Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

A Moscou, Thierry Meyssan analyse les insurrections arabes

Invité principal de trois grandes émissions politiques de la télévision russe, Thierry Meyssan a développé son analyse des insurrections arabes.

Pour le président du Réseau Voltaire, il est erroné de comparer ces mouvements aux « révolutions colorées ». D’une part parce qu’elles ne vise pas à remplacer des dirigeants anti-US par des pro-US, et d’autre part parce qu’elles ne sont pas focalisées contre des leaders politiques en particulier.

Les peuples d’Afrique du Nord et du Proche-Orient se soulèvent contre la domination des Etats-Unis et d’Israël incarnée par des dirigeants fantoches. Ils ne renversent pas simplement des gouvernements, mais aspirent à une transformation sociale.

A la différence des « révolutions colorées » qui ne duraient que quelques jours ou semaines, ces insurrections populaires marquent le début d’un processus révolutionnaire régional de plusieurs années qui aboutira à l’éclosion de régimes variés et souverains.

A Moscou, Thierry Meyssan a insisté sur l’intervention états-unienne pour détourner ces mouvements de leur objectif central, donnant de nombreux exemples concrets d’actions entreprises ces dernières semaines par les agents de l’Albert Einstein Institute et du Canvas.

Pourtant, a-t-il poursuivi, ces manipulations ne fonctionnent pas sur le terrain. Les manifestants ne lâchent pas leurs revendications. Au contraire, on voit surgir un sentiment pan-arabe face à l’impérialisme et au sionisme. Tout au plus, les USA arrivent-ils à manipuler les médias occidentaux pour masquer au monde le soudain déclin de leur influence.

Dans de longs entretiens à la presse écrite, le président du Réseau Voltaire a souligné que jadis les révolutionnaires étaient des militants qui allaient se former en URSS, aujourd’hui ils ont été se former en Iran. Cette révolution a débuté par la voie constitutionnelle au Liban et s’est poursuivie dans la rue en Tunisie, en Egypte, en Libye, au Yémen et à Bahrein, compte tenu de la nature autoritaire de ces régimes, a t-il affirmé.

Enfin, il a prédit que ce mouvement ne se cantonnerait pas aux peuples arabes, mais déborderait en Afrique noire.

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

3 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #4145
    le 28/02/2011 par Ibrahim Boubekhadda
    A Moscou, Thierry Meyssan analyse les insurrections arabes

    C’est exactement ce que je pense de nos insurrections arabes, elles ont en effet rien à voir avec les révolutions colorées des pays de l’ex bloc soviétique.
    Seule la démobilisation de la rue arabe pourrait entraver ce processus révolutionnaire et j’espère vivement que cela sonnera la fin du déclin du monde musulman qui dure depuis plusieurs siècles maintenant.

     

    • #4213
      le 01/03/2011 par marrakesh, hammamet, louxor !
      A Moscou, Thierry Meyssan analyse les insurrections arabes

      restons en au monde arabe, au Maghreb pour être précis, car le reste du monde musulman, lui aussi va de mieux en mieux (Indonésie, Malaisie...), le Machrek stagne, en particulier les pays du golfe, gaspilleurs, extravagants, et toujours très en retard sur le plan socio-économique, beaucoup de Mercedes par habitants, mais des universités encore neuves, avec des professeurs qui viennent du Maghreb

      ceci expliquant cela, le Maghreb a déjà pris une génération en avance sur le reste du monde arabe, les contingents de médecins, d’ingénieurs, d’architectes, d’informaticiens, de pilotes et de professeurs sont les nouvelles élites de ces pays du golfe dirigés par des rois fainéants, régnant sur des peuples pas moins fainéants

      bref, parler de déclin, ca ne fonctionne pas, parler de sabotage de la part des pays du golfe, oui, la ca fonctionne tres bien comme explication, les wahabites sont le cancer du monde arabe, les salafistes idem, et les tablighis version tunisienne de Drancy pas moins

      quand aux analyses fumeuses de meyssan, lui qui mettait encore en une les généraux algériens dans son site il y a peu (étalant ainsi sa profonde méconnaissance des nominations présidentielles depuis des années déjà), a complètement raté le coche en Tunisie, en Égypte et en Lybie, son obsession anti-algérienne est une grille de lecture qui le disqualifie pour toute analyse sérieuse quant au Maghreb, il est complètement a cote de la plaque


  • Analyse correcte et de bons sens de Thierry Meyssan. Mais je suis prudent sur la fin car j’ose à mon tour m’avancer sur une hypothèse :

    Si elle ne vise pas à remplacer des dirigeants anti-US par des pro-US et bien s’il aurait demeuré une intervention dans cette histoire par je ne sais qui, viserait-elle à les remplacer par des anti-US justement (et par des antisrael par extension), bref remplacé par des gens radicaux ou je ne sais quoi d’islamo-terroriste pour justifier éventuellement un conflit (de civilisation) et une ingérence ?

    Après éventuellement victoire de l’empire, ils soumettent ces régions à leur contrôle (beaucoup plus donc que sur les dictatures).

    Puis ils auront leur union de la mediterranée qui est insistement et étrangement soutenu par Israël.
    "Un prototype de l’UE" controlé par l’UE et donc bien contrôlé par l’empire.