Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

11/9 : j’ai immédiatement compris que ça signifiait de nouvelles guerres

John Catalinotto, travailleur au World Trade Center, nous parle des attentats, il y a dix ans, de leurs conséquences, des doutes relatifs à la version officielle de l’administration Bush et de la montée en puissance du mouvement anti-guerre. Interview réalisée par Rüdiger Göbel.

Le 11 septembre est considéré comme une date de rupture dans l’histoire récente. Où étiez-vous au matin du 11 septembre 2001, au moment où des avions ont foncé sur les tours du World Trade Center ?

À l’époque je travaillais à temps complet pour une compagnie d’assurance maladie dans la tour 1 du World Trade Center. Notre section se trouvait au 31ème étage. Le travail commençait à 8h 45 et le premier avion a percuté le bâtiment à 8h 46. J’ai eu de la chance. Nous avions des horaires flexibles et d’ordinaire je commençais et finissais tard. La veille j’avais travaillé très longtemps à la rédaction d’un article pour mon journal, le Workers World. J’étais encore sur cet article quand l’avion s’est encastré dans la tour. Je faisais souvent à pied en longeant l’Hudson les cinq kilomètres qui séparaient le WTC de ma maison, à Chelsea. Ce mardi matin-là il faisait un temps clair, superbe, et normalement je serais sûrement allé au travail à pied.

Quand et comment avez-vous appris qu’il y avait eu un attentat ?

À 9 heures, juste comme je quittais ma maison, mon beau-frère m’a appelé. Il m’a dit : " Une chance que tu sois encore chez toi. Tu travailles bien au World Trade Center ?"

"Oui, pourquoi ? quelqu’un l’a fait sauter ? " ai-je répondu. En 1993 il y avait déjà eu une explosion à la tour 1 du WTC, ce qui m’avait fait regretter que la compagnie d’assurance y transfère ses bureaux, même si de là-haut on avait une vue splendide sur le port de New-York.

J’ai d’abord cru qu’il y avait eu un accident provoqué par un petit avion. J’ai même appelé tout de suite à mon travail, pour demander si je devais venir, mais personne n’a décroché. Pendant que j’appelais mes proches pour leur dire que j’allais bien, j’ai entendu à la radio qu’un deuxième avion s’était encastré dans la tour 2 et un troisième dans le Pentagone. J’ai compris immédiatement que cela voulait dire : il va y avoir une guerre.

Lire la suite de l’article : michelcollon.info