Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Affaire Halimi : le Conseil de la magistrature s’insurge contre la "mise en cause" de la justice

Coup de colère du Conseil supérieur de la magistrature (CSM). L’instance s’est insurgée ce dimanche contre « la mise en cause  » de la justice dans deux affaires « douloureuses », en référence à la contestation de l’arrêt de la Cour de cassation dans le dossier Sarah Halimi et du verdict au procès de Viry-Châtillon.

« L’institution judiciaire doit pouvoir continuer de juger, à l’abri des pressions, en toute indépendance et en toute impartialité », écrit l’organe dans un communiqué, en appelant « à la mesure ».

 

Concernant l’affaire Halimi, « le juge a pour mission d’appliquer la loi et se doit de l’interpréter strictement »

« En ce qui concerne l’arrêt de la Cour de cassation dans l’affaire Halimi, il convient de rappeler que le juge a pour mission d’appliquer la loi et se doit, en matière pénale, de l’interpréter strictement », rappelle le CSM. « Il ne peut la créer ou la modifier. Il s’agit là d’un principe fondamental pour préserver les équilibres démocratiques », insiste l’organe constitutionnel, garant de l’indépendance de l’autorité judiciaire.

Le 14 avril, la Cour de cassation avait confirmé l’irresponsabilité pénale du meurtrier de Sarah Halimi, sexagénaire juive tuée en 2017 à Paris. Tout en entérinant le caractère antisémite du crime, la plus haute juridiction judiciaire avait confirmé l’abolition du discernement du meurtrier, pris d’une « bouffée délirante » lors des faits, selon sept experts consultés.

Cette décision a suscité une vive émotion et une très forte incompréhension au sein d’une partie de la communauté juive française et poussé Emmanuel Macron à réclamer « un changement de la loi ».

Lire l’article entier sur 20minutes.fr

La pression sioniste, sur E&R :

 






Alerter

34 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • les robes rouges.

    la couleur de la monarchie britanique.

     

    Répondre à ce message

  • Je me demande si le verdict de l’affaire Alimi n’est pas finalement encore orchestré pour provoquer ce que l’on voit maintenant ; tout cela parallèlement au dernier "attentat" de Ramboullet histoire de bien faire comprendre aux gaulois que les sionarts et eux ont les mêmes ennemis...
    Ne nous y trompons pas toute cette magistrature est largement FM donc...

     

    Répondre à ce message

    • Bravo, cher camarade..
      C’est exactement ce qu’il m’est venu à l’esprit..
      En tant que musulman, français patriote et qui connaît très bien le monde des procès d’assises pour avoir participé à des programmes de jurés.
      Il est très facile d’orienter légèrement, les intimes convictions qui abouti à une décision finale de justice rendu, lors du fameux délibéré..
      Après, voilà..
      Nous avons un syndrome de complotistes qu’il faut soigner !
      Cher camarade..

       
  • Comment peut on tomber aussi bas dans le discernement de ses propres arguments ?
    Comment peut on qualifier un acte par une motivation interieure consciente (l’antisemitisme) et déclarer l’individu qui a commis l’acte irresponsable pour manque de discernement ?
    On est à ce niveau aussi émoussée de logique en France , ou quelque chose m’échappe ?

     

    Répondre à ce message

    • Tu confonds opinion ( antisémitisme) et perte de lucidité/incapacité à maîtriser ses pulsions dû à la drogue consommé et de plus, son schizophrénie antérieure de l’acte criminel .

      Tu comprends la définition juridique et médicale de "boufee délirante" ?

      On ne juge pas un malade mental c’est ainsi depuis les Lois Romaines. Chez nous ça se passe ainsi.

      Jusqu’au quand vous allez abuser de notre patience ?

      Si, dans les mêmes conditions cette ordure avait tué un Français de Souche, personne n’aurait levé la voix pour contester la décision des juges .
      Les lois sont faites pour être respectés.

      D’ailleurs tout le monde a le droit d’être antisémite ou philosemite. Vous n’allez quand même pas oser censurer/ sanctionner l’antisémitisme des gens !

      Les cons, ça ose tout !

       
    • Tu n’as qu’à aller voir l’intervention du psychiatre qui a conduit l’expertise avec un collège de psychiatres. Il s’appelle Paul Bensussan et était dimanche soir sur BFM si tu retrouves les images...
      Moi je l’ai trouvé convaincant.

       
  • « En ce qui concerne l’arrêt de la Cour de cassation dans l’affaire Halimi, il convient de rappeler que le juge a pour mission d’appliquer la loi et se doit, en matière pénale, de l’interpréter strictement »

    Alors à quoi servirait un " Juge " sensé avoir la jugeote nécessaire pour faire la différence entre les différents niveaux de connerie humaine ?!?

    Et pourquoi des gros poissons passent par les mailles du filet ?!?

     

    Répondre à ce message

  • Il y a un paradoxe dans cette phrase ???????? " il convient de rappeler que le juge a pour mission d’appliquer la loi et se doit, en matière pénale, de l’interpréter strictement ".
    Et la jusriprudence !!!!!!!!! Madame Justice qui modifier la loi organique, la constititution à la bonne volonté des magistrats.

     

    Répondre à ce message

  • Les loups vont bientot se manger entre eux.

    Let’s cut off !

     

    Répondre à ce message

  • D’un côté « Justice pour Traoré », de l’autre « Justice pour Adama », avec, pour les deux cas, BLM au milieu et Derek Chauvin tantôt coupable, tantôt héros. À s’en retrouver au niveau de décision de la femme qui achète une paire de pompes au marché : « Oui, mais non », pour enfin prendre la paire d’un lot de destockage de l’avant-dernière année, une taille au-dessus, pour l’année prochaine. Sait-on jamais...

     

    Répondre à ce message

  • On est reparti pour une affaire Dreyfus ?

     

    Répondre à ce message

  • #2713915

    ahaha Donc la clique de Tel Aviv met la France a genoux(via Buzyn et ci) et ne lui fait pas perdre le cap en lui rappelant que, malgres le contexte actuel, il faut continuer a lecher les doigts de pied d’Israel. Les zemmouroides( ;) Nadia ) et GI vont aimer ca.

    « le juge a pour mission d’appliquer la loi et se doit de l’interpréter strictement » Oui oui, comme pour la declaration d’etat d’urgence sanitaire.

    PS : perso je trouve que cela ressemble a une mise en scene bien planifiée. Les institutions judiciaires Francaises sont a 99,99% juifisées. Pas besoin de goldnadel et de macron pour pretendre le contraire.

     

    Répondre à ce message

  • Ce tragique fait divers devrait - objectivement - interpeler quiconque à double titre.

    - Si passer du nom de famille Attal à celui de Halimi se comprend parfaitement - une femme divorcée reprenant le nom de son père - comment - et surtout pourquoi - passer du prénom de Lucie à celui de Sarah, très nettement connoté ?

    Il me semblait pourtant avoir entendu un certain Eric Zemmour nous rebattre les oreilles avec le mot "assimilation", pour certains Français...

    - Pourquoi la France devrait-elle - aujourd’hui - changer sa loi - appliquée depuis des siècles - disant "On ne juge pas les fous" ?

    Il me semblait pourtant que les privilèges avaient été abolis lors de la Révolution française de 1.789...

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents