Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Une jeunesse hongroise manipulée par la propagande européiste vole au secours des migrants

En Hongrie, un groupe de quatre lycéens, de 17 ans à peine, a monté un collectif pour distribuer nourriture, jouets et vêtements dans les villages roms défavorisés et les camps de migrants. Une initiative qui détonne, dans un pays où le gouvernement est ouvertement xénophobe et où l’action caritative est balbutiante.

 

À l’été 2015, à Budapest, la gare internationale de Keleti s’est transformée en véritable campement de fortune accueillant de très nombreux migrants. Dans des conditions d’hygiène déplorables, plusieurs centaines de réfugiés, pour beaucoup venus de Syrie, attendaient une éventuelle réouverture des lignes internationales pour gagner l’Allemagne.

Domonkos Sera et Lili Hanna Feher, deux lycéens de Budapest âgés de 17 ans, ont décidé de leur venir en aide. En septembre, la gare a été évacuée, mais les deux jeunes ont voulu poursuivre leur engagement. Avec deux autres camarades de lycée, ils ont alors créé le collectif Most (Maintenant, en hongrois), afin de venir en aide aux plus démunis.

 

« On s’est déjà fait insulter parce qu’on aidait des migrants »

« Quand les migrants sont arrivés à Budapest, dans la gare, des groupes d’entraide citoyens se sont rapidement mis en place. Mais ce n’était pas bien vu par tout le monde. Un jour, Domonkos s’est fait insulter… parce qu’il distribuait des affaires aux migrants. En pleine crise des réfugiés cet été, le gouvernement [ultra-conservateur et xénophobe, dirigé par Viktor Orban, sous le feu des critiques pour ses remises en cause régulières des acquis démocratiques, NDLR] avait également lancé une campagne d’affichage anti-migrants. On pouvait y lire des avertissements aux étrangers comme : "Si tu viens en Hongrie, ne prends pas notre travail". »

JPEG - 30.1 ko
Activités dans un centre d’herbergement pour migrants en Autriche

 

Nous sommes persuadés que la tâche incombe à notre génération de jeunes ayant grandi dans des milieux privilégiés de lutter contre les discours xénophobes ancrés dans notre société. Nous sommes parfois en désaccord avec les générations précédentes, comme celle de nos parents qui sont issus des classes moyennes supérieures et pour qui il ne va pas toujours de soi de donner...

 

JPEG - 29 ko
Domonkos dans un centre d’hébergement pour migrants à Vienne

 

Mais ici, la plupart des associations caritatives, même si elles font du bon travail, sont encadrées… par des institutions religieuses. Il y a aussi des ONG internationales, mais il n’est pas toujours facile d’y trouver sa place et d’être pris au sérieux lorsqu’on a 17 ans. C’est pour cela que nous avons créé Most. Nous voulions faire partie d’une association indépendante dans laquelle tous les jeunes puissent se reconnaître.

Lire la suite de l’article sur observers.france24.com

La résistance hongroise à la noyade sous les flux de migrants, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

27 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • "le gouvernement est ouvertement xénophobe "

    En tant que Noir, je n’y ai pas connu le moindre problème ; d’ailleurs, il y en avait pas à l’époque. La seule noire que j’y avais rencontré c’était une touriste américaine. Ce pays n’a rien de xénophobe mais ne m’a pas laissé de souvenirs particuliers non plus. Il y a 10 ans, je me retrouvais là avec des Français dans un hôtel. Ce qui nous frappait tous c’était à quel point cette ville(Budapest) était morte ; il n’y avait tout simplement rien à voir. Je n’ai jamais connu une ville aussi vide et morne. On nous avait suggéré d’aller dans un de leurs fameux spa (SZÉCHENYI BATH) mais j n’y ai pas mis les pieds due à sa réputation malsaine. En tous cas même gratuitement, je n’y remettrai plus les pieds. Ils peuvent l’avoir ce si beau pays.

     


  • il n’est pas toujours facile d’être pris au sérieux lorsqu’on a 17 ans




    tu m’étonnes ,gamin, et tu ne t’es pas posé la question : qu’est ce que tu produis concrètement pour qu’on puisse te prendre au sérieux si ce n’est recracher sagement la propagande que tu ingurgites tous les jours à l’école.


  • Ce qui me fait rire avec les défenseurs "des minorités", c’est qu’ils en viennent à défendre des gens aux modèles culturels qui sont à l’extrême opposé de ce qu’ils veulent défendre. Je pense notamment aux roms qui est certainement une des sociétés les plus machistes (dans le mauvais sans du terme) au monde.
    Ils ont vraiment une schizophrénie hallucinante. En gros, à partir du moment où on fait parti d’une minorité, c’est pas grave si on maintient les filles dans une caravane, qu’on la vend et qu’on ne lui apprenne jamais à lire :).
    C’est comme les noirs, s’ils sont dragueurs ou machiste, on ne peut pas les accuser d’opprimer les femmes parce qu’ils sont une minorité. Par contre, le mâle blanc de la classe pauvre ou moyenne, ce qu’il peut être vil et infâme ce salop. Quand un malheur de la vie lui arrive, qu’il crève, il l’a probablement mérité et ça fait un oppresseur des minorités en moins.
    Je connais bien la Bulgarie, j’ai tout visité, même les coins les moins touristiques. Et personne n’aime les roms, simplement parce qu’ils n’aiment pas les autres et ne les respectent pas, que toute tentative d’intégration est vouée à l’échec, que leur modèle familial produit beaucoup de consanguinité (décelable sur le visage d’une partie d’entre eux) et surtout ils n’ont aucune envie de vivre selon d’autres normes (ce qui serait un modèle pour nous et très louable, s’ils ne vivaient pas en parasitant les autres et s’ils étaient indépendant sur tous les plans).
    Indépendamment, vous pouvez vous entendre avec des roms, mais avec leur communauté, c’est juste impossible. Je n’ai rencontré aucune personne qui les aime dans ce pays.
    Quant à l’accueil des migrant et leur aide, je suis tout à fait d’accord, mais seulement s’ils partent une fois le gros de la crise passé, ce qui apparemment ne va de soit pour personne...

     

  • Pourquoi manipulée ? Donc des prises de position quelconques sont forcément dirigées ou manipulées ? Quid des autres positionnement pro nationaliste pro ecolo pro patriote etc....Faudrait peut etre argumenter autrement que par le complotisme téléguidé jusqu’au détail d’une fibre humanitaire..a bon entendeur

     

    • T’as jamais vu de jeunes ou quoi ? Toujours à vouloir jouer les justiciers et à donner des leçons de navigation aux plus vieux pirates qui ont affrontés les mers les plus enragées alors qu’ils n’ont jamais quitté le port !

      Je pense qu’on a assez de recule pour voir qui manipule qui et comment...Et accessoirement, être "pro-bon sens" ne découle que d’une suite logique, ce qui n’a finalement rien à voir avec une opinion téléguidé...


    • Ces jeunes ont-ils eu la même empathie pour les Hongrois dans le malheur avant de se dévouer pour des clandestins ? Il faut reconnaître que l’arrivée de hordes multiculturelles depuis 2015 sent la manipulation à plein nez. Idem pour ceux qui se sentent tout à coup un devoir d’accueil alors qu’ils n’ont jamais rien fait pour le SDF du coin de leur rue.


    • parce qu’à 17 ans, quelque soit sa position, un gamin n’a pas les éléments pour juger ou créer du concept, il ne fait que reproduire (imitation, ritualisation).
      au cas où vous ne l’auriez pas remarqué, on parle d’adolescents boutonneux pas d’adultes avec une certaine expérience de la vie.
      La jeunesse est une sortie de l’ignorance, mieux vaut donc à cet âge cultiver le doute plutôt que les grandes envolées lyriques.
      Enfin, hormis cela, vous ne semblez pas conscient de la puissance de la propagande véhiculée par toutes nos institutions. votre message en est un parfait exemple.


    • Plusieurs études sur les vrais jumaux élevés séparément montrent que les goûts quant à l’habillement, les goûts musicaux et caetera sont étonnamment semblables, de même que le comportement en général ou encore la gestuelle et les tendances politiques. On peut donc légitimement en déduire que les tendances politiques sont déterminées en grande partie génétiquement si ce n’est totalement (ce dont on se doutait bien un peu en secret au fond de soi). L’inné ne prime pas l’acquis, il le précède (tout comme la fondation précède le mur porteur).


    • Vaut mieux qu’on te dise que t’es manipulé plutôt que t’es con. Les deux sont insultant mais au moins pour l’un d’entre eux tu peux prétendre que c’est pas de ta faute.
      Parce que oui, venir en aide à l’envahisseur (fût un temps ça s’appelait la collaboration) c’est être con. Ou malhonnête, ça dépend de ta caste.


    • Ces gens là sont des traitres, ils aident des étrangers mais étrangement ils ne viennent pas en aide aux hongrois pauvres, hors justement les pays de l’est n’en manque pas de pauvres... Pas étonnant qu’ils se font insulter par les hongrois.

      Les postions pro nationalisme ou pro patriotisme ne sont étrangement pas promues par les médias ou par des ONG financés par Soros, la question de la manipulation ne se pose même pas tant le niveau de propagande mondialiste est massif.


  • Une baffe et au lit !


  • J’espère que Domonkos va se faire Lili, il aura les idées plus claires... la politique çà peut attendre un peu...


  • "Ultra-conservateur", c’est un peu comme si on parlait de qulequ’un en disant : il est ultra-assis, ou ultra-statique, ultra-humain ; encore un mot de novlangue.



  • Nous sommes parfois en désaccord avec les générations précédentes, comme celle de nos parents qui sont issus des classes moyennes supérieures et pour qui il ne va pas toujours de soi de donner...



    Oui, donner, surtout ce qui ne leur appartient pas et qui n’est qu’un héritage à préserver pour les générations futures (et qu’une génération n’a pas le droit de foutre en l’air au nom de ses lubies du moment) : le pays, la culture, la lignée (génétique), etc. C’est formidable de voir un jeune con de dix-sept ans, qui n’a jamais travaillé de sa vie, n’a jamais eu à élever d’enfants, et qui ne vit d’ailleurs que de l’aumône de ses parents, parler de "donner", alors finalement que rien de ce qui lui appartient n’a été gagné à la sueur de son front mais lui a été offert par ses parents qui, par leur travail, ont pu accéder à un certain confort matériel grâce, entre autres, à la préservation de leur patrie que cet énergumène dilapiderait volontiers.


  • Corrigez-moi si je me gourre mais Domonkos, en phonétique, ça se prononce bien "Dan-mon-ku" ?


  • Normal, il faut avoir 15 ans pour ne pas comprendre le paradoxe : nos pays connaissent le chômage de masse depuis 40 ans et depuis 40 ans on nous vend sans cesse les bienfaits de l’immigration de masse. C’est comme dire : "le verre est plein, vite plus d’eau !" Quand ils chercheront du travail.... ils comprendront.


  • LOL ces abrutis sont vraiment atteint par la propagande... Quand on sait que les 3/4 des jeunes hongrois votent pour le Fidesz ou le Jobbik ce genre d’initiative fait rire, les jeunes hongrois ne sont pas suffisamment stupide pour faire des choses qui ne vont pas dans leurs intérêts ou dans l’intérêt de leurs pays.


  • En plus elle ose parler au nom des jeunes hongrois...

    La génération actuelle est en complet désaccords avec ses délires, les jeunes hongrois n’ont en rien à faire de ses foutaises antiracistes, la preuve le Jobbik est le parti le plus populaire chez les jeunes...

    Elle peut parler au nom des jeunes bobos complétement lobotomisés et stupides mais l’immense majorité des jeunes dans les pays de l’est sont des patriotes er non pas des ennemis du peuple.


  • Les Observateurs de France 24 sont des missionnaires du mondialisme. En réalité ce sont des jeunes crédules qui ont du temps à perdre et dont tout le monde se fout, surtout leurs camarades de classe lucides. Camarades qui seront bien surpris que des journalistes à l’Ouest, Maëva Poulet en l’occurrence, montent en épingle un non-évènement. Ils feront le lien, plus tard.

     

Commentaires suivants