Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

À Paris, des classes moyennes en voie de disparition

"La capitale est en train de devenir un repaire pour super-riches"

Avec la flambée des prix immobiliers qu’elle connaît, comme beaucoup de grandes métropoles, la ville de Paris voit s’éloigner de plus en plus les familles des classes moyennes.

 

« Paris est une ville où on laisse des plumes. Il faut se battre pour y habiter. » À 37 ans, Florence et son conjoint, Alban, ont quitté le ring « après avoir bataillé pendant des années pour y rester ». Les 5 000 euros de revenus, « dans les bons mois », de ce couple de travailleurs indépendants dans le domaine de la communication n’auront donc pas suffi.

« Quand le propriétaire de notre appartement est décédé, on avait le choix : soit de racheter le bien au prix de 700 000 euros, ce qui était impossible pour nous, ou de repartir dans une recherche immobilière monstrueuse, vu notre profil d’indépendants, relate Florence, qui payait jusque-là 1 700 euros de loyer pour un trois-pièces dans le 9e arrondissement. Nos parents sont retraités de la fonction publique, mais ça ne suffisait pas comme garants, et parce qu’ils ont plus de 70 ans, c’était même un handicap auprès des bailleurs. » Froidement, elle en tire une conclusion : « En tant qu’enfant de la classe moyenne, je n’ai plus ma place à Paris. »

[…]

La capitale est-elle toujours en mesure de loger des enseignants, des infirmiers, des indépendants, des commerçants ou de petits entrepreneurs ? Ni pauvre ni riche, la classe moyenne y a-t-elle encore droit de cité ? À Paris, le montant des loyers a augmenté de 1,4 % en 2018 et de 2,9 % en cas de changement de locataire, soit une hausse supérieure à celle des quatre années précédentes, souligne l’Observatoire des loyers de l’agglomération parisienne (OLAP).

À l’achat, le coût du mètre carré s’est accru, lui, de 6,4 % en un an et atteint, en moyenne, 9 680 euros, selon les chiffres des notaires et de l’Insee publiés fin mai. D’ici au mois de juillet, il devrait même approcher des 10 000 euros (9 990 euros), en hausse de 27 % depuis mai 2015. Désormais, plus aucun arrondissement n’est à moins de 8 000 euros le mètre carré. Fait nouveau, les quartiers populaires connaissent aussi une envolée des prix : + 13,8 % dans le 19e arrondissement, + 11,4 % dans le 10e. Mais aussi la petite couronne, avec une progression de 4,2 %, voire 4,9 % en Seine-Saint-Denis.

[…]

« Paris est en train de devenir un repaire pour super-riches, corrobore Emmanuel Trouillard, géographe chargé d’études sur le logement à l’IAU. Des familles s’en vont, des écoles ferment dans les arrondissements du centre de la capitale… Le problème de Paris, c’est de maintenir l’accès des classes moyennes au logement intermédiaire et au logement social. »

[…]

Lire l’intégralité de l’article sur lemonde.fr

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

52 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #2218075

    il n’y a pas que les Français de la classe moyenne qui sont en voie de disparition à paris-capitale, il y a aussi et surtout les Parisiens originels et les Français autochtones qui disparaissent a vue d’œil et qui sont de facto remplacer par des allogènes typés afro-maghrébins, eurasiens, africains, arabes, turco-albanais .
    Paris est devenue une décharge publique à ciel ouvert !

     

    • #2218216

      Vous croyez que les "allogènes typés afro-maghrébins, eurasiens, africains, arabes, turco-albanais" sont des supers riches avec les moyens de se loger avec des loyers à 2000 eur/moi ou se payer un appart à 10000 eur/m2. Soyez sérieux. C’est vrai cependant qu’en banlieu j’ai pu constater une explosion des "allogènes typés afro-maghrébins, eurasiens, africains, arabes, turco-albanais" sans oublié les roms, les roumains, les polonais et autres slaves du sud par rapport à 2001 date ou je suis parti travailler à l’étranger.


    • #2218275
      le 13/06/2019 par Bernard Lapotre
      À Paris, des classes moyennes en voie de disparition

      Le placement de migrants est un tout autre sujet qui n’a rien à voir avec les prix de l’immobilier (même si Francis Cousin objecterait qu’il s’agit là du Capital favorisant ses alliés objectifs).


    • #2218735
      le 14/06/2019 par inspecteur Columbarium
      À Paris, des classes moyennes en voie de disparition

      autrement pour les touristes et les aventuriers qui aiment braver les dangers et les interdits en sortant des sentiers battus et balisés il y a aussi la Goutte d’Or ou encore Sken’city à la gare du Nord et également la colline aux dealers de crack à la porte de la Chapelle
      surtout ca vaut le coup d’œil et le détour en ballades dans le Paris by night et avec comme guides des Roms Albanais ou des touristes clandos de Bamako !
      les barons de la drogue multimillionnaires
      Eux squattent le Paris des quartiers huppés
      du 6ème arrondissement


    • #2220397

      @Raylan Le proletariat d’Europe de l’est tout comme les anciens immigrés portugais et espagnols se sont barrés des banlieues il y a longtemps, elles ne sont désormais que remplis d’immigrés.
      Paris est devenu un shithole !


  • #2218082

    100 m2 ......... 1 million d’euros !!!!! Après vous Mme la Marquise, ...


  • #2218084

    Paris est la ville la plus chère de France car c’est là que se trouvent les emplois les mieux rémunérés - et les héritiers les plus riches .

     

  • #2218085

    De toute façon, à l’exception de quelques arrondissements ( l’ouest parisien, et peut-être les 6eme et 7 eme arrondissements ) , Paris est une ville très sale et mal famée... ça ne fait pas le coup de payer 1500 euros pour habiter un 45m2 dans le 18 eme ou dans le 9 eme...pour ce prix -là, tu peux te loger très correctement à Pontault combault ou à Vincennes...

     

  • #2218089

    La capitale est elle vraiment un repaire de super riches, ben non pas totalement, les clandos qui sont là vont repeupler notre beau Paris.


  • Cette classe "bobo"qui a votée pour LREM, va maintenant se faire foutre dehors de Paris .Quand on est con comme disait Brassens, on est con

     

    • C’est surtout toi qui est con car les bobos ont du pognon et ils ne sont pas prêts de quitter la capitale...


    • #2218385

      Dixi a raison : certains bobos (avec au moins 1 enfant) gagnant 5000 euros n’arrivent plus à rester à Paris (le bobo à 10 000 euros n’est pas encore concerné). C’est ce que dit le Monde en tout cas. Donc oui y’a des bobo LREM qui finiront par devoir déménager.

      Sans oublier que la pollution touche les riches comme les pauvres !
      Je me souviens d’interviews de Muriel Robin et Frédéric Beigbeder (qui gagnent bien leur vie) mais préfère quitter pollution et stress pour la province.


    • #2220402

      @LaBelette Bah alors ils veulent plus de la diversité ? ils préfèrent aller habiter dans cette province remplie de sales blancs hétéros-cis-normés. Le hic avec les bobos c’est qu’ils vont vouloir reproduire le même schéma de pourrissement génétique qu’ils ont produit dans les villes.


  • #2218098

    Pas d’accord, selon moi le phénomène est récent.
    Le parc privé à Paris est très important quant au social il est toujours là.
    Le centre de Paris c’est les touristes et les propriétaires etrangers, beaucoup de bureaux, le Nord et l’Est les pauvres et les assistés.
    En même temps c’est normal car Paris c’est le travail donc il est logique que ceux qui génèrent du chiffre d’affaires soit proche de leur lieu de travail.

    Quoi qu’il en soit faut être complètement fou pour vivre et travailler dans cette ville.
    J’ai rarement vu une ville cumulant autant de contraintes pour un individu : Pollution atmosphérique, pollution sonore, stress, ondes électromagnétiques, insalubrités, rongeurs, surpopulation démographique, insécurité maximale, conditions climatiques jamais bonne, quasiment plus aucun espaces verts et la liste est encore trop longue.
    Conclusion fuyez cette ville comme la peste.

     

    • #2218220

      @Jack
      Ça n’a rien de récent.
      Natif de la capitale, je l’ai quittée en 2003. Je bossais comme prolo, entre intérim et contrats que je dégotais, salaire autour de 1100€ grand max, pour un loyer de 450€ les 11m² dans le XVème. Ajoutez à ça le prix des transports (que je fraudais autant que je pouvais à l’époque), les besoins quotidiens (la période "Top Budget" & Leader Price...), le moindre concert, la moindre sortie un peu onéreuse devenait vite un casse-tête.
      De passage en 2010/11, j’ai envisagé d’y revenir, j’avais trouvé un boulot de chef de rang à 1600€, plus les pourboires, je pensais que ça passerait ; sauf que les loyers avaient flambé (le même 11m² entre 600 et 700), et tout le reste aussi d’ailleurs.
      Je ne parle même pas des impôts, taxe d’habitation et consorts...
      Donc non, ce n’est pas récent, ça a pris une tournure excessive mais dans la continuité du chemin de ces 20 dernières années.
      Ceci dit, je partage amplement votre conclusion : à fuir !


    • #2218293

      Je dis que c’est récent car auparavant plusieurs critères étaient retenus notamment la fameuse mixité sociale, les pauvres n’étaient pas encore exclus, et ça selon moi c’est plutôt récent, je dirai ça fait entre quatre et huit ans. Aujourd’hui le pauvre il dégage même si c’est une chance en puissance.


  • #2218099

    C’est là que, finalement, on se dit que le météore du film Armageddon qui frappe Paris...dommage que ce ne soit qu’un (mauvais) film !

     

  • #2218106

    Effectivement depuis pas mal d’années déjà. Mais les nombreux HLM et logements de fonction de la capitale ne sont ni occupés par la classe moyenne, ni par les super-riches... Saurez-vous résoudre cette énigme ?
    La France devient le Brésil, sans la plage et les nanas dénudées.


  • #2218126

    Quand voter soit disant à gauche favorise un repaire pour super-riches. Le RN ne se présentera même pas à Paris.

    La capitale française va devenir une no-go zone, relais français d’une oligarchie cosmopolite, interdite de circulation aux français. En bon breton, c’est le résultat logique d’un jacobinisme chauvin, qui exclut en son sein la population qu’elle supposerait représenter.


  • Partie 1/2 :
    Dit comme ça : "La classe moyenne"ne signifie pas grand chose, à part une variable économique très réductrice. Or,ce concept de classe moyenne,nous renvoie à une triple dimension : d’abord,morale,ensuite culturo-civilisationnelle et enfin économique.
    C’est à l’image d’un disque,ou un cercle plein,que les économistes"libéraux"se sont employés à schématisé la société. La grande couronne du cercle,soit une large majorité de la population qui,sans elle,aucune production de culture,de civilisation,de richesses,scientifiques,technologiques,matérielles,de défense identitaire et territoriale n’est possible. Puis vient une mince couronne périphérique,constituée par les"politiques",c’est-à-dire,et dans leur écrasante majorité,ne font que spéculer et jouer avec des idées et des mots,sans contenu féconde,ou même s’il l’est,le crédit en revient à de grands hommes,souvent préférant rester dans l’anonymat,ou refusent d’en tirer un quelconque profit matériel ou de prestige. Et au centre du disque,on trouve,ce que le vocabulaire oligarchique,confectionné pour banaliser tout ce qui choque,appelle : "les laissés pour compte".L’Etat,évidemment est là,selon les"politiques"pour apporter les"correctifs"à ce centre fragile,c’est-à-dire des citoyens exclus de la société,et dépossédés de leur dignité.
    Les médias mainstream,au début du"libéralisme",notamment après la deuxième guerre,a fait croire,à force de matraquage,que ce modèle du"disque"est presque une création de la nature et que,par voie de conséquence,est pérenne. Et comme,tout ce qui est bricolé par le"libéralisme"n’est ni naturel,ni pérenne,ni viable,ni décent...
    ( À suivre sur Partie 2/2 )


  • Partie 2/2 ( suite et fin de la Partie 1/2 ) :
    D’ailleurs,la sinistre métaphore de"la main invisible",chère aux"libéraux"s’est révélée bien correspondre à une sinistre réalité,non celle qui attribue un mécanisme"vertueux"et intrinsèque aux marchés,mais à des vraies mains,qui s’efforçaient,il y’a trois ou quatre décennies,à opérer de derrière les rideaux,et qu’aujourd’hui,sûre d’elle-même,et avec une insolence et une indécence incroyables,ces"main visibles"n’hésitent pas à bouleverser valeurs spirituelles,normes morales,sociétales,sociales,éthiques économiques,etc...
    C’est nous,peuple,qui devons veiller sur l’héritage que nous ont légué nos vénérables ancêtres. Nous sommes les gardiens de leur Mémoire,les responsables de nos vies et les garants du destin de nos enfants et des générations futures. Céder cet univers aux oligarques,sous prétexte du fallacieux prétexte : "le monde bouge,et nous avec",c’est se livrer à la bête sanguinaire,poings et pieds liés. ( Fin ).


  • #2218201

    Tant mieux, la ville sera bien plus facile à conquérir une fois ces lopettes dévirilisées installées entre elles, et complètement étrangères à la violence du monde qui les entoure.

     

  • #2218206

    et pendant ce temps là le gouvernement Macron soutient le général Khalifa Belqasim Haftar ... alors que l’ONU a reconnu la légitimité du chef actuel du gouvernement d’union nationale de la Lybie Fayez el-Sarraj ... la Lybie jadis pays en paix, stable et prospère pendant l`ère de Mouammar Kadhafi est plongée dans une guerre fratricide sanglante est dans un chaos total et dont les conséquences seront d’autant plus désastreuses pour la France !
    le président immigrationniste et mondialiste Macron a avalisé en bonne et due forme l’invasion préprogrammée de la France par le pouvoir profond et occulte


  • Comment petit à petit supprimer la propriété privée. L’impossibilité de posséder dans les grandes villes à cause des prix. L’impossibilité de posséder dans les campagnes à cause du (manque) de travail. Donc, une population de locataires toujours plus nombreuse. On y est, Pierre Hillard.

     

    • #2218289

      Il y a une autre issue : s’expatrier !


    • C’est faux y a du travail en campagne...

      Mais c sur que c est pas des faux boulots comme vendeur de produits inutiles, banquier, RH, Channel, et autre boulot pour humain robot monopolisé etc.....

      Par contre vous serez berger, artisan indépendant, cantonnier , tondeur, pisciniste, terroriste, paysans......

      Vous aurez une vie réelle avec nature et couleur, rivière oiseau poisson et eau-/ air sains ainsi que des petits producteurs locaux, une vie associative riche, des humain plus serein, de l eau du robinet facturé au forfait ( chez nous 120 euros à l’année ), des loyers modérés (60 m2 avec terrasse et Elec / chauffage compris pour 300€ ).....etc........selon les régions...

      Vous pourrez choisir de vivre parmis les hommes plutôt que parmis les zombies....

      Le système vous ment et amplifi vos peurs... J ai craqué avec ma femme et mon fils y a 5 ans et mon seul regret est d avoir attendu tout ce temps pour franchir le pas..

      Vous aurez des doutes, des angoisses, vous vous poserez 1000 questions sur vous meme mais vous serez heureux fier et vrai..

      Paix aux hommes de bonne volonté


  • #2218232

    Je pense que le prix du mètre carré à la porte de la Chapelle a dû diminuer. Allez savoir pourquoi.....

     

  • #2218273

    La capitale est à reconquérir...

    J’y suis née et j’y ai vécu jusqu’à l’âge de 25 ans (près de deux ans). Je vivais dans le XIVe arrondissement. Il est vrai que la vie y est très chère ! Seuls les riches peuvent y vivre décemment. Le mieux pour les modestes est de résister malgré tout et de ne rien lâcher ! Si tous les parisiens fuient, Paris appartiendra aux étrangers qui investissent dans l’immobilier, restauration, hôtellerie, boutiques de luxe... et j’en passe ! Je suis partie et parfois il m’arrive de regretter. Ce week-end j’y étais et je me suis sentie coupable. Pour être honnête, j’ai fui le cosmopolitisme... Pour pouvoir y retourner, il faut vraiment que je rencontre un homme riche... je suis issue d’une classe inférieure et ça ne risque pas de m’arriver, à moins d’un miracle ! Je me demande si un jour je pourrai revenir vivre à Paris. Mais au-delà de tout ça, les français ne doivent pas laisser la capitale glisser de leurs mains !

     

  • Déjà analysé par Soral, depuis longtemps.

    https://www.youtube.com/watch?v=30E...


  • #2218313

    Faut bien blanchir le pognon


  • #2218345

    La France est réellement en train de devenir un hybride Brésil/Algérie/Afrique du Sud.
    Des quartiers de bobos sécurisés/bunkerisés entourés de bidonvilles remplis de gens issus du tiers-monde.
    La natalité est explosive et l’importation massive continue....

     

  • #2218383

    Finalement ce qui ennuie ces richards, c’est de ne plus avoir de profs pour leurs enfants ou d’infirmiers, policiers (les flics doivent vivre à proximité de leur commissariat pour intervenir rapidement...).

    A Paris, Bordeaux, Rennes où je suis allée, j’ai remarqué que les quartiers aisés sont systématiquement limitrophes de quartiers populaires (de +en+immigrés d’ailleurs) : histoire d’avoir des domestiques corvéables à merci, dispo 24h/24, sans qu’ils aient à prendre le dernier métro, bus ou RER ? Sûrement pas un hasard si les maires construisent autant de HLM donnés prioritairement aux pauvres (et non à la classe moyenne).

    Point positif : quand Paris sera cramé (plusieurs prophéties parlent d’un Paris littéralement carbonisé, et dont la population souffrira de famines et de tueries), la classe moyenne sera loin et devrait être épargnée.

     

    • #2218804

      oui, analysé par Christophue Guilluy par exemple : à Paris ce sont les extrêmes qui montent : l’aristocratie (CSP++) et leurs esclaves (Bangladis en cuisine, nounous noires etc.)


  • Un repaire de super-cons et de super crades aussi..,


  • #2218443
    le 14/06/2019 par François Desvignes
    À Paris, des classes moyennes en voie de disparition

    A Rome, à la fin de l’Empire, voici ce dont les Romains se plaignaient :

    - le prix de l’immobilier atteignait des niveaux astronomiques, surtout en centre ville : avec un bel héritage vous ne pouviez plus vous acheter qu’ une pièce exigüe et sombre.

    - les moeurs étaient devenues sodomites : les couples divorçaient et ceux qui n’étaient pas en couple s’enculaient pour décider ensuite de se mettre en couple afin de le faire de manière plus régulière.

    - la spéculation avait remplacé le travail.

    - la richesse financière côtoyait la pauvreté du travail, le succès du passe droit, l’échec de l’effort : la sueur n’était plus une vertu, la triche et l’astuce des nécessités.

    - Rome n’était plus dans Rome : les romains en avaient été chassés et toutes les nationalités de la terre y tenaient le pavé.

    - L’Etat surpuissant y était anormalement lourd et sa lourdeur était financée par une surimposition généralisée et omniprésente (tout était taxé sans que ça ne suffise jamais).

    - Pour acheter la paix sociale, des pauvres, des chômeurs, et en fait de tous, tous étant devenus nouveaux ou encore plus pauvres, il y avait les Annones qui distribuaient pain, huile et vin.

    - Et puis il y avait les jeux : chez nous, la XVII chambre.

    Ainsi, c’est au fait que la pensée devient obligatoire et donc interdite que l’on mesure la fin d’un régime.


     

    • #2220414

      @François Desvignes Intéressant ! se serait bien que ER fasse un article sur la fin de l’empire romain, cette période trés méconnu pourrait nous apprendre beaucoup de choses.
      Sans compter le féminisme galopant.


  • #2218581

    J’ai vu au Brésil, à Salvador de Bahia de Todos Os Santos (Salvador de la baie de tous les Saints) :
    - les ghettos de riches avec clôture de 2m50, barrière à l’entrée, caméras de surveillance et vigiles ;
    - les favelas qui se trouvent au centre de la ville historique, à deux pas de la place principale du "pelorihnos", littéralement le pilori où étaient battus les esclaves ;
    - les "invasions", nouveaux quartiers où viennent s’entasser les gens des campagnes pour travailler.

    Il n’y a pas de discontinuité, on passe d’un habitat à l’autre. La dynamique de cette ville brésilienne est celle de la concentration des personnes en vue de leur intégration économique. La misère est visible et terrible (enfants des rues, va-nu-pieds, crack, etc.), elle côtoie tous ceux qui bossent en espérant accéder aux standards de la classe moyenne occidentale, et des riches qui se protègent. L’insécurité est réelle.

    Je pense que cette ville est dans le temps 1 de la formation du "camp de concentration urbain" de la "merde cosmopolitisme de la marchandise".

    Je pense que Paris est dans le temps 2 : la merde urbaine concentrationnaire de la marchandise cosmopolite a triomphé, elle a atteint "un tel degré d’accumulation que l’on ne voit plus qu’elle", et sa logique d’intégration s’est inversée en logique d’exclusion. La gentrification est un moment du mouvement d’ensemble.

    Après avoir vécu 7 ans à Paris, j’ai fui à la campagne pour son cadre de vie. Paris c’est pour le fric et s’encanailler.


  • #2218711

    Les loyers Parisiens sont tout bonnement inconcevables ....
    C’est une honte, un racket organisé ...
    Les bailleurs sont immondes !

    Abandonnez cette ville et venez à la campagne ... Cessez de croire que vous avez besoin de vivre l’invivable pour être heureux ! ...

     

    • #2218814
      le 14/06/2019 par inspecteur Columbarium
      À Paris, des classes moyennes en voie de disparition

      une ville comme Paris capitale des rats qui squattent Paris avec le gite et le couvert offert par Hidalgo et toute la clique de son équipe municipale
      et à coté de ça des marchands de sommeil multimillionnaires qui s’enrichissent sur la misère et le malheur en louant des cages à lapins quand ce n’est pas des cages à poules pour des loyers exorbitants et à des prix dépassant l’entendement !
      c’est la Mafia des HLM de Paris qui fixe les prix sans aucunes régulations ni aucun contrôle
      et en spéculant au centuple le mètre carré ...
      c’est du vol non pas à l’étalage mais à l’état pur !
      des méthodes crapuleuses dont les pouvoirs publics en sont non seulement les complices mais aussi les acolytes de tous ces mafieux des marchés immobiliers


  • #2218732
    le 14/06/2019 par parisien libéré
    À Paris, des classes moyennes en voie de disparition

    Eh bien qu’ils disparaissent, ils ont tellement bien voté ces bobos qu’ils n’ont que ce qu’ils méritent ! Et je leur souhaite d’aller migrer dans le 9-3 pour goûter au vivre ensemble !

     

  • #2218931

    Tout cela n’est que le déroulement d’un lent processus commencé sous Hausmann !
    L’éviction des classes populaires du centre ville de Paris !
    Les deux guerres l’ont ralenti mais la folie spéculative sous Chirac et encore plus sous Delanoé et Hidalgo l’ont accéléré !
    D’abord au delà des boulevards extérieurs puis des maréchaux pour finir au delà de l’A86,la nouvelle frontière !

    Où sont les classes moyennes ?...à Montreuil,Malakoff,Bagnolet,les Lilas...et même Aubervilliers qui commence à recevoir les exclus de Paridalgo !

    Logements plus grand pour le même prix,pavillons parfois (impossible à Paris)...Le métro est là ou en construction et vous verrez,un jour le quartier de la plaine st Denis/pte de la Chapelle,débarrassé de ses migrants,devenir une adresse pour les ex- parisiens... !!!

    Paris intra muros,c’est déjà la ville des super riches étrangers ou règne le RBNB,les touristes friqués et les clochards... !!!

     

    • #2219618

      Delanoë, Hidalgo sont ils au moins résidents permanents
      à la Goutte d’Or, château rouge ou à la porte de la chapelle ???
      à titre d’exemple du savoir vivre ensemble qu’ils préconisent si bien aux autres et pourtant ils le devraient à titre d’exemple pour les autres justement
      trop facile de dire aux autres, aux Parisiens, aux Français ce que eux-mêmes sont incapables et ne veulent surtout pas faire et l’appliquer pour eux-mêmes


Commentaires suivants