Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Affaire Kennedy : l’assassin d’Oswald, "traducteur pour la presse israélienne"

Vendredi 27 octobre, l’Administration Trump a fait savoir qu’elle avait accepté la requête de la CIA et du FBI : les deux agences avaient expressément demandé la non-déclassification de 209 dossiers (sur près de 3 000 aujourd’hui disponibles) de l’enquête relative à la mort du président Kennedy.

 

Un élément d’information est généralement passé sous silence dans la presse traditionnelle à propos de Jacob Leon Rubenstein alias Jack Ruby, l’homme qui a abattu l’assassin présumé de Kennedy.

Le 24 novembre 1963, afin de pouvoir approcher Lee Harvey Oswald et le tuer, Ruby avait déclaré – selon une déclaration policière consignée dans le rapport Warren – qu’il était un « traducteur pour la presse israélienne ».

 

 

Rappels :

- assassiné le 22 novembre 1963, JFK était le seul président américain à s’être radicalement opposé au programme nucléaire israélien. Sa position intransigeante avait suscité la colère du Premier ministre et criminel de guerre israélien David Ben Gourion.

- ami d’enfance d’Oswald, un témoin-clé est devenu par la suite juif, israélien et agent du Mossad.

 

 

Détail troublant : « quelques heures » seulement avant l’assassinat de Kennedy, le militaire et futur Premier ministre israélien Yitzhak Rabin était « par hasard » sur les lieux du crime (Dallas) selon sa veuve Leah Rabin.

 


 

Découvrez le meilleur film sur l’assassinat de Kennedy,
l’homme qui a « trahi » Israël

Assassiné le 22 novembre 1963, JFK était le seul président américain à s’être radicalement opposé au programme nucléaire israélien. Seize ans plus tard, son élimination inspira un film français méconnu : I comme Icare.

 

Devinette à usage pratique : comment distinguer rapidement un cinéphile d’un imbécile ?

Réponse : sollicité au sujet d’une réalisation cinématographique intitulée I comme Icare, le premier dira qu’il s’agit d’un thriller politique tandis que le second parlera d’un film conspirationniste.

Produite en 1979 par Antenne 2 et dirigée par Henri Verneuil, cette oeuvre – portée par l’interprétation engagée d’Yves Montand – fait figure d’ovni dans le paysage cinématographique hexagonal.

 

 

Prouesse du film : dépasser l’interrogation suscitée par les circonstances exactes de l’assassinat de John Fitzgerald Kennedy pour aboutir à une réflexion, applicable à n’importe quel pays, sur la soumission à l’autorité et le rôle trouble des services secrets.

Lire l’article entier sur panamza.com

Sur la puissance et les intérêts du pouvoir profond, lire chez Kontre Kulture :

Encore et toujours, l’affaire (des) Kennedy, sur E&R :

 






Alerter

26 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • L’assassinat de JFK n’a pas eu lieu un 11 Septembre. C’est ballot.......

     

    Répondre à ce message

  • Jacob Leon Rubenstein : Jack Ruby ... pourquoi ils changent tous de nom et masquent le vrai ? Ils ont honte de leur nom ou de leur ancêtres ou je ne sais quoi ? Je ne comprends pas, quelqu’un pourrait m’expliquer ? Merci.

     

    Répondre à ce message

  • Ceux que le sujet intéresse, voire passionne, ne peuvent manquer la thèse parfaitement exhaustive et tout-à-fait plausible du Français Jean-Marc ROEDER qui date de 2003 et toujours disponible sur ekouter.net (3h30, Radio Ici et Maintenant).
    Du même bien sûr, mais en complément beaucoup plus récent et un peu plus court (2016, 2h13), pour le magazine TopSecret, son entretien avec Roch (accessible sur Youtube).
    Avertissement : Mieux vaut les écouter dans cet ordre, mais commencer l’un ou l’autre, c’est ne plus décrocher avant la fin ! Prévoir un créneau horaire suffisant...
    Liens :
    ekouter.net/22-novembre-1963-l-assassinat-de-jfk-avec-jean-marc-roeder-sur-radio-ici-et-maintenant-1481
    youtube.com/watch ?v=z46oEwrZGPo
    Egalement :
    explicithistoire.wordpress.com/2016/07/17/les-dessous-de-lassassinat-de-j-f-kennedy

     

    Répondre à ce message

  • Les connections avec Israël me paraissent trop peu nombreuses pour rendre cette piste crédible. Pour ma part, je pense que l’hypothèse la plus plausible est celle de la mafia. On sait que le père de Kennedy, Joseph, était un proche du parrain Sam Giancana et que ce dernier a financé la campagne de JFK en 1960, mais à son insu. Quand il l’a su, Kennedy était furieux. Une fois installé au pouvoir, il s’est attaqué avec son frère Bob (qu’il avait nommé ministre de la justice) à la pègre, qui était déjà sur les dents à cette époque, car elle avait perdu les casinos qu’elle contrôlait à Cuba avec l’arrivée au pouvoir de Fidel Castro. La plupart des grands mafieux de l’époque (Sam Giancana, Meyer Lansky, Santo Traffcante Junior ou encore Carlos Marcello) vouaient une haine mortelle aux frères Kennedy. Mais je ne pense pas que la mafia ait pu agir seule, elle a probablement reçu des complicités de la part d’agents corrompus de la CIA (qui reprochaient aussi sans doute à JFK, l’échec de l’opération de la baie des Cochons) et de certains hommes politiques hauts placés. Si cette thèse est la bonne, alors il y a fort à parier que le vice-président Johnson était impliqué dans le complot, car il était touché par de graves affaires de corruption, qui ont toutes été classées dès sa prise de fonction (comme par hasard). Quand à Jack Ruby, ont sait qu’il était tenancier d’une boite de nuit fréquentée par de nombreux mafieux...

     

    Répondre à ce message

  • C est donc un moyen de pression sur le FBI et la cia de la part de Trump....

     

    Répondre à ce message

  • JFK fut le seul président catholique des états unis d’Amérique.

     

    Répondre à ce message

    • JFK ne connaissait pas grand chose du catholicisme à part son aspect politique le plus vulgaire et le plus cher à Hollywood qui est le gouvernement des hommes par les mafias justifié par une lecture express de Saint Augustin sur les conséquences du péché originel. Pour se conduire en bête de sexe et en violeur compulsif comme il fit, il faut n’avoir considéré cette religion qu’à la manière de Voltaire et du marquis de Sade, c’est à dire sous l’angle de son utilité à former de la main d’oeuvre et des proies sexuelles gratuites pour ceux qui comme lui entendaient s’abstraire de la condition humaine commune. Ne pas oublier non plus que son élection en tant que président catholique faisait partie du plan de cette soumission tant attendue du catholicisme au pouvoir juif, tout comme le Concile qui était en plein déroulement. Surtout JFK fut un président catholique exactement comme Obama a été un président noir : à savoir à moitié seulement et avec une double dose du côté maternel de rapports avec le judéo-protestantisme de la côte Est. JFK était en fait bien davantage un membre familial du clan des Bronfman.

       
  • Avec tout ce que j’ai pu glaner ici et là , pour moi Kennedy a quelque chose de christique.. Un réformateur ,un homme de bien ,un homme de paix ,un homme que l’on ne peut dissocier de son frère qui a eu la même destinée tragique..
    Un réformateur pour son pays ,un homme d’une grande diplomatie qui voulait avant tout menée une politique étrangère apaisée..
    Un politique qui a été influencé d’une manière ou d’une autre par sa confession catholique.. tout comme le Christ il savait que sa vie était en danger ,tout comme le Christ il n’a pas eu le temps d’appliquer son programme si je puis dire..

    Cet assassinat a changé la face du monde !

     

    Répondre à ce message

  • Malheureusement c’est une nouvelle demi fausse et surtout fausse en fait. Tout s’explique plus simplement : l’Israël d’alors se présentait à la face du monde comme le pays socialiste utopique des kibboutz comptant sur l’appui et le travail bénévole des jeunes communards du monde entier. Kennedy obéissait alors aux directives du clan Bronfman (juif conservateur anglo-canadien) qui était le sien à savoir qu’Israël était un pays encore trop bébé, trop peu mature ou trop aux mains de jeunes chevelus, trop sincèrement croyant dans les utopies juives vendues aux goys pour mériter de se voir confier l’administration de l’énergie nucléaire.

    Israël et les communes beatniks de Londres et San Francisco c’était un peu la même chose et les mêmes gens pour de bons bourgeois juifs new-yorkais. Les sionistes d’establishment d’alors avaient pour capitale New York, non pas Tel Aviv, c’est le Parti Démocrate sudiste et non pas le Likoud qui leur servait de formation de ralliement, et ces gens étaient plus que satisfaits de JFK : quand JFK promettait de n’embaucher que "the best and the brightest" il sous-entendait des juifs seulement et c’est bien ce à quoi on assista, l’expulsion des anglo-protestants traditionnels de cette administration au profit d’une communauté autrement mieux organisée.

    JFK se considérait lui-même comme juif autant que catholique et entendait bien symboliser la soumission de l’Église de Rome à la cause juive comme le début le plus prometteur du temps nouveau.

    Quoi qu’il en soit le problème était bien académique, bien théorique : l’énergie nucléaire américaine était un monopole juif à tous les niveaux, tout particulièrement de l’enseignement de cette discipline comme de la propriété des installations. Ce n’est pas une décision présidentielle américaine qui allait attenter à cet état de choses. JFK obéissait aux mafias juives qui étaient encore méfiantes envers les jeunes sionistes et n’étaient même pas certaines que cet état servît leurs intérêts (il leur a fallu attendre la victoire de 1967 voire la guerre du Kippour pour se faire une idée plus favorable).

     

    Répondre à ce message

    • Regardez le film de Zapruder. On voit nettement le chauffeur de la limousine qui transporte les Kennedy se pencher en avant puis se retourner vers JFK avec ce qui ressemble à une arme de poing, puis sitôt l’explosion du crâne de Kennedy, se retourner à nouveau puis reprendre sa conduite.

       
    • oui et non. certes sur le plan theorique lesecret atomique etait connu d’israel au sens ancien (c’est a dire de la communauté juive) des 1945, avant qu’israel-l’etat ne soit officialisé en 1948, car les responsables scientifiques du projet manhattan etaient de la commmunauté, et il est tres naif de croire que le secret atomique ait été refilé aux israeliens par les francais sous de gaulle...ca c’est de la propagande sioniste pour cacher l’existence des sayanim , et se cacher derriere le bouc emissaire francais si un conflit nucleaire etait declenché par israel...et cela marcherait...il y a une majorité de francais, y compris sur ce site, pour culpabiliser et deplorer que "les francais aient donné la bombe a israel"...et on entend deja des (((anglais))) et des (((americains))) nous pointer du doigt et a communauté internationale tomber dans le panneau...

      ceci dit, posseder des bombes atomiques a proprement parler necissite une technique et des moyens qu un pays comme israel ne pouvait avoir (uranium enrichi en quantité suffisante, ...) si les USA s’y opposaient formellement (israel vit sous perfusion americaine dans les faits) , et pourtant c’etait une necessité pour les sionistes que leur etat de repli possede la bombe, meme si eux memes vivent a londres, paris ou new york.

      la these de mike piper sur la cause du nucleaire israelien est donc bien tres realiste.

       
  • La maîtresse du vice président Johnson a écrit ses mémoires : elle y raconte que son amant était dans le coup - et du reste c’est lui qui a le plus profité de l’assassinat . Cui Bono .

     

    Répondre à ce message

  • Madeleine Brown la maîtresse de Lyndon B Johnson, a avoué avant sa mort que son amant avait été l’instigateur de l’assassinat du grand Président .

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents