Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Un jour en France : mercredi 21 septembre 2016

L’explosion d’AZF, le barrage de Malpasset, et le renseignement

 

Il y a 15 ans crevait l’usine AZF, près de Toulouse, dans une explosion titanesque, faisant un cratère de 70 mètres sur 40, tuant 31 personnes, en blessant 2 500, et en laissant 12 000 physiquement (surdité) ou psychologiquement atteintes. La particularité de cette explosion est qu’elle est survenue le 21 septembre 2001, soit 10 jours après les attentats du World Trade Center. Très vite, la presse s’interroge : accident industriel ou attentat ?

 

Avec une telle pression nationale, les enquêteurs imposeront via les médias la thèse de l’accident chimique, cette rencontre entre nitrate et chlore, résultat d’un laisser-aller professionnel. La thèse de l’attentat sera rapidement abandonnée, malgré le doute dans la population. Le traitement médiatique des événements très nébuleux du 11 septembre 2001 aux États-Unis a laissé le public mondial, et français en particulier, dans l’expectative : depuis, toutes les versions officielles sont automatiquement contestées. Un travail de doute (kantien) nécessaire, qui ne lâchera plus les responsables politico-médiatiques.

Le cas de l’usine pétrochimique toulousaine inaugurera cette déchirure, entre la version officielle, et la version alternative (un trait de lumière, un tir, une explosion, et un « islamiste » mort dans des conditions suspectes). Qu’elle soit justifiée ou pas, il y en aura désormais toujours une. La version alternative pouvant elle-même se scinder en version alternative dure et version alternative douce. La guerre des interprétations, signe d’un conflit ouvert entre élite et peuple, a commencé ce jour-là. Bousculée, la presse suivra parfois la version alternative, mais sera ramenée rapidement dans le droit chemin par les oligarques qui la tiennent. Aujourd’hui, ces deux systèmes d’analyse sont devenus presque irréconciliables, tant la version officielle persiste à s’arc-bouter sur des explications incohérentes (le 11 Septembre est le fait d’une bande d’islamistes dirigés par ben Laden), se démonétisant d’autant.

 

La version accidentelle :

 

Le cas médiatico-politique de l’explosion de l’usine AZF a un ancêtre : celui de « l’explosion » du barrage de Malpasset, le 2 décembre 1959, en pleine guerre d’Algérie. Malpasset étant le nom de ce barrage situé au-dessus de Fréjus. Ce soir-là, les murs épais de plus de six mètres à la base et d’un mètre cinquante au sommet craquent et déversent une montagne d’eau d’une hauteur de 40 mètres dans la vallée. 423 personnes, habitant principalement Fréjus, y laisseront leur vie.

Le contexte ? La guerre en Algérie, ou ce qui s’appelait encore un département français, et sur le sol national. L’antiterrorisme de l’époque aux abois, la DST sur les dents, passant son temps à démanteler des réseaux FLN non pas dans les « quartiers », mais dans les bidonvilles de banlieue (Nanterre) et les petits commerces parisiens. Une chasse à trois, puisque FLN et MNA se feront en outre une guerre sans pitié sur le sol métropolitain. La France à cran, des meurtres et des explosions, et une DST qui, malgré le soutien des services allemands (et probablement américains) au FLN, réussira à circonscrire le danger, principalement en Île-de-France.

 

La thèse de l’attentat FLN :

« Les services de renseignements allemands savaient où et quand cet attentat aurait lieu mais ils n’ont pas prévenu leurs homologues français »

À l’époque, il n’y a qu’une explication : les précipitations abondantes des derniers jours ont rempli le barrage de Malpasset à ras bord, dont la structure présentait depuis le départ des failles, des fissures. L’ouvrage explosera sous la pression de la masse liquide, dans un bruit de tonnerre, en faisant vibrer la terre.
Ce n’est que le 22 janvier 2013, 54 ans plus tard, à l’occasion de la diffusion d’un documentaire allemand sur Arte – qui ne nous avait pas habitués à promouvoir des versions alternatives de grands événements – qu’on apprend que les services secrets allemands savaient qu’un attentat se préparait à cet endroit. Un agent allemand qui suivait le FLN pour le compte de sa hiérarchie, aurait prévenu celle-ci, qui n’aurait en retour pas prévenu ses homologues français.

 

La version anti-attentat :

 

Suite à la diffusion du doc, un des derniers survivants de la DST de l’époque rejettera toute implication du FLN dans l’événement, et tout acte terroriste.
En revenant sur cette affaire, nous sommes entrés dans la guerre de la DST (en vérité le SCAA, le service de coordination des affaires algériennes) contre le FLN sur le territoire français, et nous avons remarqué que malgré l’état de guerre, malgré l’extrême tension, malgré l’infiltration de milliers de militants FLN en France, malgré leur activisme politique à destination de la communauté algérienne immigrée en France (racket pour l’impôt révolutionnaire), la DST a su déjouer tous les gros coups prévus par l’organisation armée algérienne. On parle bien de la métropole.

Certes, de nombreux attentats ont eu lieu (contre des casernes et des postes de police), mais cela restait en majorité des affaires intérieures algériennes, entre responsables du FLN et du MNA (on parle de 4 000 morts en France en 6 ans, de 1956 à 1962). Conclusion ? Il y a un demi-siècle, nos services de renseignement fonctionnaient parfaitement, et à chaque attentat, on n’entendait pas parler de « failles », et de « restructuration ». Qu’on se le dise.

 

JPEG - 32.8 ko
Georges Fenech, monsieur Failles

 

Aujourd’hui, après chaque attentat, nous apprenons qu’il y a une « faille », un « dysfonctionnement » dans nos services, que ce soit en termes d’effectifs, de surveillance, d’électronique, de stratégie ou de budget. Chaque attentat apporte son lot de remises en question et de restructurations, sans qu’il soit possible de dire que nos services sont enfin opérationnels. Il est vrai que les annonces décourageantes – qui semblent dire que le combat est perdu d’avance – de nos responsables, que ce soit le chef du renseignement, le ministre de l’Intérieur, ou un ancien juge antiterroriste, n’arrangent pas les choses. Alors que nos services extérieurs et intérieurs bénéficiaient d’une excellente réputation (jusqu’à la réforme de Sarkozy), dans le monde et en France, que les rares attentats qui ont eu lieu étaient « explicables » (ceux des années 90), voici, depuis janvier 2015, que plus rien ne fonctionne. Étonnant, n’est-ce pas ?

 

Approfondir les thèmes du jour avec Kontre Kulture

Voir aussi :

20 février
Un jour en France : lundi 20 février 2017
Ribéry chez Théo, Hamon non à Mélenchon, France 2017-Allemagne 1933
12
17 février
Un jour en France : vendredi 17 février 2017
Le clown Hollande à Ivry, la gauche en banlieue, Marine Le Pen au Liban
6
16 février
Un jour en France : jeudi 16 février 2017
Macron l’Algérien, les devoirs payants, tuberculose et pauvreté
15
15 février
Un jour en France : mercredi 15 février 2017
Morano casse Fillon, Dugarry casse le PSG, Pascal Lamy casse le pays
6
14 février
Un jour en France : mardi 14 février 2017
Spécial Saint-Valentin : chasse, pécho, nature, sexe et social
45
13 février
Un jour en France : lundi 13 février 2017
Émeutes anti-médias, le Système perd le contrôle, Sopo et le ghetto
18
10 février
Un jour en France : vendredi 10 février 2017
Caméras sur policiers, Big Data contre Nous, Canet chez Mouloud
11
9 février
Un jour en France : jeudi 9 février 2017
Les étoiles Michelin, Renaud renie Fillon, la mort du Grand Journal
13
8 février
Un jour en France : mercredi 8 février 2017
Davet & Lhomme balancent (Fillon), Cambadélis coule, Olivia Ruiz "chante"
22
7 février
Un jour en France : mardi 7 février 2017
Hollande chez Théo, les Fillon canardés, Hanouna à l’Élysée
53
6 février
Un jour en France : lundi 6 février 2017
Le 6 février 1934, explosion médiatico-politique, Linky mon ami
15
3 février
Un jour en France : vendredi 3 février 2017
L’humour sur Fillon, les Roms chez Christian Clavier, les Roms en vrai
20
2 février
Un jour en France : jeudi 2 février 2017
Fillon l’halali, Marianne contre Mediapart, Charles-de-Gaulle en rade
4
1er février
Un jour en France : mercredi 1er février 2017
Fillon 2017, élimination en milieu libéral, Dany Boon contre le FN
24
31 janvier
Un jour en France : mardi 31 janvier 2017
Fillongate, Macrongate, Marinegate
36
30 janvier
Un jour en France : lundi 30 janvier 2017
Partouze pour tous (justice nulle part), colère bourgeoise, Hamon le Palesto
11
27 janvier
Un jour en France : vendredi 27 janvier 2017
Fillon dans le dur, Benoît « Bilal » Hamon, les interdits de vote
15
26 janvier
Un jour en France : jeudi 26 janvier 2017
Le PS vote mineurs, Jawad insulte le juge, Cohn-Bendit regrette
16
25 janvier
Un jour en France : mercredi 25 janvier 2017
Ribes contre Trump, Les Inrocks contre Marion, Les César contre Nocturama
18
24 janvier
Un jour en France : mardi 24 janvier 2017
Fessenheim et Hollande, Macron et Assad, Valls/Hamon et l’islam
3
23 janvier
Un jour en France : lundi 23 janvier 2017
Primaire en Outre-mer, mannequins maigrichons, Cyrille Eldin "merdeux"
9
20 janvier
Un jour en France : vendredi 20 janvier 2017
Procès de la Grande Borne, carton pour Le Drian, pauvre Science
7
19 janvier
Un jour en France : jeudi 19 janvier 2017
Europe 1 en chute libre, Ovidie contre le X, Osez le sexisme
22
18 janvier
Un jour en France : mercredi 18 janvier 2017
Hidalgo bête et méchante, migrants contre SDF, Guillaume Meurice contre la France
10
17 janvier
Un jour en France : mardi 17 janvier 2017
Patrick Bruel contre Marine Le Pen, Un Sac de billes, billard à 3 bandes
25
 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

7 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1562465

    A propos de Malpasset, Céline qualifie de "sournois" Adenauer dans son dernier livre , Rigodon (1961) . Il savait .


  • #1562525

    Concernant AZF, je vous invite à regarder ce doc :
    14-18 Un scandale enterré
    https://www.youtube.com/watch?v=6Bw...

    Le lieu de l’explosion est situé sur une zone qui contient énormément de nitro-cellulose.
    Le cas AZF est traité vers le milieu, et le doc est suffisamment bien réalisé et surtout détaillé (éléments à l’appui) pour se passer de tout autre commentaire, regardez-le et vous comprendrez de suite.

    Concernant Malpasset
    Quand je lis le coup de "la version alternative enfin traitée par ARTE 55 ans après"

    Moi perso, j’me dis que si ils le font et vu la version, c’est que le système y a son intérêt faut pas se faire d’illusion.
    Et sachant qu’au conseil d’administration d’ARTE se trouve un certain Bernard-Henri... et pas que...

    Demandons-nous si cela ne leur est pas utile pour attiser encore un peu plus la haine envers une certaine communauté (au bénéfice d’une "autre"...) en ressortant les vieux dossiers d’une époque aux heures sombres...

    Comme d’hab quoi, on les connait, ce qui ne veut pas dire que factuellement la version est fausse, mais juste que le timing sent le piège à plein nez afin qu’on ne se concentre que sur l’ennemi désigné par le système.

    Alors soyons plus malin.

     

    • #1562772
      le 22/09/2016 par rectificateur
      Un jour en France : mercredi 21 septembre 2016

      Pour AZF, très intéressant en effet mais pas contradictoire avec la thèse d’un attentat : des services secrets bien renseignés auraient tout intérêt à envoyer un petit missile percer le sol là où ils savent que le sous-sol est explosif.

      Bref, comment multiplier l’effet à peu de frais avec un petit engin discret, pas capable à lui tout seul de causer les dégâts constatés.


  • #1562543

    J’ai visité le site, explosion ou pas, il manquait a ce barrage énormément de fer à béton surtout reliés en entre eux de la base au sommet.

    Sans un bon treillis de fer à béton, il aurait cassé avec tôt ou tard avec un treillis, il aurait fuit et une explosion ne l’aurait pas cassé comme ça.


  • #1562580

    Très bon article, bravo à son auteur.


  • #1562600
    le 22/09/2016 par jojo l’affreux
    Un jour en France : mercredi 21 septembre 2016

    A retenir que les services secrets Allemands et Américains (les mêmes que dans la guerre Yougoslavie) ont déjà comploté de concert contre l’intégrité territoriale de la France. Si c’est déjà arrivé ça peut se reproduire, malgré les dispositions clairement affiché dans le traité de l’Atlantique nord. Les traités n’engagent que ceux qui y croient.


  • #1562962
    le 22/09/2016 par Aryakshatrya
    Un jour en France : mercredi 21 septembre 2016

    Du coup on peut imaginer ce qui peut se tramer , aujourd’hui , on nous en prépare de bien bonnes , pas de quoi rire en fait , mais avec la confusion des services et des intérêts , on va quand même pouvoir sourire .