Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Arrêt des ventes de pétrole à la France et la Grande-Bretagne, annonce l’Iran

L’Iran met sa menace à exécution et annonce qu’il cessera de vendre du pétrole aux compagnies pétrolières françaises et britanniques.

Cette mesure de riposte à l’embargo graduel décrété par l’Union européenne sur le pétrole iranien a été transmise parle porte-parole du ministère iranien du Pétrole, Alireza Nikzad, cité par le site officiel du ministère.

Deuxième pays de l’OPEP, l’Iran produit 3,5 millions de barils de pétrole par jour et en exporte 2,5 millions.

Il vend un peu plus de 20 % de son pétrole aux pays de l’Union européenne (soit environ 600 000 barils/jour), essentiellement à l’Italie, à l’Espagne et à la Grèce. Téhéran exporte 70 % de son pétrole vers les pays d’Asie.

L’Iran a annoncé mercredi qu’il allait revoir à la baisse ses ventes de pétrole aux pays européens, sans les interrompre « pour l’instant ».

Rupture de ton

Pourtant, l’avant-veille, l’heure était plutôt à l’optimisme.

La chef de la diplomatie américaine, Hillary Clinton, et son homologue européenne, Catherine Ashton, avaient parlé d’une même voix vendredi pour saluer un courrier adressé par l’Iran. Daté du jour de la Saint-Valentin, Téhéran s’y disait prêt à reprendre les pourparlers sur son programme nucléaire.

La lettre en question, signée par le négociateur en chef iranien sur le dossier nucléaire, Saeed Jalili, a été remise mercredi à la porte-parole de la diplomatie de l’Union européenne. Il s’agissait d’une réponse au courrier que l’interlocutrice de l’Iran auprès du groupe des 5+1 avait elle-même envoyé à l’automne.

Le groupe des 5+1 désigne les six puissances qui négocient avec l’Iran au sujet de son programme nucléaire. Il s’agit des cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU - États-Unis, Chine, Russie, France, Grande-Bretagne - auxquels s’ajoute l’Allemagne.

Catherine Ashton avait pris la plume en octobre dernier pour enjoindre Téhéran à reprendre les négociations, au point mort depuis janvier 2011, en engageant « des discussions sur le fond ». Discussions que les Iraniens semblent disposer à entamer « au plus vite », écrivait Saeed Jalili, qui évoque de « nouvelles initiatives » en posant une condition : « le respect du droit de l’Iran à un usage pacifique de l’énergie nucléaire ».

Une nouvelle délégation de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) doit retourner en Iran les 20 et 21 février pour lever les ambiguïtés et répondre aux questions sur « une possible dimension militaire » des activités nucléaires de Téhéran.

Hasard ou coïncidence, le courrier iranien est parvenu à Catherine Ashton le jour même où le président Mahmoud Ahmadinejad passait à la télévision d’État pour annoncer les progrès majeurs du programme nucléaire de la République islamique.

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

14 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Maintenant ce n’est pas seulement la raffinerie Petroplus de Petite Couronne à Rouen qui va se retrouver en difficulté, mais plusieurs raffineries françaises = Des milliers de chômeurs !!

    Ne comptez pas sur le pétrole saoudien qui ne peut pas être raffiné n’importe où.
    Le pétrole iranien étant de bien meilleure qualité et aussi plus facile à traiter.

    Merci l’UMPS ... les serpillières des anglo-saxonsionistes !

     

  • Rétorsions françaises ? priver l’Iran de Roquefort ?


  • c’est pas avec ça que le prix du carburant va baisser


  • L’influence du crif va nous coûter très cher et se n’est que le début

     

  • Le danger de l’AIEA c’est qu’elle situe les scientifiques iraniens, et ensuite le Maussade les fait disparaître dans des attentats.
    Le but, quant au pétrole, c’est d’augmenter à mort à la pompe. Ceux qui ont fait des énormes stocks sur spéculations vont se faire des balosses en or.
    Or qui est capable de spéculer ainsi ? Sinon le peuple éllllluuuuuuuuuu.


  • cette décision précède ou suit la décision de swift de bannir l’iran du système des virements bancaires ? (lire le blog de jovanovic)

     

    • Voici l’article de Pierre Jovanovic : c’est, à mon avis, le noeud gordien !

      L’INFORMATION MAJEURE DE LA SEMAINE : SWIFT DEVIENT UNE ARME DE GUERRE !
      du 20 au 24 février 2012 : LA BANQUE-FINANCE EST OFFICIELLEMENT DEVENUE UNE ARME DE GUERRE DEPUIS VENDREDI... La Society for Worldwide Interbank Financial Telecommunication, SWIFT (l’organisme qui gère les virements interbancaires dans 210 pays avec 550 millions de virements par mois, ici wiki) a pondu un communiqué (lien) et l’a donné à la presse en toute discrétion en fin de journée de vendredi 17 février afin que cela passe totalement inaperçu (le jour des départs en vacances à 16 heures :-). Et Swift déclare qu’il va effacer l’Iran de ses circuits informatiques indispensables aux "voyages" monétaires. Un virement fait de Londres et qui arrive sur votre compte à Paris a emprunté les circuits de Swift. Cela veut dire quoi ?

      Si vous êtes interdit de chéquier, vous n’êtes pas pour autant exclu du circuit financier puisque vous pouvez recevoir et émettre des virements et par conséquent retirer l’argent de votre compte. En revanche, si votre banque par exemple est exclue de Swift, eh bien vous ne pouvez même plus recevoir un virement. Pour l’Iran, c’est la mort par exclusion des circuits informatiques financiers. Et c’est une vraie première. En effet, même pendant les deux Guerres Mondiales, la Suisse avait servi de point central aux banques... et aucun des pays en guerre n’a été exclu du circuit financier, pas même l’Allemagne.

      Reuters : "Swift said it was ready to block Iranian banks from using its network to transfer money. Expelling Iranian banks from the Swift would shut down Tehran’s main avenue to doing business with the rest of the world". Swift a pris cette décision à la demande des US et de l’UE... Donc attention, là vous allez voir des choses extraordinaires se passer en Iran qui ne pourra plus commercer comme avant. Cela équivaut à une mort lente de la population. Ajoutez à cela que l’Iran ne pourra plus vendre son pétrole aux pays de l’UE, et vous obtenez une situation de mise à mort d’un pays, qui n’aura que solutions : se coucher ou faire la guerre... Et vous le savez, c’est exactement ce que veulent les Américains. Lire l’info passée inaperçue... ici Swift et ici Reuters. Revue de Presse par Pierre Jovanovic ©


    • Tant que l’Iran dispose de moyens de transport, il est impossible de le mettre en faillite, c’est aussi simple !
      Les circuits financiers détournés vont s’intensifier et même s’industrialiser, au final, se seront nos économies qui exploseront, car Russes et Chinois vont s’en donner à cœur joie, les économies des pays hostiles à l’Empire aussi, bref, on ne bloquera pas ce pays ainsi, au contraire...
      L’Iran n’a ni l’intention ni intérêts à déclencher la guerre, plus le temps passe, plus il est contraignant pour les USA et Israël de demeurer dans l’attente, comme Israël s’est montré le plus en pointe sur cette affaire, ce pays a l’obligation de faire ou celle de n’être finalement qu’un misérable nabot qui se sert de l’Amérique comme paravent pour exister, il fait la guerre, il est mort !
      Il se tait, il est mort quand même, ce ne sera jamais une grande puissance !
      Stratégiquement, l’Iran a déjà gagné, et vu la tournure que prend tant les élections ici qu’au plan occidental la politique en général, ça va être difficile de sortir du goulot pour “nous”, sans laisser un membre !
      La résistance de la Libye a rendu caduc toute la stratégie atlanto-sioniste, il est impossible de récupérer d’une telle erreur, d’autant qu’avec Syrie, le phénomène s’est amplifié ! Il n’y a pas de contre-mesures valables du type des sanctions économiques qui y puissent quoi que ce soit, soit on fait la guerre du côté Occidental, soit on reconnait son effondrement, c’est terminé, guerre ou paix, le nabot dégage dans tous les cas de figure, c’est la certitude !
      Or, tout ce merdier avait pour objectif de le renforcer, sacrée patate !
      Il suffit de constater que dans sa réponse aux sanctions, l’Iran ne s’attaque pas aux économies les plus faibles en Europe, non, mais aux deux cadors... c’est pas vraiment une attitude qui marque des inquiétudes !
      La situation de guerre est plus probable que jamais dans ce contexte, car Israël est dirigé par des fous et aux USA, ce sont les mêmes qui mènent en sous-main les affaires !
      Le seul point favorable pour la planète, c’est qu’en cas de déclenchement d’un conflit par Israël, combien de temps faudra-t-il a Obama pour répliquer, ce laps de temps est plus que suffisant, pour éradiquer la menace mondiale... c’est pour cela que l’option de l’éliminer préalablement, est envisagée !
      Jovanovic se trompe, s’il y a des gens en situation de mort imminente... c’est dans nos frontières qu’il faut regarder pour les trouver, raison pour laquelle il faut sortir les mauvais !


    • Ce ne sont pas les clients qui manquent, si le Japon, "arrête" ou ralenti le nucléaire ...


  • Catherine Ashton espérait "des discussions sur le fond "mais les iraniens ont compris "des discussions sur le fion". Le traducteur est en vacances à Guantánamo.


  • MAHMOUD AKBAR ET HAKIM. Ou comment administrer une quenelle pour désintoxiquer le malade. Merci de ta miséricorde Seigneur.