Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Un jour en France : jeudi 22 septembre 2016

La fachosphère de Libé, Cohn-Bendit pour Macron, et la pauvre Sécu

 

Le plan des auteurs du livre sur la fachosphère, et des médias qui le relayent est simple : associer la fachosphère à la haine, plutôt qu’à l’information, terrain sur lequel les journalistes de l’ancien monde ne sont pas à l’aise. Et pour cause : ils travaillent pour une dizaine de gros investisseurs, qui sont les gros acteurs capitalistes français ou multinationaux, et qui n’en ont rien à battre de la vérité.

 

Il y a donc schizophrénie immédiate, pour qui veut creuser un peu son « d’où parlé-je ». Mais comme les spécialistes mainstream de l’ultradroite (ça fait encore plus peur que l’extrême droite, dont plus personne n’a peur, au contraire, car c’est elle qui propose de défendre les Français, ce que la droite et la gauche confondues ne font plus depuis deux quinquennats) s’adressent à un public intoxiqué, il est facile de rester à la surface des choses. Le problème, c’est la cohérence de l’ensemble. Ce qui ne tient pas tout seul demande beaucoup de colle et de clous.

Pour un journaliste de la fachosphère, qui travaille dans le sérieux et la profondeur, les propos de Libération sont excessifs : il n’y a pas de haine, seulement de l’information. Et l’on peut critiquer Taubira et Belkacem sans les traiter de « Noire » ou d’« Arabe », ce qui est exactement l’essentialisme bien pratique appliqué par les journalistes de Libé. Un journal, nous le rappelons, qui pèse moins qu’un gratuit de province, mais qui est payant. Avec un papier triste, quasi transparent, et une « tenue en main » de salade flétrie. Voilà ce que l’oligarchie laisse à un ex-journal de gauche : une forme humiliante pour un contenu commandé. On notera la réduction appliquée à Alain Soral : « entrepreneur conspirationniste ». De la part d’un journal sioniste, qui perd de l’argent, c’est le jour contre la nuit !

 

JPEG - 30.1 ko
Sarkohn

 

Un autre sioniste donneur de leçons – mais au caleçon douteux – bien connu des Français, qui le voient en sympathique démocrate (ah, la force de l’image contre la Raison), c’est Cohn-Bendit, qui a trouvé sur la radio sioniste Europe 1 une petite fenêtre de tir.
Sa grande peur, nous dit-il, alors qu’on lui a rien demandé, c’est que le méchant Sarkozy (son pote) se retrouve au second tour face à la vilaine Marine. Interrogé par un parterre de sionistes patentés sur la chaîne comique franceinfo, le destructeur de la gauche nationale au profit de la gauche internationaliste (comprendre l’oligarchie) prend fait et cause pour Macron.
Quelle surprise, la gauche libertaire soutient le camp de la banque libérale. Y a que les antifas qui n’ont pas encore compris l’arnaque. C’est bien pour ça que le pouvoir les chouchoute et ne les renvoie pas devant la « justice ». Punir la lucidité oblige à récompenser l’ignorance.

 

 

En parlant de vraie gauche, on apprend que la Sécu ne va pas bien, une chanson qu’on entend depuis des décennies. La Sécu est régulièrement attaquée par les médias libéraux, car elle coûte cher à la nation, soi-disant. Or la solidarité, c’est tout ce qui nous reste, face à l’agression libérale quotidienne.

La Cour des comptes a épinglé la Grand-Mère de tous les Français, en pointant ses agents, plus souvent absents que présents, et pas vraiment acharnés au boulot. En même temps, quand on voit le tsunami de pauvreté que ces derniers se prennent tous les jours dans la face, on peut le comprendre. Ceux qui ont accès au « off » de ces fonctionnaire, sont éberlués. Grâce à la réforme libérale, moins d’agents doivent faire face à plus de misère. Le choc migratoire, ils savent ce que c’est, très concrètement.

Conséquence, on y tombe souvent malade, leur taux de maladie est le double de celui des autres fonctionnaires (URSSAF exclue). Nord, Île-de-France et PACA tiennent le pompon en la matière. C’est à l’image de l’absentéisme chez les profs, confrontés à des mômes de moins en moins éduqués, ou éducables. Difficile de les intéresser aux rois de France quand on préfère la console.

 

Petite histoire de la SS (Sécurité sociale), honneur de la France, et honte des États-Unis :

 

Au fond, ce que la Cour des comptes ne dit pas, car elle préconise une énième « stratégie de modernisation », c’est que le chômage massif est à l’origine de toute cette merde. La valeur travail a aussi été tellement attaquée, pour des raisons idéologiques (le travail c’était la soumission au patron), qu’on préfère vivre des minima sociaux. De nombreux demandeurs d’emploi se sont ainsi mués en demandeurs d’allocations diverses. Et beaucoup sont devenus des professionnels de la chose. Ils savent réclamer, quoi réclamer, et à qui réclamer. Et l’argent tombe. Comment bosser après ça ? La France a un problème avec le travail et avec la redistribution. L’argent ne va pas assez à ceux qui travaillent, ce qui n’est pas très incitatif. En gros, les salaires sont trop bas. Et ne nous faites pas dire ce que nous n’avons pas dit, à savoir que les allocs sont trop hautes ! La plupart des retraités vit avec peu, trop peu, les handicapés à 100% ont du mal à joindre les deux bouts, les mères seules avec enfant(s) vivent à la dure…
Ces Français font-ils le rapport avec Sarkozy et Cohn-Bendit ?

 

Prolongez les thèmes du jour avec Kontre Kulture

Voir aussi :

28 septembre
Un jour en France : mercredi 28 septembre 2016
TF1 contre Sarkozy, La Croix contre Le Pen, et Bernard Israël Guetta
13
27 septembre
Un jour en France : mardi 27 septembre 2016
Sarkozy fête Hanouna, Charles-de-Gaulle mission Mossoul, violences à l’hosto
17
26 septembre
Un jour en France : lundi 26 septembre 2016
Hollande dans la jungle, Sentinelle overdose, Mouloud et Kery James
11
23 septembre
Un jour en France : vendredi 23 septembre 2016
La montée du populisme, Juppé rempart de Marine, Macias se casse
22
21 septembre
Un jour en France : mercredi 21 septembre 2016
L’explosion d’AZF, le barrage de Malpasset, et le renseignement
7
20 septembre
Un jour en France : mardi 20 septembre 2016
Le discours de Valmy, Sarkozy le Gaulois, Belkacem contre Wauquiez
10
19 septembre
Un jour en France : lundi 19 septembre 2016
Mr. Robot et le Complot, Didier Porte à Yassine Bellatar, la charria française
11
16 septembre
Un jour en France : vendredi 16 septembre 2016
Fabien Clain le "radicalisateur", le centre de déradicalisation, et la mort du Famas
20
15 septembre
Un jour en France : jeudi 15 septembre 2016
Trévidic pas logique, mixité logicielle au collège, Sisco ville d’amour
8
14 septembre
Un jour en France : mercredi 14 septembre 2016
Hidalgo et la pollution, la loterie des migrants, l’espérance de vie
9
13 septembre
Un jour en France : mardi 13 septembre 2016
Eugénie Bastié contre Barthès-Hanouna, Riss et Lhermitte contre Twitter, et Alstom
16
12 septembre
Un jour en France : lundi 12 septembre 2016
Ligne SNCF Lille-Israël, lasagnes chez Charlie, et Dalaï CIA Lama
15
9 septembre
Un jour en France : vendredi 9 septembre 2016
Cukierman vs Soral, Libé vs Mélenchon, Finchelstein et Hollande
5
8 septembre
Un jour en France : jeudi 8 septembre 2016
Mélenchon sourd, éleveurs vs Carrefour, Houellebecq pour Marine
27
7 septembre
Un jour en France : mercredi 7 septembre 2016
Carolis balance Sarkozy, l’armée recrute, Gayet refuse le sexisme
9
6 septembre
Un jour en France : mardi 6 septembre 2016
Guaino à Sainte-Anne, Zemmour contre l’islam, Marseille-sur-Morts
12
5 septembre
Un jour en France : lundi 5 septembre 2016
Onfray TV, Cahuzac balance Rocard (mort), Cyrille Eldin fasciste
6
2 septembre
Un jour en France : vendredi 2 septembre 2016
Le procureur Molins, la question du Christ et la taxe anti-calories
13
1er septembre
Un jour en France : jeudi 1er septembre 2016
Rama Yade 1er, les proviseurs militaires, Barré et les Arabes
34
31 août
Un jour en France : mercredi 31 août 2016
Le Mont-Blanc, le déchireur de chemise, Richet et Mel Gibson
14
30 août
Un jour en France : mardi 30 août 2016
Macron démission, Chevènement contre Cohn-Bendit, et Canal+
12
29 août
Un jour en France : lundi 29 août 2016
Primaires à droite, Burkini et Cénacle
25
14 juillet
Un jour en France : jeudi 14 juillet 2016
354 Légion d’honneur, 1 600 profs français, 1223 Philippe Auguste
10
13 juillet
Un jour en France : mercredi 13 juillet 2016
Virenque roi du Ventoux, le défilé militaire, le coiffeur du président
14
12 juillet
Un jour en France : mardi 12 juillet 2016
Les Français à découvert, le désert médical, c’était mieux avant
19
 
 






Alerter

17 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #1562930
    Le 22 septembre à 19:40 par panic-groom
    Un jour en France : jeudi 22 septembre 2016

    les mères seules avec enfant(s) vivent à la dure…



    Vous n’allez pas nous faire pleurer sur leur sort. Si elles étaient mariées, elles vivraient un peu moins à la dure. Et oui, mes chères, les célibattant(e)s, ça n’existe que dans les pub ; dans le monde réel, le célibat, hormis si tu restes dans ta famille (en priant pour que tes parents meurent après toi) ou que tu rentres dans un ordre religieux très solidaire, ce n’est pas un choix de vie, mais bien une calamité.
    Enfin bon, le plus triste là-dedans, ça reste quand-même le devenir des enfants, eux n’ont rien demandé.

     

    Répondre à ce message

    • #1563039
      Le 22 septembre à 21:48 par Hippolyte
      Un jour en France : jeudi 22 septembre 2016

      Mon gars je te permet pas de manquer de respect à ces filles qui pour la plupart n’ont pas choisi leur situation, et crois pas que le mariage soit une solution, qui selon toi voudrait demander en mariage une jeune femme (car ce sont souvent des jeunes) qui vient d’avoir un gosse ?
      Tu le ferais toi, par pure charité chrétienne ?
      Sûrement pas, les mères célibataires ça existe depuis très longtemps et il fut un temps pas si lointain où celle-ci devait se prostituer pour survivre. Écoutes Les Crayons de Bourvil pour t’en convaincre.

      Et ça ce sont seulement les pauvres filles qui se sont faites engrosser par un lâche qui n’est pas foutu d’assumer.

      Dans la suite de réflexion envisage un peu les mères divorcées d’un mariage pauvre et qui doivent se démerder au jour le jour pour survivre.

       
    • #1563095
      Le 22 septembre à 22:44 par Borderline
      Un jour en France : jeudi 22 septembre 2016

      Oui enfin on peut tout de même pointer du doigt un dysfonctionnement qui peut aussi venir de la femme, par manque de sérieux, ou de solidarité familiale. Même si l’homme garde bien évidemment sa responsabilité dans l’hisoire.

      Ne soyons pas dichotomique.

       
    • #1563136
      Le 22 septembre à 23:56 par Kamino
      Un jour en France : jeudi 22 septembre 2016

      Commentaire dont on se serait bien passé. Vision par le petit bout de la lorgnette. Vous êtes surement en couple et heureux (ou pas). Grand bien vous fasse. Nous, les célibataires, en dehors de payer plein pot pour tout, on ne vit pas tous comme çà par jouissance du célibat. Vous avez votre vérité, nous, on a nos expériences. Et oui, si j’en rencontrai une, de celles que vous critiquez, je pourrai lui proposer le mariage, par amour. Et même l’adoption de ses enfants. D’une pierre deux coups, pour elle, et pour moi. En attendant, on passe pour des bêtes de foires par des gens comme vous. Au prochain coups, réfléchissez à vos arguments, avant de dénigrer tant de personnes, qui ont, souvent, déjà étés pas mal blessés par la vie.
      En vous remerciant.

       
    • #1563211
      Le 23 septembre à 07:26 par Hippolyte
      Un jour en France : jeudi 22 septembre 2016

      @Kamino

      Je crois que nous nous sommes mal compris, si toutefois c’est à moi que vous vous adressez, je mettais simplement en avant que le fait de se marier ne résous pas les problèmes comme par magie, une situation aussi compliquée qu’élever un enfant seul(e) ne devient pas aisé par le simple fait de se marier.
      Ensuite vous avez aussi vos vérités, car je ne suis pas en couple non plus.
      Enfin j’aurais toujours beaucoup de respect pour une mère qui met un enfant au monde, célibataire par choix ou par obligation, justement parce qu’elle n’a pas choisi la solution de facilité.
      Par le travail de mes parents je vois depuis très jeune des filles, et non pas des femmes, qui doivent abandonner leurs enfants parce qu’elle ne peuvent s’en occuper dignement, quand on a 16 ans voire moins c’est certainement compliqué cela dit. Souvent mises enceintes par des mecs qui leur ont promis la lune et qui se sont barrés à la première occasion, souvent plus vieux d’ailleurs.

      Veuillez excuser une argumentation partiale due à mon expérience personnelle, mais j’ai vu trop d’injustices comme celle-ci pour être neutre.

       
    • #1563256
      Le 23 septembre à 09:18 par Dam Ned
      Un jour en France : jeudi 22 septembre 2016

      On ne décide pas de retrouver un mari comme on décide de retrouver un travail. Seules les religions présentent le mariage comme un devoir. Vivre seul(e) ne peut être considéré comme une faute...

       
    • #1563340
      Le 23 septembre à 11:43 par Richard Coeur de Fion
      Un jour en France : jeudi 22 septembre 2016

      @ Dam Ned

      "On ne décide pas de retrouver un mari comme on décide de retrouver un travail. Seules les religions présentent le mariage comme un devoir. Vivre seul(e) ne peut être considéré comme une faute..."

      Hors la santé financière point de salut. Il y a longtemps que l’amour - rare en soit - n’habite plus le mariage. L’a t-il d’ailleurs jamais habité par delà les conivences des alliances de riches ou de pauvres, c’est égal.

      Vivre seul est un bonheur ; aucun rôle abêtissant à tenir. Ce que l’on redoute dans la solitude c’est de se trouver en Vérité, cette grande Salope qui pas plus ne vous punit ou ne vous récompense. Et qui vous contraint au fait de ne pas vous engager dans ce que vous savez ne pas pouvoir assumer. C’est-à-dire, être un autre que soi. Combien, parfois on est seul parmi les autres. Surtout lorsqu’ils poussent la délicatesse du sadisme jusqu’à la pourriture ; on pourra toujours faire du fumier de l’engrais naturel.

       
    • #1563418
      Le 23 septembre à 14:04 par panic-groom
      Un jour en France : jeudi 22 septembre 2016

      @ Kamino & Hyppolite

      Désolé, mais ça ne marche plus, ça !

      Le coup de la pauvre victime qui s’est faite abandonner par son homme, c’est minoritaire.
      Tous les avocats spécialisés dans le divorce vous le diront : l’écrasante majorité des ruptures et des divorces se font à la demande de la femme.
      Et si on recoupe ça avec ce que disait Soral sur le fait qu’aujourd’hui beaucoup de femmes des classes populaires font exprès de tomber enceinte pour échapper à la mendicité et pouvoir vivre des deniers publics sans se poser la question de ce qu’il se passera lorsque cette manne sera tarie, je vous le répète encore une fois : vous ne me ferez pas pleurer sur le sort (mise-à-part peut-être pour les enfants qui n’ont rien demandé).

      Pendant les débats sur loi sanctionnant les clients de prostituées : quand on demandait ce devront faire les hommes qui ont un besoin sexuel à soulager, on a répondu très doctement : "Ils n’ont qu’à se retenir !" Très sage conseil que voilà et que j’aimerai bien voir les femmes françaises s’appliquer à elles-mêmes autant que pour les hommes. Si les femmes ne doivent pas être des jouets sexuels, les enfants n’ont pas à servir d’appât à allocation. En période d’austérité, on ne fait pas de mômes, on se retient, et si on en veut absolument...ben, on oublie 5 minutes son nombril et on ne vole pas de lit en lit, on se fixe avec celui avec qui l’on est, point !

      L’appauvrissement global des européens va apporter un certain nombre de changements sociétaux : moins de matérialisme, moins d’individualisme et celui-là en fait partie aussi. La libération sexuelle, c’est du passé ou bien c’est réservé aux riches, faudra vous y faire.

      Quant aux cas de mères de famille qui doivent recourir à la prostitution, j’y pensait justement : que croyez-vous que toutes ces sémillantes célibattantes vont devenir lorsque Juppée/Sarko/MST/Fillon feront leurs milliards d’économie sur les dépenses publiques ? Et au passage, ils deviennent quoi les enfants dans cette situation ?

      Allez donc voir en Grèce ce que sont devenues toutes ces mères célibataires.
      Je le répète, en période d’austérité : faut apprendre à se retenir.

       
    • #1563998
      Le 24 septembre à 07:58 par yankee98
      Un jour en France : jeudi 22 septembre 2016

      @Hippolyte,

      mon gars, ta permission on s’en passera.

      Mettre un enfant au monde est une responsabilité trop lourde pour les cruches qui se pensent indépendantes.

      C’est un problème de salubrité sociale car ça donne des gens avec une case en moins une fois adultes !

       
  • #1563043
    Le 22 septembre à 21:53 par H.M.
    Un jour en France : jeudi 22 septembre 2016

    Il n’y a pas de raison pour que ces connards soient les seuls à coller des étiquettes infamantes aux gens qui ne sont pas d’accord avec eux. On pourrait, nous, parler de "collabosphère" pour ces torchons que nous finançons malgré nous. Je trouve que ça leur irait bien.

     

    Répondre à ce message

  • #1563062
    Le 22 septembre à 22:14 par xaccrocheur
    Un jour en France : jeudi 22 septembre 2016

    Putain les comms sous l’article de Libé ! Tous les commentaires wah je pensais pas voir ça de mon vivant sérieux. Cette guerre est un é-chec :)

     

    Répondre à ce message

  • #1563107
    Le 22 septembre à 23:07 par Marko
    Un jour en France : jeudi 22 septembre 2016

    Cohn-Bendit pour Macron, un trotskiste pour un libéral : Soral a raison.

     

    Répondre à ce message

  • #1563285
    Le 23 septembre à 10:04 par Toutatis
    Un jour en France : jeudi 22 septembre 2016

    "Petite histoire de la SS (Sécurité sociale), honneur de la France, et honte des États-Unis"



    Vraiment dommage de toujours (et encore) dénoncer les conséquences dont on chérit les causes !
    Le seule définition intelligente et sereine de la sécurité sociale, je l’ai lu chez Pierre Lance, exposée dans la revue dont il est le rédacteur en chef "L’Ere Nouvelle", je cite :
    "Notre système dit de "protection sociale" consiste à taxer le travail, l’invention, l’initiative, la prévoyance, le courage, la vigilance et la sobriété, afin de subventionner l’insouciance, l’imprudence, l’irresponsabilité, l’intempérance et la gloutonnerie. Un biologiste vous dira qu’un tel système de sélection négative maintenu au sein d’une population durant plusieurs générations ne peut aboutir qu’à la dégénérescence globale de cette population et à sa disparition du monde vivant à plus ou moins brève échéance." Pierre Lance.
    Et pour avoir une idée de ce qui est possible, je conseille la lecture de l’article "La sécurité sociale est-elle une calamité ?" du-dit Pierre Lance, dans "l’Ere Nouvelle" n° 220 de mars/avril/mai 2015.
    Nous vivons les fruits de plus de 50 ans de sécurité sociale. C’est aux fruits qu’on reconnaît l’arbre mais qui veut ouvrir les yeux aujourd’hui ?

     

    Répondre à ce message

  • #1563324
    Le 23 septembre à 11:05 par Flox74
    Un jour en France : jeudi 22 septembre 2016

    Quitter un mari violent avec ses enfants sous le bras, tu mets ça dans quelle catégorie ?
    Alors oui après tu te débrouilles pour vivre seule avec tes gosses et jouer à la fois le rôle de mère ET DE PÈRE.
    L état nous aide, je remercie mon beau pays providence, j en ai bénéficié le temps qu’il a fallu.
    De l autre côté, faut avouer, il n y en a pas beaucoup autour de moi qui ont eu envie de S engager pour une nouvelle vie de couple.
    Tu sais pourquoi ?
    Femme de ménage ça jette pas assez.
    Même mignone et drôle.
    Au bout du compte je suis plutôt fière d avoir relevé la tête...et d être mon propre patron. Fière d aimer bosser, d avoir su garder tout de même à mes enfants l amour pour leur papa.
    Célibataire. Oui, c est bien dommage. Mais humainement, j ai gagné plus que je n ai perdu.
    Et merci à mon pays la France de m avoir offert une jeunesse de paix et d abondance.

     

    Répondre à ce message

  • #1563377
    Le 23 septembre à 12:57 par Soralien
    Un jour en France : jeudi 22 septembre 2016

    Ces neuneus parlent de "fachosphère" et ils y mettent une croix ?!
    Si on avait mis un croissant ou une étoile , ,cela aurait fait 48H de BFMWC .
    J’ose ésperer que des asociations sont en train de monter le dossier pour porter plainte .

     

    Répondre à ce message

  • #1563728
    Le 23 septembre à 20:20 par ursus
    Un jour en France : jeudi 22 septembre 2016

    A propos du "rapprochement" entre Con-Bandit et Maquereau : on semble découvrir une certaine connivence entre le trotskysme et le capital !
    Allez, encore un petit effort et la prochaine étape sera : la connivence entre le marxisme et le capital international... je ne désespère pas !

     

    Répondre à ce message

  • #1563739
    Le 23 septembre à 20:33 par ursus
    Un jour en France : jeudi 22 septembre 2016

    Je vois que le débat sur les mères-célibataires est assez "tendu" !
    Il y a une diversité de situations et une diversité de causes a tout cela.
    Le féminisme a sa part de responsabilité, l’homme immature et égoïste, la femme à la recherche du nouveau... tout ceci avec la bénédiction du marché pour qui une famille désunie représente un potentiel marchand supérieur.
    Et pour être complet, il y a un "marché" de la mère célibataire : c’est la nouvelle forme du marché aux allocs (bien connu depuis des dizaines d’années)...
    Brièvement, un homme (étant le père génétique ou non) prend sous sa "coupe" plusieurs mères-célibataires et demande, en échange de sa "protection sociétale" une petite partie des diverses allocations distribuées par l’Etat pour ses "dames"... ça me fait penser à quelque chose, mais quoi ?
    Et ce ne sont pas des élucubrations !

     

    Répondre à ce message