Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Zbigniew Brzezinski dévoile sa "nouvelle" stratégie

L’hégémonie américaine n’est toujours pas négociable

Le célèbre politologue américain, Zbigniew Brzezinski, a épouvanté l’humanité une fois de plus en disant que « la fin du rôle global de l’Amérique […] serait très probablement le chaos mondial ». Pour éviter cela, le partisan de l’hégémonie américaine des États-Unis a suggéré un réalignement mondial. C’est le nom de son article dans la revue The American Interest. Alors, quel est l’intérêt américain selon Brzezinski ?

 

Pour résumer brièvement le contenu de l’article de Brzezinski, cela se ramène à deux thèses :

1) Les États-Unis ne sont plus une puissance impériale mondiale.

2) L’effondrement de l’hégémonie impériale des États-Unis entraînera probablement le chaos.

Pour permettre aux États-Unis de maintenir leur pouvoir, Brzezinski propose plusieurs recettes :

a) Faire œuvrer les principaux rivaux géopolitiques de l’Amérique – la Russie et la Chine – pour les intérêts américains en utilisant la crise au Moyen-Orient, qui est supposée représenter une source de menaces commune aux trois pouvoirs.

« L’Amérique ne peut être efficace dans le traitement de la violence actuelle au Moyen-Orient que si elle forge une coalition qui implique, à des degrés divers, la Russie et la Chine ».

[...]

« La perspective politique de la Chine dans un proche avenir est de devenir le principal partenaire de l’Amérique pour contenir le chaos mondial, du genre de celui qui se répand à partir du Moyen-Orient – y compris vers le nord-est. Si ce dernier n’est pas empêché, il contaminera la Russie méridionale et ses territoires de l’Est, ainsi que les parties occidentales de la Chine ».

b) Faire travailler le monde islamique pour les intérêts américains. Pour ce faire, Brzezinski rappelle une fois de plus sa doctrine du réveil démocratique mondial, qui justifie la participation des États-Unis dans les Printemps arabes. L’essentiel est simple : utiliser les forces anti-américaines pour renforcer la domination par différents mécanismes d’influence directe et d’infiltration. Brzezinski déclare qu’une attention particulière devrait être portée aux masses du monde non occidental nouvellement éveillées à la politique, et cela ne peut se comprendre que dans le contexte de sa théorie de l’éveil démocratique mondial. L’émergence d’ISIS dans le monde islamique – et avant cela les révolutions de couleur des Frères musulmans – peut être considérée comme l’application pratique de cette stratégie particulière. Étrangement, ces forces créent des problèmes à tout le monde, sauf aux États-Unis.

c) Maintenir la présence militaire américaine au Moyen-Orient par tous les moyens. Le texte indique que c’est crucial pour les États-Unis, le retrait signera immédiatement l’effondrement de l’hégémonie américaine :

« Un retrait complet des États-Unis du monde musulman, favorisé par les isolationnistes américains, pourrait donner lieu à de nouvelles guerres (par exemple, Israël contre l’Iran, l’Arabie saoudite contre l’Iran, une intervention égyptienne majeure en Libye) et générerait une crise de confiance encore plus profonde pour le rôle stabilisateur de l’Amérique dans le monde. De façon différente, mais radicalement imprévisible, la Russie et la Chine pourraient être les bénéficiaires géopolitiques d’un tel développement, alors même que c’est l’ordre mondial lui-même qui sera la victime géopolitique immédiate. Last but not least, dans de telles circonstances, une Europe craintive et divisée verrait ses états membres actuels chercher des parrains et se concurrencer les uns les autres, dans des arrangements distincts avec les trois grandes puissances ».

En d’autres termes, Brzezinski propose la stratégie suivante, où le Moyen-Orient joue un rôle clé :

1. Fomenter le chaos et la guerre dans la région, en se fondant sur la force du réveil démocratique mondial.

2. Déclarer la guerre au terrorisme et en transférer la charge sur la Russie et la Chine, en les attirant dans un conflit sans espoir dans la région.

3. Maintenir ou même augmenter sa présence militaire sous le prétexte de préserver la stabilité au Moyen-Orient.

Bien sûr, tout cela est masqué par les thèses de la lutte contre le terrorisme et l’attention accordée à la souffrance des musulmans et des habitants du Tiers-Monde en général, en invitant à participer les principaux acteurs de la crise sur l’échiquier moyen-oriental de l’Eurasie – la Russie, la Chine, l’Iran, la Turquie, Israël, l’Égypte, l’Europe, et l’Arabie saoudite. Le prétexte est qu’ils sont tous intéressés à la résolution du conflit, mais en fait, cela ne fera que conduire à des conflits d’intérêts et augmentera le chaos.

« La menace globale du terrorisme islamique » n’est pas une menace en elle-même. Les États-Unis n’ont été gravement touchés par l’islamisme qu’une seule fois dans leur histoire, le 11 septembre 2001. Aux États-Unis, les musulmans représentent environ 1 % de tous les citoyens, par opposition aux populations musulmanes de plusieurs millions en Russie et en Chine. Et contrairement à ces deux pays, il n’y a aucune région aux États-Unis où la menace islamiste du séparatisme peut émerger.

Les États-Unis sont séparés de la région du conflit par l’océan Atlantique. Ainsi, ils peuvent se permettre de jouer sur deux tableaux à la fois – soutenir secrètement les extrémistes et combattre le terrorisme, entraînant la Russie et la Chine dans le conflit, affaiblissant aussi, par la suite, le monde islamique.

L’Amérique espère utiliser les extrémistes islamiques, qu’elle a formés et équipés, pour réengager la Russie dans son orbite – probablement après Poutine. Ainsi c’est la menace de l’islamisme qui sera utilisée pour enrôler la Russie dans un système centré sur l’Amérique. Brzezinski a ouvertement déclaré que cette stratégie pro-occidentale repose sur le nationalisme russe, ou sur la transition de l’expansionnisme impérial de l’idéologie byzantine en Russie vers la notion d’une bourgeoisie nationale russe, du type des États européens, dans le cadre du monde occidental :

« Le propre avenir de la Russie dépend de sa capacité à devenir un État-nation important et influent faisant partie d’une Europe unifiée ».

Il est significatif que Brzezinski, selon la tradition géopolitique classique, considère la Russie comme l’ennemi principal des États-Unis et non pas la Chine :

« Et voilà pourquoi il incombe aux États-Unis de façonner une politique dans laquelle au moins l’un des deux États potentiellement menaçants devient un partenaire pour la recherche de la stabilité régionale puis mondiale, et donc en contenant le rival le moins prévisible, mais potentiellement le plus susceptible d’aller trop loin. Actuellement, le plus probable est la Russie, mais à plus long terme, ce pourrait être la Chine ».

Lire la suite de l’article sur lesakerfrancophone.fr

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

23 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1454390

    Brzezinski est un homme malade, il pense que Poutine et Xi Jiping sont des dupes et accepterons ce jeu diabolique ? Poutine a déjà demandé de former une force commune parrainée par l’Onu pour combattre le terrorisme, c’est une manière de faire sortir les américains de leur jeu de cache-cache. Poutine et Xi ne reconnaissent pas des rebelles modèrés donc ça va être difficile de les faire entrer dans ce jeu.

    Cordialement.

     

    • Les américains ne sont pas naïfs et, comme l’article fait d’ailleurs plus que le suggérer, ils jouent bien évidemment l’après Poutine. Ils vont donc jouer comme d’habitude l’influence et la déstabilisation pour arriver in fine à mettre quelqu’un qui soit leur obligé. Il ne devrait malheureusement pas être très compliqué de trouver des oligarques frustrés et revanchards pour aller en ce sens. Il va donc falloir observer de près la politique intérieure russe. Je souhaite donc bien du courage à Poutine en particulier et aux russes en général. J’ajoute qu’il y a aussi selon moi une dimension de politique intérieure américaine puisque ce que nous dit ce vieux taré, c’est " Non à un candidat qui prônerait une forme ou une autre d’isolationnisme ". Autre manière d’avertissement à Trump et de satisfecit à H. Clinton en l’état actuel des choses.


  • #1454403

    Dire que ce type (qui n’a jamais été élu par le peuple américain) fait la pluie et le beau temps dans le domaine de la politique étrangère des Etats-Unis depuis plus de 40 ans !

     

  • #1454410
    le 28/04/2016 par JeanMarieBizarre
    Zbigniew Brzezinski dévoile sa "nouvelle" stratégie

    L’article dit :
    "Les États-Unis n’ont été gravement touchés par l’islamisme qu’une seule fois dans leur histoire, le 11 septembre 2001."
    Ah,ah,ah,ah,ah,ah,ahaaaaarg !

     

    • #1454485

      C’est vrai qu’elle est bonne celle-là !


    • #1454794

      On m’aurait donc menti ; c’est pas la cia et le mossad ??

      Ah oui, j’ai oublié, la version officiel (V-O pour les intimes), c’est des gus qui ont appris à piloter des gros Boeing en 3 semaines sur des petit coucou genre Cessna. Ils ont tellement bien appris, qu"ils arrivent à piloter des gros machins à basse altitude en visant des tours.
      Même le pentagone au ras des pâquerettes avec d’épais mur en béton armé est éventré avec la frêle carlingue recouverte de fine fille d’aluminium . Les pilotes professionnels , de leurs dires, sont incapables d’en faire autant.
      Ces mêmes Boeing, toujours recouverts d’une fine feuille d’aluminium, arrivent à pénétrer, comme dans du beurre, une tour en fracassant d’épaisses poutres métalliques. On ne retrouve aucun débris, à part un moteur d’avion intact (indestructible ???), malheureusement ce type de moteur n’équipe pas ces avions, et...un passeport en excellent état et pas n’importe lequel, celui d’un "terroriste". Statistiquement c’est plus logique de trouver le passeport d’un voyageur (ils sont 150 fois plus nombreux), et ce fameux passeport est le seul au monde à être ininflammable.

      Evidemment, il y a toujours des petits malins, probablement antisémites, qui remettent en cause la version officielle.


    • #1455926

      J’ai eu la même réaction de franche rigolade vis à vis de cette asser-sion et pourtant j’apprécie les articles du Saker.


  • Suppôt de Satan. Littéralement.


  • Comment est-ce possible qu’une telle personne, avec tout ce qu’il a provoqué dans le monde avec ses idées à la con, puisse avoir autant de pouvoir et d’attention sans qu’aucun président d’autres nations ou d’organisations internationales "pour la paix et l’humanité" ne réagissent pas.... ?
    Seraient ils tous à mettre dans le même sacs ?
    Disons que si ça n’était pas le cas, nous ne serions pas dans cette situation....
    Avec l’économie, qui cette fois à l’air d’être à bout, les largages de matériel militaire US à l’Est de l’Europe, les attentats fomentés répétés dans tous les pays, les mensonges quotidiens des presses internationales..., ça commence vraiment à sentir le changement radical...

    Bonne chance à tous !


  • #1454546

    Brzezinski est un homme du passé , plus capable de penser les nouveaux enjeux : il répète ses vieilles recettes qui vont dans le mur .

     

  • #1454565

    Petite intervention pour qu’enfin on prononce tous bien son prénom et son nom.

    On ne dit pas "Zbigniou". C’est plutôt marrant mais complètement faux.
    Je ne connais pas le phonétique, mais vous pouvez le prononcer ainsi : Zbigunief Bjejignski.

    En polonais, toutes les lettres se prononcent. Aussi, le "rz" se prononce "j" comme dans "jeux", le "zi" se prononce "ji", et le "ń" se prononce "gne" comme dans "borgne". Le "w" en fin de phrase se prononce "f" comme dans "elfe", le "g" se dit comme un "gu", c’est comme un "gue" mais sans le "e", comme dans "guerre" (sans dire le "ère"). Et pour finir, le "e" se prononce comme un "è".

    La prochaine fois, on verra comment dire : Jakubowicz, Jovanovic, Trevidic et Cukierman. (Pour info : "Cukier", c’est le sucre en polonais)

     

  • #1454625

    Aprés tout, il n’a pas tort : pour détruire la Russie, il suffit de l’intégrer à l’UE...
    avec les normes européennes, Schengen, l’immigration..j’en passe et des pires, la Russie sera alors ravagée et saccagée en une seule génération ! C’est pourquoi je ne comprends pas qu’en Janvier 2013, Poutine ait proposé un marché unique qui irait de Lisbonne à Vladivostok...

     

    • #1454732

      C’est en fait le rêve gaullien, d’une (vraie) Europe, qui rassemblerait le bloc continental, à cette nuance près que le pouvoir ne serait pas à Washington, Londres, Bruxelles ou Francfort, mais bien à Paris, Rome, Berlin et Moscou... Autre avantage, avec la Russie dans le jeu européen plus besoin d’OTAN, pour peu bien sûr que les dépenses militaires des principaux pays de l’ouest retrouve un niveau correct de 3,5% du PIB !


  • #1454819

    J’ai lu attentivement l’article de Brzezinski dans "The American Interest". Pour le résumer d’une phrase : l’Amérique est en déclin, mais elle peut enrayer ce déclin en s’alliant avec la Russie ou la Chine.

    Bzezinski est prêt à laisser l’Asie Centrale à la Chine si elle soutient les Etats-Unis au Moyen-Orient. Il oublie que les Chinois ne sont pas des idiots. Ils savent que les Etats-Unis resteront au Moyen-Orient tant qu’ils soutiendront Israël. Cela risque donc de durer encore au moins une génération, jusqu’à ce que les Blancs soient devenus minoritaires aux Etats-Unis. L’intérêt des Chinois est donc de laisser les Américains s’épuiser tout seuls au Moyen-Orient. La France et les autres pays de l’OTAN ne comptent pas, ce sont des états vassaux, de simples supplétifs des USA.

    Zbig a aussi écrit, dans le même article, que pendant le restant de ce siècle, l’humanité sera aussi de plus en plus préoccupée par sa survie.

    Cela montre qu’il n’est pas complètement sénile, le vieux. Et surtout, il est entouré de jeunes collaborateurs, dont la liste est donnée en fin d’article par The American Interest. L’épuisement des ressources naturelles est une réalité. Ce n’est pas une alliance avec la Russie contre la Chine, ou vice-versa, qui changera grand-chose à ce phénomène planétaire, qui causera des guerres, des famines et des migrations de peuple à grande échelle au moins jusqu’à la fin du siècle. Au final, la population mondiale sera fortement réduite, peut-être des 7/8 par rapport à maintenant.

    Les dirigeants américains (dont Zbig est le fidèle conseiller) sont conscients du déclin de leur pays, mais ils croient qu’ils peuvent encore l’enrayer en marchandant avec les Russes et les Chinois. Ils en sont donc au marchandage, qui est la troisième des cinq étapes du deuil. L’étape suivante sera la dépression : grande tristesse, détresse, remises en question...

    On verra bien quelle forme politique prendra cette 4e étape...

     

    • #1455196

      Enfin bon, les humains, c’est pas ce qui manque.
      Le plus probable est le retour d’un âge sombre, et puis voilà, ce sera une enième civilisation à disparaitre, après tout, combien d’humanités nous ont précédées ?

      Le changement psychologique n’ayant pas eu lieu, la prochaine fois peut être ? A moins que la terre ne soit grillée par le soleil, ou autre...
      Si on remet tout ça dans le contexte, l’univers, bon...

      Je ne veux pas paraitre pour un allumé, mais plusieurs auteurs ont pointé que le premier changement si on voulait survivre se devait d’être psychologique , sans ça, nous n’irons pas loin avec un tel état d’esprit, qu’importe la technique, l’energie disponible,etc


  • #1455134

    L’historien israélite Charles NOVAK, affirme dans son ouvrage "Jacob Frank - Le faux messie" que Brzezinski, d’origine polonaise, serait un Frankiste avéré !!!


  • A enfermer d’urgence ce ricanos avec bhl dans un asile de fous .
    les usa avec des mensonges comme avoir marcher sur la lune , les 3 immeubles plus le pentagone detruit par des pilotes arabes (qui n’ont jamais piolote auparavent), la bombe nucleaire de Sadam, l’assasinat de kadafi par sakosi, la tentative d’assassinat d’Assad par holande etc .....
    il faut raconter cela aux singes et moutons .


Commentaires suivants