Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Un jour en France : vendredi 10 juin 2016

Les éboueurs, le bordel et les Bleus

La grève des éboueurs, c’est la dernière carte de la CGT, qui a été au bout de son jeu. Officiellement contre la loi Travail, officieusement pour marquer des points face à la CFDT, qui lui grignote des parts de marché. Avec les grèves sectorielles en série, les ouvriers et employés de la France d’en bas se rappellent au bon souvenir de ceux de la France d’en haut, ou d’un peu plus haut. On se rend compte qu’on a besoin de conducteurs de trains, de métro, de bus, etc. Bon, on va pas non plus faire de l’ouvriérisme béat.

 

Le bras de fer CGT/gouvernement a été jusqu’au bout du bout, avec la menace d’un fiasco de l’Euro de foot. Toute cette opération ressemble à une ingénierie sociale, mais vraiment sociale pour le coup. Les manipulations dont le grand public est l’objet en pays libéral « avancé » peuvent alors être taxées d’ingénierie asociale. L’objectif du capitalisme consiste à créer des nouveaux besoins pour des consommateurs désolidarisés, soumis et apeurés. En actionnant le terrorisme d’un côté, et en valorisant la marchandise-consolation de l’autre, le Système tire bénéfice de la désocialisation. On schématise, bien sûr, mais il y a du vrai. La vie ne se résume pas dans le couple attentats/shopping, il y a des degrés.

Pourtant, les médias ont plongé la plupart des gens – qui sont branchés dessus, littéralement perfusés – dans une peur diffuse et permanente. Peur du chômage, de la souffrance, de la maladie, du futur, de la mort. Tout cela entraîne un besoin de sécurité, que ce soit au niveau affectif, social ou politique : on achète de la sécurité. Ça tombe bien, les politiques vendent de la sécurité ! Sarkozy, Valls, Marine Le Pen, chacun propose sa « sécurité » maison. Certains de ces produits sont carrément de la contrefaçon ou de l’arnaque (Valls et Sarkozy), car il y a encore moins de sécurité après achat !

Alors les Français se tournent vers Marine Le Pen, qui promet une vraie sécurité. Moins de dégâts sociaux, moins d’immigration dévastatrice, moins de délinquance. Sur le papier, tout cela paraît possible, puisque la France a vécu longtemps sans toutes ces insécurités. Cette évolution négative est-elle un effet inévitable de la mondialisation, ou le résultat d’une ingénierie sociale machiavélique ? La nuance est de taille, car dans le second cas, c’est réparable. Mais les Français doivent prendre conscience de la menace. Si certains chocs brouillent la conscience, d’autres la réveillent.

 

 

Les éboueurs sont les vrais écolos !

Il faut que les éboueurs salissent la France pour qu’on se rende compte de leur utilité sociale. On les klaxonne quand ils bloquent une rue, quand ils prennent leur temps pour ramasser les poubelles des autres, on les maudit quand ils nous réveillent en balançant des trucs tôt le matin, mais leur fonction sociale est essentielle. Celle des footballeurs de l’équipe national aussi, même si elle semble plus futile. Or rien n’est futile, socialement : les 11 Bleus symbolisent – qu’on aime le foot ou pas – le ciment de la Nation. Ils représentent sa force, sa fierté, ses faiblesses aussi. Parfois les 11 jouent ensemble, et la France gagne (1998). Parfois ils se déchirent, et c’est la cata (2010). Quand la France va mal, son équipe va mal.

Normalement, ça devrait mal se passer pour nous, même dans le groupe de la Vie, avec la Roumanie, la Suisse et l’Albanie. Le groupe de la Mort réunissant l’Espagne, la République tchèque, la Turquie et la Croatie : que des morts de faim avec des baïonnettes dans les chaussettes ! Et encore, on aurait pu avoir Turquie – Kurdistan (entraînés par BHL) – Arménie – Russie ! Là, ça partait en génocide à chaque match, comme à Marseille hier soir : 200 hooligans qui demandaient à la cantonade « où est passé l’État islamique »… Humour British. En plein Vieux-Port !

Et si les Français foutaient le bordel pour intimider leurs adversaires et gagner l’Euro ?

Mais la France est un pays surprenant : même au fond du trou, elle trouve des ressources pour remonter, alors que tout le monde la croit foutue. Le ressort des Français, on le voit dans les moments de crise totale. Autrement, c’est un pays qui se laisse aller, qui laisse le bordel monter. Mais le bordel, qui semble si lointain à nos amis anglo-saxons, ou d’Europe du Nord, n’est pas une notion uniquement négative. Le bordel peut cacher une régénération : on se balance tout à la gueule, on met tout sur la table, on envoie tout valdinguer et on discute. Et puis on range. Les érudits appellent ça « catharsis ». Une purification qui suit un désordre anxiogène.

Le bordel récurrent français est une purge : 1995 (les grandes grèves anti-Juppé), 2005 (les banlieues en feu), 2016 en cours. 2016 est vraiment une année de bordel, même au niveau politique : le PS s’écroule, la gauche ne fait plus rêver (où sont les Nuit Debout ?), le PC disparaît, le FN monte en flèche sans rien faire, la droite libérale n’a pas de solutions. Il faut dire qu’elle prône un Système qui merde systématiquement et elle n’arrive même plus à mentir tellement elle a menti. Au fait, et les écolos ?

À part l’affaire Baupin, on n’en entend plus parler. L’écologie passionne les Français, mais les partis écolos les font chier. Il n’y a que 6 000 militants en tout au parti écologiste (en congrès ce vendredi). Qui s’est rebaptisé depuis peu « EELV », un nom repoussant. Il y a plein d’autres tendances, comme au PS, on ne sait plus trop qui dit quoi, et de toute manière, les Français s’en foutent. Le petit jeu de chantage électoral avec le grand frère socialiste a gavé les militants les plus honnêtes.

 

 

L’écologie avait été créée, politiquement, pour « tuer » le PC. C’était une sorte d’excroissance trotskiste, si l’on peut dire. Il s’agissait de capter les voix à gauche pour les refiler au PS, contre conditions, évidemment : un siège de député ici, un maroquin par là. Après 30 ans d’écologie politique, les verts se retrouvent avec Emmanuelle Cosse (ex-présidente d’Act Up-Paris) au gouvernement, un symbole, et un parti en lambeaux. Les dirigeants successifs jouent la carte perso, la tendance révolutionnaire ou anti-impérialiste des débuts (et donc pro-palestinienne) a disparu. Il est loin le temps où l’on pouvait lire dans Le Monde (du 9 avril 1991), à propos du candidat des Verts dans le Rhône, au moment de la première guerre du Golfe :

« Après avoir estimé qu’aux États-Unis, “le poids du lobby juif a été déterminant pour faire pencher la balance en faveur de la guerre”, M. Brière analyse l’attitude des médias et des intellectuels pendant la guerre du Golfe en dressant une liste des “déclarations délirantes des auteurs juifs”, d’Elie Wiesel à Daniel Cohn-Bendit. “Il est impossible de recenser les juifs et les non-juifs des médias, mais pour la télé, il faut citer Bromberger qui, charmant et impeccable avec son nœud papillon, posait ingénument la question : faut-il tuer Saddam ?” »

Voir aussi :

23 mai
Un jour en France : mardi 23 mai 2017
Hanouna l’homo, les (gros) nichons d’Afida Turner, Clitorine de Haas
5
22 mai
Un jour en France : lundi 22 mai 2017
France/Brésil en pots-de-vins sous-marins, les gros sponsors du Macron, L’Anne Hidalgo sur la sellette
3
19 mai
Un jour en France : vendredi 19 mai 2017
Spécial « 70e Festival mondialiste de Cannes dans l’indifférence générale »
12
18 mai
Un jour en France : jeudi 18 mai 2017
Les Patriotes de Philippot et ceux du Mossad, Didier Super se moque de l’antifascisme, Patrick Timsit se couvre
13
17 mai
Un jour en France : mercredi 17 mai 2017
Lapix croque Pujadas, Lassalle raconte, le film d’animation français
29
16 mai
Un jour en France : mardi 16 mai 2017
Francis Lalanne contre Valls, Mélenchon lorgne sur le FN, les homos de Tchétchénie
21
15 mai
Un jour en France : lundi 15 mai 2017
La cérémonie de passation de pouvoir entre Hollande et Macron, et l’effondrement du journalisme de cour
28
12 mai
Un jour en France : vendredi 12 mai 2017
Une Brigitte première dame, la France par Sylvain Tesson, les alcoolos punis de RSA
45
11 mai
Un jour en France : jeudi 11 mai 2017
Hidalgo-Aubry-Taubira ou les ruines du PS, Achtung au copyright sur la Shoah, Mélenchon le soviet cong !
14
10 mai
Un jour en France : mercredi 10 mai 2017
Valls mendie devant Macron, Cohen au mercato radio, Bloch patronne d’Inter
15
9 mai
Un jour en France : mardi 9 mai 2017
La France qui fait honte : “foodeuses” du Figaro, “interculturalité” d’Anne Hidalgo, électeurs de Macron “sans adhésion”
14
8 mai
Un jour en France : lundi 8 mai 2017
Le message de la petite Syrienne à Macron, RFI et le massacre de Sétif, la meilleure prof du monde is french
10
5 mai
Un jour en France : vendredi 5 mai 2017
Bürki à poil pour Macron, Doherty pété contre le FN, le Manouche antinazi
29
4 mai
Un jour en France : jeudi 4 mai 2017
Mgr Barbarin se couche, Loran des Bérurier Noir vote Macron, et le vrai Victor Lanoux
30
3 mai
Un jour en France : mercredi 3 mai 2017
La dernière de Kepel, la dernière de Charlie, la dernière de Décodex
15
2 mai
Un jour en France : mardi 2 mai 2017
L’abjection du collabo Stéphane Guillon, Laurent Delahousse et la manip de Yerres, Dany Boon for Macron
23
1er mai
Un jour en France : lundi 1er mai 2017
Macron la récup, la pleurniche des médias, Finky contre le shoah-business
26
28 avril
Un jour en France : vendredi 28 avril 2017
Marine fait de moins en moins peur, Macron de plus en plus
16
27 avril
Un jour en France : jeudi 27 avril 2017
Les deux candidats se préparent au grand débat du 3 mai
17
26 avril
Un jour en France : mercredi 26 avril 2017
Rions un peu entre deux tours : Valls revient, Lassalle chez Hanouna, Attali déraille
11
25 avril
Un jour en France : mardi 25 avril 2017
Autour de la fracture Marine/Macron : Fenech, Onfray, les profs d’histoire-géo
22
24 avril
Un jour en France : lundi 24 avril 2017
Deuil national : finale Hollande/Marine, suicide de la gauche, carte riches/pauvres
45
21 avril
Un jour en France : vendredi 21 avril 2017
Laetitia femme de flic, Molins et le papier tombé, le rapport attentats/élections
25
20 avril
Un jour en France : jeudi 20 avril 2017
Spécial anniversaires : Charles Maurras, Éric Dupond-Moretti, Jean Carmet et Hitler
11
19 avril
Un jour en France : mercredi 19 avril 2017
Tous aux obsèques du PS, 15 minutes pour convaincre, Joséph Macé-Scaron-Fillon
9
 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

7 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1485045
    le 10/06/2016 par blastor
    Un jour en France : vendredi 10 juin 2016

    Ce qui s’est passé et continue à se passer ne m’a pas poussé à consommer pour oublier. Lorsque j’ai vu les grèves de transports je me suis dit que l’approvisionnement allait manquer. J’ai ouvert mon livre "Survivre" et j’ai fait mon plein et mes provisions pour un bon moment. Bien m’en a pris, car ce ne sont pas les grèves, mais l’inondation du siècle qui ont frappées et les voies de communications ont été coupées momentanément. La superette locale a été dévalisée et il n’est pas sûr que l’eau du robinet soit saine, mais dans ma liste heureusement il y avait l’eau en bouteille.
    Conclusion : maintenant tout est possible, ce n’est pas forcément ce qui semble le plus dangereux dans l’immédiat qui peut vous mettre à genou. Donc se préparer le mieux possible au lieu de s’autosatisfaire en allant acheter des vêtements ou des gadgets pour compenser. Cette expérience a été formatrice car j’ai pu repérer les points où j’étais faible.
    Profitez de ce qui arrive pour vous rendre plus fort.


  • #1485050
    le 10/06/2016 par listener
    Un jour en France : vendredi 10 juin 2016

    Le ministère de l’intérieur exhorte les gens à ne pas tenir des "propos politiques" aux alentours des stades !!!

    La politique interdite, zonée. Il faudra créer, après les "fan-zones", lieux de débauches et de beuveries abjectes, où le jeunesse se pète les tympans à écouter de la "miousic" à l’américaine, des "political-zones" pour petits français qui n’ont rien compris aux règles de la "surface de réparation" et du "hors jeu" et aux dégueulis radiophoniques autour de tout cela ? Très bien.

    Mais aussi, qui a fait de ces footeux débiles et de ces bandes de pithécanthropes en shorts, ces merdeux bourrés de frics, ces bagnoleux prétentieux, ces pitres qu’on donne en exemple à une jeunesse égarée prête à sombrer dans la pègre, ces maquereaux immatures, qui a fait de ces larves, de ces cloportes milliardaires, de vrais, de véritables "hommes politiques", et qui disent leur mot en "politique" ? Et qui leur a permis d’intervenir dans les débats "politiques" au delà du poussé de la baballe ? Avec le niveau mental qu’on sait, et les troubles de la diction et grammaticaux évidents et bien connus, évidemment.

    Les lobotomisés du stade imposent le silence autour du stade ! Incroyable. Mais le "foooot", c’est de la "politique". Moi, je suis pour l’abolition totale foot et la transformation des terrains de foot en champs de betteraves. Et mettre les Laurent Blanc et autres crétins des alpes en état d’arrestation avec confiscation des Porsche et autres bagnoles.

    Mais où est-on ? Qui sommes nous ? Terrifiant. Hollande ne s’intéresse qu’au foot ! Quand on pense que le successeur de Saint Louis, de Louis XIV et de Napoléon ne s’intéresse qu’au "foot" et qu’il s’emmerde partout ailleurs que dans un stade de "foot" ou ses petits yeux d’épagneul dressé à laper sa mémère se mettent à briller ! Qu’il lisait "l’Equipe" à l’ENA et qu’il faisait se marrer les copains qui le trouvaient sympa pour cela ! A gerber !

     

    • #1485157
      le 11/06/2016 par Yankee98
      Un jour en France : vendredi 10 juin 2016

      Amen.

      La messe est complète.


    • #1485381

      Pour rester sur le foot... Ça ne m’avait jamais interloqué, mais l’une des photos illustrant cet article... les types avec le coq gaulois sur la tête... alors qu’il n’y a quasiment plus de sang gaulois sur le terrain...
      Tout un symbole.


    • #1485436
      le 11/06/2016 par listener
      Un jour en France : vendredi 10 juin 2016

      A Yankee 98 : Moi qui ne met plus les pieds à la messe depuis belle lurette, je pense maintenant y retourner (incroyable !) par provocation délibérée en choisissant une belle messe en latin, grec (et hébreux) et au jour et à l’heure de la finaaaale ! Ceux qui assisteront à cette messe seront des purs.

      "Tout est pur pour ceux qui sont purs, mais rien n’est pur pour ceux qui sont souillés et incrédules, leur intelligence et leur conscience sont souillées" Épîtres de saint Paul, à Tite, I, 15.

      Faut-il parler "d’intelligence" et de "conscience" pour les footeux ? Non. Ils naviguent dans le néant de leur être et de leurs étants minuscules . Bestialité mais humaine, certes, mais bestialité tout de même. La bestialité emporte l’humain comme la mauvaise monnaie chasse la bonne.

      J’ai cassé la télé lors du dernier match Roumanie-France. J’en fais un paquet enveloppé d’exemplaire de "l’Equipe" torche cul notoire, et je l’envoie à François Hollande, "le fou de foot".


    • #1485523

      "Mais où est-on ? Qui sommes nous ? Terrifiant. Hollande ne s’intéresse qu’au foot ! Quand on pense que le successeur de Saint Louis, de Louis XIV et de Napoléon ne s’intéresse qu’au "foot"

      Le problème c’est qu’il n’est pas le successeur de ceux que tu mentionne. il n’est rien !


  • #1485078
    le 10/06/2016 par Palm Beach Post : "Cult !"
    Un jour en France : vendredi 10 juin 2016

    "Vous voulez que je vous en débarrasse, de ces racailles ?"

    Quand même, c’était fort, ça... lol