Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Un jour en France : lundi 21 novembre 2016

Primaire loupée sur France 2, Patrick Cohen sur liste noire, Le Monde anal

 

La soirée s’annonçait belle : un Delahousse en grande forme, avec sa mèche rebelle et ses questions sympas, une finale annoncée entre Juppé et Sarkozy, soit le gentil et le méchant, des invités de marque, du people, de l’expert et du sondeur. Le secret des ambiances réussies. Et plaf ! La couille. Le peuple de droite (expression nouvelle) qui se déplace et porte le François du Mans – pas le François de Tulle – sur le bouclier arverne de la victoire. Et avec un score qui mettra une heure à devenir réel : 44% des voix.
Le choc.

 

JPEG - 140.2 ko
Grassement payés pour dire de grosses conneries, les privilégiés du service public vivent dans un château lumineux coupé du monde des gueux

 

Toute l’organisation de la soirée, dans les sublimes locaux de France 2 – qui nous ont coûté un bras – s’effondre sur elle-même.
Pensez donc, les deux invités politiques de 20 heures n’étaient autres que Benoît Apparu, porte-parole d’Alain Juppé, et Éric Ciotti, lieutenant de Nicolas Sarkozy. Les deux camps perdants de la soirée. Il fallait alors « booker » le porte-parole de François Fillon en urgence et en la personne de Jérôme Chartier, qu’on n’a pas fini de voir. Du grand service public, qui a obéi dangereusement aux sondages de Brice Teinturier (Ipsos) et Céline Bracq, la charmante directrice blonde d’Odoxa. Brice tentera bien une pirouette en avançant que son dernier sondage montrait une percée de Fillon, ses arguments se dilueront dans l’écart de résultats entre le réel et le sondé  : 15 points de différence pour Fillon, préalablement crédité de 30%. Soit 50% de décalage, alors que la marge d’erreur acceptable est de 5%...

 

JPEG - 151.9 ko
Brice d’Ipsos et Céline d’Odoxa, les coupables, tendent chacun à leur tour les doigts pour se faire taper

 

Mais les sondeurs ne seront pas les seules victimes de la soirée. Pour analyser cette nouvelle distribution des cartes à droite, la télé publique n’avait pas pu imaginer autre chose que les sempiternels « analystes » et autres « experts » politiques, qui se sont tous plantés, dans l’ordre, sur le Brexit, sur Trump, et sur Fillon. On voyait un Giesbert s’agiter en se collant derrière le pouvoir montant, chose qu’il sait très bien faire (avant de trahir), Polony avertir les « élites » qu’il faut écouter le peuple, bla, bla, bla. Un parfum de vieille soirée électorale complètement anachronique. Mais le clou, après l’apparition d’un énorme Julien Dray, restera la chronique de Pascale Clark, qu’on croyait effacée des radars, tant elle s’était vautrée dans l’invective hargneuse sur la radio « publique ». Confier l’analyse média de la soirée des droites à Pascale Clark, revient à refiler à un nazi le commentaire des élections israéliennes.

Non, vraiment, la redevance est bien utilisée, tant pour l’information objective du public que pour le choix des invités, représentant l’arc républicain dans son ensemble et rassemblant tous les courants de pensée…
On va rester cinq minutes dans le service public, qui ne pourra s’épargner une double et brutale restructuration dans les deux ans à venir. Restructuration économique et restructuration politique. Lors de l’émission Le Tube, que plus personne ne regarde, sur Canal+, la chaîne morte à 30 ans (elle aurait à ce propos dû mourir en 2011 à 27 ans, à l’image des vrais rockers), Patrick Liste Noire Cohen confie un drame intime aux rares téléspectateurs.

 

 

Le CSA ne faisant pas son travail, nous dénonçons à sa place les dérapages déontologiques que la noble institution semble ignorer. Comment peut-on admettre sur le service public un animateur aussi partisan que Patrick Cohen ?

C’est une question sans réponse, qui reste en suspension dans la médiasphère. Plus personne n’ignore les partis pris du présentateur de la matinale de France Inter, ou ses incroyables agressions en plateau sur France 5, dans l’émission C à vous d’Anne-Sophie Lapix. Tout ce qui ne convient pas à Patrick Liste Noire est boudé, raillé, méprisé. Il oublie en cela les centaines de milliers de Français, qui contribuent par leur redevance au budget de l’audiovisuel public, et donc au salaire de Patrick, et qui ne pensent pas tout à fait à la Cohen.

Répétons-le pour la millième fois : le cahier des charges de ce même service public audiovisuel interdit toute discrimination politique. Dans les faits, il en est bien sûr autrement. On ne peut ignorer les puissances économiques et les lobbies communautaires qui se partagent le gâteau public, sous des airs déontologiques et impartiaux.

 

JPEG - 21.6 ko
Serge Moati, trop voyant, a été remplacé par Patrick Cohen pour représenter le lobby

 

Patrick n’a pas eu son émission. Le combat d’information sur les dérapages de ce personnage n’est donc pas vain. Il reste à la tête de la matinale de France Inter, mais on sent bien que sa « politique » se retourne contre lui et contre son camp. Dans le même ordre d’idée, Serge Moati, qui finissait par inviter sur Ripostes que des personnalités de proximité idéologique – c’est-à-dire franc-maçonnes et/ou sionistes – avait dû lâcher sa « tranche » sur France 5 le dimanche soir, tant ses préférences étaient devenues voyantes, dérangeantes, contre-productives. Patrick Cohen est condamné, à terme, malgré la résistance des lobbies et des corps constitués, qui persistent à maintenir à l’antenne un propagandiste décrié, à être expulsé du service public.

Ceci dit, question propagande, il n’est pas le pire. Le Monde, dont nous démontons régulièrement le parti pris oligarchique, est en train de sombrer déontologiquement. Dans sa version « matinale », une nouveauté sans aucun intérêt informationnel, un article a été sélectionné qui s’intitule « Le plaisir anal, sans peur et sans reproche ». On sent la grosse enquête géopolitique pointer son museau !

On sait tous que quand un média convoque du sexe, c’est pour palier la chute d’audience. Les animateurs télé n’ignorent pas le piège : quand on commence à injecter du fion dans un programme, on ne peut plus remonter sans lui. Et les injections sont de plus en plus importantes, à l’image d’une drogue. Le sexe est la drogue du média malade.

Pour résumer, la pénétration anale peut relever de l’humiliation ou de la rédemption, du profane ou du sacré, du don ou de l’égoïsme, de l’amour ou de la haine, du plaisir ou de la douleur. Elle est ce que nous en faisons, ce que nous y projetons. Justement, parce que nous manquons de références, pourquoi ne pas créer les vôtres ?

JPEG - 39.9 ko
Les lecteurs du Monde ont bien changé

 

Mais d’où peut bien venir cette injonction sodomite ? Le journal a été racheté par la triplette Bergé-Niel-Pigasse, cette alliance du showbiz, du business et de la banque, alliance extrêmement sérieuse. Seule une équipe sérieuse pouvait se prévaloir devant la Société des Journalistes du Monde de racheter et gouverner ce fameux titre. Heureusement, l’auteur de l’article, la pénétrante Maïa Mazaurette, nous explique qu’il ne faut pas avoir peur, et que l’expérience ne glisse pas forcément dans la luxure :

Une idée reçue fréquemment et répandue au sujet de la sexualité est qu’il faudrait, pour nous satisfaire, un accroissement des stimulations. La luxure serait une pente glissante, la chair serait faible. Donner un coup de cravache aujourd’hui entraînerait d’en donner dix demain. Avoir une infidélité entraînerait d’autres tromperies. Ouvrir une porte interdirait à jamais de la refermer. Il faudrait donc rester dans le contrôle, ne pas « trop » donner, de peur que l’autre se mette à « trop » demander. Le couple devient ainsi un espace de continence, où la générosité s’économise.

Va dire ça aux pédophiles, Maïa !

 

Lobby médiatico-politique, propagande et pornographie sur Kontre Kulture

Voir aussi :

24 février
Un jour en France : vendredi 24 février 2017
Pour l’honneur de Marin, vive les pompiers, Élie vote Dieudonné
11
23 février
Un jour en France : jeudi 23 février 2017
Rire contre l’homophobie, Décodex et le charlot, Fillon sous contrôle
9
22 février
Un jour en France : mercredi 22 février 2017
Théorie des dominos à gauche, Francis CRIF Kalifat sur RTL, Kevin Razy transféré
5
21 février
Un jour en France : mardi 21 février 2017
Casseroles des candidats, électeurs dégoûtés, pouvoir profond à poil
10
20 février
Un jour en France : lundi 20 février 2017
Ribéry chez Théo, Hamon non à Mélenchon, France 2017-Allemagne 1933
14
17 février
Un jour en France : vendredi 17 février 2017
Le clown Hollande à Ivry, la gauche en banlieue, Marine Le Pen au Liban
6
16 février
Un jour en France : jeudi 16 février 2017
Macron l’Algérien, les devoirs payants, tuberculose et pauvreté
15
15 février
Un jour en France : mercredi 15 février 2017
Morano casse Fillon, Dugarry casse le PSG, Pascal Lamy casse le pays
6
14 février
Un jour en France : mardi 14 février 2017
Spécial Saint-Valentin : chasse, pécho, nature, sexe et social
45
13 février
Un jour en France : lundi 13 février 2017
Émeutes anti-médias, le Système perd le contrôle, Sopo et le ghetto
18
10 février
Un jour en France : vendredi 10 février 2017
Caméras sur policiers, Big Data contre Nous, Canet chez Mouloud
11
9 février
Un jour en France : jeudi 9 février 2017
Les étoiles Michelin, Renaud renie Fillon, la mort du Grand Journal
13
8 février
Un jour en France : mercredi 8 février 2017
Davet & Lhomme balancent (Fillon), Cambadélis coule, Olivia Ruiz "chante"
22
7 février
Un jour en France : mardi 7 février 2017
Hollande chez Théo, les Fillon canardés, Hanouna à l’Élysée
53
6 février
Un jour en France : lundi 6 février 2017
Le 6 février 1934, explosion médiatico-politique, Linky mon ami
15
3 février
Un jour en France : vendredi 3 février 2017
L’humour sur Fillon, les Roms chez Christian Clavier, les Roms en vrai
20
2 février
Un jour en France : jeudi 2 février 2017
Fillon l’halali, Marianne contre Mediapart, Charles-de-Gaulle en rade
4
1er février
Un jour en France : mercredi 1er février 2017
Fillon 2017, élimination en milieu libéral, Dany Boon contre le FN
24
31 janvier
Un jour en France : mardi 31 janvier 2017
Fillongate, Macrongate, Marinegate
36
30 janvier
Un jour en France : lundi 30 janvier 2017
Partouze pour tous (justice nulle part), colère bourgeoise, Hamon le Palesto
11
27 janvier
Un jour en France : vendredi 27 janvier 2017
Fillon dans le dur, Benoît « Bilal » Hamon, les interdits de vote
15
26 janvier
Un jour en France : jeudi 26 janvier 2017
Le PS vote mineurs, Jawad insulte le juge, Cohn-Bendit regrette
16
25 janvier
Un jour en France : mercredi 25 janvier 2017
Ribes contre Trump, Les Inrocks contre Marion, Les César contre Nocturama
18
24 janvier
Un jour en France : mardi 24 janvier 2017
Fessenheim et Hollande, Macron et Assad, Valls/Hamon et l’islam
3
23 janvier
Un jour en France : lundi 23 janvier 2017
Primaire en Outre-mer, mannequins maigrichons, Cyrille Eldin "merdeux"
9
 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

15 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1606840

    A propos de la vidéo où la belle fifille journaliste aux talons aiguille (mmmmh !..) interroge Cohen "la galette-les guirlandes" sur son 2ème employeur, on sent bien que le triste sire précité n’a pas apprécié l’énonciation publique de son statut réel, à savoir celui d’employé.Eh oui mon con ! tu fais partie de la communauté organisée prétendument dominatrice (ce n’est juste qu’une prétention, il faut que tu le saches !) et à l’intérieur de cette communauté, tu n’es qu’un sous-fifre.Oh, mon pauvre vieux, je ne voudrais à aucun prix être à ta place.


  • #1606850
    le 21/11/2016 par goydrake
    Un jour en France : lundi 21 novembre 2016

    Avec les élections qui se profilent, Le Monde n’a pas fini de parler de Fion... euh, de Fillon je voulais dire. Autant dire que ce torchon court à la ruine.
    Le passage sur la sodomie rappelle une lecture d’H. Ryssen d’un texte provenant de la communauté.


  • #1606901

    Sincèrement, c’était largement prévisible le résultat. Quand tu vois les supposés leaders qui traînaient d’énormes casseroles, dont un qui a déjà accédé au poste de Président avec au bout un échec retentissant (d’ailleurs il s’en est pris à peu près autant qu’Hollande, mais les artistes ils n’étaient pas là pour le défendre), tout le monde autour de moi (donc une partie du peuple) se disait, non, pas un de ces 2 là. Mais non, il fallait que les médias nous les vendent... Cela dit, je ne suis pas certain que le Fillon s’en sortira mieux si jamais il devenait président.


  • #1606914

    Fillon va soulever beaucoup de voix à Marine (absente de la manif pour tous) .

     

  • #1606930

    "Grassement payés pour dire de grosses conneries, les privilégiés du service public vivent dans un château lumineux coupé du monde des gueux"

    Ces petites descriptions je ne m’en lasse jamais...Comment ils font pour les trouver..


  • #1606957

    Ô ton âme est lasse, elle a du trop revoir hélas, les mêmes choses et les mêmes gens et toujours comme avant


  • #1607003
    le 22/11/2016 par Alessandro
    Un jour en France : lundi 21 novembre 2016

    Pour les élections présidentielles de 2017 Je vous prédit un 21 Avril 2002 a l’envers mes bon(ne)s ami(e)s , les journalistes vont pleurer en direct et nous vérons si les Noah et Macias prendront leur valises pour quitter la maison France. Fiscalement pour l’un des deux c’est déjà fait il me semble.


  • #1607005

    Ces dernières semaines, les évènements ont montré que les émissions politiques où chacun y va de son pronostic, tout comme dans le foot, ne servent à rien, et heureusement ! Mais nos journaleux sont aussi sourds que bêtes, et dans ce pays on aime faire du blabla, brasser de l’air, surtout aux frais des contribuables que l’on prend pour des vaches à traire. Donc, qu’ils continuent. Le blabla leur permet de ne pas se poser les vraies questions qui dérangent. Et puis, l’herbe du pré est bonne. Broutez, moutons, broutez !


  • #1607011

    Lors de son dernier séjour en Israël, Fillon parlant de Dieudo : "un humoriste aux propos abjects" (source : Israël Valley) .


  • #1607043

    Merci pour cet article, il tombe à pic.

    Tout le monde se rend bien compte que nos médias sont au bout du rouleau. Les moulins à parole tournent de plus en plus vite, on est sans cesse en situation d’incohérence et ils ne sont plus capable que de faire un bruit de fond cacophonique (pour rester correct. Oui il s’agit bien d’un o, mais un a ferait, depuis dix ans et plus, bien mieux l’affaire).

    Une perle. La preuve par neuf en 38 secondes. Une vidéo très courte, comment est-elle arrivée là ? C’est la question que l’on peut se poser et c’est sans doute un signe du ras le bol ambiant. D’où vient cette "fuite" si extraordinaire et drôle (même si en réalité ce soit aussi cynique) ?

    Un petit clip révélateur, bien rigolo que l’on trouverait bien dans une pièce de Molière, une scène de guignol ou d’ubu roi.

    Cliquez sur "youtube : Malaise à France inter quand un auditeur cite le nom d’Asselineau en direct."

     

    • #1607172
      le 22/11/2016 par rectificateur
      Un jour en France : lundi 21 novembre 2016

      Très très bonne vidéo en effet ! La preuve par l’absurde de la dictature qui veut se faire passer pour une démocratie...


  • #1607135
    le 22/11/2016 par Pépé le Moko
    Un jour en France : lundi 21 novembre 2016

    " Maïa Mazaurette "

    Tiens , dans l’hindouisme , " Maya " veut dire " illusion " , et être " être sous l’influence de maya " revient à ce que les Chrétiens appellerait être sous l’influence ... du diable !!!


  • #1607306

    On ne peut pas comprendre les folies des sondeurs sans considerer la dynamique des votes actuels et le terrorisme intellectuel ambiant.
    - la dynamique fait qu’une semaine avant, Ca n’a pas de sens
    - le terrorisme fait que les gens racontent n’importe quoi à dessein


Commentaires suivants