Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Vichy et les juifs : Askolovitch consacre la défaite du sionisme de gauche en insultant Zemmour

Autrefois, Askolovitch était un sioniste avéré, mais mesuré. Depuis quelques mois, sur la Toile, ses propos ont passé la surmultipliée. Il agonit d’insultes « ses » opposants idéologiques, multiplie les provocations, distribue les bons points médiatiques – souvent Godwin –, et règle la circulation des idées sur Twitter. Peut-être est-ce la chute prévisible d’i>Télé qui a mis ce policier de la pensée (des autres) à la rue. toujours est-il qu’il intervient sur tous les terrains chauds, sans toutefois aller en Syrie ou à Gaza : le foot avec ses réminiscences nationalistes, la politique avec le pointage du museau de la Bête immonde, il n’est pas un débat où ce touche-à-tout n’intervienne, à toute heure, avec son sifflet d’arbitre autoproclamé. Aujourd’hui, sa cible, c’est le vichyste fasciste révisionniste Eric Zemmour. Ce n’est pas nous qui le disons, mais lui, dans Slate.

 

Sur Twitter, les curieux auront observé une radicalisation de celui qui avait immédiatement excusé les agressions sexuelles de DSK, en 2011. Sans que personne ne lui demande rien ou ne le mandate, mais c’est le jeu de la démocratie, Claude saute sur les débats en cours, sépare les belligérants, donne des leçons et des baffes. Récemment, il a été ulcéré par l’intervention d’Éric Zemmour à la Grande synagogue (ou Grande Synagogue, c’est plus sûr), où le polémiste faisait non pas l’apologie du régime antisémite de Vichy, mais le juste rappel d’un fait : Pétain a donné aux Allemands les juifs étrangers pour sauver les juifs français. Quelle que soit leur appellation – le terme israélites n’ayant pas l’heur de plaire à notre juge-arbitre – si 10% des juifs français ont disparu dans la Shoah, 90% n’ont pas péri. Ce qui, à l’époque, est une gageure. Surtout pour un régime dit collaborationniste.

« Tout est dans une phrase : “Et d’ailleurs c’est en partie vrai”… Vrai donc qu’en 1940, les juifs sont des colonisateurs ? Arrogants ? Voleurs de pratiques ? Tenant les médias ? Si c’est “en partie vrai”, Zemmour est “en partie” fasciste. Il défend “en partie” ce que les feuilles antisémites assénaient, avant la guerre et et après la défaite. »

Mais ce qui scandalise profondément Askolovitch, finalement, ce n’est pas le débat paxtonien sur Vichy et les juifs, Vichy et ses juifs. C’est la phrase venimeuse, que nous avions déjà relevée, sur l’importance du pouvoir manifeste des juifs de l’époque. Une phrase contenant deux mots interdits : « l’arrogance des colonisateurs ». Et ça, ça résonne douloureusement dans le présent. On a tous bien compris que la Shoah n’était qu’un bouclier utilisé par les groupes de pression contemporains pour consolider une situation politiquement délicate : celle d’avoir volé leur terre aux Palestiniens, sans compter les « prises de guerre » de 1967, à savoir une partie du Sinaï aux Égyptiens et le plateau du Golan aux Syriens. Netanyahou a d’ailleurs dit qu’il ne reviendrait pas dessus, s’asseyant de la sorte sur le droit international. Là est la clé plus ou moins consciente du discours askolovitchien, et, par extension, de celui de tous les représentants directs ou indirects du CRIF et de la LICRA. Pour ne citer que les plus insistants.

« Zemmour, qui entretient méthodiquement l’hostilité contre les arabos-musulmans dans la France contemporaine, puisque l’immigration nous détruirait, valide en passant par Vichy la “préférence nationale” qu’il appelle de ses vœux. Il le dit, à La Victoire. Au fond, il faut minimiser ce que Pétain faisait aux juifs – simplement des lois d’exceptions, simplement des dénaturalisations – puisqu’il faudra en venir là pour nos “États confédérés”, bistres et mahométans. »

La Shoah, ce passé qui ne passe pas, en dehors du devoir des historiens, c’est juste un prétexte, seul la mainmise sur le présent compte. Il reste à Askolovitch de pinailler sur le (soi-disant) pouvoir juif de l’époque, qui ne serait pas un fait mais une vision fasciste des choses. Transformer un fait en opinion, permet de le réduire, jusqu’à le faire disparaître. Procédé trotskiste de base, dont on ne sait même pas s’il en est. Quant au pinaillage sur les « ashkénazes » qui seraient la bête noire de Zemmour, il faudra dire la vérité à Askolovitch : tout le monde s’en fout, dans la France de 2016, qui a d’autres chats à fouetter. Le bretteur a beau plonger Zemmour dans les bains les plus acides – le « fasciste », le « bon nègre », le « salaud » (au sens sartrien, on l’espère), et à la fin de la diatribe, le terrible « révisionniste », la fameuse haine de soi qu’a très bien analysée Gilad Atzmon dans Quel juif errant ? – cela n’en fait pas des arguments dignes d’un débat intellectuel respectable. À défaut de rationnel, on convoque l’émotionnel :

« Zemmour n’est pas très intéressé par la vérité des morts. Il dit que 100% des juifs hollandais furent tués pendant la guerre, puiqu’ils n’avaient pas de Vichy pour les protéger. Non, 20% survécurent. Dont la famille de ma mère. C’est un peu plus qu’un détail. Il y a juste un moment où la promenade spécieuse dans les cadavres devient désobligeante. »

Askolovitch dégorge sa baignoire à rancœurs et l’on comprend que derrière tout ça, il y a cette bonne vieille jalousie, celle de l’intellectuel de gauche qui a perdu la partie, et qui s’en prend à l’intellectuel de droite qui monte, qui compte, et qui pèse dans la bataille des idées. C’est un règlement de comptes à coups de « shoah », de « vichy » et d’« auschwitz », qui laisse le peuple français indifférent. C’est comme si un joueur de foot faisait un interminable article pour se plaindre d’avoir perdu. La gauche socialiste a perdu la guerre des idées, et elle disparaîtra, telle le pharaon, avec ses esclaves. Le seul intérêt serait de comprendre pourquoi l’on a perdu, plutôt que de s’en prendre à son voisin, qui dit des choses dérangeantes, mais vraies. Quand on a été longtemps vainqueur, il faut apprendre à perdre.

« Il faudrait passer une existence à réfuter mot par mot les tricheries de Zemmour, en extraire le sens. Ce serait avilissant. Il n’en vaut pas la peine. Il n’est que le tricheur d’un méchant moment. »

Après plusieurs pages d’acharnement anti-zemmourien, on apprend que cet acharnement n’en vaut pas la peine. Il faut savoir : vaut la peine ou vaut pas la peine ? Nous ne prenons pas la défense de Zemmour, et laissons Askolovitch ivre de ses propos. Tout le monde a le droit de s’exprimer. Mais la rancœur fait dire des choses indignes au touche-à-tout d’i>Télé :

« En d’autres temps, il se serait trouvé quelqu’un pour lui demander raison, parce que l’idée de la France n’est pas une plaisanterie. »

 

Sous prétexte d’un nationalisme français qu’on ne lui connaissait pas, et qui semble convoqué pour un intérêt très momentané, Askolovitch montre les limites de son acception du débat démocratique. Quel que soit le calcul de Zemmour, il rue dans les brancards du lobby, laissant loin derrière lui les sionistes primaires. Nous assistons là à une évolution darwinienne dans le clan sioniste, avec élimination des plus faibles... argumenteurs. Il sera difficile pour les sionistes à l’ancienne de survivre à côté de Zemmour, qui a un coup d’avance. Faut-il s’en plaindre ?

Les dernières sorties de route de Claude Askolovitch, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

15 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • « En d’autres temps, il se serait trouvé quelqu’un pour lui demander raison, parce que l’idée de la France n’est pas une plaisanterie. »
    Je ne suis pas d’accord avec Zemmour sur de nombreux points. Ceci dit, il vaut infiniment plus que ce misérable étron d’Askolovitch. Et d’ailleurs, pour en rester au rayon " étrons ", que signifie précisément cette phrase : « En d’autres temps, il se serait trouvé quelqu’un pour lui demander raison ... " ??? Qu’entends-tu par là Claude ?


  • J’aimerais bien savoir à quoi ont peut reconnaître qu’Askolovitch est "de gauche". C’est quoi, être "de gauche" aujourd’hui ? Soutenir le régime le plus colonial et raciste de la planète ? Comme Manu la tremblotte ?


  • Alain avait dit : "je préfère Goldnadel, au moins je gagne 1/4 d’heure !" ; tout est dit.


  • Débattre sur le passé, c’est bien, mais est-ce que ça remet en question le présent ?

     


    • « Celui qui a le contrôle du passé a le contrôle du futur. Celui qui a le contrôle du présent a le contrôle du passé »



      Orwell


    • Oui, car les institutions juives, les sionistes et autres bien pensants prennent le peuple français et sa nation en otage en prétextant que il a enfanté un régime fasciste et antisémite, et comme s’il avait livré tous ses juifs à la Shoah. Pour in fine faire payer le peuple français et le traîner dans la boue. Alors qu’on sait qu’une bonne partie de tout ça c’est du vent, et Zemmour le prouve admirablement bien.


    • Ça doit rester un débat entre eux, de la même façon que si des maghrébins débattaient sur les bienfaits de la colonisation, ça n’engendrerait pas plus de débat chez moi. C’est un écran de fumée pour nous faire croire que chez cette communauté, on est à l’avant-garde de tout, du patriotisme avec Zemmour et Finkielkraut au libertartisme avec Conne-Bandit en passant par les libéraux DSK, Attali et les humanistes Kouchner et BHL. On se paie de la popularité auprès des Français patriotes pour pas cher. Zemmour, dis nous c’est qui les vrais salauds en 2016, parce que ceux de 1940 on s’en fiche.


  • Leurs propos , ne me laissent pas indifférent , ils me cassent les pieds pour être poli .
    La France , depuis ,ces gens là , est en prison de la pleurniche , il faut plus leur accorder quoi que ce soit , afin qu’ ils dégagent parce qu’ils obstruent volontairement et poluent tous les débats avec leur shoah . Quand même , merde .


  • Petite remarque pour la rédaction :

    Au cours d’un débat, le Point Godwin n’est pas un point que l’on distribue, comme une médaille, mais un point que l’on atteint, comme le zéro sur un thermomètre.


  • c’est le check point des plateaux ce mec.


  • La logique de Claude Askolovitch est celle qui dit que tout antisémite a son juif...Alors qu’un logicien dirait qu’il est possible qu’un antisémite n’en ait point ou,comme Zemmour,en ait suffisamment,voire trop..... !!
    À ce petit jeu sophiste,on peut démontrer tout et son contraire mais je terminerai en disant qu’en médecine, l’abus d’antibiotique finit par rendre ceux-ci inopérants....Alors il peut raconter ce qu’il veut pour faire oublier Israël et la Palestine,il n’atteindra pas l’au delà de la pensée où son ancien public s’est rendu sans son aide....Sa mécanique tourne dans le vide comme la plupart des journaux subventionnés...Alors prends l’oseille et tais toi !


  • Pour un sioniste, dire la vérité, c’est de l’antisémitisme. Or, l’antisémitisme, c’est interdit par la loi. Conclusion logique : il est interdit de dire la vérité.

     

    • J’ai bien suivi, et compris je pense, les explications de Maître Damien Viguier qui nous apprend que la loi n’interdit pas l’antisémitisme, car, précisément, en France aucun texte de loi ne contient le mot "antisémitisme".
      Bien à vous.


    • @Krissy

      On peut aussi bien parler de loi non écrite dans ce cas-là. Le résultat est le même.
      BHL, en théorie, n’a aucun pouvoir. Il n’a aucun mandat électif d’aucune sorte. Pourtant, il passe à la télé quand il veut pour dire tout ce qu’il veut. La France d’aujourd’hui est une société de lois non écrites. Nous sommes un pays sous influence.


  • Cet Askolovitch est en fait un de ces innombrables pseudo-intellectuels de pacotille de la médiatosphère qui font beaucoup de bruit pour rien et qui sont instantanément oubliés dès leur enterrement et souvent même bien avant ..... Pendant ce temps, d’authentiques intellectuels assez rares comme Alain Soral, souvent vilipendés durant toute leur vie, construisent une oeuvre majeure qui continue à enrichir l’humanité de nombreux siècles après leur mort ..... La position des premiers est bien sur très confortable et leur permet de mener une vie matérielle aisée, alors que les seconds en sont souvent privés mais eux entrent dans l’Histoire avec un grand H !!!