Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Ash Carter fait le tour du monde pour le Pentagone avant l’intronisation de Trump

Aujourd’hui arrive en Italie le chef du Pentagone Ash Carter qui, au nom de l’administration sortante Obama, est en train de faire « le tour du monde pour remercier les troupes américaines déployées en Asie, Moyen-Orient et Europe et rencontrer d’important partenaires et alliés ».

 

Le tour a commencé le 3 décembre en Californie, où Ash Carter a tenu le discours de clôture au « Forum Reagan », qui lui a remis le prix « La paix à travers la force ».

 

 

Carter s’est ensuite rendu au Japon, où il a passé en revue les troupes américaines et rencontré le ministre de la défense Inada. Le Japon, qui contribue avec 1,6 milliards de dollars annuels à la permanence de 50 mille soldats étasuniens sur son territoire, est particulièrement important comme base avancée des systèmes de missiles américains dirigés contre la Chine dans un « but défensif » et, précise le Pentagone, est un allié « en mesure de défendre d’autres pays qui peuvent être attaqués ».

 

 

Du Japon, Carter s’est envolé pour l’Inde, devenue le second acquéreur mondial d’armes étasuniennes après l’Arabie saoudite : un résultat de la stratégie de Washington qui vise à affaiblir les rapports de l’Inde avec la Russie, minant le groupe Brics attaqué en même temps par le putsch « institutionnel » au Brésil.

Le chef du Pentagone est ensuite allé au Bahrein, où il a participé au « Dialogue de Manama » organisé par l’Institut international d’études stratégiques, influent think tank britannique financé par l’émirat avec plus de 38 millions de dollars. Intervenant sur la « logique de la stratégie américaine au Moyen-Orient », Carter a précisé que dans cette région sont basés plus de 58 mille militaires USA, dont plus de 5 mille sur le terrain en Irak et Syrie : « pas seulement pour se battre contre des terroristes comme ceux de l’EI (État islamique), mais aussi pour protéger nos intérêts et ceux de nos alliés » (raison pour laquelle les États-Unis et les monarchies du Golfe, comme il a été amplement documenté, ont secrètement soutenu Daech, conformément à leur stratégie en Syrie et Irak). Carter a accusé la Russie de ne pas combattre l’EI en Syrie, mais de n’avoir qu’ « enflammé la guerre civile et prolongé les souffrances du peuple syrien ». Il a ensuite ajouté que, comme « l’Iran continue à déployer des missiles », les États-Unis sont en train de réaliser avec leurs alliés « une défense de missiles régionale », comprenant un puissant radar au Qatar, des missiles Thaad aux Émirats et d’autres systèmes de missiles (en réalité non pas de défense mais d’attaque, étant donné que les mêmes tubes de lancement peuvent être utilisés pour des missiles d’attaque y compris nucléaire).

Du Bahrein, Carter est allé en Israël, où hier il a participé avec le ministre de la défense Lieberman à la cérémonie de l’arrivée des deux premiers chasseurs F-35 pour l’aéronautique israélienne, symbole du partenariat militaire de plus en plus étroit avec les États-Unis, « porté à des niveaux sans précédents par l’accord décennal d’assistance signé en septembre dernier ».

 

 

D’Israël, le chef du Pentagone arrive aujourd’hui en Italie, pour une visite de deux jours aux troupes américaines, stationnées ici dans le but – déclare un document officiel – de « soutenir les opérations des États-Unis et de leur coalition à échelle mondiale, dont la dissuasion à l’agression russe en Europe orientale et le renforcement du flanc sud de l’OTAN ».

Le tour mondial, qui se concluera à Londres le 15 décembre par une réunion de la « coalition anti-EI », a un but politique bien précis : réaffirmer à la veille de le remise du pouvoir la stratégie de l’administration Obama, qu’aurait dû poursuivre la démocrate Clinton, pour que restent ouverts les fronts de tension et de guerre au Sud et à l’Est que le démocrate Obama laisse en héritage au républicain Trump.

Qui a au moins le mérite de ne pas être prix Nobel pour la paix.

Manlio Dinucci

Comprendre l’État profond américain avec Kontre Kulture :

Manlio Dinucci, sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

2 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Tour des popotes inquiétant, très inquiétant.


  • Ce type s’appelle (tristement) carter, c’est une huile, enfin concernant les "Arabes" et peuples apparentés, c’est pas une huile à Rachid (notez le degré d’humour poussé à son point culminant). Ce soubresaut est inutile, lui et son nègre de maison se trumpent, enfin pour l’instant, car nous n’avons pas encore vu à l’œuvre le sympathique Donald. Puisse Dieu guider les pas de ce dernier. Déjà un coup de pompe dans le cloaque AIPAC, avant même de faire chier la FED, ce serait bien (et dans l’ordre des choses)...