Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Aides à la presse : le syndrome de la sidérurgie

Ce n’est pas en freinant par tous les moyens le processus de destruction d’un modèle condamné qu’on évitera sa disparition. Au contraire. Si la presse ne veut pas se transformer en haut fourneau abandonné, elle doit se réinventer.

À quoi servent les milliards d’euros dépensés par l’État pour soutenir la presse écrite ? A rien ou presque. C’est en substance la conclusion du rapport de la Cour des comptes rendu public le 12 février sur les aides publiques diverses et variées à la presse écrite.

Le document est titré : « Une occasion de réforme manquée » [PDF]. Il est presque passé inaperçu. Les médias en France ont des réflexes corporatistes bien ancrés. La presse écrite est malade, elle est tenue à bout de bras à coups de milliards d’euros d’argent public, mais mieux vaut ne pas trop en parler. Surtout quand dans le même temps l’État cherche désespérément à réduire ses dépenses.

Pas touche donc aux 5 milliards d’euros distribués entre 2009 et 2011 selon l’estimation de la Cour des comptes. « Dicté par l’urgence, ce plan n’a pas obtenu les effets escomptés, ni permis de corriger les faiblesses de la politique d’aide à la presse qui se caractérise par un système de “guichet”... », écrit la juridiction.

Par exemplaire diffusé, les aides se montent à 48 centimes pour L’Humanité, 29 centimes pour Télérama ou Le Nouvel Observateur, 27 centimes pour Libération, 23 centimes pour L’Express, 19 centimes pour Le Monde, 17 centimes pour Le Figaro, 16 centimes pour Les Échos et même 15 centimes pour Elle et 10 centimes pour Télé 7 jours ! Et France Soir avant sa mort avait battu un record avec 50 centimes d’aide par numéro.

Et tout cela, sans compter avec des aides indirectes comme, par exemple, les achats massifs de quotidiens nationaux par Air France. Ils représentaient en 2011, selon l’OJD, 14% des ventes de Libération, 12,5% de celles des Échos, 11,7% de celles du Monde et 10,2% de celles du Figaro.

Des aides inefficaces, coûteuses et qui ont des effets pervers

Pas étonnant donc si la presse écrite en France est la plus aidée en Europe... avec pourtant une diffusion parmi les plus faibles.

Lire la suite de l’article sur slate.fr

Plongez dans le milieu de la presse avec Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

11 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Nan, faut aider. C’est sympa les images sur le papier toilette.

     

  • Comment nos impôts engraisse encore plus les banquiers et marchants d’arme avec une presse sous contrôle oligarchique !


  • #338035

    Les journaux ne font plus de l’information mais de la propagande. Ils existent maintenant rien que pour ça. Normal que ceux qui veulent y voir présenter certaines idées les financent.
    Tant que c’est la pub et les milliardaires qui les possèdent pas de problème. Si les gens sont assez stupides pour se faire laver le cerveau en payant c’est leurs affaires.
    Mais que le gouvernement s’en serve avec nos impôts pour faire sa propagande vicieuse et viciée, alors là non !


  • #338056

    Le papier ne refuse pas l’encre, l’impression impressionne, la mer est entrain de s’ouvrir, le monde du cinéma et des comptes de faits d’un côté et l’autre, virtuel donc possible. Marine était très bonne hier soir devant tous les faux culs charognards, y a queque chose qui monte et queque chose qui descend..............


  • #338168

    "Aide à la presse"ou comment l’umps entretient sa doxa..."libération,le figaro"etc,ou comment rotschild et dassault tapent dans l’argent public à tous les niveaux en toute impunité(l’un encaissant ses intérêts sur la dette,l’autre vendant des armes aux états)tout en faisant sponsoriser leurs torchons respectifs par nos impôts !Quelle époque,espérons que Jesus et le Mahdi ne vont pas trop tarder,c’est insupportable...Féthi


  • Pourquoi aider des journaux que les gens ne veulent plus lire ?
    Ah oui parce que cette presse doit continuer d’exister telle qu’elle est pour raconter des conneries dans la ligne politique "Gauche/Droite les autres c’est des fachos".
    Si on arrêtait cette mascarade faudrait aller chercher des journalistes au chômage interdit de travail, mais en 6 mois les politiciens standards se retrouveraient recouverts de goudron et de plumes.
    Aîe, c’est le début de la fin pour les mafieux en costard ?


  • Que des miliardaires se payent "des journaux et des bordels"..aussi immoral soit-elle et faute de mieux,c’est la loi du marché !
    Ces torchons leur ressembleront tellement que les scribouilleurs y exerçant pourront s’habiller en danseuse sans qu’on y remarque une faute de goût !!

    Mais que le contribuable passe derrière pour allonger une partie du plan de financement,cela non !!!!

    Surtout quand on connaît la "pluralité" du discours ambiant..le même partout !

    La presse n’est qu’un outil de propagande au service des puissants et payer par ceux là même qui ne la lisent pas !

    5 millards ?....Donnez le tout aux HLM.. !!!!!


  • #338918

    Désolé pour les buralistes et les marchands de journaux, mais que la presse écrite pourrit crèvent, ça lui fera les pieds ! Qu’elle crève et bon débarras ! ça s’appelle la justice immanente, vous vous êtes acoquiné avec les immondes de ce bas-monde ; et voilà ce qu’il va vous en coûter. Rien que l’idée d’imaginer Laurent Joffrin en retraite anticipé, ne passant plus qu’une fois l’an à la T.V. ... ça me remonte le moral.


  • #339304

    halte au financement public et obligatoire de la propagande du NWO !
    c’est curieux Bruxelles refuse que l’état aide les entreprises industrielles en difficultés
    mais ne s’oppose pas le moins du monde au financement public des journaux tous clones et insipides les uns des autres qui rabâchent la même pensée unique celle du gouvernement et des médias dominants qui nous inondent de désinformations et mensonges et qui sont en vérité les organes de presse de l’état (façon de parler l’état n’est plus souverain il est à la botte des usuriers mondiaux et du NWO) !
    qui dirige libération : un banquier affairiste
    qui dirige le figaro : un marchand d’armes institutionnel
    ...dit moi qui tu lit je te dirais qui te manipule !


  • #339692

    En sus des aides directes et d’une TVA avantageuse, il ne faudrait point oublier le fameux abattement de 7500 euros pour les journalistes.
    Ces mêmes plumitifs vantent le le système libéral à longueur de colonnes et fustigent les avantages de certaines professions.
    Cherchez l’erreur