Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Un jour en France : mercredi 15 juin 2016

Couteaux, contrôle mental, prime aux cancres et bac de philo

 

On a tous en nous quelque chose des Territoire Occupés… En 48 heures, en France, trois faits divers au couteau. Un couple de policiers assassinés devant leur enfant de trois ans en banlieue parisienne, une jeune fille poignardée à deux reprises par un fou (?) à Rennes, enfin à Vénissieux, un garçon de 11 ans a blessé grièvement un autre garçon de 12 ans qui voulait le racketter. Nous avons deux morts, la jeune Rennaise tirée d’affaire, et le racketteur en «  pronostic vital engagé ». Quels enseignements tirer de ces trois faits sanglants ? Y a-t-il une méta-explication ?

 

En premier lieu, on peut se réjouir, d’une certaine façon, que la France ne soit pas les États-Unis, où l’on peut se procurer facilement, si l’on ne fait pas partie de la liste plus bas, des armes de guerre, comme le fusil d’assaut AR-15. En revanche, on peut trouver des kalachnikovs chez les truands, dealers ou braqueurs. Dont on ne se sert généralement qu’une fois, si l’arme est tracée. Mais cela suffit pour une tuerie de masse, la nouvelle expression à la mode.

 

Voici liste des « ayant pas droit » aux armes aux USA :

-  un déjà condamné
-  un fugitif
-  un déficient mental
-  un immigré illégal
-  un ex-militaire déchu par l’armée

Dans le cas contraire, on peut se procurer l’AR-15, défourailler dans tous les sens, et finir troué par les balles de la police. La vraie question qui se pose : comment peut-on passer à l’acte ? Le conditionnement via Internet est une légende, on n’abat pas 50 personnes en matant des vidéos d’al-Suri, ainsi que nous l’explique Kepel. Il y a autre chose.

 

 

Le contrôle mental ? Celui que le grand public a découvert dans la série des Mémoire dans la peau, avec Matt Damon en tueur amnésique pour une antenne secrète de la CIA, qui forme avec des méthodes physico-chimico-psychologiques des assassins de personnalités politiques.

Le MK ou « mind control », on le vit au quotidien, depuis l’avènement des médias de masse. Les gouvernements ou les pouvoirs qui ont la main sur les canaux de l’information en profitent depuis longtemps. Il y a plusieurs paliers entre la fabrication d’un citoyen formaté par la propagande et celle d’un tueur de masse, mais le principe reste le même. Un conditionnement plus ou moins efficace dans un but précis.

La propagande socialiste – de ce socialisme abâtardi du XXIe siècle, qui a d’ailleurs contaminé la droite, donnant cette soupe pseudo-démocratique qu’on appelle UMPS ou LRPS – nous serine des conneries du matin au soir. En général, le contraire des vérités importantes. Le totalitarisme doit être adouci, occulté. Euphémisé. La dernière de Najat Vallaud-Belkacem, en quelque sorte la porte-parole du Mensonge officiel, c’est la prime de 1 000 euros pour les décrocheurs scolaires. Une vraie mesure de « gauche ». La droite hurle à la récompense des cancres, Brighelli prend sa plume-mitraillette, le Républicain Eric Ciotti y voit une « mesure destructrice des valeurs républicaines  », bref, la guerre scolaire est rallumée.

 

Le vice contre la vertu

De toute façon, il suffit d’une étincelle, tant le bois des forêts est sec, ces temps-ci (grosse métaphore). C’est bien le but de Najat, utilisée non pas pour son sens politique ou sens de la Nation (elle ne sait pas ce que c’est), mais pour balancer des boules de bowling dans les quilles de l’adversaire. C’est un peu la Haziza du gouvernement, payée pour faire chuter la partie d’en face, à force de provocations, d’insultes, de menaces et de contre-vérités. Elle doit faire perdre patience, raison, etc. C’est pour cela qu’il ne faut même pas répondre à ses délires. Comme le suggérait Maître Junod avec Haziza. Laissons les cloportes sous les pierres, aurait dit Boudard, qui s’y connaissait en cloportes.

Aujourd’hui ont eu lieu les épreuves de philo pour près de 700 000 lycéens, qui ont planché, selon leur série, sur des questions du type « le désir est-il par nature illimité ? », ou notre préféré «  Travailler moins, est-ce vivre mieux ? ». Les profs qui pondent les sujets sont des coquins. Sur tous les murs des grandes villes qui ont subi les Nuit Debout, fleurissent depuis trois mois les slogans anti-travail, et on ne parle même pas de la loi Travail de la Khomri, que personne n’a pris le temps de lire, à part peut-être Filoche, qui joue sa dernière carte pour le Grand Soir. Ah il met tout ce qu’il a, le gros !

 

 

Cependant, être contre le travail n’est pas être anarchiste, mais paresseux. C’est autre chose. Car c’est le travail de nos ancêtres qui permet aux pseudo-anars et autres casseurs de ne pas travailler, et de vivre aux crochets de la société, ou de leurs parents. Des études interminables en fac, des diplômes vides de sens qui ne mènent à rien, sinon à la double frustration sociale et personnelle... c’est sûr que faire la guerre aux bourgeois a plus de panache.

Voir aussi :

1er décembre
Un jour en France : jeudi 1er décembre 2016
Stoléru contre Le Pen (1989), Stromae & Goldman académiciens, Rabbi Jacob 2 avec Jul
8
30 novembre
Un jour en France : mercredi 30 novembre 2016
Le choix des sans-dents, un service militaire socialiste, les livres pour enfants
6
29 novembre
Un jour en France : mardi 29 novembre 2016
Cheminots fichés, école française nullissime, le cancer ou le chômage
18
28 novembre
Un jour en France : lundi 28 novembre 2016
Mélenchon, Rachline : tous contre Fillon ! Et Caroline Fourest contre Valérie Boyer
10
25 novembre
Un jour en France : vendredi 25 novembre 2016
Fillon violente Martichoux, Taubira-Hidalgo-Aubry l’union des gauches
21
24 novembre
Un jour en France : jeudi 24 novembre 2016
Policiers emprisonnés, pompiers à l’eau, et la prime aux migrants
11
23 novembre
Un jour en France : mercredi 23 novembre 2016
Le fascisme de l’UEJF, France Inter sodomie, Fillon-Renaud et les fachos
23
22 novembre
Un jour en France : mardi 22 novembre 2016
Restos du Cœur (français), François Ruffin président, la Criirad en rade
14
21 novembre
Un jour en France : lundi 21 novembre 2016
Primaire loupée sur France 2, Patrick Cohen sur liste noire, Le Monde anal
15
18 novembre
Un jour en France : vendredi 18 novembre 2016
De Thomas Pesquet à Claudie Haigneré, en passant par Mezrahi-Nabilla
35
17 novembre
Un jour en France : jeudi 17 novembre 2016
Cannabis trafic d’États, pizzas volantes, Minc et Juppé contre BHL
8
16 novembre
Un jour en France : mercredi 16 novembre 2016
Franck Dubosc au chômage, la flexisécurité (sociale ?), jobs du cinéma
11
15 novembre
Un jour en France : mardi 15 novembre 2016
Cash libyen pour Sarkozy et Guéant, Montebourg et Poisson outsiders, le sucre
16
14 novembre
Un jour en France : lundi 14 novembre 2016
Statistiques ethniques, sondages piégés, Mélenchon Le Pen en 2017
19
11 novembre
Un jour en France : vendredi 11 novembre 2016
Réfugiés de France, Griezmann et/ou Benzema, le Pr Rollin lucide
9
10 novembre
Un jour en France : jeudi 10 novembre 2016
Sarkozy sous Trump, l’inversion Belkacem, Thomas bimbo Hollande
5
9 novembre
Un jour en France : mercredi 9 novembre 2016
À notre tour de marquer l’Histoire
17
8 novembre
Un jour en France : mardi 8 novembre 2016
Yannick Jadot agent US, Tous pour Hillary, le Refuge pour Fred Lopez
11
7 novembre
Un jour en France : lundi 7 novembre 2016
Valls le touriste, sécuriser la primaire, sexualité des salaires
9
4 novembre
Un jour en France : vendredi 4 novembre 2016
Migrants en poussières, langue française menacée, Aude Renaudot Lancelin
13
3 novembre
Un jour en France : jeudi 3 novembre 2016
Spécial prix "littéraires" avec Yasmina Reza, Leïla Slimani et Steve Sandberg
9
2 novembre
Un jour en France : mercredi 2 novembre 2016
Harcèlement de Belkacem, Morts contre la France, CETA pour les nuls
12
1er novembre
Un jour en France : mardi 1er novembre 2016
Handicapée à la rue, hommes des bois de Vincennes, Sylvain Tesson en Sibérie
18
31 octobre
Un jour en France : lundi 31 octobre 2016
Mel Gibson aux Français, i>Télé en grève inaperçue, Askolovitch contre Ken Loach
18
28 octobre
Un jour en France : vendredi 28 octobre 2016
Étiquettes trompeuses, Poste et postiers, Badinter anti-migrants
8
 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

28 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1488803
    le 15/06/2016 par kamino
    Un jour en France mercredi 15 juin 2016

    "Des études interminables en fac, des diplômes vides de sens qui ne mènent à rien, sinon à la double frustration sociale et personnelle... c’est sûr que faire la guerre aux bourgeois a plus de panache."
    La fin, je sais pas pourquoi, mais avec mon SMIC à Bac+5, elle me fout un peu les boules.D’autant plus que j’y suis pas trop à "nuit debout", parce qu’un manque dans un salaire de misère, ben, çà manque.
    Du coup, je sais pas pourquoi, vraiment, il me fait un peu mal, l’amalgame de la fin.

     

    • #1488830
      le 15/06/2016 par Matnight
      Un jour en France mercredi 15 juin 2016

      Merci camarade


    • #1488856

      Ben a priori, au vu de ce que vous dites de votre propre expérience, vous n’êtes pas concerné, et il est donc inutile de vous mettre la rate au court-bouillon :-)


    • #1488895
      le 15/06/2016 par Majestic
      Un jour en France mercredi 15 juin 2016

      Je te rejoins camarade, contrat aidé d un an et à mi temps avec bac +5
      Tu connais la recette tu veux du boulot à hauteur de ton niveau :
      - copinage
      - réseau obscur et oui je parle bien de franc maçon
      - promotion canapé
      - ........

      Sinon va voir ailleurs


    • #1488917

      @kamino

      Assez d’accord avec toi, surtout que ceux qui ont écris "ne travaillez jamais" disent aux autres de faire ce que eux ne feront pas, papa et maman vont leur trouver un avenir tout tracé, (bac+ 5 pharmacien, sciences po, Clément Méric)
      Leur milieu social leur permet pour beaucoup de faire une pause dans leur vies ou leur études afin de jouer aux Guévariste des bacs à sable.


    • #1488981
      le 16/06/2016 par regence
      Un jour en France mercredi 15 juin 2016

      En même temps si t’as fait des études qui servent à rien le seul fautif c’est toi pas la société. On vous le répète en plus y’a pas de débouché dans certaines voies mais les gens persistent quand même tout ça pour pas apprendre un métier manuel, j’imagine votre frustration parce que vous retombez bien bas après.


    • #1489014

      Ben moi, je la trouve réaliste la fin. J’ai des potes à bac + ...qui galèrent, et d’autres qui étaient accrochés au radiateur du fond de la classe et pas seulement en hiver, et ils ont appris à se démerder et s’en sortent plutôt bien.
      Mais c’est juste mon expérience.


    • #1489021
      le 16/06/2016 par paramesh
      Un jour en France mercredi 15 juin 2016

      "ne travaillez jamais"




      si on prend l’étymologe, le travail était un instrument de torture utilisée dans le mode de production esclavagiste Romain où tu travaillais pour pouvoir vivre. il y a donc identité avec le salariat du mode de production capitaliste où tu travailles pour toucher un salaire pour avoir de l’argent pour vivre.( pas de vie possible sans argent)
      Cette phrase était un slogan d’inspiration situationniste de 1968, donc fait par et pour des gens intelligents. Que des abrutis incultes s’en servent aujourd’hui sans le comprendre c’est leur problème.
      Car du point de vue de la physique pure, le travail est une dépense d’énergie dont la conséquence est de produire un effet.
      Donc si on refusait de travailler, on ne baiserait plus, on ne mastiquerait plus, on serait vite morts.
      Le vrai travail (et non son inversion salariale est tout simplement l’ activité physique d’un corps, d’un organisme vivant qui ne peut subsister que grâce à cette activité.
      La phrase : travailler pour vivre prend alors tout son sens car son inverse exact "vivre pour travailler" définit uniquement l’esclavage ou le salariat, un travail inutile
      Ce qui implique que l’esclave/salarié travaille deux fois, il travaille pour vivre ET il vit pour travailler, travailler pour rien s’il est esclave ou pour un salaire s’il est salarié).
      le vrai travail est la vie, considérons le donc simplement comme une activité normale car même quand on dort, on travaille à faire fonctionner ses poumons ;
      donc oui : ne travaillons plus pour un salaire mais pour nous même uniquement, pour vivre tout simplement


    • #1489072
      le 16/06/2016 par francky
      Un jour en France mercredi 15 juin 2016

      Ben tu sais si tu fais BAC +5 en socio ou en psycho t’etonnes pas de ne pas trouver de boulot...
      Par contre si fais BAC + 5 en ecole d’ingenieur en informatique, là je peux te garantir qu’avant la fin de ton cursus tu auras un grand nombre d’entreprises qui viendront te faire la danse du ventre pour que tu viennes bosser chez elle, ce sera toi "le roi"...
      Enfin sachez que dans les metiers du batiment si on est malin on gagne tres tres bien sa vie, j’en ais pour preuve mon maçon qui a le même niveau de vie que le chirurgien orthopediste qui m a opéré l’an dernier... D’ailleurs c’est le premier qui a construit la villa du second et "le chocolat" à circuler à flot....


    • #1489240
      le 16/06/2016 par Ciceron
      Un jour en France mercredi 15 juin 2016

      A francky

      Ils vont être contents, les maçons, d’apprendre qu’ils ont le niveau de vie d’un chirurgien orthopédiste, mais ça va les suspendre. Surtout ceux qui ne trouvent pas de boulot - merci Bolkenstein.

      On connait aussi des diplômés de socio ou de philo qui ont très bien réussi leur vie. Les exemples ne manquent pas, on les retrouve du reste régulièrement sur E&R - pour les philosophes, au moins (je n’ai pas pu m’empêcher de lorgner sur la bibliothèque La Pléiade de Michel Onfray à l’occasion d’une interview filmée qu’il donnait chez lui à RT).

      Ca ne s’appelle pas surgénéraliser, dans le cas du sociologue comme dans celui du maçon, votre raisonnement ?

      Pour la bonne bouche, un article de l’Obs, un peu daté, 2014, sur l’état du secteur du bâtiment.

      http://tempsreel.nouvelobs.com/econ...


  • #1488844
    le 15/06/2016 par jean zerien
    Un jour en France mercredi 15 juin 2016

    J’aime bien lire "un jour en France", je ne lis aucun journal, mais cette rubrique quotidienne me fait du bien, me conforte dans ma vision du monde et me rassure sur ma santé mentale. Bravo et continuez, c’est un ordre, vous m’entendez, sinon je me fâche tout rouge !


  • #1488875

    C’est pas Juppé sur la photo illustrant l’article ?


  • #1488882
    le 15/06/2016 par kroutoy
    Un jour en France : mercredi 15 juin 2016

    "Le contrôle mental ? Celui que le grand public a découvert dans la série des Mémoire dans la peau, avec Matt Damon en tueur amnésique"

    Dans cette veine il y eu avant "the manchurian candidate" .. d’abord roman américain, puis film, puis re-film

     

    • #1489075
      le 16/06/2016 par Pampers/ placements/ gestion de patrimoine
      Un jour en France : mercredi 15 juin 2016

      Autre film : À cause d’un assassinat (The Parallax View) de Alan J. Pakula, sorti en 1974.


  • #1488913
    le 15/06/2016 par sbedard
    Un jour en France : mercredi 15 juin 2016

    Pourquoi j’ai l’impression que le gouvernement va faire une coup de pute style maidan pour faire peur au peuple. Entre les attentats d’orlando et le meurtre de policier par des terroristes, ya juste un pas à faire pour foutre la peur au ventres et faire cesser les manifestations avec un parfait alibi tout désigner


  • #1488946

    Pour ma part c’était "pour être juste, suffit il d’obéir aux lois ?" vaste sujet que j’ai explicité pendant 4h


  • #1488989
    le 16/06/2016 par goy pride
    Un jour en France : mercredi 15 juin 2016

    En fait en France l’accès légal aux armes à feu n’est pas si difficile. Il suffit de s’inscrire à un club de tir, payer sa cotisation annuelle, formalité soumise à des conditions qui ne sont me semble-t-il pas plus contraignantes que celles exigées aux USA, pour avoir le droit d’acheter une arme à feu. Ensuite avec votre carte d’abonnement vous vous pointez dans une armurerie et pouvez acheter ce que vous voulez. Certes l’échantillonnage des armes légalement disponibles sera moins large qu’aux USA mais cela reste des armes parfaitement apte à commettre un massacre si entre les mains d’un dingo. Et c’est sans compter la disponibilité des armes (y compris arme de guerre) sur le marché noir...
    En France on a tout simplement pas la culture des armes à feu. Même les chasseurs ont rarement l’idée de s’acheter autres choses qu’un fusil de chasse...

     

    • #1489073

      bonjour . rectification , pour avoir le droit de possédez une arme en France en moyenne il faut un an pour remplire les conditions demandez par la préfecture , nous somme loin des ( conditions ) exigée au usa dotant qu’il n’y a pas de propriétés d’armes en France . juste un droit de détention révocable a la moindre bêtise .


    • #1489094
      le 16/06/2016 par Pampers/ placements/ gestion de patrimoine
      Un jour en France : mercredi 15 juin 2016

      Tuerie de Nanterre : Richard Durn avait acquis ses armes de marques Glock et Smith&Wesson pour pratiquer le tir sportif. Il avait pour cela obtenu les autorisations préfectorales nécessaires. Mais, à l’époque des faits, il ne faisait plus partie d’un club de tir et ses autorisations avaient expiré depuis longtemps.
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Tueri...


    • #1489129

      @papa

      Ce que tu dis est faux. Une simple licence de tir sportif suffit pour une arme de catégorie C.

      Et oui si tu n’as plus ta licence tu gardes ton arme, tu n’as juste plus le droit de la transporter.


    • #1489138

      Le problème de passer par la voie légale en France c’est que - entre autres contraintes - tu devient fiché / tracé automatiquement. Le jour ou l’Etat décide de désarmer totalement la population (état d’urgence blabla), les keufs déboulent chez toi en priorité et te foutent à poil.
      En ce qui concerne la tuerie d’Orlando, rappelons que Mateen était employé d’une société de sécurité. Même dans un pays sous le coup d’interdictions drastiques, il aurait pu se procurer une arme légalement.
      L’empilement des interdictions ne fait à terme que pénaliser une seule catégorie de population : l’honnête citoyen.


  • #1489023

    En réponse à un commentaire, si on décide, et qu’on est capable intellectuellement, de se faire suer dans des études - techniques - (et oué, dans le supérieur on fait pas qu’étudier la littérature hongroise du XVIè et la musicologie, même si çà a son intérêt) par gout, et parce qu’on nous le dit, on nous le jure, il y a, il y aura des débouchés, et que l’on se retrouve après comme un hydraulicien dans le Sael, c’est de notre faute....Mais c’est bien sur ! Bah moi aussi, à quoi je pense, j’te jure


  • #1489077

    On a eu un bon exemple de manipulation mentale ayant conduit à un assassinat : en 1992, la grosse presse unanime s’est indignée de ce qu’un René Bousquet, ancien haut fonctionnaire de Vichy, n’ait jamais répondu de ses actes. La campagne était quotidienne et violente. Et un jour, un type a débarqué chez ledit Bousquet, et l’a tué. "Un déséquilibré ", a diagnostiqué la grosse presse, toujours unanime, sans se dire, à aucun moment, qu’elle avait peut-être sa part de responsabilité...


  • #1489137

    "Cependant, être contre le travail n’est pas être anarchiste, mais paresseux."

    Dans une France démocratique, la plupart des citoyens (enfin dignes de ce terme !) travailleraient 20 heures par semaine et consacreraient environ quinze heures à des recherches sur Internet pour pouvoir voter en connaissance de cause pour ou contre tel projet de loi aux niveaux municipal, départemental, régional et national.


  • #1489155
    le 16/06/2016 par gelindo
    Un jour en France : mercredi 15 juin 2016

    @ francky

    "les metiers du batiment si on est malin on gagne tres tres bien sa vie"

    Vous délirez complètement ! Ce fut le cas y a 6, 7 ans encore. J’ai connu des potes qui se sont bien remplis les poches dans le bâtiment mais ils sont maintenant tous entrés en concurrence avec les travailleurs détachés.

     

    • #1489310
      le 16/06/2016 par paramesh
      Un jour en France : mercredi 15 juin 2016

      c’est vrai, et la concurrence "déloyale" (le travail au black ou l’auto entrepreneur) est une sérieuse concurrence dans un secteur où si on la joue à la loyale, on se fait littéralement plumer.
      Cela dit, vu ce qu’ils font de nos impôts, je ne saurais qu’encourager les non salariés à bidouiller autant que possible, c’est aussi ça la dissidence : devant un état aussi pourri, il n’y ne doit y avoir aucun scrupule à avoir. rappelez vous l’Italie avant qu’elle ne tombe sous les fourches caudines de l’UE, c’est le travail au noir qui faisait marcher l’Italie et pourtant l’état arrivait quand même à proposer des retraites à 50 ans pour pas mal de secteurs de l’économie.
      Ce sont les créateurs de richesse qui mènent l’économie réelle, pas l’état qui n’est de plus en plus qu’un parasite.


  • #1489468
    le 16/06/2016 par solaine
    Un jour en France : mercredi 15 juin 2016

    « Couteaux, contrôle mental, prime aux cancres et bac de philo »

    E&R a le don de trouver un lien, un point commun, entre les choses (événements) qui, à première vue, n’ont rien à voir ensemble, par exemple d’après ma propre réflexion, le lien est le suivant : “le couteau entre en lice, est ou/peut être utilisé par un individu sous l’effet d’un contrôle mental, la prime aux cancres est ou/sera dédiée (si elle est votée) aux paresseux, c’est-à-dire à ceux qui ne savent pas ou ont la paraisse d’utiliser leur mental (n’aiment pas réfléchir, ni faire travailler leur cerveau), enfin la philo au bac (diplôme sans valeur ? -de nos jours la réponse est oui !-), donc la philo, disais-je, est une matière de cancres... je veux dire par là que même un cancre, de peu qu’il fasse travailler un peu plus ses méninges, réfléchisse un peu plus que d’ordinaire, peut traiter un sujet philosophique, c’est pas une mer à boire, loin de là, mais plutôt un exercice qui fait appel à sa propre liberté, celle de penser (pensées), de voir, d’analyse des choses de la vie (choses réelles ou utopiques)...”
    Pas d’accord avec moi ?


  • #1490834

    La conclusion est un peu radicale... Comme disait Alain Soral dans le fameux débat à l’émission "C’est mon choix", il n’y a que les femmes pour être aussi fière de travailler dans une société ou ceux qui ont tout compris cherchent à travailler le moins possible. On peut comprendre que le travail dans le contexte de l’exploitation capitaliste soit de moins en moins attirant pour les jeunes. Finalement, ça a quelque chose de rassurant que certains ne soient pas si motivés que ça par la perspective de devenir un bon mouton salarié la semaine/consommateur le week-end. Je ne pense pas que ce soit le travail qui est remis en cause, mais plutôt le salariat... avec le rapport de force qu’il engendre dans un système libérale. Le travail n’est motivant que quand on a la sensation que l’effort est récompensé à sa juste valeur.... on ne peut pas en vouloir à un jeune à qui la République a expliqué qu’il peut devenir ce qu’il veut à condition de le vouloir depuis sa plus tendre enfance, de ne pas vouloir s’épuiser dans une chaine de burger américains 8 heures par jour pour un peu plus de mille euros par mois.
    La valeur "travail", dans une société plus juste avec de meilleures valeurs comme celles qui ont existé pendant le national socialisme allemand, OUI. Dans notre société libérale, NON.


Commentaires suivants