Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Affaire Matzneff : vers le procès moral du Tout-Paris post-68 ?

Le procès d’une génération semble rejaillir avec l’affaire Matzneff. L’écrivain aux penchants pédophiles revendiqués est montré du doigt dans un livre. À travers lui, c’est la mentalité de l’élite post soixante-huitarde qui est remise en cause.

 

(...)

Gabriel Matzneff, l’arbre qui cache la forêt ?

L’argument de Bernard Pivot sur les « dérives d’une liberté » d’une autre époque trouve une résonance non seulement dans la complaisance dont faisaient preuve les journalistes de l’époque, comme il l’affirme, mais également dans le monde littéraire post-soixante-huitard qui se revendiquait de l’avant-garde.

Ainsi, en 1977, Gabriel Matzneff rédigeait un texte que le Tout-Paris de l’époque a cosigné pour défendre trois hommes (Bernard Dejager, Jean-Claude Gallien et Jean Burckhardt) accusés de pédophilie. La pétition, publiée par Le Monde la veille de leur procès, a réuni 69 signatures prestigieuses parmi lesquelles celle de Louis Aragon, de Roland Barthes, de Simone de Beauvoir, de Jean-Paul Sartre, de Patrice Chéreau, de Gilles Deleuze et son épouse Fanny, d’André Glucksmann, de Jack Lang ou de Bernard Kouchner.

En outre, dans cette polémique engendrée par le livre de Vanessa Springora, Gabriel Matzneff n’est pas seul à se faire rattraper par son passé. Ce scandale entraîne dans son sillage d’autres célébrités de la même génération soupçonnées de pédophilie.

Sur les réseaux sociaux, les écrits de Daniel Cohn-Bendit refont par exemple surface à la lumière de cette polémique. Dans son livre Le Grand bazar (paru en 1975 aux éditions Belfond), l’ex-député européen évoquait son expérience dans une crèche « alternative » de Francfort dans les années 1970. Extraits :

« Il m’était arrivé plusieurs fois que certains gosses ouvrent ma braguette et commencent à me chatouiller. Je réagissais de manière différente selon les circonstances, mais leur désir me posait un problème. Je leur demandais : "Pourquoi ne jouez-vous pas ensemble, pourquoi vous m’avez choisi, moi, et pas les autres gosses ?" Mais s’ils insistaient, je les caressais quand même. »

Le même Cohn-Bendit qui, sur le plateau d’Apostrophes en 1982, expliquait face à l’écrivain Paul Guth que « la sexualité d’un gosse c’est quand même fantastique ». Avant de détailler : « Quand une petite fille de cinq ans commence à vous déshabiller, c’est fantastique ! » Cet extrait régulièrement exhumé sur les réseaux sociaux depuis des années a une nouvelle fois refait son apparition à la faveur de l’affaire Matzneff.

Un autre nom célèbre est également remonté sur les réseaux sociaux ces derniers jours et mis en parallèle avec Matzneff : celui de Roman Polanski. Au moment de la sortie de son film J’accuse, le réalisateur a également fait l’objet d’une vive polémique autour d’accusations de viol et de pédophilie.

 

Le procès moral d’une époque révolue

L’affaire Matzneff qui choque une grande partie de l’opinion publique française aujourd’hui est-elle en train de prendre la forme d’un procès moral du Tout-Paris post-68 ? L’autocritique de Libération sur son positionnement de l’époque montre que « l’élite » intellectuelle française de 2020 aurait du mal à soutenir ouvertement ou même tolérer ce genre de comportement d’artistes, d’écrivains, de réalisateurs, aussi brillants puissent-ils être, sous prétexte qu’ils ont du talent, et que ce talent prévaudrait sur tout le reste. La vague du mouvement #MeToo, initiée aux États-Unis en 2017, où elle a mis fin à la carrière de certaines personnalités accusés d’abus sexuels, semble bien avoir atteint l’Hexagone.

L’affaire Matzneff démontre aussi que dans la France aujourd’hui, il existe bel et bien des gens qui se lèvent contre ceux qui s’opposent aux comportements déviants de certains artistes au prétexte que ceux-ci seraient supposément talentueux, dénonçant alors « une chasse aux sorcières » ou « un tribunal médiatique ». Mais est-ce bien pour longtemps ?

En tout cas, si à l’époque le président François Mitterrand était plutôt admiratif concernant le talent littéraire de Gabriel Matzneff, trente ans plus tard le gouvernement d’Emmanuel Macron par la voix de ses ministres a été très clair quant à sa position sur la question. « L’aura littéraire n’est pas une garantie d’impunité. J’apporte mon entier soutien à toutes les victimes qui ont le courage de briser le silence », écrit le ministre de la Culture Franck Riester sur son compte Twitter.

En attendant, la justice vient de se saisir, le 3 janvier, en ouvrant une enquête pour viols sur mineur contre Gabriel Matzneff qui pourtant décrit publiquement ses « ébats » pédophiles depuis 1974. Cette initiative judiciaire est intimement liée au tollé déclenché par le récit de Vanessa Springora.

Lire l’intégralité de l’article sur francais.rt.com

À ne surtout pas manquer, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

39 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Lorsque tous les droits d’auteurs et les bénéfices des maisons d’édition de ces pervers seront saisis et reversés à des associations sous contrôle en charge des enfants abusés, on verra si le pouvoir actuel à une crédibilité. Egalement s’il y a des renonciations spontanées et versements des droits par les intéressés avant même des condamnations.

     

    • L’éditrice qui a écrit le livre à charge contre Matzneff devrait lui reverser la moitié de ses droits d’auteur, sans lui son pensum n’existerait pas . L’Etat vient de sucrer à Matzneff les 6000 euros qu’il lui verse chaque année . M’étonnerait pas que "Gabriel" décide de se claquemurer dans un monastère orthodoxe, ce serait bien son genre .


  • Et s’il y aura une audience, vous imaginez les manifestants avec des pancartes du style : "Et Jack ?" "Et Fred" ? "Et Phil ?" "Et .... ?"
    C’est bien pour cela qu’il y aura un classement sans suite dans tous les cas. Le queutard a 83 ans !


  • Ouarf ! la gueule de l’actuel ministre de la culture, Franck Riester, dont la seule expérience professionnelle est d’avoir vendu des bagnoles, dans la concession de son père.
    [ il y a dix ans on pouvait encore trouver entre 1% et 10% de talent (justesse) dans les expos d’art contemporain, aujourd’hui c’est zéro ]


  • #2356692
    le 04/01/2020 par Palm Beach Post : "Cult !"
    Affaire Matzneff : vers le procès moral du Tout-Paris post-68 (...)

    à 14- 15 ans, ce n’est pas de la pédophilie,
    les gamines savent très bien ce qu’elles font,
    aussi bien que lorsqu’elles en auront 40, et que la salade ne sera plus aussi verte

    Jodie Foster dans Taxi Driver
    réalisé par Martin Scorsese, sorti en 1976, mais écrit par Paul Schrader :

    éh oui, c’est pas rien, Popaul :
    c’est Hardcore, sorti en 1979, avec George C. Scott
    - Jake Van Dorn, un père célibataire de famille respectable et fervent calviniste, voit sa vie bouleversée le jour où sa fille unique disparaît sans laisser de traces. Par le biais d’un détective privé, il apprend que celle-ci est utilisée dans le milieu sordide de la pornographie à petit budget.

    c’est comme quand tu dis Apocalypse Now, "Coppola"
    bin ouais, mais derrière, y’a Milius

    bref, je m’égare,
    je vais finir par citer un Taxi Driver dégénéré, Lucio Fulci, énorme poète
    New York Ripper

    quand j’avais cet âge-là, je savais que j’échappais aux tribunaux

     

    • « à 14- 15 ans, ce n’est pas de la pédophilie,
      les gamines savent très bien ce qu’elles font, »
      C’est un problème complexe et il faut commencer par raisonner sur des bases un minimum solides. Or votre phrase d’introduction mérite d’être interrogée. On pourrait tout aussi bien dire, ce qui changerait l’angle d’analyse, que c’est un âge où il est possible de savoir ce que l’on vous fait. Et si l’on poussait à l’extrême, on pourrait dire aussi qu’une femme qui est violée ... le sait peut-être ! Et donc ? En d’autres termes, savoir est une chose et consentir une autre. De même que l’on pourrait dire qu’un adulte sait a fortiori ce qu’il fait aussi. En termes de responsabilité, faudrait donc voir à élargir un peu la focale pour répartir logiquement les charges. Bref, c’est un sujet on ne peut plus sérieux et il serait bien ici pour en parler de se concentrer sur le sujet plutôt que de balancer comme à l’accoutumée pléthore de références cinés. En soi c’est bien mais là c’est un peu léger.


    • Entièrement d’accord avec Palm Beach Post Cult
      J’ai eu 20 ans en 1980. De 18 à 30 ans (et plus) j’ai eu beaucoup d’occasions avec de très jeunes filles de 13 à 16 ans exactement (j’ai succombé à quelques unes), et croyez-moi certaines savent être TRES persuasives (et certaines mamans itou).
      Mais là on est quand même sur un autre plan que de tripoter ou violer des gamin(e)s de 5 ans !


    • " 14-17 ans l’âge enragé " (chez les filles) d’après Céline (Maudits soupirs pour une autre fois) .


    • C’est une excellente ligne de défense @TeddyTed. En effet, un type pourrait très bien prétexter pour se justifier et le fait de la puberté et celui qu’une petite allumeuse l’aurait bien chauffé, ah la garce ! On va bien finir par y arriver. C’est dans la droite lignée et la suite logique des inversions accusatoires qui justifient tous les dérèglements, et ce à tous les niveaux. Et puis il y a aussi le fameux « il y a plus grave ! ». Après, personne n’est dupe du côté bouc-émissaire à l’égard d’un homme dont l’âge peut évidemment laisser plus qu’à penser qu’il est devenu inoffensif quand d’autres toujours en activité ne sont pas inquiétés, ceci expliquant sans doute pour une large part cela.
      P.S : Loin de moi bien sûr le fait de mettre sur un même plan une enfant et une adolescente, j’entends en termes physiologiques. Imaginez un lycée sans vie sexuelle, la vie serait bien triste ! :-) Mais bon entre élèves c’est tout de même autre chose. Quand même, merde !


    • ... vous basez votre jugement sur des films ?!

      Ok....


    • #2357201
      le 05/01/2020 par Palm Beach Post : "Cult !"
      Affaire Matzneff : vers le procès moral du Tout-Paris post-68 (...)

      @ Eric

      la gamine qui s’habille en pute, elle sait très bien ce qu’elle fait
      c’est un âge où elle teste teste les limites
      où elle échappe progressivement au contrôle parental
      (quand il y en a un) pour devenir une femme
      où ça va être pire encore

      et si je cite du Cinéma, n’en déplaise à certains,
      c’est parce que ça cadre de l’incadrable,
      c’est un très bon exemple

      Jodie Foster, loin d’être une demeurée,
      savait très bien ce qu’elle faisait, dans Taxi Driver
      elle vient s’en plaindre des années plus tard

      c’est même honteux,
      parce qu’elle renie un chef d’oeuvre
      elle pense que son petit nombril est plus important

      on ne voit pas ça avec Pam Grier


    • Et ça recommence ! Ne racontez pas non plus n’importe quoi @Palm Beach ! On ne traite pas d’un problème général avec des exceptions, fussent-elles non négligeables. Que des filles s’habillent en pute ne justifie rien ! Et citation pour citation (comme je vous l’ai dit ça ne pose aucun problème, simplement il ne faudrait pas s’en tenir à ça vu la nature du sujet, c’est un peu court), c’est Camus qui disait à juste titre : « Un homme, ça s’empêche. ». En terme de responsabilité, ça me paraît plus digne.


  • Que Macron accompagne le mouvement #metoo en choisissant l’ouverture d’enquêtes judiciaires concernant les vieux pédophiles notoires, cela peut se voir aussi comme une diversion : le moyen de focaliser l’attention médiatique, de se protéger contre toute accusation de collusion et de partialité dans le débat. Jusqu’à ce que l’un de ceux qui aujourd’hui sont conduits à Canossa lève le doigt, et interroge sur l’étonnante complaisance dont bénéficie Mme Auzière qui a bel et bien séduit un gosse de 14 ans, puis couché avec vers 15 alors qu’elle en avait trente neuf. Macron était effectivement la victime comme l’a expliqué le psychiatre italien, il a épousé son abuseuse, certes, mais l’abus est-il couvert par le mariage ? Dans les médias on nous a montré des photos de jeunesse du président où la différence d’âge n’est pas si troublante, parce que Macron paraissait avoir 16 ou 17 ans plutôt que 14. Au moins une photo existe pourtant sur le net qui les montre ensemble et de près dans un petit groupe de personnes, elle comme une femme de trente cinq-quarante ans, affirmée, avec l’allure d’un prof, de quelqu’un qui est à son affaire dans ‘la situation’, en conversation avec d’autres adultes, & lui juste devant elle, bien plus petit de taille, le visage encore un peu poupon, dans mon souvenir, l’air un peu perdu ou interrogateur fixant le photographe.. Alors poursuivre le vieux vampire parce qu’il a beaucoup pêché d’orgueil et abandonner la vieille goule à l’impunité de son inconséquence ? Qu’est-ce qui se passera si l’un de ceux qu’on accuse décide de passer à l’offensive sur ce terrain ?


  • Doucement, en France, on commence à dire que la pédophilie existe et que c’est mal...
    sont ce là les ridules de surfaces provoquées par la guerre contre ce fléau à laquelle se livre Trump aux staitss ? N’oublions pas que ce qui se passe en Amérique arrive toujours en Europe. Pour le moment on parle pas de l’affaire epchtaillne, le procès est pas encore commencé, et on en entendra probablement pas parler quand il commencera, mais pourtant on en parle et le mènstrim a pas le choix : faut laisser passer un peu des infos, faut s’indigner et même faire tomber quelques pervers de temps en temps, des goilles évidemment, mais cette affaire epchtaillne va faire tomber le réseau pédophile du maussade et un réseau, c’est international...
    Quand un tombera, les autres tomberont : rigolade, banquet, sangliers...


  • Le "Nuremberg" des soixantehuitards aurait-il commencé ?

     

  • Un procès exemplaire pour un gars (degueulasse au demeurant ), qui va payer pour tout les autres... Ainsi la poussière sera poussée sous le tapis pour un bon moment... Et les plus sales pourront venir à la tv ou a la radio ou aller au Maroc ou en Thaïlande sans vergogne et venir apres nous donner des leçons de morale... Comme quoi il faut différencier l’homme de son œuvre. Mdr. Ceux qui leur donnent la parole son aussi coupables...honte à eux.. Que ce mec soit jugé ok...mais que tout le monde y passe. Les noms sont connus de tous...


  • ré-écouter émission soral répond 15e fournée sur les baby-boomers.

    https://www.egaliteetreconciliation...


  • Mai 68,

    Les grands petits chefs de Mai 68,Cohn Bendit,Geismar,Krivine...
    et les Grands Chefs de Mai 68,la Banque,la CIA,et la Communauté ,
    relayés par l’Intelligentsia du Monde,de L’Observateur de Jean Daniel,
    de l’Express de Servan Schreiber,...ont réussi parfaitement leur objectif .
    La Destruction d’une Nation !
    Avec Macron ,les derniers lambeaux d’une bourgeoisie aux abois,
    s’accrochent à la Communauté qui l’a éliminée !
    Les Français sont des Palestiniens qui s’ignorent .
    La pédophilie est inscrite dans les gênes du système,
    C’est à dire la destruction de l’enfance et de la vie .

    .

     

    • Une nation n est jamais detruite, sinon cela ferait 25 ans que la Russie n existerait plus, or c est devenue - grâce en grand partie à Poutine, mais pas que... - la nation la plus puissante du monde en technologie militaire, loin devant les USA...


  • Matzneff, Cohn-Bendit, Polanski... Ce n’est pas la même limonade ! Est-ce volontaire de tout confondre ; pour que l’on ne comprenne plus rien ?
    Déjà, le mot pédophilie est impropre pour Matzneff ; c’est un éphébophile revendiqué, et ce n’est pas du tout la même chose que Cohn-Bendit qui lui est un pédéraste (5 ans ou 14 ans, cela n’a RIEN à voir !).
    Quand à Polanski, nous sommes sur un tout autre registre ; celui du viol.
    En parallèle à cela, il y a notre ancien ministre qui vit tranquillement après s’être fait surprendre dans une partouze avec des petits garçons à Marakech, Jack-Lang qui est passé à travers l’horrible affaire du Coral, et le petit Mitterrand qui publiait alors qu’il était ministre de la culture (sic !) un livre où il racontait ses voyages en Thaïlande afin d’avoir des relations sexuelles tarifées avec de jeunes garçons ("au-dessus de 14 ans c’est dégueulasse")...
    Et là, la doxa va s’en prendre à Matzneff après que l’une de ses anciennes très jeunes maitresses regrette leur histoire passée.
    Pourtant :
    https://www.youtube.com/watch?v=4jZ...
    Et pendant ce temps, combien de jeunes filles ont abusé de la puissante attirance que génère leur insolente beauté sur des hommes éperdument amoureux jusqu’à les rendre malheureux perdus et fous avant de les abandonner ?

     

    • Non. Matzneff est un pédéraste (ou éphèbophile) et Polanski aime les jeunes adolescentes (c’est le plus normal de la bande à mon sens) mais Cohn-Bendit lui, c’est de la pédophilie (5 ans !)...
      Que tout cela soit mis sur le plan - comme tu le soulignes - c’est effectivement un non-sens, donc suspect.


  • Pour ceux qui disent qu’à 15 ans, une fille n’est pas une enfant et sait ce qu’elle fait, que c’est une calculatrice, une fille en bref.
    Parlons des garçons. En voici un, 15 ans, actuellement soigné en HP.
    https://www.midilibre.fr/2019/12/26...
    Ce garçon avait perdu son père ; il ne surmontait pas ce deuil. Il a été facile au pédophile de le "convaincre", quand son chagrin s’est traduit en problèmes de comportement, puis en fugue.
    Pourquoi ne s’est-il pas enfui une fois saisi dans les griffes de l’autre ? Parce qu’il avait été abîmé, trahi dans sa confiance, et se sentait coupable. On croit trouver un père, on trouve un maq ; et on s’en veut.
    Il faut traquer les pédauds. Matzneff a surfé sur l’indulgence de son époque, comme sur sa notoriété. Il est loin d’être le pire, n’a tué personne, au moins physiquement. Ni enrôlé personne dans la prostitution. Ni appelé à violer/insulter/moquer/mettre à feu tout un pays, le monde entier si possible. Les autres l’ont fait.

     

    • #2357207
      le 05/01/2020 par Palm Beach Post : "Cult !"
      Affaire Matzneff : vers le procès moral du Tout-Paris post-68 (...)

      "Pour ceux qui disent qu’à 15 ans, une fille n’est pas une enfant et sait ce qu’elle fait, que c’est une calculatrice, une fille en bref."

      tu donnes la réponse dans ta question, dans ta phrase, dans ton égarement

      tu mélanges des affaires criminelles avec ton propre cas
      explique ton cas, simplement


  • La génération pervers ( Libération sexuelle ) missionnée pour détruire les barrières morales, qui était hier représentée en majorité par des hommes et aujourd’hui portée par les femmes avec le pseudo féminisme.
    Ce sont les féministes qui termineront le travail de la légalisation de la pédophilie , et comme toujours ce sera fait avec les mots : " liberté , amour , égalité , droit etc..."


  • #2356879

    Au début des années 80 j’ai lu "Le Continent Maudit" de Jack thieuloy, celui ci faisait la route en afrique avec un petit amant en dessous des 10 ans, dans le livre il en parle tranquillement, et je ne me rappelle pas que cela ait fait grand bruit.

    C’est bien la mentalité gauchiasse qui régnait en maitre à l’époque.

     

  • #2356982

    Pas seulement Paris.
    Pas seulement depuis 68

    Mais la République depuis toujours.
    partout où elle est allée.

    Ou Mirabeau, Sade et Gide n’ont jamais existé.

    La République (laïque) c’est l’hérésie au service du vice et le vice illustrant l’hérésie :

    - l’hérésie car la créature (l’Homme) est l’égal du Créateur (Dieu), dieu avant Dieu.
    - le vice car s’affranchir de Dieu Qui est le Souverain Bien, c’est se mettre sous la tutelle du vice.


  • Pour ceux qui n’ont pas l’intention d’acheter le livre de Vanessa Springora, cela vaut la peine de lire le premier chapitre du livre disponible sur internet.
    Très surprenant. Ce chapitre donnerait presque des circonstances atténuantes à l’ogre qu’est Gabriel Matzneff.

    Par ailleurs en ce qui concerne l’emprise de certains hommes d’âge mur (et très cultivés) sur des jeunes femmes, qui s’est jamais indigné dans la presse française des relations de François Mitterrand avec Anne Pingeot (excepté pour des raisons de finances publiques) ? Selon la chronique, ils se sont rencontrés à Hossegor en 1962, elle avait 19 ans, lui 46.
    Lors de la publication des lettres que FM lui avait adressées, Anne Pingeot avait tout de même fait de pudiques remarques sur sa vie en grande partie volée.


  • #2357008

    Maintenant que le mal est fait, et je ne pense pas uniquement aux questions de pédophilie, on peut hypocritement faire le procès médiatique de quelques icônes soixante-huitardes mais c’est trop tard (même si justifié). C’est la version duale de l’hommage (prophétisé par Soral) qui sera rendu à JMLP quand il aura passé l’arme à gauche. Trop tard.
    Sur la pédophilie proprement dite, j’ai bien peur que son traitement futur ne vaille pas mieux que celui du racisme par Touche pas à mon pote et consorts. On va en voir (voire en mettre) où il n’y en a pas et gripper toujours plus la société en substituant l’habitude et le bon sens par un politiquement correct insupportable, tandis que les vrais dégueulasses resteront bien protégés.

     

  • Les gueule de caves de Sartre, Bruckner, Gluck père. Physiquement, ces idoles de boomers sont répugnants.

    Dans La Princesse et le croque-notes, excellente chanson, Brassens regrette d’avoir résisté aux avances d’une fille de 13 ans, son cœur étant déjà pris par une grande.

    Sujet délicat car non uniforme. Un africain mature vers 10 ans, après c’est fini. Un européen du Nord vers 15-16, d’où sa faculté de développer son imagination, et toute le génie qu’ on lui connaît.

    Ça sert aussi à ça le métissage, l’invasion migratoire, brouiller les repères, les identités, les lois, les morales d’un pays, sous couvert du droit l’homme, et des enfants à être libre.
    On se souvient de cette africaine de 11 ans jugée comme consentante d’un rapport. Juge corrompu ou bonne foi ?

    Pas politiquement correct, mais un mélange ethnique trop prononcé est un facteur de chaos. Les chinois et les juifs, que je sache, ne se métissent pas trop.

    Je suis pour un procès, Matzneff peut-être aussi. Les vrais autorités doivent se mouiller aux agapes. Gaby n’est pas un lâche, n’a rien à perdre, est joueur.

     

    • "Un africain mature vers 10 ans, après c’est fini. Un européen du Nord vers 15-16, d’où sa faculté de développer son imagination, et toute le génie qu’ on lui connaît."
      Faut pas déconner où alors t’as jamais grandi pas trop loin des cainfs. Ça veut dire quoi mature à 10 ans ? Non parce que j’avais dans ma classe des blonds qui tapaient déjà des grandes tailles quand j’étais au collège, presque comme certains profs, pourtant ils avaient bien un visage et une mentalité de gamin, pareil pour les africains. Après c’est sur que les maliens ou tchadiens peuvent pousser vite, mais quid du gabonais ou du namibien ? Être mature, c’est être plus grand ou plus fort (bah oui, tout ceux qui ont fait du sport de contact savent que les grands quilles sont encore plus faciles à bouger que les petites, suffit de balayer bas, parole d’un gars qui a bétonné son côté droit au foot contre des ailiers, souvent renois, très rapides mais avec zéro équilibre et réflexe.). C’est être plus intelligent ou plus réfléchi ( un bon instinct ça résout les problèmes simples en deux gestes, quand c’est complexe faut réfléchir du coup, ça fait appel à d’autres mécanismes du cerveau) ? C’est avoir un sens des responsabilités et une volonté d’aller de l’avant ou la capacité à endurer pour survivre ?

      Bref, ça me semble encore être un cliché de soixante-huitards ça aussi, d’européens de l’Ouest même, et c’est très inquiétant (pas pour le délire raciste, ça je m’en tape, mais pour l’estime de soi et de son peuple, vous faites autant flipper que les mecs qui fantasment sur le sexe interracial et le métissage... vraiment, vous me faites penser à ces gens qui croient que l’humain parfait serait métisse, à cheval entre l’africain et l’européen... Bref, les extrême-orientaux se marrent en nous mettant 20 points de qi avec des championnats lycéens de sports de combat et une future avance technologique, et eux, ils s’en branlent de la maturité des autres, freinent l’immigration, s’occupent d’eux-même et c’est pour ça qu’ils prospèrent...).

      J’ajouterai que c’est nous qui avons rasé le palais d’été et pour la Japon, t’as déjà des endroits interdits aux européens car on serait inférieurs, ça présage de bonnes retrouvailles tout ça...
      (et avant que kikoojap arrive, quand tu considère que la gaijin - non-japonais - est de naturel impoli et sale, c’est de l’infériorisation ni plus ni moins, ça sert à rien de se cacher derrière des prétexte, moi aussi j’aime bien le japon c’est pas la question)


  • On aime ses écrits, donc y’a rien la ?
    Ça se tient. Bien sûr, il en va autrement quand il est question de sa propre fille...

    Laisserez vous faire ? J’ose espérer que non. Tout le reste n’est que balivernes imbéciles et dégénérés.


  • Matzeneff s’en tirera haut la main : la pédophilie a ses plus beaux jours de gloire devant elle.

    Pourquoi ? Tout ce brouhaha autour d’Epstein et Cie donne aux vrais antisémites traditionnels l’occasion de hurler leur revanche, et c’est justement là que le système les attend. De la même manière qu’on vient de constater statistiquement et par le portrait robot du militant type que l’antisionisme ou la critique du gouvernement israélien rassemble les mêmes personnes qui applaudirent l’Holocauste, et que par voie de conséquence toute expression antisioniste est assimilable à de l’antisémitisme désormais, c’est par la même inférence logique statistique à partir de l’analyse des clientèles que l’antipédophilie compulsive sera déclarée une forme particulièrement virulente d’antisémitisme sans doute encore plus mortelle que le nazisme lui-même, car voulant ramener le temps des chasses aux sorcières et aux déviants du temps du Christianisme triomphant, donc des pogroms.

    On dira bientôt que si l’antisionisme est la porte d’entrée qui mène graduellement à des formes d’antisémitisme plus classiques et à l’idée que sans doute les victimes de la Shoah l’avaient bien cherché, l’antipédophilie est le stade suprême de cet antisémitisme, car visant non même plus la personne des juifs mais l’âme juive dont il existe un morceau en chaque humain digne de nom. On fera remarquer en tant que preuve plus concrète à l’appui que tous les grands leaders de l’antisémitisme, comme le sinistre Alain Soral, comme sa maîtresse Marion Sigaut, sont aussi de grands pourfendeurs des relations amoureuses enfant-adulte, les plus nobles de toutes quand leur intention est pédagogique.

    La France, fille aînée d’Israël, sera érigée au rang de refuge mondial des pédophiles tout comme Israël est celui des juifs proprement dits, tout pédophile où qu’il soit dans le monde sera déclaré citoyen français par défaut et malade de haine de soi s’il n’aime pas la France macronienne et bruxelloise.

    L’antipédophilie sera érigée au rang de délit d’antisémitisme si sérieux qu’elle dépassera en horreur l’accusation de meurtre rituel aux yeux du B’nai B’rith et que la pratique de la pédophilie absoudra tous les péchés de racisme voire d’antisémitisme vulgaire, le pédophile ayant une âme juive qui se cherche.


  • Tant pis, j’ose le dire, à tous ceux qui prétendent qu’une fille de 13, 14 ou 15 ans sait très bien ce qu’elle fait, la bougresse ,et qu’elle ferait tout pour séduire et entraîner un pauvre monsieur de 50 ans, par exemple, au hasard, dans son lit, qui lui, ne saurait donc pas ce qu’il fait, et bien j’hésite entre le rire et la pitié, voyez-vous, ceux qui disent cela n’ont sûrement pas d’enfants, ou en tout cas pas de fille ou n’ont jamais eu cet âge ! Au fait, finalement je choisis la pitié.


  • Matzneff c’est aussi des filles et des garçons de 10 ans abusés ; des réseaux (à l’occasion…) ; ce livre est juste l’arbre qui cache la forêt ...pourquoi le soutenir ? c’est curieux...

     

    • Bah, du moment que l’on écrit les menus de chez Fouquet, l’on bénéficie d’un joker.

      Ouvriers, ne tentez pas le coup... encore une fois, la vraie lutte des classes, la voilà.

      Ceci echappe totalement au milices rouges, qui, n’en doutez pas, se complaisent a lire ce dépravé.

      Après, ça se lamente sur la fin de la civilisation... une vraie joke.


  • #2358834

    Le chroniqueur Christian Rioux du journal Le Devoir (Montréal) abonde dans le même sens. Je vous recommande la lecture de son billet du 3 janvier :
    https://www.ledevoir.com/opinion/chroniques/570072/jouir-sans-entraves


Commentaires suivants