Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Une université US facilite l’admission de descendants d’esclaves

La question raciale est enfin résolue

La prestigieuse université de Georgetown, dans la capitale américaine Washington, a promis jeudi des excuses officielles pour la vente de quelque 270 esclaves dont elle a tiré profit au XIXe siècle, proposant en compensation de faciliter l’admission de leurs descendants.

 

L’université jésuite fondée en 1789 est l’une des plus anciennes aux États-Unis et son président John DeGioia avait créé il y a un an un groupe de travail pour se pencher sur son passé esclavagiste.

Ces étudiants, personnels et anciens de l’université ont publié en ligne des archives documentant la vente en 1838 de 272 esclaves, dont une partie des recettes, qui équivaudraient à environ 3,3 millions de dollars aujourd’hui, avait été utilisée pour régler des dettes de l’établissement.

M. DeGioia a prononcé jeudi un discours dans lequel il a présenté toutes les mesures décidées par l’université pour tenter d’atténuer les conséquences de son passé.

« On connaît notre histoire », a reconnu M. DeGioia. « On peut être paralysé par notre passé, mais on peut aussi s’en servir pour se renforcer. J’espère que ces premiers pas ne sont que le début du chemin vers une réconciliation », a-t-il affirmé.

Il a promis que des excuses officielles viendraient d’une « messe de réconciliation dans laquelle nous chercherons le pardon pour notre participation à l’esclavage ».

Plusieurs descendants directs des 272 esclaves vendus en 1838 ont aussi pris la parole lors de cette cérémonie et ont espéré que les démarches de l’Université de Georgetown, de par le poids et l’Histoire de l’établissement, puissent constituer un exemple pour un mouvement de réconciliation plus large.

Parmi les mesures annoncées, la plus symbolique concerne ces descendants. Georgetown s’est en effet spécifiquement engagée à leur faciliter l’admission, sans toutefois aller jusqu’à proposer une aide financière aux potentiels candidats.

[...]

Par ailleurs, deux bâtiments du campus, qui portaient auparavant les noms de présidents d’université impliqués dans la vente de ces esclaves, seront rebaptisés en l’honneur d’un ancien esclave et d’une enseignante noire qui oeuvrait à l’éducation des jeunes filles au début du XIXe siècle.

Lire l’article intégral sur information.tv5monde.com

 

Sur l’esclavage, le profit et l’Empire
chez Kontre Kulture

Le problème blanc aux Etats-Unis, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

8 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Mauvais service rendu à la communauté noire suspecte d’obtenir des diplômes au rabais avec les conséquences professionnelles que cela entraînera.

     

  • Il y avait déjà la discrimination positive qui était la pour ça et qui a eu un bilan désastreux. ..
    En particulier dont bénéficie les mexicains ou les asiatiques aux usa alors qu ils ne sont pas descendants d esclaves et qu ils viennent d arriver...
    Mais il s agit de continuer à monter lerls noirs contre les blancs.
    Les blancs chretiens américains représentent 65% de la population mais seulement 20 % des étudiants des grandes universités (ivy league ).ils sont sous représentés dans un facteur 3.
    Les juifs représentent moins de 2 % de la population mais près de 25 % de la même population de livy league...Et ce n est pas par une excellence académique car leurs score aux tests ou leur classement de fin d étude ce sont les wasps qui sont devant...

    Les élus sont sure présentés d un facteurs 10, pour bâtir les CV de rêves avec lesquels on nous rebât les oreilles, et des gens qui curieusement ne font plus rien de grand dans leur carrière ...mais l université via les réseaux la surerpresentation s’accroît encore...

    Mais pour garder ce type de société il faut culpabiliser les blancs et rendre les noirs furieux...


  • On désapprouve ces actions aujourd’hui,tant mieux, mais ça ne modifie pas le passé.
    Deux siècles plus tard ils vont s’excuser, ça change quoi ? C’est encore plus hypocrite.


  • Voci qui va plaire a la gonzesse de Clinton...mais cela ne changera pas grand chose.


  • On réserve certaines tâches aux "nègres" ? Ca me rappelle les heures les plus sombres de leur histoire tout ça ^^



  • Georgetown s’est en effet spécifiquement engagée à leur faciliter l’admission, sans toutefois aller jusqu’à proposer une aide financière aux potentiels candidats.



    C’est exactement ce que je me disais ! Ces enculés vont utiliser la bonne vieille méthode frauduleuse consistant à ajouter des points aux notes des examens des élèves appartenant à un minorité (affirmative action/discrimination positive) mais n’apporteront pas d’aide financière ! Ce qu’ils devraient faire s’ils étaient sérieux et sincères dans leur repentance à la con c’est de trouver 272 brillants étudiants noirs et leur offrir un cursus universitaire gratuit.
    La politique de la discrimination positive est une véritable catastrophe dans la mesure qu’elle est avant tout une insulte à la dignité humaine, permet à des gens qui n’ont pas le niveau requis d’entrer dans une université et d’obtenir un diplôme bidon et hors de prix qui ne les aidera pas à trouver un job...et surtout cela s’inscrit dans cette politique consistant à créer des générations d’individus assistés et pleurnichards qui sont constamment dans une démarche d’exigence, d’attente envers les autres, confondant privilèges et droits (entitlement mentality), pensant qu’ils n’ont que des droits et aucun devoir...


  • dans un monde ou tout se monnaye, ou regne la quantite a defaut de qualite, au USA donc tout cela fait sens et c’est meme bien vu...

    y en a d’autres qui naissent, vivent dans et transmettent le regne de la quantite et qui, eux, ne s’embarassent pas de corriger leurs fautes passees...

    alors meme si c’est pour complaire au politiquement correct tout puissant, faux nez d’une autre ideologie, cela permettra a quelques quidam d’acceder a l’universite...

    moi je ne suis pas d’avis que pour corriger un mal il faille y ajouter un autre mal...