Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Vingt intellectuels plaident pour que la France recouvre sa souveraineté

Iront-ils jusqu’au bout de ce sain raisonnement ?

Les auteurs* demandent une renégociation des traités qui s’articulerait autour de trois priorités : la souveraineté, la prospérité et l’indépendance stratégique.

 

Le peuple britannique a exprimé souverainement sa volonté de rester maître des décisions qui le concernent. Ce vote courageux et massif est évidemment une claque pour la dérive technocratique dans laquelle l’Union européenne actuelle s’est laissé enfermer depuis au moins trois décennies, sur la base de traités marqués au coin du néolibéralisme alors triomphant (Acte unique, traité de Maastricht, traité de Lisbonne), ou de l’ordo-libéralisme allemand (traité de cohérence budgétaire dit « TSCG » de 2012).

Tout montre que dans la plupart des pays européens, les citoyens n’acceptent plus d’être gouvernés par des instances non élues, fonctionnant en toute opacité. Le vote britannique peut être une chance : il doit être l’occasion de réorienter la construction européenne, en articulant la démocratie qui vit dans les nations avec une démocratie européenne qui reste à construire.

Nous demandons la réunion d’une conférence européenne sur le modèle de la conférence de Messine de 1955 qui, après l’échec de la Communauté européenne de défense (CED), a permis de remettre la construction européenne sur les rails et a préparé efficacement le traité de Rome. Cette conférence se réunirait à vingt-sept, avec un statut spécial d’observateur pour la Grande-Bretagne.

Cette conférence aurait pour objet la renégociation des traités sur les trois questions cruciales dont la méconnaissance a conduit à l’affaissement de l’actuelle construction européenne : la souveraineté, c’est-à-dire la démocratie, la prospérité et l’indépendance stratégique.

[...]

* Liste des signataires : Marie-Françoise Bechtel, Guillaume Bigot, Jean-Pierre Chevènement, Gabriel Colletis, Éric Conan, Franck Dedieu, Alain Dejammet, Éric Delbecque, Jean-Pierre Gérard, Christophe Guilluy, Loïc Hennekinne, Paul Jorion, Jean-Michel Naulot, Michel Onfray, Natacha Polony, Jean-Michel Quatrepoint, Emmanuel Lévy, Benjamin Masse-Stamberger, Claude Revel, Henri Sterdyniak, Jacques Sapir, Paul Thibaud.

Lire l’intégralité de la tribune sur lefigaro.fr

Il y a des soumissions qui font moins réagir, sauf sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

48 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Des intellectuels bien naïfs...
    dans une Europe à 27, il ne peut y avoir de démocratie puisqu’il est impossible de s’entendre sur la plupart des sujets sensibles ( agriculture, défense, industrie, diplomatie etc. )


  • faudra se battre très dur contre les minables qui nous gouvernent et prêts à tout pour protéger leurs affaires , quitte à manipuler l’opinion et faire peur à tout le monde -
    prenez exemple sur l’Autriche : irrégularités dans le dépouillement de certains suffrages Un nouveau vote sera ainsi organisé à l’automne.-


  • Ils n’iront pas jusqu’à dire publiquement que seul le Front a toujours eu le courage de défendre ce tryptique et qu’il est le seul encore aujourd’hui à avoir survécu au déferlement de mépris pour ses idées.

    Mais disons que c’est mieux que rien

     

  • Les demis intellectuels aux ordres, ça reste dans les clous de leur champs d’action, ca évite de parler de sortie de l’U.E

    Rien de nouveau.


  • #1500103

    "Les auteurs demandent une renégociation des traités qui s’articulerait autour de trois priorités : la souveraineté, la prospérité et l’indépendance stratégique."

    Coup d’été dans l’eau, naïveté bon enfant ou simple enfumage ?

    Si l’on se base sur l’analyse de la mécanique de l’UE dont nous fait profiter Asselineau (hola hola stop une dernière fois je ne suis pas UPRiste, que cela soit bien clair), renégocier les traités est une chimère, une impossibilité statistique au regard des intérêts divergents des pays membres.

    Ceci étant dit appesantissons nous sur leurs trois priorités (tiens tiens encore un triptyque) :

    - Dans l’état actuel des choses (les traités européens en tout premier plan) une "souveraineté" retrouvée ne peut voir le jour qu’à la faveur d’une sortie de l’UE.

    - La "prospérité" ne pourra à nouveau s’épanouir dans la nation française que si l’on retrouve nos vraies frontières et les taxes douanières y afférentes, le droit de gérer nous-mêmes nos affaires et donc la capacité d’établir notre propre budget comme bon nous semble, et évidemment notre propre monnaie nationale pour nos propres investissements et nos propres régulations monétaires. Tout ceci n’est possible que par la sortie de l’euro et le retour au franc.

    - Pour "l’indépendance stratégique", inutile d’en faire des tartines. C’est la sortie de l’OTAN qui nous la rendra.

    On retrouve donc cette fameuse trilogie propre et chère aux défenseurs de la nation française : la sortie de l’UE, de l’euro et de l’OTAN.

    La fin proposée par ces 20 intellectuels français ou supposés comme tels emportera ici notre adhésion sans réserves mais les moyens proposés pour y parvenir sont vains, inadéquats, trompeurs.
    Serait-ce un moyen de gagner du temps, de nous égarer une fois de plus, de lâcher la proie pour l’ombre ? Rien n’est moins sûr !

     

    • Aux 4 souverainetés régaliennes il faut ajouter la mainmise de la Nation sur les médias.
      Il est intolérable que l’étranger ou des intérêts privés crééent la monnaie et dirigent l’opinion publique.



    • Aux 4 souverainetés régaliennes il faut ajouter la mainmise de la Nation sur les médias.
      Il est intolérable que l’étranger ou des intérêts privés créent la monnaie et dirigent l’opinion publique.



      La Pologne est en train d’essayer de retirer leur pouvoir sur les masses polonaises aux médias détenus en grande partie par l’Allemagne, et ces médias hurlent comme le cochon qu’on égorge. C’est savoureux à regarder. Et évidemment, l’opposition à la solde de Bruxelles et de Berlin crie à l’abolition de la démocratie. Ne nous leurrons pas, si un politicien essaye de remettre dans les mains de la Nation française les médias diffusés en France et tenus par des intérêts étrangers (ou, en tout cas, anti-français), il va se heurter aux mêmes méthodes dégoûtantes et aux mêmes hurlements de goret. Il devra avoir les reins solides et ne céder à aucune provocation.


  • “T.I.N.A There Is No Alternative”, “Nein” a ajouté Merkel, “Pareil que mutti !” surenchérit Flamby.


  • Il faudrait retrouver la souveraineté en France pour commencer. Lorsqu’on regarde le cirque de l’assemblé nationale il y a de quoi en douter.


  • Le peuple n’en a rien à carrer de ces "intellectuels" stipendiés utilisés en derniers recours par l’oligarchie pour sauver l’U.E.


  • Bien... la liste des "cerveaux malades" s’agrandie tout les jours un peu plus.

     

  • Lorsque les assemblées ont épuisé leurs compétences et leur peu de crédibilité, c’est la rue ou l’armée qui prend le pouvoir.

    A ce stade,

    Je ne reproche donc aux terroristes du Bataclan que de s’être trompés d’adresse : il fallait aller à Bruxelles et pas à Paris, dans un autre music hall, celui de la Commission européenne.

    Et surtout,

    Pendant que nos intellectuels autoproclamés se tournent le doigt dans le cul pour savoir de quel côté souffle le vent, la nation termine son addition et pose son résultat : tous coupables !


  • Ca m’étonnerait qu’ils laissent signer Alain Soral !

     

    • Alain Soral est une maladie multiple et incurable. Rien qu’en parlant avec lui, on devient antisémite, raciste, zenophobe, nazi, comploriste et islamophobe. Ces soi disant intello ne permettront pas la signature de Soral, sinon ils seront atteints de ces maladies précitées..

      Cordialement


    • C’est pas dit. Maintenant accepterait-il de signer ? En tout cas ils se solidarisent pour sauver la France et ça c’est bien.


    • @Andreas tu as raté un épisode, personne dans les mainstream n’associe Soral a islamophobie, au contraire ils associent Soral a Daesh... et parlent d’islamo-nazi !
      Et d’ailleurs Soral ne fais pas partis des demi-réveillés qui passent leur temps a cracher sur tout les musulmans de A à Z jouant ainsi le jeu de guerre civile du système, bonjour Zemmour !


  • Définition du mot : intellectuel

    Adjectif masculin singulier :
    > relatif à l’intelligence
    > qui demande de l’intelligence

    Nom masculin singulier :
    > celui dont la profession exige une activité créatrice de l’esprit
    > celui qui a tendance à privilégier les plaisirs de l’intelligence
    Mo’Truckin’.

     

  • #1500193

    Ils font du Marine Le Pen sans Marine Le Pen. Je préfère l’original(e).


  • Et voilà, l’éducation ça change tout, dirait Minc.


  • C’est une bonne nouvelle que ces personnalités osent et n’ont plus "le trouille". Quant à savoir si leur courage perdurera cela dépend de la longévité du mouvement de contestation souterrain initié par le peuple car ces gens là savent bien qu’ils faut toujours pisser dans le sens du vent et tous ensemble sinon on se fait pisser à la raie.


  • Souveraineté sans identité n’est que ruine de la nation.


  • #1500298

    Des intellectuels qui veulent renégocier... j’appelle ça des commerçants.
    Avec leur petit portrait et leur pose photogénique bien lissée.... pfff, c’est juste ridicule, on dirait l’affiche d’une bouffonnerie théâtrale...

    Ces tocards ont le sens du temps et le sens historique très prononcé, la grande bretagne tout juste divorcée de l’union européenne l’intelligentsia française monte au créneau pour demander une renégociation des traités... quelle comédie ! Histoire de signifier à ces veaux de français que quitter l’UE n’est pas la solution.

    La négociation, voilà une mode bien plus dans l’air du temps : discutailler en pensant que la force de persuasion par la logique et les bons arguments feront la politique.. La prochaine étape, c’est quoi ? la mendicité par la charité chrétienne ?
    ces crétins ne comprennent rien à rien ou alors les medias français les ont rendus tellement narcissiques qu’ils pensent être en mesure de négocier quoique ce soit avec la super-structure européenne. Ce qui compte de toute t’façon c’est la posture et le parti pris spectaculaire de la chose peu importe l’aboutissement, tout réside dans le l’apparence de l’instant.
    En somme, vingt clampins plumitifs qui s’essayent au commerce politique en pensant que leurs mots subventionnés apporteront quoique ce soit aux maux français... le pitch est tout à fait savoureux et le visionnage gratuit sur le service public.

    Bientôt, dans la saison 2, ils nous expliqueront que le TAFTA peut être une bonne chose à condition de renégocier certaines parties ... Bande de guignols !

     

  • de plus en plus de cerveaux malades, c’est une pandémie !


  • La (ou plutôt les) voix de la raison ; la presse médiatique Bergé-Niel aura vite fait de dénigrer ces affreux mal-pensants.


  • Ou comment se servir d’un événement afin d’arriver au même endroit mais par un chemin différent, histoire d’embrouiller le monde !
    Militent-ils pour une consultation des peuples à propos de l’Union Européenne actuelle ?
    Lire le papier de B. Guigue à ce propos : http://www.comite-valmy.org/spip.ph...


  • Et l’identité des nations d’Europe face aux immigrations diverses, variées et encouragées, ça leur arracherait la bouches aux "intellectuels" d’en parler ?


  • Voila les faux républicains , qui veulent changer l’Europe sans y
    changer le principal , ces ambitieux sont là juste pour couper l’herbe
    de sous le pied du FN afin que le vrai changement ne se fasse pas ,
    faire croire encore une fois que tout ira mieux et qu’il n’y aura pas
    besoin de référendum .

    ça c’est le miroir aux allouettes des Européistes qui vont se dire
    différents ,pour que rien ne change , attention à la supercherie .

    Vous devez n’avoir aucune confiance en tous ces gens-là.... !

     

  • De pauvres bougres ce pretendus intellectuels. Les jeux sont faits.


  • et le Zemmour il signe jamais rien ? il se mouille jamais ?


  • C’est uné idée de Soros ?


  • Beaucoup sur ce site qui comparent ces gens à des ralliés de la dernière heure, semblent ignorer qui est Jacques Sapir. Mais bon......

     

  • Retrouver notre souveraineté sans la faculté de battre monnaie, et laisser donc aux banques le soin de le faire et par conséquent avoir un droit de regard sur nos dépenses tout en se gavant d’intérêts.
    Mais bien sûr.
    Avec cette crème de l’intelligentsia française, on nous lâche 10 cm de laisse et rien d’autre.

     

  • Deux remarques sur des sujets jamais évoqués mais qui répondent à la même question : "quel est notre projet de société ?"

    1) l’Europe n’est ni les USA, ni la Russie, ni la Chine... Nous ne parlons pas la même langue et il semble assez bizarre de vouloir nous comparer à ces puissances en terme d’organisation.

    2) Quel modèle de vie commune se cache derrière le mot "prospérité" habilement employé pour faire oublier que gauche et droite n’ont tjrs pas réussi à dépasser les concepts bidons que sont le "progrès" et la "croissance"...
    Où est leur analyse contextuelle permettant une ébauche de proposition systémique ?!...

    Il semble bien que là est leur limite : ils poussent des cris d’onfray mais n’ont pas de solution pour dépasser ces sempiternels clivages...

    Le nationalisme comme échelle de gestion est un moindre mal, mais quid de la compétition internationale pour des individus courant vers toujours plus en pleine inconscience ?


  • Quand la gauche , la droite , les rouges , les verts ,
    ( les traîtres ) ne sont plus crédibles , les politiques utilisent leurs anesthésistes qui ont fait prendre au peuple ,des vessies , pour des lanternes . Ils leurs faut , maintenant , qu’ils renvoient l’ascenseur pour leurs salaires salement gagné !


  • J’ai vu le titre, je me suis précipité pour voir ce qu’il allait en sortir...
    Hélas !...
    Dès la première ligne, on sait que c’est rappé. C’est encore ce brouet infâme, ce salmigondis de formules de propagande et de puissantes réflexions creuses.
    Comment peut-on parler à la fois de « ...plaider pour que la France recouvre sa souveraineté » et à la ligne suivante « demander une renégociation des traités » ?
    C’est totalement contradictoire !
    En effet, les traités ne peuvent être modifiés qu’à l’unanimité des 28 États membres ! Autrement dit : jamais... C’est justement ce que voulaient les créateurs de "l’union" €uropéenne.
    Et cela fait bien... 40 ans ! qu’on nous bassine à nous dire qu’on devrait « Changer l’Europe ! »
    En réalité, la seule et unique façon pour que la France retrouve sa souveraineté, et donc son indépendance, consiste à sortir de l’UE, de l’euro et de l’OTAN.
    Et le seule façon légale de le faire, ce que prévoit de faire le Royaume-Uni, c’est d’invoquer l’article 50 du Traité de l’UE et l’article 13 du TAN.
    Alors, ces vingt intellectuels, au lieu de tourner en rond, de nous raconter des sornettes et de nous faire perdre notre temps, feraient mieux de se renseigner sérieusement.
    Vous ne verrez pas les partis politiques qui proposent cette solution à la télé, dans les journaux. Mais vous pouvez les trouver facilement sur Internet en faisant une simple recherche...

     

    • J’ai zappé une partie de mon commentaire.
      Lorsque je dis que c’est totalement contradictoire, c’est qu’en effet on ne peut pas avoir un État souverain et indépendant, et à la fois approuver les traités européens, même renégociés, qui impliquent une délégation de souveraineté pratiquement totale !
      En outre, que vaut la souveraineté d’un État, dont la Défense nationale est sous commandement étranger ? C’est le cas depuis que Sarkozy nous a remis dans l’OTAN.
      Pour que l’État soit souverain et indépendant, il n’y a donc pas d’autre solution que de dénoncer les traités, c’est-à-dire de sortir de "l’union" €uropéenne et de l’OTAN.


  • Le 5 juillet, Jacques Sapir commentait cet « appel des vingt » dont il est signataire :
    « L’union européenne est morte. Nous avons le choix de vivre avec son cadavre, et ses pestilences, avec tous les risques qu’une telle politique comporte, ou nous avons le choix de l’enterrer. Mais, pour cela, il faut un nouveau traité, non pas un traité de replâtrage mais un traité refondant une communauté à la place de l’Union. Tel était, et est toujours, le sens de l’appel signé. Nous ne serons réellement débarrassé de l’UE que quand son successeur sera en place. Mais, pour se mettre réellement au travail, il est clair qu’il nous faudra une autre classe politique que celle qui, dans la majorité ou dans l’opposition, existe aujourd’hui en France. »
    https://russeurope.hypotheses.org/5076

    « Une autre classe politique » ?!!! Si c’est ça, être intellectuel…
Sans compter que les autres pays signataires devront aussi remplacer la leur !…
Et après il « suffira » de se mettre d’accord, hein ?…

    Ce même Jacques Sapir qui prétendait le 24 juin dernier que « Continuer aujourd’hui à prétendre changer l’UE de l’intérieur, à tenir le discours convenu sur « l’Europe sociale » constitue un mensonge qui se double d’une impasse stratégique. », https://russeurope.hypotheses.org/5052 déclare aujourd’hui vouloir mettre en oeuvre un nouveau traité avant d’en finir avec l’UE actuelle…

    Qui est dans le mensonge ?… Qui est dans l’impasse ?

    Et avec qui, ce traité ? Avec les états baltes, qui fêtent leur collaboration avec le Reich dans les rues de leurs capitales ? Avec la Pologne, qui sera ravie de ce nouvel élan vers Moscou ? Avec les Anglais, qui viennent de quitter une UE qui entre dans sa phase de soins palliatifs et dont le spectacle pathétique rassurera les plus obtus des « bremain » ?

    Avec qui ? Quelqu’un le sait-il ? Un détail, sans doute…

    Comment penser que 28 pays qui se sont rendus malades les uns les autres puissent subitement être capables de s’auto-prescrire une potion magique susceptible de les guérir ? D’autant plus que chacune de ces nations a contracté un mal spécifique, lié à son identité propre...

    Seraient-t’ils seulement capables de s’entendre pour organiser une fin concertée ?… Rien n’est moins sûr…

    Si nous voulons guérir, il faut guérir nos nations. Et qui peut mieux guérir une nation que ses propres citoyens ?


Commentaires suivants