Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Un jour en France : vendredi 1er avril 2016

François Hollande & Fils, Thomas Piketty, Brad Pitt

JPEG - 96.4 ko
Manuel Valls se fait signifier son licenciement à sec pour « haute trahison au profit d’un pays étranger »

 

Tôt ce matin, le président de la République, rendu joyeux par la chute brutale des chiffres du chômage (-27%), due à un regain d’activité industrielle (principalement causé par des ventes d’armes astronomiques), a invité les ministres, secrétaires d’État ainsi que les responsables de l’opposition, Marine Le Pen en tête, à un petit déjeuner dit « œcuménique ». En présence du cardinal Barbarin, qui est passé en coup de vent bénir les viennoiseries, et de people triés sur le volet (Julie Gayet en Dior, Brad Pitt en jean), François Hollande est parti dans un discours sans notes, truffé de pointes d’humour, sur la « fin de la fracture sociale ». Un clin d’œil à son père spirituel régional, Jacques Chirac.

 

En effet, tous les économistes, qu’ils soient de droite libérale ou de gauche antilibérale, de Jacques Marseille à Thomas Piketty, sont d’accord pour admettre que si la situation actuelle perdure – et il n’y a pas de raison que ce redécollage soit freiné, avec l’afflux de main-d’œuvre qualifiée qui fertilise notre vieux pays – les courbes vont se croiser. Autrement dit, avec la fin de la désindustrialisation et la demande brutale de main-d’œuvre, le plein-emploi est en vue, ainsi que le renflouage des caisses de l’État, mises à mal par des décennies de chômage chronique. On parle d’un bénéfice de 127 milliards pour 2017.

 

Un incroyable cercle vertueux

 

Qui, avant cette décision soudaine du Président, aurait cru que la remigration de deux millions de clandestins et de trois millions de clampins inactifs (dont 250 000 repris de justice) aurait eu un effet aussi positif sur l’emploi et le logement ? Toujours est-il que les Français à la rue pourront être relogés gratuitement en attendant de retrouver un emploi (« payer son loyer doit être une fierté », selon le Président), et les jeunes couples qui ont du mal à démarrer dans la vie disposeront des appartements laissés vacants par les trop nombreuses familles qui ne versaient plus leur obole aux bailleurs sociaux. Inversement, des centaines de milliers de jeunes diplômés du monde entier se bousculent désormais pour travailler en France (plutôt qu’aux États-Unis), nous proposant leur qualification et leur enthousiasme. Dans ce bain d’optimisme collectif, les entreprises petites et grandes n’hésitent plus à embaucher à tours de bras, et les millions de chômeurs voient les annonces affluer. La construction suit le mouvement : 750 000 logements sociaux sortiront de terre d’ici 2018, grâce à un effort titanesque des grands bâtisseurs (Bouygues, Spie, GTM). Et quand le bâtiment va…

Mais tout ceci n’aurait pas été possible sans la victoire en Syrie : les forces françaises, qui ont pris définitivement parti pour les forces loyalistes de Bachar al-Assad, grâce à leur ingéniosité et à leur professionnalisme, ont écrasé les terroristes à Raqqa et dans leurs autres fiefs secondaires, faisant plus de 37 000 morts et une quinzaine de prisonniers. Le « berceau du terrorisme international est éradiqué », reconnaissent les Nations unies dans un communiqué nocturne (2h-GMT). Même le président américain Barack Obama, peu connu pour son hollandophilie, a été obligé de rendre hommage au travail « qualité France du big boss », en français dans le texte.

 

Charge de cavalerie française

 

C’est un coup de génie de Jean-Yves Le Drian, notre grand ministre de la Défense, qui a emporté la décision. Une charge de blindés Leclerc, un retour inattendu à la guerre de mouvement, a pulvérisé les défenseurs de l’État islamique, pourtant aguerris par cinq années de conflit. 300 chars ont déboulé au lever du soleil, avec le soleil dans le dos. Auparavant, les servants de missiles antichars TOW ont été neutralisés par nos forces spéciales, « au couteau ». Un toast a été porté à « Droopy », le surnom affectueux de Jean-Yves, et à « son audace napoléonienne », selon les propres mots du président. Qui a dans la foulée annoncé la tenue à Paris – probablement en mai – du prochain sommet des non-alignés, avec le trio MXP, Merkel-Xi (Jinping)-Poutine, et un ordre du jour historique : le remplacement du dollar dans les échanges internationaux par le franc-rouble. Une nouvelle accueillie avec joie par la présidente du Front national, qui s’est écriée « ah ben enfin ». L’axe Paris-Berlin-Moscou s’enrichit de Pékin ! Le monde bascule !

Le renouveau ne touche donc pas seulement la politique intérieure. En matière extérieure, « le paradigme américain, finished », a lancé un président hilare, la bouche pleine de croissant, ponctuant sa sentence d’un geste quelque peu obscène. Applaudissements nourris de l’assistance. Quelques visages se sont néanmoins figés, lorsque le délicat chapitre « israélien » a été abordé. Mais les craintifs – à part le ministre de la Culture qui s’est évanouie – ont vite été rassurés : la France va appuyer les résolutions de l’ONU relatives aux territoires volés aux Palestiniens, et les Américains (qui ont annoncé la fin de l’enveloppe « d’aide militaire de 10 milliards d’euros » par an, jamais remboursés), sous la pression, devraient suivre. Basculement des relations internationales, fin de l’impunité israélienne. Selon les observateurs, le parti de Netanyahu devrait être mis en minorité à la Knesset, et un vote prochain envoyer des partisans de la paix au pouvoir.

 

La fuite de BHL

 

Bernard-Henri Lévy, qui a tenté à plusieurs reprises d’assister au buffet matinal dressé dans les jardins de l’Élysée, a été éconduit et « rudoyé » par les services de sécurité. Harcelé par téléphone, le président a dû changer de numéro dans l’heure. D’après un journaliste de Libération, le « philosophe » serait en passe de prendre la fuite au Maroc. Mais le travail conjoint en matière de sécurité entre les services antiterroristes français et marocains devrait déboucher sur une appréhension rapide du fugitif. Dont le grand portrait devant les drapeaux israélien et européen a d’ailleurs été décroché du bureau de travail présidentiel. Un symbole… Un vent nouveau souffle sur la France.

Les réactions à l’étranger sur ce « french renouveau » ou le « printemps français » font la une de tous les grands quotidiens. Le Asahi Shinbun japonais, qui tire à plus de 10 millions d’exemplaires, en plusieurs éditions, affiche un énorme « Le France, la retour » sur cinq colonnes, dont on ne sait pas trop s’il s’agit d’une coquille (les articles « le » et « la » sont inversés !) ou d’humour nippon. Devant cette « frenchmania » mondiale, tous les voyants sont au vert. Chez nous, l’union nationale se met en place. D’après une indiscrétion du Canard enchaîné, Marine Le Pen pourrait « prendre un ministère d’État », sur la base de son programme social « clairvoyant », aurait admis le président. Elle remplacerait Manuel Valls ou Bernard Cazeneuve, tombés en disgrâce suite à leurs prises de positions par trop israélo-saoudiennes et à leur implication dans les événements de janvier et novembre 2015.

 

L’intervention du Dauphin

 

Tout n’est pas rose pour autant en France : les lycéens, dans la rue contre les lois Travail et pour leur retraite (signe de précocité), seront reçus par Thomas, le fils du président, plus apte à comprendre les revendications de la jeunesse. Son idée choc : équiper chaque lycéen d’un ordinateur portable branché en permanence sur le Net, pour « apprendre à comprendre à la vitesse de la lumière ». Ainsi, une expression typiquement anglaise, un lieu géographique inconnu, un événement oublié, n’auront plus de secret pour les « apprenants ». Instantanément, ils pourront rebondir sur le cours en cours. Le prof, déchargé des tâches répressives, ne sera là que pour diriger les « quêtes cognitives », selon les propres mots de Thomas. À ce sujet, petit intermède people, son idylle avec la jolie chanteuse Joyce Jonathan pourrait reprendre… Les dirigeants de la révolte lycéenne, très intéressés par le projet, qu’ils ont qualifié de « révolutionnaire » (bosser en écoutant de la musique et en mangeant des hamburgers), sont prêts à déposer les armes.

Mais à une condition : « que l’on puisse surfer sur les sites d’Alain Soral ou de Dieudonné pour des vrais débats et pour se marrer », ont exigé des membres de la coordination étudiante. Exception accordée sans accroc, car « ces thèses vont dans le bon sens », selon le dircab de Thomas. « Cette putain de loi Renseignement et les atteintes à la liberté seront levées dans la foulée », promet le dauphin qui monte, enregistré par un lycéen, et dont la vidéo « Vine » de six secondes fait déjà le tour des réseaux sociaux. Le site de l’Élysée a d’ailleurs explosé sous l’avalanche de messages, venus pas seulement de France, mais du monde entier. Un « com » symbolique parmi tant d’autres :

« J’aime à nouveau la France, merci. »

 

Voir aussi :

21 février
Un jour en France : mardi 21 février 2017
Casseroles des candidats, électeurs dégoûtés, pouvoir profond à poil
9
20 février
Un jour en France : lundi 20 février 2017
Ribéry chez Théo, Hamon non à Mélenchon, France 2017-Allemagne 1933
13
17 février
Un jour en France : vendredi 17 février 2017
Le clown Hollande à Ivry, la gauche en banlieue, Marine Le Pen au Liban
6
16 février
Un jour en France : jeudi 16 février 2017
Macron l’Algérien, les devoirs payants, tuberculose et pauvreté
15
15 février
Un jour en France : mercredi 15 février 2017
Morano casse Fillon, Dugarry casse le PSG, Pascal Lamy casse le pays
6
14 février
Un jour en France : mardi 14 février 2017
Spécial Saint-Valentin : chasse, pécho, nature, sexe et social
45
13 février
Un jour en France : lundi 13 février 2017
Émeutes anti-médias, le Système perd le contrôle, Sopo et le ghetto
18
10 février
Un jour en France : vendredi 10 février 2017
Caméras sur policiers, Big Data contre Nous, Canet chez Mouloud
11
9 février
Un jour en France : jeudi 9 février 2017
Les étoiles Michelin, Renaud renie Fillon, la mort du Grand Journal
13
8 février
Un jour en France : mercredi 8 février 2017
Davet & Lhomme balancent (Fillon), Cambadélis coule, Olivia Ruiz "chante"
22
7 février
Un jour en France : mardi 7 février 2017
Hollande chez Théo, les Fillon canardés, Hanouna à l’Élysée
53
6 février
Un jour en France : lundi 6 février 2017
Le 6 février 1934, explosion médiatico-politique, Linky mon ami
15
3 février
Un jour en France : vendredi 3 février 2017
L’humour sur Fillon, les Roms chez Christian Clavier, les Roms en vrai
20
2 février
Un jour en France : jeudi 2 février 2017
Fillon l’halali, Marianne contre Mediapart, Charles-de-Gaulle en rade
4
1er février
Un jour en France : mercredi 1er février 2017
Fillon 2017, élimination en milieu libéral, Dany Boon contre le FN
24
31 janvier
Un jour en France : mardi 31 janvier 2017
Fillongate, Macrongate, Marinegate
36
30 janvier
Un jour en France : lundi 30 janvier 2017
Partouze pour tous (justice nulle part), colère bourgeoise, Hamon le Palesto
11
27 janvier
Un jour en France : vendredi 27 janvier 2017
Fillon dans le dur, Benoît « Bilal » Hamon, les interdits de vote
15
26 janvier
Un jour en France : jeudi 26 janvier 2017
Le PS vote mineurs, Jawad insulte le juge, Cohn-Bendit regrette
16
25 janvier
Un jour en France : mercredi 25 janvier 2017
Ribes contre Trump, Les Inrocks contre Marion, Les César contre Nocturama
18
24 janvier
Un jour en France : mardi 24 janvier 2017
Fessenheim et Hollande, Macron et Assad, Valls/Hamon et l’islam
3
23 janvier
Un jour en France : lundi 23 janvier 2017
Primaire en Outre-mer, mannequins maigrichons, Cyrille Eldin "merdeux"
9
20 janvier
Un jour en France : vendredi 20 janvier 2017
Procès de la Grande Borne, carton pour Le Drian, pauvre Science
7
19 janvier
Un jour en France : jeudi 19 janvier 2017
Europe 1 en chute libre, Ovidie contre le X, Osez le sexisme
22
18 janvier
Un jour en France : mercredi 18 janvier 2017
Hidalgo bête et méchante, migrants contre SDF, Guillaume Meurice contre la France
10
 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

34 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Commentaires suivants