Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Argent des syndicats : l’intégralité du rapport Perruchot

Le rapport Perruchot, du nom du député Nouveau Centre rapporteur de la commission d’enquête, a été enterré en novembre 2011 sans autre forme de procès. Officiellement, il ne pourra être publié que dans trente ans ! De larges extraits du rapport avaient déjà été édités dans Le Figaro. Le Point.fr vous le propose aujourd’hui dans son intégralité.

Le rapport visait à faire la lumière sur les finances encore très opaques des syndicats, tant ouvriers que patronaux. Son histoire n’est pas banale. Tout commence en 2007, lorsque Nicolas Perruchot, député du Loir-et-Cher connu pour avoir été le "tombeur" de Jack Lang à la mairie de Blois, propose la création d’une commission d’enquête. L’accueil est froid. Mais en 2010, le Nouveau Centre utilise le "droit de tirage", qui autorise chaque groupe parlementaire à réclamer la création d’une commission d’enquête pour rouvrir le débat.

Consternant

Tous les groupes, UMP, socialistes, Verts, se cabrent. L’Élysée aussi rechigne à chatouiller les centrales syndicales à quelques mois de la présidentielle. Mais la commission est quand même mise en place. Le rapport est rédigé. Sur les trente membres de la commission, seuls neuf participent au vote. Deux centristes votent pour, trois socialistes contre et quatre élus UMP s’abstiennent. Le rapport Perruchot, puisqu’il n’a pas été adopté, ne sera pas publié, fait rarissime pour la Ve République.

Le Point.fr, en le mettant en ligne, décide de rendre chacun juge de son contenu. Le rapport n’est pas d’une lecture facile. Il ressort tout de même que :

- Les syndicats patronaux, en dépit de leur opulence, "tapent" dans les fonds des organismes paritaires (Sécurité sociale, Unedic, formation...).

- Les syndicats ouvriers vivent aux crochets de l’État et des organismes paritaires.

- Le syndicat agricole dominant, la FNSEA, a un art éprouvé pour confondre fonds publics et militantisme.

Au total, le rapport Perruchot dresse, entre les lignes, un rapport consternant de la vie syndicale en France. À base de combines et de faux-semblants. Où l’État participe à un jeu de rôle avec des apparatchiks syndicaux qui ne représentent pas grand-chose. La France compte 8 % de syndiqués et huit "grands" syndicats.

Qui ne courent pas derrière les militants et leurs cotisations tellement il est plus facile d’actionner d’autres pompes à fric (parmi lesquelles les comités d’entreprise des sociétés publiques).

Voici ce rapport dans son intégralité (sans les annexes consacrées aux auditions)

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

19 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Bonjour

    Bon ben cela confirme ce que (presque) tous nous pensions , vu le nombre (ridicule) de syndiqués , vu comment ils nous défendent ( à coup de quenelles ) depuis 30ans ... On mange , on vote , mais ya comme un arrière gout de pisse .. va comprendre !
    Je pense qu’il va falloir démanteler , pas mal de choses ( les centrales syndicales , l’ENA ... ) , si on veut redresser le pays , tellement c’est pourri !!


  • Asselineau est formel : les syndicats sont également subventionnés par l’UE. Je n’ai que survolé ce rapport, mais il ne me semble pas qu’il y soit fait mention . De toute façon , quand on a la bouche large on peut manger dans plusieurs assiettes .

     

  • Avec tout l’argent qu’ils volent, ils pourraient s’acheter des costumes décents...

    Et je souhaite bon courage à celui va relever tous les passages intéressants de ce rapport, moi j’abandonne...

    y’a ça qui est pa mal : "Il reste que, au niveau des antennes territoriales, notamment du MEDEF et de la CGPME, il semble en aller différemment. M. Erwan Seznec a ainsi estimé, le 4 octobre 2011, qu’« une partie de l’argent de la médecine du travail est (...) détournée à travers la mise à disposition de permanents censés travailler pourcette dernière alors qu’ils sont au service du MEDEF. »


  • les syndicats sont TOUS des membres du CES, organisme UE qui a cossigné des tas de trucs très "mondialistes" (je suis en-train d’écouter Asselineau sur ce sujet . Les Syndicats sont des "jaunes" , comme on disait.


  • Les fumiers !!! Oser ainsi attaquer cette magnifique institution qu’est le syndicalisme français ! Non, j’déconne... Beau papier. Tremblez les bernards Tébo et Shrek ! Revient Krasuky...


  • dans la rubrique , " que sont ils devenus" un article edifiant sur la reconvertion d’Edmond Maire chez natixis asset management http://archives-lepost.huffingtonpo...

     

  • #103347

    Que l’on rétablisse la LIBERTE SYNDICALE ! qu’on sorte de la loi stupide qui impose le monopole syndical aux 5 centrales (CGT, CFDT, CFTC, FO ET CGC) depuis 1945 ! et là il y aura pas que 8% de syndiqués.

     

    • Bien, cher Colonel Dietrich, c’est chose faite depuis la loi du 20 août 2008, laquelle met progressivement fin à la présomption de représentativité. Il faut d’ailleurs rappeler que cette loi s’est grandement inspirée d’une position syndicale prise par le Medef, la CGT et la CFDT.


    • a Colonel Dietrich, le monopole syndical dont tu parles c’est la présomption irréfragable de représentativité, règle selon laquelle les 5 centrales syndicales bénéficient d’une représentativité automatique dans toutes les entreprises de France faisant d’eux les interlocuteurs exclusifs des employeurs ?

      Cette règle a été abrogé par la loi du 20/08/2008. Désormais, chaque syndicat doit faire la preuve de sa représentativité notamment à l’occasion des élections professionnelles.


    • #103538

      merci pour les réponses....néanmoins je constate que cette abrogation a été peu médiatisée et surtout peu efficace. depuis 2008, le nombre de syndiqués n’a cessé de chuter et on a toujours les mêmes centrales syndicales aux manettes. donc bon...y a encore du chemin à faire pour être dans le concret !


  • si les syndicats défendaient vraiment les intérêts du peuple, ça se saurait ; et ils seraient persécutés par l’état ! au lieu de ça, ils sont chouchoutés par le patronat et l’élysée..heureusement que Thibault porte les cheveux longs : ainsi, on ne risque pas de le confondre avec un ministre ou un patron ! c’est à peu près tout ce qui les différencie..


  • Plutôt étonnant que ce rapport sorte comme par magie 1 ou 2 jours après que Sarko ait à mi mot souhaité leur disparition jugeant qu’ils faisaient partie des intermédiaires néfastes entre l’état et le peuple. Encore étonnant que ce soit Le Point, magazine conservateur et réactionnaire bourgeois qui le dévoile.
    LES SYNDICATS, un bien grand mot, il y a en effet d’une part les grands dirigeants, et les militants, les élus, qui eux se cassent souvent le cul pour aider leurs collègues. Des avocats qui pourraient faire du fric dans des cabinets mais qui préfèrent bosser dans des services juridiques ou qui défendent des salariés aux prud’hommes, des salariés qui lorsqu’ils exercent correctement leurs mandats perdent toute chance d’avancement de carrière et se grillent dans leur branche professionnelle.
    On les qualifierait facilement d’idiots utiles n’est ce pas ? idiots de qui ? en tous cas bien souvent utiles, oui. Il y a en effet les planqués, les profiteurs, ce n’est pas une majorité sinon les plus visibles. Les autres bossent en général plus d’heures que leurs collègues, pour pas grand chose. Une protection dérisoire et une pression quotidienne, surtout dans le privé.
    Une chose est sure, bon nombre de gens chient à la gueule des syndicats, et dès qu’ils ont le moindre souci s’adressent à leurs élus pour avoir quelqu’un qui les défende, et adhérents ou pas, ils sont défendus.
    Alors oui, il y a les syndicats jaunes (CFDT, CGE CGC en tête de liste), et les autres, perfectibles, qui effectivement adhèrent au CES, pour qu’il y ait une coalition européenne des travailleurs, c’est critiquable à n’en point douter, et encore, le débat est un peu plus complexe que cela.
    Bien sur il y a des dirigeants qui tirent profit de leurs carrières syndicales (Nicole Notat, Blondel), ok, donc il faut détruire les syndicats, jeter le bébé avec l’eau du bain.
    Bien, une fois qu’on a fait ça, il ne reste plus rien pour défendre les salariés, que nenni à part la roublardise, le chacun pour soi, la collaboration, bref les valeurs du libéralisme.
    Sarko n’aurait pas rêvé mieux.
    En effet les syndicats n’ont jamais rien fait de bien pour vous (je m’adresse aux petits salariés, pas aux VRP ou autres petits patrons, commerciaux etc ...), par exemple c’est un avocat de la CGT qui a fait que le CNE est anti constitutionnel et qu’ils ont été requalifiés en CDI. Sympa le CNE pourtant. Ah quels enfoirés Thibaut et autres avec leurs manifs barbeuc merguez !

     

    • Le rapport PROUVE que la CGT est largement aussi pourrie que les autres.

      Etre de faux rouges ne vous empêche pas d’être de vrais jaunes.

      Tu dira a ton patron de faire la bise à Parisot de ma part la prochaine fois qu’ils dînent ensemble au club du Siècle.


    • @ Ton ton

      Le rapport fait 57 pages et mon petit doigt me dit que tu ne l’as pas lu.
      Ni l’intégralité de ma réponse d’ailleurs, ou alors c’est que t’as pas bien compris.
      Je ne suis pas adhérent à la CGT, Thibaut n’est pas mon patron, d’ailleurs, cela dit au passage il roule pas sur l’or le gars, reçoit des menaces de mort quotidiennement et a même retrouvé son chat tué, dépecé et crucifié à son portail.
      A mon avis il n’aura pas la même retraite que Parisot, ni celle de nombre de petits cadres ou agents de maîtrise qui répètent ce que dit papa ou les crétins du JT avec leur sempiternel refrain "on est pris en otages".
      Le syndicalisme je le répète est le seul rempart pour les petits salariés des grandes et moyennes PME, c’est ainsi. Alors supprimons les et tu verras ce que ça fait (à moins que t’aies une situation qui te permette de t’en passer), mais si on se tient à la ligne "gauche du travail", la gauche du travail elle n’est pas chez les DRH ou les patrons rentiers, elle est chez ceux qui se battent pour des avancements.
      Si t’as des avantages dans ta filière, cherche à savoir qui s’est battu pour les obtenir, d’ailleurs, si tu pars en vacances 5 semaines par an avec bobonne c’est grâce à qui ?

      Donc, on récapépète, les syndicats sont en effet très critiquables, il y a des magouilleurs de première et ce dans tous les syndicats lorsqu’on est à haut niveau, les élus eux et la base sont plutôt des braves gens qui ont des idéaux et se ruinent la santé pour leurs collègues.
      Bien virons les, avec les arguments de Sarkozy, et à la place, on met quoi et qui ?


  • étant ancien responsable syndical, j’ai vu comment mon ex boite arrosait de pognon par le biais d’un accord dit " droit syndical" toutes les organisations et comment elle a tout fait pour couper les vivres au seul qui les faisait réellement chier ( jusqu’a ce jour, demain je ne peux rien promettre) , le dernier arrivé a savoir SUD, le pognon coule de partout a travers les CE, les instances ou on te refile du matos ( rien qu’un forfait portable, c’est du bonus non négligeable), ayant quitté celle entreprise j’ai tenté de me faire embaucher chez Véolia transport a temps partiel, au bout de 15 jours, ils m’ont dégagé en période d’essai avec un responsable regardant ses pompes sans pouvoir me donner bien évidemment une explication et depuis 2 ans pleure le Pole Emploi car il leurs manque en permanence du monde dont des postes a 800 mètres de chez moi , j’ai même réussi a être tricard dans d’autres branches de Véolia , même pour être rippeur ( ramassage de poubelle) ils ne veulent pas de moi et font les morts lorsque je postule a un poste dans ma localité que ce soit par le Pole Emploi ou par une agence d’intérim, je n’ai bien sur aucune possibilité de prouver que cela vient du fait de mon ancienne activité, bien que le 1er responsable n’a pas contredit ma thèse lorsqu’il m’a viré, j’en conclue malgré tout que le syndicalisme semble "bienvenu" dans cette entreprise, si il est très conciliant comme j’ai pu le constater en interrogeant un délégué du personnel qui a accepté comme crédible en séance DP que ma fin de contrat était du a " un surnombre de personnel" malgré une annonce pour me remplacer le jour meme de ma fin anticipé par l’entreprise de période , bref beaucoup de vendus, peu de véritable syndicaliste

     

    • Eric si ce que tu dis est vrai, je te conseilles vivement de saisir le conseil de prud’hommes, il faut les en faire baver, ne pas laisser passer, mëme si cela demande beaucoup d’énergie voire d’argent (depuis octobre 2011 saisir les prud’hommes coûte 35 euros, même la justice part en c....), il faut les attaquer sur leur propre terrain celui du juridique....ton action en justice si elle aboutissait à une condamnation n’aurai pas plus d’effet qu’une piqure de moustique sur un mastodonte tel que Veolia mais cela pourrait te permettre à titre personnel de rendre justice....


    • @zigzag

      Je voudrais pas dire de bêtise mais les prud’homme c’est un organisme paritaire ou ce sont des représentants des des syndicats patronaux et salarié... un peu comme dans le sketch de Coluche sur la plainte contre les flics.