Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Un nouveau pays africain annonce son retrait de la CPI

Les instances mondialistes s’effritent

La Gambie va se retirer de la Cour pénale internationale (CPI), a annoncé son ministre de l’Information Sheriff Bojang, après des décisions similaires de deux autres pays africains, le Burundi et l’Afrique du Sud.

 

« À partir de ce jour, mardi 24 octobre, nous ne sommes plus membres de la CPI et avons entamé le processus prescrit par le statut fondateur » pour nous en retirer, a indiqué Sheriff Bojang dans une déclaration à la télévision nationale reprise sur les réseaux sociaux et diffusée sur YouTube.

Le ministre a accusé la CPI de « persécution envers les Africains, en particulier leurs dirigeants », alors que selon lui « au moins 30 pays occidentaux ont commis des crimes de guerre » depuis la création de cette juridiction sans être inquiétés.

Cette décision constitue un revers personnel pour la procureure de la CPI, Fatou Bensouda, de nationalité gambienne, qui a été ministre de la Justice du président Yahya Jammeh.

La Gambie a tenté en vain de convaincre la CPI de poursuivre les pays de l’Union européenne pour la mort de nombreux migrants africains en Méditerranée, a noté Sheriff Bojang, précisant que son pays avait menacé de prendre des mesures s’il n’était pas entendu.

Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon et le président de l’Assemblée des États parties au traité fondateur de la CPI, le ministre sénégalais de la Justice Sidiki Kaba, ont appelé les pays qui critiquent le fonctionnement de cette juridiction à ne pas s’en retirer, mais à résoudre leurs différends par le dialogue avec les autres membres.

La Gambie, petit État anglophone d’Afrique de l’Ouest de quelque deux millions d’habitants, enclavé dans le territoire du Sénégal hormis sa façade atlantique, est dirigée depuis 1994 par Yahya Jammeh.

Parvenu au pouvoir par un coup d’État sans effusion de sang, il a été élu en 1996, puis constamment réélu depuis. Il briguera un cinquième mandat en décembre.

Son régime est accusé par des ONG et par le département d’État américain d’enlèvements, ainsi que de harcèlement de la presse et des défenseurs des droits humains. Des critiques que Yahya Jammeh rejette systématiquement.

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture :

La CPI et ses limites, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

8 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Bien vu. La CPI n’est qu’un outil néocolonialiste parmi tant d’autres de toute façon.


  • L’aspect le plus grotesque de ce tribunal c’est qu’il ne peut pas juger un dirigeant des Etats-Unis d’Amérique.

    Cela prouve que les dirigeants Américains savent qu’ils commettent des crimes de guerre.


  • #1587118
    le 26/10/2016 par jojo l’affreux
    Un nouveau pays africain annonce son retrait de la CPI

    La Gambie a tenté en vain de convaincre la CPI de poursuivre les pays de l’Union européenne pour la mort de nombreux migrants africains en Méditerranée, a noté Sheriff Bojang, précisant que son pays avait menacé de prendre des mesures s’il n’était pas entendu.




    Un bijoux représentatif de la démagogie des "présidents-dictateurs" Africains ! On parle quand même d’un type qui est au pouvoir depuis 20 ans et qui fait tirer sur sa population à balles réelles quand elle manifeste son mécontentement dans la rue (donc un mec moins gentil que Omar Bongo -qui se contente de leur péter la gueule).
    Les Européens ne sont pas responsables de la migration des Africains qui prennent de leur propre chef la décision d’immigrer illégalement et de s’entasser sur des rafiots pourris pour traverser la barrière méditerranéenne. Quand un adulte prend la décision de foutre ses doigts dans la prise électrique, il est le seul responsable de son électrocution, il n’y a pas de raison de se retourner contre l’EDF.
    Une autre façon de voir les choses est que cette immigration massive illégale est un acte de guerre non-conventionnelle, auquel titre les Européens seraient en droit de couler les bateaux pour neutraliser les soldats et défendre leur intégrité territoriale. La on va quand même chercher les clandestins dans les eaux territoriales libyennes.
    Comment ça se passerait d’après vous si en 2017 on organisait l’immigration clandestine de centaines de milliers de brésiliens vers les cotes de l’Afrique de l’Ouest ? Vous pensez que les Gambiens accepteraient d’aller les chercher au milieu de l’Atlantique pour les protéger du naufrage ou qu’ils pleureraient au néo-colonialisme ? Alors pouet-pouet !

     

    • #1587145

      "Un bijoux représentatif de la démagogie des "présidents-dictateurs" Africains ! "

      Comme l’étaient, au yeux des usa, Saddam et Mouhammar. On sait maintenant ce qu’il est advenu de leurs pays respectifs depuis qu’ils ont été assassinés.

      "Les Européens ne sont pas responsables de la migration des Africains qui prennent de leur propre chef la décision d’immigrer illégalement".

      Ben voyons !!!! Si tu la crois pas celle là, le gars il t’en raconte une autre !!!

      Bravo jojo l’affreux, vous portez votre pseudo à merveille....


    • Je suis tout à fait de votre avis ,mais malheureusement ,on a à faire à des fouilles merde qui cherchent l’affrontement et la destruction .Ils savent très bien et entendent bien ce que vous dites ,mais ce n’est pas leur but ,mis à part quelques demeurés bobos dont les fils se touchent.


  • #1587142

    "au moins 30 pays occidentaux ont commis des crimes de guerre » depuis la création de cette juridiction sans être inquiétés."

    30 ? Moi j’en connais au moins deux, et pas des moindres..........


  • C’est beau
    esperons que l’Afrique quitte en masse cette plaisanterie de justice


  • Depuis ses débuts à Nuremberg, ces "tribunaux internationaux" n’ont jamais "jugé" autre chose que des gens qui avaient perdu des guerres ou leur pouvoirs politiques .....
    Pendant ce temps, les dirigeant étasuniens, soviétiques, chinois, britanniques etc..... Qui ont commis et pour certains commettent encore les crimes les plus monstrueux à travers le monde n’ont jamais étés inquiétés le moins du monde .....
    Il est donc tout à fait normal que ces pays africains refusent de continuer à cautionner ce système totalement illégitime, qui n’a de plus strictement rien à voir avec la moindre justice !!!