Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Un jour en France : lundi 5 septembre 2016

Onfray TV, Cahuzac balance Rocard (mort), Cyrille Eldin fasciste

Ce lundi 5 septembre 2016 marque la vraie rentrée politique et médiatique française. Nous avons choisi trois personnages emblématiques : Michel Onfray, Jérôme Cahuzac, et Cyrille Eldin. Ça tombe bien, ils font l’actualité de ce jour.

 

 

Onfray lance sa propre Web TV. Pourquoi, alors qu’il passe partout dans les médias, même s’il se fait un peu chahuter ? On pense à Yann Moix, qui n’avait pas été tendre avec lui, le traitant presque de nazi (on n’est jamais loin d’une accusation de nazisme, dans la télé « française »).
Invité dans Le Grand oral des Grandes Gueules, le philosophe de gauche girondine (opposée à jacobine) expose tranquillement son programme. Car oui, Michel fait de la politique. Il sème des conférences dans des petits bleds, car il considère que Paris assèche la France, intellectuellement. Il défend ce régionalisme de Proudhon, avec ses assemblées (on a un peu ça avec les nouvelles régions mais ce machin a épaissi le mille-feuilles administratif, pesant encore plus sur le dos de la nation), et propose un communalisme libertaire.

À peine monté sur le ring des GG, Michel, qui se plaint de son (mal)traitement médiatique, – « Y a quand même des médias où je suis invité pour prendre des coups pendant une heure » –, se fait cueillir par un crochet du droit :

Un GG : « Bon alors Web TV, c’est-à-dire que Michel Onfray face caméra va parler tout seul et on pourra pas le contredire ?

Onfray  : « Euh c’est pas comme ça que ça fonctionne, c’est pas une télévision un média à ma gloire, pour que l’Université populaire puisse s’exprimer, ça fait des années, 2002 d’ailleurs, depuis que Le Pen est arrivé au second tour des présidentielles puisque c’était ça le début de la création de l’Université populaire, y a une vingtaine d’amis qui font l’université populaire, on n’en a jamais invité un ! […] Donc tous les cours de ces amis sont là. »

Ah mince, son excellente idée d’université populaire (la fac « ouverte » et autogérée de Vincennes après 1968 a proposé à peu près la même chose) vient de la grande peur de l’entre-deux tours 2002… On sent le Onfray assez antifasciste de base, quand même. Mais il réserve ses meilleurs coups à la gauche de pouvoir :

« Il y a un effondrement de la civilisation, un effondrement de nos valeurs, un effondrement du discours de gauche à gauche, qui n’est plus capable de proposer l’intégration à la République. La République ne s’est pas rendue désirable. La République c’est quoi aujourd’hui ? C’est des copains et des coquins, c‘est des gens qui détournent de l’argent, ce sont des gens qui sont pris la main dans le sac et qui en même temps veulent être présidents de la République… »

Et hop, merci pour la transition, direction Cahuzac.

 

C’est Michel Rocard qui a volé le poulet, herr Kommandant !

Ben justement, un qui s’est fait piquer, et dont le procès commence, c’est le socialiste Jérôme Cahuzac. Un chirurgien à l’origine, qui a fait une petite fortune en replantant des cheveux sur la tête des personnalités. Il a accessoirement ouvert des comptes en Suisse puis à Singapour afin de faciliter la vie de ses amis politiques. Puis il est devenu – logiquement – ministre du Budget, et a fait pleurer de rage Gérard Filoche, qui croyait en la pureté démocratique. Le Grand Orient l’a foutu dehors en 2013, parce que ça la foutait mal, quand même. Il y a assez d’affaires comme ça chez les frérots.

Énième procès d’homme politique qui va finir en quenouille, nous direz-vous. Pas faux, mais l’intérêt n’est pas là. Mediapart l’a balancé sur ordre supérieur (probablement venu de l’Élysée), et on pense qu’il s’en sortira. Mais comme pour les procès de la mafia, la menace voilée est dans l’air. Premier jour, premier coup de théâtre : si j’ai planqué du pognon de Pfizer (un grand labo pharmaceutique), c’était pour la carrière de Michel Rocard, dont je pensais qu’il aurait un destin, nous avoue Jérôme, en substance.
Et là, par la grâce du cinéma, nous revient une scène de la Liste de Schindler (en anglais non sous-titré) :

 

 

Résumé de l’intrigue : un détenu du camp de Plaszow a volé un poulet. Le commandant SS Amon Göth, remarquablement interprété par Ralph Fiennes (celui qui est mieux habillé que les détenus, plutôt négligés), demande au coupable de se désigner parmi les détenus qui sont alignés… Pour accélérer les choses, car les Allemands sont relativement impatients, il en abat un, et se prépare à en abattre un second, lorsqu’un un enfant s’avance, et dénonce… l’homme fraîchement abattu.

Sacré Jérôme, malin comme un détenu de camp de travail !

 

Un fasciste sur Canal+ ?

On reste dans les types malins, avec le jour de gloire de Cyrille Eldin, qui attaque son Petit Journal, abandonné par Yann Barthès, parti pendant le mercato marquer des buts pour le Groupe TF1.

L’ogre Bolloré, le tueur de coûts (Canal doit économiser 80M€, alors qu’il a refilé 250M€ à Hanouna sur 5 ans), a tranché : il ne restera plus qu’une heure en clair de Canal+ par jour, et c’est la tranche du Petit Journal version Eldin. Il a intérêt à être drôle...

Rappelons qu’à la naissance de la chaîne (1984), pour contrebalancer l’effet « télé pour riches » dénoncé par toute la presse, le socialiste François Mitterrand avait exigé qu’il y ait une contrepartie en clair, c’est-à-dire en gratuit. Au début, les fondateurs de la télé cryptée ont accusé le choc, en se disant que ça allait leur faire perdre de l’abonné, surtout en période de lancement. Et puis pas du tout : l’effort marketing a été porté sur le « clair », afin de donner envie aux Français de payer l’impôt Canal. Et ça a marché, avec de la pub en plus. Et le clair est devenu la vitrine, la publicité permanente pleine de sourires et d’humour et de sexe et de jeunesse et de couleurs pour appâter le chaland.

Bolloré revient donc sur la promesse initiale, et refait de Canal+ une chaîne exclusive pour riches, vu ses tarifs démentiels. Elle se condamne donc à terme, puisque les jeunes ne peuvent la regarder, accros qu’ils sont à YouTube. Nous voilà avec une télé confidentielle, qui perd mécaniquement des téléspectateurs et de l’influence. Et pour contrecarrer ça, on annonce le retour des Guignols… en clair. Mais le train est passé.
En tous les cas, Eldin a retenu la leçon négative de Barthès, qui était le symbole du pouvoir des minorités contre la majorité : des homos contre les hétéros, de Paris contre la province, du lobby sioniste contre les goyim, des branchés contre les ploucs, de la gauche culturelle contre la droite inculte… Bref, de l’oligarchie contre la France. Le truc que condamne justement Onfray. Interrogé par Le Monde, Eldin dérape gravement, en pensant bien faire :

« On était dans “Le Petit Journal” dans quelque chose où on pouvait stigmatiser, tourner en ridicule les uns, tenir à distance les autres. Mais si on veut être plus proche des gens, il faut écouter davantage tout le monde, les militants du Front de gauche, du Front national (FN), essayer de comprendre… »

Qu’est-ce que t’as pas dit là, malheureux ! La contre-attaque du journaliste mainstream horrifié ne se fait pas attendre :

« Comprenez-vous qu’on soit choqué quand vous blaguez avec Marine Le Pen ou Marion Maréchal Le Pen ? »

« Je comprends que ça choque car ça déstabilise. Mais je constate que la diabolisation du FN n’a jamais aidé à faire descendre ses scores. Ça permet à Marine Le Pen de se victimiser, de mettre dans une case les bobos parisiens, la presse de gauche, l’entre-soi de la bourgeoisie d’État… On m’a accusé de la rendre sympathique dans une chronique mais je finissais en lui demandant ce qu’elle faisait au FN si elle n’était pas raciste, pas antisémite et pas homophobe. Ce n’était pas gentil, vu qu’elle représente ce parti. Mais comme elle a ri, ça l’a rendue sympathique. Je ne peux pas être rendu responsable de ça. »

L’émission du 9 septembre 2015 où Eldin entre au FN (façon de parler) :

 

Eldin fasciste ! Il a fait sourire Marine Le Pen ! Qu’il soit jeté vivant dans la cheminée du CRIF et que ses cendres soient saupoudrées comme celles d’Eichmann hors des eaux territoriales israéliennes !
Oups, pardon (chrétien).

 

Proudhon, pouvoir et télévision, creuser ces thèmes avec Kontre Kulture

Voir aussi :

24 février
Un jour en France : vendredi 24 février 2017
Pour l’honneur de Marin, vive les pompiers, Élie vote Dieudonné
10
23 février
Un jour en France : jeudi 23 février 2017
Rire contre l’homophobie, Décodex et le charlot, Fillon sous contrôle
9
22 février
Un jour en France : mercredi 22 février 2017
Théorie des dominos à gauche, Francis CRIF Kalifat sur RTL, Kevin Razy transféré
5
21 février
Un jour en France : mardi 21 février 2017
Casseroles des candidats, électeurs dégoûtés, pouvoir profond à poil
10
20 février
Un jour en France : lundi 20 février 2017
Ribéry chez Théo, Hamon non à Mélenchon, France 2017-Allemagne 1933
14
17 février
Un jour en France : vendredi 17 février 2017
Le clown Hollande à Ivry, la gauche en banlieue, Marine Le Pen au Liban
6
16 février
Un jour en France : jeudi 16 février 2017
Macron l’Algérien, les devoirs payants, tuberculose et pauvreté
15
15 février
Un jour en France : mercredi 15 février 2017
Morano casse Fillon, Dugarry casse le PSG, Pascal Lamy casse le pays
6
14 février
Un jour en France : mardi 14 février 2017
Spécial Saint-Valentin : chasse, pécho, nature, sexe et social
45
13 février
Un jour en France : lundi 13 février 2017
Émeutes anti-médias, le Système perd le contrôle, Sopo et le ghetto
18
10 février
Un jour en France : vendredi 10 février 2017
Caméras sur policiers, Big Data contre Nous, Canet chez Mouloud
11
9 février
Un jour en France : jeudi 9 février 2017
Les étoiles Michelin, Renaud renie Fillon, la mort du Grand Journal
13
8 février
Un jour en France : mercredi 8 février 2017
Davet & Lhomme balancent (Fillon), Cambadélis coule, Olivia Ruiz "chante"
22
7 février
Un jour en France : mardi 7 février 2017
Hollande chez Théo, les Fillon canardés, Hanouna à l’Élysée
53
6 février
Un jour en France : lundi 6 février 2017
Le 6 février 1934, explosion médiatico-politique, Linky mon ami
15
3 février
Un jour en France : vendredi 3 février 2017
L’humour sur Fillon, les Roms chez Christian Clavier, les Roms en vrai
20
2 février
Un jour en France : jeudi 2 février 2017
Fillon l’halali, Marianne contre Mediapart, Charles-de-Gaulle en rade
4
1er février
Un jour en France : mercredi 1er février 2017
Fillon 2017, élimination en milieu libéral, Dany Boon contre le FN
24
31 janvier
Un jour en France : mardi 31 janvier 2017
Fillongate, Macrongate, Marinegate
36
30 janvier
Un jour en France : lundi 30 janvier 2017
Partouze pour tous (justice nulle part), colère bourgeoise, Hamon le Palesto
11
27 janvier
Un jour en France : vendredi 27 janvier 2017
Fillon dans le dur, Benoît « Bilal » Hamon, les interdits de vote
15
26 janvier
Un jour en France : jeudi 26 janvier 2017
Le PS vote mineurs, Jawad insulte le juge, Cohn-Bendit regrette
16
25 janvier
Un jour en France : mercredi 25 janvier 2017
Ribes contre Trump, Les Inrocks contre Marion, Les César contre Nocturama
18
24 janvier
Un jour en France : mardi 24 janvier 2017
Fessenheim et Hollande, Macron et Assad, Valls/Hamon et l’islam
3
23 janvier
Un jour en France : lundi 23 janvier 2017
Primaire en Outre-mer, mannequins maigrichons, Cyrille Eldin "merdeux"
9
 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

6 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1549723
    le 05/09/2016 par Pampers/ placements/ gestion de patrimoine
    Un jour en France : lundi 5 septembre 2016

    "Et hop, merci pour la transition, direction Cahuzac."

    Onfray quoi sans Onfray, je vous le demande !


  • #1549733
    le 05/09/2016 par Pampers/ placements/ gestion de patrimoine
    Un jour en France : lundi 5 septembre 2016

    Peut mieux faire, Jérôme !

    "Des synonymes au mot psychopathe existent : on parle également de sociopathe et de personnalité antisociale. Ces deux termes faisant clairement référence à la notion de transgression des règles et obligations sociales les plus élémentaires.

    Les psychopathes n’en ont que faire. Si ce n’est peut-être, pour les plus intelligents d’entre eux, mais seulement dans la mesure où ils tenteront de bien les maîtriser afin de ne pas se faire prendre lorsqu’ils les contournent. Telle pourrait d’ailleurs être la devise d’un psychopathe et de son esprit prédateur : prendre sans me faire prendre. S’il est pris, on ne constatera que peu (et généralement pas) de changement de comportement dû à l’expérience ou à la sanction.

    Lorqu’il est pris, le psychopathe tentera de se justifier, de minimiser les faits, de reporter la responsabilité sur autrui, de trouver des explications spécieuses... Il cherche juste à s’en sortir sans trop de casse.
    Aussitôt relâché dans la nature, il tentera de recommencer en ne se faisant pas prendre cette fois.
    Pour aller un peu plus loin encore, je dirais que le psychopathe n’est absolument pas préoccupé par ce que peut ressentir et vivre autrui. Il est indifférent, froid, insensible. Peu doué pour les émotions et encore moins pour l’empathie. Il ne ressentira pas de remords ou de culpabilité lorsqu’il a volé, escroqué, agressé...
    S’il est très intelligent et issu d’un milieu social favorisé par exemple, il sera particulièrement doué pour la dissimulation et l’exploitation des failles du système. Par exemple homme politique ou responsable d’entreprise, il escroquera sans remords, s’enrichira sans scrupule sous des abords a priori respectables, tentera de se ’placer’ là où il y a de l’argent à se faire et du pouvoir à exercer. Parfois avec beaucoup de réussite !"


  • #1549743
    le 05/09/2016 par goydrake
    Un jour en France : lundi 5 septembre 2016

    Cette chronique est comme un bon vin, pas comme la piquette d’en face j’ai envie de dire.
    Onfray qui court après le patron, conseillons-lui un canapé rouge et qu’il se rase le crâne. Pourquoi allez voir la copie, l’original est plus convaincant et surtout qu’il a déjà tout dit.
    En parlant de crâne, il semble qu’on aie enfin mis la main sur le fameux coiffeur du président, celui qui a quitter le Budget après ne pas avoir ouvert de compte off-shore. Et pour rebondir sur Pfizer, Macron n’est peut-être pas étranger à l’affaire.



    En 2012, il est nommé gérant et dirige l’une des plus grosses négociations de l’année (le rachat par Nestlé d’une filiale de Pfizer). Cette transaction évaluée à plus de neuf milliards d’euros lui permet de devenir millionnaire. François Henrot dira de lui qu’« il aurait été, s’il était resté dans le métier, un des meilleurs en France, sans doute même en Europe »37. Entre décembre 2010, date de sa nomination comme associé-gérant, et mai 2012, celle de son arrivée à l’Élysée, Emmanuel Macron indique avoir gagné 2 millions d’euros brut




    source Wiki...


  • #1549788
    le 05/09/2016 par germanopratin
    Un jour en France : lundi 5 septembre 2016

    Elite corrompue et en déliquescence,
    Peuple anesthésié.


  • #1549798
    le 05/09/2016 par Mojo Risin
    Un jour en France : lundi 5 septembre 2016

    Les considérations vestimentaires incluses dans cette livraison sont interdites aux moins de seize ans (minimum) !


  • #1549976
    le 06/09/2016 par nameless
    Un jour en France : lundi 5 septembre 2016

    Ayant eu l’abjection d’accuser un mort pour se dédouaner Cahuzac va prendre le maximum .