Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

7 avril 33, Jésus de Nazareth est crucifié pour blasphème

9 avril 33, son tombeau est retrouvé vide

Il y a encore des chrétiens qui ignorent la signification du dimanche de Pâques. Le dimanche de Pâques vient après le vendredi saint, qui est celui de la crucifixion. Il célèbre la résurrection du Christ : car au troisième jour après son agonie, son tombeau, scellé par une lourde pierre, est retrouvé vide. L’histoire s’emparera de cet événement pour en faire la résurrection.

 

 

Qui était Jésus ? C’est probablement le personnage le plus connu de l’humanité, mais il reste mal connu. Car les Écritures qui le décrivent et qui rapportent sa parole ont été écrits au premier siècle après sa mort. Mais elles charrient suffisamment de matière pour qu’on se fasse une idée de l’homme, ou du Fils de l’Homme, comme il aimait à s’appeler.

Il est probable que ses apôtres n’ont pas compris grand chose à ce qui leur arrivait. C’était tellement énorme, un homme, venu de nulle part, c’est-à-dire d’une famille pauvre de chez pauvre, qui tient tête au pouvoir religieux de l’époque, qui le remet en question, et qui annonce des temps vraiment nouveaux avec une doctrine non plus communautaire, mais universelle. Un big bang absolu dans l’histoire de l’humanité. La suite prouvera que ce Jésus était plus qu’un homme.

Aujourd’hui, il reste du message du Christ qui a imprégné les hommes un corpus de valeurs qui font que la vie est devenue plus vivable sur terre. Pas encore pour tout le monde, mais ça viendra, on l’espère. Les Évangiles sont un enseignement, une philosophie pratique qui permet de prendre l’Autre en compte, de ne pas ignorer sa souffrance, et de relier les hommes entre eux. Naturellement, ça peut heurter – et ça heurte – les stratégies de pouvoirs qui sont quasiment toutes basées sur la séparation des individus, horizontalement et verticalement. C’est là que le message du Christ est le plus fort : il brise cette manipulation.

Certes, tous les hommes ne sont pas chrétiens, mais tous les hommes ne sont pas antichrétiens non plus : ils se rendent compte que la vie peut devenir meilleure (pour paraphraser Staline) en appliquant la simple notion d’Amour. L’amour est donc quelque chose de très subversif, et qui l’est encore plus depuis que les pouvoirs contemporains, avec leurs outils sophistiqués de domination et de séparation, ont les moyens d’asservir les foules.

La foule, parlons-en : c’est elle qui a réclamé à Pilate la tête du Christ, ayant eu à choisir entre un jeune prophète et le truand Barabbas. Ce qui est après tout logique : les pouvoirs ont plus à craindre d’un prêcheur de vérité et de réconciliation que d’un truand qui sème la peur et la méfiance entre les hommes...

Dans l’histoire de cet homme, tout est fort car tout est symbolique, et cette charge n’a jamais perdu de sa puissance.

Un message fort, moderne et subversif, lire sur Kontre Kulture

 

Le Christ, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

69 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Les années 30, c’était vraiment les heures les plus sombres de l’histoire...


  • La légende du rabbin sauveur a été fabriquée à partir des "prophéties" de la Bible juive, c’est un patchwork d’épisodes bibliques, une resucée grandguignolesque .

     

    • C’est probablement l’inverse.
      Les Evangiles reprennent la symbolique païenne du Dieu mourant.

      D’ailleurs, la Pâque chrétienne copie les symboles de la Pâque païenne, pas de la Pâque juive qui est - elle - une resucée.


    • #1703584

      Nous avons tous du divin en nous, en ce que nous sommes à l’image du Père ; ainsi même les païens avaient des résurgences de vérités divines sous diverses formes. Cela passe aussi par les contes et légendes, partagées sous latitudes différentes, langues diverses, civilisations parsemées. Mais tout cela contient des éléments répétitifs et communs. Ce n’est pas un hasard.

      Une humanité païenne à cela de commun qu’avant d’être païenne elle est humaine. Humain et donc possesseur d’une âme, et l’âme malgré nous connait Dieu en ce sens qu’elle sait, elle, d’où elle a émergé. Rien ne peut empêcher l’esprit de communiquer sur ce qui constitue sa racine véritable.

      A cela ajoutons l’héritage des premiers parents qui ont rendu témoignage à leurs enfants ; témoignage qui s’est étiolé avec le temps.


  • Les rabbins ont décidé de faire éliminer "Jésus" après qu’il eu affirmé : "je peux détruire le temple en 3 jours et le reconstruire en 3 jours" . Ils ont crié au blasphème alors que ce n’était qu’un truc enfantin que les rabbis ont pris au sérieux .


  • figurez vous qu une chaine publique allemande a diffusé, hier, un reportage sur le procès de Jésus.
    la quintescence :
    - Ponce Pilate n a jamais demandé à le foule de choisir entre Berrabas et Jésus.
    - Ce sont seuls les Romains responsable, il y a même un historien qui a dit que Jésus était résponsable de son execution.
    - Les évangiles sont des fables

     

    • #1703146

      Il se serait même attaché les quatre membres et poignardé tout seul après.


    • #1703179

      Et vous savez ce qu’a prétendu Mahomet ?

      Que Jésus était le fruit de relations adultères de Marie avec un Centurion et qu’elle avait accouché sous un palmier.

      Le Coran est une fable.

      A quoi reconnait-on qu’une Religion est authentique ?

      A ses fruits : seule la Religion catholique fait des miracles à profusion.

      Par exemple, Jeanne fut cramée mais son coeur dans les flammes resta intact.

      Les employés de la voirie le jetèrent avec les cendres dans la Seine. C’est attesté : même par les Anglais et le collabo Cauchon.


    • @ François Desvignes
      Votre haine apparente du Prophète Mohamed (et non pas mahomet) vous fait divaguer. Le Prophète Mohamed avait un profond respect pour Jésus. De plus il savait pertinemment que Dieu a insufflé son Verbe et son Esprit en Marie la Sainte. Il y a dans le Coran une Sourate (chapitre) appelée Marie et une autre Jésus...
      Alors, de grâce, plutôt que de venir ici nous sortir le baratin de zemmour et consort, allez consulter.
      Relisez les préceptes de Jésus, cela sera un baume contre la haine qui vous ronge le coeur...


    • @rosebud, mon frère, il faut faire fonctionner vos petites cellules grises :
      - Allemagne= pays à majorité protestante = proche de nos "frères de lumière" = les Romains seuls responsables de la mort du Christ !...Non ?


    • #1703371

      @Francois Desvignes
      Ce ne serait pas plutôt une accusation "pharisienne" ? Vous dites des bêtises. Ça ne sert pas votre amour de la chrétienté. Renseignez vous sur la position de l’islam par rapport à tous les prophètes avant de balancer de telles inepties.


    • Les romains n’ont été que les "exécutants", les vrais responsables ou coupables sont les pharisiens. Ils agissent toujours de cette façon ; en retrait, poussant d’autres à commettre les actes. Mais la Justice Divine veille et à Elle, on ne peut se soustraire ; Justice sera faite.


    • @ Devigne,
      la phrase que vous citez est dans le talmud de Jérusalem et non dans le Coran où Isa est considéré comme un prophète.
      Quant à l’histoire du coeur qui ne brûle pas ce n’est pas tout à fait exact, on avait demandé au boureau de tout réduire en cendre et de les jeter à la seine pour éviter qu’on en fasse des reliques. normalement on se contentait de brûler grossièrement le cadavre le condamné ayant été discrètement garroté pour lui éviter des souffrances inutiles ou au pire comme Jeanne il mourrait asphixié par les fumées avant d’être consumé.
      Le problème des viscères et surtout du coeur qui est un muscle dur enfermant du liquide est qu’ils se consument très dificilement. le bourreau s’y est donc repris à deux fois fois mais n’a pas réussi à mettre le coeur totalement en cendres, il a donc été jeté avec les cendres. cela semblait miraculeux pour l’époque et dans un contexte de sorcellerie mais les gens qui pratiquent couramment des crémations connaissent bien le problème. Le témoignage du bourreau est archivé dans le procès en réhabilitation de Jeanne mais l’Eglise n’en n’a pas fait un miracle officiel pour autant. (vous trouverez facilement des traductions des heures du procès de jeanne sur internet. L’original est en latin mais les témoignages sont souvent en vieux français (comme celui du bourreau)


    • #1703645
      le 16/04/2017 par Un Chrétien qui a lu le Coran
      7 avril 33, Jésus de Nazareth est crucifié pour blasphème

      @François Desvignes, vous êtes un menteur dépourvu d’honneur, et vous n’avez jamais lu le Coran, dans lequel toute une sourate est consacré à Marie(la 19ème), où il est fait mention, comme dans les évangiles, que Gabriel apparût à Marie, et qu’il lui expliqua que le Seigneur allait lui donner un enfant. Voyez-vous, l’Islam prêche l’Immaculée Conception de Jésus.


    • Pour le mécréant du message précédent, regarde ce que c’est que l’Immaculée Conception avant de dire de la merde : https://fr.wikipedia.org/wiki/Immac...

      Stoppons cette complaisance avec ce malheur qu’est l’Islam.


  • #1703014

    L’apparition de Jésus sur Terre était pour signifier ce que tout homme pourrait devenir d’ici quelques millénaires, c’est à dire un être de lumière connecté à la source créatrice de l’univers. Se tourner vers ses paroles est primordial pour qui voudrait ascensionner vers une évolution positive.


  • Merci a ER !
    pour ces différents résumés de notre culture Française.

    Cela me sert beaucoup à table, lorsque mes jeunes enfants me posent la question de l’origine de noël, pâques, l’ascension etc, ...
    et qu’ils attendent une réponse accessible.

     

    • Si vous voulez aller jusqu’au bout de votre démarche, vous devriez leur dire que toutes les fêtes chrétiennes ont remplacé des fêtée païennes. Avant Pâque, nos ancêtres fêtaient le retour du printemps après les long mois d’hiver.


  • #1703021

    Crucifier un homme, un être humain, disposer son corps agonisant sur une croix.

    Seigneur, aide-nous, effectivement.


  • Oui, le 7 avril 33, Jésus de Nazareth est crucifié pour blasphème.

    - Et le 22 novembre -493 , Œdipe tue son père entre Corinthe et Thèbes.
    - Le 7 juillet -2548, Prométhée dérobe le feu dans l’Olympe pour le donner aux hommes.
    - Le 3 janvier -10528 vers 15h, Marduk créa l’Univers à partir de la carcasse de Tiamat.

    Tous ces faits historiques devraient être mieux connu, je pense.

     

    • Des preuves archéologiques témoignent de la crucifixion de notre Sauveur Jésus Christ.

      Les preuves de la crucifixion et celle de la vie du Christ sont plus nombreuses et plus authentiques que celles de Jules César ou du première homme qui a marché sur la lune.

      Renseignez vous un tout petit peu avant de faire profitez à tout le monde votre science... passez pour un con sur Internet ça va vite.

      "chretienement" parlant je vous excuse


    • @ Garistan, nous ne pouvons que nous incliner devant votre esprit fort libéré des superstitions et autres grigris des religions !
      Je suppose que vos avis sur Dieu, le Christ et le Saint Suaire sont tirés de longues années d’étude de la somme théologique de Saint Thomas d’Aquin, des très nombreux travaux d’étude du Saint Suaire faits par des labo sérieux ; que le test au Carbone 14 a pu être (a été ) faussé par l’incendie de la sainte Chapelle à Chambéry, etc...toutes choses qu’un esprit aussi brillant que le vôtre devrait s’empresser d’étudier. A moins que vos fabuleux avis ne soient en fait que la commune détestation du Christianisme si commode quand on veut coller à sa société et à son époque. Que le Dieu en Lequel je crois, vous éclaire un jour si telle est Sa volonté...


  • Rien que de lire cet article me remplis d espoir, Oh mon dieu pardonne nous

     

  • #1703043

    Belle biographie exhaustive de Christian Petitfils sur N.S Jésus Christ, hormis le court passage obligé sur la choa.
    Mention spéciale aux travaux d’Arnaud Upinsky sur le linceul de Turin, sublime preuve irréfutable et inexplicable scientifiquement de la résurrection de N.S Jésus Christ.

     

  • #1703061

    La foule, parlons-en : c’est elle qui a réclamé à Pilate la tête du
    Christ



    possible j’y étais pas, mais dans le film de Mel Gibson "La Passion du Christ" (2004) on voit clairement au premier rang gueuler plus fort que les autres les scribes, déjà vociférants !
    Mais bon trop tard "le mal est fait" !


  • Jésus Christ était un homme, l’Homme, le Fils de Dieu. Il était donc différent des autres hommes. Le système a peur des hommes et vouent une haine féroce de tous ce qui ne rentrent pas dans les clous, comme les autres hommes.

    Pour bien me faire comprendre, j’ai une "blague" à raconter.

    C’est l’histoire d’un psychiatre croyant et pratiquant, qui constate qu’il y a de plus en plus de malades dépressifs, ou de fous. Devant son impuissance de sa constatation il prie Dieu et souhaite le retour de notre Sauveur. "Seigneur, faites que notre Sauveur revienne sur Terre." Un soir, épuisé par la journée de travail, en récitant sa prière, soudain la Lumière Divine s’abat et entend une voix, la voix du Seigneur, à moitié agacé : "Mais bon sang, je n’arrête pas de te l’envoyer, mais tu ne fais que de l’interner !".


  • ILS l’ont eu. Mais il est toujours dans nos esprits.

     

    • #1703193

      Non !

      C’est Lui qui les a vaincus !

      Et "ils" nous le font payer....

      "ils" nous haïssent parce que nous adorons Celui qui les a vaincus et nous a libérés de leur joug.

      Entre Attali et nous, c’est l’inimitié ad vitam aeternam.


  • Jésus n’était pas « un homme venu de nulle part, d’une famille pauvre de chez pauvre ». Il était fils de charpentier, comme aujourd’hui on est fils d’ingénieur.

    Son village (Nazareth, qui signifie « le petit surgeon ») a été fondé par un clan juif, les Nazôréens, qui se prétendaient les descendants lointains du père de David. Ils étaient convaincus qu’ils donneraient naissance à un Messie royal, qui, à l’instar de David, régnerait sur Israël et la délivrerait de l’occupation étrangère.

    Enfin il ne reste pas aujourd’hui du Christ un simple « corpus de valeurs ». D’ailleurs ces valeurs proviennent de la loi naturelle (les dix commandements), et on peut tout à fait les appliquer sans être chrétien.

    Ce que le Christ nous a donné, fondamentalement, par son sacrifice, c’est le sacrement de l’Eucharistie. Celui-ci permet à tout chrétien d’être pardonné et de participer à la nature divine du Christ.

    Et ce encore aujourd’hui, dans chaque église, et à chaque messe.

     

    • #1703338

      Oui mais ça, si l’on n’a pas évolué dans une famille catholique tradi, il faut avoir le niveau intellectuel pour comprendre l’eucharistie et tout le message de Jésus Christ.
      Et là on est loin des valeurs de la republique laïco-maçonnique appliquées dès sa création aux vendéens, aux prêtres, aux opposants, au petit peuple avec son cortège de progrès sociétal : la pornographie, la pedophilie, le mariage pour tous, le consumérisme dévastateur, la corruption comme système de gouvernement, les boucheries mondiales, l’abrutissement de masse, le métissage forcé et la destruction des nations.



  • ayant eu à choisir entre un jeune prophète et le truand Barabbas




    il y a aussi une interprétation plus parlante qui considère que Barrabas était plus certainement un zélote. Flavius Joseph parle ainsi de brigands quand il parle des rebelles zélotes ou des sicaires.
    De plus on ne crucifie pas les voleurs, la crucifixion chez les romains est le châtiment réservé aux rebelles à l’autorité de Rome. normal donc selon le messianisme historique qui prévaut à cette époque que la foule (juive) préfère un combattant du concret à un fouteur de merde idéologique qui va diviser l’unité de la révolte contre Rome.
    il est d’ailleurs curieux de constater que le nom complet de Barrabas dans les Ecritures est Jésus Barabas, comme si l’opposition était entre deux Jésus, celui du messianisme politique et celui du messianisme spirituel.


  • Henri Guillemin sur "l’affaire Jésus" (1h55) et Francis Cousin sur la traduction des Évangiles 2h26 ...à ne pas manquer .. Magistral !
    https://www.youtube.com/watch?v=c2g...
    https://www.youtube.com/watch?v=V4z...

     

    • En ce qui concerne M. Guillemin , bien que n’étant pas forcément d’accord sur tout , il est vraiment trés intéressant , une belle approche , avec un ton et une verve attachante . ( merci ) .
      nb ( mon commentaire sur la " foule " n’a pas eu certainement bonne presse / aucune importance ) .


  • Ce fut aussi une histoire de collaboration entre les juifs et les romains.

     

    • Non . Les Juifs ont exercé un chantage sur Pilate : "si tu ne le crucifies pas nous irons à Rome dire à l’empereur que tu tolères en Judée un homme qui se dit le ROI des Juifs, et tu auras de sérieux problèmes" . Pilate s’est exécuté .


    • Chaque fois qu’un porteur de Vérité nous est envoyé, c’est toujours les deux mêmes entités qui interviennent pour l’éliminer ; les romains étant remplacés par le pouvoir militaire de l’époque.


  • #1703230

    Saint Augustin disait que « Dieu s’est fait homme afin que l’homme devînt Dieu »
    Un très beau sermon de Mgr Marcel Lefebvre pour la Pâques de 1977 :
    https://www.youtube.com/watch?v=5bp...

    Aujourd’hui tous les prêtres Non una cum issus de la Fraternité ont plus de 60 ans. Seigneur, donnez-nous de Saints Prêtres.


  • #1703234

    Excellent article explicatif et surtout qui explique de manière simple et concise l’épisode du tombeau "vide" de Jésus.
    Quant à moi, j’espère que mon commentaire ne passera pas à la trappe à cause de ça, je pense que Jésus, était le fils de l’homme tout court ! Je m’explique :
    Bon, je passe le fait que Marie, vierge, eut mis au monde le fils de Dieu, dans chaque religion il y a des choses inexplicables et c’est ce type de "détails"qui font de ces personnages des Dieux des prophètes etc...
    Non si je dis ça c’est parce que je me suis intéressé à une période de la vie de Jésus, qui reste malgré tout, très peu abordée parce que, peu documentée !
    Son adolescence ! Son enfance ! Or, on sait que les écrits des apôtres, pour la plupart et pour les plus proches de Jésus, de sa vie et surtout de sa mort, l’ont étés​ 60 ans après sa disparition ! Et essayez d’imaginer, avec les moyens de l’époque, les écrits restaient relativement rares, si nous décidions d’écrire la vie, par exemple.... Tiens ! D’Alain Soral !!
    Or les apôtres ne l’ont connu qu’une fois adulte ! Pas un seul d’entre eux, n’a réussi (à ma connaissance...) à dire où il avait passé son adolescence ou son enfance ...
    Or de nombreux chercheurs, ont étudié cette question et ont réussi à savoir qu’il avait "probablement" (mais avec de très grosses probabilités ) passé son adolescence avec les esséniens. Esséniens qui étaient une tribu constituée de juifs et de non juifs qui menaient une vie d’ascète, dans le célibat etc (j’invite tous ceux qui ne les connaissent pas d’aller se renseigner sur eux ..)
    Et une fois cette notion, admise il n’est pas étonnant de comprendre que Jésus ait pu être aussi clairvoyant en matière de philosophie et de notion élémentaires​qu’il a prônées toute sa courte vie ...

     

    • Les premiers écrits l’ont été par quelqu’un qui n’avait jamais entendu Jésus. Il s’est basé sur ce que les apôtres racontaient avec ; des oublis, des mauvaises interprétations etc etc. C’est le Fils de l’Homme (comme Jésus l’avait annoncé) qui est venu bien après pour nous redonner la Vérité.


  • #1703292

    Comme en toute choses , il y a le faux Jésus et le vrais Jésus .En réalité , Jésus est l’étincelle insurrectionnelle qui a enflammé tous le bassin méditerranéen .Il n’est pas un dieu descendu du ciel mais une monté de conscience de l’homme qui refuse de ramper devant les puissances de l’aliénation qui ce dresse devant lui . Il a fallut instituer des religions et 2000ans d’histoire pour retourner desubvertir et intégré son message a l’ordre de la marchandise pour enfin parvenir a étouffer l’incendie , mais ne nous y trompons pas le font de l’être humain reste explosif et une nouvelle étincelle pourrais bien de nouveau tout faire péter
    .
    Il nous a légué une épée , sachons nous en servir .


  • @Garistan et @Paramesh

    Garistan,
    Votre réponse ne tient pas, car contrairement à ce que vous dites, c’est aussi avec (et grâce) à la raison que Pascal et tant d’autre croient.

    "[...] et qu’ils reconnaissent enfin qu’il n’y a que deux sortes de personnes qu’on puisse appeler raisonnable : ou ceux qui servent Dieu de tout leur coeur parce qu’ils le connaissent, ou ceux qui le cherchent de tout leur coeur parce qu’ils ne le connaissent pas [...]"

    Ensuite, vous pensez réellement que de tels génies iraient se "réfugier derrières des chimères rassurantes" pour soulager la peur de la mort ??
    Ne pensez-vous pas au contraire que s’ils n’y avait pas un principe supérieur en eux qui leur montrait avec une clairvoyante flagrance la véracité de leur foi, ils accepterait l’idée de la mort, il supporteraient cette peur, puisque étant absolument attaché à l’idée de Vérité, ils ne se permettraient pas de se mentir à eux-même de la sorte ??

    "La religion est une chose si grande, qu’il est juste que ceux qui ne voudraient pas prendre la peine de la chercher, si elle est obscure, en soient privés."
    Blaise Pascal

    Paramesh,
    Votre réponse ne tient pas non-plus car vous réduisez (de manière inouïe) sa démonstration "rationnelle" à cet extrait, qu’on appelle effectivement "le Pari de Pascal".

    Or sa démonstration est au contraire une sorte de monisme logique, un ensemble de facteur, de démonstration de bon-sens, de métaphysique, d’analyse de textes, d’observation extérieures, de lectures des différentes parties de la Bible, d’analyse des écrits des Pères de l’Eglise, de réfutation philosophique de certains courants de pensées, de débats avec de grands personnages de son époque, etc.
    Tout cela est consultable dans ses écrits (notamment les livres : Les "Pensées" et Les "Provinciales")

    Votre réponse est la réponse classique des athées qui ne connaissent de Pascal que cet extrait, et qui n’ont jamais pris la peine de le lire correctement.

    Bien à vous,

    Julien

     

    • Julien, je ne suis ni athée ni même agnostique.
      Cela dit, je sais parfaitement que la pensée de Pascal ne se réduit pas à son pari, mais on n’est pas ici à la sorbonne .
      maintenant, j’affirme que Pascal, pas plus que saint Augustin ou saint Thomas d’aquin n’a prouvé rationnellement (par la pure logique et les preuves du concret) l’existence de Dieu.
      je pourrais vous dire sèchement que si c’était le cas, cela se saurait, mais je préfère argumenter sur l’impossibilité épistémologique à démontrer rationnellement l’existence de Dieu. tout simplement parce que l’outil d’analyse (la raison) n’est pas adéquat., il n’est que déductif et donc incapable de cerner la transcendance puisque cet outil ,jusqu’à preuve du contraire, est immanent . il n’y a qu’une pensée inductive qui puisse appréhender la transcendance (l’intuition et la sensorialité) la raison peut y mettre de l’ordre, mais elle ne peut agir seule.
      la raison se réduit à identifier la cause première, et donc au mieux un dieu mécanicien et totalement immanent (le grand architecte de la FM), cela m’étonnerais que cela vous suffise.

      C’est le drame de la scholastique chrétienne elle a perdu son combat face à la philosophie et à la science parce qu’elle ne pouvait gagner sur le plan purement rationnel. et ce n’est pas en posant des dogmes pour se réserver des chasses gardées ou dériver dans une théologie de la foi (qui automatiquement inaugure le conflit insoluble foi/raison) qu’on pouvait arriver à une victoire.

      De là à dire qu’il n’y a aucun moyen de prouver l’existence de Dieu, non car il y a la voie de l’induction, la voie mystique (j’espère que vous avez bien lu Pascal). et là oui la fusion mystique donne la preuve irréfutable. le seul problème est qu’elle ne peut être que personnelle, j’aurai beau avoir vu le père Noël, vous ne me croirez jamais (à moins que vous ne le voyiez vous même).
      la foi n’est que la mystique du pauvre alors essayer de l’opposer à la raison c’est peine perdue puisque vous n’avez pas eu l’expérience concrète de la rencontre, vous ne faites que le croire.

      Dieu ne se démontre pas, il se vit, qu’on le trouve dans son coeur ou derrière le miracle de la création, cela est tout sauf une démarche intellectuelle.


    • Paramesh,

      Démontrer rationnellement l’existence de Dieu, ce n’est pas le connaitre. Dire que Dieu est, ce n’est pas dire ce qu’il est. La philosophie n’a jamais eu cette prétention.

      De même que les dogmes ne sont pas posés en renfort d’une philosophie défaillante.

      L’Église a une vision très claire de la façon dont s’articulent la raison et la foi, la philosophie, la théologie, la mystique, la dogmatique. Il n’y a de conflit que dans votre exposé. Qualifier la foi de "mystique du pauvre", c’est signé...

      Le problème insurmontable du mystique, c’est qu’en l’absence d’une autorité dogmatique (forcément fondée par Dieu lui-même) pour l’encadrer, il ne peut jamais être certain de la validité de son expérience personnelle et de l’interprétation qu’il faut en faire.

      L’homme est faillible. Quand bien même verrai-je le Père Noël de mes yeux, comment pourrais-je jamais être certain que je ne me suis pas trompé ou que l’on ne m’a pas trompé ? En l’absence de confirmation, le doute me hantera toujours.
      Une autorité objective, extérieure à moi-même est indispensable. Et c’est là un fort argument en faveur de l’Église et de sa visibilité.


  • la notion de "Fils de l’Homme" a été déformée et rendue incompréhensible, mais sa venue a été une révélation mal interprétée par les églises chrétiennes.
    Jésus n’est pas le Fils de l’Homme, ce dernier est une autre personne.
    Jésus l’a cité plusieurs dizaines de fois. "Je vous enverrai l’Esprit de Vérité" Il citait parfois le "Paraclet".
    Et ce Fils de l’Homme est venu pour nous donner la Vérité, écrite de sa main.

     

  • Qui était Jésus ? Certainement pas l’Homme décrit à travers des paroles rapportées, fantasmées d’une brochette de jaloux qui essayèrent en vain de se mesurer aux forces christiques, osant retranscrire un ’’code moral’’ religieux, sans jamais respecter en définitif le Message de Jésus, fils de l’Homme. La bêtise humaine dans toute sa splendeur... Déjà à l’époque...

    Pourquoi le fils de l’Homme d’ailleurs ? Une clé est laissée ici par le Vivant. ’’Jésus, Je Suis Fils de l’Homme’’, la première marche à franchir : devenir Homme afin d’avoir la maturité suffisante et surtout l’ancrage nécessaire de manière à pouvoir accueillir d’autres forces, comme le fit Jésus qui n’était pas exempt de respecter la Loi naturelle, celle d’une évolution atomique de son corps par l’Initiation. Où sont passés les comment faire... ? Certainement pas dans les Evangiles non écrits par Jésus ! Ils reflètent parfaitement la réalité navrante dans laquelle les hommes ont su plongé la tête la première, afin de se couper un peu plus de leur corps, oubliant ainsi l’essentiel à transmettre... Il n’y a qu’à regarder le résultat aujourd’hui...

    L’Inconscient collectif ne retient en vérité que les faits inexpliqués marqués par les capacités physiques de Jésus, c’est tout... Une autorité jamais révélée qui questionne un ensemble au sujet des Dimensions du Temps.

     

  • #1703580

    Pâques est surtout une fête mobile basée sur le cycle lunaire et païenne à ce titre (car opposé au temps linéaire chrétien).

     

    • pâqueS (traditions des oeufs de pâques) et
      PAQUE qui est un mot araméen qui signifie : "passer par-dessus", mais qui représente et aussi la mort de Christ. Elle se célébrait le 1er mois, le 14ème jour du mois ; son institution est donnée en exode 12.


  • D’ailleurs je crois que le Samedi Saint, Jésus descend en enfer n’est ce pas ?
    J’ai trouvé cela très fort de symbolique mais si c’est la bonne interprétation je ne saisi pas le sens de cette venu en enfer ?

    Un volontaire pour m’aider à comprendre ?

     

    • Le sens, je crois, c’est qu’Il y est allé pour libérer les bons, car tout homme allait en enfer avant l’arrivée de Notre Seigneur Jésus Christ / les portes du paradis sont maintenant ouvertes / le diable définitivement vaincu


    • En fait il descend aux limbes (incluses dans les enfers dans la mesure où les âmes y sont privées de Dieu, bien qu’elles n’y souffrent pas) pour en délivrer les âmes des justes décédés depuis le début de l’humanité.

      Car tant que le Christ, l’Homme-Dieu, n’était pas mort en réparation des péchés des hommes, il était impossible à quiconque d’accéder au Ciel (la vision béatifique de Dieu).


    • Merci à vous deux.


  • Je vois qu’il y a beaucoup de théologiens et d’historiens experts en Jésus-Christ ici.... Un avis par personne, c’est presque Babylone...
    Non mais sérieusement, il n’y a pas mieux à faire que de se quereller ?
    Ce n’est certainement ni le lieu, ni le le moment en cette période.
    Un peu de respect, ça fait du bien.

    Le cardinal Sarah a sorti un livre "La force du Silence", un livre que beaucoup devraient lire... Le silence est un excellent moyen de se recentrer, communiquer avec le divin et connaître la vérité.

    Respect, silence, et méditons sur le mystère du Christ. Je crois bien que c’est plus raisonnable.

     

    • Salut Mika,

      Je pense au contraire qu’il n’y a rien de plus saint que le débat d’idées, d’opinions.
      C’est comme ça qu’on avance et qu’on grandit.

      Vous ne pensez pas ?

      Julien


    • Bonjour Julien vous avez raison.
      Mais je ne pense pas que la période de Pâques s’y prête, c’est avant tout un jour de rassemblement, de joie et de fête, mais aussi de méditation et de prière. S’il y a bien un jour où il faut éviter le brouhaha et le conflit, c’est celui-ci.
      Et puis imaginez une personne souhaitant découvrir le Christ et voir une version de l’histoire du Christ par commentaire, quel sera son premier réflexe si ce n’est le rebut, fermer la page et aller voir ailleurs ?
      Je pense qu’un peu de sagesse et de recul ne fait pas de mal parfois, surtout dans ces moments.
      Bien entendu chacun est libre, c’est juste un conseil.


    • Mika > je crois que tu as résumé ce qu’était l’arrogance humaine. Pour les autres qui croient que la communication résout les choses, je suis plutôt quelqu’un de taciturne, et à chaque fois qu’on m’a demandé de plus communiquer ce que j’ai fait en m’appliquant le plus possible à chaque fois ç a n’a rien résolu, parfois ça a empiré. Je veux bien admettre que j’ai des difficultés à communiquer, mais faudrait savoir qu’en France on adore les débats sauf qu’on ne sait pas débattre, la faute à la bien pensance et les références aux crimes de lumière.


  • Jésus-Christ mon Dieu d’Amour, tu es un grand Dieu tu es le Rois des rois, tu nous a sauvé et lavé de nos pêchés par ton sang versé sur la croix et tu as vaincu la mort, Gloire à toi Amen.


  • si vous croyez au surnaturel , lisez " l’évangile tel qu’il m’a été révélé" de Maria Valtorta
    ou jésus a dicté les 3 ans de sa vie publique (à Maria Valtorta) afin que tous puissent découvrir son parcours : récit détaillé extraordinaire ou l’on suit jours après jours l’évangélisation d’Israël, par son discours , par ses miracles , jusqu’à son sacrifice et sa résurrection


  • Pour partager ce moment, une live-cam de la célébration de la semaine sainte de Séville
    http://www.skylinewebcams.com/en/we...


  • Moi c’est quand j’ai lu R Steiner que j’ai compris qui etait Jesus Christ.


  • Certes, Jésus (Paix et Salut sur Lui) s’est heurté au pouvoir religieux en place, mais surtout aux échangeurs de monnaie qui soutiraient l’argent aux pèlerins, dans la Maison de Dieu, qu’ils avaient transformée en refuge de bandits, avec la complicité de ce pouvoir religieux qui lui aussi recevait sa part dans cette escroquerie. D’ailleurs, c’est pour cela qu’il a été "" tué "".S’il s’était contenté de la bonne parole, rien ne Lui serait arrivé.Mais vouloir changer l’ordre en place, comporte des risques, car si on enlevait un os même à un petit chien on peut se faire mordre. C’est ce qui se passe aujourd’hui, avec les héritiers des échangeurs de monnaie (banquiers) et des capitalistes.


  • Paramesh,

    On n’est pas à la Sorbonne ici, je suis d’accord, mais n’empêche que ça reste tout-à-fait malhonnête de réduire toute l’étendue de sa pensée à son "Pari", entendez-le.

    Deuxièmement, ai-je affirmé une seule fois que Pascal a pu démontré absolument l’existence de Dieu par la logique ? Jamais

    Troisièmement, vous dites qu’il est impossible de démontrer purement rationnellement l’existence de Dieu. Je suis tout-à-fait d’accord avec vous, mais vous oubliez qu’il est aussi parfaitement impossible de démontrer rationnellement son inexistence.

    Et enfin, votre dernière affirmation est profondément fausse.
    La quête de Dieu, la recherche du Créateur est au contraire le paroxysme de la démarche intellectuelle. D’ailleurs je n’en vois pas de plus grande, de plus saine ou de plus difficile.
    Toutes les questions métaphysiques que se pose un homme intelligent et profond amènent aux religions, à la spiritualité, et c’est pas parce que la recherche de Dieu ne se fait pas dans un labo de chimie avec un protocole que ce n’est pas une démarche intellectuelle.

    Bien à vous

     


    • Toutes les questions métaphysiques que se pose un homme intelligent et profond amènent aux religions, à la spiritualité, et c’est pas parce que la recherche de Dieu ne se fait pas dans un labo de chimie avec un protocole que ce n’est pas une démarche intellectuelle.



      oui c’est une voie possible mais particulièrement hasardeuse,
      il y a dans la tradition hindoue, une forme de yoga peu connue qui utilise les facultés intellectuelles comme outil de libération (de fusion mystique si vous voulez) : le raja yoga , mais cette forme de yoga considérée comme la voie la plus difficile, et surtout très dangereuse car elle mène souvent à l’orgueil. ( mais la tradition hindoue n’exclut aucune possibilité)
      pour être honnête je suis d’accord avec vous, il faut un peu des deux, mais reconnaissez tout de même que les plus grands penseurs des trois religions du livre ont eu pratiquement tous une vision mystique du rapport avec Dieu, même si ce n’était pas exclusif.


Commentaires suivants