Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Un jour en France : mardi 7 juin 2016

Terrorisme "d’extrême droite", syndicats SNCF et soldats du feu

 

Arrestation parfaite d’un dangereux terroriste (en puissance) français par les forces de l’ordre ukrainiennes. L’individu « d’extrême droite » s’apprêtait à réaliser 15 attentats en France pendant l’Euro 2016.
Ça, c’est la version officielle vendue par les autorités ukrainiennes aux journalistes européens. Un flagrant délit magnifique, filmé de A à Z.

 

 

Le terrorisme « d’extrême droite », dernière invention du système médiatico-politique

C’est le 21 mai dernier que l’arrestation a eu lieu, à la frontière ukraino-polonaise. Kalachnikovs (5), lance-roquettes (2), 100 kilos de TNT et autant de détonateurs, un arsenal fourré dans une camionnette, le tout filmé par une caméra cachée placée par les enquêteurs, qui leur permettra d’intervenir avant que l’irrémédiable ne se produise.

« Il n’y a aucun reproche à lui adresser. Il a toujours eu une attitude irréprochable. C’est un salarié exemplaire… »

Le salarié exemplaire est inséminateur dans le civil, et avant cela, « pédicure pour bovins dans la Meuse », dépeint comme « un bon jeune, fou de vaches » dans un article de L’Est Républicain. Les voisins sont sous le choc. Pas celui des explosions – qui n’ont heureusement pas eu lieu – mais de la surprise. La presse nationale et la presse idéologique de gauche (qui sont à peu près sur la même ligne) embrayent sur la montée du danger identitaire, et le désir de « revanche » de cette « mouvance ». Le déchaînement des « natios » depuis les attentats « islamistes » de 2015 devait fatalement déboucher en tentatives de contre-attentats visant des cibles musulmanes et juives. Des mosquées et des synagogues !
Sauf qu’on nage en plein Minority Report : le crime n’est pas encore là que la sentence tombe. Mais, comme le dit si bien Cazeneuve, pour un attentat qui « passe », neuf sont neutralisés en phase de gestation. Ce pourquoi on le remercie.

Au fait, comment sait-on l’appartenance politique du prévenu ? Grâce à un tee-shirt du « Renouveau français » retrouvé à son domicile, situé dans un village de la Meuse. Car aujourd’hui, l’identité identitaire s’affiche, au vu et au su de tous ! Selon le site gauchedecombat.net (un titre absolument pacifique, en revanche), la responsabilité de ce genre d’actes (pas encore actés) relève de cette droite de la droite de plus en plus décomplexée. Pensez donc, la réunion de Béziers, où Ménard a invité Rioufol (La guerre civile qui vient) et que Marion Maréchal-Le Pen a quittée brusquement, tout ça n’est pas un hasard. Il y a congruence. De là à voir dans cet agglomérat d’élus et penseurs nauséabonds le donneur d’ordres à des exécutants zélés, il n’y a qu’un pas, que devrait franchir le grand public.

 

Il y a violence et violence

Quant à la violence d’extrême gauche soutenue – de fait – par le gouvernement, qui y sacrifie son autorité et sa police, elle n’existe pas, ne compte pas, et surtout, est absoute et justifiée par le ras-le-bol social.
Cependant, cette violence – contrôlée par le pouvoir profond – de groupes d’extrême gauche largement infiltrés, ne doit pas être mêlée à la véritable résistance sociale. C’est le destin de toute résistance réelle, que d’être assimilée par le pouvoir à de la violence, à du terrorisme. Violences d’extrême droite, dénoncées partout et par tous mais qui n’existent curieusement pas. Il s’agit alors de bien distinguer les différentes violences qui agitent actuellement la société française : la violence venue d’en bas, et la violence venue d’en haut. Ce ne sont pas les mêmes, et leur définition varie selon que l’on se trouve en haut ou en bas de l’échelle sociale.

La libéralisation de pans entiers de l’économie provoque une déflagration sociale, c’est-à-dire une violence contre les gens, qui perdent concrètement leur travail et leur niveau de vie, voire leur vie. C’est une violence réelle, mesurable. Résister à ce programme politique expose à être taxé de « violent ».
La violence gauchiste que l’on voit dans les manifestations est une manière de noyer la contestation sociale – authentique – sous une répression globale, qui permet de contester… la contestation. La résistance au libéralisme est une chose, le gauchisme de casse en est une autre : ce dernier ne sert qu’à dévaloriser la vraie résistance au Système.

Il y a deux sortes de Français qui résistent au Système : les inorganisés et les organisés. Dans les organisés on compte les syndicats. Peu importe qu’ils soient représentatifs de l’ensemble des travailleurs ou pas, ils existent. Et comme dirait l’autre, sans leur lutte permanente depuis un siècle, il n’y aurait ni vacances ni code du Travail.

 

 

L’Euro 2016 transformé en accélérateur des revendications syndicales (sectorielles)

La grande question qui taraude les supporters des Bleus, les dirigeants du football français et le gouvernement : y aura-t-il assez de trains et d’avions pour les centaines de milliers de supporters européens et de touristes (qui snobent une capitale qui voit le niveau de ses réservations hôtelières fondre) prêts à dépenser leurs euros chez nous pendant un mois ?

La réponse réside dans le complexe puzzle syndical national, qui fait la curiosité de notre pays à l’extérieur. Les Américains ne comprennent pas comment la France peut se bloquer à ce point, qui plus est par une minorité syndicale. Mais les Américains ne sont pas en pointe dans le domaine social. Le calcul est simple : les trains ne rouleront que si la négociation en cours sur la proposition de la direction débouche sur un accord.

Pour cela, il faut réunir au moins 30% des voix selon les dernières élections. La CFDT pesant 15% à la SNCF, et l’UNSA 24%, sont les deux syndicats en voie de signer l’accord d’entreprise. La France qui veut partir en vacances attend avec palpitations la réponse des « méchantes » organisations SUD et CGT, qui constituent à elles deux 51% des voix, et qui peuvent constituer un blocage majoritaire. Sud-Rail et ses 17% refuse tout accord. Le destin de l’Euro 2016 réside donc entre les mains de la CGT. L’Europe entière espère que les communistes aiment le foot !

 

 

Les pompiers combattent le dragon

À côté de cette France qui se bat pour ses conditions de travail (et celles de tous, on l’espère), il y a une France qui casse (casse néolibérale et casse gauchiste), croyant que le Grand Soir – libéral ou gauchiste – réside dans les ruines de la Nation, et il y a heureusement une France qui répare. Discrète, besogneuse, utile.

Ils sont là par tous les temps, pourri ou brûlant, pour tout le monde, riche ou pauvre, pour répondre aux appels de détresse : ce sont les travailleurs de la sécurité civile. Pompiers, secouristes, militaires et autres pilotes. Et en ce moment, naviguant entre chaos « terroriste », social et climatique, ils ont la vie dure. Hier, les soldats du feu intervenaient à Saint-Denis, ville qui cumule les chaos, pour éteindre les flammes, qui feront plusieurs victimes.

 

 

On voit donc se dessiner une stratégie venue d’en haut, qui vise à éreinter les services publics, à décrédibiliser la contestation sociale – que ce soit sur l’Internet ou dans la rue –, et à impliquer une pseudo extrême droite dans de nébuleux projets de désordres. Une grossière ingénierie qui profite de l’illisibilité produite par le chaos général, et qui jette encore plus de questions sur les attentats de 2015.

Voir aussi :

22 février
Un jour en France : mercredi 22 février 2017
Théorie des dominos à gauche, Francis CRIF Kalifat sur RTL, Kevin Razy transféré
3
21 février
Un jour en France : mardi 21 février 2017
Casseroles des candidats, électeurs dégoûtés, pouvoir profond à poil
9
20 février
Un jour en France : lundi 20 février 2017
Ribéry chez Théo, Hamon non à Mélenchon, France 2017-Allemagne 1933
14
17 février
Un jour en France : vendredi 17 février 2017
Le clown Hollande à Ivry, la gauche en banlieue, Marine Le Pen au Liban
6
16 février
Un jour en France : jeudi 16 février 2017
Macron l’Algérien, les devoirs payants, tuberculose et pauvreté
15
15 février
Un jour en France : mercredi 15 février 2017
Morano casse Fillon, Dugarry casse le PSG, Pascal Lamy casse le pays
6
14 février
Un jour en France : mardi 14 février 2017
Spécial Saint-Valentin : chasse, pécho, nature, sexe et social
45
13 février
Un jour en France : lundi 13 février 2017
Émeutes anti-médias, le Système perd le contrôle, Sopo et le ghetto
18
10 février
Un jour en France : vendredi 10 février 2017
Caméras sur policiers, Big Data contre Nous, Canet chez Mouloud
11
9 février
Un jour en France : jeudi 9 février 2017
Les étoiles Michelin, Renaud renie Fillon, la mort du Grand Journal
13
8 février
Un jour en France : mercredi 8 février 2017
Davet & Lhomme balancent (Fillon), Cambadélis coule, Olivia Ruiz "chante"
22
7 février
Un jour en France : mardi 7 février 2017
Hollande chez Théo, les Fillon canardés, Hanouna à l’Élysée
53
6 février
Un jour en France : lundi 6 février 2017
Le 6 février 1934, explosion médiatico-politique, Linky mon ami
15
3 février
Un jour en France : vendredi 3 février 2017
L’humour sur Fillon, les Roms chez Christian Clavier, les Roms en vrai
20
2 février
Un jour en France : jeudi 2 février 2017
Fillon l’halali, Marianne contre Mediapart, Charles-de-Gaulle en rade
4
1er février
Un jour en France : mercredi 1er février 2017
Fillon 2017, élimination en milieu libéral, Dany Boon contre le FN
24
31 janvier
Un jour en France : mardi 31 janvier 2017
Fillongate, Macrongate, Marinegate
36
30 janvier
Un jour en France : lundi 30 janvier 2017
Partouze pour tous (justice nulle part), colère bourgeoise, Hamon le Palesto
11
27 janvier
Un jour en France : vendredi 27 janvier 2017
Fillon dans le dur, Benoît « Bilal » Hamon, les interdits de vote
15
26 janvier
Un jour en France : jeudi 26 janvier 2017
Le PS vote mineurs, Jawad insulte le juge, Cohn-Bendit regrette
16
25 janvier
Un jour en France : mercredi 25 janvier 2017
Ribes contre Trump, Les Inrocks contre Marion, Les César contre Nocturama
18
24 janvier
Un jour en France : mardi 24 janvier 2017
Fessenheim et Hollande, Macron et Assad, Valls/Hamon et l’islam
3
23 janvier
Un jour en France : lundi 23 janvier 2017
Primaire en Outre-mer, mannequins maigrichons, Cyrille Eldin "merdeux"
9
20 janvier
Un jour en France : vendredi 20 janvier 2017
Procès de la Grande Borne, carton pour Le Drian, pauvre Science
7
19 janvier
Un jour en France : jeudi 19 janvier 2017
Europe 1 en chute libre, Ovidie contre le X, Osez le sexisme
22
 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

13 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1482789
    le 07/06/2016 par spirit
    Un jour en France : mardi 7 juin 2016

    J’attendais un commentaire sur cette curieuse arrestation d’un "terroriste d’extrême droite"...par la police néo nazi d’Ukraine !!!!
    L’info a été reprise en boucle doucement mais la grosse machine de propagande n’a pas encore sorti les tambours,il me semble....Trop gros,sans doute !


  • #1482857
    le 07/06/2016 par Nico 1er
    Un jour en France : mardi 7 juin 2016

    Moi je suis scotché sur le logo de l’Euro 2016. Je suis parano ou on peut voir un œil dans un triangle en reliant les astérisques ? D’ailleurs les astérisques totalisent 3 fois 6 branches : 666 !

     

    • #1482985
      le 08/06/2016 par becalme
      Un jour en France : mardi 7 juin 2016

      Excellente remarque, bien vu.


    • #1482986
      le 08/06/2016 par becalme
      Un jour en France : mardi 7 juin 2016

      Même le Français capturé par les Ukrainiens porte le chiffre 6 ???


    • #1483219
      le 08/06/2016 par réGénération
      Un jour en France : mardi 7 juin 2016

      Bien vu !
      et j’ajouterai - toujours dans un délire complotiste - que la ligne de corner en bleu clair est un peu en décalé par rapport à ce qui symboliserait "l’oeil"... ce qui pourrait vouloir signifier un truc comme "proche du but" ?


  • #1483025
    le 08/06/2016 par Lolo
    Un jour en France : mardi 7 juin 2016

    Ils étaient 2...pourquoi silence complet sur le complice ?

     

    • #1483193
      le 08/06/2016 par gallier2
      Un jour en France : mardi 7 juin 2016

      Oui, ça c’est la grosse question que personne n’aborde. Regardez bien la vidéo, il y a deux personnes arrêtées. Qui est le deuxième ? Et pourquoi ce silence !!!


  • #1483088

    "Arrestation parfaite d’un dangereux terroriste (en puissance) français par les forces de l’ordre ukrainiennes. L’individu « d’extrême droite » s’apprêtait à réaliser 15 attentats en France pendant l’Euro 2016"
    Si j’ai bien compris le scénario du film il partait avec un complice inconnu et sa camionnette bourrée d’armes pour commettre des attentats en France.
    Je sais bien que les frontières sont des passoires,mais quand même.
    Je crois plus qu’ils allaient livrer cet arsenal a des terroristes Ukrainiens pro Russe .

     

    • #1483104
      le 08/06/2016 par nico
      Un jour en France : mardi 7 juin 2016

      Des terroristes ukrainiens ( pro russes ) !? c’est quoi cette rhétorique sioniste ?
      C’est comme cela que tu qualifies de pauvres ukrainiens russophones massacrés par le pouvoir nazis ukrainiens parcequ’ils veulent l ’indépendance du Dombass ?
      Ceux la n’ont pas besoin de livraison d’arme d’un petit Français !


  • #1483098
    le 08/06/2016 par nico
    Un jour en France : mardi 7 juin 2016

    Des gentils nazi ukrainiens "pro europe" qui arrêtent un méchant Français anti europe , un "terroriste d’extrême droite" qui normalement s’occupe des vaches mais qui a une autre passion : les armes de guerre, dont il possède des chargements entier qu’il stock en Ukraine .. ils ont pas plus débile comme scénario les massacreurs d’enfants du Dombass ?


  • #1483133
    le 08/06/2016 par anonyme
    Un jour en France : mardi 7 juin 2016

    La proposition de loi présentée par les députés socialistes prévoit des dispositions comme l’exonération de cotisations patronales pour tous les navires battant pavillon français soumis à une cotisation internationale.
    Il prévoit aussi l’instauration de l’autoliquidation de la TVA (!) à l’importation dans les ports, ou l’extension de l’autorisation des jeux de hasard à bord de l’ensemble des navires à passagers français.
    http://www.lemonde.fr/politique/art...


  • #1483418
    le 08/06/2016 par Trincavec
    Un jour en France : mardi 7 juin 2016

    Caméras cachées ? Surprise sur prises ?
    Quelle est la célébrité que l’on veut piéger ?


  • #1483430
    le 08/06/2016 par Athelstane
    Un jour en France : mardi 7 juin 2016

    Faut-il être de bonne volonté pour croire un scénario pareil ! C’est tellement irréaliste... ça sent tellement le coup monté que ça vous glisse dessus comme de l’eau sur les plumes d’un canard.

    Curieux, ça me rappelle l’histoire à dormir debout de "Human Bomb" à la mode Pasqua (vous vous souvenez... en 1993, le fameux Eric Schmitt dont on n’a jamais vu le corps soi disant criblé de balles et dont la famille, pour faire plus vrai, a porté plainte contre l’Etat un ou deux ans plus tard, parce qu’un peu trop de gens avaient du mal à avaler le moulinet à la suite du flotteur à la suite de l’hameçon) ? Vous vous souvenez... Eric Schmitt, le preneur d’otage qui menaçait de se faire sauter sans qu’on sache trop pourquoi dans une classe de jardin d’enfants à Neuilly... avec une institutrice au sang froid héroïque ! Au fait, devinez quoi : Nicolas Sarkozy était le maire de Neuilly... à l’époque !!! HAHAHA !

    Les services secrets français n’ont jamais été à la hauteur sur ce genre d’opérations. Dans cette affaire, il s’agissait d’établir un contre-feux à l’affaire des HLM de la ville de Paris avec le fameux... comment s’appelle-t-il déjà... Didier Mariani ou quelque chose comme ça. C’est comme l’histoire des tueurs du Brabant Wallon en Belgique, un truc vraiment glauque qui pue les services spéciaux...