génère des maladies évidemment. Ensuite, elle est tellement pourrie vu ce que les animaux mangent eux-mêmes, autant s’en passer. C’est nuisible pour la planète donc pour les humains. Quant au problème éthique de la souffrance animale, certains n’ont pas encore atteint ce niveau pour le comprendre.

     

    • #1472143

      Que deviendraient alors les "animaux de table" ? Si personne n’en consomme pourquoi les élever ? Ils seront alors appelés à disparaitre. Et quand un animal disparait c’est pour l’éternité (un peu comme les dinosaures) plus de retour possible.
      J’adore ici la notion "d’amour des animaux" associée... à leur extinction !
      Et là... bonjour les brevets OGM de Monsanto et de manger sous licence jusque la fin des temps (on ne peut pas déposer de brevet sur un animal).
      Dites également adieu à vos potagers... sous licence bien sûr (propriété industrielle).
      On ne sait même plus de quoi sont fait les OGM (secret industriel).
      Quelles seront les conséquences quand on découvrira la vérité... et que les animaux de table n’existeront plus (pour cause de non-consommation) ?
      "Le Malthusianisme" étant la Bible de chevet des Américains, il ne serait guère surprenant qu’ils tentent "au passage" de stériliser l’humanité... en sachant qu’ils ont racheté tout le stock du "Projet Coast" à la fin du régime apartheid de l’Afrique du Sud (et qu’ils soutenaient jusqu’à contribuer à la capture de Mandela).
      Dites-moi, vous voulez vraiment être nourri par ces gens-là... comme du bétail ?
      Vous quittez alors votre position au sommet de la chaine alimentaire.


    • #1472346

      @drago,
      le pire c’est qu’au lieu de nous aider à supprimer l’élevage intensif (ils ont souvent les arguments et la passion pour être efficaces sur ce front) et revenir à des pratiques ancestrales plus saines, ils préfèrent travailler pour une utopie (et toutes les aberrations qui finiront comme d’habitude par en découler).. C’est un crève cœur..


  • #1471375

    @ Requiem for a Dream

    "Révise donc ton histoire des Rois de France"

    Je ne crois pas que Clovis ait un jour manger du fromage ni des cuisses de grenouilles à l’ail ni des escargots de bourgogne,...Bref, l’histoire de France et celui de ses Rois ne se réduit pas - comme je le disais bien - à son aspect culinaire et encore moins à son fromage. Que cela ne vous en déplaise n’y change rien.

     

    • #1471563
      le 23/05/2016 par Requiem for a Dream
      Un bilan personnel après un an sans viande

      Gelindo, quelle ignorance et quelle inculture !

      Charlemagne était très enthousiaste lorsqu’il mangeait du fromage de Reuil en Brie puisqu’il déclara que c’était l’un des mets "les plus merveilleux".

      On a exhumé lors des fouilles de palafittes sur les rives du lac de Neufchâtel, des débris de poterie percées de trous et remontant pour le moins à 6000 ans avant notre ère. Les archéologues en ont conclu qu’il s’agissait d’une faisselle, passoire destinée à égoutter le lait caillé. C’est une consécration pour la Suisse qui demeure un des hauts lieux du fromage. C’est surtout une preuve que nos ancêtres consommaient des laitages et des fromages travaillés.

      Quel lait aurait été ainsi traité par les populations lacustres ? C’est toute la question. Les vaches, elles feront partie du paysage alpestre à la conquête romaine. Ce sera le début de la production laitière qui remonte à bien avant nos rois de France.


  • #1471382
    le 23/05/2016 par CrocJaune
    Un bilan personnel après un an sans viande

    Je suis pour manger de la viande à condition de la chasser sois même !
    Car même au boucher j’ai pas confiance, c’est plus catholique du tout, alors c’est sur si vous essayez de vous renseigner sur la provenance etc...il vous mentira, il ne vous dira pas que son jambon par exemple et une reconstitution de morceaux tremper dans de la saumure chimiques pour assembler et coller le tout hein ?!
    Meme sur les places de marchés dans les rayons poissons frais, si vous êtes fin connaisseur et creuser un peu vous vous rendriez compte de l’escroquerie sur certain produit !


  • #1471513

    Je mange encore de la viande mais assez rarement et que de la dinde ou des oeufs. Le but est de ne plus en manger mais il faut surtout y aller progressivement afin que le corps s’adapte. Il faut vraiment comprendre que quand nous mangeons, bien souvent, c’est de l’addiction alimentaire. Je rêve de sucre raffiné, de beurre, de lait, de fromage surtout. Comme un drogué en manque. Mais la vérité c’est qu’a petit feu tout ces produits nous tuent. Il est strictement impossible de passer du jour au lendemain d’une alimentation carnivore à du crudivorisme. Soyez patient, écoutez vos ressentis et tout rentrera dans l’ordre. Si vous arrêtez du jour au lendemain vos mauvaise habitudes, votre corps va se décrasser à grande vitesse. Et c’est dur le décrassage ! J’allais vous mettre le lien de la chaîne youtube de Thierry Casasnovas et en y allant je me rend compte qu’il à interviewé Pascal Mancini donc je vais aller voir ça du coup ! https://www.youtube.com/channel/UCb...


  • #1471537
    le 23/05/2016 par Mister Friedman
    Un bilan personnel après un an sans viande

    La recette n’est pas végétalienne, il y a de la feta dans la salade...
    Dans l’idée de l’autonomie on devrait manger ce que l’on produit, on ne devrait manger que les animaux qu’on tue nous même et ça en calmerait quelque uns...
    Des amis ont élevé un cochon mais la mise à mort et le dépeçage se sont révélés plus difficile que prévu..ils l’ont mangé mais ils ne le referont plus...

     

    • #1472149

      @ Mister Friedman.
      Retenez une chose en toute circonstance.
      Quand on dénigre un produit... c’est pour en promouvoir un autre... et sous licence exclusive de préférence. (Il est impossible de déposer un brevet sur un animal et c’est là où le bât blesse, il faut le chasser de l’alimentation).
      On veut absolument que vous deveniez végétarien.
      De gré aujourd’hui... ou de force demain.
      Vous ne saurez même pas ce que vous mangez (OGM brevet et secret industriel).
      Vous pourriez même vous demander si vous aurez des enfants... ou des petits-enfants.
      Ce sont eux qui décideront... et vous n’en saurez rien !
      La viande ayant disparue de table, par compensation une culture massive et à outrance sera alors élaborée... dans le secret le plus total de la propriété industrielle.
      Ils vous feront le même coup que pour le Coca Cola... SECRET ABSOLU !


  • #1471654
    le 23/05/2016 par Paganhate
    Un bilan personnel après un an sans viande

    Ou encore un sujet pour diviser... intéressant. Le fait est que si nos ancêtres ont inventé l’élevage c’était sûrement pas parce que c’est un plaisir de se lever aux aurores et d’accompagner (pour les berges de montagne par exemple) les bêtes à l’estive...

    Sérieusement, le débat c’est pas vraiment de manger de la viande ou non (si c’était si mauvais que ça l’espèce humaine serait un peu sur le déclin depuis le temps non ?), mais surtout comment sont effectivement traités les animaux, et quelle est la qualité des produits (parce que végétarien ou pas, un concombre ou une tomate Monsanto c’est de la merde, pas besoin de parler de viande là)...

    Quand on voit marqué "bio" sur un produit qui a été "élevé" (j’essaie de prendre un terme générique) de façon naturelle, il faut l’indiquer. C’est pas plutôt là qu’il y a un souci ? En gros, la daube on dit rien mais le vrai bon on le précise et c’est plus cher. Non mais ça choque personne, continuons :/

     

    • #1472380
      le 24/05/2016 par Louiscroivébaton
      Un bilan personnel après un an sans viande

      "Sérieusement, le débat c’est pas vraiment de manger de la viande ou non (si c’était si mauvais que ça l’espèce humaine serait un peu sur le déclin depuis le temps non ?)

      Tu l’as trouve resplendissante l’espèce humaine ? notre bouffe nous bouffe, et c’est pas d’hier !


    • #1472988

      Resplendissante ?.. Vous prévoyez de changer les choses afin qu’elle soit (enfin) resplendisante..

      C’est quoi le plan de route.. parce qu’après s’être fait imposer une mauvaise viande d’élevage intensif et un traitement inhumains des animaux on s’attend encore à une horreur..

      Une viande synthétique fait en laboratoire : parce que le goût plus ou moins potable vous savez qu’il faudra le restituer d’une manière ou d’une autre ? La suite logique c’est aussi la disparition des espèces d’élevages...

      Vous n’êtes plus les végétariens hippies qui élèvent des chèvres dans Larzaque.. vous embrassaient la science (sans conscience contrairement à ce que vous croyez puisque l’extinction d’espèce vous gêne moins que sa « souffrance ») et souhaitez offrir à la terre entière (ignorante qu’elle est de ses erreurs) une rédemption par l’assiette.. Il suffit d’y mettre les mots (maux) pour que ce soit plus clair..


  • #1471666
    le 23/05/2016 par jobi joba
    Un bilan personnel après un an sans viande

    Ce combat est un cheval de Troie... La finalité étant la "viande" fabriquée et vendue par les industries...
    Si l’ opinion ne veut plus qu’ on tue des animaux, alors l’ industrie nous proposeras un steak non animal au même propriété...

    On comprend mieux aussi pourquoi ils font tout pour baisser le niveau intellectuel dans ce pays...


  • #1471852

    Petit rappel historique :
    sous nos latitudes lors des périodes glaciaires, la seule nourriture disponible tout au long de l’année et assez calorique pour résister au climat était la viande animale.
    A ces époques le régime alimentaire de l’homme, que ce soit l’homme ancien (soit néanderthal) ou l’homme nouveau (soit sapiens) était composé à près de 80% du produit de la chasse, et cela à duré pendant des dizaines de milliers d’années.
    Le chasseur-cueilleur était, en fait, surtout chasseur !
    Maintenant, il est vrai qu’il y a encore bien plus longtemps le régime des hominidés était végétarien à tendance frugivore. Mais il y a encore plus longtemps, nous étions tous des amibes nourries par photosynthèse...
    En résumé, mangez ce que vous voulez mais arrêter de nous emmerder avec vos jugements de valeur !


  • #1471861

    @requiem for a dream et @gelindo
    Vous avez raison tous les deux :
    - la France ne se résume pas à sa cuisine,
    - la gastronomie française est un particularisme culturel mondial et à se titre se doit d’être préservée.
    Une petite parabole pour finir : dans une maison aucune brique n’est importante en elle-même, on pourrait donc en déduire que l’on peut en retirer à loisir sans mettre en péril la solidité de l’édifice, jusqu’à ce que... donc je conclurai avec un "touche pas à ma brique" !


  • #1472195
    le 24/05/2016 par Louis Delga
    Un bilan personnel après un an sans viande

    La viande n’est pas indispensable à la santé c’est un fait, bien au contraire. Il est prouvé aujourd’hui d’ailleurs par de nombreux médecins et cancérologues que trop de viande, rouge surtout, est néfaste. De plus, bon nombre d’athlètes ont prouvé qu’une alimentation sans viande ne nuit pas aux performances. Au delà de l’aspect gustatif (Ah ! un bon steak...), c’est un business avant tout. Mais l’aspect écologique lié à cette industrie est catastrophique : trop de production, trop de consommation de matières végétales (qui pourraient nous nourrir aussi bien que la viande) et d’eau par les bêtes, trop de rejets de déchets. Réduire notre consommation serait tout à fait pertinent aujourd’hui, mais l’image de du binôme viande/richesse est toujours présent, hélas. Je ne suis pas (encore) végétarien, mais je ne mange que rarement de la viande, un peu plus de poisson. Ma fille est végétarienne, et je l’encourage, sans la braquer, ni dans un sens ni dans l’autre, en respectant ses choix.
    Pour terminer, certains posts m’ont bien fait rire ; je vois que certains ont l’esprit très réducteur et font preuve d’une intolérance assez incroyable. Je plains toutes ces personnes mettant en avant sans ménagement leur plaisir carnassier.

     

    • #1472337

      Votre remarque est particulière... au-delà des excès des uns et des autres ce qui retient surtout mon attention, c’est la volonté de certains Vegans ou Végétariens de prouver au-delà de plusieurs millénaires de pratique d’omnivore que le mode de vie vegan c’est l’accomplissement du genre humain..

      Ce genre de mécanique me fait systèmatiquement penser à du messianisme.. pour moi c’est justement ça le summum de l’intolérance : croire en une utopie qui s’imposera aux autres.. La même idéologie chez certains marxiste et autre matérialiste, les évangélistes et la kabbale (cette dernière étant souvent la matrice initiale à mon avis).

      Pour moi il ne peut y avoir que des compromis, c’est toute une vue de l’Histoire... et je ne çrois pas que c’était moins bien avant et que demain sera mieux.. Il ne fait pas sous-estimé les ressorts idéologiques.

      Je respecte la liberté des uns et des autres mais je vois d’un mauvaise œil la destruction de modèles millénaires.. Remplacer 50% de nos apports en protéine par des insectes ne me dérangerait pas plus que ça (preuve de tolérance) tant que se fait naturellement et que nos anciens modèles co-existent en parralèle ; je serais près à accepter des changements si ça permet de préserver d’authentiques modèles traditionnels en parralèle.

      Tout est question de bon goût.. argument qui semble passer direct par la fenêtre chez certains vegan.

      Ps : j’aimerais aussi attirer votre attention sur le nombre important de vegan chez les groupes d’extrême droite ou d’extrême gauche (particulièrement dans le monde de la subculture anglo-saxonne).. Es-ce une prédisposition à l’excès (au-delà des poncifs et idées reçues bien-sûr) ?


    • #1472751
      le 24/05/2016 par Louis Delga
      Un bilan personnel après un an sans viande

      @ Peter
      Vos remarques sont étonnantes. Ce qui m’inquiète, c’est la paranoïa qu’elles véhiculent. Messianisme, extrémisme, (...) mais d’où sortent ces arguments incroyables que vous mettez en avant ? Il n’y a aucune arrière pensée dans le choix de ne pas manger de viande, si ce n’est avoir une vision autre de notre consommation, de nos réflexes alimentaires, qui, bien qu’ils aient des millénaires d’existence, continuent d’évoluer fort heureusement. Je n’ai hélas pas détecter dans votre message une quelconque tolérance envers ceux qui ont fait ce choix, dommage.


    • #1472979

      Vos remarques sont étonnantes. Ce qui m’inquiète, c’est la paranoïa




      Paranoïaque comme un complotiste ? C’est mon inquiétude qui vous inquiéte ?



      Messianisme, extrémisme, (...) mais d’où sortent ces arguments incroyables que vous mettez en avant ?



      La suite logique est d’argumenter pourquoi ils ne seraient pas valides ?je me doute bien qu’à une première lecture vous les trouviez sensationnel à peine croyable ? Pourtant cette idée de rédemption, d’une révolution future d’ordre sociale et politique traverse tous les mouvements matérialistes, le marxisme et les utopies libertaires du siècle dernier..
      Au cœur de ces utopies ils y a souvent des intellectuels juifs souvent brillants presque toujours atheistes/matérialistes.. Des idéologie,point commun c’est ce côté messianique..

      Des intellectuels juifs venant de familles érudits ce qui veux dire des familles de rabbins.Des gens qui ont grandis autour de ces enseignements de messianisme.. cette idée que demain sera mieux..




      (...) nos réflexes alimentaires, qui, bien qu’ils aient des millénaires d’existence, continuent d’évoluer fort heureusement.



      Vous voyez c’est particulier de penser que l’Homme a été principalement un homnivore pendant des millénaires et que l’étape d’après (ne plus manger de la viande) sera nécessairement une évolution.. Parce que nous les mangeurs de viande ont est dans un stade régressif.. une espèce pas assez évoluée ? Et vous dites que mon message nedonne pas l’impression de tolérance ?

      L’Homme suivant ses emplacements géographiques a différentes alimentations, suivant son mode 2vie, également suivant sa philosophie ce qui fait par exemple que les Hindous sont végétariens et qu’en définitive sur terre l’on peux choisir le mode de vie que l’on souhaite.. Ça c’est mon point de vue mais ça n’est pas comme ça que les végétaliens présentent les choses..

      Ce qui est triste c’est que vous n’êtes pas prèt à admettre qu’il y a dans le transhumanisme, la théorie du genre, etc.. ce meme messianisme qui est suppossé nous apporter un future plus heureux car soit disant nous continuons d’évoluer « forte heureusement » (pour réprendre vos mots)..

      Je vais vous le dire franchement au bout de quelques millénaires c’est pas une bande d’abrutis qui vont nous faire évoluer.. Les indiens sont végétariens, sur terre c’est un mode de vie comme un autre.. pas un stade avancé de l’évolution humaine..


    • #1472999

      Concernant la présence importante de vegan dans les groupes d’extrême droite ou d’extrême gauche (voire chez les straight-edge) : soit la remarque est pertinente car vérifier par les faits soit elle ne l’est pas..

      Que vous trouvez ça étonnant n’adresse pas du tout la question.. encore une fois vous perdez votre temps dans le pathos.. je n’ai jamais pensé que nous avions affaire à des « méchants-méchants » individus.. je me pose juste la question des raisons pour lesquelles des individus gravitant autour d’idéologies perçues comme radicales choissent une alimentation perçue comme radicale.. le début d’une pensée intelligente c’est d’y répondre..

      Bien entendus ça dépasse les individus puisque ce sont des idéologies qui ont des idéologues, et des réseaux de propagations de ces idéologies (voilà quelques pistes si vous souhaitez apporter votre opinion)...


  • #1472334
    le 24/05/2016 par Requiem for a Dream
    Un bilan personnel après un an sans viande

    Le plus marrant c’est le manque de cohérence dans les deux recettes proposées : un hamburger et... Une côté de boeuf reconstituée ! Personne ne relève ce manque de logique et d’imagination ?

    Faut-il être en manque de viande pour reconstituer une côté de boeuf ! J’y vous une culture progressiste du Fake comme on dit ! Les recettes végétales se conjuguent pourtant à l’infini et elles peuvent être superbement présentées. Lisez avant tout vos classiques pour vous structurer dans une véritable identité culinaire .

     

    • #1472434
      le 24/05/2016 par Requiem for a Dream
      Un bilan personnel après un an sans viande

      Erratum :

      J’y vois.


    • #1473912
      le 26/05/2016 par Blatta.Orientalis
      Un bilan personnel après un an sans viande

      L’hamburger je comprends. On peut être végétarien tout en aimant la viande, son gout, sa saveur. Juste en la boycottant pour des raisons philosophiques et morales. C’est pour ça que les succédanés de viande en mode vegan ne me gênent absolument pas.

      Je saisis très bien que la transition d’un régime carné à un régime végétarien doit être passablement difficile pour certains. Ceux qui arrêtent la viande même si ils aiment son gout et ce, juste par compassion envers les animaux, par antispécisme etc... Je pense que ça ne doit pas être facile tout les jours. L’odeur d’un bon barbeuk ou d’un steak qui grille doit faire frémir les narines et actionner les glandes salivaires de plus d’un. C’est un véritable combat !

      Quant à la côte de boeuf, la recette est celle d’une authentique pièce de viande et non d’un succédané végétal, alors je ne comprends pas votre remarque Mr Arronovsky.


  • #1472430

    les musulmans ne deviendront jamais végétaliens, la souffrance animale ils s’en foutent car égorger le mouton fait partie de leur monde. Y’a que les français pour se lancer là dedans et tant mieux car si vous ne mangez plus de viandes il y aura plus de cochon et nous on sera tranquille !

     

    • #1472964
      le 25/05/2016 par Requiem for a Dream
      Un bilan personnel après un an sans viande

      les musulmans ne deviendront jamais végétaliens [...]Y’a que les français pour se lancer là dedans



      Donc vous faites inconsciemment une différenciation très nette entre musulmans et français. Site de la reconciliation ?


    • #1473040

      Je crois que c’est vous qui avez pour habitude de marquer les différences Requiem, mais enfin passons..

      Il y a effectivement dans le culte musulman un rempart contre cette idéologie.. Premièrement car la souffrance animale est fortement adressée. Par exemple l’interdiction de sacrifier deux animaux à la suite car le second pourrait être affoler sans raison. Et ne prenez pas le « Halal » moderne comme exemple.. toute personne connaissant les textes islamique sait qu’un poulet de batterie est une aberration malgré ça des autorités soitdisant islamiques valides des pratiques industriels inhumaines (donc surtout pas islamiques).

      Un rempart à travers l’idée même de sacrifice.. laisse penser que les bénéfices sont supérieurs aux préjudices, ça permet de bien comprendre la relation qu’on a avec la viande. Il est possible qu’un musulman ne trouve pas la viande appétissante mais impossible qu’il adopte pour autant l’idéologie du végétarianisme.
      Je ne crois pas par exemple que les communistes, les chrétiens, les véliplanchistes ou tout autre groupes constitués aient dans ses fondements idéologiques ou religieux les mêmes dispositions.

      Un chrétien peut être végétarien.. un musulman c’est impossible, il est sorti de l’Islam en apportant une innovation.. et je le répèté ça n’empêche pas des individus d’avoir une aversion pour la consommation de poissons ou de viande.. mais ça se limite à l’individu pas un projet souhaitable pour d’autres.

      Bien que le message initiale soit tout à fait faux concernant les musulmans qui s’en fouetteraient de la souffrance animale.. le fond reste vrai : c’est une idéologie qui concerne les autres français.

      Et d’un point du vue musulman (bien que pris sur le ton de la « moquerie » dans le message initial) il n’est pas tout à fait faux : savoir que les gens ne mangent pas de viande.. nous ferait presque penser : tant mieux il y auras moins d’animaux qui souffriront..

      Effectivement à aucun moment nous ignorons la souffrance animal.. nous la regrettons tout autant qu’une gazelle servant de repas à un lion.. C’est la vie.. il y a du plaisir à manger de la viande (sans excès) et le pire des sacrilège est le gaspillage de nourriture, particulièrement animale.. quand je vois les gens jetter un steak à peine touché au restaurant, là je pète un plomb à cause de la souffrance animale endurée pour rien.. Dans la nature si le lion laisse la moitié de son repas, c’est pour que d’autres bêtes se nourrissent sur les restes..


    • #1473518

      https://www.facebook.com/Vegetarian...

      Comme quoi on peut être musulman et végétarien.
      Je vous assure, ils ont de trés bons arguments.


    • #1473743

      Comme quoi on peut être musulman et végétarien.
      Je vous assure, ils ont de trés bons arguments.



      @jay,
      Arguments ?!..
      pour commencer il va falloir arrêter de mentir.. Vous n’avez pas lu, ni examiner la page Facebook que vous transmettez..

      Premièrement, elle n’est pas vraiment active car entre chaque message il peux s’écouler des années..

      Deuxièmement, la plupart des personnes participantes ne sont pas musulmanes.

      Troisièmement, la plupart des personnes musulmanes participantes viennent rappeler qu’il n’y a rien d’islamique, que ça n’est pas compatible avec l’Islam d’être végétarien ou pire vegan (le jeune du ramadan est souvent coupé avec un petit peu de lait).

      Quatrièmement, la personne tenant le site (une assocs à elle toute seule) explique que c’est suite à une dépression qu’elle décida de ne plus manger de viande (et pas d’arguments théologiques).

      Cinquièmement, il n’y a que des témoignages de femmes. Finalement il n’y a aucuns arguments.

      L’Islam est bien évidemment contre la maltraitance animal,le prophète nous a prévenus qu’il ne fallait pas manger trop de viande. Il nous a dit qu’une femme très pieuse à enfermer un chat qui en est mort et qu’elle a fini en enfer.. alors qu’un homme qui méritait l’enfer sa dernière action fut d’être descendus dans un puit pour remplir sa chaussure d’eau, péniblement remonter à la surface pour aider un chien assoiffé. Ce qui lui a permis d’accéder au paradis..

      C’est la miséricorde divine.. parce qu’une repentance sincère,une bonne action peuvent effacer tous les péchés alors qu’un formalisme religieux,une méchanceté envers un animal peut annuler toutes nos bonnes actions

      L’Islam c’est le Qur’an et l’exemple du prophète. Le prophète n’était pas végétarien ; es-ce trop difficile à comprendre ?

      La dernière fois c’était le chanteur de Eagles Death métal soit disant chrétien : il se revendique sataniste.. Ou alors l’imam gay qui a ouvert une mosquée à Paris à lui tout seul..

      Encore une fois vous tombezdans le pathos ?.. je n’ai rien contre les végétariens mais musulmans et végétariens c’est incompatible ; je le répèté ça n’empêche pas de s’abstenir pour des goûts personnels... mais ça sera très très rare.. par exemple lors de la fête du mouton vous devez le savoir les musulmans partage un repas souvent nourrissent les pauvres.. d’une viande saine qui leur apportera, plaisir, force et réconfort. Comment pouvez vous être un obstacle à ce que Dieu autorise ?


    • #1473921
      le 26/05/2016 par Blatta.Orientalis
      Un bilan personnel après un an sans viande

      Les musulmans vivent pour beaucoup dans des pays pauvres, donc devenir végétarien alors qu’on ne peut pas toujours manger à sa faim, c’est pas forcément possible.
      Le végétarisme (et végétalisme) reste un luxe que peuvent s’offrir uniquement les personnes ayant accès aux ressources permettant de réduire voire anéantir les carences qu’apporteraient l’absence de viande. Ce qui n’est pas le cas de tout le monde finalement.

      Pour ce qui est de la perspective théologique, il me semble que la cérémonie de l’aïd exige le sacrifice d’un mouton qui n’a rien demandé, de se faire trancher la carotide (à moins que ce ne soit la jugulaire ?) pendant une chaude et étouffante journée estivale.
      Donc on repassera pour le véganisme musulman.

      Cela dit, j’ai déjà mangé un couscous végétarien (sans poulet, sans agneau/mouton ni merguez) bah c’est bien bon ! Et garanti sans souffrance animale dans l’assiette !

      Pour finir, le cochon (scrofa domesticus) semble être un descendant de son patriarche le vénérable Sanglier (scrofa tout court). Est ce que cette dernière bête sauvage est considérée comme impure dans la religion musulmane ? Hallouf Hram ? Parce que même si le cochon (création hybride humaine provenant de la sélection dans l’élevage à travers les siècles) venait à disparaitre - le genre Scrofa - donc l’espèce existerait toujours. Sorry 4 U Bro !


    • #1474245

      Ah, la souffrance animal ça vous coupe l’appétit ?... J’espère que ça ne vous laisse pas pour autant éveillé toute la nuit ?.. J’espère que vous n’avez pas une veste en peau de vache ou des chaussures en peau de zébu : vous hésiteriez sûrement à marcher dans la rue..

      L’Émir Abdel-Kader disait qu’il considérait la parole prononcée et non la personne qui la disait car il avait remarqué à l’époque en côtoyant des français (des fonctionnaires sûrement très laïques) une tendance à personaliser les débats..

      Si je vous dis ça c’est que vous avez tendance à vous adresser à moi et non au sujet du débat.. Si je faisait la même chose.. je me dirais que cette position qui est la vôtre est tout à fait hypocrite.. s’apitoyer sur un animal n’est qu’une posture.. une façon de se croire plus intelligent, effectivement l’animal souffre mais vous vous en fouettez de l’animal.. car dans les faits vous continuez de porter des chaussures en cuir.. vous donnez votre argent à des entreprises qui font bien pire a l’espèce animale que de manger un steak..

      C’est bien ce décalage qui est le plus choquant.. vous vomissez ouvertement les mangeurs de viande mais vous continuez de faire comme si de rien n’était ?..

      Moi, si vous infligiez une souffrance à un chien, vous n’auriez pas besoin de le tuer pour que je vous tabasse sans hésiter !! Je vous dit ça sans animosité vu que je sais que cela n’arriverais pas vu que vous n’imposer pas de souffrance aux animaux !!..

      ..mais regardez vous.. la situation pitoyable (!) qui est la vôtre.. vous vous pensez comme une personne ayant infligée pendant des années (en tant qu’omnivore) la souffrance aux animaux et tous les jours que Dieu fait vous fréquenté des gens qui font de la torture d’animaux dans leur assiettes et vous acceptez ça comme ça ?!..

      Il y a des théories qui sont tellement connes qu’on ne peux que leur ressembler ?!
      Je vous le redit : pour moi les mots ont un sens. Toute personne qui infligerait de la souffrance à un chien devant moi, passerait un mauvais quart d’heure.. c’est plus fort que moi.. et peut être même quelques jours à l’hôpital !.. Vous nous sortez des mots qui ne veulent plus rien dire ?..

      Allez dans un bar et dites que vous aimez bien faire souffrir les animaux et que vous faites ça régulièrement (ce dont vous nous accusez) et contemplez la réaction des gens. Vous verrez rapidement qu’il y a des gens qui ne sont, ni des charlots, ni des charlie.. si ils vous prennent aux mots.


    • #1474542

      Vous ne savez pas ce qui est tranché chez l’animal ? Pourquoi ne pas prendre le temps de faire une recherche de deux secondes sur Google ? Vous êtes trop pressé de nous expliquer la Life ?

      Pour votre info l’Islam a des fêtes qui sont basées sur le calendrier lunaire.. donc le pathos de la journée étouffante.. Et puis une dinde de repas de fin d’année ça serais le dur froid en hiver ?

      Dites si vous avez un peu de temps à consacré à de l’argumentation logique.. pourquoi les candidats au suicide se tranchent les veines ?.. C’est sure que c’est pas beau la mort (!) et puis tout ce sang c’est peut-être trop pour vos petits cœurs fragiles.. Comme si nous nous étions des monstres insensibles..

      Pour votre info lorsque des veines ou une artère est sectionnée il n’y a pas de douleur.. le sang n’irrigue plus le cerveau normalement, comme en s’endormant ont perd conscience, ceci bien avant de mourrir.. Mais en définitive c’est pas parce que cela ne fait pas mal que les musulmans ne s’excuse pas devant Dieu lorsqu’il sacrifie l’animal.. Et même si il n’y a pas de rituel, le paysan chrétien vous le prenez pour une brute insensible ?

      Le sacrifice animal n’est pas anodin comme le laisserait croire les rayons illuminés des supermarchés.. Je comprends le « backlash », le retour de flamme dans le cerveau de certain lorsqu’ils comprenne la Life.. L’avantage avant dans la ferme ou le village c’est lorsque t’avais faim il fallait bien l’égorger la poule.. Le ventre repu difficile ensuite de disserté sur la cruauté du lion qui mange la gazelle..

      Concernant votre remarque sur l’élevage de porc (et l’espèce d’élevage).. votre côté idéologique ne devrait pas aliéner le côté pratique : la raison première d’un cochon dans une ferme à toujours été la gestion des restes et détritus..afin que le paysan ne passe pas son temps à les enfouir, éviter les mauvaises odeurs, les maladies, les nuisibles, les rats, etc..Donc si il y a une réflexion à se faire c’est le moment où la quantité de bêtes sur la ferme demande une main d’œuvre importante facilité par la présence d’un cochon.. Parce que aucun paysan n’allait nourrir un cochon.. c’est par les excédents, les pommes pourries, etc, De toute evidence dans un élevage, une exploitation réduite le cochon n’a pas sa place.. Le cochon appartient à une économie..

      En Inde par exemple ou la viande de porc n’est servis qu’aux touristes, ils se trouvent aux abords des villages.. moitié cochon sauvage, moitié domestiqué..


    • #1474554
      le 27/05/2016 par Blatta.Orientalis
      Un bilan personnel après un an sans viande

      @Peter

      La souffrance animal me coupe l’appétit, si j y pense, si j’en prend conscience au moment de commencer à manger de la viande. Autrement, en toute inconscience, je me suis goinfré de viande toute ma vie et cette inconscience m’est quelque peu regrettable. J’ai des problèmes de sommeil, certes, comme la plupart des gens (la qualité du sommeil des français en général laisse passablement à désirer). Et non, je n’ai ni veste en cuir de vachette, ni chaussure en peau de zébu, ni slip en viscère de gnou ni même de tricot de peau en péritoine de chameau. Je me demande d’ailleurs s’il n’est pas possible de récolter le cuir provenant d’une bête morte de sa belle mort. Dans ce cas, je ne verrai pas de raison de protester contre l’utilisation de ce tissu épidermique.

      Vous devriez, cher Peter, suivre un peu plus la jolie doctrine d’Abdel-Kadr car ce n’est pas à vous que je m’adressais dans mon message précédent, mais tout entièrement au message de Yacine sis plus haut.

      Donc à moins que vous ne soyez Yacine, je ne m’adressais nullement à vous, mister Peter.

      Ma position est hypocrite, allons bon, pourquoi pas ? J’essaye de suivre ce que mon coeur et ma tête me disent. Avec toute ma sensibilité (ou sensiblerie ?). Une façon de se sentir plus intelligent ? Que qui ? Que quoi ? Que les "omnivores" j’imagine ? Non, je dirai plutôt plus touché, plus sensibilisé. Certainement pas plus intelligent. Chaque personne a son intelligence, son talent, et le mien (s’il en est un) ne prévaut pas sur un autre. Nous avons beaucoup à apprendre chacun les uns des autres. On peut y voir l’idée d’une dialectique menant à l’évolution de la pensée. Mais je m’égare !

      S’apitoyer sur la souffrance animale est une posture (une imposture ?). J y suis pourtant sensible, j’éprouve de l’empathie, voire de la compassion. L’univers concentrationnaire me débecte (l’élevage en batterie, comme tout le monde), mais même le sacrifice d’un animal pour que je puisse manger alors que je n’en ai pas besoin, ne me fais pas du bien non plus.

      Je ne porte pas de cuir sur moi ! Et si je le faisais, je veillerai à ce qu’il ait été prélevé sur une bête morte de sa belle mort ! de vieillesse quoi ! Donc non je ne donne pas mon argent à des entreprises qui font bien pire à des animaux que les transformer en steak (WhatZe ???) Vos argument commencent à devenir de plus en plus fallacieux... Ou peut-être est-ce moi qui n’ait pas saisi l’intégralité de vos propos ?


    • #1474568
      le 27/05/2016 par Blatta.Orientalis
      Un bilan personnel après un an sans viande

      2/2) Je ne vois donc pas de quel décalage choquant il est question dans votre commentaire Mister Peter ! En outre, je ne vomis pas ouvertement les mangeurs de viande, je vomirai ma propre famille, mes amis, etc... J’exprime juste mon point de vue, une sensibilité qui m’est propre, une sorte de sacralisation de la vie. Je cherche à minimiser la douleur, la souffrance, les divers traumatismes que pourraient occasionner mon mode de vie. (oui il peut s’agir de consommation de viande, tout comme de lait, de cuir, etc..).

      Vous avez répondu tout seul, en effet, n’étant pas capable de faire du mal à un insecte, je ne pourrai faire de mal à un chien (à part si je suis en danger de mort, j’ai un instinct de survie...).

      J’accepte parfaitement de vivre au milieu de mes contemporains mangeurs de viande. Ils ne torturent pas les animaux... Lorsqu’ils les mangent, ces animaux sont déjà morts ! Et c’est pareil que moi quand j’étais plus jeune et pas vraiment conscient que le steak que je mangeais était issu d’un boeuf ou même d’une vache laitière (question d’économie !) qui a, elle aussi, une sensibilité et une certaine intelligence. Les gens, même s’ils mangent de la viande, pour la plupart, détestent les images d’abattage animaliers... Ça les attriste ! Ils n’ont donc pas le profil psychopathique de tortionnaires d’animaux...

      Non je ne trouve pas ma situation pitoyable(!) comme vous dites. La vie est faite d’expériences, de chemins divers à emprunter, j’ai choisi celui-là, peut-être qu’un jour j’en prendrai un autre... Il semble en accord avec ma sensibilité et ma philosophie. J’ai ainsi l’impression d’être intègre et droit dans mes principes. Mais tout change, tout évolue, ainsi va la vie... Peut-être est-ce vous, qui un jour deviendrez végétarien...


    • #1474598
      le 27/05/2016 par Blatta.Orientalis
      Un bilan personnel après un an sans viande

      @Peter

      Non, je ne sais pas ce qui est tranché chez l’animal et je n’ai pas envie de le savoir. Enfin si, pourquoi pas, mais je n’ai absolument pas envie d’aller chercher des photos/vidéos/documents d’animaux égorgés sur google, ça ira ! Mais peut-être vous qui êtes un homme courageux, valeureux, tout ce qu’il y a de plus viril (Alain serait tellement fier de vous !), vous pouvez me dire laquelle des artères se retrouve, déchirée, sectionnée par la lame de l’égorgeur ? J’en serai ravi. Toujours avide de connaissance, curieux de tout malgré mes réticentes sensibleries. Je suis en effet très pressé d’expliquer, de comprendre, de donner, de recevoir, en un mot : partager les connaissances et idées de mes contemporains.

      Merci en tout cas pour l’info sur l’islam et ses fêtes ! Je l’ignorais... Mais que la journée soit étouffante de chaleur, que l’air soit piquant et glacé, qu’il sente bon le jasmin ou l’humus en décomposition, un égorgement reste un égorgement ! Un acte barbare mais néanmoins naturel, perpétré par de nombreux prédateurs qui attaquent les proies à la gorge (les dents faisant office de lames acérées pour le coups).

      Le suicide est un acte désespéré, la recherche de la moindre douleur existe, mais pour avoir passer ma main à travers une vitre, je peux dire que j’ai souffert. Mais je crois comprendre votre allusion sur l’absence de douleur. Lors d’un gros traumatisme physique, si la douleur est trop intense, le cerveau, comme pour soulager le corps, va actionner une quantité d’hormone (genre endorphine) qui va faire disparaître cette douleur... pour un temps. Voilà pourquoi on ne sentirait pas la douleur.

      Mais à contrario, je peux vous affirmer que lorsqu’une personne se coupe les veines, c’est bien pour se faire mal. C’est un transfert symbolique de la douleur psychique sur la douleur physique. Aussi la vision du sang qui s’écoule est symboliquement lié à la libération de la douleur qui s’écoule hors du corps... Mais encore une fois, je m’égare !

      Je pense que les personnes, même celles qui tuent des animaux, sont sensibles. Elles sont souvent attachées à leur bête, et le moment ou il faut s’en séparer et toujours un moment pénible et inconfortable pour elles. Elles éprouvent aussi de la compassion. Je le sais pertinemment. Et je suis aussi d’accord sur le fait que quand on est en situation de survie, de famine ou autre, on bouffe ce qu’on trouve ! Y compris de la viande !

      [ps : merci pour les infos sur le hallouf]


    • #1475184

      Le suicide est un acte désespéré, la recherche de la moindre douleur existe, mais ma main à travers une vitre, je peux dire que j’ai souffert. Mais je crois comprendre votre allusion sur l’absence de douleur ; si la douleur est trop intense, le cerveau, comme pour soulager le corps, va actionner une quantité d’hormone qui va faire disparaître cette douleur




      Ce dont vous parlez concerne effectivement les traumatismes comme se faire écraser un bras.. la douleur est réelle et le cerveau dans ce cas vient l’éteindre par genre de l’endorphine.. Ce dont je parle n’est pas du tout ça.. Quand on se coupe parfois on ne le remarque pas tout bonnement puisqu’il n’y a pas de douleur (me.. Des personnes se prennent des coups de couteaux et ne sentent rien.. C’est quand on se fait écraser ou arracher de la chaire qu’il y a une douleur.. Je reprend l’exemple : les gens se coupent les veines justement car c’est totalement sans douleur (méthode halal : couteaux aiguisé, prendre par surprise..). Une piqure à l’hôpital c’est de la douleur psychologique ? Se prendre un coup par contre, c’est une douleur..

      Donc effectivement c’est de la sensiblerie.. Ça ne remet pas en question que l’Homme en effectuant un sacrifice, met un terme à une vie animal.. Mais ne serais-ce pas plus intelligent de se concentrer sur cette réalité dont personne ne nie l’évidence ?

      À partir de là.. on peux considérer que ôter la vie à un veau n’est pas du tout normal.. Ni a un cheval dont l’avantage (sa fonction, la raison pour laquelle il a été élevé) est tout de même (en dehors de sa belle compagnie) le transport. Alors un cheval qui ne serais pas malade et qui arriverais à la fin de ses jours pourrait être recycler dans la marmite.. au lieu de nourrir les vers. Pareille pour la vache, elle produit du lait et quand elle est trop vielle pour se déplacer, elle passerait dans le bouillon.. Concernant les poules, elle pondent des œufs.. même système de régulation il ne faut pas tuer la poule aux œufs d’or tant qu’elle produit puis là encore quand elle est vielle elle finie dans la casserole.. Ça c’est pour les animaux d’élevages.. ensuite il y a la chasse, la pêche, les fruits de mer, le miel des abeilles.. le genre d’activité qui régule la nature.. hors de question de chasser ce qui est rare (mathématiquement plus difficidifficile)... on chasse ce qui est abondant.. On prélève une juste mesure... Comme les indiens d’Amérique avec les bisons.. À suivre..


    • #1475653

      https://youtu.be/dfhMPw6XH0o
      L’égorgement à vif est spectaculaire c’est sure.. Mais il l’est surtout pour les témoins.. pas pour l’animal qui dans un coin d’un champs ne sait pas ce qui lui arrive.. à part la sensation de s’évanouir.. En Islam il est strictement interdit d’abattre un animal devant des enfants... C’est très important à comprendre qu’il y a toujours eu des paysans à travers la planète qui discrètement prenaient un animal hors du troupeau pour achever la bête. Le genre de paysan qui ne comprendrait pas que puisse exister un environnement puant la mort comme l’abattoir.

      Évidemment l’abattoir (la modernité dans toute sa splendeur) ne peut être halal puisque le prophète Mohamed (psl), a dit qu’en faisant le sacrifice de deux bêtes à la suite la seconde n’est pas halal à cause de la détresse infligée. De la même façon : l’utilisation d’un couteau mal aiguisé rend la viande non halal.

      Je veux qu’on se concentre sur le fait que scientifiquement il n’y a pas de douleur.. l’évanouissement survient trop rapidement... Il faut donc bien cerner le débat.. À l’accusation d’ôter une vie animal : nous répondons par l’affirmatif.. Par contre il n’y a pas de souffrance.. Je parle d’une vie paysanne traditionnelle avec un rapport réel avec l’animal.. comme il en existe encore énormément sur terre.
      Réfléchissez sur l’incohérence de « nos » militants. Si j’étais militant pour la cause animale, je militerais pour la viande bio, les poulets fermiers, etc. puisque l’animal est mieux traité !!!

      Si on a réelement pour soucis la souffrance animale (et pas le vegetarianisme ce qui n’a rien à voire) et qu’on s’aperçoit que la méthode d’égorgement, pratiquée en France avant les années 60, est moins douloureuse que l’étourdissement + l’égorgement.. pourquoi ne pas le dire ?!..

      N’es-ce pas un crève cœur de savoir que l’adoption de l’égorgement pourrait réduire la maltraitance animale mais que les associations contre la maltraitance animal n’étant que des associations de végétariens : ce compromis salutaire à bien des niveaux ne pourrait JAMAIS être mis en avant ?

      Ps : si ma critique concernant l’incohérence de la majorité des végétaliens ne vous concerne pas cette critique reste valide..
      Ps : végétarien j’ai déjà donné lorsque j’étais adolescent ; pourtant c’était uniquement le transport, la maltraitance, l’abattoir qui me révoltait.. pas du tout la chasse chez les peuples indigènes.. ni le paysan mangeant sa poule..
      À suivre..


  • #1472508
    le 24/05/2016 par caroline
    Un bilan personnel après un an sans viande

    moi je travaille dans la nature et je peux vous dire que la nature est cruelle, les animaux sont cruels entre eux, ils se bouffent pour pouvoir survivre et je le vois tous les jours ! alors le régime végan me fait bien rire "pour être plus proche de la nature " qu’ils disent ! bah si tu vivais dans la nature mon pote tu changerais vite d’avis ! leur monde de bisounours n’existe pas en vrai !

     

    • #1473933
      le 26/05/2016 par Blatta.Orientalis
      Un bilan personnel après un an sans viande

      On pourrait voir ça autrement. Nous, êtres humains, sommes dotés d’une conscience de nous-même, de la souffrance et de la mort. Nous transcendons cette nature par notre raison ainsi que notre sensibilité. Une de nos grande force (en tant qu’espèce sociale peut-être ?) est la compassion, l’empathie en fait (c’est moins douloureux). A partir du moment ou nous avons fait des recherches empiriques qui peuvent démontrer que nous pouvons nous nourrir sans tuer d’autres animaux tout en restant en bonne santé (certains disent meilleures même..), alors pourquoi s’en priver ?

      Biensur que l’argument naturaliste est un peu ambivalent. La nature est cruelle. Les prédateurs tuent leurs proies pour se nourrir et survivre. Mais ce que veulent dire ces gens là, c’est qu’être "plus proche de la nature" signifie "respecter la nature, ne pas détruire les animaux alors que l’on en a plus besoin avec des méthodes alternatives".

      On en est quand même à l’extermination de masse des espèces animales sur terre, je pense que tu es au courant. Alors on a réussi à transcender la nature d’un côté négatif, à défigurer la planète, la faire surchauffer et à détruire la quasi-totalité de son écosystème. Peut-être pouvons nous faire la même chose mais de l’autre côté.. Avec l’aide de notre savoir, notre "science" (au sens large, je ne parle pas de viande synthétique), notre sagesse, on pourrait essayer de vivre un peu plus en harmonie avec notre nature, sans systématiquement tout tuer et tout détruire... J’sais pas, c’est une idée comme ça ! (surement dans 500 ans, si l’humanité est encore en vie, qu’elle ne s’est pas autodétruite (vive les truites !) elle aura germé... mon idée).


    • #1474406

      On en est quand même à l’extermination de masse des espèces animales sur terre, je pense que tu es au courant.



      Arrêtez le pathos.. et cette usurpation..

      Que faites vous de ce constat ? Lorsque vous dites qu’il y a une situation révoltante vous impliquez que l’on doit prendre conscience de la tournure des choses.. Vous parlez d’aggravation des choses (vous surfez sur la vague : prenez conscience) sans la volonté de revenir à une situation normale mais pour introduire à la place votre utopie : un monde ou tout le monde serait végétaliens..
      Il est évident que si vous étiez au milieu d’une tribu en Amazonie ou autre culture « primaire » vous leur feriez la même « morale » sur la « souffrance » du bifteck !!


    • #1474577
      le 27/05/2016 par Blatta.Orientalis
      Un bilan personnel après un an sans viande

      @Peter

      Prendre conscience me semble être une attitude normale et naturelle pour des êtres doués de raisons. Je dirai même noble...La prise de conscience est à la base de la philosophie et des sciences. Heureusement que je surfe sur cette vague ! Imaginez que je clame : "perdez conscience, prenez confiance !" Mince, on serait en plein Meilleur des mondes Huxleyien ! A nous la dictature, à eux le peuple aveuglé par ce manque de conscience.

      Il me semble, si j’en crois les scientifiques [mais doit-on s y fier ?] - Jamais aveuglément ! - que les choses vont en s’aggravant d’un point de vue écologique. Alors oui, je surf, m’engouffre dans le rouleau et laisse la vague m’ensevelir de sa tiédeur salée. Quel rafraîchissement !

      Revenir à une situation normale ou l’on aurait des exploitations à taille "humaine". Avec des élevages non industriels ou les animaux seraient gentiment élevés et gentiment tués. Bien sur que ce serait une évolution positive. Bien sur que ça me réjouirait de savoir que les grandes usines à fabriquer des cadavres de veaux, vaches, cochons, poulets, etc, - qu’à côté les camps de concentration nazi, c’est la colonie de vacances - [oh ça va, j’ai toujours détesté ça les colonies de vacances ! alors, hein ?] - seraient amenées à disparaître.

      Mais comme nous avons aujourd’hui, dans nos pays développés et technologiquement avancés, les connaissances médicales pointues requises pour savoir si l’on peut en se passant de viande, ne plus avoir aucune carence nutritionnelle. Alors je dis : Mais pourquoi pas tout simplement arrêter de manger de la viande ?

      Ouais ok, la viande est un véritable plaisir gustatif. Une sorte de drogue pavlovienne qui te fais baver comme un canidé qu’à entendu la cloche sonner. Mais si on ne tue les animaux que pour notre plaisir gustatif et non à cause d’un réel besoin. C’est un petit peu léger et un petit peu cruel, non ?

      Pour ce qui est des tribus "primaires", "primitives", j’en passe... Si j’en faisais parti, je mangerai de la viande, c’est certain. On ne crache pas dans la soupe, et quand on est en mode survie, on mange ce que l’on peut pour survivre. Mais pour celà, il n’est pas nécessaire de venir de ses tribus là.. Dans la plupart des pays pauvres, c’est la même chose, avoir une alimentation couvrant TOUT les besoins nutritionnels revient trop cher. Et même en France, manger assez varié et bio reste un sacré luxe, là est peut-être un des fonds du problème. L’argument économique...


    • #1475293

      J’insiste sur le fait qu’il n’est pas surprenant qu’une personne décide de ne plus manger de viande... Là n’est pas le fond de notre problème... Les désirs et les caprices des uns et des autres ne peuvent être pris en compte.. l’urgence est de revenir à une chose plus traditionnelle..

      Mon argument c’est que comme toujours des positions extrêmes finissent par servir de repoussoir à des choses réalisables.. En Angleterre, il y a énormément de stands de défenseurs de la cause animale.. j’ai pu y observé comment le végétalisme et cette noble cause étaient inséparables...

      Quand la majorité des gens seraient pour la protection des animaux, la majorité est également pour manger de la viande.. C’est du pur sabotage... une barrière érigée qui sert les intérêts des groupes de l’agro-alimentaire.. les idiots utiles du système. Je rappel cette âne-ecdoctes d’une végétarienne qui me parlait de la souffrance des sardines... Voilà, ou la réthorique de la culpabilisation amene..

      C’est comme ceux qui pensent qu’en diabolisant les immigrés ils arrêteront l’immigration.. diaboliser les omnivores n’amènera pas à l’arrêté de l’élevage intensif, des mauvais traitements et des conditions transports inhumaines...


  • #1472537
    le 24/05/2016 par In medio stat virtus
    Un bilan personnel après un an sans viande

    Les végétaliens et leur idéologie mortifère* n’ont rien à voir avec l’idée d’une réconciliation nationale. Avec eux, on tombe au contraire dans un système de pensée typiquement mondialiste. "Nous on a raison car on milite pour plus de droits pour les homo/animaux/femmes, les autres sont des fascistes." Finalement on en arrive toujours aux mêmes absurdités qui servent si bien le système. C’est l’Homme le problème : le patriarcat, la violence masculine qui veut manger les pauvres petits animaux innocents…

    L’agroalimentaire à tout à gagner à un passage en forcing au végétalisme contrairement à ce que ce même mouvement proclame. Plus simple à produire ; avec en plus la possibilité de rendre les sols stériles, avec l’exemple d’un coin au Mexique si ma mémoire est bonne, qui ne voulait pas des OGM américains mais qui s’est retrouvé avec des sols stériles -oh ! comme c’est bizarre- et donc condamné à acheter les semences OGM. C’est plus simple de spéculer sur du fourrage OGM et d’en refourguer à une population tellement émasculée qu’elle n’arrive même plus à manger de viande sans tomber dans un sentimentalisme à deux vitesses que de produire de la viande de qualité. Quelle manne pour le système qui par la même peut mettre fin à tout un savoir faire traditionnel et culturel qui fait la particularité de chaque région, sous couvert de bons sentiments. Sans compter l’obsession des vegans pour tuer dans l’oeuf les mangeurs de viandes : Ne plus manger de viande oui ! L’eutanasie et l’avortement oui ! Bah oui puisqu’on vous dit que c’est l’Homme le problème !

    A lire certains commentaires, on croirait que le summum de la société aboutie serait le modèle Indien, et bien non merci et dans tous les sens du terme. Les animaux sont des animaux. L’Homme c’est l’Homme. La France c’est la France. Alors arrêtons deux minutes avec ces pleurnicheries. Retournons à une agriculture et des élevages à taille humaine selon le modèle traditionnel, faites pour nourrir nos populations (et non pas pour exporter et spéculer), ajoutons à cela une consommation raisonnée et locale de viande et le problème est réglé. Quant à ceux qui ne veulent pas manger de viande, n’en mangez pas et foutez la paix à l’assiette du voisin.

    * Pour ceux qui aiment rire ; allez donc jeter un oeil aux discours des antispécistes. Un mélange de Chiennes de garde et de New Age, avec tous les sophismes et envolées hystériques à la clef. ;-)

     

    • #1472842
      le 24/05/2016 par Requiem for a Dream
      Un bilan personnel après un an sans viande

      Enfin un commentaire qui répond à la question du lien, plus que douteux, entre Vegan et Mondialisme. Le veganisme sera dans un futur proche la doxa du mondialisme, c’est déjà inscrit dans les documents d’orientation de l’ONU. Si l’on gratte le vernis idéologique et politique, on voit très vite que l’alimentation dite "Vegan" s’inscrit dans le programme marchand du mondialisme et que ses adeptes sont des gens enrôlés dans un processus dont ils ne mesurent absolument pas l’ampleur, un peu comme les féministes d’antan. Souvent intolérants, je vous parie que demain ils seront encore plus violents que les Antifas.

      Les Vegan défendent un écologisme sans viande, c’est à dire de la décroissance, et le droit du vivant, c’est à dire de l’animal équivalent à l’homme. Il se trouve que pour nos élites, la production de viande devient très peu rentable, ils ont donc créée un nouveau marché économique : le veganisme.

      La cible à abattre est évidemment le terroir français. Voir Pamela Anderson qui est venue faire son show il y a peu à l’assemblée française. Le processus terrible est déjà en marche et je suis édifiée quant à la naïveté des Vegans qui se prennent en plus pour des saints. Ils ne dont que des petits pions qui participent à la destruction de l’identité culturelle des nations.

      Merci ce pour ce très riche commentaire.


    • #1473056

      Souvent intolérants, je vous parie que demain ils seront encore plus violents que les Antifas.




      Il y a déjà un lourd passé d’actions violentes voir terroristes contre les laboratoires pratiquants l’expérimentation animale.. Souvent en s’en fouttant des dommages collatéraux fut-ils des vies humaines.. c’est déjà choquant quand ils s’agit des terroristes habituels mais préférer une vie animale a une vie humaine çà surprend (c’est le moins qu’on puissent dire)...


    • #1473512

      Vous êtes devenu parano ou quoi ?

      L’industrie du lait et de la viande avec les labos pharmaceutiques ( qui vivent par les maladies crées par ces régimes) ne veulent pas un monde végan ou ils seraient des looseurs.
      Vous délirez complétement.

      Même s’il est vrai que les végans souvent n’ont pas de conscience politique, ils ne sont pas dangereux pour l’animal que dire pour l’homme, ou alors faut qu’ils changent leur régime.


    • #1473763

      L’industrie du lait et de la viande avec les labos pharmaceutiques ( qui vivent par les maladies crées par ces régimes) ne veulent pas un monde végan ou ils seraient des looseurs.
      Vous délirez complètement




      Vous êtes fatiguant.. l’industrie fait des produits artificiels et cherchent à supprimer les produits naturelles car par définition leur abondance est infinie..

      Quand on veux vous vendre du lait de soja.. c’est certainement pour un produit qui leur coûte rien et qui nous rapporte pas autant en valeurs nutritionnelles...

      Demain c’est la viande synthétique.. Ils ont essayé d’éradiquer les semences naturelles pour rendre dépendant les agriculteurs.. tout va dans ce sens.. Attali l’a dit : nous serons tous végétariens...

      Quand il sera interdit d’égorger sois même un poulet... quand il sera interdit d’en élever car vous seraient suceptible de le bouffer, ce jour là on sera encore plus dépendant de nos gouvernants pour se nourrir.. Ne faites pas semblant de ne pas comprendre..


    • #1473828
      le 26/05/2016 par In medio stat virtus
      Un bilan personnel après un an sans viande

      @Jay

      1.) "L’industrie du lait et de la viande (...) ou ils seraient des looseurs."

      L’industrie agroalimentaire est tout à fait consciente de ne pas pouvoir répondre à la future demande mondiale en viande, même en conservant les fermes usines façon USA. ça coûte trop cher en eau, en fourrage, en infrastructures, en terrain + spéculation et monopole limité. Les prix de la viande et des produits issus de l’animal sont en chute libre, ses exploitants entrains de mourir. (+Brevet sur un animal impossible ; l’animal est naturel et sa naissance incontrôlée par le système, mais jusqu’à quand grâce aux Vegans ?). Le Système développe ainsi les OGM qui contaminent les autres exploitations et finissent par stériliser les sols qui ne peuvent plus produire autre chose que ces semences OGM brevetées. (c.f. viacompesina) Vous parlez santé ? "(...)que le maïs transgénique pourrait présenter de graves risques pour la santé. (...) rats nourris avec ce maïs présentaient de fortes incidences de cancer et leurs organes vitaux étaient endommagés." (c.f. idem) On retrouve donc tous les éléments qui sont favorable au Système, navré que vous ne soyez pas capable de le voir.

      2.) "... n’ont pas de conscience politique, ils ne sont pas dangereux pour l’animal que dire pour l’homme"

      Vous éludez ce qui vous arrange. Les antispecistes voient l’homme omnivore comme un nuisible. Les animaux sont non pas égaux, mais supérieur. C’est ainsi que ces milieux sont pour le contrôle de la natalité, l’avortement, l’eugénisme, l’euthanasie, la spiritualité façon NewAge. (allez voir Laura Marie si vous voulez rire). Comment le Système peut effectuer un tel virage ? On flatte l’égo en présentant le Vegan comme la pointe de l’évolution. Le nouvel Homme. On instrumentalise les sensibles sans conscience politique, incapable d’aligner deux arguments sans tomber dans le pathos, comme déjà fait avec les féministes, les invertis etc. -Merci de le confirmer malgré vous.- Et ils sont, de ce fait, extrêmement dangereux pour l’animal et pour l’Homme puisqu’ils nous poussent un peu plus vers une dictature mondialiste.

      3.) Une preuve que vous êtes endoctriné ?
      "Vous êtes devenu parano" "Vous délirez complètement"
      A quand le fasciste-nazi-complotiste ? ça pique les yeux de voir des messages aussi vide d’argument sur ER. Essayer donc de mettre votre hystérie de côté et concentrez vos réponses sur les arguments avancés.


  • #1472880

    L’homme est frugivore, son anatomie le prouve. Son alimentation doit donc être composée essentiellement de fruits et de noix, et à la marge, seulement à la marge, quelques produits animaux, à l’exception des laits animaux.
    Il est inutile de nier sa nature, nous sommes des mangeurs de fruits, pas de cadavres, même si ces derniers peuvent nous aider à survivre en cas d’extrême nécessité. Certains ne sont pas sans rappeler les adeptes de la théorie du genre, ennemis constructivistes du déterminisme sexuel, persuadés que malgré sa naissance un homme peut devenir une femme, au mépris de sa nature masculine. Avec eux, grâce à un peu de pensée magique un être frugivore peut devenir s’il le veut un carnassier. Comme un trans-sexuel à qui il suffit de "se sentir femme" pour être officiellement considéré comme tel par l’état civil. Ils sont drôles. Vous leur parlez nature, anatomie, physiologie, évolution, science dure, il vous répondent culture, idéologie et dogmes religieux.

     

    • #1472967
      le 25/05/2016 par Requiem for a Dream
      Un bilan personnel après un an sans viande

      L’homme est frugivore, son anatomie le prouve



      Nous avons des canines et un estomac qui assimile parfaitement la viande depuis l’australopithèque. Des outils de chasse ont été découverts par les archéologues qui datent du Paléolithique inférieur (-2000000). Source : Toussaint-Samat.

      Ce qui prouve que l’homme n’est pas frugivore par essence, sinon il ne pourrait pas digérer la viande, de même qu’on ne peut manger du carton (qui est pourtant d’origine végétale)


    • #1473047

      Inversion accusatoire.. c’est vous qui voulez éradiquer des pratiques millénaires avec vos interprétations bien personnels de la science.. Un peu comme la théorie du genre effectivement..
      Smell the coffee...


    • #1473143

      Où avez-vous pris vos leçons d’anatomie ? L’homme a des canines, oui en effet, et non pas des crocs comme les carnassiers. L’homme a les mêmes canines que les autres primates frugivores, la même dentition dans son ensemble, les mêmes os et le même fonctionnement de la mâchoire, la même composition salivaire, la même langue, les mêmes sucs gastriques, la même forme et la même longueur intestinale, les mêmes muscles du sphincter que les chimpanzés, les gorilles et les orang-outangs. Ceci pour ne parler que du système digestif, la comparaison anatomique ne s’arrête pas là évidemment, vu la proximité génétique. Cherchez de telles similitudes avec n’importe quel animal carnassier, celui de votre choix. Vous ne trouverez rien. Que l’homme ait très récemment acquit une culture carnassière ne change rien à sa réalité biologique, cessez de vous ridiculisez. http://vitalitepaleo.com/wp-content...
      Je crois que la discussion est close. Quand on en arrive aux arguments du type l’homme est par essence un carnassier, la preuve il peut digérer de la chair, ou l’homme ne digère pas le carton donc il est par essence carnassier on n’est plus trop étanche.


    • #1473176
      le 25/05/2016 par Requiem for a Dream
      Un bilan personnel après un an sans viande

      Selon vous, Toto,

      l’homme est carnassier seulement parce qu’il se serait détourné de sa destination primitive. C’est évidemment une énormité car la chair animale nourrit l’homme tout aussi bien que les végétaux. Par la structure de par ses dents, de ses mâchoires, de par son estomac et ses intestins, l’homme tient le milieu entre les frugivores et les carnassiers. Notre consommation multi-séculaire de viande le prouve.

      Nous mangeons avec appétit tous les animaux, depuis le bigorneau jusqu’au faisan ainsi que tous les végétaux, ou presque. Si le créateur, Dieu ou la nature, nous avait destiné à n’être que frugivore, rien ne nous aurait détourné de cette destination.


    • #1473184
      le 25/05/2016 par Requiem for a Dream
      Un bilan personnel après un an sans viande

      Il y a déjà un lourd passé d’actions violentes voir terroristes contre les laboratoires pratiquants l’expérimentation animale.Souvent en s’en fouttant des dommages collatéraux fut-ils des vies humaines.. .



      Dans quelques années nous verront certainement des Femens nouvelle génération qui défendront le Vegan. Elles se jetteront comme des hystériques sur les pauvres citoyens lambda qui se nourrissent d’une faisselle, d’un brie, d’une volaille ou d’un carré d’agneau.

      Il serait bon de surveiller de près ces mouvements Vegan extrémistes qui participent à la marche forcée de la mondialisation. Voulant renier plus de 6000 ans de savoir-faire et de faire-savoir culinaire, ces gens sont de plus en plus souvent dans des mouvances écolo-trotskystes radicales (genre Antifa). Dans un futur très proche nous verrons tout ça, après la consécration du TAFTA qui fera de nous des végétariens. Attali nous a déjà prévenu.


    • #1473501

      Requiem for a Dream et autres du même avis :

      Le problème de base de ton raisonnement c’est qu’il repose sur une vision darwinienne du monde.
      Comme si le point de départ était un homme nu dans la brousse chassant pour survivre.
      Il existe d’autre vision.
      Une intéressante est celle védique qui considère un temps cyclique et non linéaire.
      Avec un age d’or- satya, puis d’argent - tetra, puis de bronze- dvarpa et de fer -kali (le notre) ; le tout en cycles sans fin et sans début.
      L’homme qui mange de la viande correspond à l’age de kali. Dans les temps reculés la civilisation humaine ( tetra et dvarpa) était spirituellement et matériellement avancé et ils étaient essentiellement végétariens (et non végétaliens).
      La base de la civilisation humaine, n’est pas un homme nu dans la jungle dans laquelle il n’aurait jamais pu survivre d’ailleurs, mais une société rurale centrée sur la vache et l’agriculture avec le respect de la vie animale.
      Au satya l’homme vivait dans la forêt, comme un yogi et n’avait pas besoin de civilisation vue qu’il passait son temps à méditer, il était aussi bien entendu végétarien bien que beaucoup ne se nourrissaient que de Prana.
      EN gros et en année.
      kali 432000
      dvarpa : 8400000
      tetra : 1 700000
      satya : 3 400000


    • #1473750

      @jay,
      vous êtes indien très bien. Une question : Jésus, Moïse et le prophète Mohammed consommaient tous de la viande.. Avez vous un problème avec leur vision du monde ? Es-ce que cela vous pose un problème qu’on consomme de la viande (sans excès en respectant au maximum l’animal) ?

      Votre vision n’est pas en opposition avec une vision darwinienne du monde mais avec des fonds civilisationels diffèrents du votre. Dans ce cycle en tout cas l’homme est omnivore.. partout où vous allez.. jusqu’au au fin fond de l’Amazonie.. Que vous choisissiez ce modèle hindou c’est très bien, mais désolé les indiens ne sont pas une référence universelle..


Commentaires suivants