Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Amber Heard déclarée coupable de diffamation : les menteuses de MeToo enragent

Les jurés du procès opposant Johnny Depp à Amber Heard, qui s’accusaient mutuellement de diffamation, sont parvenus mercredi 1er juin à un verdict. Les sept membres du jury ont répondu « oui » à la question de savoir si le titre et deux passages d’une tribune, publiée en 2018 par Amber Heard, contenaient des propos diffamatoires à l’égard de Johnny Depp, selon la lecture de leur décision. Le jury a octroyé à l’acteur 15 millions de dollars de dommages-intérêts. En clair, les sept jurés ont estimé qu’Amber Heard avait émis des fausses déclarations en se décrivant comme victime de violences conjugales, et qu’elle avait agi « avec une intention malveillante ». (Le Point)

Elle a menti. Elle a tellement menti que sa montagne de mensonges lui est retombée dessus, comme un torrent de boue. Même le détective privé qu’elle avait mandaté pour plomber Johnny Depp a fini par témoigner contre elle, parce que le parjure, aux États-Unis, c’est dangereux. Pas chez nous, on le voit avec Jakubowicz qui déclare qu’on peut mentir pour la défense d’un client, ou Darmanin qui ment comme un idiot devant le monde entier, faisant passer le gouvernement pour tordu, incompétent et minable.

 

 

Pour les menteuses féministes, Amber ne pouvait pas perdre, tout simplement parce qu’elle est une femme, c’est-à-dire forcément victime, forcément gentille, forcément souffrante, forcément honnête. Hélas, n’importe quel morphopsychologue ou personne un peu à l’écoute de l’humain peut voir le masque de vice sur le visage de cette médiocre actrice, à la fois sur écran et dans la vie. Et encore plus dans le prétoire. Eh bien malgré toutes les évidences, les propagandistes du MeToo français ont pris fait et cause pour la pleurnicharde, prouvant en cela que la vérité ou l’authenticité étaient secondaires.

« Je suis dévastée par le fait que la montagne de preuves n’ait pas été suffisante pour faire face au pouvoir, à l’influence et à l’ascendant bien plus importants de mon ex-mari. Je suis encore plus déçue par ce que ce verdict signifie pour les autres femmes. C’est un revers. Cela remet en cause l’idée que la violence envers les femmes doit être prise au sérieux. » (Amber Heard après le verdict)

Une femme se plaint d’un mec ? Il est coupable, point à la ligne. Malheureusement pour les plaignantes pro-Amber, la justice américaine est moins tordue que leurs cerveaux. Elle a donné raison à Johnny Depp dans son accusation de diffamation à l’encontre de son ex-compagne. Sur Twitter, c’est la fin du monde : « MeToo est mort », ont tweeté des femmes. Aux USA, la condamnation de la menteuse fait boule de neige :

 

 

Parce que les vraies femmes victimes de la violence des hommes ne se sentent pas représentées par Amber Heard, qui a voulu utiliser la souffrance des femmes pour son profit personnel. Cela lui coûtera 10 millions de dollars et fera réfléchir toutes celles qui voulaient s’adosser à la vague MeToo pour accuser frauduleusement des hommes de violences conjugales.
Les représentantes autoproclamées des femmes sont sur le cul, comme Sonia Devillers, la propagandiste de France Inter :

 

 

Total déni pour cette gourde qui passe son temps à dénoncer les patriotes dans son émission où Tristan Mendès est invité régulièrement pour faire la promo de sa répression antifrançaise. Qui se ressemble s’assemble, n’est-ce pas ?

« Notre parole est de se taire », conclut cette femme (qui n’a même pas le courage de mettre son nom, comme si les dangereux antiféministes allaient la frapper). La parole des menteuses, oui ! Mais personne ne demande aux vraies victimes de se taire. Le résultat de ce procès fera le tri...

 

 

Amber a fait plus de mal à MeToo que tous les salauds réunis !

Amber Heard incarne l’escroquerie féministe dans toute sa splendeur. Les féministes devraient se retourner contre elle et l’excommunier, plutôt que de s’en prendre, comme toujours, par paresse intellectuelle, aux hommes.

 

 

Le mot de la fin à une vraie victime de violences conjugales

 

 

Les mensonges d’Amber décortiqués

Comme prévu, sur E&R :

 






Alerter

90 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2969366

    Mon soutien à Johnny mais surtout en son nom il ya de milliers d’hommes victimes de ce type d’harcèlement et attaque judiciaire avec de faux témoignages , ce type de pratique à détruit la vie de beaucoup d’hommes qui n’ont pas le moyen de Johnny Deep pour se payer un bon avocat, mais de toute façon je suis vraiment content pour cette petite victoire contre la mafia du lobby sataniste féministe.

     

    Répondre à ce message

  • "Pour les menteuses féministes, Amber ne pouvait pas perdre, tout simplement parce qu’elle est une femme, c’est-à-dire forcément victime, forcément gentille, forcément souffrante, forcément honnête."

    Bien dit. Et ça me fait penser aux immigrationistes, boomers, fans inconditionnels de l’Afrique.

    Parce qu’ils sont africains (Maghreb inclus) ou du Tiers-monde en général, ce sont forcément des gens en souffrance, des gentils, forcément victimes (de la terrrrrrrible tyrannie occidentale), forcément honnêtes.. Donc forcément il faut les faire venir, car forcément on n’a pas le choix si on veut les aider.. Un dogme impossible à remettre en question, sous peine d’être taxé de racisme.

    Alors que c’est totalement faux.

     

    Répondre à ce message

  • Sur la beauté supposée d’Amber Heard.
    Certains ici la trouvent belle, d’autres moche.
    Disons qu’elle est génétiquement belle, ou le fut.
    Mais cette beauté captée par le diable a été pervertie, trahie, cognée comme par un maquereau.
    Hollywood pourrit les jolies filles et massacre plus ou moins ouvertement les femmes les plus fines de traits, les Blanches donc, généralement.
    Leurs oppresseurs sont généralement laids, mécontents de n’avoir pas reçu à la naissance le trésor véritable qu’est la finesse angélique (traits, sensibilité, intelligence supérieure).
    La destruction de la beauté se fait pas l’âge, les coups et blesssures, mais aussi la trahison de soi-même et de sa dignité.
    La personne trop cognée moralement ou vidée a un regard sans âme, une expression sans intérêt (autre que pécuniaire). Sa beauté naturelle disparaît.
    Elle devient repoussante, même très tirée, maquillée, apprêtée.
    Voilà pourquoi les actrices de nos jours sont peu séduisantes.
    Trop maquereautées. D’ailleurs elles en deviennent lesbiennes, ce qui est nouveau.
    Amber Heard n’a pas été cognée physiquement, seulement moralement, et pas par Depp. Lui paie pour d’autres outrageurs.
    Comme Heard, nombre de petites bourges se font cogner moralement. Elles avalent et recrachent la propagande agressive. En deviennent vilaines.
    Quant à ce dernier, il aurait mieux fait de rester avec sa Vanessa, pas méchante pour un sou, et assez bien élevée pour se soulager dans les toilettes, pas sur les draps.

     

    Répondre à ce message


    • Sur la beauté supposée d’Amber Heard.




      Oui, c’est une question intéressante. Mon avis est qu’il n’y a rien de beau dans son visage, qui est sans défauts mais sans beautés non plus. Ni son front, ni ses yeux, ni son nez, ni sa bouche, ni son sourire, ni son menton ne sont beaux. Elle est juste parfaitement neutre.

      Et elle semble en plus pathologiquement incapable d’éprouver des sentiments, il n’y a rien en dessous pour animer cette surface neutre et lisse. Et cette inhumanité peut être très séduisante pour certains, cette apparente autarcie sentimentale... On est fasciné par l’absence de personnalité comme attiré par le vide.

      Personnellement, je préfère un visage avec quelques défauts mais aussi quelques beautés, et une personnalité qui soit un caractère, un mélange unique de défauts et de qualités. Amber Heard, c’était un masque et un vide, et sous le masque et le vide, une fille vulgaire, très vulgaire, rien qu’une grosse plouque du texas au final.

      Mais je ne pense pas comme vous qu’elle ait été enlaidie par Hollywood, elle y est arrivée déjà laide, laide de son matérialisme, de son inculture, de son néant, de sa bande d’amis tous plus nuls les uns que les autres, et de ses distractions stupides. Et la vraie gifle assénée par Depp, c’est le concert avec son ami Jeff Beck : ce monde auquel Heard n’a jamais eu et n’aura jamais accès, qu’elle ne pouvait que mal se représenter, de très loin, comme par ouïe-dire... Heard ressemble beaucoup au personnage de Cristina du film Vicky Cristina Barcelona (2008), personnage auquel elle s’est peut-être même réellement identifiée (elle a montré qu’elle était pathologiquement mimétique).

      Je ne dis pas que Depp est un grand artiste, car quand même, il y a eu des Barrault, des Mastroiani, des Segovia, des Yepes, mais il est plus crédible comme comédien et comme guitariste que ne le sera jamais Heard dont la vraie vocation est plus de poser pour ces publicités pour les crèmes hydratantes qu’on voit dans les vitrines des pharmacies... Heard n’aura jamais rien de commun avec une Liv Ullmann ou une Jacqueline du Pré. Ce qui est bien avec le procès, c’est que chacun retourne à sa place qu’il n’aurait jamais dû quitter...

       
  • Il est surtout question de l’hypocrisie qui fait le fond d’une tendance de la domination névrotique, à nier en bloc la véritable nature féminine, si respectable, aimable, quelquefois admirable et grande, quand elle mobilise ce qu’il y a de plus positif en elle, mais qui devient véritablement superlativement ignoble quand il s’agit de son côté obscur, ce mélange de machiavélisme, d’hystérie, de malfaisance, de dissimulation, de rouerie, de méchanceté pure et sans limite aucune (probablement pour compenser l’infériorité physique.. ?). Mis à part les psychopathes qui peuvent être d’une terrible brutalité, les hommes sont rarement capables d’autant d’ignominie dans leurs rapports avec autrui.. Chassez le naturel, il revient au galop...

     

    Répondre à ce message

  • Oui Jonhny Depp n’est pas la lumière du monde, mais dans ce cas particulier il incarne l’injustice faite aux hommes, parce qu’on les met tous dans le même pannier en essencialisant et en généralisant sans distinction. Le genre humain et le monde est victime d’une telle ignorance.
    Sans porter des lunettes roses, arriver á préserver l’esprit ou une certaine conscience de l’âme, pourrait nous permettre dans ce chaos, vivre dans une réalité spirituelle qui évite de vomir les gens et les haïr systématiquement en permanance, sans pour autant, ignorer le danger et l’adaptation nécessaire du moment présent.
    À cause des énormes limitations de chacun (conscientes ou pas), le facteur confiance est une option parfois difficile. L’individuel ne rejoint pas toujours (á tort ou á raison) le collectif.

     

    Répondre à ce message

  • Dans le cul les féministes... Et c’est sûrement du vécu.

     

    Répondre à ce message

  • Amber heard salope laique gauchiste représentante des féministes lesbiennes qui véhicule leur valeur de merde pour encourager les relations sexuelle en-dehors du mariage afin de détruire la notion du mariage et de la famille ..... c’est le genre de salope qui piége les mec afin de dépouiller leur portefeuille au maximum !!!!!! bien fait pour elle , elle a perdu son procés . dans la vidéo suivantes :

    https://www.xnxx.com/video-11b12je3...

     

    Répondre à ce message

  • Et c’est un but magistral contre son camp.
    Ils sont grands, assez pour tomber tous seuls.

     

    Répondre à ce message

  • Le niveau d’aliénation, de formatage, de vulnérabilité, est tel ; que le simple fait d’être quelque chose comme une ’’féministe’’, plutôt que soi-même ; d’être emplie par les uns et vidée par les autres, avec du pré-mâché rudimentaire ; fait prendre ce qui n’est en fait que de la soumission, pour du libre-arbitre ; une idéologie pour une pensée personnelle délibérément organisée ; et pour sa parole propre ce qui n’est que l’écho de qui manipule...

     

    Répondre à ce message

  • Incroyable, ce déni de potentiel d être de vraies emmerdeuses, qui plus est démontré par des faits ! La aussi est la mesure du courage et de l intelligence d une femme.
    Ce qui n a rien à voir avec celles tombant sur l abruti qui va s en prendre à elles, convergence de choix inconscients, échos de schémas intégrés toxiques, et constitution personnelle.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents