Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Après sa charge contre le général de Villiers, le porte-parole Christophe Castaner est attaqué sur l’Internet

Décidément, le feuilleton militaire de l’été n’en finit pas. L’acte I, c’est Macron qui humilie en direct le chef d’état-major des armées (CEMA) Pierre de Villiers. Ce dernier réclamait les moyens de la défense de la Nation, ce que le jeune président de la République lui a refusé. Les moyens de la Défense française ont été amputés de près d’un milliard d’euros, à prendre sur les opérations extérieures en particulier. Or les militaires français sont à bout de forces et de... munitions.

 

Sans entrer dans la polémique habituelle sur les guerres décidées par l’oligarchie, et qui entraîne nos soldats sur les trois terrains européen, africain et asiatique, la « sécurité » des Français dans la bouche du président sonne comme un mot creux. La démission fracassante – et c’est là l’acte II – du général de Villiers, populaire dans l’armée et apparemment dans la population, a mis le gouvernement et la présidence dans l’embarras. Peut-être faut-il y voir la raison principale de la chute de popularité de 10 points de Macron, publiée aujourd’hui par les médias mainstream, dont BFM TV, qui avait pourtant soutenu le candidat En Marche ! pendant la campagne.

Vient maintenant l’acte III, avec le pauvre Christophe Castaner envoyé au casse-pipe par Macron – qui va penser que Christophe a pris cette décision seul ? – pour enfoncer le général insolent, qui a exprimé ses doutes sur la vision militaire de Macron devant les députés. Ce à quoi Macron a cru devoir réagir par une image, celle d’un président Top Gun au milieu de pilotes qui sourient... ou qui rigolent.

 

JPEG - 56.9 ko
Tom Macron Cruise en visite sur la base aérienne d’Istres

 

« À ma connaissance, s’habiller en militaire pour rencontrer l’armée, c’est assez inédit. Il faut dire que les précédents présidents, que ce soit Giscard, Mitterrand, Chirac ou même les deux derniers, avaient tous fait leur service militaire. Ils n’avaient pas grand chose à prouver à ce niveau-là » (Michel Goya, ex-conseiller du chef d’état-major des armées)

Castaner, le porte-parole du gouvernement, celui qui doit faire face à la presse pour expliquer les « réformes » et décisions impopulaires du gouvernement d’austérité d’Édouard Philippe, a eu des mots durs pour le général. Il qualifie ainsi la sortie de l’ex-CEMA :

« Le chef d’état-major a été déloyal dans sa communication, il a mis en scène sa démission »

 

Il est vrai que Villiers n’a pas attendu les deux jours que l’exécutif lui avait demandés pour avoir le temps de se retourner et de lui trouver un remplaçant, qui sera le générale Lecointre. Villiers avait diffusé une lettre d’adieu sur Facebook qui fera son effet...

Castaner lui rentre dans le lard dans une interview au Figaro le 21 juillet :

« Le départ de Pierre de Villiers n’a rien à voir avec son audition par la commission de la Défense, le 12 juillet, même si Pierre de Villiers aurait pu s’imaginer que ses propos allaient fuiter, à moins de manquer d’expérience. C’est son comportement qui a été inacceptable. On n’a jamais vu un chef d’état-major s’exprimer via un blog, ou faire du off avec des journalistes ou interpeller les candidats pendant la présidentielle, comme cela a été le cas. Il s’est comporté en poète revendicatif. On aurait aimé entendre sa vision stratégique et capacitaire plus que ses commentaires budgétaires ».

 

« Poète revendicatif », l’expression est devenue en un éclair la casserole au cul du porte-parole sur les réseaux sociaux.

Donc pour Castaner qui a l’allure rédhibitoire d’un commercial en robinetterie qui surjoue la masculinité hipster comme on l’imagine dans les agences immobilières de Châteauroux [1], poète est une insulte (et revendication aussi, pour faire bonne mesure). Je ne suis pas étonné mais je ne pensais pas que la barbarie douce et auto-satisfaite de ce qu’il est convenu d’appeler le macronisme apparaîtrait aussi vite et aussi clairement. Il va sans dire qu’à défaut d’être des généraux cinq étoiles, devant un tel abruti, nous sommes tous des poètes revendicatifs.
Sinon, c’est quoi, ta vision stratégique à toi, trou de balle ?

Castaner avait déjà été la cible de moqueries cruelles (en 2015) :

 

 

Ce qu’il y a de terrible avec un président élu par les médias, c’est qu’il ne peut que redescendre, dans le cœur des Français.

 

 

Afin de calmer les troupes, on vient d’apprendre ce dimanche 23 juillet, que le budget de la Défense allait augmenter de 1,2 milliard. Annonce du « ministre » Florence Parly dans le JDD.

 

JPEG - 192.7 ko
Florence Parly, ministre des Armées (sans jeu de mots)

 

À y regarder de plus près, il ne s’agit pas d’un cadeau à l’armée mais d’une avance sur la somme de 1,9 milliard « gelée » en 2017, et traditionnellement versée en fin d’année... Pour ce qui concerne les vraies coupes de budget, Parly a affirmé que les 850 millions en moins n’auraient « pas d’impact sur le fonctionnement des armées en 2017, notamment pour les militaires en opération ».

Notes

[1] On adore Châteauroux, le Berry, l’Envolée des livres, sinon. C’est juste les agences immobilières qui remplacent partout bistrots, cinémas et libraires qui nous agacent. Et ça ne va pas s’arranger avec les néofascistes budgétaires.

Pour défendre la souveraineté nationale,
lire sur Kontre Kulture

 

Le clash Macron/de Villiers, sur E&R :

 






Alerter

22 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
Afficher les commentaires précédents