Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Une nouvelle course aux armements "non officielle" est bel et bien lancée

La Russie et les États-Unis se préparent-ils à une guerre nucléaire ?

Les médias occidentaux en parlent à peine, mais la Russie et les États-Unis sont en train de « réarmer » leurs systèmes d’armes nucléaires. Pendant que les États-Unis se lancent dans un projet de modernisation coûtant des milliards de dollars, la Russie est pleinement engagée dans un processus de restructuration « à moindre coût », qui consiste à démanteler certaines parties de son arsenal de missiles balistiques intercontinentaux (ICBM) terrestres, pour les remplacer par un système plus perfectionné, le RS24 Yars, mis au point en 2007.

 

Une nouvelle course aux armements « non officielle » est bel et bien lancée. Les États-Unis ont entrepris un processus de modernisation les trois composantes de sa triade nucléaire que sont les missiles nucléaires terrestres, les missiles aéroportés et les missiles lancés depuis un sous-marin. Cette modernisation va de pair avec la mise au point de la bombe tactique B6112, qui sera déployée en Allemagne, en Italie, aux Pays-Bas, en Belgique et en Turquie.

Mais n’ayez crainte, car la B61-12 n’est somme toute qu’une « mini bombe nucléaire », dont la capacité explosive n’équivaut qu’à quatre fois celle d’Hiroshima. Elle est considérée comme une arme « défensive » (pour préserver la paix) à utiliser dans une guerre conventionnelle. Selon des scientifiques qui sont sous contrat auprès du Pentagone, les bombes B6111 et 12 (bombe antibunker munie d’ogives nucléaires) sont « inoffensives pour les civils, car son explosion est souterraine ».

Le projet de modernisation de la triade nucléaire se fait aux frais des contribuables des USA. Il requiert une réorientation des recettes fédérales en faveur de « l’économie de guerre » plutôt qu’à des fins de financement de différentes catégories de dépenses civiles (santé, éducation, infrastructure, etc.). Tout ceci pour une bonne cause : « la paix et la sécurité ».

 

La guerre, « c’est bon pour les affaires »

Ce projet coûtant des milliards de dollars et une véritable manne pour les principaux fournisseurs du secteur de la défense aux États-Unis comme Boeing, Lockheed Martin et Northrop Grumman, qui sont aussi d’ardents partisans de la position d’Hillary Clinton à propos d’une première frappe nucléaire possible contre la Russie, la Chine, l’Iran et la Corée du Nord.

Le Defense News rapportait que le secrétaire à la Défense des États-Unis, Ash Carter a affirmé le 26 septembre qu’il « faut moderniser les trois composantes de la triade nucléaire ». Le projet donnerait tout un élan aux dépenses en matière de défense.

 

 

Soulignant le « contexte de sécurité instable » qui prévaut, ce projet de plusieurs milliards de dollars est nécessaire, selon Carter, en raison des menaces provenant principalement de la Russie, de la Chine ainsi que de la Corée du Nord :

Carter a fait ces commentaires lors d’une visite à la base aérienne de Minot, au Dakota du Nord (…). Dans sa demande de budget pour l’exercice 2017, a indiqué Carter, le département prévoit consacrer 19 milliards de dollars au secteur nucléaire sur les 108 milliards de dollars prévus au cours des cinq prochaines années. Selon un commentaire déjà préparé du secrétaire à la Défense, le département a également dépensé environ 10 milliards de dollars ces deux dernières années. La « triade nucléaire » se rapporte aux trois volets de la position stratégique des États-Unis, à savoir les missiles balistiques intercontinentaux terrestres, les missiles aéroportés par des bombardiers et les missiles nucléaires lancés à partir de sous-marins. Dans les trois cas, ces armes sont parvenues à un âge où une modernisation s’impose.

Le Pentagone estime avoir cerné le coût de la modernisation de la triade et de toutes les exigences s’y rapportant, qui serait de l’ordre de 350 à 450 milliards de dollars pour les 10 prochaines années, dont une bonne partie sera payée au milieu des années 2020, lorsque les projets de modernisation simultanée des forces aériennes et maritimes devront aller de l’avant.

Les opposants à la stratégie militaire des États-Unis et aux dépenses du Pentagone tentent de trouver des moyens de modifier le plan de modernisation, comme l’abandon pur et simple d’une des composantes de la triade. Mais Carter a clairement dit dans son allocution que ce genre de plans mettrait les États-Unis en danger au moment même où la Russie, la Chine et la Corée du Nord, entre autres, cherchent à moderniser leurs arsenaux. (Defense News, le 26 septembre 2016)

Carter a écarté du revers de la main les dangers d’une guerre mondiale qui ne fera aucun gagnant et qui pourrait évoluer vers un « holocauste nucléaire » (…). Il a aussi dénoncé les opposants au programme – dont l’ancien secrétaire à la Défense William Perry, largement perçu [ironiquement] comme le mentor de Carter – qui soutiennent qu’investir davantage dans les armes nucléaires va accroître le risque de catastrophe atomique dans le futur. (Defense News, le 26 septembre 2016)

Carter a aussi fait part de ses craintes au sujet des « manœuvres d’intimidation nucléaire » de la Russie.

 

Système de missiles balistiques intercontinentaux de la Russie

Carter a-t-il fait ses déclarations en réponse au redéploiement et à la restructuration du système de missiles balistiques intercontinentaux de la Russie à sa frontière occidentale, annoncés le 20 septembre ?

La semaine dernière, l’agence de presse russe Tass a confirmé que « la division de la force de missiles stratégiques la plus à l’ouest, dans la région de Tver, commencera bientôt à être réarmée du système de missiles Yars ».

« Il s’agira de la sixième division de missiles stratégiques à être munie des plus récents systèmes de missiles terrestres qui soient, qui remplaceront les missiles balistiques intercontinentaux Topol », selon le service de presse de la force des missiles stratégiques, qui citait son commandant, Sergeï Karakayev.

D’après le responsable, les régiments des divisions d’Irkoutsk et de IochkarOla ont commencé à être réarmés. Le réarmement des divisions de Novossibirsk et de Taguil est pratiquement terminé. Plus tôt, la division de Teykovo a été complètement réarmée.

La décision définitive de réarmer la division des missiles stratégiques de la région de Tver sera prise à l’issue d’exercices du personnel de commandement qui s’y dérouleront. Le service de presse a indiqué que ces exercices consisteront en des manœuvres le long de routes où des patrouilles de combat sont présentes.

 

 

Dans un proche avenir, les ICBM RS-24 Yars, ainsi que les missiles balistiques monoblocs dotés d’ogives nucléaires RS12M2 Topol, commandés antérieurement, constitueront l’épine dorsale de la force de missiles stratégiques de la Russie.

Les missiles ICBM RS-24 Yars ont été mis au point en 2007, en réponse au bouclier antimissile américain. Il ne s’agit pas d’un nouvel élément à l’arsenal militaire de la Russie. C’est un système très perfectionné qui a des capacités thermonucléaires.

Ce que ce rapport fait ressortir, c’est que la Russie procède à une restructuration de sa force de missiles stratégiques et au remplacement de son système Topol (que Moscou considère comme obsolète) par le système ICBM RS-24 Yars.

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

21 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • L’Homme est fou par nature, et son autodestruction est inévitable. La planète s’en portera sûrement mieux et s’en remettra très vite.

     

    • Qu’importe la "santé" de la planète s’il n’y a plus d’hommes pour en profiter ?


    • Il faudrait demander aux loups de Tchernobyl s’ils se portent mieux, c’est pas sur, une guerre totale visera également les centrales nucléaires, soit directement soit accidentellement, rien que chez nous on en a 57.

      Si il y a un hiver nucléaire, c’est toute les créatures terrestres qui disparaitront, d’un autre coté effectivement, ce sont de nouveaux animaux que l’homme ne connaitra pas qui s’en sortiront !!!

      A la fin des années 70 on pensait que les russes joueraient le tout pour le tout avant de s’effondrer économiquement, mais ils ont eu la sagesse de renoncer au communisme, on ne peut pas en dire autant des américains, ou du moins du ver infâme qui est glissé dans la pomme et qui bien évidemment ne croit pas qu’il souffrira dans sa chair d’une guerre mondiale.


    • Triste mais bien dit ! A l’image des invincibles dinosaures, pourtant anéantis, l’Homme est peut-être au crépuscule de sa vie. Vision assez noire, mais largement concevable si l’on en juge par les bruits de bottes entendus ici et là : la vie de toute espèce animale ou végétale n’est pas illimitée dans le temps...


    • Si vous observez bien, à Tchernobyl la nature a repris ses droits. Il en sera de même pour la planète lorsque l’Homme aura disparu ce qui ne saurait tarder apparemment.


    • @ciboulette : Ils n’ont pas abandonné le communisme. D’ailleurs, le communisme appliqué était hypocrite comme dans tous les régimes dit communiste. Le communisme s’est effondré sur lui-même car c’est une tout simplement une utopie qui a survécu que par le massacre du peupler et la propagande. L’élite n’a jamais été communiste.


  • C’est par ou la sortie ?? flippant quand même...
    Ca n’empêchera pas papy et mamie de continuer leur balade en camping-car , jojo boire son canon au zinc du quartier, pendant que Rodolphe et Sandrine cherchent sur le net une promo pour la croatie...peuple passif, maintenant va falloir passer à la caisse..

     

  • #1575324

    Il n’y aura pas de vraie guerre mondiale de destruction radicale entre la Russie et les Etats-Unis pour des raisons bien simples, la Russie n’est et ne sera jamais une véritable compétition à l’empire de la marchandise Yankee et ses satrapes Européens, Nippons et Coréens. Il n’y aurait guerre que si l’Europe se ralliait à la Russie en masse, mais heureusement la classe politique soumise et noyautée de tous les bords de l’echequier politique ne le laissera jamais faire.

     

    • C’est surtout du au fait que ce soit un homme raisonnable et pragmatique comme Poutine qui est à la tête de la Russie. Imaginez un fou à la Hillary Clinton dirigeant la Russie et répondant férocement aux attaques et manipulations américaines...


    • C’est un peu ce que dit Francis Cousin (dont j’apprécie beaucoup les analyses, même si elles aussi ont un côté "messianiques"). Des déstabilisations peuvent avoir lieu au sein de la Fédération de Russie. Mais prudence... D’après Laurent Guyénot dans son livre "JFK - 11 septembre 50 ans de manipulations", les faucons américains avaient l’intention de vitrifier l’URSS par des frappes préventives. Il faut tenir compte des croyances qui animent les gens (notamment celles de l’Ancienne Alliance) ; ayant été dans les milieux protestants sionistes, je peux en témoigner... Peu importe, la tension monte... c’est inquiétant. On peut aussi imaginer la chute d’un astéroïde gigantesque sur terre... alors les plans ou prophéties des uns et des autres seraient revus à la baisse ou réduits à néant... L’avenir est-il prédictible ? Il existe différents scénarios possibles... Certains plus crédibles que d’autres ; à chacun de juger... Toutefois, aucun scénario ne semble heureux...


  • Au mieux, on peut espérer qu’il s’agisse d’un rééquilibrage de la force de dissuasion en faisant travailler le fric du complexe militaro etc mais il reste aberrant que ce soit les amerloque qui évaluent les menaces cette fois-ci sans complexe du tout, alors que ce sont eux, la seule et unique.


  • Et la France, alors, qui se couvre d’éoliennes et se dénucléarise, laissant les Anglais récupérer ses centrales hi-tech sur leur territoire ?
    Sans parler des voleurs de technologie qui la dépouillent.
    Et surveillent son territoire.
    France, retrouve tes centrales et ton TGV !
    Et la matière grise de tes chercheurs et de ta jeunesse, trésor supérieur à l’or !

     

  • Plus ça va plus le site mondialisation.ca affiche un parti pris décomplexé : la Russie a commencé la première la modernisation de son arsenal nucléaire, mais pas grave puisque ça "ne couterait pas des centaines de milliards de dollars".



    Carter a aussi fait part de ses craintes au sujet des « manœuvres d’intimidation nucléaire » de la Russie.




    Notons bien le entre-guillemets. Pourquoi cette façon de faire au juste ? En 2 ans ça fait au moins cinq fois que les Russes enfreignent notre espace aérien métropolitain en y entrant avec des bombardiers stratégiques que nos rafales sont forcés de raccompagner manu-militari. Ce sont des appareils potentiellement porteurs de la composante nucléaire aéroportée russe. C’est donc bien constitutif d’une manœuvre d’intimidation nucléaire. En général ils entrent par la Bretagne ou la Normandie et tente de se rapprocher du site sensible de la Hague. Ils font la même chose aux Britanniques. C’est tout ce que vous voulez sauf amical : c’est une menace !

    Le deux poids deux mesures il y en a marre. Dans un sens comme dans l’autre.
    Les américains ont la doctrine d’engagements nucléaire la plus brutale du monde, les Russes sont les champions du monde de l’intimidation factuelle, les nord-Coréens font des menaces atomiques à la moindre contrariété et pissent sur les traités régulant l’utilisation du nucléaire militaire plus que personne.
    Il n’y a que les Français, les Anglais, les Chinois, les Indiens, les Pakistanais et les Israéliens (ne vous déplaise) qui sont un peu sérieux en la matière. Les autres font de la surenchère en permanence.


  • Bon, la démilitarisation attendra... La paix aussi du coup...



  • Cette modernisation va de pair avec la mise au point de la bombe tactique B6112, qui sera déployée en Allemagne, en Italie, aux Pays-Bas, en Belgique et en Turquie.



    Puisqu’on vous dit que depuis 1945 nous sommes libres...


  • Bof, tout çà, ce n’est que la partie visible de l’iceberg. Depuis plus de 20 ans, les usa et la Russie sont capables d’envoyer, depuis des satellites militaires, des sortes de "lances" faites de matériaux super-denses. Il parait que la puissance de ces machins est largement supérieure à un engin atomique, et sans retombée radioactive. On va tous y passer, à un moment ou à un autre.


  • 85 % du budget militaire du pauvre peuple Américain est totalement détourné sans aucun investissement réel.

    La mafia Américaine vole tout le pognon du peuple en leur vendant des avions ne décollant jamais et vendant des armes, avions sur plans qui ne seront jamais construit.

    Depuis la chute de URSS, les voleurs de la mafia savent que les 15 % restant du budget militaire suffise amplement pour faire chier le monde entier.

    Il faudra au moins 200 ans pour que les contribuables Américains le comprennent.


  • #1575909
    le 10/10/2016 par Heureux qui, comme Ulysse...
    Une nouvelle course aux armements "non officielle" est bel et bien (...)

    Et le secrétaire à la Défense des Etats-Unis qui veut tout réduire en cendres se prénomme... Ash !
    Avec la caution intellectuelle et morale... d’Aaron Mehta.
    Bref, le cirque habituel quoi !


Commentaires suivants