Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Voter Hollande en 2017 pour précipiter la chute du régime, certains y pensent

François Hollande a de nouveau donné le spectacle de la vacuité fabuleuse qui caractérise le pouvoir présidentiel depuis son élection. En écoutant les litanies auxquelles il s’est livré dans un contexte de désillusion et d’impopularité forte (confirmées par les réactions en ligne sur les réseaux sociaux), il devient évident que tous ceux qui attendent la chute du régime ont trois bonnes raisons de voter Hollande aux prochaines présidentielles.

 

Comment Hollande symbolise l’impuissance du pouvoir politique

Une fois de plus, François Hollande a donné le spectacle d’un pouvoir totalement incapable de modifier la réalité du pays et totalement incapable de le reconnaître. Face aux difficultés sociales, politiques, économiques, les Français qui avaient encore un espoir sur ce qu’ils pouvaient attendre du pouvoir sont cette fois définitivement fixés : après quatre ans de mandat, François Hollande est plutôt satisfait de son bilan, et personne non seulement ne le croit ni le comprend, mais ne peut même imaginer qu’il ne partage pas le bon diagnostic sur le désastre en cours. Manifestement, le gouvernement ne peut rien pour nous.

Pourtant, les éléments du diagnostic sont assez faciles à relever. Le chômage explose alors qu’il diminue chez nos voisins, la croissance stagne, le pays se paupérise. Partout, la contestation monte et la recherche du sens est immense.

Voter Hollande en 2017, c’est, sur tous ces points, le choix sûr de continuer à se mentir. Le navire continuera à s’enfoncer, mais le commandant de bord répétera inlassablement des messages rassurants aux passagers coincés dans la cale.

 

Comment Hollande symbolise la réaction nobiliaire

Il fallait entendre Hollande répondre à la chef d’entreprise sur les questions micro-économiques pour mesurer une fois de plus la rupture entre le pouvoir politique et la réalité des Français. Là encore, si certains imaginaient que l’occupant de l’Élysée avait la faculté de comprendre leurs préoccupations, ils ne peuvent plus avoir aucun doute aujourd’hui. Ce qui fait la vie quotidienne des Français est un mystère structurel pour le Président de la République. Ce n’est pas une question de mauvaise volonté, c’est une question d’ignorance.

Ainsi va la Ve République : les élus sont loin du peuple, au-dessus du peuple, et n’en connaissent pas la condition. Ils s’en portent très bien.

Donc… voter Hollande en 2017, c’est se promettre une longue continuité dans ce ton condescendant, méprisant, cette surdité mal cachée, ces regards évasifs et ennuyés lorsque les élus, dignes héritiers des aristocrates d’Ancien Régime, sont sommés de répondre aux questions portant sur la vie quotidienne des citoyens. Se salir les mains, quelle horreur !

Lire la suite de l’article sur eric-verhaeghe.fr

Monsieur le président Hollande, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

37 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • C’est une idée après tout, car il est évident que le FN n’est pas encore capable de monter au pouvoir. Il faut peut-être en aller jusqu’à la destruction totale de la France pour pouvoir la rebâtir...

     

  • pas con mais autant voter Valls directement ...


  • Mais, mes amis guénoniens votaient déjà socialiste pour accélérer la chute de la Démocratie ! Rien de tel pour la pourrir que que de voter socialiste !


  • Exactement pour en finir.


  • Je suis sidérée par la pertinence de cet article ! Et par celle des commentaires qu’il suscite sur son blog ! L’esprit français demeure, tout n’est pas perdu !


  • Éric Verhaeghe oublie que précipiter le naufrage du bateau France, c’est aussi précipiter le risque de mourir noyé.

    Ce genre de raisonnement était celui des Communistes qui souhaitaient accélérer la mise en place et la domination du capitalisme afin de précipiter sa chute, sous le poids de ses contradictions internes. Résultat (qui était prévisible) : c’est le communisme qui a chuté et le capitalisme qui a vaincu.


  • hmm ? mais alors c’est comme l’idee de faire le plus de mal et de destruction sur terre pour precipiter la renaissance, l’age d’or, voire la venue du messie...


  • Ce serait sans doute un excellent moyen pour dynamiter tout le système ..... Mais que de souffrances ensuite pour remonter la pente ...... Si on pouvait passer directement à la phase reconstruction ..... Oh, je crois que je commence à rêver !!!


  • y’a mieux !

    Quel serait enfin l’acte ferme, décisif, radical, véritable attentat ou atteinte à la république ?

    Celui de proroger l’État d’urgence et d’annuler dans la foulée sous ce prétexte, les élections présidentielles !


  • Mouais, c’est marrant comme idée mais à mon avis ça serait oublier la sacro-sainte alternance.

    En 2017 ça sera probablement Jupé.


  • Cet article est d’une logique absolue et effroyable, mais pragmatique et réaliste.
    Je l’avais déjà faite mienne.

    Cependant la logique du 2e tour va certainement faire échouer cette combinaison salutaire. Hollande (ou Walls) n’y seront pas présents.

    A moins que Juppé se plante ... Ce qui n’est pas exclu.


  • Le vote est tellement dévalué que cela ne sert pas à grand chose. Le système a tout verrouillé. Par contre, s’ils désinforment, désinformons ! Il est possible et plus efficace de participer individuellement au trucage des sondages pour que le pouvoir en place ne se méfie pas, et que Hollande se croyant poussé par une vague d’amour se représente, ce qui pourrait arriver de mieux puis qu’alors le régime tombera et la population descendra dans la rue en hurlant. Cela aurait un peu plus d’efficacité.

    Autrement dit, si on vous sonde, au téléphone par exemple, (cela arrive et les sondeurs commencent par vous parler de produits commerciaux puis ensuite glissent vers la politique), au lieu de cocher les bonnes cases et décliner bêtement votre opinion avec sincérité, et vos vraies préférences partisanes, déclarez n’importe quoi. Par exemple , situez-vous résolument dans les 2% de français qui sont "très contents" du président de la république. Que vous êtes "très content" de l’action du gouvernement. .

    D’abord, silence au bout du fil, rétablissement intellectuel de l’autre côté. La question est alors reposée doucement à l’excentrique qui déclare soutenir Hollande, le sondeur subodorant une blague. Confirmation d’un ton net. Ensuite, assez curieusement, on est re-sondé quelques temps après par le même institut... A se tordre. Cela a beaucoup plus d’effet que de voter aux élections.

    Autre stratégie ! Si vous voulez que votre opinion ait un poids considérable et perturbe les "classe politico-médiatique", inscrivez-vous aux primaires de la droite, de la gauche et du centre et votez en même temps ! Votez à toutes les primaires possibles ! Votez Mariton, pour les plus ridicules, pour le parti démocrate chrétien, pour Jack Lang, pour NKM, pour les foldingues mégalos. Ensuite, demandez l’annulation des primaires parce qu’on a fait pression sur vous en vous offrant des pastis et portez plainte auprès du procureur pour achat de voix (la vôtre).. Des officieux en imperméables mastic viendront doucement vous proposer des vacances à Copacabana allez simple gratos ou bien vous laisseront entendre que si vous persistez, vous finirez en petites particules de poussières flottant à la surface du lac Daumesnil (ou du vieux-port, hypothèse Marseillaise). C’est cela aussi la "démocratie".


  • Tient une idée gauchiste, détruire plus pour mieux reconstruire après ! Une idée de sociopathe...
    Quand sa bagnole fait mine de tomber en rade je suppose que monsieur Verhaeghe la balance contre un platane et cours en racheter une autre, logique.
    Le genre de plan révolutionnaire qui doit d’avance faire trembler le système pour le détruire votons encore et encore pour lui, youpie !
    Sans compter que si l’économie française s’effondre y aura des vrais gens sur le carreaux.

     

    • Je suis plutôt d’accord avec vous. La pirouette intellectuelle paraît séduisante mais au final, ce que prévoit Eric Verhaeghe n’est pas du tout certain.
      Certains affirmaient que Sarkozy ne terminerait pas son mandat...
      Certains affirmaient que Hollande ne terminerait pas son mandat....
      Certains feraient bien d’arrêter de jouer les voyants.


  • @JeSuisLePen

    "...le naufrage du bateau France, c’est aussi précipiter le risque de mourir noyé"

    Oui, un peu comme "le radeau de la Méduse" au combien d’actualité.


  • Mouais..le raisonnement tiendrait peut-être si le président était réellement élu par les électeurs..le prochain président ou présidente pour 2017 est déjà connu de la vraie sphère du pouvoir.."Si les élections servaient à quelque chose, elles auraient été interdites" (Coluche)


  • Il est faux de dire que l’émission avec Hollande était sans intérêt ! Elle était très importante et il fallait être attentif. Il a prononcé à la fin (les gens étaient fatigués, avec le type de la "Nuit Debout") une sorte de testament, de message politique très anxiogène.

    L’idée classique est que la politique doit s’appuyer sur le droit et des pouvoirs encadrés, constitutionnels donc séparés et s’opposant. Or il parle de "politisation" et non de "politique" et il dit : "c’est une bonne chose". (...). Ce n’est pas vrai ! La politique est bien, la "politisation", pas du tout. Il continue : "je considère que c’est bien que la parole soit prise et que le débat s’organise. Même si, à la fin(sic), le meilleur de système, c’est le suffrage universel (ouf !) mais il ne suffit plus" . Les élections ne suffisent plus ! Nous sommes prévenus. Cela donne un sens puisqu’il est d’abord élu et est le garant d’un ordre bien précis où les élections ont un rôle majeur !

    Ensuite, il explique que la politique doit se développer "en dehors des institutions". En bon français, cela s’appelle ou une révolution ou l’anarchie.

    Ces déclarations sont obscures et ont une immense portée. Elles projettent la France dans un univers qu’elle ne connaît pas ; ce qui ronge la cinquième république, c’est l’anéantissement des institutions de la république représentative, et notamment du parlement, seul endroit ou l’opinion pouvait s’exprimer et peser), du premier ministre responsable devant lui et maintenant de l’institution présidentielle isolé dans un édifice effondré. Si les juges reprennent en main la gestion du pays, on va rire.

    La crise est gravissime car elle était en germe dès 1958 et avance irrésistiblement : l’opinion se sent oubliée et en effet ! Le régime s’est affaissé sur lui-même et la politique se transforme en "politisation", c’est à dire en anarchie. Hollande est en effet par là même fidèle à son personnage de haut fonctionnaire "de gauche". Le sol se dérobe sous lui parce que les institutions ne fonctionnent plus depuis fort longtemps ! La classe politique ne pense plus qu’à une chose : barrer le Front National ! La faute en est à la logique gaulliste qui a consisté à ridiculiser et anéantir la république parlementaire et ses catégories. Une classe de hauts fonctionnaires a la main sur tout mais se révèle insupportable et incapable. Hollande représente cette classe.


  • Le nouvel adage : au premier tour, on élimine ! Au second, on élimine ! Et hop !

    Cela dit, Hollande ressemble plus à Louis-Philippe qu’à Louis XVI. Et son ministre Guizot ! "Enrichissez-vous et vous aurez le droit de licencier".


  • Pour ma pomme, il me semble que dans un cas ou l’autre, ce PS est mort pour un moment. Mais pour plus longtemps encore si Callagan de Mougins repart pour un tour de manège : il peut y avoir un coup à faire tant l’aspect social de l’article 1 de la constitution se tamponne bien qu’il y ait, ou non, un parti politique pour le représenter...
    Vire moi toute cette daube à jamais !


  • Les peuples ne sont jamais sortis vainqueurs des révolutions.
    Mettre à bas le systèmes en votant Hollande... ?
    Oui. Mais qui reprends la main derrière ?

    Regardons l’exemple Grec...


  • Après le chaos Hollande, le déluge Hollande ? Il va y avoir de la souffrance dans les chaumières avec ces stratégies du pire. Hollande ne passera pas le premier tour, malgré toutes les magouilles de dernières minutes du PS. Juppé versus Marine, au second tour ; c’est mon avis, avec une possibilité que Marine fasse un énorme score, car les Français agissent en sursaut, dans ces élans de spontanéité qui surprennent tous les analystes. Ce qui est certain, c’est que le Tripartisme (RéP/PS/FN) que les médias vont nous vendre ad libidum avant 2017 sera une chimère si les citoyens organisent eux-mêmes une vie démocratique et se coupent définitivement de cette représentation politique artificielle et coupée de la nation, en faisant émerger les petits partis, des coalitions, des Podemos, bref le chaos pour les professionnels de la politique, mais un déluge contrôlé au final pour les Français. L’important est de rendre illégitime la construction politique régnante ; nous vivons une transition, on sent bien que les gens les plus éveillés politiquement cherchent des solutions venant de la société civile…Le salut viendra de là, mais à quand l’expression "terminale" de cette masse critique ?

     

    • En tous cas ça passe par la possibilité donnée à chacun d’être véritablement représenté et ça passe par la proportionnelle intégrale dans tous les crutins et par le recours au référendum quand les représentations ne parviennent pas à s’accorder, la vraie Démocratie, c’est ça et pas autre chose. Hors de cela, nous allons tout droit au chaos (le chaos n’a pas de maître) avec les dégâts que cela va faire, mais si c’est par là qu’il faut passer on en passera par là..à bon entendeur....


  • Il est plutot probable que les veaux de français supportent bon gré mal gré un président incapable, je doute fortement qu’ils soient capables de » faire tomber le régime » , quelles que soit les conditions.

     

    • Effectivement.. Même si les sénateurs engageaient une procédure de destitution (ahaha, que c’est drôle), on le remplacerait par qui ?! Tout le paysage politique français actuel est pathétique, misérable et totalement pourri. Puis, le simple fait d’aller voter est une douce absurdité : le voie électorale mène à la servitude ratifiée disait Lebon (me semble-t-il). En gros, le seul espoir est que cette monarchie s’effondre d’elle-même, comme toute chose qui finit par se transformer. Chacun vivrait de son côté. Les oligarques entre eux, les politiciens au milieu, heureux de ne servir à rien, et le peuple dans sa lutte quotidienne. La solution révolutionnaire est une utopie également : elle nous serait subtilisée comme on l’a vu à chaque fois partout pour bénéficier aux tyrans suivants. De plus, les masses se complaisent à vivre comme cela, à en baver. Un peu comme la femme maltraitée qui reste avec son maître...


    • N’oublions pas que, contrairement à ce que disent les professeurs de droit constitutionnel, la "république" n’est pas un "régime". Car elle se réfère à une zone non énonçable du droit : le droit naturel et qui porte la question de l’homme, et de sa liberté, donc de son "être-homme" en droit moderne puisqu’il ne peut penser l’homme que libre ou plutôt il récuse ceux qui essaient de le déterminer autrement. Personne ne peut définir la liberté puisque cela signifie lui donner des fins donc l’abolir. C’est cela la difficulté. La république dit seulement qu’il y a une "chose" ("res") qui est "publique". Ce n’est pas dire grand chose mais c’est déjà pas mal. Ceux qui parlent au delà prennent des risques.


  • L’ignorance n’est pas l’innocence..


  • Ce bouffon dans ces habits est une insulte à ceux qui le portaient en leurs temps.. Ceci dit...
    "François Hollande a de nouveau donné le spectacle de la vacuité fabuleuse qui caractérise le pouvoir présidentiel depuis son élection"...
    Non cent fois non, s’il est question de vacuité c’est seulement de celle d’hollande lui-même qu’il est question, il est dans un costume bien trop grand pour lui. Sur le fond, il n’esxiste pas de mauvais ’régime’ mais il faut de bons gouvernants, et ça n’en est pas un du tout c’est le pire qu’on ai connu Il est tellement creux qu’on pourrait y prendre un bain de pied et son quinquenat et celui de ses complices et mandants, le pire que les Français se soient vu imposé par une violence insupportable et inadmissible.

     

    • en democratie on a ce qu’on merite, ou ceux que l’on decide d’elire..... je n’ai par exemple aucune sympathie pour le peuple grec qui souffre affreusement comme la cigale en hiver mais qui en a bien profite pendant un long ete..... metro gratuit, retraite a 50 ans, personne ne paye ses impots....tant d’autres heresies....ils ne peuvent s’en prendre qu’a eux memes, c’est leur pays, leurs problemes, ce sont des gens intelligents, qu’ils se deboruillent !
      idem pour les francais qui ont "chiales avec yannick noah en 2012 pour l’election de francois"... a cote de cela, j’ai le coeur qui saigne de voir notre belle France en chute libre...... plus dure sera la chute !


  • Cet article suppose que le quinquennat prochain serait plus supportable pour les français quand porté par Juppé ou Macron, les 2 poulains du Bilderberg tirant des 2 bords. Le prochain quinquennat sera catastrophique hormis si Le Pen est élue ce que je ne crois absolument pas.
    D’ailleurs depuis quand un Président du système aurait un droit de regard sur un agenda fixé des lustres à l’avance ?


  • L’idée est "marrante" sur le papier mais non merci.

    Cela dit, il est clair que si on avait 5 ans de plus de Hollande dans ces conditions je ne pense pas qu’il les finirait. Conclusion, je serais lui je m’en irais avec le peu de dignité qu’il me reste.


  • J’ai entendu cet argument des tas de fois. Pouvoir ouvrier voulait faire voter Chirac en 1995, car il s’agissait pour eux du vote "révolutionnaire" : ça irait encore plus mal, les français en auraient assez, et ça péterait...

    Inutile de dire que celui qui est élu est élu, il fait comme il a toujours fait et personne ne fait jamais la révolution.


  • Moi je me pose la question :: :: : de quel droit des hommes se sont permis de gouverner, dominer d’autres hommes ????? Je pense que cette "matrice" appartient à Satan et parconséquent ces gouvernements aussi.... Pour désintégrer cette matrice, il faut aller à contre courant.... Ne plus payer ces impôts, ne plus voter, faire ses réseaux etc etc, et c’est pas demain la veille, vu le nombre de moutons.......


  • Quitte à mettre un président de "gauche", autant mettre Marine LePen.... Plus sérieusement, la politique du pire a toujours engendré... le pire !


  • En 2012 je me suis abstenu : entre deux sionistes pourquoi choisir ?


  • Conneries mes Amis ! Non, en votant pour Flamby on attendra encore trop longtemps pour la dégringolade vers le retour à la France. Je vois plutôt un triumvirat "Hollande, Valls, Macron" avec dans le gouvernement les Taubira, Belkacem, Cazeneuve, Peillon, enfin tout quoi...


Commentaires suivants