Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Un chanteur accusé de machisme pour avoir protégé une femme

L’imposture féministe au grand jour

Le féminisme idéologique ne défend pas les femmes, bien au contraire. Le chanteur hispanisant Alejandro Sanz vient d’en faire l’expérience.

Il a interrompu son récent concert à Rosario (Mexique) pour réprimander un homme qui, dans les premiers rangs de l’assistance, maltraitait une femme, puis il a appelé la sécurité pour le faire sortir de la salle avant de reprendre son spectacle.

Cette attention pour une femme maltraitée a soulevé l’ire des féministes. Au lieu d’applaudir l’attitude chevaleresque de Sanz, comme l’ont fait la Garde civile, la Police nationale et les vedettes Antonio Banderas et Monica Naranjo, les « féministes » ont critiqué le chanteur l’accusant de « machisme patriarcal ».

L’assaut est parti du collectif « feminiprogre ». Selon ces hystériques, les chansons romantiques d’Alejandro Sanz « sont causes structurelles de la violence contre les femmes » !

De son côté, Alejandro Sanz a déclaré :

« Je n’ai fait rien d’extraordinaire (…). J’ai vu quelque chose qui, je crois, était mal. Je pense que maltraiter quelqu’un n’est pas bien, en particulier si ce sont des femmes, cela me semble bien pire. »

L’Association Femmes unies contre la maltraitance (MUM) ne s’y est pas trompée : « Le geste d’Alejandro Sanz est plus efficace que n’importe quelle campagne », a déclaré sa présidente Carmen Benito.

 


 

Macho :

Gros con pitoyable dont on a dit depuis trente ans tout le mal possible, mais aussi : mâle pudique à l’ancienne qui respectait sa mère, protégeait sa femme et se sentait responsable de ses enfants, soit le contraire de la demi-fiotte actuelle, si fragile et toujours à sa propre écoute, dont les femmes avouent avoir de plus en plus de mal à se satisfaire...

Extrait des Abécédaires de la bêtise ambiante, d’Alain Soral
(citation imprimée sur le maillot « Macho » en vente chez Kontre Kulture)

 

Sur le féminisme, voir aussi :

Revendiquer le machisme défini par Alain Soral,
avec Kontre Kulture :

À lire, chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

19 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Le féminisme d’aujourd’hui est une pathologie mentale dans laquelle l’homme est vu comme un ennemi quoi qu’il fasse.
    Tu frappes une femme comme tu frapperais un homme (selon le principe d’égalité des sexes) ? C’est de la "violence de genre", construite par le patriarcat.
    Tu défends une femme contre une violence ? Tu te comportes comme un sale macho paternaliste et patriarcal qui tente d’établir sa domination, les femmes sont les égales des hommes, elles n’ont pas besoin d’eux pour se protéger.
    Tu n’interviens pas alors qu’une femme est en danger ? Tu assistes lâchement à l’oppression patriarcale des femmes sans agir, car tu tiens à ton male privilege, salaud que tu es.

    Le féminisme, pour les hommes, c’est "pile tu gagnes, face je perds".

    Bref, l’idéologie la plus malhonnête et la plus incohérente que je connaisse. On parle de gens qui veulent l’égalité en réclamant des traitements de faveur, pour situer le niveau.

     

    • En Russie soviétique , les femmes étaient vraiment égales des hommes ( ...enfin , si on veut ).Par exemple , elles bossaient comme cantonnier( e ?)s sur les routes improbables, à boucher à la pelle des nids de poules , et à étaler du goudron ....La propagande les présentait médecins, biologistes, professeurs ....omettant de préciser que c’étaient des boulots faiblement rémunérés, juste bons pour les bras cassés , dont les hommes, qui préféraient les mines ou l’ industrie ne voulaient pas


    • Très bien résumé, libertarien, merci !
      Et c’est une femme qui écrit...
      Personnellement, si je suis maltraitée ou attaquée, j’aimerais bien qu’un homme fort me défende, et je lui en serais très reconnaissante ! Il me semble que c’est du simple bon sens.


    • #1411888
      le 05/03/2016 par Chevalier Lefebvriste...
      Un chanteur accusé de machisme pour avoir protégé une femme

      @ guili guili
      Oui mais c’est bien là que le bât blesse !
      Tu as du bon sens,(...) ce qui n’est pas le cas des féministes, (...) qui ont une pathologie mentale schizophrénique !
      Que Dieu protège les femmes & les hommes de bon sens !!
      Dans ce monde l’hystérie gagne tous les jours du terrain !


    • Tout ce que vous dites très cher c’est ce que nous vivons pour le pire de notre avenir.


  • Donc si je comprend bien ces extrémistes, il aurait fallu qu’il n’interrompe pas la violence faite sur cette femme parce que c’est "sa liberté de femme de se faire rosser" ?


  • Merci à ce chanteur !


  • Avec le féminisme l’homme a toujours tort : si l’homme fait son job il est un affreux macho, s’il est "sensible et gentil" c’est un fieffé lâche. Solution (truc que j’ai trouvé depuis l’année 2009) : fuir les féministes, ne pas discuter avec elles, ne pas sortir avec elles, et les envoyer paitre bien sèchement sitôt qu’on en rencontre pour bien les démonétiser dans leur quête de l’homme qu’elle ne s’avoue pas (et en montrant bien son mépris aristocratique pour leurs "convictions"). Il faut se mettre en condition de rencontrer les vraies femmes (qui souvent lorsqu’elles ne sont pas féministes ont moins de pathologies, sont plus équilibrées et comme par hasard...sont belles).

     

  • Donc selon ce principe, l’agression du métro à Lille, c’était...bien ?

    Décidément, ce féminisme est un cancer en phase terminal...Heureusement on a même pas à forcer avec cette nouvelle souche puisqu’elle s’auto-détruit toute seule !


  • Idéologie complètement tordue !

    Ce que lui reprochent ces "féministes", c’est de ne pas prôner l’idéologie du genre dans ses chansons. Donc d’avoir bien agit mais avec de mauvaises intentions...

    Pour info, Rosario se trouve en Argentine, pas au Mexique. Et ça a l’air tendu en Argentine (voir les videos desinsultes et crachats sur les cathos). Quelqu’un pour confirmer ?

    Au Mexique, les membres de ces assos sont quasiment toutes des lesbiennes bourgeoises à la Fourest, et sont l’objet de beaucoup de blagues, tant leurs "idées" sont perçues comme loufoques (leur hystérie n’arrange rien).

    Voici ce que la majorité des Mexicain(e)s considère comme du féminisme (image affichée par la secrétaire de mon boulot sur le tableau d’affichage) :
    http://me-encanta-escribir.blogspot...

    Un peu plus en phase avec la réalité, non ?

     

    • Oui enfin ça reste une image de propagande, dans la majorité des cas, les femmes ne fichent rien, certaines ne prennent même pas la peine de s’occuper de leur rejeton (je connais un gars qui a divorcé car c’est lui qui faisait tout)
      Bref, je ne me laisserais jamais surprendre par la propagande .


  • Oui, bien sûr : un mec maltraite une fille dans un concert de milliers de personnes et en plus dans les premiers rangs !

    C’est comme ces racistes dans les films hollywoodiens qui exclament des propos intolérables tranquilement au milieu du supermarché, ou au bureau devant tous leurs collègues...

    Je crois que cette affaire pue la com’ pas chère et qui mange pas de pain.


  • « Par exemple , elles bossaient comme cantonnier( e ?)s sur les routes improbables, à boucher à la pelle des nids de poules , et à étaler du goudron »

    A Paris aussi, il y en a toujours sur les trottoirs de certains boulevards.


  • Le feminisme est plus proche de lesbos et des amazones que de la défense des mères de familles !


  • La vache !!!

    On aurait inventé cette histoire juste comme boutade pour dénoncer les dérives envisageables du féminisme MODERNE (je précise bien), on nous aurait assurément ris au nez trouvant ça (fort justement) délirant.

    Et bien voilà on y est ... tu sais même plus si faut rire ou être consterné à ce niveau...