Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Allemagne : Frauke Petry en difficulté au congrès de l’AfD

La base ne veut pas entendre parler de dédiabolisation

Ce samedi, les délégués de l’AfD ont refusé de voter la proposition de motion de la chef de file, qui invitait à prendre position contre les partisans de la ligne dure. « C’est une erreur », a déploré la présidente du parti de la droite radicale.

 

Pour la chef de file de l’AfD, l’échec s’annonce total au congrès de Cologne, qui se tient samedi et dimanche. Les délégués de l’Alternative für Deutschland ont refusé de discuter et de soumettre au vote sa proposition de motion sur le « futur » du parti. Elle y invitait les responsables de l’Alternative für Deutschland à prendre position clairement contre les partisans de la ligne dure, qui nuiraient selon elle à l’image de l’AfD. Elle espérait proposer « une option réaliste » pour accéder « au pouvoir en 2021 ». Plus radicale et méfiante, la base a refusé de choisir. « C’est une erreur », a-t-elle déploré.

[...]

Au micro, Jörg Meuthen, co-président du parti, a poursuivi l’offensive. Au terme d’un discours virulent et applaudi par la salle, où l’économiste s’est inquiété que les musulmans représentent un jour « la majorité de la population en Allemagne », il a récusé la « bipolarisation » du parti entre réalistes et radicaux. À l’entendre, c’est Frauke Petry qui aurait menacé l’unité du parti en cherchant à en exclure certaines voix. Bien qu’absent du congrès, le sulfureux leader de Thuringe Björn Höcke était encore au centre des préoccupations. Petry souhaiterait l’exclure après des propos polémiques sur la culture du souvenir en Allemagne.

[...]

Les délégués de l’AfD se sont plongés samedi dans un débat sur leur programme : contre l’immigration, contre l’islam, euro-critique, anti-impôts, dénonçant les théories du genre dans l’éducation…

À l’extérieur de l’enceinte du congrès, des milliers de contre-manifestants ont fait entendre leurs protestations contre la droite radicale de l’AfD. Quelque 50 000 personnes ont défilé, sous haute présence policière, dans les rues de la ville. [...] 4000 policiers ont été mobilisés pour éviter les violences. Samedi, deux d’entre eux ont été blessé lors d’affrontements avec des militants d’extrême gauche.

Lire l’article complet sur lefigaro.fr

 


 

Pendant que la droite nationale allemande réglait ses comptes à l’intérieu et qu’à l’extérieur l’extrême gauche défilait comme d’habitude avec la bénédiction des autorités, l’agence Reuters indiquait que des milliers d’ex-talibans pouvaient avoir migré en Allemagne, au bénéfice de la politique d’accueil tous azimuts de la chancelière Merkel et des milieux d’affaires.

Actuellement, selon le Spiegel, 70 Afghans font l’objet d’une enquête fédérale et 6 d’entre eux sont en détention préventive. Faisant volte face devant les grognements de la population, Merkel a accéléré le rythme des expulsions de migrants d’origine afghane, malgré la situation de guerre civile sur place.

Selon elle, un demandeur d’asile afghan sur deux voit son dossier accepté (source L’Orient le jour).

- La rédaction d’E&R -

L’Allemagne et son passé qui terrorise encore les élites,
lire sur Kontre Kulture

 

La percée nationaliste de l’AfD, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

4 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • L’Allemagne va t’elle renaître de ses cendres ? Actuellement elle n’est que le "pion"du système mondialiste qui l’a "perfusé " après 45 pour devenir le premier chien de meute européen , qui trace la route pour les autres .
    A l’instar des autres pays européens, le désir de rébellion contre cet ordre mondial établi est palpable , mais la liberté aura un prix très cher à payer pour les peuples , si ils ne sont pas " matés " avant par les maîtres ,...à suivre


  • #1708561

    La dédiabolisation est une impasse car pour être adoubé par le système, il faut être à son image. Le moindre écart est fatal, autant se saborder ou le rejoindre.


  • Le terme de dédiabolisation est diabolique. Il penche dans le sens de l’ennemi, en admettant que cet ennemi croit au diable et que le diable, c’est soi-même et non l’ennemi.
    Proposons le barbarisme "débelzébuthization", en english, bien sûr, de la France évidemment, de l’Allemagne éventuellement (pays outrageusement calomnié et exploité depuis plusieurs décennies). Ca tape mieux, ça désigne mieux, on sait où on va.
    En politique, la mollesse et le compromis, voire la trahison des meilleurs ou des plus affirmés ou des plus en colère (persécutés), ne sont pas de mise en 2017, même comme calcul électoraliste. Celui qui parle franc et vrai sera écouté. Voir d’ailleurs l’audience de E&R. Les autres, on connaît, on zappe. Au cellier avec les souris.

     

    • #1708826

      Comme le disait Che Guevara" Le compromis est le marche pied de la trahison", et il avait raison car on ne peut prétendre faire tomber un régime on essayant de se faire accepter par celui-ci, pour être accepté par un système qui nous rejette il faut devenir comme lui.