Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Un jour en France : vendredi 28 octobre 2016

Étiquettes trompeuses, Poste et postiers, Badinter anti-migrants

 

Après avoir été sacrés premier site politique de France par un blog hébergé chez Mediapart, le moment du renvoi d’ascenseur est arrivé. Aujourd’hui, sur le site d’Edwy Plenel, Karl Laske, le journaliste qui avait commis un livre (pas trop méchant mais suffisamment) contre le Canard enchaîné avec son comparse Valdiguié, balance une info embêtante pour Marisol Touraine, le ministre de la Santé. De la santé des labos, s’entend. Pas des gens, ne rêvons pas !

 

De quoi s’agit-il ? D’étiquetage. Au départ, il s’agissait, sous la pression d’associations de consommateurs, d’une expérience auprès de 40 magasins, débutée fin septembre 2016, qui devait clarifier la qualité des denrées alimentaires pour le public grâce à cinq codes couleur, « du vert au rouge selon la qualité nutritionnelle des produits ».

 

 

C’est alors que, sous pression de Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture très décrié d’une agriculture très décriée, Touraine a dû ouvrir une « concertation  » avec les représentants de l’industrie agroalimentaire et de la grande distribution, qui ont mis leur grain de sel dans le projet. D’où l’impression trouble de double logo, qui perd le consommateur. Pour exemple, car c’est un peu technique, Laske détaille la manip avec les pâtes chocolatées :

Tout en supervisant l’opération, LinkUp [une agence qui dépend directement du secteur] a ainsi lancé « l’Openlab Nutella » pour Ferrero afin de « débattre » de « la réalité de l’huile de palme durable ». Mais l’agence travaille aussi pour Lesieur, Mondelez, Nestlé, Bordeau Chesnel, Orangina, Quick, Charal…

La demande de transparence a donc fini en tambouille de conflit d’intérêts et délit d’initiés, si l’on peut dire. Comme quoi une bonne idée, démocratique pour le coup, quand elle traverse le champ du réel, peut se changer en son contraire : confisquée, altérée, neutralisée, elle est renvoyée sur le marché par les forces du marché (industrie et distrib) qui ne veulent pas perdre le pouvoir de l’information. Pierre Chandon, membre du comité scientifique de l’étude, résume la manip :

« Les industriels auront le choix d’étiqueter ou non les produits. Tous les produits ne seront pas étiquetés »

L’obésité et le diabète, qui se développent à la vitesse de la chute du PS dans les sondages, ne sont pas près de disparaître, nourris qu’ils sont par un étiquetage timide et des packagings accrocheurs pour les enfants. Aujourd’hui, 15% des Français sont touchés par des ALD (affections de longue durée), majoritairement dues à une mauvaise nutrition. Mais ça, les industriels s’en foutent… plein les poches !

 

JPEG - 148.5 ko
Ou une lettre de licenciement

 

La morale, c’est pas ce qui étouffe non plus la direction de La Poste, vous savez, cette grande boîte (à lettres) publique symbolisée par ce petit facteur sympa, qui discute avec la vieille dame, pendant sa tournée en vélo, dans une rue ensoleillée… Dans un article (payant) du jour, L’Humanité donne la parole à Laurent, 53 ans, qui explique que «  l’entreprise a voulu se débarrasser de lui à cause de son profil de cadre à l’ancienne  ». L’Huma va mal, et son abonnement en numérique est encore plus cher que celui du Figaro (9€90 par mois), et même du Monde (16€90, alors qu’il était à 72€ par an il y a peu), puisqu’il faut débourser 20 à 23€ par mois pour pouvoir lire le canard post-communiste.

C’est pas qu’on est radins mais un sou est un sou et on connaît un peu les malheurs du service public en général, et de La Poste en particulier. À l’image de France Télécom dans les années 2000, un grand ménage est en cours pour infliger aux 260 000 employés un management à l’américaine, ou à l’européenne. Chez Orange, ça s’est matérialisé par des dépressions dans le meilleur des cas, des suicides dans le pire. À La Poste, on prend le même dangereux chemin. Le prétexte, c’est la rentabilité, et l’ouverture du courrier à la concurrence européenne. Une ouverture progressive, qui a commencé à l’aube du XXIe siècle, conséquence d’une directive européenne. La libéralisation a lieu par paliers, en fonction du poids des colis et des lettres. En contrepartie d’une aide de l’État et de la Caisse des Dépôts, de près de 3 milliards en 2010, la direction a imposé sa nouvelle ligne.

La tournée du facteur par La Poste :

 

Concrètement ? Les 73 000 facteurs (un petit tiers des effectifs, que la Cour des comptes estime « sous-occupés ») ont dû allonger leurs tournées, en changer régulièrement, et fermer leur gueule, sauf pour placer des produits financiers aux personnes âgées (piste apparemment abandonnée). Résumé brutal, mais pas si éloigné que ça du réel. Les nouveaux employés de la grande maison n’étant pas forcément embauchés en titulaires, mais en « contrats privés ». Ce qui change pas mal de choses, du point de vue de la conscience professionnelle. On l’a vu avec la qualité du service (QS), qui a pris un coup dans l’aile. Sauf si le client ou l’usager paye – plus cher – pour un service dont il bénéficiait naturellement avant. Un scénario banal qu’on retrouve dans les (ex-)services publics. Nous y reviendrons plus en détail en décryptant la stratégie de la direction et des syndicats, entre lesquels le public se sent un peu à l’étroit, en étau…

Parallèlement à cette « libéralisation » de nos fiers services publics, un des piliers de cette France qui ne veut pas ressembler aux pays anglo-saxons, qui tentent de bousiller ce réseau solidaire avant l’heure, on subit une libéralisation humanitaire sous la forme d’une invasion migratoire savamment calculée.

Curieusement, certains de ceux qui hier chantaient les louanges de cette défrancisation du pays sont aujourd’hui moins enclins à infliger aux beaufs des leçons de morale antiraciste. Le cas Finkielkraut est un bon exemple de girouette intellectuelle employée de l’oligarchie. En gros, pendant 30 ans, l’immigré a été une chance pour la France ; soudain, le musulman recèle un grave danger.

 

 

Vous allez nous dire : mais l’oligarchie, si avant elle disait que c’était bien, et maintenant que c’est pas bien, pourquoi qu’elle continue à importer du migrant ? Bonne question. Pour foutre le merdier, justement, et faire monter la haine contre lui, en lui donnant tout ce qu’elle retire aux Français de base !

Imaginez que vous ayez des chiens, que vous nourrissez convenablement, et qu’un jour, vous rameniez des chiens d’une autre race (eh oui, y a encore des races chez les chiens, mais juste chez eux attention), que vous priviez les premiers de la bonne pâtée de viande hachée de bonne charolaise mélangée à du bon riz, que vous les laissiez regarder les nouveaux arrivants bouffer leur repas dans leur gamelle, et que vous les enfermiez derrière des barreaux en leur foutant des coups (terrorisme) à chaque fois qu’ils grognent… Imaginez.
C’était la parabole canine du jour.

 

Prolongez les thèmes du jour sur Kontre Kulture

Voir aussi :

23 février
Un jour en France : jeudi 23 février 2017
Rire contre l’homophobie, Décodex et le charlot, Fillon sous contrôle
9
22 février
Un jour en France : mercredi 22 février 2017
Théorie des dominos à gauche, Francis CRIF Kalifat sur RTL, Kevin Razy transféré
5
21 février
Un jour en France : mardi 21 février 2017
Casseroles des candidats, électeurs dégoûtés, pouvoir profond à poil
10
20 février
Un jour en France : lundi 20 février 2017
Ribéry chez Théo, Hamon non à Mélenchon, France 2017-Allemagne 1933
14
17 février
Un jour en France : vendredi 17 février 2017
Le clown Hollande à Ivry, la gauche en banlieue, Marine Le Pen au Liban
6
16 février
Un jour en France : jeudi 16 février 2017
Macron l’Algérien, les devoirs payants, tuberculose et pauvreté
15
15 février
Un jour en France : mercredi 15 février 2017
Morano casse Fillon, Dugarry casse le PSG, Pascal Lamy casse le pays
6
14 février
Un jour en France : mardi 14 février 2017
Spécial Saint-Valentin : chasse, pécho, nature, sexe et social
45
13 février
Un jour en France : lundi 13 février 2017
Émeutes anti-médias, le Système perd le contrôle, Sopo et le ghetto
18
10 février
Un jour en France : vendredi 10 février 2017
Caméras sur policiers, Big Data contre Nous, Canet chez Mouloud
11
9 février
Un jour en France : jeudi 9 février 2017
Les étoiles Michelin, Renaud renie Fillon, la mort du Grand Journal
13
8 février
Un jour en France : mercredi 8 février 2017
Davet & Lhomme balancent (Fillon), Cambadélis coule, Olivia Ruiz "chante"
22
7 février
Un jour en France : mardi 7 février 2017
Hollande chez Théo, les Fillon canardés, Hanouna à l’Élysée
53
6 février
Un jour en France : lundi 6 février 2017
Le 6 février 1934, explosion médiatico-politique, Linky mon ami
15
3 février
Un jour en France : vendredi 3 février 2017
L’humour sur Fillon, les Roms chez Christian Clavier, les Roms en vrai
20
2 février
Un jour en France : jeudi 2 février 2017
Fillon l’halali, Marianne contre Mediapart, Charles-de-Gaulle en rade
4
1er février
Un jour en France : mercredi 1er février 2017
Fillon 2017, élimination en milieu libéral, Dany Boon contre le FN
24
31 janvier
Un jour en France : mardi 31 janvier 2017
Fillongate, Macrongate, Marinegate
36
30 janvier
Un jour en France : lundi 30 janvier 2017
Partouze pour tous (justice nulle part), colère bourgeoise, Hamon le Palesto
11
27 janvier
Un jour en France : vendredi 27 janvier 2017
Fillon dans le dur, Benoît « Bilal » Hamon, les interdits de vote
15
26 janvier
Un jour en France : jeudi 26 janvier 2017
Le PS vote mineurs, Jawad insulte le juge, Cohn-Bendit regrette
16
25 janvier
Un jour en France : mercredi 25 janvier 2017
Ribes contre Trump, Les Inrocks contre Marion, Les César contre Nocturama
18
24 janvier
Un jour en France : mardi 24 janvier 2017
Fessenheim et Hollande, Macron et Assad, Valls/Hamon et l’islam
3
23 janvier
Un jour en France : lundi 23 janvier 2017
Primaire en Outre-mer, mannequins maigrichons, Cyrille Eldin "merdeux"
9
20 janvier
Un jour en France : vendredi 20 janvier 2017
Procès de la Grande Borne, carton pour Le Drian, pauvre Science
7
 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

8 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1588941

    Ce qui se passe pour la Poste se passe/passera de la même manière pour les autres services publics. A votre avis, qu’est-ce qui se prépare derrière la grogne des agents de police ? Eux aussi sont en ligne de mire.
    Merci l’UE.


  • #1588984
    le 28/10/2016 par Brillat Savarin
    Un jour en France : vendredi 28 octobre 2016

    L’étiquetage avec des pastilles colorées ça ne peut pas marcher : si la "qualité nutritionnelle" du produit est faible, bref si c’est de la MERDE, qui va en acheter ? Les coprophages ne sont pas si nombreux...

     

    • #1589219
      le 29/10/2016 par Palm Beach Cult : "Post !"
      Un jour en France : vendredi 28 octobre 2016

      "bref si c’est de la MERDE, qui va en acheter ?"

      Ce sont les pires merdes qui sont les plus addictives, pour les populations concernées...
      Bonbons, chips, ouiskicoca, patatartiné, charcuteritougra...
      Va un samedi après-midi dans les rayons dédiés des grandes surfaces des grands centres commerciaux, c’est apocalyptique !
      Ne parlons pas des cigarettes, puisque ce n’est pas de la nourriture, n’est-ce pas ?


  • #1589059
    le 28/10/2016 par Gentil sémite
    Un jour en France : vendredi 28 octobre 2016

    Quelle magnifique parabole. Dommage qu’on puisse pas capter les chaines Qatari avec.


  • #1589190

    badinter le "communiste", et de découvrir le droit naturel...

    la C.moy va probablement s’auto-dévorer avant de reconnaître, au bord du précipice, que le libéralisme la tue.

    qu’est-ce qui la retient ? la peur du chômage (la mort sociale) mais ne savent-ils pas - les prolo’ - que le chômage, c’est comme le sida : quand on l’a, on n’en a plus peur ?

    c’était la leçon communiste du samedi matin

    Geoffrey, neo-communiste (wallon mais bon...passons à autre chose)


  • #1589216

    Bientot au cinema :
    - "La Folle Histoire de Max et Leon" de Jonathan Barré : deux amis d’enfance tentent par tous les moyens d’échapper à la Seconde Guerre mondiale.
    - "Les Enfants de la chance" de Malik Chibane : juillet 1942. Maurice Gutman, 12 ans, évite de justesse la rafle qui emporte sa famille.
    - "Seul dans Berlin" de Vincent Perez : Otto et Anna, un couple d’ouvriers, tentent de faire profil bas face au parti nazi.
    - "Alliés" de Robert Zemeckis : Casablanca 1942. L’agent Max Vatan rencontre la résistante française Marianne Beauséjour.
    Mais aussi :
    - "Une semaine et un jour" de Asaph Polonsky : a la fin du Shiv’ah, les 7 jours de deuil dans la tradition juive, l’existence reprend son cours.
    - "Mountain" de Yaelle Kayam : une jeune femme juive Orthodoxe vit avec sa famille dans le cimetière juif de Jérusalem.
    - "Nabucco" de Elijah Moshinsky et James Levine : le peuple juif, vaincu par le roi de Babylone, implore l’aide divine.
    Sans oublier :
    - "Dalida" de Lisa Azuelos
    - "Ouvert la nuit" de Edouard Baer
    - "Le Coeur en braille" de Michel Boujenah
    - "Faut pas lui dire" de Solange Cicurel
    - "L’Invitation" de Michaël Cohen
    - "Maman a tort" de Marc Fitoussi
    - "À fond" de Nicolas Benamou
    - "Vivere" de Judith Abitbol
    - "Entre les frontières" de Avi Mograbi
    - "UIP 27" de Joachim Hamou
    - "La Cigale, le corbeau et les poulets" de Olivier Azam
    - "Power Rangers" de Dean Israelite
    Bref...
    - "La Grande course au fromage" !

     

    • #1589518

      une vraie liste de Schindler,
      du coup je suis allé vérifié tellement c’est gros. eh ben non c’est pas du pipeau.
      on pourrait demander à Jean Frederic Poisson ce qu’il en pense
      (pour le prénom de Poisson j’ai tapé poisson excuses, c’est sorti en premier, hé hé hé !)


  • #1589225

    Je n’ai pas trop étudié l’histoire de l’étiquetage mais ça me semble, même sans les lobbies du marché, assez utopique d’avoir quelque chose de pertinent.