Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Un jour en France : mercredi 22 juin 2016

Balkany l’intouchable, l’axe Houellebecq-Macron, et les RSA du Nord

 

Rien ne va plus dans le département du Nord. Les finances sont à sec, et la pluie de l’État se raréfie. L’effet ciseaux négatif est le suivant : en 2016, la dotation du département a fondu de près de 40 millions d’euros, pendant que le nombre de bénéficiaires du RSA continue d’augmenter, pour atteindre 150 000 personnes, deux fois plus que la moyenne nationale (14 contre 7%).

 

En deux ans, le coût du RSA a grimpé de 100 millions ! L’État, à travers Manuel Valls, laisse la gestion du « social » aux intéressés. La seule variable d’ajustement qui reste, eh ben ce sont les pauvres. Du coup, les élus (de droite) ont été farfouiller dans les dossiers des allocataires et, en croisant les données avec la CAF et le Pôle Emploi, oh, mazette, on a trouvé 45 000 petits coquins. Qui touchent donc la manne céleste mais qui ne cherchent pas de travail, pourtant le contrat de principe entre le pauvre et le département. Le Monde du jour détaille les trois niveaux de sanction :

« Le niveau 1, c’est une réduction de 100 euros du montant du RSA, le niveau 2 une suspension de quatre mois, et le niveau 3 une radiation. »

Côté coquins, si l’on peut dire, du côté d’AC ! (Agir contre le chômage), on argue que de toute façon y a pas d’emploi, et que donc tout ça est une vaste foutaise, une hypocrisie. Chercher quand y a rien… Dans ce cas, posons la question : faut-il chercher ailleurs ? Se déraciner en caravane, à l’américaine ? Le débat sur l’assistanat n’est pas prêt de s’arrêter avec la raréfaction quasi-programmée des emplois « primaires ». Au fond, et tout le monde le sait, dans les sphères, à gauche comme à droite, les Français sont mal-formés. Pas physiquement, mais beaucoup n’ont pas la possibilité de passer d’un emploi à l’autre à cause d’une formation scolaire médiocre et d’une formation professionnelle inadaptée. Des emplois disparaissent, et les mono-employés disparaissent avec eux des radars sociaux.

Un qui aura toujours du boulot, malgré ses déconvenues avec la justice et ses arnaques, c’est Patrick, l’inamovible vicomte de Levallois. Balkany a été officiellement investi par son parti, Les Républicains, pour les législatives 2017.

 

JPEG - 73.5 ko
Ce montage grossier de VSD tente de faire passer l’adorable couple Patrick & Isabelle pour de riches escrocs internationaux

 

La France est un pays merveilleux : tu peux avoir un régiment de juges sur le dos, un fatras d’affaires douteuses, du fric planqué à droite à droite, rien ne peut t’empêcher de faire de la politique. On ne va pas tomber dans l’antibalkanysme primaire, mais il faut comprendre une chose : le type qui, malgré toutes ses casseroles, passe à travers les mailles de la justice, c’est qu’il a quelque chose ou qu’il est quelque chose de plus que les autres. Ce n’est pas la simple écharpe de maire de la riche ville du 92 qui permet à Pat d’échapper à la taule, mais sa fonction réelle, ou sa fine connaissance du monde politique, des affaires, et des casseroles des autres.

Dans le monde politique, les casseroles sont toutes solidaires les unes des autres, enchaînant les hommes politiques qui les traînent dans une solidarité non pas humaniste, mais calculée. Balkany ne peut pas tomber, les journalistes de Mediapart auront beau balancer tout ce que Hollande leur refile sur le gugusse, sa fonction réelle lui permet de rester un homme libre. Realpolitik, realpolitik. Que les pleunicheuses se fassent une raison, la politique est le monde des rapports de forces, basé sur une circulation de l’information, des probabilités de chute, et cette fameuse solidarité du réseau entier, qu’on a renommé système médiatico-politique. À ce titre, c’est sociologiquement intéressant. Pour le Français moyen, ça l’est peut-être moins.

 

JPEG - 92 ko
Michel a rencontré Macron mais il en a profité aussi pour rencontrer la délicieuse Karine Le Marchand, et parler de l’émission L’Amour bestial est dans le pré

 

Un qui essaye de sortir de cette nasse qui sent le poisson pourri, c’est le jeune Macron, dynamique et souriant, positif et compétent (dixit « la presse »). Il casse les lignes, les codes et les habitudes. On sent qu’il veut gouverner la France autrement, comme tout le monde. Car à la fin, c’est toujours la même saucisse : on gère le navire, mais ce sont les forces supranationales qui commandent. Le capitaine gère les petites variations autour de la tendance, imposée par des forces supérieures. Toute route nationale est interdite. Sauf quand ça arrange l’oligarchie.

Macron a rencontré Houellebecq, rédacteur en chef d’un jour du magazine de Pigasse, Les Inrocks. Pigasse-Macron, la logique du rapprochement Lazard-Rothschild, banque de gauche et banque de droite, ni droite ni gauche, ha ha ha ! Mais ne brisons pas le rêve. Le dialogue entre le numéro un des romanciers français et le tourbillon rothschildien nous emmène dans les hautes sphères de l’intellect, comme le rapporte Le Point :

À un Houellebecq qui juge « déprimant pour l’homme contemporain d’être réduit à un homo economicus », Macron répond qu’en effet « aujourd’hui la vraie lutte se joue entre le capitalisme et les religions  ». En chantre de la réussite individuelle, il reconnaît que « la promesse républicaine est bousculée par le capitalisme mondialisé et les promesses de certains monothéismes. Elle doit (donc) leur donner leur juste place dans le cadre de son projet : l’autonomie des individus ». Houellebecq lui souhaite bien du courage, estimant que « la relation entre religion et république est conflictuelle dans son principe même  ».

Traduction, pour les 45 000 allocataires coquins du Nord, parce qu’à un moment donné faut toujours un peu atterrir sur le tarmac du Réel : vous allez devoir oublier un peu le Paradis et l’État providence, les gars, et vous bouger le cul. C’est ça que Manu entend par « autonomie  ». Un euphémisme pour lâchage. Oubliez papa État et maman Religion, et débrouillez-vous, les gars !

Voir aussi :

23 janvier
Un jour en France : lundi 23 janvier 2017
Primaire en Outre-mer, mannequins maigrichons, Cyrille Eldin "merdeux"
3
20 janvier
Un jour en France : vendredi 20 janvier 2017
Procès de la Grande Borne, carton pour Le Drian, pauvre Science
7
19 janvier
Un jour en France : jeudi 19 janvier 2017
Europe 1 en chute libre, Ovidie contre le X, Osez le sexisme
22
18 janvier
Un jour en France : mercredi 18 janvier 2017
Hidalgo bête et méchante, migrants contre SDF, Guillaume Meurice contre la France
10
17 janvier
Un jour en France : mardi 17 janvier 2017
Patrick Bruel contre Marine Le Pen, Un Sac de billes, billard à 3 bandes
25
16 janvier
Un jour en France : lundi 16 janvier 2017
Les survivants d’i>Télé, froid de France, Francis Heaulme
11
13 janvier
Un jour en France : vendredi 13 janvier 2017
Marisol Touraine en grippe, Antichrist à la trappe, Mélenchon star des naïfs
19
12 janvier
Un jour en France : jeudi 12 janvier 2017
Belle alliance impopulaire, François GPA Rugy, Fillon immigration
9
11 janvier
Un jour en France : mercredi 11 janvier 2017
Laurence Haïm chez Macron, le revenu universel, Nikola Karabatic monstre Bleu
18
10 janvier
Un jour en France : mardi 10 janvier 2017
I love(d) migrants, femmes et sciences, trumpmania française
20
9 janvier
Un jour en France : lundi 9 janvier 2017
Mélenchon l’ami des banques, Huppert No border, Belkacem anti-profs
34
6 janvier
Un jour en France : vendredi 6 janvier 2017
Gad Elmaleh l’Américain, Cyril Hanouna l’anti-FN, Tancrède Melet l’homme vertige
17
5 janvier
Un jour en France : jeudi 5 janvier 2017
La Voix du Nord enrouée, Bayrou contre le "chrétien" Fillon, le coût de Calais
5
4 janvier
Un jour en France : mercredi 4 janvier 2017
Manuel Valls "inventif", Vincent Peillon "européen", Cédric "migrants" Herrou
14
3 janvier
Un jour en France : mardi 3 janvier 2016
Apprentis complotistes, Bondy Blog anti-inégalités, Marianne dévisse
19
2 janvier
Un jour en France : lundi 2 janvier 2017
Guy Bedos chez Montebourg, Lucas Belvaux anti-FN, les grilles anti-migrants
11
Décembre 2016
Un jour en France : vendredi 23 décembre 2016
Spéciale "Je veux un gros chaos à Noël"
9
Décembre 2016
Un jour en France : jeudi 22 décembre 2016
Marine Le Pen la Russe, 100 Airbus pour l’Iran, Hidalgo, Delga et les subventions
4
Décembre 2016
Un jour en France : mercredi 21 décembre 2016
Lobby militaro-industriel, Église (enfin) sous protection, Journée de l’Orgasme
13
Décembre 2016
Un jour en France : mardi 20 décembre 2016
SDF contre migrants, Debré a son pauvre, France/Allemagne en social
3
Décembre 2016
Un jour en France : lundi 19 décembre 2016
Pécresse contre le "genre", Wauquiez contre LGBT, Fillon contre les Saoudiens
5
Décembre 2016
Un jour en France : vendredi 16 décembre 2016
Najat Belkacem numérique, Gad Elmaleh Amérique, Karim Benzema juridique
15
Décembre 2016
Un jour en France : jeudi 15 décembre 2016
La SNCF débauche, l’organigramme Fillon, King Cantona & "foot leaks"
6
Décembre 2016
Un jour en France : mercredi 14 décembre 2016
Spéciale Alep : Nicole Pleurniche Ferroni, l’Anne de Paris et Sionard Glucksmann
20
Décembre 2016
Un jour en France mardi 13 décembre 2012
Ruffin chez Salamé, la grande mosquée de Sarcelles, le mur de Calais
8
 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

8 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1493884
    le 22/06/2016 par réGénération
    Un jour en France : mercredi 22 juin 2016

    - "les Français sont mal-formés. Pas physiquement" : euh ouais, on n’est pas encore un peuple de casimodos...

    - Sur Houellebecq que dire... on sent que çà lui fait plaisir... si on sait pas que le type est écrivain... enfin je suis content pour lui s’il a pu enfin niquer.

    - "Oubliez papa État et maman religion, et débrouillez-vous, les gars !" sur la conclusion on est OK, moi j’aurais mis plutôt (mais bon qui suis-je ?) maman État (la société de consommation féministe, féminisée et efféminée) et Papa religion en référence au Christ, qui n’était pas une fiotte.

    à part çà, c’est assez bien articulé... pas trop de fautes d’orthographe...


  • #1493909

    « Oubliez papa État et maman religion, et débrouillez-vous, les gars ! »
    C’est exactement ça. Devant l’énorme pression mondialiste, donc conséquente l’individu n’a jamais été aussi seul. Il est alors écrasé sous ce poids, et a une infime chance de s’en sortir, autant spirituellement que matériellement. C’est d’autant plus paradoxal que le monde actuel est dans une approche kantienne et individualiste.

     

    • #1494052
      le 23/06/2016 par réGénération
      Un jour en France : mercredi 22 juin 2016

      "Il est alors écrasé sous ce poids, et a une infime chance de s’en sortir"



      sauf que ce système repose sur un mensonge, une illusion : on ne s’en sort jamais tout seul (contrairement au mythe véhiculé par la propagande de l’individu-héros), mais en faisant les bonnes rencontres et en s’engageant à travers elles (il ne s’agit pas de tirer la couverture à soi), c’est ainsi qu’on s’en sort, un pas puis un autre etc.


  • #1493947
    le 22/06/2016 par Linspecteurgadget
    Un jour en France : mercredi 22 juin 2016

    La bulle macron quelle esbrouffe, faudra d’abord m’expliquer d’où sortent les participants de ses meetings ? Intermittents du spectacle, pigistes, manpower, figurants selectionnés par havas-publicis ?


  • #1494046

    RSAssistanat .. Le sujet est quand même un peu plus complexe .
    Entre pôle emploi qui ir-radie tout ce qu’il peut, la contrepartie demandée pour le RSA qui se transforme en moyen de contrôle sur les individus, le manque d’emploi, les formations qui ne mènent à rien et autres "ateliers" inutiles.

    C’est plus un mode de gestion des laissés pour compte (de la pauvreté), que de l’assistanat réel !
    Et au final, le RSA part dans la consommation et les loyers, alors..

    Après tout, nos pauvres ne sont pas plus bêtes que les paysans chinois, ou que le tiers monde...des usines, et voilà.. problème réglé, va travailler. (pour caricaturer).

    Enlevons ces millions d’euros d aide indirecte à la consommation, jetons ces gens sur le marché du travail dérégulé, ceux qui crient à l’assistanat verrons bien le résultat, économique déjà, et social ensuite...

     

    • #1494218

      @Renée, très bien dit ! (oui, le rsa va la plupart du temps dans le loyer toute façon, les propriétaires s’en réjouissent je suppose).


  • #1494098
    le 23/06/2016 par Jeannot
    Un jour en France : mercredi 22 juin 2016

    Que reste-t-il des années 1932-1961 ? L’œuvre éblouissante et magistrale de LF Céline . Que restera-t-il des années 1998-2016 ? Les livres de Houellebecque . C’est peu .


  • #1494568

    Il est tout de même amusant de voir les amis de Juppé jouer les vierges effarouchées au sujet de Balkany, qui n’est que "mis en examen" alors qu’ils soutiennent Juppé, qui lui a été définitivement condamné ..... Comme aurait dit Desproges : Etonnant non ???