Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Un jour en France : jeudi 6 octobre 2016

33 prisons Valls, Anne Hidalgo sans-abri, banksters de France

 

Il y avait longtemps – en unités de temps médiatique – qu’on n’avait plus entendu parler de lui. C’est vrai qu’avec tout ce que les socialistes se prennent dans la gueule aujourd’hui, il vaut peut-être mieux rester chez soi. Mais le frétillement des ambitions à « gauche » force le louvon à sortir du bois. Manuel Valls se sent un destin présidentiel, comme nous on sent la pluie acide arriver.

 

Pour cela, Manu doit durcir son discours, dégauchiser son positionnement, ne pas trop déplaire à gauche (« je suis la gauche réaliste »), et plaire un peu à droite pour récupérer les voix de vraie gauche (sociale) perdues. Macron, lancé dans les pattes du Manu par Hollande, est en train de lui bouffer tout le créneau « nouvelle gauche » copine des patrons et de l’oligarchie, celle qui peut financer une campagne. Ça, pour le coup, le Macron, il va pas avoir de difficultés à payer ses meetings, quand il se lancera. C’est pas le cas de Poutou ou Gluckstein. Mais revenons à Samuel Valls, l’ami du CRIF et d’Israël.

 

 

Sa nouvelle idée pour sauver la France, c’est plus de prisons, 33 exactement, et 28 « quartiers de préparation à la sortie  ». Un marronnier de droite/gauche en France depuis 30 ans. Chacun sait que nos prisons sont sordides, qu’elles sont surpeuplées, qu’il s’y développe un salafisme bien dangereux, mais les gouvernements successifs s’assoient sur la couscoussière. Ça bouillonne, ça fume, ça brûle. 140% de taux de remplissage, la peine de mort qu’on jette par la porte mais qui revient par la fenêtre (suicides, meurtres), la vétusté, la violence (4 000 agressions sur gardiens), entre un quart des détenus qui auraient largement leur place dans des hôpitaux psychiatriques, oui mais voilà, les HP dégraissent aussi depuis quelques décennies. Donc pas de solution à terme de ce côté-là. Hypocritement, la France, visée par l’Union européenne, qui voudrait voir son droit de l’homme appliqué partout, conserve une prison dégueulasse et violente pour une seule double raison : c’est à la fois économique, et dissuasif.

 

 

L’accompagnement, la gestion des sorties, tout ça, on s’en fout. C’est le « social » qui paiera. Seuls les gardiens de prison savent que la situation est explosive, que les budgets « politiques » promis n’arrivent jamais, car le peuple ne voudrait pas que les taulards soient traités humainement. Parce que sinon, à quoi ça servirait d’être libre, si les salopards en taule nagent dans le confort, comme en Suède ? Hein ? Aucun homme politique n’ose « humaniser » la prison française ; du coup, le merdier persiste. Quant aux ministres qui veulent construire des prisons, ils se heurtent à « leurs » députés qui ne veulent pas infliger ça à leurs administrés locaux. C’est toujours la même chanson : ça réclame de la poigne à l’Assemblée, et ça change de chanson dans la circonscription. On n’est pas sortis de l’auberge à barreaux.

 

JPEG - 181.3 ko
Les SDF privatisent les trottoirs parisiens

 

On reste dans le mieux-disant social avec l’idée géniale de l’Anne de Paris. Écoutez bien, parce que des idées comme ça, on en a une par siècle, en moyenne : le maire veut tout simplement – il fallait y penser – trouver des abris aux sans-abri ! Le « budget participatif » de Paris c’est un peu la foire aux idées, 219 au total, dont la première se voit offrir un budget de 5 millions d’euros. Cette année 2016, ce sont les SDF qui ont gagné, sous la forme d’ « abris temporaires et mobiles ». Des caravanes ? Des corbillards ? Des vieux bus de la RATP ? Des sanisettes à pédales ?

En tous les cas, Anne est très fière de la participation citoyenne des Parisiens, qui ont été 160 000 à voter (électroniquement). Cinq bâtons pour les cloches, ça mange pas de pain, et ça remonte le moral des bobos, qui passent tous les jours en rollers ou en Vélib devant les morts-vivants du libéralisme, dont les bobos sont les représentants achevés. On s’achète une conscience… Cinq millions, pour vous faire une idée, sur le million de foyers fiscaux parisiens, ça fait 5 euros par foyer et par an. Autant les donner directement aux zonards, non ? Ah non, on risque d’attraper des puces, voire des rats, ou de se faire engueuler à cause du vin mauvais. Mieux vaut faire son action de grâce socialiste via l’Internet et la mairie. La misère, OK pour la « traiter », mais loin de moi.

Pour vous donner une idée de la hiérarchie des solidarités au Boboland, le projet arrivé en second c’est des chiottes plus propres. Alors évidemment, c’est dit de manière plus ampoulée, mais ça revient à ça. Le cul des bobos ne doit pas se poser là où le cul douteux des clochards peut rester collé. Quelle fameuse idée que d’associer les Parisiens à ces avancées sociales majeures !

 

JPEG - 27.7 ko
Retraits en liquide

 

Tout est dans le pognon, et le partage. On veut bien donner 5 euros par an aux putois humains, – le prix d’un sandwich bio – mais point trop n’en faut. Il est vrai que les Français gagnent moins qu’avant. Précision : ils ne gagnent pas moins, car les salaires augmentent doucettement, mais ce Pacman de Coût de la Vie grignote encore plus vite les avancées économiques et sociales. Depuis l’avènement de cette saloperie d’euro, les Français ont dû perdre dans les 20% de pouvoir d’achat. Bien sûr, tout est masqué, l’INSEE, le gouvernement et les médias se gardant bien de valider ce que tout le monde sait, sent et voit.

En 2016, un tiers des Français a du mal a finir le mois, et termine en rouge sur son compte bancaire. Généreuses, les banques se gavent en frais divers, que la majorité de leurs victimes ne conteste pas. On est pauvre, on va pas en plus réclamer du respect à la banque ! Eh bien si. Ne pas hésiter à traiter son banquier de voleur quand il sait que vous allez recevoir un virement, mais qu’il vous compte malgré tout 8€ de frais par prélèvement refusé (chez AXA Banque, pardon, TAXA Banque). Même pour des prélèvements de 3 euros ! Tout fait ventre ! Quant aux chèques, cette espèce de petit crédit fragile, mieux vaut pas en parler. LCL peut facturer 100€ un chèque refusé pour une petite provision manquante ! La banque française se gave sur le dos des pauvres, et il n’y en a pas une pour sauver l’autre. Toutes font leurs sales calculs en douce : elles gagnent sur les comptes grassouillets, elles gagnent sur les maigrelets. La pauvreté, finalement, est une source de profit comme une autre, pour eux. Tout est bon pour faire chuter le client.

Il y a un rapport entre la situation économique de la France, globalement fragile – même si on n’est pas (encore) la Grèce – et le comportement des banques, vis-à-vis des particuliers et des entreprises. Il n’y a pas d’aide, pas de confiance, pas de prise de risque. Nos banquiers sont des voleurs, et des sans-couilles. Aux États-Unis, au moins, malgré l’acharnement libéral, un nobody qui a une bonne idée et du courage peut entreprendre. Ici ? Lâche tout de suite l’affaire, la banque ne te lâchera pas un kopeck, et après, on se plaint d’avoir 6,6 million de chômeurs. Tiens, comme en 33 en Allemagne.

 

Prolongez les thèmes du jour avec Kontre Kulture

Voir aussi :

23 février
Un jour en France : jeudi 23 février 2017
Rire contre l’homophobie, Décodex et le charlot, Fillon sous contrôle
9
22 février
Un jour en France : mercredi 22 février 2017
Théorie des dominos à gauche, Francis CRIF Kalifat sur RTL, Kevin Razy transféré
4
21 février
Un jour en France : mardi 21 février 2017
Casseroles des candidats, électeurs dégoûtés, pouvoir profond à poil
10
20 février
Un jour en France : lundi 20 février 2017
Ribéry chez Théo, Hamon non à Mélenchon, France 2017-Allemagne 1933
14
17 février
Un jour en France : vendredi 17 février 2017
Le clown Hollande à Ivry, la gauche en banlieue, Marine Le Pen au Liban
6
16 février
Un jour en France : jeudi 16 février 2017
Macron l’Algérien, les devoirs payants, tuberculose et pauvreté
15
15 février
Un jour en France : mercredi 15 février 2017
Morano casse Fillon, Dugarry casse le PSG, Pascal Lamy casse le pays
6
14 février
Un jour en France : mardi 14 février 2017
Spécial Saint-Valentin : chasse, pécho, nature, sexe et social
45
13 février
Un jour en France : lundi 13 février 2017
Émeutes anti-médias, le Système perd le contrôle, Sopo et le ghetto
18
10 février
Un jour en France : vendredi 10 février 2017
Caméras sur policiers, Big Data contre Nous, Canet chez Mouloud
11
9 février
Un jour en France : jeudi 9 février 2017
Les étoiles Michelin, Renaud renie Fillon, la mort du Grand Journal
13
8 février
Un jour en France : mercredi 8 février 2017
Davet & Lhomme balancent (Fillon), Cambadélis coule, Olivia Ruiz "chante"
22
7 février
Un jour en France : mardi 7 février 2017
Hollande chez Théo, les Fillon canardés, Hanouna à l’Élysée
53
6 février
Un jour en France : lundi 6 février 2017
Le 6 février 1934, explosion médiatico-politique, Linky mon ami
15
3 février
Un jour en France : vendredi 3 février 2017
L’humour sur Fillon, les Roms chez Christian Clavier, les Roms en vrai
20
2 février
Un jour en France : jeudi 2 février 2017
Fillon l’halali, Marianne contre Mediapart, Charles-de-Gaulle en rade
4
1er février
Un jour en France : mercredi 1er février 2017
Fillon 2017, élimination en milieu libéral, Dany Boon contre le FN
24
31 janvier
Un jour en France : mardi 31 janvier 2017
Fillongate, Macrongate, Marinegate
36
30 janvier
Un jour en France : lundi 30 janvier 2017
Partouze pour tous (justice nulle part), colère bourgeoise, Hamon le Palesto
11
27 janvier
Un jour en France : vendredi 27 janvier 2017
Fillon dans le dur, Benoît « Bilal » Hamon, les interdits de vote
15
26 janvier
Un jour en France : jeudi 26 janvier 2017
Le PS vote mineurs, Jawad insulte le juge, Cohn-Bendit regrette
16
25 janvier
Un jour en France : mercredi 25 janvier 2017
Ribes contre Trump, Les Inrocks contre Marion, Les César contre Nocturama
18
24 janvier
Un jour en France : mardi 24 janvier 2017
Fessenheim et Hollande, Macron et Assad, Valls/Hamon et l’islam
3
23 janvier
Un jour en France : lundi 23 janvier 2017
Primaire en Outre-mer, mannequins maigrichons, Cyrille Eldin "merdeux"
9
20 janvier
Un jour en France : vendredi 20 janvier 2017
Procès de la Grande Borne, carton pour Le Drian, pauvre Science
7
 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

6 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1573692
    le 07/10/2016 par serpolet
    Un jour en France : jeudi 6 octobre 2016

    L’Israélien Drahi semble être le principal soutien de Macron .

     

    • #1573992
      le 07/10/2016 par goydrake
      Un jour en France : jeudi 6 octobre 2016

      Vous oubliez le marchand de pantalon unijambiste Shylock Attali, qui voit en lui un futur présidentiable.
      Par contre, en qui concerne El blanco tremolo, je ne vois pas bien qui est le sien, Fredo Hazazie, Roger Crif du mal, ou Béchamelàlaïl.
      Dans tous les cas, ils servent les mêmes docteurs Jabuse de la loi.


    • #1574449
      le 08/10/2016 par Yankee98
      Un jour en France : jeudi 6 octobre 2016

      Le principal ou le seul ?

      Parce que là, même le clan Rothschild n’en veut plus.


  • #1573811

    Valls la tremblotte ,et toute la bande socialopes vont faire leurs promesses électoralistes comme tout les 5 ans ,mais bon au point ou on en est çà va pas le faire ,ils sont empêtré dans leur primaire comme avec leur copains de toujours , la droite. On dirait un étal de poissonnier devant des poissons pas frais en train de crier : elle est belle !! ,elle est belle !! pour l’intox ,c’est maintenant .


  • #1573816
    le 07/10/2016 par Gavroche
    Un jour en France : jeudi 6 octobre 2016

    Les parisiens en prennent de plus en plus plein la gueule pour pas un rond, c’est systématique et pas très fin mais bon.
    Ceux qu’on appelle un peu vite "bobos" sont en réalité une majorité de salariés du tertiaire (banques, assurances, marketing) n’ayant jamais connu d’autre bohème que celle de la chanson d’Aznavour.
    Le petit peuple de Paris, celui qui rame chaque mois pour payer son loyer - certes il pourrait s’exiler en banlieue, mais il n’a juste pas envie de passer 20h par semaine dans sa bagnole qu’il ne peut pas se payer, bref ce petit peuple-là vous salue bien.
    Pénible...


  • #1573906
    le 07/10/2016 par Pamfli
    Un jour en France : jeudi 6 octobre 2016

    Depuis que Trump a balancé que la France n’était plus la France et plus particulièrement Paris, véritable poubelle, un chaos socialo, L’Anne de Paris se bouge pour trouver des abris pour les SFDs, c’est comme L’homme mondial dans tous ses états qui a pioncé depuis qu’il est haut fonctionnaire inconsistant, incompétent, fainéant de son état :
    « Hollande veut résoudre la "crise de sens" que traverse l’Europe »
    http://www.lefigaro.fr/politique/le...
    « ... Et d’assurer que "la France va défendre le concept de l’Europe, qui n’est pas simplement la défense d’un marché ou d’une place financière". »
    L’Ennemi de la finance est de retour, ils vont trembler les banquiers et autres multinationales !