Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Yann Moix, "un névrosé auquel on a donné une audience" ?

Portrait piquant

« Portrait piquant », une nouvelle rubrique de l’émission I-Média sur TV Libertés. Cette semaine, un portrait de Yann Moix.

 

 

En lien, sur E&R :

Les livres que Yann Moix tente d’oublier sont chez Kontre Kulture :

 






Alerter

49 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1706175

    J’ai beau avoir du vocabulaire, j’avoue manquer de mots pour décrire le degré d’abjection de ce type et de dégoût qu’il m’inspire...

     

    Répondre à ce message

  • #1706185
    Le 19 avril à 18:03 par kissmyananass
    Yann Moix, "un névrosé auquel on a donné une audience" ?

    Pour un peu, hi-hann Moix nous ferait croire que les chiens engendrent des ânes...

     

    Répondre à ce message

  • #1706200

    Moix - comme tout le monde - a lu Céline qui écrivait : "La famille c’est le lieu où on s’emmerde (...) Les plaisirs se prennent hors famille " . Comme la plupart des "écrivains" Moix est un plagiaire tous azimuths .

     

    Répondre à ce message

  • #1706317
    Le 19 avril à 21:06 par Frédérick
    Yann Moix, "un névrosé auquel on a donné une audience" ?

    À vue de nez, je dirais que son zèle est la conséquence de casseroles qu’il doit traîner.

     

    Répondre à ce message

  • #1706352

    Plutot qu’un "névrosé à qui on a donné une audience" ...Moix est un névrosé que l’on a reçu en consultation .C’est un malade .

     

    Répondre à ce message

  • #1706613
    Le 20 avril à 09:32 par Ifuckcharlie
    Yann Moix, "un névrosé auquel on a donné une audience" ?

    " Moi X" tout est là : il ne sait pas qui il est .

     

    Répondre à ce message

  • #1706831
    Le 20 avril à 16:18 par Choc à Pic
    Yann Moix, "un névrosé auquel on a donné une audience" ?

    Quand il dit qu’il a 12 ans c’est en âge humain ou en âge de chien ?

     

    Répondre à ce message

  • #1706908

    Comme le définit Honfray, romancier, certes.
    Mais quant aux concepts que ces gens-là tendent à transmettre si ce n’est à imposer, les voilà comme des escargots : bavant de loin à la première averse, mais rentrant instantanément la tête dès que l’on vient frapper à leur coquille pour explications disons...euh, rationnelles.

     

    Répondre à ce message

  • #1707049

    Commentaire youtube de hackingz0ne : Yann Moix est à la base un type qui a beaucoup souffert de ne pas plaire aux filles. Cette absence de séduction auprès de la gent féminine est tout à fait constitutive de sa personnalité. Ajouter à cela des parents maltraitants et vous avez effectivement un névrosé en puissance. Il est donc le "rejeté", l’"exclu", celui que l’on tient à distance, celui que l’on aime pas, à la fois par ses parents mais aussi par les filles. Sur cette base, il rencontre BHL, qui lui donne accès à la célébrité, aux filles et à l’argent. Les jeux sont faits. Sa vie d’avant, celle du désamour absolu est un enfer dont il ne veut plus entendre parler et sa vie d’aujourd’hui, en parfaite opposition, il la doit à BHL. BHL c’est la caricature la plus délirante du juif, type dont la seule idée n’a jamais été que "antisémite !". Pour Moix tout devient simple, l’"exclu", le "rejeté", celui que l’on aime pas c’est métaphoriquement le "juif" et qui l’a sauvé de sa vie infernale ? Un juif ! Vous avez là le bouillon malsain dans lequel baigne Moix depuis qu’il est "célèbre" et qui explique (selon moi) pourquoi il ne peut plus aujourd’hui prononcer plus de 5 mots sans dire "juif" ou "antisémite", à l’exacte exemple de son maître et père BHL ! Père qu’il qualifie cependant à plusieurs reprises de "chien dans la rue"...

     

    Répondre à ce message

  • #1707251
    Le 21 avril à 01:20 par Code génétique
    Yann Moix, "un névrosé auquel on a donné une audience" ?

    C’est très bien résumé !
    Franchement, j’aimerais avoir 10% de l’intellect et des talents langagiers d’Yann Moix mais ça n’empêche pas que des fois, je ferais mieux que lui à sa place, question pertinence, cohérence philosophique et intelligence sociale (sauf s’il fête Pâques ou Noël avec le chien qu’il a rencontré dans la rue comme substitut familial).

    Après, voilà, c’est pas un nouveau Baudelaire, juste un autre Philippe Val dans son dernier avatar : il a contracté des crédits, eu des enfants tout en voulant s’élever coûte que coûte parmi ses contemporains, y compris en suçant, en suçant quoi ? L’air du temps à grandes goulées.

    La reconnaissance sociale, ça a un prix (Goncourt ? Renaudot ? Aaaaah !)

     

    Répondre à ce message

    • #1708036
      Le 22 avril à 01:44 par Michel Mertz
      Yann Moix, "un névrosé auquel on a donné une audience" ?

      Philippe Val, vous êtes un peu dur dans la comparaison... Au moins, il arrive de temps en temps à Moix (1 intervention sur 5, sur 10 si on est vraiment sévère) de taper dans le mille et dire succinctement, avec un angle original, quelque chose de pertinent. Mais dès qu’on aborde certains sujets (tout ce qui a trait à l’américano-sionisme, en gros), on dirait que des fils se touchent dans son cerveau et il devient complètement délirant.

      Après, c’est certain qu’il faut en plus se fader sa psychologie d’ex-enfant battu (histoire complaisamment étalée devant Patrick Sébastien) qui semble générer chez lui un effet yo-yo dans l’alternance d’agressivité et de léche-cuterie, ce qui à lui seul le rend illégitime en tant qu’interviewer politique, même si de temps à autre ça crée quelques confrontations intéressantes.

      La grande réunion des anciens chroniqueurs l’autre soir a montré le fossé vertigineux entre Moix et Buggraf (dont la stupidité autosatisfaite et l’atlantisme hystérique ont presque fait paraître Pulvar supportable en comparaison - même si toutes deux ont parlé d’une seule voix pour finir en vouant aux gémonies le "complotisme" de Cheminade et Asselineau) et le duo Zemmour-Naulleau. Vertige qui souligne aussi la perversion du principe originel d’un duo gauche/droite devenu au fil des changements de casting un duo tellement homogène idéologiquement qu’on ne sait plus très bien lequel des deux est censé être le successeur de l’un ou de l’autre du duo d’origine !

       
Afficher les commentaires précédents