Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Vél’ d’Hiv’ : Vichy, ce n’était pas la France !

Ou comment le CRIF défend l’historiographie pétainiste pour diviser la Nation

Communiqué national des Clubs « Penser la France »

 

Le 11 avril 2017,

 

Le 16 juillet 1942 débuta à Paris la rafle du Vel d’Hiv, avec l’arrestation de 13.000 juifs, la plupart déportés vers Auschwitz-Birkenau.

Cette arrestation ignominieuse a mobilisé 7.000 policiers et gendarmes sous les ordres du délégué de la Zone Nord du gouvernement de Vichy : René Bousquet.

Le gouvernement de Vichy était et reste un gouvernement illégal dont l’acte fondateur – l’acte dit loi constitutionnelle du 10 juillet 1940 – a été déclaré nul et de non effet aux termes des articles 2 et 3 de l’ordonnance du 9 août 1944 relative au rétablissement de la légalité républicaine sur le territoire continental.

Durant cette période terrible, une autre voie a été proposée aux Français, celle du Combat.

Ainsi, la France et la République ont été incarnées par une poignée d’hommes, ceux réunis à Londres autour du général de Gaulle, ceux unis dans la Résistance, communistes, gaullistes, républicains fidèles à Valmy, syndicalistes respectueux de leurs revendications, socialistes dignes de l’héritage patriotique et internationaliste de Jaurès, chrétiens, laïques…

La France était dans l’ombre, dans la souffrance, dans le combat.

Mais grâce à ces hommes, la France resta debout.

Le général de Gaulle comme François Mitterrand ont toujours défendu, en hommes d’État, cette réalité historique qu’ils n’avaient que trop bien connue.

Les récentes déclarations de Jacques Chirac et de François Hollande sont un tissu de contre-vérités lamentables, car la rafle du Vél’ d’Hiv’ est une ignominie imputable au seul gouvernement de Vichy, gouvernement illégal.

La récente polémique qui oppose le CRIF – organisation dévoyée et spirituellement corrompue – à la candidate Marine LE PEN ne peut que surprendre.

Nul besoin d’être électeur de cette candidate pour défendre la vérité historique.

Mieux, il faut – en cette période trouble qui s’ouvre devant nous – défendre la Vérité, comme exigence républicaine supérieure.

D’ailleurs, par quelles ruses de l’histoire, Marine Le Pen prend-elle le contre-pied de toute l’historiographie d’extrême droite, quand le CRIF – et toute une cohorte d’imbéciles – se trouve défendre l’historiographie pétainiste ?

Mais qui donc cherche à salir la France et, par le mensonge, la détruire ?

Les Clubs « Penser la France », attachés à la tradition gaulliste et à celle du Conseil national de la Résistance (CNR), de tous ces hommes sacrifiés au combat pour la France, veulent dire solennellement : « Vichy, ce n’était pas la France ! »

Enfin, comment ne pas dénoncer l’intervention suspecte du gouvernement israélien dans la campagne présidentielle française ? Et comment ne pas déplorer le lobbying absolument néfaste du CRIF, qui alimente ainsi une rancœur antisémite dont la France n’a absolument pas besoin ?

Pour les Clubs « Penser la France », il est temps de réaffirmer notre attachement indéfectible aux valeurs républicaines les plus strictes, loin des communautarismes qui finiront par dresser les Français les uns contre les autres.

Faire Nation ! Dire la Vérité !

Voilà tout le combat des Clubs « Penser la France » que nous entendons mener.

 

Les Clubs « Penser la France » travaillent au soutien de plusieurs initiatives politiques de refondation autour d’un « nouveau Conseil National de la Résistance » réunissant communistes authentiques et gaullistes authentiques.

Pour comprendre pourquoi la Seconde Guerre mondiale
est toujours omniprésente, lire chez Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 






Alerter

34 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1701039

    Toute la propagande de merde ressassée dans cet article, c’est vraiment fatiguant ! Tous les mensonge républicains sont là. Une vrai synthèse !

     

    Répondre à ce message

  • #1701100

    Je pense que dans toute histoire criminel, faut juste connaitre le mobile, et surtout a qui profite le crime.

     

    Répondre à ce message

  • #1701126
    Le 13 avril à 02:39 par The Médiavengers
    Vél’ d’Hiv’ : Vichy, ce n’était pas la France !

    C’est tellement facile de dire que le gouvernement Pétain était illégal. Il aurait fallu faire quoi ? Abandonner tout le pays aux allemands ? Qui s’est porté volontaire pour traiter avec eux ? Y’avait pas foule. On entendait moins les donneurs de leçons à l’époque.

     

    Répondre à ce message

    • #1701245
      Le 13 avril à 09:03 par theorie
      Vél’ d’Hiv’ : Vichy, ce n’était pas la France !

      Voilà pourquoi je pense Asselineau refuse de parler de cette affaire.

       
    • #1701275
      Le 13 avril à 09:52 par serpolet
      Vél’ d’Hiv’ : Vichy, ce n’était pas la France !

      Le 10 juillet 1940 80% des parlementaires réunis à Bordeaux ont voté les pleins pouvoirs constituants au maréchal Pétain : son régime était parfaitement légal et légitime .

       
    • #1701443
      Le 13 avril à 13:02 par Stereden
      Vél’ d’Hiv’ : Vichy, ce n’était pas la France !

      Le gouvernement de l’Etat français n’était pas "illégal".
      Il a été mis en place par les lois constitutionnelles qui ont été votées par l’assemblée nationale de l’époque. L’assemblée qui avait été mise en place par le front populaire. Majoritairement de gauche, socialiste, rad-soc et communiste.

       
  • #1701308

    La meilleure contre-attaque consiste à faire resurgir la vérité sur le rôle de l’UGIF et éventuellement pour E&R, de rééditer le livre de Maurice Rajsfus épuisé depuis 1980.

    Les responsables de l’UGIF (ancêtre du CRIF) étant tous français ont sacrifié les juifs étrangers pour protéger les juifs français. Aussi insupportable que cela puisse paraître, l’UGIF mis en place par Pétain et les nazis (l’UGIF était en relation directe avec la Gestapo), aida à constituer des listes de juifs à rafler et à déporter.

    D’ailleurs, avec cette polémique, peut-être que le CRIF teste la mémoire des Français en la matière pour préparer son coup suivant ?

     

    Répondre à ce message

  • #1701426
    Le 13 avril à 12:41 par becalme
    Vél’ d’Hiv’ : Vichy, ce n’était pas la France !

    Pourquoi s’offusquer quand on évoque les Juifs "déportés" ? Alors que les Juifs sionistes massacrent impunément tout un peuple depuis plus de 70 ans !!!
    La pleurniche éternelle aura-t-elle encore une chance de perdurer et amasser autant d’argent ?
    Quant MLP dit que ce n’est pas la France mais c’est le gouvernement de l’époque il ou le problème ? Elle dit une vérité, condamner tout un peuple alors qu’il n’est absolument pour rien ça relève de l’hypocrisie, de la haine et d’un mensonge à vomir.

     

    Répondre à ce message

  • #1701555
    Le 13 avril à 15:41 par super repentant
    Vél’ d’Hiv’ : Vichy, ce n’était pas la France !

    On voit la tactique du CRIF, si éculée maintenant ; nous maintenir dans une culpabilité pour nous interdire de critiquer la brute netanyaou et ses colonisations ; paradoxalement marrant de voir le crif défendre le paradigme pétainiste !
    Le roman national nous appartient, nul besoin d’influences étrangères pour nous dicter si nous fûmes bon ou mauvais : simone Weil l’a elle-même dit : "les français se sont globalement bien comportés pendant l’occupation"....
    Bien pratique aussi d’oublier le deal des juifs en France pour se sauver au détriment d’autres (cf.maurice Rasjfus)
    Quant aux juifs de France, tant qu’ils se reporteront sur gil Taieb ou meyer Habib pour leur confier leur image ou leurs intérêts, les choses ne se calmeront évidemment pas.

     

    Répondre à ce message

  • #1701628

    Vichy...la France ou pas...c’est fatiguant...
    Comme dit notre bon Vincent Lapierre :
    Ça va pas les ressusciter !

     

    Répondre à ce message

  • #1701825
    Le 13 avril à 20:51 par Tatiebaba
    Vél’ d’Hiv’ : Vichy, ce n’était pas la France !

    Et j’irai même jusqu’à a dire ...Et si on arrêtait d’en parler ? Pour parler de nos problèmes actuels ? RAS LE BOL !! Refusons cette polémique piégée pour parler de notre présent et de notre avenir !!!!

     

    Répondre à ce message

  • #1701933

    "Les yeux grands ouverts, ou plutôt, écarquillés d’angoisse, je cherche où est la France. Et je me demande si je la vois encore, en regardant ce qui m’entoure.
    Ou bien... ou bien si le gouvernement dit de Vichy, avec ce qu’il comportait de misères fatales, et d’inévitables impuissances, n’a pas présenté en fait - maculée par l’ennemi - la dernière image réelle, malgré tout, de mon pays.
    Cette France du Maréchal, douloureuse, expiatrice, quelquefois un peu ridicule, avouons-le, du fait de certains zèles bêtas - elle était encore celle, tout de même, où, si l’on parlait d’honneur, on se faisait comprendre, où le sacrifice ne donnait pas à rire, où le courage ne semblait pas périmé, et où, comme dit Verlaine, l’amour de la patrie était encore le premier amour, et le dernier amour, après l’amour de Dieu.
    Je n’insiste pas, je ne veux rien comparer. Mais lorsque je regarde à l’horizon français, où le ciel me parait bien sombre, je me demande si le gouvernement du Maréchal n’a pas été, tristement - ô combien tristement - le "rayon vert" de la France..."
    André Figueras.

     

    Répondre à ce message

  • #1702091
    Le 14 avril à 08:11 par raslebol33
    Vél’ d’Hiv’ : Vichy, ce n’était pas la France !

    Tout ça,c’est nauséabond,a force de vouloir "pousser le bouchon" toujours un peu plus loin,ils vont se prendre les pieds dans le tapis et ça leur retombera dessus...je me languis de ce jour !Lorsque l’on a souffert dans sa chaire,on essaie d’oublier pour avancer dans la vie,même si c’est "ancrée" dans sa mémoire mais on ne ressasse pas inlassablement !Pour remuer la "merde" comme tel est le cas depuis des décennies par une certaine oligarchie,il y a quelque chose de "pas net"...

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents