Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Affaire Maëlys : le principal suspect choisit Alain Jakubowicz comme avocat

Nordahl Lelandais, l’homme suspecté d’avoir enlevé la petite Maëlys, a été mis en examen pour « meurtre ». Son avocat : Alain Jakubowicz, figure emblématique du leadership juif et compagnon de route de la franc-maçonnerie.

 

 

« Je ne fais pas de pénal crapuleux. C’est un autre métier. Moi, je ne peux pas défendre un pédophile ou un dealer. » Alain Jakubowicz, Le Monde, 19 avril 2005

 

 

Jeudi 30 novembre, lors de sa conférence de presse, le procureur de la République de Grenoble (visiblement nerveux ou émotif) a annoncé la mise en examen de Nordahl Lelandais pour « meurtre précédé d’un autre crime (enlèvement et séquestration) » dans l’affaire de la disparition de la petite Maëlys.

 

 

Les 25 et 29 septembre, Panamza avait publié deux billets d’information à propos d’éléments (ignorés ou passés sous silence par la presse traditionnelle) relatifs – notamment – à son singulier avocat : Alain Jakubowicz, ex-patron (jusqu’au 6 novembre 2017) de la LICRA.

 

 

 

Disparition de Maëlys : le suspect choisit un leader de la communauté juive comme avocat

Dimanche 24 septembre, le site de Lyon Mag a fait savoir que Nordahl L. (à droite de l’image), un ex-militaire âgé de 34 ans et suspecté d’être à l’origine de l’enlèvement de Maëlys de Araujo, 9 ans (disparue le 26 août 2017 à Pont-de-Beauvoisin, dans l’Isère), avait fait appel à un nouvel avocat : Alain Jakubowicz (à gauche de l’image).

Président de la LICRA (association pseudo-antiraciste) depuis 2010, l’avocat d’affaires qui fréquente la synagogue orthodoxe de Lyon fut le patron du CRIF Rhône-Alpes (antenne locale de l’organisme ultra-sioniste) de 1995 à 2004.

Jakubowicz est également un proche du B’naï Brith, influent lobby juif international fondé en 1843, et de la Grande Loge de France, obédience maçonnique créée en 1894.

Illustration de son radicalisme communautaire : pourfendeur de la lutte contre l’islamophobie (assimilée à une « imposture »), Jakubowicz a également déclaré qu’il aurait volontiers poursuivi Pierre Desproges pour antisémitisme si l’humoriste était encore vivant et en activité.

À noter : deux anciens cadres de la communauté juive (Maurice Gutman du CRIF et Bill Surkis du B’naï Brith) avaient fait l’objet de condamnations judiciaires dans des affaires de pédophilie.

Détail troublant : une partie des scellés de l’affaire Maëlys auraient accidentellement été détruits lors de l’incendie – imputé à un obscur groupuscule anarchiste anonyme – des locaux techniques de la gendarmerie de Grenoble.

 

 

Affaire Maëlys : la prison du suspect abritait un maton pédophile

Jeudi 14 septembre, Nordahl Lelandais, l’homme soupçonné d’avoir enlevé la petite Maëlys et placé en détention provisoire, a été transféré dans le centre pénitentiaire de Saint-Quentin-Fallavier, en isolement. Prétexte officiel : il aurait été menacé de mort par ses anciens co-détenus.

Particularité de cet établissement : en 2013, il a fait l’objet d’un rapport accablant publié par l’Observatoire international des prisons. La cause : une maltraitance répétée des détenus par les surveillants et des abus tolérés par la direction.

Détail troublant : sept membres du personnel avaient été placés en garde à vue. Au domicile de l’adjoint au chef de détention, les gendarmes avaient découvert plusieurs milliers d’images à caractère pédopornographique stockées sur son ordinateur personnel. L’homme a pu ensuite réintégrer discrètement son poste à l’établissement de Saint-Quentin-Fallavier avant d’être finalement suspendu la veille de la révélation de l’affaire dans la presse locale.

À noter : leader de la communauté juive lyonnaise et familier des milieux maçonniques, Alain Jakubowicz, nouvel avocat du suspect, continue d’adopter un silence inhabituel envers les médias.

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 






Alerter

44 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
Afficher les commentaires précédents