Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Un refuge à haute technologie dans la Vanoise

La France est pleine de ressources et de trésors

Le refuge du col du Palet en 2016, dans le parc de la Vanoise, mélange de tradition et de technologie écologique.

 

 

 

Le même refuge avant l’arrivée de la technologie de pointe :

 

 

Il y a aussi des loups dans le parc de la Vanoise. Ici, le reportage d’un photographe animalier dans la réserve américaine du Yellowstone (en anglais sous-titré en anglais) :

Plein air, santé, connaissance, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

22 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1456984

    210000€ ça fait cher l’installation, mais en termes d’autonomie le concept est intéressant et à développer. Stocker le surplus énergétique sur des piles à hydrogène, c’est peut-être l’avenir.

    Magnifique parc de Yellowstone au passage.

     

    • #1457024

      80% payé par "l’Europe", avec... nos sous. Merci, "l’Europe" !


    • #1457222
      le 02/05/2016 par rectificateur
      Un refuge à haute technologie dans la Vanoise

      @ pff : bonne remarque. "Financé par l’Europe", ça veut dire en clair que si ça avait été financé directement par la France ça nous aurait coûté moins cher, vu que la France donne au budget européen nettement plus que ce qu’elle perçoit !

      Et le pire c’est que plein de gens croient que "l’Europe" leur apporte des subventions...


    • #1457350

      L’avenir c’est parfois aussi le passé, les batteries au nickel d’Edison fonctionnent encore très bien, elles ont une centaine d’années !


    • #1457997

      Le problème de ce type de batteries c’est le rendement qui est ridicule de l’ordre de 10-12%
      Alors qu’avec une pille on est entre 35 et 50% suivant les modelés
      (déjà que les panneaux solaires produisent pas grand chose...)
      Se que dit pas la petite vidéo c’est le danger si ce type de système ce répandais dans le monde
      (ce qui n’es pas prêt de ce faire vu le prix ... )
      L’hydrogène est connu pour attaquer la couche d’ozone et ce gaz à tendance à ce combiné spontanément (sans combustion) en haut atmosphère avec l’oxygène pour former de l’eau, hors la vapeur d’eau est un gaz à effets de serre 100 fois plus virulent que le co²

      L’autre problème c’est que le palladium des électrodes est un métal de transition (métaux lourd) extrêmement rare est cher, qui en plus d’être quasiment introuvable avec des réserve mondiale quasi vide (et uniquement chinoise) est un produit extrêmement toxique et cancérigène.

      je crois que l’utilisation d’un groupe électrogène moderne (uniquement pour recharger les batteries quand il y a pas de soleil) émet un peut de co2, mais à le mérite d’être infiniment moins polluant en énergie grise.
      En attendant les accumulateurs sodium-ion les batteries sodium liquide sont un technologie bien plus fiable. Le rendement est un peut moindre ( l’energie décroit dans le temps faute au sodium qui doit rester liquide), mais cette technologie est bien moins cher et bien plus écologique.
      Malheureusement c’est une technologie d’origine japonaise et pas Americano-allemand et elle ne disposent donc pas d’un lobbying puissant en Europe

      Ce type de refuge devrais peut être simplement accepter de fonctionner sans l’électricité ???
      (au moins quand il y a pas de soleil)
      Malheureusement les bobo parisien qui viennent en vacances on besoin de recharger leur IPHONE j’imagine...


  • #1457028

    çà fait deux ans que je me bat pour me construire un chalet bois équipé EnR, et complètement autonome. Aucunes des municipalités que j’ai visées ne m’ont permis d’accomplir ce projet. Je pensais que c’était à cause du PLU ou du décalage par rapport aux maisons voisines, mais non...faut d’abord que çà passe par les nantis. En gros, c’est pas ta future maison qui fait tâche, c’est toi, gros con de smicard. Une sorte de non-mixité sociale rurale, quoi. Petite précision, j’habite sur la région toulousaine, et je ne travaille pas pour l’aéronautique. En dehors des prix de dingue, même pour poser une barque sur le canal, vaut mieux bosser pour airbus -.-


  • #1457124

    Je vois pas en quoi ça réjouit les gens quand on leur montre que toutes les technologies qui permettent de produire de l’énergie non polluante existent bel et bien (et depuis bien longtemps) et qu’il n’y ont toujours pas accès.

    On se réveille ou pas les gars ? Ou on continue de boire du pétrole au biberon ?

     

    • #1457171

      210K€, admettons que l’installation dure 20 ans : ça fait 875 € par mois.

      Vous d’abord, ça fera baisser les prix pour les autres.

      Et aussi : l’EROEI des technologies "non polluantes" actuelles est considérée par la plupart des spécialistes comme trop basse pour soutenir une économie industrielle (lire Gail Tverberg pour la vulgarisation), ah mais alors comment fait-on après avoir adopté le tout solaire/éolien en 2016 pour continuer à fabriquer des panneaux solaires et des éoliennes ? Oups ?


    • #1457599

      C’est amusant que vous ameniez la question de l’argent dans un premier lieu, personnellement je ne quantifie pas l’importance de ne pas polluer matériellement.

      De plus, les technologies présentées ici ne sont que pacotilles, on laisse quelques chercheurs faire joujoux pour leur donner l’impression qu’ils servent à quelque chose alors que des technologies bien moins volumineuse et moins chère existent. Tout ceci fait partie du spectacle.

      D’ailleurs l’éolien et le photovoltaïques sont polluants, ils faut bien les produire avant de les installer et d’en tirer profit, personne ici n’a dit que c’était écologique.


  • #1457166
    le 02/05/2016 par Bananonyme
    Un refuge à haute technologie dans la Vanoise

    J’ai déjà pu passer une nuit dans ce merveilleux endroit, dans le dortoir sous le toit du chalet.

    Lorsque l’économie aura exploité le filon du pétrole jusqu’à épuisement, elle s’attaquera à "l’énergie verte" et l’homme se mettra à consommer autant de panneaux qu’il ne consomme aujourd’hui de pétrole, avec, pourquoi pas, les panneaux à obsolescence programmée.
    Tout cela se fait au profit d’une complexité redoutable qui nous rend dépendant des entreprises qui produisent ces engins hors de prix. L’argument écologique est le même qui nous fera nous nous demander comment recycler ces panneaux une fois usés...

    La seule sortie raisonnable, c’est celle de la frugalité et de la tempérance.


  • #1457207

    Sympa la pile à combustible pour alimenter le refuge, ca serait cool d’avoir un expert qui passe par là pour donner quelques données complémentaires au vu de la taille de la bonbonne d’hydrogène (quelle production en kWh cela donne-t-il ? est-ce que comme pour le solaire on alimente des batteries puis on ondule pour faire du 220V ? Quelles pertes ? Inconvénients, entretien, etc etc... Qu’est-ce qui coute cher dans cette installation ? la conversion hydrogène en électricité ? les batteries ? etc etc...)

    Sinon, j’ai tiqué sur le 2e reportage quand la journaliste de FRANCE TV nous parle d’ "expérience de waïldeurnesse" c’est vraiment incroyable d’aller chercher des mots américanisés pour tout et n’importe quoi, elle pouvait pas dire "expérience de retour à la nature" ?

     

    • #1457304

      Pour produire de l’hydrogène avec un rendement économiquement justifiable il y a deux méthode : par extraction depuis des composés hydrocarbonés (pétrole, gaz naturel) ou par électrolyse (à partir de l’énergie électrique).

      Dans les deux cas les lois de la thermodynamique impliquent que le rendement sera forcément négatif (convertir une forme d’énergie en une autre forme d’énergie implique une perte) : de nos jours pour produire 1 joule utile d’hydrogène il faut dépenser environ 3 joules d’électricité, par exemple.

      Donc convertir de l’énergie électrique + des matières premières en hydrogène puis celui-ci en électricité implique une perte inévitable et phénoménale de rendement.

      Pour les satellites c’est bien, vu que tirer une ligne EDF à 36000 km d’altitude c’est pas trop pratique, mais pour une maison, comment dire...


  • #1457347

    Je suis en train de developper une maison dites intelligente et autonome, arduino partout (c’est formidable ces bidules, si vous savez programmer en C chopez-en vous finirez par trouver de quoi d’utile à faire avec !), batterie nickel (chere mais increvable, et non toxique), modules electrothermiques + rocket stove, solaire (surtout chauffage, les panneaux je suis pas fan mais peut-etre je serais obligé), eolien, aquaponics, serre interieure, etc... la totale quoi. Si j’arrive à mener ca à bien je pourrai partir plus d’un mois en vacances au creux de l’hiver, et tout fonctionnera tout seul, et au pire je vais pouvoir tout piloter à distance (bon par contre si y a une fuite d’eau, je pourrais pas la reparer à distance, mais là automation ou pas ca change rien)... bilan fin 2017 si ca va au bout

    ps : vous inquietez pas je documente si je le fais, mais la c’est encore à l’étape préparatoire, j’ai même pas le terrain encore (peut-etre le mois prochain !)


  • #1457420

    J’aime les gens qui parlent sans savoir...

    "c’est cher" : Ben oui... Une installation quasi expérimentale c’est cher. Attendez que le système soit industrialisé et les coûts seront divisés par 2 ou 3 comme le solaire photovoltaïque l’a été (en fait par bcp plus !)

    "rendement négatif" : là je me crispe... Quand on ne sait pas ce qu’est un rendement c’est peut-être mieux de se taire ? Pour info, le nuke à un rendement qui est forcément limité à 33%, en fait moins.

    A propos du "nucléaire pas cher", "fierté tricolore"... Quand vous intégrerez les 8 MILLIARDS que l’état vient de mettre sur la table et tout ce qui n’a JAMAIS été compté dans les coûts d’exploitation on reparlara alors du concept...

     

    • #1457458

      L’hydrogène ne se trouve pas à l’état naturel sur notre planète : il faut le produire à l’aide d’énergie. Ce processus implique une perte (lois de la thermodynamique), par conséquent utiliser l’énergie primaire employée pour la conversion directement aura toujours un meilleur rendement qu’utiliser l’énergie obtenue par le processus de transformation. Je ne vois pas ce qui est nouveau là-dedans.

      Dans certaines applications ça peut marcher : produire du carburant liquide à base d’hydrogène par électrolyse de l’eau de mer dans un porte-avion nucléaire à un intérêt stratégique et logistique.

      Utiliser cette technique pour alimenter un bâtiment situé dans une zone inaccessible aussi, car si la chaîne logistique est trop complexe cela peut entraîner un coût énergétique final trés élevé. Par exemple le coût final du carburant utilisé dans les bases militaires en afghanistan est à 95% un coût logistique.

      En revanche pour alimenter un pavillon à montreuil sous bois, j’ai du mal à voir l’intérêt de masse. Or, si pas d’intérêt de masse = pas de développement industriel.

      Pour ce qui est du photovoltaïque, avec un rendement réel à 8-9% sur les technologies de masse (c’est à dire n’employant pas de terres rares), la question qui se pose est celle de L’EROEI

      Dans cette problématique, le jeu est de savoir choisir le moment opportun pour déployer les technologies alternatives afin de bénéficier du meilleur rendement possible.

      Trop tôt et le taux de retour énergétique est trop faible pour assurer la viabilité du système de production industriel qui ne dispose plus d’assez de marge énergétique pour se perpétuer.

      Trop tard et il y a discontinuité dans l’approvisionnement en énergie — et le système s’effondre.

      Je ne me hasarderais pas en prédictions (apocalyptiques ou non).


    • #1457766

      "



      c’est cher" : Ben oui... Une installation quasi expérimentale c’est cher. Attendez que le système soit industrialisé et les coûts seront divisés par 2 ou 3 comme le solaire photovoltaïque l’a été (en fait par bcp plus !)




      ça nous fera quand même 80 0000 euros de quoi s’encroumer pour 20 ans sans compter le prix du terrain.
      et bien moi je vous emmerde je me chauffe au bois , le bois de la taille de mes arbres. ça c’est de l’écologie,
      pas ces gadgets high tech qui polluent déjà rien que pour chauffer les locaux où ils inventent ces conneries.
      l’écologie ce n’est pas produire et consommer, mais utiliser en premier lieu ce qui est à disposition sans trop foutre le bordel.

       

      • #1457995

        Utilisez vous un rocket stove ? J’imagine que ca se traduit en "four fusée", je vous le recommande si vous êtes un vrai écolo qui chauffe au bois, combustion parfaite avec de l’eau en sortie, peu onereux et facile à construire aussi.


    • #1458054

      @bofpwr :

      Votre réponse part dans tous les sens... sauf répondre à mes points.
      Assez typique des pro-nucléaires qui vivent dans un petit monde où l’on se croit tout comprendre et connaitre alors qu’on n’a du monde qu’une vision très partielle et partiale (vu les rémunérations issues du vol par qq uns d’un lobby tout puissant, de l’argent de tous.)

      Je vous parle de :
      - coût du nucléaire dont on ne sait RIEN, vous ne répondez pas,
      - de mes interrogations sur vos connaissances en thermo au vu de vos divagations (rendements négatif) et vous me répondez sous-marin,
      - de rendement du générateur et vous me parlez de rendement "réel" sans apporter aucun élément pour expliquer le "réel"...

      Vous me parlez de taux de retour énergétique sans avoir la décence de parler de celui du nucléaire ou du pétrole... Dans lesquels il conviendra d’apporter les coûts des guerres, les pertes en lignes, etc. (sans parler du coût humain et de l’oligarchie générée par ces filières typées multinationales... ce qui me semble un peu contradictoire pour ce site...).
      Autrement dit vous allez avoir du mal à le calculer et continuer à l’ignorer et nous faire payer.

      Bref votre objectif c’est justifier un mode de production dont j’imagine que vous vivez grassement.

      Le jour où cette filière saura tenir ses promesses tjrs repoussées, on reparlera en mettant tout à plat.
      C’est la seule filière dans laquelle on doit se contenter de promesses alors que toutes les autres ont mis cartes sur table sur les appros, les processus, le recyclage, etc.


    • #1458256

      @ amejidonc,
      merci pour le tuyau (c’est le cas de le dire),, ecellente chose que ce four fusée, il améliore grandement le principe de fonctionnement de nos vieilles cuisinières à bois.
      ça c’est de l’écologie, système simple, matériaux simples, pas cher et eficace. quant à la pollution, pas plus qu’une vache qui pète, donc on est bons, on pollue naturellement et le bois ça repousse.
      et pour l’économie du bois n’oubliez pas la taille en tétard, c’est redoutablement efficace et ça fait des haies bien utiles
      http://www.pnr-seine-normande.com/u...


  • #1457549
    le 03/05/2016 par Jin Kazama
    Un refuge à haute technologie dans la Vanoise

    Hors la partie refuge, j’ai un projet avancé qui y ressemble beaucoup (hors hydrogène) a quelques km de cet endroit (vol d’oiseau). Au vu du prix de l’immobilier dans le coin, pour quelqu’un qui est amoureux de la nature et qui sait bien "bricoler", on peut se trouver un chalet d’époque (a refaire) avec une source non polluée et un assez bon ensoleillement pour le prix d’un appartement moyen en vallée (bon par contre bonne chance si vous voulez faire financer ça...)

    Contrairement a ce que pas mal de personne pensent, la partie photovoltaïque, même hors aides d’état n’est pas exorbitante. Avec une bonne isolation, la recuperation de batterie de véhicules électriques accidentés, une bonne gestion automatisée (les arduinos dont parle Barbere dans ces commentaire sont effectivement une petite merveille pour peu que l’on connaisse les base de l’électronique) + du chauffage au bois (que vous faites sur place), vous pouvez y vivre a l’année...

    Cela peut paraitre extrême comme situation mais étant né et ayant vécu dans ce type de chalet toute mon enfance, je peut vous dire que dans mon cas, c’est la vie urbaine qui me parait extrême...

    Un petit conseil pour ceux qui y songent vraiment : Documentez-vous bien avant toute chose et une fois sur place ne tardez pas a vous rapprocher de vos voisins, ils ont peut être l’air bourrus mais ils sont généralement fiables et sympathiques (hors alcool :)) : profitez en pour partager vos compétences.


  • #1457587
    le 03/05/2016 par la pince mon seigneur
    Un refuge à haute technologie dans la Vanoise

    faut du budget pour allier nature et technologie, on fait pas ca avec trois bouts de bois et deux morceaux de férailles


  • #1458029

    Salut camarades, voilà un métier de passion, certes, le financement peut-être discutable, mais à quoi bon ? Arrêtons de nous plaindre. Si chaque habitat, arrivait à survivre comme tel, alors, oui, pourquoi pas. 200 000, 300 000, peut importe le prix. J’ai moi même construit une maison totalement autonome en 2009, TOTALEMENT AUTONOME, je le reprécise. En eau, en électricité, en écosystème, en retraitement des déchets, en potager bio... Et j’avais même une piscine et un spa gérés par la nature... Tout est faisable... Il faut juste se sortir les doigts du cul.. et avec des subventions régionales...