Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Yvan Attal : “Tout le monde s’en branle de l’antisémitisme !”

"Causeur" regrette que l’antisémitisme musulman ne figure pas dans le film

On avait d’abord pensé filer, la patronne et moi, juste après la projection presse du film d’Yvan Attal, Ils sont partout, qui est sorti le 1er juin, mais on s’est retrouvés pris dans un cocktail. On s’était dit qu’il valait mieux pour tout le monde éviter une rencontre avec le réalisateur qu’on aimait bien et qui nous aurait obligés à lui mentir ou à nous mentir. Mais c’est Yvan Attal, qui nous avait sans doute vu bondir en regardant son film, qui est venu se planter devant nous et devant tout le monde pour nous demander avec un geste séfarade et sa gueule d’humour : «  Alors, qu’est-ce qu’il a mon film ? Qu’est-ce qui ne va pas ? »

[...]

Le deuxième sketch a commencé, et lorsque les premières images d’une banlieue « populaire » sont apparues j’ai sincèrement cru que l’auteur déroulait son récit pour nous mener du passé antisémite « vieille France » vers son présent le plus « jeune », comme on dit pudiquement pour ne pas nommer ceux qui sont plutôt Coulibaly que Charlie, et qu’on allait rire de la haine du Juif chez la racaille islamisée, comme on rirait plus loin du préjugé antisémite résiduel chez le catholique. J’ai donc été sérieusement déçu quand le mot « Fin » est apparu sans que l’on ait vu le moindre musulman dans le décor ni entendu le mot « islam » dans la bande-son de la cité sensible.

[...]

Évidemment, le ton est monté – c’est la patronne [Élisabeth Lévy, NDLR] qui a dû me rappeler au calme, c’est dire –, et puis il est redescendu. L’affrontement a glissé vers l’échange, on a même fini par se comprendre – ce qui ne signifie pas excuser…–, alors on a décidé de se revoir pour mettre notre dispute par écrit. Yvan Attal a du cœur, de l’intelligence et de la gouaille. C’était plus qu’il n’en fallait pour transformer un désaccord en rencontre. En belle rencontre, comme on dit dans le cinéma.

 

JPEG - 52.9 ko
Dans ce film, Yvan Attal incarne un jeune juif français qui devient agent du Mossad

 

Causeur. Pourquoi faire ce film ? Et pourquoi maintenant ?

Yvan Attal. Le projet, c’était de démonter les clichés antisémites. « Les Juifs ont de l’argent ! Les Juifs sont partout ! Les Juifs ceci ! Les Juifs cela ! » Pourquoi maintenant ? Cette histoire, pour moi, date d’il y a dix ans. Ça a commencé, je pense, avec la seconde Intifada, avec Dieudonné… Quand j’ai commencé à soupçonner un peu d’antisémitisme ici ou là, on me disait : « Tu exagères, tu es paranoïaque. » D’où l’idée d’un mec qui va chez le psy pour dire : « Je vois de l’antisémitisme partout, et les gens me disent que je suis paranoïaque ! » Et puis j’ai commencé à écrire, je me suis arrêté, j’ai fait un film comme acteur, un film comme metteur en scène…

 

D’habitude, l’antisémitisme est un sujet grave, traité par des intellectuels qui produisent des thèses. Pourquoi une comédie ?

Parce que c’est ma nature ! Et puis, ceci, plus important : il y a une multitude de clichés, et j’ai pensé qu’à travers un film classique, avec une dramaturgie unique, je ne pouvais pas m’attaquer à tous les poncifs. Ce qui caractérise l’antisémitisme, c’est qu’on est attaqués sur tous les fronts. J’ai donc choisi de faire des histoires courtes, ce qui impliquait une forme de comédie, de légèreté. Il y a dix ans, j’ai même pensé solliciter plusieurs réalisateurs. Et puis j’ai compris que ça ferait trop « grande cause » : le sida, le tabac, l’antisémitisme… Ce n’est pas une grande cause, c’est un sujet qui me titille. Ce n’est même pas que je voulais faire un film plus personnel, ça s’est vraiment imposé à moi. Un jour, je me suis levé et je me suis dit : « Il y en a marre ! Je fais ça ! »

 

Donc il n’y a pas eu « un matin », mais il y en a quand même eu un !

Bah ! Il a dû y avoir un matin où j’en ai eu ras-le-cul ! En dix ans, l’antisémitisme que j’avais repéré est devenu un phénomène avéré. Alors, certains critiques disent : « Le mec, il est en colère ! » Oui ! Je suis en colère ! Je suis particulièrement en colère aujourd’hui, je me suis réveillé en colère !

 

Cet « antisémitisme avéré », est-ce que tu l’as ressenti ? Ce qui t’a vraiment énervé, n’est-ce pas que dans ton milieu, celui du cinéma, les gens, au mieux, s’en fichent éperdument ?

Si seulement ils s’en foutaient ! Je vais vous raconter une vraie anecdote. C’est le moment de la seconde Intifada : je ne peux plus aller nulle part, dans le cinéma, sans qu’on me casse les couilles. On parle d’Israël comme ça, à tort et à travers, j’entends des trucs, on me dit des trucs… Je parle de mon milieu : le cinéma français. Un soir, Charlotte me dit : « On est invités à dîner chez machin. » Je lui dis : « Écoute, laisse-moi tranquille, je reste chez moi, je vais regarder le football, je reste avec les enfants, va à ton dîner… » Elle insiste, promet que tout se passera bien. Moi : « On va encore me casser les couilles avec le conflit israélo-palestinien, je vais être le Juif de service, je n’en peux plus ! » Elle allait travailler avec les gens qui nous invitaient, j’ai cédé, j’ai accompagné ma femme. Il y avait là un distributeur, avec lequel j’allais faire, plus tard, deux films, qui me dit : «  Israël, machin, etc. !  » Je regarde Charlotte, je lui dis : « Tu vois bien ? Aujourd’hui, où que j’aille, c’est la même chose !  » Pour abréger la conversation, je dis au gars, et c’était sincère : « De toute façon, tu veux deux États ? Tu es pour un État palestinien et un État israélien indépendants ? Eh bien ! tu sais quoi ? Viens, on mange, on boit, on est d’accord !  » Et lui me répond : « Mais si on est d’accord, pourquoi vous nous faites chier ? » Il m’a dit cette phrase ! « Pourquoi vous nous faites chier ? » Et j’ai répondu : « C’est qui, “vous” ? C’est qui, “nous” ? C’est quoi, l’histoire ? » Et là, c’était fini. Le prochain qui dit un mot, je lui mets un coup de boule et je me casse. Et j’étais vraiment en colère. Je pense que le film est sorti là. De ce « Pourquoi vous nous faites chier ? »

Lire l’article dans son intégralité sur causeur.fr

La genèse de Ils sont partout, voir sur E&R :

Yvan Attal tenterait-il de répondre au seul film
qui a pris le sujet par le bon bout ?

Un peu de sérieux, loin des fantasmes, chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

59 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • je confirme ..
    Et si j’ étais présentateur de TV millionnaire, acteur , grand patron , ou ministre , je me dirait que c’est plûtot un bien maigre revers de médaille de ne pas être apprécié par tous ( autant que j’aimerais. )
    Le beurre, et l’argent du beurre..


  • "L’antisémitisme musulman" ou l’autre nom de l’islamophobie juive (projection psychanalytique).


  • quand je vois yvan attal jouer les divas, je me dis...pauvre charlotte....ca doit pas etre facile tous les jours...

     

  • Overdose
    Le rejet est mieux que la violence !


  • Imaginez le même film sur "l’islamophopie" au quotidien et tous les clichés qui circulent autour, dont ceux venant d’une certaine communauté ?
    En fait, il ne passerait pas la première phase éliminatoire du financement nécessaire, alors que là, c’est du pain béni, si j’ose m’exprimer ainsi.


  • Oui, Mr Attal “Tout le monde s’en branle de l’antisémitisme !” et autant de vos films et de vos leçons .Merci !! Les Français ont d’autres préoccupations.


  • C’est vrai ça, pourquoi on nous fait chier avec ce sujet, juif ou pas ?

     

    • Il faudrait déjà commencer par définir le terme "juif", si vous voulez répondre... essayez, vous allez voir c’est marrant.
      Donc quand des gens qui ont le pouvoir se disent "juifs" et se servent de cette judéité - alors que le terme n’est pas défini - on est bien en présence de casse-couilles mythomanes qui n’ont aucune légitimité, qui ont l’esprit tordu, qui sont parfois meurtriers dans certains cas.


  • Cher Ivan, comme je vous plains. Ce doit être un sacré souk (si vous me permettez l’expression) dans votre tête.
    Ne jamais prononcer le mot mossad, ça n’existe pas.
    Je peux vous conseiller de vous intéresser au travaux de Gilad Atzmon, je suis convaincu que vous y trouverez des réponses.


  • Mythique la scène qu’il relate avec le producteur ; "mais si on est d’accord, pourquoi vous nous faites chier"...
    Et bien oui, le juif sioniste est le seul qui arrive à te culpabiliser même quand t’es d’accord avec lui ! exploit assez incomprable ; bien vu, le producteur.


  • #1506256

    Dans son film, comique ou de science-fiction je n’ai pas bien saisi, les racailles antisémites rabiques ont toutes le visage pâle et s’appellent toutes Christian. Il me semble assez juste de lui faire remarquer que cela n’est pas très réaliste.

     

    • Et c’est de l’incitation à la haine caractérisée... Mais bon, hier valait "que vous soyez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir", aujourd’hui c’est plus "que vous soyez blanc ou noir, les jugements de cour vous rendront puissant ou misérable"... C’est magnifique le progrès. Et il y a foule pour en redemander des deux mains.


    • Oui, mais c’est comme les racailles blanches qui tabassent des blacks et des arabes dans les clips d’alerte à Mali ... Heu ! Je voulais dire le clip informant la jeunesse de France, qu’il fallait (surtout les noirs et métis) qu’elle fasse attention au méchant blanc qui tape tout ce qui n’est pas blanc. Ma question donc : Même réalisateur ? Attal partout ?


  • #1506266

    Éh oui, Yvan : « Pourquoi vous nous faites chier ? »

    Regarde ta filmo, elle est toute pourrie.
    Ton petit nombril communautaire, on s’en fout.

    « je vais être le Juif de service, je n’en peux plus ! »
    Il n’en tient qu’à toi de ne plus être « le Juif de service ».
    Donne-toi les moyens d’être autre chose, accède à l’universel, ma couille !

    Regarde Michael Mann, il nous fait pas chier avec du communautarisme débile.
    T’as vu Heat, ou pas ?


  • Au delà du "comique" de la situation, Attal qui se fait engueuler par les siens parce qu’il n’a pas diabolisé les "banlieusards musulmans" ....
    Et au delà de ce que ça révèle concernant leur stratégie et surtout leur retournement d’alliance... bref.

    Je me demande si tout cela nous apporte pas un éclairage nouveau sur les "difficultés" de financement de son film, qui sont peut-être bien réelles finalement.
    En effet, avec un scénario s’acharnant exclusivement sur le goy blanc bien franchouillard, le lobby y a peut-être vu un film potentiellement contre productif.

    "On est entrain de sionniser le FN, faire copain avec les zidentitaires, et réussir à embobiner les autres blancos contre les vilains musulmans.
    Et toi tu vas foutre la merde en les traitant tous de nazillons aliénés... t’es con ou quoi ?"

     

    • Belle analyse.
      Le fait aussi, que les musulmans ne soient pas traités dans le film, c’est peut être une manière de dire au français de souche, "on s’attend à mieux de vous".

      Une façon de ne pas mélanger les torchons et les serviettes. Une 1ere et une 2eme classe.
      Le français de souche, étant la 1ere classe, est traité avec humour et psychologie.
      Le musulman, lui, étant la 2eme classe, est traité plus violemment et directement et plus massivement par les merdias comme un sous-homme, un cafard.

      Le film ne traite pas le musulman pour bien faire la séparation physique, un cordon sanitaire.


  • Je ne mets plus les pieds dans un cinoche depuis trente ans , regarder même par hasard une affiche me fais vomir : il y en a beaucoup comme moi . Le cinéma c est manipulation , sous - merdes et propagande et des jobs réservés et délicieux pour une petite clique de bien nés .

     

    • Par le truchement du système français d’aides à la réalisation financé en partie par les billets des films qui marchent....que des films de merde en ce moment qui ne feront pas une entrée mais qui régaleront les acteurs "bien nés"....Un truc comme un autre pour se faire de la monnaie facile quand la bourse est au plus bas et la taxe carbone en attente.... !!

      Inutile de préciser que les scénarios dissidents sont systématiquement refusés à la commission où siège BHL,entre autre !!

      Ps : Dieudo s’est fait piquer son idée par Yvan....Mais y’à personne hors E&R pour le souligner !


    • Tous les films sont de la merde ......tous les juifs sont sionistes..... tous les français sont racistes... tous les musulmans sont fanatiques etc etc moi, tous les amalgames me font chier. Il n’y a pas que le cinoche usa ou français communautaire et nul besoin d’aller a la gay prise pour élargir ses horizons.


  • C’est vrai, tout autant que ses films.


  • "Bah oui alors pourquoi t’en parles ducon" ?
    C’est en substance ce que mon père lui dirait ...


  • Peut être que monsieur Attal , a fini par comprendre , que traiter les arabes de banlieues , d’antisémites , exposerait une grave contradiction.
    En effet , les arabes (de banlieue ou d’ailleurs) , ne sont ils pas des sémites ?
    Entre mr Finkelkraut et mr Ramadan , qui est le sémite ?
    Qui est l’antisémite ?


  • Au moins cette interview aura le mérite de montrer que tout n’est pas gangréné de manière pro-israélienne dans le milieu de cinéma et que la question juive reste plutôt protéiforme.


  • Je sais pas si tout le monde s’en branle, mais moi en tout cas je m’en branle, effectivement =D


  • On devrait présenter à cet yvan attal les enfants de cette pauvre maman suicidée parce qu’on lui refusait le RSA juste pour lui montrer comment lui et son antisémitisme dont il se sent tout d’un coup obsédé , squattent les medias jusqu’à donner la nausée à quelqu’un qui a le ventre vide.

    Et en parlant de ventre vide monsieur attal ce dont tout me monde se fout en France c’est l’utra pauvreté galopante, mais peut-être que pour se sentir concerné par la faim il faut l’avoir connu un jour ce qui n’est pas le cas de monsieur attal et de ceux qui squattent les medias pour nous vendre soupe nombriliste indigeste ou daube "populiste" dégénérée .


  • Pourquoi ne pas dire la vérité et replacer les concepts dans leur vraie place ...On melange tout et on dit n’importe quoi ... Cette histoire que les arabo-islamistes seraient des antisémites est fausse et c’est une bêtise monumentale française ... les arabes sont des sémites et l’Islamisme et l’arabisme reconnaissent et veillent absolument à la Sacralité Indépassable de tous les prophètes juifs d’Israel ...L’islam n’est qu’une continuité du Judaisme et son copié- collé idéologique ... les prophètes hébreux sont sacrés en Islam ainsi d’ailleurs que Jésus et la Sainte Marie ... les arabo-islamistes ne sont pas antisémites (comme peuvent l’être les vrais antisémitiques pour d’autres raisons) , ils ont certes des querelles théologiques avec les juifs et surtout une guerre géopolitique sur le sujet de la Palestine ( qu’ils sont d’ailleurs entrain de régler entre eux ) ; mais sur l’essentiel des fondamentaux Abrahamiques du Monothéisme sémitiques ils sont entièrement d’accord : arabes et hébreux , musulmans et juifs ... les Français s’imaginent qu’il y a des différences notoires entre un arabo-islamiste et un juif , ils se trompent lourdement : anthropologiquement , idéologiquement et psychologiquement le juif a les même traits que l’arabe ; leurs mœurs , leurs mentalités et leurs représentations métaphysiques sont les mêmes et sont identiques malgré leurs querelles de cousinage .. Par contre l’antisémitisme Goy , le vrai , ses racines , ses motivations , ses fondements , ses fondamentaux , ses buts ; ça c’est une autre affaire ( on peut donner quelques éclairages si on nous le permettait )


  • Profession : menteur et maître-chanteur patentés, escroc en liberté quoi !


  • Encore il y a 10 ans, ça aurait eu du sens..
    Mais là, l’antisémitisme c’est tellement rentré dans la politique.
    Aujourd’hui Dilcra, signalement/censure d’internet, coopération des gros acteurs, procès,amende, licenciement ... au final, qui sont les premières victimes de l’antisémitisme ? (les antisémites eux mêmes ?)

    On en viendrait presque à regretter l’époque le Crif/Licra combattait les quenelles artisanales de façon presque aussi artisanale.
    Aujourd’hui c’est une machine de guerre qui se met en place, faire une comédie là dessus,ca n’a pas l’air très drôle comme sujet !! (Peut être le film est bon, je ne sais pas) 10 ans de retard,oui.


  • moi c’est gilad atzmon qui m’a enseigner cela (s’en branler de l’antisemitisme) , et depuis je regarde la situation bien plus globalement .
    résultat des courses je remarque que les fouteurs de merdes sont les nombrilistes de compétition !
    que les tribaux de toutes origines aillent tous se faire ...et que vive l’authentique universalisme !

    merci gilad !


  • "Le projet, c’était de démonter les clichés antisémites. « Les Juifs ont de l’argent ! Les Juifs sont partout !"

    Empêchons les sociologues de faire leur travail, et remplaçons les par des propagandistes du grand écran.

    En toute logique la justice devrait le condamner, parce qu’à l’entendre, il s’est livré à des études sociologiques clandestines.


  • Ouais nous essayons de payer nos factures au quotidien même si "ça va mieux !".


  • Donc, pour résumer Yvan Attal a cru repérer par son expérience quotidienne une tendance sociale de fond, sur 10 ans, d’une croissance en France de l’antisémitisme (terme d’ailleurs non défini, par lui ou le gars de Causeur).

    Ce qui aurait été marrant, si son intuition pouvait être avérée objectivement, aurait été qu’il se pose les questions sur les éventuelles causes d’une croissance de la "stigmatisation des juifs parce qu’ils sont juifs" (ma définition ponctuelle, gratos, de ce qu’il entend probablement par "antisémitisme"), qu’il y réfléchisse et en tire une comédie narquoise façon "La vérité si je mens" pervertie où il veuille bien se moquer des "antisémites" comme de sa communauté (génétique ? religieuse ? Est-il au clair là-dessus, d’ailleurs ?).

    Après, on compatit bien sûr tous avec ses souffrances d’être le "juif de service" dans des dîners mondains pendant que la bande de Gaza se fait bombarder par des barbares. Faut-il préférer avoir 10 ans et jouer à ses risques et périls au football en temps de guerre sur une plage de Gaza un peu trop près des battleships israëliens (on ne le dira jamais assez : le football tue) ou se faire agresser verbalement par un distributeur de films devant une verrine au saumon ? Cruauté de la condition humaine.

    Cette dernière remarque, facile et plutôt malhonnête, lui fait un petit procès dont il n’est au fond pas responsable : car il faut bien dire aussi qu’il n’a pas à s’excuser en tant qu’individu (et tous les juifs du quotidien avec lui) pour la politique d’Israël depuis 1948 simplement parce qu’il est né dans une famille juive, tout comme par exemple les musulmans français n’avaient pas à s’excuser du terrorisme d’Etat des attentats de 2015 et 2016, bien qu’ils en aient été sommés ici et là.

    Ceci dit, Yvan Attal par son statut social n’est pas un juif du quotidien et par ses prises de position antérieures ne s’est pas signalé par son objectivité sur la situation israëlo-palestinienne ; il semble surtout ne pas vouloir beaucoup réfléchir et vouloir beaucoup infliger aux autres ses petits plaisirs de citoyen (binational ?) pensant. Bon.

    Yvan, j’irai pas voir ton film, mais surtout n’en déduis rien : si ça se trouve je fais shabbat comme toi, mon frère.

     

  • D’après le box office FR ... 100000 entrées soit 9ème la semaine de sa sortie.

    Puis disparition du TOP 10 les semaines suivantes .

    Avec cet interview on essaye de relancer le film sans doute !!!

     

  • Donc, si je comprends bien, après avoir cédé aux insistances de son épouse, il n’a pas été capable de garder son calme (ça a quand même l’air d’être un problème récurrent) pour lui complaire au moins le temps d’une soirée qui était importante pour elle. Dis-nous Yvan, il n’a pas fallu en plus qu’elle s’excuse auprès de toi pour cette mauvaise soirée ?!

     

  • En même temps, il faut voir les chiffres et il semble que pas grand monde soit allé voir le "film" de cet israrélo-français...malgré une campagne médiatique tout azimut...la "souffrance" juive ne faisant plus recette de nos jours...


  • En réalité ce film est une commande pour culpabiliser les français de souche.
    Pour les musulmans, il y a eu déja 24heures d’Arcady, et de toute façon la machine médiatique diabolise tous les jours les musulmans à l’echelle planetaire.

    C’était couru d’avance, ce film comme celui d’Arcady n’allait pas attirer les foules.
    Les gens ont autre chose à foutre qu’aller payer pour aller culpabiliser en regardant la pleurniche de ceux qui sont ,pour la plupart ,socialement au dessus d’eux.

    Non, ces films sont du materiel de propagande qui seront achetés par l’éducation national et qui auront pour fonction de travailler dans le "bon sens" le cerveau malléable de nos enfants.

    Yvan Atall, avant d’être acteur, est peut-être, avant tout, un agent sayanim


  • Beaucoup de mots, peu d’idées claires.
    De toute façon le discours est à géométrie variable constante, et si lui prend cette position, un autre en prend une autre et ensemble ils couvrent toutes les possibilités et voient laquelle passe.


  • Chérie on va au ciné ce week-end ? Il y a tout un tas de films ..
    Je te propose une grosse bouse du genre Ils sont partout ou bien on reste pèpère à l’appart à mater le film qu’on veut ... Tu choisis quoi ? lol !
    Faut vraiment ne pas aimer le bon cinéma pour payer à aller voir cette merde absolue. Ils nous prennent vraiment pour des couillons !
    Vive la Palestine ! Muhahahaha :)


  • Et si les Fabius, BHL, Sörös et consorts cessaient de provoquer des guerres et des coups d’état, ça pourrait peut-être faire décliner "l’antisémitisme" (mauvais terme pour désigner, non pas la haine d’une ethnie, mais l’opposition à un groupe d’influence partageant une idéologie antichrétienne, racialiste et hégémonique).


  • Oh, pauvre Yvan Attal, persecute, qui doit se sentir bien seul en tant que Juif dans le monde du cinema... Quel courage d’aller dans un diner de gala et defendre a lui tout seul le pauvre pays d’Israel, sans defense, contre les mechants palestiniens terroristes, Israel le David contemporain, contre Goliath, le barbare philistin, quel courage, ce Yvan Attal, qui contre vents et marees, seul contre tous, fait un film contre l’antesemitisme, sous forme de film humoristique, ah il fallait y penser, quel genie artistique. Ah Yvan Attal, ce brave et courageux homme du cinema, qui se bat pour qu’il y ait plus de juifs dans le monde du showbiz car ils ne sont pas assez representes, qui se bat contre cette nouvelle shoah qu’est cette horreur ressentie par des goyims francais au vu d’enfants palestiniens brules au phosphore blanc....


  • L’antisémitisme musulman n’est pas traité, parce qu’Attal sait très bien à qui s’attaquer et de qui gagner les faveurs. Un bon musulman, croyant donc, sait ce que Dieu réserve aux "élus" qui lui ont tourné le dos !


  • Comment des musulmans sémites peuvent-ils être "antisémites", alors qu’un partie des juifs n’est pas Sémite parce que Khazar ? Faudrait qu’on m’explique !!! :)

     

  • les vrais débats sont interdits en France on ne peut pas sereinement débattre de ces concepts clés pour la compréhension de l’Histoire et du cours actuel du monde . je cite : Goy , Kouffar , Sémitisme , Antisémitisme , Aryen , Athènes , Jérusalem , tribu Sémite , esprit grec , mentalité sémitique , Usure , Harem , Conquêtes arabes , Djizia , Dhimmi , etc... la France a reculé en matière de libertés intellectuelles ...il n ’ y a pas de vérité sans liberté


  • Hahaha, mais arrêtez E&R, je n’ai pas ressenti un telle culpabilité depuis la dernière "minute de la mémoire" ! J’ai été récupéré de force par un ami (ancien Waffen SS) à qui j’ai demandé de me prêter son Luger fétiche pour abattre un chat errant. Il a de suite repéré mon mal-être et ma culpabilité (bien que ma famille faisait partie de l’armée de Libération et de divers maquis dans le Vercors) en me donnant des boulettes à l’arsenic et des pièges à rats. Sachant que je n’aime pas la douleur je peux en déduire que cet humaniste avait remarqué mon désarroi profond après la lecture de cet article. Me sauvant par la même occasion la vie :)


  • Ah là là, mais qu’est-ce qu’elle est dure la vie, Yvan !

    C’est marrant, j’en parlais justement l’autre jour, de tous ces problèmes existentiels, avec un mec qui lui a du talent mais par contre aucun moyen de l’exploiter.

    Mais bon, d’accord, d’accord : je pleure, je compatis...

    Par contre, l’histoire foireuse du "non chérie, j’irai pas à ce dîner mondain pas’queu j’en ai marre de me faire persécuter" suivi de l’épisode du farouche distributeur antisioniste (là, j’avoue que le concept est plutôt comique) pour terminer en beauté avec la menace de coup de boule (petit faraud va !), désolé mais ça pue vraiment le baratin à vingt bornes.

    Mais il ne faut pas désespérer : avec un peu de chance et quelques contacts, peut-être qu’il finira même par se vendre ce nouveau scénario bidon !


  • Yvan aussi il lui faut ses pilules : antisemitix 2 le matin 2 le soir
    Padamalgamtoxilin 3mml 3 fois par jour
    Et paranohixol 500 1 le midi, un le soir avant d’aller dîner chez ses amis

    Docteur Alphonse Plagianum


  • Je ne sais pas si "Ils sont partout", en tout cas lui et son film étaient sur tous les plateaux télé, toutes les radios, tous les magazines... mais de là à dire qu’"ils" tiennent la presse, la télé et le reste de l’info, serait bien sûr un délit... donc fermons nos gueules !


  • Bonjour

    pourquoi se cacher derrière un mot aussi générique tel que le mot sémite et très englobant à la fois pour dire trop court et dire simplement anti -juifs est ce la peur de s’assumer en tant que juif qui vous fait courir pour aller chercher un mot qui désigne tout aussi bien les arabes, que les israelites
    Au revoir


  • Combien d’entrées pour ce navet ?

     

  • Il a raison, à part 3 juifs paranos qui se battent en duel, une petite bande d’arrivistes excités qui les aident, tout le monde se fout de l’antisémitisme comme des juifs.

    Est ce seulement un sujet ?

    Israel/Palestine ça oui, mais juifs et antisémitisme, franchement, je doute.
    Ils sont trop peu d’abord les juifs en Europe, personne n’en voit, jamais à part à la télé ou au cinéma bien sûr.

    En ce qui concerne l’antisémitisme musulman, je dois avouer après réflexion que l’on trouve moins de critique musulmane sur le net concernant les juifs et le judaïsme, qu’à l’encontre de l’occident et de la chrétienté.

    Edifiant n’est ce pas ?


Commentaires suivants