Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Un jour en France : jeudi 2 février 2017

Fillon l’halali, Marianne contre Mediapart, Charles-de-Gaulle en rade

 

Après le chaos terroriste, le chaos migratoire, voici le chaos politique. Avec les affaires qui sortent de partout – on s’y attendait, mais pas à ce point – la France est entrée dans un cycle de turbulences dont on ne voit pas la sortie. Car si Fillon est éliminé en troisième semaine de la série Fillon 2017, alors Macron file tout droit vers le titre. Oui mais voilà : une France à cran acceptera-t-elle d’être dirigée par un banquier, fut-il brillant, de 39 ans ? Autant dire que ça sent la grève générale, et de longue durée. Il y a des limites aux manipulations oligarchiques, merde !

 

Oh, rien de personnel contre le sympathique Manu (Macron, pas Valls, qui a été éliminé en première semaine), mais la lourdeur avec laquelle on nous l’impose a quelque chose de très vexant, d’un point de vue intellectuel. Comme si on était des veaux qui ne voient pas l’entourloupe. Hé, les seigneurs de la France d’en haut, les chose sont changé, il y a l’Internet, les échanges d’information, le « P to P », l’horizontalité, la solidarité des dominés ! On n’est plus en 1950, quand la communication était verticale, à sens unique, sans discussion... le coup de règle sur les doigts !

 

 

Ce jeudi 2 février de l’an de grâce 2017, Fillon s’enfonce dans le marécage, on ne voit plus que sa tête. Il cherche de l’air, mais sur les bords du marais, ça canarde sévère. Pas de pitié pour celui qui voulait – en paroles du moins – remettre la France droit sur ses pieds (droits), soit le catholicisme et le gaullisme, le social ayant un peu disparu entre-temps. Grâce au Fillongate, le Canard enchaîné, qui avait perdu plus de 20% de ses ventes, donc de ses lecteurs, s’est refait une santé. Passant de 300 000 à 500 000 ventes ces deux dernières semaines.

Ce sursaut rappelle celui de Charlie Hebdo, quand la bande à Val & Cabu, ou plutôt la bande à Val, fit son beurre sur l’islamophobie. Les ventes atteignirent des sommets, renflouant les caisses d’un hebdo que plus grand monde ne lisait, tant il avait trahi les fondamentaux de la vraie gauche, l’anti-impérialiste et l’antilibéralisme. On n’ira pas jusqu’à dire que les vieux papis du Canard risquent de finir sous les balles des fillonnistes ultra, s’ils existent, mais cette participation calculée à un lynchage a quelque chose d’amoral.

Cependant, le Canard n’est pas seul dans la curée. Ce soir, Envoyé spécial, l’émission qu’on a épinglée plusieurs fois pour sa soumission grossière à l’ordre dominant et sa fabrication de sujets en service commandé, y va de son petit parpaing sur le supplicié. On se demande si Têtu ne va pas lui/elle aussi embrayer sur la meute, mais ça paraît peu probable. Ce mensuel gay n’a aucune influence (Bergé l’a refilé-e pour un euro), et aujourd’hui, la presse people se charge des règlements de comptes d’alcôves. Il n’y aura bientôt plus de limites dans les révélations : on mélangera le financier, le politique, le relationnel, le sexuel...

 

 

Si la presse se refait une santé sur le dos de Fillon, cela ne l’empêche pas de souffrir. Et quand la paille vient à manquer, les chevaux se mordent les uns les autres. C’est ce qui est arrivé à Marianne et Mediapart, qui sont sensiblement sur le même créneau, la gauche donneuse de leçons, avec un prisme sioniste plus marqué chez Marianne, et une préférence sociale chez Mediapart.

Figurez-vous que Laurent Mauduit, un des cofondateurs du site de Plenel, qui vient d’écrire un livre sur la concentration de la presse (tu parles d’une découverte), a osé un La Face cachée de Marianne, dans lequel, selon l’hebdomadaire papier, le pure player dirigé par Edwy Plenel, ex-journaliste du Monde, règlerait ses comptes avec le journal de la paire Cohen-Péan, qui avait, il y a 14 ans, coulé la réputation du Monde avec la torpille La Face cachée du Monde (200 000 ventes). La phrase est un peu longue, on s’en excuse, mais on voulait insister sur le fait que ça défouraille de partout. On dirait qu’une digue a cédé... que les barrages ont été ouverts, avec des arrière-pensées...

Extirpons-nous de ce marécage, qui réserve de glauquissimes surprises (à ce rythme il n’y aura plus un candidat debout le 23 avril [1]), et partons sur les océeans respirer le grand air marin.
Avec le Charles-de-Gaulle, fleuron de notre flotte de combat. On va freiner sur le lyrisme car notre super-raffiot, il est au garage, et ça va nous coûter la bagatelle d’un milliard trois. Un virgule trois milliard d’euros. Le géant des mers a quelques problèmes intestinaux, voyez-vous. Nous on veut bien payer pour la réparation – de toute façon on n’a pas trop le choix, et puis des casses de Gitans qui rafistolent les porte-avions, ça court pas les banlieues – mais on veut savoir pourquoi. La fierté nationale, d’accord, mais avec les factures.

 

 

C’est Le Figaro – ô hasard, Dassault équipe le CDG en Rafale – qui explique de quoi souffre notre monstre marin, notre mosasaure national. « Selon nos informations, l’opération est programmée pour le 7 février », prédit le quotidien. Il va falloir une grosse table d’opération, ha ha ha ! Bon, celle-là, on la laisse pour Ruquier.

Dix remorqueurs de la marine nationale seront mobilisés. La manœuvre est délicate compte tenu des mensurations du porte-avions, avec ses 261 mètres de long, 75 mètres de haut et 31,5 mètres de large, à la ligne de flottaison (64,36 mètres au niveau du pont d’envol) et ses 42 500 tonnes de déplacement. Son « parking toulonnais » est à peine plus spacieux, avec 275 mètres de long et 46 mètres de large…

Dans Le Figaro, on ne fait pas dans le dithyrambe à deux balles :

Une fois le Charles-de-Gaulle, au préalable désarmé, bien installé au centre du bassin, les équipes de DCNS remettront en place les bateaux-portes en les coulant, à 14 mètres de profondeur, au fond du bassin. Dès lors, on pourra vider « la baignoire » : 177 000 mètres cubes d’eau, soit l’équivalent de 47 piscines olympiques, doivent être pompés afin que le Charles-de-Gaulle repose sur un rail composé de 165 blocs de béton surmontés de bois, appelé « ligne de tins ».

On ne va pas tout mettre, juste vous expliquer que le navire va passer à la 5G, que la cybersécurité va être consolidée (histoire d’éviter l’épisode délicat du contrat des sous-marins Barracuda à l’Australie), que les derniers Super Étendard vont prendre leur retraite (il avait bien servi contre les Anglais pendant la guerre des Malouines) pour être remplacés par 30 Rafale (contre 24 auparavant, comme ça Le Figaro pourra embaucher des journalistes).

Pour calmer les pacifistes, on dira que derrière cette bête de guerre, il y a 4 millions d’heures de boulot pour nos vaillants travailleurs. Les patriotes seront heureux d’apprendre que seuls les États-Unis et la France disposent de porte-avions à propulsion nucléaire. Mais les Chinois arrivent...
Au-dessus de nos guéguerres nationales, il y a le Grand Jeu. Et au-dessus de tout ça, le Cosmos et son insondable mystère.
C’était pour relativiser.

Voir aussi :

22 mai
Un jour en France : lundi 22 mai 2017
France/Brésil en pots-de-vins sous-marins, les gros sponsors du Macron, L’Anne Hidalgo sur la sellette
3
19 mai
Un jour en France : vendredi 19 mai 2017
Spécial « 70e Festival mondialiste de Cannes dans l’indifférence générale »
12
18 mai
Un jour en France : jeudi 18 mai 2017
Les Patriotes de Philippot et ceux du Mossad, Didier Super se moque de l’antifascisme, Patrick Timsit se couvre
13
17 mai
Un jour en France : mercredi 17 mai 2017
Lapix croque Pujadas, Lassalle raconte, le film d’animation français
29
16 mai
Un jour en France : mardi 16 mai 2017
Francis Lalanne contre Valls, Mélenchon lorgne sur le FN, les homos de Tchétchénie
21
15 mai
Un jour en France : lundi 15 mai 2017
La cérémonie de passation de pouvoir entre Hollande et Macron, et l’effondrement du journalisme de cour
28
12 mai
Un jour en France : vendredi 12 mai 2017
Une Brigitte première dame, la France par Sylvain Tesson, les alcoolos punis de RSA
45
11 mai
Un jour en France : jeudi 11 mai 2017
Hidalgo-Aubry-Taubira ou les ruines du PS, Achtung au copyright sur la Shoah, Mélenchon le soviet cong !
14
10 mai
Un jour en France : mercredi 10 mai 2017
Valls mendie devant Macron, Cohen au mercato radio, Bloch patronne d’Inter
15
9 mai
Un jour en France : mardi 9 mai 2017
La France qui fait honte : “foodeuses” du Figaro, “interculturalité” d’Anne Hidalgo, électeurs de Macron “sans adhésion”
14
8 mai
Un jour en France : lundi 8 mai 2017
Le message de la petite Syrienne à Macron, RFI et le massacre de Sétif, la meilleure prof du monde is french
10
5 mai
Un jour en France : vendredi 5 mai 2017
Bürki à poil pour Macron, Doherty pété contre le FN, le Manouche antinazi
29
4 mai
Un jour en France : jeudi 4 mai 2017
Mgr Barbarin se couche, Loran des Bérurier Noir vote Macron, et le vrai Victor Lanoux
30
3 mai
Un jour en France : mercredi 3 mai 2017
La dernière de Kepel, la dernière de Charlie, la dernière de Décodex
15
2 mai
Un jour en France : mardi 2 mai 2017
L’abjection du collabo Stéphane Guillon, Laurent Delahousse et la manip de Yerres, Dany Boon for Macron
23
1er mai
Un jour en France : lundi 1er mai 2017
Macron la récup, la pleurniche des médias, Finky contre le shoah-business
26
28 avril
Un jour en France : vendredi 28 avril 2017
Marine fait de moins en moins peur, Macron de plus en plus
16
27 avril
Un jour en France : jeudi 27 avril 2017
Les deux candidats se préparent au grand débat du 3 mai
17
26 avril
Un jour en France : mercredi 26 avril 2017
Rions un peu entre deux tours : Valls revient, Lassalle chez Hanouna, Attali déraille
11
25 avril
Un jour en France : mardi 25 avril 2017
Autour de la fracture Marine/Macron : Fenech, Onfray, les profs d’histoire-géo
22
24 avril
Un jour en France : lundi 24 avril 2017
Deuil national : finale Hollande/Marine, suicide de la gauche, carte riches/pauvres
45
21 avril
Un jour en France : vendredi 21 avril 2017
Laetitia femme de flic, Molins et le papier tombé, le rapport attentats/élections
25
20 avril
Un jour en France : jeudi 20 avril 2017
Spécial anniversaires : Charles Maurras, Éric Dupond-Moretti, Jean Carmet et Hitler
11
19 avril
Un jour en France : mercredi 19 avril 2017
Tous aux obsèques du PS, 15 minutes pour convaincre, Joséph Macé-Scaron-Fillon
9
18 avril
Un jour en France : mardi 18 avril 2017
Sciences Po Strasbourg, Télécom Paris Tech et Université Lyon 2
9

Notes

[1] et si le peuple vote mal, on imagine même un « attentat » le matin du 7 mai

Sur les incertitudes du présent, les déboires de la presse
et le nationalisme français,
lire chez Kontre Kulture

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

4 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1656664

    En parlant du Monde , un article très objectif qui sort de l’ordinaire Le Monde - A l’Est, l’Eden : portraits d’expats « identitaires »

    Ils sont mécanicien, géomètre, financier… De jeunes Français, se revendiquant, pour certains, comme des « émigrants identitaires », ont choisi de s’exiler en Pologne ou en Hongrie, où ils apprécient l’homogénéité ethnique et culturelle.

    http://www.lemonde.fr/enquetes/arti...


  • #1656865
    le 03/02/2017 par cernunnos
    Un jour en France : jeudi 2 février 2017

    Question : le porte avions Queen Mary Anglais n’est pas à propulsion nucléaire des fois ?


  • #1656955

    L’acharnement sur Fillon, ça commence à être voyant. Ça va finir par servir le candidat...
    lJe pense que les acusations visant Macron, moins médiatisées, visent vraisemblablement à contrer l’accusation de partialité des médias. La focalisation sur l’affaire Fillon assure une faible publicité à l’affaire Macron, tout en rendant cette dernière inopérante pour la suite de la campagne puisque l’effet "révélation" n’existera plus. Du grand art : faire croire à l’impartialité, alors que l’ensemble des faits montre une évidente intention de nuire à la partie adverse.
    Dans la mesure où pas un politique n’est irréprochable moralement (s’il est dans la légalité, c’est déjà bien...), les Français vont peut-être finir par s’intéresser aux propositions pour redresser notre pays.
    Quel intérêt pour les médias et le système d’esquiver les débats de fond ?...

     

    • #1657079

      Ils veulent saboter la campagne ,pour éviter de parler du fond ,en tous cas ce que devrait être une campagne présidentielle (excusez du peu) ,dans la situation ou se trouve la France .Pendant qu’on parle de Fillon ,on occulte le reste ,et on larve les sujets .Tout simplement parce que Macron qui est amené au pinacle ,n’a pas de programme et Fillon gêne pour le deuxième tour face à MLP .C’est une pure mascarade .Et si ils s’amusent trop longtemps à ce petit jeu ,le FN va passer comme une lettre à la poste.