Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

1958, René Lescombes tente la traversée de l’Atlantique en radeau

Avant que le Cap Ferret ne devienne le spot estival favori du show-biz parisien, c’était un petit port avec ses marins, ses pêcheurs et ses ostréiculteurs. Le 5 août 1958, René Lescombes construit un radeau de survie et tente la traversée de l’Atlantique à la voile sur son Pot au Noir...

 

René Lescombes est un ancien para qui a été blessé en Indochine. Devenu aventurier, il se lance dans une aventure dangereuse, folle : une transat en solitaire sur une coquille de noix.

 

 

René mourra en atteignant les Açores (ces îles portugaises au milieu de l’océan) sur le chemin du retour en 1963.

Dix ans avant la tentative de Lescombes, le Norvégien Thor Heyerdahl réussissait la traversée du Pacifique sur son fameux Kon-Tiki, 8 000 km en 101 jours, mais avec six hommes – tous scientifiques – à bord.

 

JPEG - 110.1 ko
Le Kon-Tiki et son équipage

 

Thor nous présente son périple (en anglais non sous-titré en français) :

 

 

Au cours de son histoire (en cours), la France a donné de grands navigateurs au monde. Bernard Moitessier, le « vagabond des mers du Sud », zigzaguera sur toutes les mers, des plus chaudes aux plus froides. Un solitaire de chez solitaire, seul, face aux immensités maritimes et à leurs dangers. Il a raconté dans ses nombreux livres ses aventures. Un exemple de courage pour tous les hommes qui affontent les tempêtes de la vie, petites ou grandes.

Hommage en musique de Yann Tiersen :

 

 

Et une émission de Thalassa en deux parties consacrée à « l’homme libre » (on dira que les embruns ont altéré la qualité de la vidéo) :

 

 

Les hommes ont toujours voulu se mesurer aux plus grandes adversités, jusqu’à en mourir. Pourquoi le courage ne s’apprend-il pas dans les écoles ? Pourquoi les médias sont-ils infestés de lâches alors que des modèles de courage existent ?

À la découverte de ces hommes qui ont changé le destin des autres,
sur Kontre Kulture

 

Le retour à la nature demande courage et technique, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

29 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • " Pourquoi les médias sont-ils infestés de lâches alors que des modèles de courage existent ?"

    Mauvais exemple. les médias (ok thalassa, un peu, mais c’est tout) ne risquaient pas de faire beaucoup connaître Moitessier au public, vu ce que Moitessier pensait du cirque médiatique.
    Pour ceux qui connaissent pas l’histoire, ça se passe vers la fin des années soixante, Moitessier est dans l’Atlantique Sud, naviguant vers l’Europe. Il est à ce stade assuré de gagner la première cours en solo sans escale autour du globe. Alors, il pense à ce qui l’attends lorsqu’il touchera terre, et il décide d’abandonner la course. Il repart vers la pointe de l’Afrique du Sud pour passer le cap de Bonne Espérance, et il ira se réfugier en Polynésie.
    Autre anecdote : histoire de dire merde aux vendeurs de techno-bidules qui sévissaient déjà dans le nautisme, il avait récupéré un poteau téléphonique pour faire le mat de ce bateau.
    Comment voulez-vous que les médias aient eu envie de faire la publicité d’un type qui crache à la gueule du système.

     

    • Il faut dire aussi qu’aujourd’hui, celui qui veut réaliser quoi que ce soit aura besoin de sponsors, d’assurances, d’avocats, d’autorisation en tous genres, etc.
      Comment s’en sortir à partir de là ?

      TOUT est récupéré, copyrighté et marchandisé !


    • @ deNNoch

      Ces "champions" bardés d’autocollants ont un peu de circonstances atténuantes. S’ils veulent réaliser un exploit inédit, ils sont obligés d’utiliser des moyens techniques eux-même inédits, et donc ça passe par la high tech ou par les grands moyens, et donc, gros budget et sponsoring inévitable.
      Il y a eu dans le fil de commentaires une remarque sur l’utilité des exploits. Ça m’a rappelé un vieux bouquin intitulé "Les Conquérants de l’Inutile" de Lionel Terray. Dans les années cinquante, cet alpiniste a ouvert plusieurs voies très difficiles des Alpes. Étant agriculteur de montagne dans le civil, il raconte comment il lui arrivait de faire les foins (à la main) durant la journée, de faire la montée au refuge de montagne en toute fin de journée, puis réussir cette première convoitée durant la matinée, après un bref sommeil. Et finalement, cavaler encore pendant la descente vers sa ferme afin de retrouver ses vaches le plus tôt possible.
      Ça ne coutait (au plan financier) rien de plus que l’usure normale du matériel standard de deux alpinistes ayant réalisé une course difficile pendant une journée..


    • Petit, je regardais toutes ces voiles blanches à l’horizon, lors de régates amateurs ou de départ et d’arrivée de course autour du monde, c’était magnifique. Aujourd’hui, bof ! J’ai du mal à apprécier le spectacle du fait de toutes ces couleurs que je trouve un peu dégueu avec ces inscriptions ridicules... C’est juste moche à mes yeux.
      Dieu merci, la plupart de ces marins sont restés beaux et vrais, malgré tout. Vive les conquérants de l’inutile !

      Je me demande quel serait le regard de ces anciens tels que celui dont vous me parlez sur tout ça...


    • "quel serait le regard de ces anciens ?"
      Oui, c’est difficile à dire, d’un coté ils n’ont, eux-mêmes, jamais porté d’autocollant, mais je pense qu’ils étaient déjà conscients de ces "circonstances atténuantes".

      Lorsque Terray, évidemment, finit dans les expés sur les sommets de l’Himalaya, la question du financement est résolue par des subventions, si j’ai bonne mémoire.

      Lorsque Moitessier en a marre de couler avec des vieux bateaux en bois, il voudrait faire construire une coque neuve en acier (celle du Joshua, de La Longue Route). Ça dépasse évidemment ses moyens, et ça n’est donc possible que parce que le constructeur (Fricaud/Meta) de la coque va sponsoriser de fait, ayant justement calculé que Moitessier allait indirectement faire la renommée du chantier naval.


    • Accepter d’être sponsorisé, d’accord puisqu’il n’y a en effet que très peu d’autre choix, mais aucun de ces anciens selon moi n’aurait accepté qu’on déguise ainsi leur bateau, qu’on le travestisse. Ni Tabarly avec ses Pen-Duick, ni Alain Colas par exemple avec son Club Méditerranée à 4 mâts. Et ni Moitessier d’ailleurs, qui considérait même son voilier comme un être vivant disait-il...
      Ce respect de l’objet en lui-même, cet amour du beau et de la pureté, de l’intégrité, hélas, tout ça s’est perdu et reflète bien notre société d’apparence et de spectacle - ce qui n’enlève rien bien sûr aux exploits sportifs d’aujourd’hui mais tout ça est assez grand-guignolesque, esthétiquement parlant, un peu comme nos paysages urbains envahis de panneaux en tous genres, c’est ridicule et triste !


  • C’est un peu comme la roulette russe tu gagnes rien et tu peux tout perdre jusqu’à la vie.
    Le courage doit être accompagnée d’une raison noble, désolée mais aucun scientifique à bord aucun biologiste marin je vois pas pourquoi faire une telle chose.

     

    • C’est comme l’alpinisme. C’est du dépassement de soi.

      Et je ne comprend pas non plus cette volonté de vouloir systématiquement y voir quelque chose de profitable. La science comme étendard de la raison noble, permet moi d’y mettre quelques bémols. La science a aussi un très grande part d’ombre, vu que c’est par elle aussi que la nature morfle.

      Toute activité extrême est a risque. Mais perdre la vie en mer en allant au bout de ses rêves, et mourir d’un cancer à 70 ans en ayant pris le risque tout les jours de mourir écrasé sous la machine-outil de l’usine. Pas sur que j’opte pour la seconde option.


    • Exact,les exploits de l’inutile.
      Où comment essayer de briller dans une société mercantile et individualiste.


    • C’est pas le commandant Cousteau et le trésor qu’il nous a légué Paix à son âme


  • Fichtre, quel courage ! Comparé aux transats contemporaines avec GPS et station météo embarquée, et où le marin peu faire ses 8 heures de sommeil comme un loir (j’exagère à peine). Ça c’est de l’aventure à l’état pur ! Et dire que Koh-Lanta est considéré comme un programme d’aventure, et que des participants ont déclaré en rêver depuis de longues années. Il y a de quoi relativiser.

     

    • Un marin et c est 8h de sommeil ??
      Tu parle du capitaine du Concordia alors, un vrai marin doit tenir son quart, pas plus de 2h de sommeil à la fois, et j ai le plaisir que sa soit encore vrai aujourd’hui.
      Bonne route bonne vague


    • @Kerso

      Tu sais que j’exagère vu que je le précise, et je parle des trans-atlantiques et des courses en solitaires qui sont aujourd’hui tout sauf solitaires (connexion satellite, hélicoptères suivent les embarcations ...).

      Dans mon exagération, je dis et je maintiens que les conditions de navigation modernes permettent une plus grand liberté pour le navigateur. Et qu’à l’époque, la moindre erreur devait être fatale.


  • Une Remarque.
    N’importe quel marin qui exécute un exploit, grand ou petit, gagne une course, ou une autre aventure, par exemple traverser le Sahara ou l’Amazonie ou gravir le sommet d’une montagne etc., écrit un bouquin, fait un film, donne des conférences etc.Je me rapelle d’etre allé voir Alain Colas de passage dans mon patelin pour vendre son livre .
    Par contre il existe des aventuriers, certainement les plus grands aventuriers que la terre ait porté, qui ont accompli les plus grands exploits de l’humanité, et ceux la n’ont jamais donné une conférence, une interview, jamais fait un film ou ecrit un bouquin.
    Je veux parler des hommes qui ont marché sur la lune !

    Si vous avez une explications ?

     

    • Conférence et Interview, si. Juste après les missions, en particulier la n°11 - Amstrong, Aldrin et Collins. Et justement, ces vidéos montrent des personnes éteintes, coincées, et sans aucune volonté de faire partager ce qui est (devrait) être la plus formidable aventure humaine.

      Pour ce qui est des vidéos et des livres, d’autres s’en sont chargés et avec brio.

      En particulier le travail de Ron Howard sur la mini série "De la Terre à la Lune" ou le film "Apollo 13" qui démontrent à eux seul qu’il est totalement possible de réaliser une fiction qui ressemble comme deux gouttes d’eau à ce qu’est (devrait) une mission Lunaire.

      C’est peut être leur statut de militaire durant les missions qui leur interdit de publier quoi que ce soit (encore que je n’ai jamais vérifié s’il n’existe pas des livres américain "out of print" (épuisés) de ce type).

      Une chose qui est sure c’est que dans ta question, il y a déjà un réponse ;)


    • Il me paraît osé d’affirmer qu’ Armstrong et ses comparses n’ont jamais participé à une conférence !

      Pour ce qui est d’écrire des livres, d’autres s’en sont chargé.

      Enfin, s’ils ne les ont pas signés eux-mêmes, c’est qu’ils n’étaient pas dans le besoin.

      Cela dit, atteindre la Lune dans une capsule, c’est balèse, mais traverser l’Atlantique en radeau, ça n’est pas mal non plus.


    • @ Pinette

      Vous voulez vraiment savoir pourquoi les hommes qui ont « marché » sur la lune se font « discret » ? Tout simplement parce que ces hommes sont des imposteurs, personne n’a jamais mis un pieds sur la lune. Navré de briser vos rêves de père noël en cette période de fêtes.


    • @jalon

      La fameuse conférence de presse d’ Apollo 11 ...on a la nette impression que les trois types ont honte, ils ne manifestent en tout cas aucune fierté. J’avais la meme attitude quand j’étais convoqué dans le bureau du proviseur . Les missions Apollo sont une imposture ...De la science fiction .


  • Pourquoi ? pourquoi ?
    POURQUOI !

    Parce que l’Homme est un explorateur-né, et qu’au delà de toute raison il est prêt à mettre sa propre vie en jeu pour aller jusqu’au bout de son rêve, sans souci de récompense ou de reconnaissance. Simplement parce qu’il sent en lui que là est son destin ou que là est sa place. C’est ainsi, à ce moment et à cet endroit de l’espace et du temps, quelqu’un se lance et accomplit ceci ou cela, ouvrant ainsi la voie à ceux qui viendront après lui.

    Sans quoi, nous n’aurions jamais découvert l’Amérique ni "inventer" le feu par exemple. C’est en nous, parce que nous sommes des animaux humains libres - ou du moins nous le fûmes, jadis...

     

  • Et que dire d’Alain bombard qui lui, l’a traversé l’océan Atlantique en canot pneumatique en 1952. http://www.ina.fr/video/5168841001

     

  • S’est-il branlé comme Alain Bombard pour colmater son radeau ?


  • Fidèle à notre arrogance d’homme moderne on s’imagine que les voyages extraordinaires qu’effectuaient les peuples anciens étaient juste des périples au petit bonheur la chance avec des moyens rudimentaires. En réalité si les embarcations fabriquées par les Mélanésiens par exemple ne possédaient pas de sonar, de radios...elles n’en étaient pas moins des merveilles technologiques capables de parcourir des milliers de kilomètres sur les océans n’ont pas par hasard et coups de chance providentiels mais parce qu’elles avaient été spécialement conçues pour cela ! De même que la découvertes de ces confettis d’îles perdues dans l’immensité de l’océan n’étaient pas forcément le fruit du hasard. En effet les peuples anciens avaient un sens de l’observation aigu et une connaissance incomparable du monde naturel. Ils étaient par exemple capables de déterminer la présence d’une île inconnue distante de plusieurs centaines voire milliers de km en observant la direction du vol de certains oiseaux migrateurs. En effet sachant que les oiseaux nichaient sur la terre ferme les anciens avaient compris qu’il suffisaient de suivre la direction de vol prise par ces oiseaux. Quand ils étaient perdu au milieu de l’océan la présence de certains types d’oiseaux indiquait également la possibilité d’une île à proximité...les anciens "lisaient" aussi les astres. Quand pour la plupart d’entre nous un ciel étoilé est perçu comme une myriade illisible de petite lumières scintillantes dans le ciel, pour les anciens un ciel étoilé était perçu comme une carte parfaitement claires et pleine d’indications...donc un homme moderne traversant l’Atlantique sur un radeau, loin d’imiter les hommes des temps anciens est en réalité très désavantagé par rapport à ces derniers !


  • C’est émouvant et quel courage !


  • "Pourquoi les médias sont-ils infestés de lâches alors que des modèles de courage existent ? » Grand merci à l’auteur de cet article de poser cette excellente question.

    Il y a autant de lâches dans les médias car aussi « bon » soit-il, un journaliste reste un opportuniste. Il est « obligé » d’attendre (fainéant n°1) que quelqu’un fasse quelque chose dans la réalité pour pouvoir pondre son article/reportage et nous - internautes- on est « obligé » d’attendre (fainéant n°2) qu’il l’ai pondu pour pouvoir le commenter. Le seul qui soit dans la réalité, c’est celui qui a agit.